Skip to main content

Full text of "Le roman de Troie"

See other formats


'^iii 



SOCIÉTÉ 



ANCIENS TEXTES FRANÇAIS 



BENOIT DE SAINTE-MAURE 

ROMAN DE TROIE 
III 



Le Puy, imp. R. Mtrcheisou. — Pcyrillcr, Ronchon et Gâmon, succesienrt. 



LE 



ROMAN DE TROIE 



PAR 



BENOIT DE SAINTE-MAURE 

PUBLIÉ d'après tous les MANUSCRITS CONNUS 
PAR 

Léopold GONSTANS 

PROFESSEUR A l'UNIVERSITÉ D'aIX-MARSEILLE 



TOME III 




PARIS 

LIBRAIRIE DE FIRMIN-DIDOT ET O» 

RUE JACOB, 56 . 



q,a> 



nv 



0^ 



M DCCCCVII 



Publication proposée à la Société le 29 mars igoS. 

Approuvée par le Conseil dans sa séance du 8 juillet igoS, sur le 

rapport d'une Commission composée de MM. J. Bédier, P. Meyer 

U et A. Thomas. 

Commissaire responsable : 
M. A. Thomas. 



t.3 



ROMAN DE TROIE 



Briseïda encourage l'amour de Diomède. 



Dedenz les triuës seûraines, 
14960 Jut danz Hector bien treis semaines : 
Toz fu respassez e guariz, 
Ainz que li meis fust acompliz. 
Sovent alot chacier Paris 
En la forest de Beletis; 
14965 E cil qui aler i voleient 

Sauvagine moût i preneient, 
Quar tote en ert la forest pleine. 



1488S 



14959 K trieues, M' treues; kHN"^ seguraines, M^ seurejnes, E 
-einnes, M' -enes, nL soueraines — 60 ^ I iut h.; MM' dant; i/ lut 
h. bien les .iij. — 61 F trespassez, J rep., A/' respasez — 62 Fqi — 
64 {BCLN^R); APA'JEk Es granz forez {M' -esz, J -est); M^ bele- 
tris, A belitis, A' -this, TV belecis, A"" belitis, G belleis — 65-8 
m. àR—66 En Salu., M Sau., iiC Saluai., M" Sauuaiz.; K assez; 
N"" trouoient — 67 eM est; AT foresz, EFM forez; M'Nk plaine. 

Tome III. I 



i ROMAN DE TROIE 

Sovent en aveit dame Heleine i48g2 

Longes, lardez o les daintiez, 
14970 Cimiers e hanches e forchiez. 

Moût en aportent veneison, i48g3 

Moût en prenent a grant foison. 

One de dis anz que li oz tint, 

N'i chaça Greus ne n'i avint, 
14975 N'onques dedenz li chevalier 

Por eus n'i laissent a chacier. 
Cil de Grèce sont en grant cure 

Del siège, qui tant tient e dure. i4goo 

Chascuns set bien e veit e pense 
14980 E la grant mise e la despense 

Qu'il lor estuet mener e faire ; 

Si ne s'en puet nus d'eus retraire. 

En tel folie se sont mis 

Dont il ont moût sovent maumis 
14985 Le gros del cors e les costez. . 14907 

14968 M^Bk tramet; C en enuoie a d., e en a samie — 69-70 
interv. dans G, m. à A'BCDJky — 69 (/?); ^VLoignes; AGI 
lardées; / v lardes v d.; ^' od granz d., iV' de d., M" F e les 
d., G ou les d.; A/" deintiez, LN dointiez *— 70 M^ Cimers, 
A Chimers, A'^LNR Costeç, FGI Costes; R hanchies; L forciez, 
A"" -chies, nN' flanchiez ; N' [...]ches f. — 71 A'' en portoit de; 
EJMN'' uenoison, H -ons, G -ison — 72 {JR)\ N' C[...]t g. f.; 
A^'N Si an pranent {A'' donoit), L Quil en p., FG Sen aportent; 
// et a fuisons — y3 N"" A[...]z que; M'' Aine, M Ainz, n Car, L 
Qe, M' Plus ; LM des ; A^ .v. a.; {EKn oz), M' osz, N' olz, M' oit, 
M ost — 74 N' G[...]ne ni a.; M^ Griex, MM' Grieu, K Grec, 
A' Gius; M'AA'ek G. ni c. {A' chace) — jS {AJ); N^ O... ch.; 
A^'G Onques, nL Mais cil dedanz; A/' lor c. — 76 c P. grex; AG 
ne; M'AGJe laissierent c. (M' aler) — 78 3/ De lost — 79 3/ 
scet, M" siet; AKn u. b. et s. — 80 {AL); GN"" El le g. siège, 
CJky Le g. trauail, A/' La g. angoisse ; A"" Et lauoir et la grant 
d.; K deffense — 81 {GL); K estuot. M' esteut, n cstoit — 82 
nGM se p.; KM' nul; L Ne lor estuet nul — 84 iV* D[...] sen- 
glant; My sont; n D. s. ont sanglanz les uis — 85 AT Les; HM' 
Dedenz les c, E Par tôt lor c, Cn Les c. {n Lo col) les flans; 
M"J e des c, BKy bien le sauez. 



BRISEÏDA ENCOURAGE L*AMOUR DE DIOMÈDE 3 

L'uevre durra ancore assez 

Ainz qu'ele ait fin : por ço lor peise. i4gii 

Teus s'en rit e joc e enveise, 

Qui en son cuer pense tôt el : 
14990 Estre voudreit a son ostel; 

Ne revendreit des meis ariere, ^49^^ 

Por semonse ne por preiere. 

Li jovencel, li bacheler 

Aiment moût armes a porter, 1491^ 

14995 E li sièges assez lor plaist; ^49^^ 

Mais Achillès pas ne se taist 

D'Ector haïr e manacier : 

Rien nel puet faire esleecier; i49^4 

Ja n'avra mais joie ne ris 
1 5ooo Devant qu'il l'ait o mort o pris. ^49^^ 



14986 {AÎR)\ F dura, L durast, C serra; A" Si Xdidwvr a ^ BCJky 
Si com oi dire lauez, puis ces 2 v. : Li sièges pas encor {K on • 
quor) {HJMM' Q. pas) nachieue Ml't (£^ Trop) les confont (JAT 
ocist, E ocit, H destruit) et ml't les grieue — 87 (-.4); 3/' quel; 
N oit; A^ de ce, / p. chou; F lan, A" lor; BCJky Trop a dure 
mrt lor an p. — 88 M^ Tiel, L Tielz ; A'^Ln Tex rit, K T. en r.; 
A" giue; M r. i. ; HJM' Et tex {M' tel) sen r. i., ^ Tel sen 
ieue r. — 89 3/ Q. a; C t. cel — 90 i/ Bien ualroit, M Mielz 
uoudroit; F hostelz — 91 F deuanroit ; BCJky Ne uendroit mes 
oan (£ ouan, A/oen) a. — 92 n Por promesse — 98 (-4^^); / ba- 
celer, F bachelier; M^BCJky por (C par) déporter — 94 -4 a 
armes p.; BCJky aj. 2 v. Et por faire cheualeries Quen {B Dont) 
oient parler lor a. — 95 ^' forment; BCJky Le siège ainment et 
ml't {MM' m. par, C m.) 1. p. — 96 {AD); Af' point; CN" sen; 
N A. mie ne — 97 n ne; M' manecier, EMN menacier, F -er 

— 98 {AJ); N^ N[...]eessier; M'^AEK Riens, nL Nus; My ne le 
{y len) p. e.; F î. esclairier;3/ eslceschier, N -scier — i4999~ 
iSooo interv. dans BCJky — 14999 BCJKy Vencu (3/' Perdu, E 
Veincu) et (3/' ou) abatu {M a. et, BC a. v) son pris {M soupris, 
BC ocis) — i5ooo3/" Dauant que il 1. m., HJM' Des quil le 
uoie m., k Deuant quel (A" quil) u. m.; Bt2 Deu, que il leuoic p. 

— Pour les y. i5ooi-i86, M^AA'A^BCDIJN^RV'Vkxy sont 
utilisés. 



4 ROMAN DE TROIE 

Qui qu'ait sojor, repos ne bien, 1492J 

Li fiz Tydeiis n'en a rien : 

Por amor est en tel esveil 

Que ne li prent en lit someil : i4g3o 

i5oo5 Ne peut dormir n'il n'a l'ueil clos, 

Ne nuit ne jor n'est en repos. 

Sovent pense, sovent sospire. 

Sovent a joie, sovent ire; 

Sovent s'iraist, sovent se haite. i4g35 

1 5oio Amors li a fait tel entraite 

Dont la color li change e mue 149^7 

E dont par maintes feiz tressue 

Qu'il nen a chaut ne qu'il nel sent : 

iSooi F' Qe qait, F' Quanquez ait; ABCDJV'ky ioie r., A'' 
r. i., FGL i. s., iV r. s. — 2 G thidei, yBCDJV^ thid., A thyd., 
M^'Rk tid.',AV Nen a li f. t. — 3 N'' P[...] el esuoil; ^' en 
grant e., G en tel trauail; M^'AA'BCDJLRV V'kny Quar por 
(LF» Que par) amor (F* -ors); M'AA'BCDJRVV^ky est en 
{A' ml'l) destreiz ; / Kar si d. e. por samour ; nL est en trauail {LN 
-cil) — 4 m. à N^; JSTAA'BCDJV'Ry Une (C Lune) ore est 
chauz {H a chalt) e autre (C lautre) freiz; F Qil; N Que il ne 
pr.; A^GL la nuit; F somail, LN -oil, G soumoil, V semoiz ; -R 
Kil ne p. en lit someiloiç, / Kil na repos ne nuit ne iour — 
5-6 m. à /— 6 xEN^RV'V^ Ne por {R per) d.; LNN^ ni a, FAT 
ne a, £iV nen a, 3/' na pas ; L huis c; n clox; -4' Mais a ma- 
laise est ce sachiez; iV Quil ne dort ne ne [...] — 6 L ni a, F' 
na; A'BCDJV'ky El (iVf Ou) sein la pucele est enclos, A"" Soucnt 
est ioios et iries ; iV Ne poet dormier ne tan [. . .] — 7 A'BC V Vky 
Ses cuers (M' Son cors) qui {M Son cuer et) nuit et ior s. — 8 
A'BCRek et s. — 9-10 m. à F' — 9 Af " sirest, M sirit, R -ast, FF' 
se test, N' diaust ; FV se haste ; M'' ses heite, R se aite ; / Or est 
lies et or se dehaite — 10 K ot; J feite; A'A^Jkxy une e., F* 
un tel retraite ; A/V entreite — 1 1 EF Don, MR Donc ; F" li c; 
M'A'A^BCDJKN^'xy colors, F' collor ; A7/ç>' souant li m. — 
12 {ARV'')\A'' F mainte; L toz li cors li t.; M^ Par m. f. le ior t., 
/ Tressant et fremist et t., A'BCDJV'ky Plus est pris {M' espris, 
H esprist) quespreuiers (F' qe spervier, M' que preuicr, K qucs- 
peruiers) en mue — i3-4 m. à A'BCDJV'ky — i3 A/M Que il 
nac, F' Qui na chaut; AV ne qui; ARV^" ne s.; A'^x Quil na 
pas [A"" nen a) froit ne chaut (L mal) ne s., / Mainte fois ke nui 
mal ne s., N"" Il na n. m. gran c. ne s. 



BRISEÏDA ENCOURAGE l'aMOUR DE DIOMÈDE 5 

Tel sont li trait d'Amors sovent; 
i5oi5 Gui il de rien tient en sa lace, I4g3g 

Sovent li pert bien a la face; 14940 

Trop par sont griés ses chevauchiees, 14947 

Endurer fait morteus haschiees. 

N'est mie del tôt a sojor 
i5o2o Qui cspris est de fine amor, 149^0 

Ensi corne est Diomedès 149S2 

Qui ore n'a joie ne pais. . 1498 1 

Paor a grant : n*est mie fiz 14953 

Que il ja seit de li saisiz. 
i5o2 5 En la fille Calcas de Troie 

Est l'espérance de sa joie; 

Crient sei que ja soz covertor 

Ne gise o li ne nuit ne jor : 



i5oi4 NMitor; M^IN'R damor — i5 M^R Que; 3/" il t. de r. 
ne enlace; {LN en sa lace), A"" et e., R tint ne lace, F en sa trace; 
AT" tient [...]; A'BCDJV'ky Cil [J Gis, DM' Ceus) cui {K que, 
M qui) amors t. et enlace (3/ lace), A Celui cui de riens tient ne 
lace, / Ki mainte fois le tient et lâche — 16 / Si kil li ; R len 
parist; A p. ens en la f.; / a le fâche; M^A'A'^BCDJV'ky li 
{DM' lor) fait pâlir (A'C muer) la f.; A"" aj. 2 v. : Diomedès sent 
grant dolor Souent li fait muer color, et A'BCDJV'ky 6 v.; vqy. 
aux Notes — ij M font; N" T. s. grieues; n ces, A' les — 18 
xA'DKM'RVV font; ^' Sentir li funt pluisors h.; K maintes 
h.; ^'iV hachiees, DM' -ies, A^M haschies, V achies — 19 iV 
Net; J trop bien, M de tout — 20 A'A'Jky Qui bien aime car 
(^' quar) un sol {A' nesun) ior; Fe. ert, M^N^V* est e. (F' 
esprins) — 21-2 interv. dans A'A^JV'ky — 2 1 {A"") ; A'JV'ky Trop 
par {J por) aime d.; R Einsi, n Ansi, iV' Ausint; A'JMN^Vny 
dyom. — 22 A'A^JV'ky Ne puet auoir, R Ki aye ne; A^ repos 
ne p.; iV Q. na nul ior i., V Qui or na ne ioia — 23 Ny Peor, 
M'N^k Poor; iV' net — 24 A^V'xy s. ia ; 3/ Quil ia de li soie s., 
A' Que il ia de 1. soit s. ; N seissiz, M'F seisiz — 2 5 jc De — 26 
G Cest; V et sa — 27 A'' Ml't c, K II c, G Doute; DM' C. q. 
ia soz son c; V'V ia son (V som) c; N* sor un [...]; F couer- 
toir; H Et c. que ia ne n. ne i. — 28 F giese, R gisse ; A'GMN^ 
soit ou lei {MN^ o li, ^'odli),J gist%ili;3/' o lui, £ a l.;//G. 
auolc li sos couertor. 



O ROMAN DE TROIE 

De ço se voudreit meut pener, 
i5o3o A ço tornent tuit si penser. i4g6o 

Se ele ensi ne li consent, 

Morz est, senz nul recovrement. 

Par maintes feiz la vait veeir, 

Mais celé est trop de grant saveir : 
i5o35 Moût le conoist bien as sospirs, i4g65 

Qu'a li est del tôt ententis ; 

Por ço l'en est treis tanz plus dure. 

Toz jors a femme tel nature : 

S'ele aparceit que vos l'ameiz 
15040 E que por li seiez destreiz, 14970 

Sempres vos fera ses orguieuz ; 

Poi vos tornera puis ses ieuz 



i5o29 A' bien p. — 3o A' reuanront si pansser; R son panser 

— 3i ^' Sele tôt ce, M"" Sele e.; K \ss\,A'Ry einsi, M ainsi, n 
ansi, y einsinc— 32 FMM' Mort; A' retenement, A"" rachate- 
ment— 33 iVF'F» ua; A'A^BCDJky Ml't par uoldroit {A' uoloit) 
samor auoir — 3^ M^ E c, F' Et elle, V Elle — 35-6 A^ donne 
successivement les 2 leçons, qui sont peut-être originales toutes 
deux — 35 (^); F la; L cognoist, R concis, V conuit, ^* 
sauoit; / la souspris, R a sospris, L a son pris, NV'V as sopirs; 
APA'A^BCDJky Trop aperçoit {A' -ut) et c. {EH -uist, ^' -ut) bien 
{M' h. et cpas de rime)— 36 (ALR); V^ Qui, N' Quan; V de; 
F Que an li est, N Quil e. a li; « toz antantis (Fat.); G De lei e. 
dou tout entrepris, / Set qua li e. tous ent., A"" Quen li estoit tos 
ses désirs, M'^BCEJM Quil laime {M aime) plus que nule rien, 
A'A^DHKM' Que il {H cil) laime {A" lamoit, D aime) sor tote r. 

— 37-8 interv. dans N^ — 3j /4' li e., DHJM' sen fet; A' ele p. 

— 38 M^'A'MV'V" a dame, AT ont dames; n itiel; Jy Famé e. t. 
i. de t. n. — 39 M' Sel ; M^KM' aperçoit, F aparoiz; F' V Selle 
set, R Se il conoist; A'^M lamez —- 40 R s. por li ; M destrez; A^ 
en fin por li deruez — - 41 iV' S. mosterra; A'' S. f. s. grans or- 
geols; A'F orguialz, N -iauz, M^ ergoilz, KR org., Af orgueulz, 
V -ex, F' -ez ;_>^ son orguel, J" grant orguil — 42 i? retornera; 
Aï"" torra ia nés; k Ja mes ne uos torra les {M ses); N" Por uos 
fera ne mes, G Ne welt torner apous (sic) ses; Jy Ja m. ne u. tor- 
nera luel (J luil); M^R oilz, K ielz, M ieulz, G iex, A'F ialz, N 
iauz, A yeux. A'' eols, V'V^ elx. 



BRISEÏDA ENCOURAGE L AMOUR DE DIOMÈDE 7 

Que n'i ait dangier ne fierté. 

Moût avreiz ainz chier comparé 
15045 Le bien qu'ele le vos deint faire. i497^ 

C'est une chose moût contraire, 

Amer ço dont om n'est amez : 

Iço avient sovent assez; 

A merveille deit om tenir 
i5o5o Com ço puet onques avenir. i4g8o 

Cil deprie, qui mais ne puet : 

Fort chose a en faire l'estuet. 

Preier estuet Diomedès, 

Qui tant aime qu'il ne puet mais 
i5o55 Plus sofrir ne plus endurer. i4g85 



i5o43 G Qui; A'EJN oit; AEn dongier, M orgueilz, V -ueil, 

V -uel ; L Trop d. i a ; Af'AA'A'GLN et f.; R ferre — 44 G M. 
lauera; N^ M. chier auroit ainz, L M, la ancois cil; F' arroiz, 

V aroz, A'^DM' aurez, A' auoii; EH einz, A'' ains; A' achate, 
E -ete, DHMM'R conpere; K Assez a. ainz c. — 43 HV'V^ Les 
biens; 3/M' doint, M daint; nG quel lo uos doie, ^VLF'Vy 
quele uos {L li) deuroit (L F' V doit, A"^ deura), R Ke elle u. dit, 
K que el le u. lest — 46 G ades c. — 47-8 laissés en blanc dans 
N] G : Ne faites samblant de douleur Si auerez nostre uoloir 
— 47 -4 on nest, K len n., F' F' en est, A' lan est, L est (v. /.), 
R dunt niert; N" A. la et mer estre [...], puis ce v. : De ce soiez 
seurs toz [...J ; APJMy A amer ce d. nest a., C Qi bien aime ia 
niert 3.-48 A'A'^Jky Et ce; ^FF' sauient, F' sauent; iV Iceste 
chose a. [...] puis ce v. : Trop en doit len estre [...] — 49 [M'^AR) ; 
APGRV'V^ merueilles; A'A^BCJN-'V'V^kxy^neibo{M'AR)\ 
A'A'BJM'N'V'V'kx Coment ice {N^ icen) {CEH Ice c.) p. a.— 
5i {RV')\ F* qe mes; A q. mais nen p.; x cui faire estuet; Af 
C. prie qui f. lestuet, BK Preier coulent {B conu.) qui faire uuet, 
A'A'^CJy P. c. [A' estuet) qui {CJ cui) faire estuet {CDM' estent, 
E el puet) {A'A"" q. mialz ne puet) — 52 A'CEJR Grant, D Fors, 
X Forz, K Forte; VV" Moût i a a f.; CF' listuet; A^ Ml't a g. 
c. en f. e., xN"" F. c. est car (N' Fort i a mes) il mais nen puet, 
Af' F. c. i a mes el nen p. — 53 M'N^V'V Prier; F' F' estoit, 
DM' esteut, R -ut, C istuet, A^'H coulent; A Ausi conme — 54 
EH Car; A'A^ eime, £ ainme; NR nen — 53 F' et p.; iV* Ne 
puet s. ne e. 



O ROMAN DE TROIE 

Sovent li vait merci crier, 

Sovent li dit que por s'amor 

Ne puet guarir ne nuit ne jor ; 

Le mangier pert e le dormir; 
i5o6o Penser e lermes e sospir 14990 

Le font pâlir e esmaier. 

Moût est vilains de li preier. 

Ne cuit que nus qui bien amast, 

Tant dementres come il preiast, 
i5o65 Que il ne fust auques vilains : 1499^ 

En ses paroles dit moût meins 

Que il ne li sereit mestiers 

E dont sereit tenuz plus chiers, 

Ja nus ne s'iert tant porpensez 
16070 Qu'es diz ne seit moût obliëz : iSooo 

De ço se taist que plus vaudreit 

E que greignor lieu li tendreit. 



i5o56 AV ua, DM' uient, J feit, M fait — bj V'V Et dit s. 

— 58 A'CDHJM'N'' durer; A"" Lestuet veillier et n. et i. — 60 iV 
pansers; F a l.; R larmes; e soupir — 61 V Li f. ; X^ penser, 

iV pensser — 62 Af^ vilejns, M'V'V -ain ; MM' lui; A Anios 
e. de; M^M prier — 63 {AA'^HKV'V^x que), 3fM' quainc, R 
kanc, G aine, M ainz, E quainz, M^'AA'N'^Ky riens, CM rien, R 
uns; V'V qe; / chose ki — 64 3/ F' F' demenliers, CK -tre, F 
demandres; N Andemantres, / Endementiers ; MN que ; M'^A'M 
priast — 65 V'V^ Qil; N^ nen ; M^E uileins — 66 G A ces p.; 
GH dist; A'A^'CFJky sa parole; AV'V Nules (V'V^ Nu lui) 
paroles na on m., R En lor p. ualent m. — 67-8 m. à ARV'V" 

— 67 A'^N'^x Que m. {A^'L -ier) ne li esteroit (L en seroit) ; H 
Dont il; DM' ne len — 68 A'KR Adonc, M Et donc; ^'NV 
Esbahiz est (Fert) iluec (Filoc) endroit {placé dans L après -^2) 

— 69-70 m. à nL — 69-4" nus hom nest; Jy nen iert; H apen- 
ser — 70 A Quas; A' tost, C toz; IK Quau dire ne s. o., A'' Que 
tost ne s. entrobliez — 71 C Dice; L que ml't; A^ uolroit, V" 
naurcit, G na droit — 72 [A'A'^EHJN'n greignor), B grignour, 
R grainor, M' grenor, M'^M plus grant, F' K' mcillor; M^ lue, 
EHJKN leu, R prou; ^' Et g. mestier li feroit, F Et qi g. m. 
auroit. 



BRISEIDA ENCOURAGE L AMOUR DE DIOMEDE 9 

Diomedès fait autresi : 

Soventes feiz met en obli 
16075 Ço que il plus li voudreit dire. i5oo5 

Longement sofri cest martire 

Ainz que de li por nul poëir 

Poûst délit ne joie aveir. 
Un jor li ert alez preier 
i5o8o Qu'ele remirot le destrier i5oio 

Qui son ami aveit esté. 

Moût li ert bien dit e conté 

Com cil l'en aveit fait présent : 

Irié en ert moût e dolent; 
i5o85 Bien le li cuidot mètre en lieu, i5oi5 



15073 A'A^Jny Dyom.; nN^ dit — 74 Af' Souente — jS 
M'^K qui; k mielz, C meus, A miex, EJ mialz, 3/' mex, H 
mius [de même à peu près partout) ; K uendroit ; F deuroit ; 
Jy Ce qui {H quil) m. ualdroit [J ualt li) lesse a {E li u. a) d. 

— 76 A'Jky Longuem. ; A'Jy suefre — 77-8 interv. dans A^ — 
77 E Einz;M'ER quil; M'V'V de lui, M dele; M'V'V par; 
k eust p.; A' Por ce quil na de lui p. — 78 M'^V^Vhi Poist, 
A"" Peust; VV" nulle i. a.; A'HMM' Ne puet (3/ nule) i. ne 
bien a., K De i. ne de b. a., J Ne quen peust nul b. a., E Ne 
grant i. ne bon uoloir — 15079-206 sont dans P^ {8' fragm.) 

— 79 M^A^H li est, K i ert, A estoit, n lestoit ; M^ aie, A alee; 
M'^AM prier — 80 EH Quant el ; A"^ regardast, n -oit — 
81 V Que a, F' Qi a; A; Qui troylus; H Q. a. son a. ot e. 

— 82 A'A'CJky Lon {M' on) li ot b. {A^'E B. li ot on) ; P' li 
a, L li fu; ARn mande — 83-4 m. à F — 83 (^F'F'); P^ 
Que cil len, N Com il en, LR C. il len; APA'CJky Qua 
{H Que) samie an ert {M'M iert, M' fu, J est) f. {EJ fez) p. 
{M'EN presenz), A"" Samie en ot on f. p. — 84 A' Iriet; M^'E 
Iriez en estoit; AA'CJV'V^k I. en iert (CF'F^ ert, J fust, 
A' fu) ml't et {CJk et m.); M^'E e dolenz ; H l. en fu el cuer 
dedens, AP Ire en ot ou c. de dent, A^LNP^'R Ml't en auoit {P^'R 
M. per en ot. A"" Souent en a) le cuer d. — 85 {A); CM le li 
cuide, A'R se le cuide, A^'KNy li recuicje, FL recuide, V'V li 
cuidoit; J II li cuide b., P^ Mes b. li cuidoit ; V mestre, V 
moustrer. 



10 ROMAN DE TROIE 

Ainz que départissent li gieu. 

Se la danzele l'osast faire, 

Qu'el n'en crensist honte et contraire, 

Volentiersli eiisttramis. 
15090 Mais tost l'en poust estre pis, i5o2o 

Trop par en fust en l'ost haie. 

Quant celui veit, sil contralie : 
« Sire, » fait el, « trop grant largece 

« Apovrist home e guaste e blece : 
iSogS « Li plusor en sont sofretos. i5o25 

« Ne fusseiz pas si bosoignos 

« L'autr'ier, el grant torneiement, 

« Quant cil qui nos aime neient 

« Vos toli vostre milsoudor, 
i5ioo « Dont ne vos fistonc puis retor, i5o3o 



i5o86 L se départent li greu; AA'A^CJV'V^ky Ancois (AT 
Auant, C Quant) que (F' quil) départent {AV'V' -ist, M'R -e) li 
{AM' le) i. [R iues), (F' del leu) ; P^ Ainz) quil uenist au chief 
dou g.; K/ Encois, E'i^ E'in-, AA"" Ain-, V'V Ainzois; A"" aj. 
2 V.: La damoisele fu dolente Qui en troilus ot sentente — 87 
(A); ERn donzele, M dancele, F' F* don-, iCpucele; H dami- 
cele osast; V li fait f.; A^ Ce sachiez sele losast f. — 88 M^'H 
Que, R Quil; A'^Hk ne, J ni, Af' sen; ER criensist, A'JKM'P^ 
creinsist. A""!! cremist, F" cresist, V -it, M traisist, n cuidast ; 
V F' ne c; A'n auoir c. — 89 AA"" Ariere — 90 P^ M. bien ; V 
en; LP^V'V'n poist, 3/' peust; M' pris; A'A'^Cky M. ml't {K 
trop) en eust enemis— qi M"" Car t., CJky Et t., P^ Bien tost, 
.4M" Et ml't — 92 J Q. u. c; A'JMRny sel, JF'F' si — gS 
FP'^RV'V^ ele ; M elc g. — 94 V'V Apourit, R apouerist; P' Si 
agatist ml't h. — 98 A"" lome et ml't le b. — 95 F couoitos — 96 
A'' fustes ; P= ia — 97 M'^R al; A'^n cui [N qui) uos names, A 
q. uous aiment, F' F' qi ament, P' q. uos ainme; F noiant, N 
-ent, A neent, P* néant; APA'ky qui uos het durement {M tant 
d.)_ 99 FV tolli; {NRV'V* milsoudor), M^A'Ek milsoldor, J 
-odor, A' FM' P'' miss.— i5ioo 3f Donc, ^' Don ;3/'//F' F' aine, 
EP^ ainz; H D. a. puis neustes, P' A. p. nen eustes; « Ne p. ne 
uos an f. r., R Ne u. en f. p. nul r., K D. onc p. ne u. f. r., 
F' F* A. plus ne sot (F' soit) faire r. 



BRISEÏDA ENCOURAGE l'aMOUR DE DIOMÈDE I I 

« Se lors eiisseiz cest destrier : 

« Il vos eiist, ço cuit, mestier. 

« Trop le partistes tost de vos. 

a Crieme oi qu'en fusseiz bosoignos : 
i5io5 «S'en seûsse vostre estoveir, i5o35 

« Tost le repoiisseiz aveir. 

« Ne fait mie mauvais doner 

« A cui hom puet si recovrer, i5o38 

<( Mais ne sont pas de la folet ; 
i5iio « D'estrange chose s'entremet i5o3g 

« Cil quis cuide déshériter . i5o4i 

« E de lor terre fors geter. 

« Chevalier sont pro e vassal. i5o45 

« Sire », fait ele, « le cheval 
1 5 1 1 5 « Vos presterai, nel puis muer : 

i5ooi P' Sadonc, F' F' Se donc, R Se dunt — 2 ^' Je c. quil 
u. aust; C u. feist; J ge c, K co crei, rt ml'l grant — 3-4 
m. à P'— 3 M T. tost; C loing de — 4 (^'F'F'); F' F" quant 
fustes (F' fuistes) ; J/'' Jo crien; K Gie dot quen soiez; A'CR 
Crien {M Grain) quan f. trop {R ke nen fusses) b. {A' couoitos), 
A"" Puis quensi fustes b., Jy Bien cuit {J Ml't cui) quen fustes b. 

— 5 JK Se; A'A^NR sausse; n uoloir; P' Se s. u. besoing -- 6 
/TBien; F' les; F' le poissez; A^ Ml't t. le peussies rauoir; 
En repoissiez, K-eç, M^'K -eiz, M' -siez, M repeussiez, J -ez; P' 
T. leussiez en uostre poing — 7 F' Nen — 8 P* La ou ; AP"" len; 
A"" tostr., APBCJky A tiel (8 cel) quil [BCek qui) set (C seit, JVf' 
sciet) guerredoner, R A cui len uulet guerrer doner — 9-10 
interv. dans A'A^BCJky {le /•■• digère) — g {AV'V); M"" Ne s. 
mie; P" Mes il ne s. pas si f.; G de ce; Ffollet,-R foleit;^"^'BCJ/fy 
Qui sentente et sa cure {K peine) {A^'H sa c. et sent.) met — 
10 (AP'V'V'Rn Destrange chose), M^'A'A^BCJky De grant folie 

— II 3r quils; AP^RV'V'x Qui les c. ; A'A^BCJky En cels {^' 
caus, EH J ces) de la {A'H dedanz) d. — 12 AfMF hors; P' la t.; 
M'^AA'ERkn giter, JM' ieter; A'A^BCJk Ne sont pas legier a g.; 
puis ces 2 V.: De lor règne [A"" pais) ne de lor {M lo) t. (C Fors de 
1. t. et de 1. r.) Ainz en feront [H soferront) ml't mortel (A' aspre) 
guerre (C A. g. en auront m. greueigne) -r i3 M^Rkn prou, A 
preus, A' A^'BCJy pr en ; F loial — 14 A' dist ele; 3/' le uassal — 
i5 P' nu; A'A'BCJky car recourer. 



12 ROMAN DE TROIE 

« N'en porriëz nul tel trover. 

« Puis que le vostre avez perdu, 

« Moût vos en est bien avenu i5o5o 

« Quant cest avreiz : prest vos en faz. 
i5i20 « Mais cil sont moût de grant porchaz : 

« Se nel guardez, il le ravront ; 

« Sacheiz que grant peine i metront. 

« Icil qui del vostre est saisiz i5o55 

« N'est pas coarz ne esbaïz : 
i5i25 « Nel puet aveir nus qui tant vaille. 

— Dame, » fait il, « ço n'est pas faille 

« Que il ne seit moût proz de sei 

« En grant bataille e en tornei : i5o6o 

« Mais ne fait pas a merveillier, 
1 5 1 3o « Se chevalier pert son destrier . 

« Qui bien se vueut d'armes pener 

« E les granz estors endurer 

« Guaaigne e pert soventes feiz. i5o65 

« Trop bosoignos ne trop destreiz 



i5ii6 M^CJRek Ne; A'R porroiez, H porres, les autres por- 
tiez; A Ne poez altre ne t.; 3/^ meillor tr., A'A^'CJMy tel ne t., 
B ne tel t., K tel ne son per — 17-8 interv. dans M^ — 17 P' 
Com uos le — 18 F" E ml't; V M. bien en e. u. a. — 19 A V V^ 
auez ; N Q. uos uolez, F Q. uolez,i^ Gant cestui ai, AfA'A'^BCJky 
Cestui {M' Celui) aureiz ; A' praut, A"" don ; P' Comme de cetui 
p. uos f. — 20 /l' M. il; A/ M. s. cil; C de m. g.; P^ aj. 2 v, : 
Qui contre uos bataille font A pru que li cuers ne men 
font — 21 w Sor; P^ nu ; M rendez — 22 ANRV'V Sachiez; 
M'^A'A^BCJky M. g. p. (« poine, E poinne) anceis {M" aine, E 
eincois) i m., P' Que ia gre ne uos en sauront — 23 -d'P' Et c, 
A"" Car c, M Icist — 24 A'A^P^ky esbahiz — 25 A' Nou, M Ne; 
K puot ; P^ Aincois est ml't preus en bataille — 26 P' Bêle; Ar 
feit ; A' nest mie f., P' sanz nule f. — 27 P" Troilus est ml't p.; 
M^K prouz, A^EP^ preuz, A' praut — 28 P' Et en b., F An b. 
— 29 i? Mas, N Ne ; F Ne se ; P'V f. mie — 3o R Suns; F 
part— 3i i^Ki forment uol a. porter— 32 R Ne; A' A' Et grant 
proeces démener — 33 M'P^ souente; A"" Il p. et g. cest 
drois. 



BRISEÏDA ENCOURAGE l'aMOUR DE DIOMÈDE I 3 

i5i35 « N'en sui jo pas : j'en ai assez; 

« Mais se vos le me comandez, 

« .Toi guarderai a mon poëir. 

« Trop avrai ainz grant estoveir i5ojo 

« Que jo le lais partir de mei: 
i5i40 «Ainz le comparront plus de trei. 

« Dès or vei e conois e sai 

« Que la grant peine que jo trai 

« Por vos, ou mis cuers tent e tire, 

« Senz aveir joie ne remire i5oj6 

15145 « Ne bien ne confort ne solaz, 

« Que l'atendance que jo faz, 

« Me tornera a joie entière. i5oyy 

« Tant vos ferai longe preiere 

« Que vos avreiz merci de mei : 
i5i5o « Iço atent, iço soplei, 

« Iço coveit, iço désir, 

<i Ici fineront mi sospir. i5o82 

i5i35 {A^IL),IirHM'R Ne; M'ANV'V fui, K fu; R siège p.; 
G pas le; R neuoi a.; 3/MiVF'F' oi a.; A'BCJK sacheiz le 
bien, My ce sachiez b. — 36 (/); AP^RV'Vx Et se, M' Se 
uos; M^'R lo me recomandeç; A'BCJky Mais icestui [AP icetui) 
sor tote rien; A^ aj. 2 v.'. Jo le prendrai ce sachies bien Et le 
chenal sor tote rien — Z-j M^R Jel, F' Je el, N Gel, P' Geu, F 
Ge; A' A'BCJky G. ie [H bien); K al mien p. — 38 MP^V'V^ 
Moût; A^M auroie, V auerai, F' arrai; A'^ Ains i aurai — 39 
A"" Que gel laisse, A' Sou laissoie; P^ Que il se départe — 40 
APW conperront, V conpararont, FR conparont — 41 P' que- 
nois, E conuis; A uoi io très bien — 42 iV granz; A'P^n 
poine, E poinne — 43 (7) ; J Par; F' o, R ont; M' mon cuerj 
F' pent, H trait— 44 A'I S. i. a., A' et sanz r. — 45-6 m. à 
A'BCky — 45 J biens; A'' repos, R conforç, n ioie; /Et sans c. 
et sans solas — 46 {IJRV'V); M' Quai a., A'^LP'' Fors lat.; « F. 
latendre que ge i f.; A^ ion fas — 47-8 interv. dans A^ — 47 P* 
Me retourra ; ^"^ Nel lairez en nule manière — 48 AfA'NP^Vky 
longue — 49 A"" naies m. — 5o A'A"" atanc, H atenc, R contant; 
ÀP por tant s.; V suploi, M sousploy, if seploi — 5i-2 interv. 
dans A' — 5i M conuoit, A' atanc ; A'' Ce couoit ge — 62 ^^ A ce, 
RIcq; A' fenissent, M^'JMV feniront; E sopir, A^JM' soupir. 



14 ROMAN DE TROÎE 

« Toz sera mis jois acompliz, 

« Quant jo serai de vos saisiz ; 
i5i55 « Iço remaint en vostre esguart. i5o83 

« Douce amie, nevienge a tart 

« Vostre socors ! Griefment m'estait, 

« Se vos n'en prenez autre plait. 

« S'en vos n'aveie m'atendance, 
i5i6o « Ja mais ne cuit qu'escuz ne lance 

« Fust par mei portez ne saisiz. 

« Mieuz me vaudreit estre feniz iSogo 

« Que vivre puis : la meie vie 

« Sereit trop grief. La meie amie, 
i5i65 « Tornez vers mei vostre corage. 

« Tant estes bêle e proz e sage 

« Que jo ne puis, gente façon, 

« A rien entendre s'a vos non. i5og6 

i5i53-6 m. à P^ 53-4 m. à A'BCky — 53 {R); M' Mis desirers 
{J Mes desiriez) iert; A'' Tôt, G Lors; A^'x mes geus {A"" gius, L 
ieuz, N ious) ; AI Tout {/ Tos) iert m. ipies — 64 -4 Le iour 
quiere de nous [sic), A"" Q. de u. esterai; M"" seisiz — obiARV'V); 
A'A^BCJky De {A^'CJ Del) lot; A"" remaing, K -aingne, M' 
-ain; A' Dou t. me met, / Mais encor est, M'^ Or remaindre, 
n Ici remaing {F remaig); A'F a — 56 FM D. dame; 
HJMM'RV'V uiegne, A'' uieigne, A'n ueigne, -<4£ uiengne — 
57 H soiors; A' griemant, ekJ -ent, F criembre; P' Douce 
amie g. me uet — 58 3F Si nen pensez ci a mal p. — 59 
A'BCJRV V^ky Sen uos nest( F' V nert, MR niert) ma fine espé- 
rance [RV V atendance), P' En uos ai mise mesp., M Se en uos 
naueie e.; A^P"" mesper. — 60 A"" io quit, FK ne q. ; FMM'P^ 
quescu, A' escut — 61 A' Niert, P' Soit; F de moi, V por m.; 
F' F' baillies ne saisi — 62 F' Mes; F mi ; M' uoudroit, My uen- 
droit, R uindroit; A'KU. uaudroit quen [A' que) fusse f., A* Jo 
uolroie estre mieus fenis; V'V^ feni — 63 M' plus; K la niieie; 
F amie; A'^ Que perdisse la uostre aie — 64 A'ky S. ml't g., 
A: Por deu merci ; APFJN gries, M griez, P' uilz ,A'A'JP' V V^k 
ma douce a.— 65 A'' T. belc — 66 .WP' icstez; A'Ek prcuz {K 
prouz) et b., HM' h. proz, F p. cortoise; P" Que t. iestes c. et s. 
— 67 / Et tant aues; M a autre f. — 68 AT riens; P"" Aillors 
penser; / Que nai mentente sa uous non. 



BRISEÏDA ENCOURAGE l'aMOUR DE DIOMÈDE I 5 

« Oriertensi com vosvoudreiz 
iSiyo « E si com vos comandereiz : 

« Jo n'en puis prendre autre conrei, i5ogy 

« Mais a vos me livre e otrei. » 
La dameisele est moût haitiee 

E moût se fait joiose e liée iSioo 

i5i75 De ço qu'il est si en ses laz. 

La destre manche de son braz 

Nueve e fresche d'un ciglaton 

Li baille en lieu de confanon. 

Joie a cil qui por ii se peine : i5 io5 

i5i8o Ja est tochiee de la veine 

Dont les autres font les forfaiz 

Qui sovent sont diz e retraiz. 

Dès or puet saveir Troïlus 

Que mar s'atendraa li plus. i5iio 

15169-70 m. à A'A'BCky — 69 {AIR)\ P^VV^ est; n issi, J 
ensint, P" einsi, L -int, A ainsi — yo m. à GV; IP"^ Et com vous 
le (P"* me), AL Et comme v. — 71 C P F' ne ; / sai ; K Si nen sai 
mes; G conrois — 72 K Mas; H renc, A' ranc, F'V cornant 
(v. /.), nR liure; G otrois; P" A uos me gmant; ^^ A uos me 
r. a uos motroi,^wî'5 ces 2 v. : A uos me sui del tôt donez Totes 
ferai uoz uolentez — j3 APR haitee, A'^M' -ie, V heitie, V hacie, 
G hatine — 74 N Et si ; M sen ; P' M. se f. et; / ioians, H -ant; 
M-" lee, A-'M' lie — 76 V V ert en — 77 K Noue, V V Neue, EH 
Boine, A^KM' Bone, A' Boene, M Bêle; L Toute f., A' B. et 
bêle, G Quest nouelle; A'A^Gkny de; APV Vk ciclaton, R scicl, 
A'M'N sigl.,Gsyngl.— ySA^^KRy gonf,, P' confennon, M -enon, 
V V -alon ; A'^ aj. 2 v. : Et cil le prist ml't len mercie II en fera 
cheualerie — 79 M' loi a cil, ^^^ Lies est c. ; M lui; A'P^V'V^x 
poine, £■ peinne — 80 F férue, 3/^ tochee, A'^VV -ie, A' toi- 
chiee, P" atouchiez; n P" uoine, A uainne, E ueinne, G uaigne 
- 81 (AJ); EF Don, M Ou; P' li autre; A'GHP'RV' le {A'RV^' 
les) forfait (KMorsait, G sorfais); Af meffaiz, Jk/' sorfeiz — 82 
A^^ est dis; A' HLMRV'V dit et retrait {V -aiz) ; A'Kn Quen 
{N Quan, F Qe) a s., L Qe est s.; ^ Qui souuentes fois s. retrais, 
P' Q. se boutent en itel plet, G Don aucun muèrent par dex 
plais — 83 A'A'^ny troylus, R troiulus, M^VV^ troillus — 84 jc 
Ja m.; L se tendra; AR en li; A^ Que il ne si atende p., 
A'Jky Q. ia m. si a. p. 



î6 



ROMAN DE TROIE 



i5i85 Devers li est ramor quassee, 

Que moût fu puis chier comparée. 



Neuvième bataille. 

Acompli furent li sis meis : 

Cil de la vile e li Grezeis 

Rarmerent bien d'armes lor cors, i5ii5 

15190 Puis s'en eissirent as chans fors. 

Par doze jorz se combatirent, 

One jusqu'al seir ne départirent. 

Mouti ot jostes e torneiz 

E chevaliers a mort destreiz; i5i20 

15195 Moût par i ot d'estrange guise 

De ça e de la grant ocise. 

En ceste bataille novaine, 

Ainzque trespassast la semaine, 

Otmoutocisde haute gent: i5i25 

i52oo Ço dit Daires, qui pas ne ment. 

Maint duc, maint amiraut preisié 

I ot ocis e detrenchié. 

i5i85 R Deuoir; A'A'M' lui; M'EKRn lamors; A'A'ky cas- 
sée, V -ez, V -es, n fausee — 86 -4 Q. p. fu m. ch. c. ; M"" cher; 
KV fu p. conparee (F" -es),L fu chiere c; V comparez — Pour 
lesv. j5i8'j-6o4, V'V^W sont utilisés d'après la Chrestomathie 
de Bartsch, sauf pour les variantes graphiques — 87 AT A. sont 
tuit; G li .vij.; P* Aincois que trespasast li m. — 89 EM Ar- 
mèrent — 90 ekn iss. ; M es, P' aus ; yPMe hors — 92 A/' 
Aine, M Ainz, E Einz, P' Et; M'^E tresquau, M' trusqua, P' 
iuquau — 98 A/'^torneis, M' -ois — 94 F de m. — 95-6 m. à P"" — 
96 iV ocisse, M ochise — 97 P^ icete; (novaine corr.) voy. aux 
Notes), A/M huitejne, e -aine, KR oitainc; Mn En ceste b. hui- 
tième (n -aine) — 98 iVP" trespasast, F -aissast ; e Ancois [E Einc.) 
que passast; M"" quinzeine — 99 3/ I ot ochis — i52ooA/' dist; 
F' dares; V qe; W nen ; K Se lestoire ne nos en m. — i {A) ; 
P' M. roi;£ amirant, A/'A: -al, F*\F-ail, L -ait, E -at, V -ausj 
WEKNP"" prisie — 2 3/ ot naure. y 



NEUVIÈME BATAILLE I7 

En cel termine e en cel meis, 

Moût plus que n'aveit fait anceis, i5i3o 

i52o5 Morurent cil qui navré erent : 

Sacheiz moût poi en eschaperent. 

Ensi avint qu'en cel esté 

I ot si grani mortalité 

Que sempre erent li navré mort. i5i35 

1 5 2 1 o Moût en orent grant desconfort 

E cil defors e cil dedenz. 

Tant rot duré icist contenz 

Que li damages fu si forz 

E tant i ot chevaliers morz i5i4o 

i52i5 Qu'il nel porent plus endurer : 

Triuës lor estut demander. 

Agamennon i a tramis, 

Par le conseil de ses amis : 

Al rei Priant les ont requises. i5i45 

i5220 II les dona par teus devises 

Que trente jorz seient seûrs 

Dedenz la vile e fors des murs. 

i52o3 V tel t.; F' terme; FP'' cest m., V tel m.; k en icel 
(M cel) m. — 4 En quil ; K que il naueit a., Wque nen auoit a.; 
F' F" P. que nauoient f. a. ; M"^ ajnceis, P' -ois, iV encois, E ein- 
cois — 5 EMVW Mûrirent, F' Mour., F Meurent; P" Cil i 
muèrent q.; AMP"" ierent — 6 V'VWek que p. ; 3/' ench., "VF 
eschanp., F' F" escamp. — 7 W Ici ; « Une foiee an cel (F celle), 
^ F' F^ En cel (^ ce) termine; F'F^etene.— 9 F' F^ \Fe/c Sen près 
e. [M ierent) — \o M' M. par i ot — 1 1 M^Me dehors; V'V 
Et cil dedenz et c. d. — \i M ront, n a; kN icil; V^V^ Li c. 
dura iusque aors (F* acors) — i3 F' F* Et li d. fu si fiers — 14 
£ i a ; iW' de c. m., F' F" mort c. — \b eM Que ; nMM' V V ne ; 
W Que nen — 16 M' Treues, K Trieues; W^ esteit, VV -oit, 
M conuint — 17 FM^ Agamenon, F -annon, AP -ennonz; n lor 
a — 18 F- Por li — 19 A^ prian — 10 x Quil les donast, V^V^ 
Qi les dona; X lor, VF le:FJ por; F tiel, JMV^VW tel; G 
par itel guisez — 21 F Qi ; Af fussent, WlFuissent; eknCJW seur 
— 22 «L An la cite, V V Et en la ville, W Fors de la u. ; M^LMe 
hors ; ekCNW del mur, F des murs. 

Tome III. 2 



r 



l8 ROMAN DE TROIE 

Li trente jor sont afïé. 

Quant li mort furent enterré i5 i5o 

i5225 E ars es rez e seveli, 

Si refurent auques guarni 

Cil de la vile e afaitié : 

Lor pas orent bien esforcié. 

Li reis Prianz soventes feiz 75/55 

I 523o Teneit parlemenz moût estreiz : 

As plus prochains de ses amis 

E as meillors de son pais iSi5^ 

Prent e done conseiz e arz. 

Porveient sei de totes parz 
i5235 De teus choses qui lor nuireient, i5i5g 

Se il guarde ne s'en preneient. 

A! las, quel perte e quel dolor 

Lor avendra jusqu'à brief jor ! 

i5223 CW furent a. — 25 7 Et en ses res enseueli; F- en rez, 
VF el feu; R seueliç, ^W sepeli, n anfoi; F' eseueliz, F- en- 
seuelis — 26 {J)\ L Se reseront, ERn Si se resont; F' Si r. a. 
bien g., M Si se refurent bien g.; LRV'V garniç, M' gari — 
27 (G); M'^E afeitie, B afaities, F' -icz, Af affaitiez, C -ie, L afetie, 
\F esforcié, n anforcie— 2^ A' M' Le, GH Les; /refurent; F/i^M' 
anforcie, AM efforciez, B enforcies, F' -chiez, F* -ciez, AP re- 
force, CiV W afaitie (a- anfanz), A Auques ont L p. e., F' Et 
TCiVx. ront L p. e. — 29-32 réd. à 2 v. dans xAIR : S. f. (/ Con- 
seille soi) li r. p. {AR Li r. p. s. f.) O [x A) ses amis o [F et a, 
GLN a) ses enfanz [AR feois)(/ as miex uaillans) — 29 (//); A' 
priant; A^CMW par maintes f., JM' p. mainte f., EH souante 
f., a: p. plosor f. — 3o w. à F*; CJMV'W parlement, M' par 
la main;^''£^ destroiz, F' ois, /c segreiz, 5 secrois, CW se- 
grois, A' secroiz — 3i (-4'); 3/' procheins, E -iens, A"" uaillans; 
A'BCV'V'Wkx de son pais — 32 (A'); A'^BCV'Wky de ses 
amis; F' Ou ses amis et ou ses foi — 33-4 m. à A'BCV'Wky 

— 33 ON consauz, F" -aus, FL -oil, 3/MV -eilz; / Par grant 
sens et par grant esgartz — 34 / Se p.; V mouies, M^'AIJ main- 
tes — 35 JMW tel, F cel, V tes; FM chose; F' tiel chouses 

— 36 M^ regart ; V De garder de ce ne p. ; VF prendroient — 3j 
enV Ha, V^W Hai; iV/' mal — 38 nM aucnra, K auiendra; M* 
ainz le, E einz le, C Vilains el, A/'ancois; M^Wek tierz ior. 



NEUVIÈME BATAILLE I9 

E com très pesant destinée! 
15240 Ne sai com seit par mei contée, 

Ne sai com nus la puisse oîr. i5i65 

Le jor deussent tuit morir 

Qu'il lor avint, ço fust bien dreiz : 

Si angoissos e si destreiz 
15245 Furent puis tant come il durèrent. 

One puis joie ne recovrerent, iSijo 

Ne jo ne sai mie cornent. 

Dès or orreiz com faitement 

Avint de la bataille après : 
I 525o Ne cuit que nus hom oie mais 

Si grant dolor, si grant damage. iSiyS 

Ço que dist Cassandra la sage 

Avendra tôt dès ore mais. 

Icele triuë, icele pais 
i5255 Des trente jorz fu trespassee : 

Lor gent fu saine e respassee. i5i8o 

Chascuns a Tendemain s'atent 

D'estre al mortel torneiement, 

15239 M' trepesant, n trcspesanz, M^VWk pesante; V La 
pesance et la d. — 40 K se; V'V^ cum puissestre c. — 41 K se, 
C sa; £■ con riens, ^ conment; V'V qe sol la p., n con la puissent 

— 42 ^ Gel ior; ÀPCWe bien m., A t. périr; M Bien d. le i. 
m., V Tôt d. li ior partir — 43 {A^~); M^MM' que, ACV'V^W 
qui; ACAÎV'W ce fu; «Jf' et a bon droit — 44 n^V destroit — 
45 A'E Fu p. chascuns t. com d. {A"" dura) — 46 n Ainz p., EV 
Einz p., K Onques; V Conques i. ni; A- recoura — 4.J E nel s.; 
^' cum faitement — 4.8 E Mes or oez, M' Oir poez, K Desore o., 
V Puissiez oir ; A"" lo soie ois de nule gent — 49 A"" Oies; A/" 
enpres — 5o W nul ; M' n. o. ia m.; A"" la ne c. n. h.; F' die 
m. — 5i {AHJ); n Si grant perte; nA"" ne tel dom. ; CW et si 

— 52 Wdit — 53 n Auanra; K tost; V Auoirera ; JV/ des or — 
54 KW trieue — 55 AA^F De ; V^ trépasse — 56 EK genz ; M' 
respasee, C repaussee ; M^ E lur g. fu bien r.,AIVx Dambe .ij. 
parz (G Qui de .ij. p.) a (G fu, AIV^ lontfdemandee (/ desfiee) 
(L est bien armée) — 5j (AA'CDHIJP)., x sa gent; A- Chascuns 
apereille sa g. — 58 A"" Daler al grant t., V mortes. 



20 ROMAN DE TROIE 

Al doloros, al desfaé, 
15260 Qui mar fu onques assemblé : 

En moût maie hore comença i5i85 

E en plus maie defina. 

Songe d'Andromaque. — Dixième bataille; 
MORT d'Hector. 

Andromacha apelot l'om 

La femme Hector par son dreit non, 
i5265 Gente dame de haut parage, 

Franche e corteise e proz e sage. iSigo 

Moût ert leial vers son seignor 

E moût Tama de grant amor. 

De lui aveit dous beaus enfanz : 
15270 Li graindre n'aveit pas cinc anz. 

Laudamanta ot non li uns, i5ig5 

15259-60 m. à V^ — 59 {AGILR); M'A'BCDJPV'V'Wky Au 
dcsfae au perillos, A"" Trop estoit fiers et doleros — 60 (-4); G 
furent sunt a., R fust o. a. ; nL Qe mar {FL mal) uirent ainz a., 
/Mal i fussent il a., APA'A^'BCDJPV'V^kx Trop par {E Qui t.) 
fu gries (M' fel, V fiers) e angoissous — 6i" F mal point la c; 
AIV^W A (/En) maudite h. c. — 62 AA! Et a; E m. ^ F'F%- 
e ml't m. ; /En p. maudite d. — 63 G Andromeda, AMW -maca ; 
A'k on, A'BCDJV'e Ion; n si com lison, A ot ce 1., F' ot celui 
son, H auoit a non ; A"" La f. h. apeloit on, / La f. h. al uail- 
lant oir — 64 {HJ); A"^ Andromacha; n auoit a non; A en son, 
F' en soi; 1 Eut non a. por uoir — 65 V Haute d., n Gentil d.; 
IK Gente d. ert [K iert), M G. fu ml't, H G. femc; 7 et pi os et 
sage — 66 A'^FM'k F. c. p.; V Riche c; V'W c. p.; 7 dalt 
parage; H Ml't par ert bêle — 67 n Et m., 7 Fu m.; KM' iert, 
Af'F' fu; ^WF'Wleax, ^3/'» loiaus, K leiax, M^ leials, V^ 
leus — 68 F Qi; E destrange, H MM' de fine — 70 M"^ grein- 
dres, TV graindres, AA'^E ainsnts^ F' ainciez, G plus grans; 
HM^ Tos li ainsnes not; A'^JV'Wek que; n .xv. 3.-71 H Lau- 
domta (avec le sigle de la nasale sur Tm), M^E -omata, A"" -amata, 
FJM' Landomata, CW -onmata, N Londom., G Landomonta, 
A' -anta, L Landromaca, A Laumadenta, F' Ladomahan, F' 
Laumedon. 



SONGE D ANDROMAQUE 2 I 

Qui ne fu laiz ne neirs ne bruns, 

Mais genz e blonz e blanz e beaus 

E flor sor autres dameiseaus. 
15275 Li autre ot non, ço dit l'Escriz, 

Asternates; mais moût petiz i5200 

Ert li enfes e alaitanz : 

N'aveit encor mie treis anz. 

Oëz com fait demostrement ! 
15280 Icele nuit demeinement 

Que la triuë fu definee, i52o5 

Dut bien la dame estre esfreëe : 

Si fu ele, ços di de veir. 

Li dieu li ont fait a saveir 
i5285 Par signes e par visions 

E par interpretacions i52io 

Son grant damage e sa dolor. 

16272 M"" leiz; M laiz noirs, K lez ne neir, AF noirs ne lais 
(F Ions) ; F* Q. ne n. et ne lez ne brus — 15273-408 m. à M 
{lac. d'un feuillet); B et C sont utilisés — 73 {nBCHV Mais), A 
Gui, iWA'KM'V^ Qui; W G. fu; BCW et blans et blons ; K 
blans et g. et blois, V h. et blois et g., V g. et blois et b., N g. et 
Ions et blons — j^ APBKV V^Wy flors, N forz, C fors, F fort; 
A AI sus; AV~ Fleur sus tous a. (F" tôt autre); Af domaisiaus, 
iV damoysiax, F -oissiax — jb M^MV'VWny Lautres; AM 
dist; F lescrit; A Lautre ot n. ce d. li escris ; H ce mest auis — 
j6 AV Astrenates, F Austernates, A'HN Aternantes, APBCJ 
Ast., FF' Alt., M' Ac; F assez, AA^^NV enfes; FV^ petit — 
77 n lones estoit, A loennes tousians, V^ loules Gosiax ; K 
enfez, E anfes, V'W enfens; AP aleitanz — 78 A^ ancore pas, 
y encore mie, B encore que, APCW mie encore (Af' -or); A'K 
Ne {K Nil) nauoit pas encor [K onquor) ; F' deus — 79 M'^M^W 
Oiez; A' fier; M^ demonstrement, A destruiement, F' [et W, 
d'après Bartsch) destruiment — 80 n demoin. — 81 F Quant; 
K trieue; AR acomplie, V complie, F afinee — 82 F doit; F' 
Dont la d. est; APV'n esfree, A effraie, R esfreie, eBK esgaree, 
C escaree, F^ marrie — 83 AP Se; R cous di de u., ^ F* ce dit 
pour u., n sachiez de u., APA^A'^JKy iel ^' iou, CW ie el) sai 
de u. — 84 ^F^ li firent — 85 [R); kF uision, F^ auisions — 86 
F itiel precacion, iV/'i? interprétations. 



22 ROMAN DE TROIE 

La nuit, ainz que venist le jor, 

Ot ele assez peine e soferte; 
15290 Mais de ço fu seûre e certe, 

S'Ector s'en ist a la bataille, i52i5 

Que ocis i sera senz faille : 

Janeporradel champ eissir, 

Gel jorli estovra morir. 
1 5295 La dame sot la destinée 

Que la nuit li fu demostree : i5220 

S'ele ot de son seignor dotance, 

Crieme e paor e esmaiance, 

Ço ne fu mie de merveille. 
i53oo A lui meïsme se conseille : 

« Sire », faitel, « mostrer vos vueil 

« La merveille dont tant me dueil 1S226 

« Que por un poi li cuers de mei — 1S228 

« Tel paor ai e tel esfrei! — i522j 

1 53o5 « Ne me desment e ne me faut. i522g 

« Li soverain e li plus haut 



15288 (F') ; BCWy que {E quil) ueist; M' aa i.; nA' V^ que 
laube parust (V parent) del (F le) i. — 89 ^ molt p.; -4 painne, 
n poine, E poinne ; APEKV'Wn p. s., AM'V^ {et W, d'après 
Bartsch) p, et soufFretie (F- sofreite, A/' soufrete) — 90 ^ De ce 
fu mrt s. — 91 M'CEV'V^-Wn Se hector {E -ors); M^E ist, V 
se ist, B ist fors ; Cn an — 92 W Quil i s. o.; n O. i ert sanz 
nule f. (F por uoir s. f.), M^A F' V^Ke O. i estera {M"" essera, A 
sera ia, V sera, M' V s. il), H ;I1 i s. o. — g3 An nen, F' ni — 
94 W le e., B li estaura, F lestouera, V li conura (= conuenra) 
— 95 V set — 96 F Qe ; Wi; N demostre, AP reuelee, F' mos- 
tree - 97 M' Sel — 98 M'AKV'e C. p.; Ne peor, F' peur; ÀP 
ne e. — 99de w. à VF— i53oo M li, K sei\ APNV'V'e meis- 
mes; M^ le, F' sen; n consoille — i \Fdit; F elle; 3/' uoill, 
nKM' uoil, E uuel — 2 (R); n meruoille; EF don; K molt, 
M^'V'We ie; B La grant uelle d. mis .ij.oel — 3-4 interv. dans 
HKM'n — 3 B Ont eu grief; M^V'V'Wen par; F' le cuer, Bn 
li (Flo) cors — 4 EN peor, CF paor; B paour a — 5 F ne ne me 
f. ; B Por poi ne me d. et f. 



SONGE d'aNDROMAQUE 23 

« Le m'ont mostré, que jol vos die, 

« Qu'a la bataille n'aleiz mie : 

« Par mei vos en font destiance 
1 53 lo « E merveillose demostrance : 

« N'en vendriez ja mais ariere i5235 

« Qu'om ne vos aportast en bière. 

« Nevuelent pas les Poëstez 

« Ne les devines Deïtez i5238 

i53i5 « Que i aleiz, mostré le m'ont: 

« Tel desfiance vos en font, 

« Que, se vos eissiez a Testor, i523g 

« Jane trespassereiz cest jor; 

« E quant il vos en font dévié» 
i5320 « N'i ireiz pas senz lor congié, 

« Se m'en créez. Jol vos di bien : 



i53o7 AV^ Mont demoustre; WAFV'V ie, K gie, CENW 
iel — 8 i^ nailleiz, APAM' -ez, BE -iez, CFV^W nalez, N naloiz, 
F' ni alez — 9 F' Por; en m. à V^\ M'V deueance, K defFiance 

— 10 Ad^'K demonstrance; AV Et ce (F" si) sachiez bien sanz 
doutance — 11 F" Ne; A'' uanreiez, F -iez, B uerries,^F' tour- 
nerez; CA!W reuendroiz; APBCFe 2iViQv^ les autres arr. — 12 
En Qan, KM' Quen, F' Qen; E raportast, Ken portast, Wen 
raport; A Nen soiez emportez, V Ne s. portez — i3-6 m. à G 

— i3 Fuoelent, M^KM'N uolent; FKV'V'e deitez — 14 F 
diuines; ^ deistez, CiV deytez, BEFKV poestez, J/' poostez 
[m. à V'^) — ib-i6 m. à K — \b A Que y, AP que uos, e Quainsi, 
J Quensint, CW Qensi ; -F aloiz, N ailloiz, F' -iez, AB muiriez, 
J muiroiz, CW moroiz, M"^ morreiz ; Que i a. m. à F' — 17 M^ 
Q. uos nen isseiz ; BCKV'V'We Q. u. nissies (Fuissiez) hui 
{K oî, V fors, m. à y ; AV^n issiez, A"^ alez; n an — 18 L 
trespasserez, /-es, G-a\ L le i.; ^ F" Ja neschaperez (F" nes- 
camparez} de ce ior, APBCJKWy Car {// Que) uos morries {B 
i m., AP moriez, W moroiez, E i morroiz) sans rotor (A/* en cest 
ior, H s. nul restor), A"^ Mors i serez s. nul r. — 19 A'^n Et des 
qil; V il le uos ont diuise — 20 {AA''); CW Nirois mie, n V. 
niroiz p. ; B sans vo c. ; V^ Vos en i. p. s. \%v gre — 21-2 interv. 
dans L — 21 BCKW Si me crées, F' Si mel créez, « Vos ni 
iroiz [F eroiz); AV sor toute rien. . 



24 ROMAN DE TROIE 

« Guarder devez sor tote rien 

« Que n'enfraigniez lor volentez i5245 

« Ne rien que seit outre lor grez ». 
i5325 Hector vers la dame s'iraist : 

De quant qu'il ot rien ne li plaist; 

Ses paroles tient a falue. 

Irieement Tarespondue: i525o 

« Dès or », fait il, « sai bien e vei, 
i533o a N'en dot de rien ne nel mescrei, 

« Qu'en vos n'a sen ne escient. 

« Trop avez pris grant hardement, 

« Que tel chose m'avez nonciee. i5255 

« Se la folie avez songiee, 
i5335 « Si la me venez reconter, 

« E chalongier e deveer 

« Qu'armes ne port ne ne m'en isse; 

« Mais ço n'iert ja, tant com jo puisse, i526o 



i5322 EN Gardez, F -iez; E deuiez ; B vous bien, n lo uie; 
M' Garde deuie ; AV^ Deuez (F* -iez) g. ce vous di bien — 
23-4 w. à G — 23 V Qui ne e.; M"" nenfreigniez, E -eingniez, 
J^T-aingniez, M^ -eniez ; n Nanfreigniez (F Nansteignez) pas; F 
les; AV'V^ uolente — 24 F' Ne de; ABCKriQns; V qe, les 
autres qui ; BCN outre, Fostre, V ote, M^'ACKLVWe contre; 
A V V gre — 25 B saire — 26 V De ce ; ^ Quant que il; B Car 
ne li plest ce quil ot dire; K Que co li dit pas, eJV Qui ce li 
dit [E dist) point (F qui), CHW Ce (C De) quele (C qe li) dist 
{CW dit) pas; A"" Tel chose dist qui li desplaist — 27 V Sa 
parole; {nA falue), 3/^F'^ balue, G faillue, L fanflue(c/. i5685); 
BCJV'We La parole ca entendue, A^K Sa {K La) p. a bien e. 

— 28 ATBCM' Ireement, nK Iriem. — 29 AV^ sai ie, V sais 

— 3o AM' Ne; K riens; AV'en ne ne, V ie nu — 3i ATBK 
sens; AV na mes (m, m. à V) point descient; F' Qen naille au 
tornoiement — 32 AT fait; F ardiment — 33 (^); EK Qe, AP 
Quant, les autres Qui; -W nonce, F nuncie, V^W noncie — 34 
{A); F' Si; M^ songee, FF'\F-ie — 35 iV/'iVSe; BC le; V 
me la ; F* conter — 36 M' chalengier — 3y F' ni p. — 38 F ni 
ert, V ni ert ia, M'V'W nert la; F' corne ia p.; K poisse, M' 
puise . 



SONGE d'aNDROMAQUE 25 

« Que j' o les coilverz ne contende 
I 5340 « E que jo d'eus ne me défende, 

« Qui mon lignage m'ont ocis 

« E en ceste cité asis. 

« Se li coilvert, li de put aire i5265 

« Oëient conter ne retraire, 
15345 « E li chevalier d'esté vile, 

« Dont plus i a de dous cenz mile, 

« Que d'un songe, se le songiez, 

« Fusse si pris ne esmaiez i52yo 

« Que je n'osasse fors eissir, 
i535o « Com me porreie plus honir ? 

« Ne vueille Deus que ço m'avienge, 

« Que por iço mort dot ne crienge ! 

« N'en parlez mais^ taisiez vos en, i52j5 



15339 BCKWe Q. uers, V Qenuers; CW culuerz, M'ABEn 
cuiuerz, V"- -ers, KM'V cuuers — 40 AV uers euls; CW 
ma terre ne d. ; V contende — 4.1 e Car — 42 BCV'We Et 
ci assegie {e as.) et a., K Et issi a. et pris; M^'Ne asis, les 
autres assis — 43 ANV"^ cuiuert, F cuiuerz, M^BCKWe 
félon; F" c. de — 44 n Looient, K Oieient, V'V^ Oient; F' 
dire et retrahire — 46 iV diste; A Li c, BCKV'We Et li 
baron; ABCFKe de ceste u. — 46 {A); CW O il na p. de 
cent m.; e D. i a p. ;• ^ .vij. c. mile, n trante m. — 47 
CV'W de s., F' dou s.; C\F si — 48 BCKn et; CW eslon- 
gniez, B -longies, eK -loigniez — 49 BCKV'W Darmes por- 
ter et (C de, F' ne); Ae hors; APN o {N a) els, F ou aus; 
ABCKRen issir — 5o {R)\ CV Corne p., F' Ne me p.; / Per- 
roie me iou; IK mielz h. — 5i E Ce; BC uoelle, E uuelle; 
M^AA^KM'Rn voille; B icou; BCK que ia; / Ja d. ne wil; 
BHMRV^VW mauiegne, El -iengne, Cn -eigne, J -igné 
— 52 AIR Q. ia (/ iou) de {IR por) ce, VV" Q. por ce; A' dot 
m., BJRV'y me dot (S dote); CJW et; BEHJRV'V criegne, ^' 
crieigne, CM'W crieme; N Q. ie ia por ce, F Qe ia p. ice; n i 
remaigne — 53-4 ^ ^^ chou uoel iou que uos taisies Car nen 
ferai nient chou sachies — 53 (AR); C thainz, BL plus, G'n ia; 
F" Ne p. tenez uos hen; A^BCJKV^Wy ce (CFMF car) sachies 
bien. 



26 ROMAN DE TROIE 

« Quar n'en ferai ja votre sen. » 
i5355 Andromacha plore e sospire ;• 

Si grant duel a e si grant ire i52j8 

Que por un poi le sen ne pert. i528i 

Al rei Priant mande en apert 

Qu'il le li viet e quel retienge, 
i536o Que laiz damages ne l'en vienge : 

Sor tote rien guart n'i ait faille i5285 

Qu'il n'aut le jor a la bataille. 

Crienst e dotali reis Prianz : 

Le péril veit qui est si granz, 
i5365 N'il n'a fiance que en lui, 

15354BL Que; G ne; Ff. u.;mG san, L sens; APABJKV'Vy 
Que {AV'V Je) nen fareie {Ke lerroie, F' leiroie) por uos rien, 
CW Je ne (Wnen) f. nule r, RV^ Car nen faray ce sachiez (ce 
m. à R) rien (F^ bien) — 55 BCy Andromaca, G -eda; A"" La 
dame lot forment ; e sopire, N soup. — 56 A^ Si grant pesance 
a et tel i. ; A'^BCJKV'Wy aj. 2 v.: Que la color quele {A^H a) 
et (C qe lont) uermeille Taint [CKW Teinst) et palist {K nerist) 
nestpas merueiUe — 57 {R)\M' k, EKV'W Et; M-'CKV'V^Wxy 
par; N sanc, M^A^BHM' sens, C senz, EFGL san ; V^ nen; A"" 
Por un petit le s. nen p., //Par .j. pou que son s. ne p. — 58 
ON prian ; F moustre, e dit — 59 .8 uet ; M'V Quil li deuet 
(F' -iet), F^ Qui il uieit; E Que il li u.; n Que il meismes [F 
-e) le r. ; M'^KM' e le ; CM'R retiegne, AE -engne, n -aigne, B 
le tiegne; A Que il li mant quil le r., R Quel lo r. et lo détei- 
gne; KM'V et le detienge (Af' ret.), V qui le d. — 60 AP leiz; 
AM' lait donmage ; {AB len), KVe li, F' li en, R lin, nC lan; 
BCAl'R uiegne, n uaigne AE uiengue — 61 CW r. qil ni; F' ni 
et — 62 A Que le i. naille en, K Qua cel i. naît a ; F nait — 63 
tous tes mss. Crient; et m. à F'; [M'^A'BCHJLRV V'W dota), N 
dotoit, ^FA: doute, CM' douta; ^V Ml't se (/ par) dota; G Lors 
c. et d. r. ; M' le roi; FM' priant — 64 Af' Les perilz qui tant i 
sunt granz, / L. perius uoit et gries et g., R Les periç u. ne sont 
si g. ; n Por le péril, V Li p. voit, A V. le p. ; nA F' qi ( F' quil) 
est (/Vert) si granz {AF grant) ;^Vy- Qui ml't fu sages {//saiues) 
et puissanz (M' puisant, ^V uaillanz), BCKW Q. m. fu humles 
{K hombles, C huclncs, W huenels) et rians (C irianz, K dotanz) 
— 65 n Qil na, F" Ni a ; 5C V We En nul na f. quen I., / Ne il na 
quen lui seul f., A^ En n. fors en 1. na f., K En n. fors li na sa f. 



DIXIÈME BATAILLE 27 

Quar c'est s'entente e son refuî. i52go 

Se il n'i vait, la perte iert lor : 

Sor eus revertira le jor. 

Ensorquetot n'ose muer 
15370 Qu'il nel retienge de l'aler. 

La dame set de grant saveir : i52g5 

Ne deit om mie desvoleir 

Ço que por bien dit e enseigne. 

Paris a pris et sa compaigne, 
15375 E Troilus e Eneas, 

Rei Mennon e Polidamas, i53oo 

Rei Sarpedon e rei Glaucus 

E de Licoine Eufemus 

E Cupesus le fort, le grant, i53oi 

i538o Qui esteit graindre d'un jaiant, 

i5366 n Que (m. à B)\ F sa antande, NV satante; F sa r. ; 
A^IK Cest ses refuis {Al -us) et satendance {K sesperance); 
BCV'WE Ce est {B Cest) sentente {V sa tente, CW sa c.) et, 
M' En lui auoit tout — 67 BCIM'VW Set (C Seit) sil {M' si); 
iVni est, Fi est; F' Se il uiet, M'' Sil sous ni v.\ACIV^W ua; 
K se il muert ; nV est, K ert — 68 A/' sus ; F' li — 69 F nosa, 
N nasa, K ne puot; V na remuer — 70 -B F' Que ; V'We retie- 
gne, nBC -eigne, F' detiegne — 71-2 interv. dans CW — 71 
{BKV'VW SQt), C seit, En est ml't — 72 CW en, Fan, EN 
lan, KV'V^ len, B on — ']3 B dist; F Ce que Ion por b. li an- 
soigne, N Ce quele p. b. lor ansaigne — 74 {A)\ M'^BKV'en a 
prise sa, CW sen ist o sa — 75 Et m. à F' ; V'VW troillus 
— 76 M^K Reis, 5Ce« Rois; FF' VF menon, E mannon ; F' 
Romanon — 77-8 m.àK — 77 F^ Roi s. et roi, -4 Rcy s. et roy, 
M'^K Reis s. et reis {les autres Rois) ; H sarpendon ; n glacus, 
M^B clautus, H claustrus, e -tus, F' clastus — 78 I^PH laucoine, 
A'^BV lanc, Ae lancone, CW laurone, F' lauchone; yPBFy 
eufremus, AA^V -ius, N eufrenus, CVI-'^ eufemus — 79-80 placés 
dans A"" après -84 — 79 CWe cupcssus, n cupressus, V cipr., F^ 
enpesus ; A le fort le grant, les autres li forz li granz — 80 / Cil 
kistoit; M^'A'^CJEWn graindres, F' graindes, B plus grans ; 
A F" Cil qui ert maire ( F^ erent mires) ; 4^ de iaiainz, ni que i., 
M'V dun iaians, ^^CFF'Wcuns iaianz {A'^CW iaanz), B des 
gaians. 



28 ROMAN DE TROIE 

Rei Steropeus, rei Acamus, 

Rei Epistrot, rei Adrastus, 

Rei Hesetis e rei Fortis, i53o5 

Qui sire esteil de Filitis, 
i5385 Philemenis le grant, le proz, 

E les autres riches reis toz 

A establiz e devisez 

Et les conreiz faiz e sevrez : i53io 

Moût furent grant, riche e plenier. 
15390 Quant covert furent li destrier 

E les enseignes atachiees 

Es trenchanz lances aguisiees, 

E li vassal furent armé 

E por bataille conreé, i53i6 

15395 S'a comandé Prianz le rei i53ij 



i538i-2 interv. dans A — 81 ^ Roys, Af^'i^ Reis, les autres 
Rois {de même aux 2 v. suiv.) ; M'CWe terepex, B -eus, A -eux, N 
ther., FL thel., A'^ terepleus, V epistroz, V remus; M"" doca- 
mus, AA'B alcamus, V arastus, V drastuz — 82 M'^A'^x epistroz, 
A- os, BCKV'W -ox, W sterepex ; F adastus, ABG adastrus, F' 
achamus, VW alcamus — 83 CHM'V'W ûiesQus, V eseus, E 
ipseus, N ispseus, F yseus, ^^ ylius; q m. à F'; {FL fortis), les 
autres fortins — 84 KL sires iert, B s. ert, IV' s. estoit; {A'^CWx 
de), J\rABKy des ; {L filitis), F filuttis, H filitains, N -ins, A'^BC 
KVV^We filistins, M"" phil., / phill. — 85 M'BCV'V'Wy Fili- 
menis, ATPhil., n Filem., / Fillem., A' Filom.; M^ABEHK li 
granz, M' li grant, C W li fors, nA"^ li biax; B li prous, les autres 
li proz — 86 F Et les r. à. ; R riche; A^ Et li altre roi airos, CW 
Lui et les autres rois trestoz, / Les autres r. les prinches toz 
— 87 iVdeuissez; A"^ Sont establi et ordene — 88 M^K con- 
reis; 3/' feiz; A"" Et lor conroi tôt deuise — 89 n M. sont g. 
(F granz) et, A'^BCV'W M. par f. ; F"" M. fu grans riches et 
p. _ go W le d. — 92 FKV^ Et; V En tantes ; B fortes, F' 
trenchant. — 93 F uasal — 94 (.4) ; M^BCly Cum p. — gS 
nATF' Si comande; AM' priant; R prian li roi; A le roy, 
M^KV'W li reis, enV li rois;yl" li r.prians; M'A'BCKVV^We 
aj. ce V. : Qui ml't fu {APK ert, e est) sages et conois {A'^ 
uaillans). 



DIXIEME BATAILLE 2Ç) 

C'ui mais s'en issent li conrei. i53ig 

Trop tarjoënt, quar cil de la i532i 

Sont ja as lices, grant pièce a. 
Mais quant ço vit Hector e sot 
1 5400 Que sis père li deveot 

Qu'il n'i alast a celé feiz, i5325 

Enragiez fu e si destreiz 

Que por un poi n'a moût laidi 

Celé que ço li a basti. 
15405 Lui e s'amor e son cuer pert; 

Quant el cel plait a descovert i533o 

Sor son dévié, sor sa manace, 

Ja mais n'iert jorz qu'il ne l'en hace, 

E por un poi qu'il ne la fiert. 
15410 Ses armes li demande e quiert i5334 

Isnelement, senz demorance, 



15396 M"" Quhi mes, EHIN Cui mais, F Qoi m., LA/' Hui 
m., G Que tost; n demanois, K Que scn i. tuit li c; F' conrois; 
M^A'BCKV'V^We aj. ce v. : Tôt bêlement sans nul {M'V'V'W 
et sans) desrej {VW effroi) — 97 ABCKxy tardoient, R -erent, 
ALV que cil — 98 5 trosqua, n iusquas, A iusqua ; F' iusqua 
au liceus; ABCFV'V^W pieca — 99 (G); yBCK Desque ; L q. 
uit h. ce, V^ q. u. h. — 15400 M' son, V^ si; M^EKN pères — 
I W Qe; V nalast; V ceste f. — 2 B Esragiez, n Esmaiez, e 
Coreciez, F' Corruciez, A Angoisseus; W est; V e d. — 3 
APKnx par; A ml't nel — 4 CW Celui, M'^KV'V^ny Celé — 
5 F' et sanor ; x cors p., V cor p.; A Lui et s. c. et samour p.; 
APBCKV'Wy a toz iorz p. — 6 iV el tel p., F en cel p., AV" 
el (F^ elle) tel chose; APBCKV'Wy Q. ce a (F' 01) dit et d. 
— 7 AM' Sus; F' suen; V Son cor d., H S. s. uie et; AM' sus 
sa — 8 i/nert; AAP ior; K Niert ia m. ior, x Ja n. m. i.; FL 
que, AV qui; AP la h., F' len ache, G la ace, F la nace — 
9-12 réd. à 3 V. dans G : Ja la ferist mais ciert amance Ses 
armes quiert sans demorance Ni fera ce dist atendance — 9 M 
reprend \ B A por, M A pour, Af A par, KLV'Wen Et par; 
H Por un petit; AV Nen {V^ Ne) faut giieres qui— 10 B Les; li 
m. à MV; FL S. a. d. et requiert; M' quert — 11-2 m. à 
M'-BCWky -— II nL atandance. 



3o ROMAN DE TROIE 

Qu'il n'i face plus atendance. 

La dame les aveit muciees i5335 

E repostes e estoiees : i5336 

I 541 5 Duel faiseit grant e angoissos ; i534i 

Le jor redote perillos ; i5342 

Par maintes feiz l'estut pasmer. i533g 

Quant el li vit son cors armer, i534o 

Moût li prie qu'il se remaigne i5343 

15420 E que son corage refraigne; 
Moût li crie sovent merci ; 
Mais il par est ensi marri 
Qu'ele n'i puet merci trover 
Ne por braire ne por crier. 

15425 Quant veit que par nule manière, 

Por dit, por fait ne por preiere, i535o 



15412 F Qe, A V'" Qui, RV ne; ALRV fera; V Qe p. ne 
fera atardance; nLV demorance — i3 (A); V' qui lauoit; R 
nunciees, x ostees ; M-BCJV'Wky les ot destornees — 14. R 
respostees, V repostent; A estuiees, R estiuees {î'i accentué), 
X destornees; M^'BCJV'Wky Mes voille o non (CW M. a 
force) sunt raportees {K ap.); M'^BCJV'Wky aj. ces 2 v. : Son 
hauberc (3/^ hauzberc) {M Ses armes) uest isnelement {M' 
ignel.) Andromaca {K -cha) el [M"" La dame sor le) pauement {V 
pauim.) — i5 F" Dol; iVfessoit; M^BCJV'Wky Molt feit g. d. 
{K duol) et a. — 17-8 sont placés dans M^BCJV'Wky avant -i5 

— i'] W mainte; M^'BCJWky estut, V lestuet, F" estoit; L 
parler — 18 V'V elle uit, FGR el le u. (G uoit, R uint), HJ 
ele uit, B ele uoit ; CW Puis qe son c. li uoit a. — 19 -^ quil se 
remangne, les autres que il remaigne (c/. 75447); £r remeigne 

— 20 R refaingne, E refreigne — 21 M^'BCJV'Wky Merci li 
c. molt s.; C le; CW prie doucement — 22 R per ; A ainsi, R 
issi; A marris,/? mariç, V smari ; x a si son cuer m. (F mari) ; 
M'BCJV'Wky Rien ne li (A/' Mais r. ne, H M. ne li) uaut [CW 
Ne li u. r.) quant ele ( V il, CW ce) entent (eK el lent., M cl e.) 

— 23 RV Ke len; F' poit; F Qcn lui ne p., ÀPBCJWky Quen 
{M^HKW Que) ni (M' ne) porra ; nR nul bien t. — 24 K par... 
par ; AP breire, CW batre — 25 M' Bien, CV'Wky Et ; C\F qe 
en, MV^V qe por — 26 R Per f. pcr d., KM' Par d. par f.; 
APM prière. 



DIXIÈME BATAILLE 3l 

Ne l'en porra plus retenir, 

Si a les dames fait venir. 

Sa mère e ses bêles sorors, 
I 5430 O criz, o lermes e o plors, 

L'ont depreié e conjuré i5355 

E en maint sen amonesté 

Qu'il ne s'en isse e qu'il n'i aille : 

N'i a preiere que rien vaille; 
15435 Ne lor monte, ne lor vaut rien : 

« Fiz, » fait sa mère, « or sai jo bien i536o 

« Que tu enchiez e fauz vers mei 

« E vers ta femme e vers le rei, 

« Qui noz volentez contrediz. 
I 5440 « Aies de nos merci, beaus fiz : 

« Ne nos laissier, ne nos guerpir, i5365 

« Ne nos faire de duel morir. 

« Fiz, chiers amis, que ferions, 

« Se ton cors perdu avions? 
I 5445 « N'i a ccli ne s'oceïst 

(( E que li cuers ne li partist. i53yo 

15427 M Nel, APFV^ Ne len; K détenir — 3o F* larmes o a 
p. — 3i en Li ont proie — 32 R mainç; M*MM'RV sens, 
EFV san; K adm.; W En mainz senz lont a. — 33 V uenisse 
ne; nEK i. quil, M'VV i. ne q. (ni m. ià V) — 3^ M^M prière; 
V^ que, les autres qui; AKV riens — 35 M' Ne ne; V mont, 
M monstre, V mostre; AFKe ne ne — 36 ekCV'W la m.; n or 
uoi b., V ors. b., A V ie s. b. — 37 {ARV); M'^BCV'Wekn nas 
(C nais) mes cure {n pas pitié) de moi — 38 {ARV^) ; M^BV'ekn 
Ne de ta f. ne del r., CWNe de ton père ne de toi — 39 V Qe; 
M'MM'V'V'W nos — 40 {AV^) ; R A ges ; M'CV'Wek Bien 
deureies (F' deussiez) creire mes {KV noz) diz — 41 {AR) ; F' 
lasiez ; M'^CV'Wky Biaus douz amjs ne — 42 {AR)\ N i fai, F 
laissier, F* laisse; AP fei de dolor m.; CV'Wky Con porrions 
[M' -on) {HV Conment porron) sanz toi guarir — 43 M^ chers; 
M' Chier f. a. — 44 CW Se nos toi p. — 40 M'V'V' celui, / 
cheli, APCEWky celé; F' qi ne — 46 [AIRTW'y, CWky Et cui li 
c. (Af' le cuer) ; CEHWk ia ne p., F' E qi si le cuer ia ne per- 
dist. 



32 ROMAN DE TROIE 

« Remancz vos, douz ami chier, 
« Créez les diz vostre moillier. » 
Qui donc veïst en corn grant peine 

i545o Polixena e dame Heleine 

Se meteient al détenir! iSSyS 

Mais ne le pueent pas tenir. 
Tant est iriez ne set que face : ^^^79 

Andromacha het e manace. 

15455 Quant ele veit que el n'en iert, 

O ses dous mains granz cous se fiert ; 

Ses cheveus tuert e ront e tire, 

Fier duel demeine e fier martire : 

Bien resemble femme desvee. i5385 

15460 Tote enragiee, eschevelee 



15447 {M'^AIRVx R. uos), N Remenez uos, A'BCJV'Wky 
Car (^' Kar) remanez (Af -oiz, E remenez); A'^CILV'W beaus, 
K filz; {A ami chier), A^CIJLRV V^Wkxy amis chiers; M' chers 

— 48 y" Oiez; {A u. m.), RV^ uostre moilliers, ArA'^BCJV'Wkxy 
de {H a) ces (Af* cesz, E cez, F' tez) moilliers ; / Ne soies tant 
cruels ne fiers — 49 LRn lors, G les; IK c. en, CF'W a com, x 
an si ; FG poine, E peinne — 5o A^ helayne, FM' -aine, E -einne 

— 5i {HJV'V) ; BCW Sen ; n Qe, L Qui ; G Qua lui mestent ; 
4' del ; R detinir, A retenir, F' départir; Af^ de lui tenir — 52 
nL puent: G le p. détenir, AFLRV li p. {R puet) pas tollir ; / 
M. nen p. a chief uenir, M'A'^BGJV'Wky Mes rien [K riens) 
ne [BM ni) vaut {A'^K R. [A"" Mes) ne lor u.) car (4* que, B al, 
y dou) retenir {A^K détenir), puis ces 2 v. {qui m. à V) : Nel 
porrunt {Hk porent, E pueent) pas (4' N. poroient, J Ne le po- 
reni) por {J par) nule rien Ce lor afiche {A'' afie) e iure bien — 
53 Af' irez, E desuez ; IK quen, M^ V quil — b^ M Andromaca, 
G -eda; Mx men. — 55 {ABHJR); I kil el nen ert, V^V^ qe 
néant iert, C\F qe ce ia niert — 56 BCIJKny A; BCWek poins; 

A grant cop — 57-8 interv. dans BCWJky — 57 M^'K cheuels, 
M -eulz, BCM' -ex, E^ -ox, R keuois; M^ tort, K sache, 
J5C3f F'F^\Fe trait; ni v. et tuert (/N trait), AR romp et trait; 
C£\F r. et detire, B t. r. et t.; H Ses puins detort ses caueus t.; 
K rompt — b% E Grant d.; K duol - 59 A/' deuee — 60 A/' F' 
esragie, V ragie ; ^ Trestote issi ; M' esceruclce ; R Desronpue 
et descheuclee. 



DIXIÈME BATAILLE 33 

E trestote fors de son sen, 

Cort por sdn fil Asternaten. 

Des ieuz plore moût tendrement, 

Entre ses braz le charge e prent ; i53go 

15465 Vient el palais o tôt arieres, 

La ou chauçot ses genoillieres; 

As piez 11 met e si li dit : 

« Sire, por cest enfant petit 

« Que tu engendras de ta char, i53g5 

I 5470 « Te pri ne tienges a eschar 

« Ço que jo t'ai dit e noncié ; 

« Aies de cest enfant pitié : 

« Ja mais des ieuz ne te verra, 

« Se assembles a ceus de la. i54oo 

1 5475 « Hui iert ta mort, hui iert ta fin : 

« De tei remandra orfelin. 

« Cruel de cuer, lou enragié, 

« A que ne vos en prent pitié? 

15461 K Et tôt issi; M'^Me hors; En san — 62 F' F' Tôt per; 
K fin, M^CJW fiz, M' filz; MJk asternanten, M' aternantein, N 
-atan, ^""CLW -aten, E arternantan, ^1 F' F' astrenaten — 63 
F' V^ Adonc; M"" oilz, K ielz, M ieulz, EF ialz, N iauz, 3/' eulz, 
CW euz {de même -y 3 et le plus souvent) ; CW plorant — 64 
CEW lencharge, M' lenbrace ; V'V le congie p. — 65 3/^ palez, 
ek -es, An -eis, V -e ; M' a t., V'V^ adonc; K A tôt u.; M'AEK 
uint — 66 CWek Ou il ; ^ lacoit ; V'V^ Hector a mis — 67 V'V 
Apres; M^'N et se; F' dist — 68 K par, « de — 69 VV" Qe li 
— 70 C"VF nel t.; VV" Por coi le t., M^'A Pri que ne t. {A tien- 
gnes), n Or nel tenez mie; E tiengnes, CAf Jif ' F' F' W tiegnes — 
71 F' qe te ai, F^ qe tai — 72 3/ cel — 7^ V'V Qe iames — 74 
CA^ Sui ; F' F" Ne rassenbles ( F' resanbles) — 75 ^ Oi... oi ; AC 
M'VWn est... Qst,KV' en... ert; Af fin, les autres fins — 76 F 
remendra, iV remanra, M'^Me -aindra ; M^ orphenins, M -elin, A 
Ken orfelins, CV^V^W orfenins — 77 {y Cruel), « Cruiex, M* 
Cruels, GLk -ex, CV'V^W -elz ; K del ; ATACFMRV'V'W 
lous, Fi/^ leus, iV lox, M' leu ; (^ enragie), F anraigiez, HM^ 
esragiez, les autres enragiez — 78 (F' A que), H Por que, M'^k 
A quel [K qui, M quoy), V'VW Par qoi, C Par coi, enL Por 
coi (F quoi) ; K pitié, /e5 autres pitiez. 

Tome III. 3 



34 ROMAN DE TROIE 

« Por que volez si tost morir? i54o5 

1 5480 « Por que volez si tost guerpir 

« E mei e lui e vostre père 

« E voz frères e vostre mère ? 

« Por que nos laissereiz périr? 

« Com porrons nos senz vos guarir? 1S410 
15485 « Lasse, com faite destinée! » 

Adonc chaï a denz pasmee 

Desus le pavement a quaz. 

Celé l'en lieve entre ses braz, 

Que angoissos duel en demeine : i54i5 

I 5490 C'est sa sororge, dame Heleine. 
Hector de rien ne s'asopleie 

Ne por l'enfant ne s'amoleie : 

Nel reguarde ne n'en tient plait. 

Ja li orent son cheval trait : 16420 

15495 Monter voleit, n'i aveit plus. 



15479-80 m.àFH — 79 V'V^W Par; ABCGJLNRe coi, M 
quoy, F' F" qoi, AT quei ; V^ gerpir — So CV'W Par ; ABCJRe 
coi, Af quoy ; V Et ne v.; GLN Et moi et uoz amis g.; F" morir 
— 81 F'F' li; F' li uetre; G Et uos parenz; AfBek mère; H 
De moi de 1. et de uo p. — 82 {ACR); x Et f. et serors et m., 
BCWek Et u. serors; Bek Et u. père; H De uos serors et de 
uo m. — 83 F qoi, M quoy, M'N coi, EH que; M^AKen 
vos; M lesseriez, M' léserez, H laies nos, A lesserons — 84 
AFHLM'V'V^- Coment p. {H por.), M^CE W Cum porrions — 85 
{AVV'); M^CJWky c. maie — 86 ^ chay; n Et lors chei [N 
rechiet); E^BCJWky A icesi (Af' Apres cest) mot c. p. — 87 
F' F' pauiment; (F quaz), V'V^ qas, A tas; M^BCJWky A 
quas {K quaz. M' cas, EJ fes) de sus [BEJ sor) le p. - 88 BKM' 
drece, EJdresce; CEHJWk ï&n&Xtm&nl, BM' ign. —89 {V'V)\ 
M^BCJW ek estrange d.; n demaine, A -ainne —90-4 Sest; 
CMV'W seroge, F' rerorge, F seror, N seros; CWn et d.; n 
helaine — 91 X riens; (A/'iC sasopleie), BCEH -oie, MM' sasou- 
ploie, A'^R se soplie, F' saploie, n samoloie, K samolleie — 92 
K sasopleie, n -oie, K samolie, A"" sumelie —- g3 A" Il ni esgarde 
nen, F' F' Ne les r. ne, CW Nés r. ne ne; e II ni garde ; M' 
nil nen; M' ne entent p. — 94 « ont fors; F' si c. 



DIXIÈME BATAILLE 35 

Andromacha saut fors par Fus; 

Plaint sei e crie a si hauz criz 

Que moût par sont de loinz oïz : 

El grant palais perrin de Troie i5425 

i55oo N'i a si sort qui cler ne l'oie. 

Plorer lor fait de chaudes lermes. 

A! las, corne aproche li termes 

Que chascuns voudreit estre morz! 

Celé cui rien ne vaut conforz i543o 

i55o5 Vient andous ses mains détordant 

Tôt dreitement al rei Priant : 

Si grant duel a que mot ne sone. 

A chief de pièce l'areisone : 

« Di, va, » fait ele, « iés tu desvez i5435 

i55io « O de ton sen si forsenez 

« Que tu n'as mais cure de tei ? 

« Saches, s'Ector vait al tornei, 

15496 M^CMe hors; n a lus — 97 C W P. et cria ; E ml't h.; 
AFV F" un si haut (F' F' grant) cri ; N uns si ; -K" et a si h. c. 
crie — 98 (L); CNV'V^ Qui; N m. furent; AFV'V fu de 1. (F 
lonc) oi ; K Q. m. très 1. en uait loie — 99 An palais, M^ek 
chastel ; CFW perin, A marbrin; K Si quel c. premiers — i55oo 
L celui qui ; A: Na un tôt sol ; M^C V V W Na nul ; F Ni a nulle ; 
n qi bien, F' qe b., G que il — i {A)\xM P. les f. a, M Pleure for- 
ment a ; V des, CWles— 2{R); k A, les autres Ha; F' F' Lasse ; 
E apruiche. M" aprisme, V saprosme, V saprime; A Lasses com 
saproche — 3 M^AM' chascun — 4 KM' qui ; KR riens ; CVW 
fait, M^ feit, K fet r— 5 A'^Ke Vint, tiR Vait; A'^ ansdous s. poins; 
K les m. detortant; CW detorquant ; enRV'V anbedos {riR ame- 
dos, F* embedui, V adeus) ses mains {Af poins) tordant (tiR V V 
bâtant) — 8 F Au; {M^^CFe lareis.), N laress., les autres larais. — 
g{A) ; A' il; M'CFA/ F' V'We es; K deuez - 10 {GLV'V); AFEt; 
Fsan, ^F'F^ sens; G mal senez, Fm. menez; M^'A'A'BCJWky 
Trop ledement [A'^HM' malement) seras greuez — 11-4 réd. à 2 
V. dans M^A'A^BCJWky Sector {CW Se hector) sen ist {A' Se 
hector uait) a la bataille Ocis i estera (J issera, M i s., M' i s. 
il, CW sera) {B Car o. i. s., A' Il i. s. o, M^'^Quil i morra encuj) 
sans faille (A' O. i ert s. nule f.) — 11-4 sont dans ARV'V^x — 
12 FRV'V^ Sachez; NVV st hector, FG se hui; /liRG ua. 



36 ROMAN DE TROIE 

« Tu l'as perdu, sin seies fis : 

« Il i sera ancui ocis. 
1 55 1 5 « Je l'ai veu par demostrance : i^43g 

« Li deu l'en ont fait desfiance 

« Par mei ensi faitierement 

« Que, s'il assemble a la lor gent, 

« Il l'ociront. Guar qu'en feras : 
I S 520 « Ja mais des ieuz ne le verras. 

« Va, sire, tost e sil retien. i5445 

« Asternaten, son fil e mien, 

« Li aportai ore a ses piez; 

« De sa mère a esté preiez, 
i5525 « D'Eleine et de Polixenain, 

« Mais c'a esté trestot en vain : i545o 

« Ne nos deignot sol esguarder. 



i55i3 (F' F" sin), A sen, n san, R hiQU. {pour la rime ^ cf. 
i3i4g-5o) — 14 Fil li, F* Il en; V'V^ eincui, R en cuy, F 
anqoi — i5-8 m. à G — i5 M^BC demonstr. — 16 F' men ; M"" 
feit; A'k defF. — 17 CFKRWissx; K feitierement, M fetement, 
F feterem. ; V'V^ et si entièrement — 18 n se il a. a 1. g., 
K sil sen ist o la 1. g.; AV'V^ hui a 1. g. — 19 CW J; M^ANe 
locirr., M lochir., F* occirrunt ; n que, L qen, CW qar; G 
Deus le me montre quan f. — 20 G D. iex ia m. ; ^ de tes 
ielz nel u; M"" nel reuerras, C\Fne reueras — 21 CEHMWn 
si le, A et le, M' et sel — 22 A/^^ Asternantes, K -en, E Art., 
3/' Alternanter, F Asternatan, G -en, N Aternatan, H -antes, 
AV^ Astrenates, F' -êtes, K fill, A filz — 24 B De me dame; 
F" estez; M^CMM'V'V^W priez— 25 A Del. de; FG De 
helaine, N Delayne; G et polixenan ; F' polixenaun; BCJWky 
De polixena [CW -ain) et deleine. A"" De sa soror de dame 
h. — 26 N trestoz; AV'V'^ ce a e. tout; £ ce a e., J ce aste; 
G tout por noiant, BCJWky parole uaine; A^ Lor proierc 
li fu ml't u. — 27-30 réd. à 2 v. dans G : Ne nus deigne 
veoir. a toi Je sui uenue retien le moi — 27 A'^LRV'Vn deigna 
onc {L ainz) regarder; / deigna s.; AP neis e. ; A' A'' BCJWky 
Car onc {CW aine, E ainz, A'' il) nen uolt (CATWuelt, J uolst, 
E uost, H valt) {A' Il nen uoloit) nule {E nul, //J une) 
escQuter. 



DIXIÈME BATAILLE Sy 

« Sacheiz qu'il voleit or monter, 

i( Quant acorui criant a tei. 
i553o « Va tost, sire, retien le mei. » 1S454 

Ne pot plus dire : pasme sei i5456 

Très de devant les piez le rei. 

Molit fu Prianz austers e durs, i'^45g 

Envers ses enemis seûrs; 
i5535 Ne fu hastis, legiers n'estouz, 

Franc cuer ot moût e simple e douz. 

Quant les paroles ot retraire 

E vit la dame tel duel faire, 

El cuer li prent une freidor, i5465 

1 5 540 Dotance a e crieme e paor ; 



15528 AR Sachiez; / Biau sire il; WBCJWky II uoleit {K 
deueit) or endreit m., A^ Il ua sor son cheual m., A^ Car or andr. 
u. m., nL Ne soulement ses iauz mostrer (F son oil torner, L s. 
oeill leuer) — 29-30 m. à R — 29 M"^ ocoruj, E acorrui, CW 
acurui, M acourui, A' -u, nlJ iacorui, L ie ac; {FI criant), 
^PN corrant; A'V'V Q. ie uing ca corant; A'BCJWky ici a 
t.; A"^ Por ce sui ca uenue a t. — 3o ACI Va s. t.; -4' et haite 
toi — 3 1-2 développés en 4 v. dans A'A^BCJWky ; voy. aux 
Notes; I a 2 v. spéciaux : Deuant ses pies pasmee chiet Li rois 
conmande con len liet — 3i {ARV'Vy, FV'V puet; G Quant 
out ce dist se pasme soi— 32 m. à G; Af^F dauant; A Trestout 
deuant; AP au rej — 33-4 -^^ Fiers fu li rois comme lions Fon- 
dez et sages de raisons — 33 AP ansters, A V entiers, CIKV Wen 
et fiers, M et fers, H et fors — 34 ACKV Vn Et uers — 35 (^4'); 
F haitis, W haustius, V^ astiz ; EK nestolz — 36 CWn auoit 
et; A F. ot le c, M F. c. ot et; A"" Ml't estoit frans humles et 
dois — 37 A"" Q. ot 1. p.; M la parolle — 38 A^ as d. — 39-40 
interv. dans HM' ; x Au cuer une dolor {N -ors, L froidor) 
lo prant (G froidure p.) Esbahiz en fu durement — 39 A'ny 
Au; M'BCIK cors; W ie p.; HM' len [H li) uint; V prist; 
M^ freidors, JBF/ froidors, HK freor, M freiour ; yl V Parmi 
le c. len ( V le) prent froidours, A"" Lors fu sopris d'une f. 
— 40 {A'); APACEMV'VW D. et c. e, ^V D. et c. ot et, 
K Et c. et d. et, B Et d. et c. et, HAP D. en ot c. et, I Esmaian- 
che grans et; E et granz et paors ; {A'C paor), AP" poors, ABEJ 
paors, A paours, M paour, etc. 



38 ROMAN DE TROIE / 

Sospir l'en issent granz e Ions. 

Une pièce fu toz embrons : 

Lermes li moillent le menton 

E les goles del peliçon; ib4'jo 

15545 Son damage sent e aleine. 

Sor un cheval monte a grant peine ; 

Fors del palais s'en est eissuz, 

Dolenz, pensis, taisanz e muz. 

Hector ataint en mi la rue, ^^47^ 

i55 5o Qui toz de mautalent tressue : 

Moût par l'aveient fait irié 

Por la noise, por le dévié 

D'eissir s'en fors contre Grezeis. 

Desoz son heaume Paviëis 1S480 

i5555 A le vis teint e coloré. 15481 

Li ueil li sont el chief enflé : i5483 

Plus les a vermeiz d'un charbon. i5485 



15541 eN Sopirs; AM'V'V en i., E gietent ml't, K giete et, n 
gita et -- 42 enCW U. grant p. fu e.; VV" tôt — 43 G Larmes; 
GL i m. — 44 G Que ; A gueules; MOV'Wek Et le bliaut de 
clclaton {EV -glaton, M sicL, M' sigl., C\^ seingl. — 45 £" 
aleinne, M -aine, n -oine — 46 M^M En — 47 M^'ek Hors; K 
Si est h. d. p. ; M'M' palez, ^^-es, F -eis, N-ais; ^ en est — 
48 CW pensius; K p. et irascuz — 49 M'^Ke ateint, n -oint — 
5o F mautalanz —b\E Que ml't — 52 AV'V^ et pour ; F la — 
53 HKn Dissir; M^AMe hors; M De issir sant; E De lui i.; 
AV'V Dissir hors (F' F" f.) encontre g. — 54 G Desor; 
kCV'V^WÏQ; iV paienois — 55 ATG taint, iV toint; M' tôt 
descolore — 56 M^ oill, GN oil, F ialz, AR oeil; N el uis, M^ 
el chef; AFGILRV'V^ du (K del, G an, FL el) chief li s.; 
A'A'BCJWky dével. en 3 vers : Ausi [K Alsi, M' Aussi, M 
Ainsi, J Ansint) com sil {B il) eust plore Li sont el chief {EH El 
c. li s.) enfle li oil [K oill, A' ueill,£ oel) ( W li oil vermeil) Vérité 
dire uos en uoil [K uoil, A' uueill, E uoel) (3/ Par u. d. uos u.) 
— 57-8 m. à M — 5y x Roges les ot corne charbons; 3/' ver- 
meilz, K -elz, M -els, J -oiz, E -ax, V'V^W -eaux, BCM' 
uremex, H luisans; {AA'KRV'V^ dun), A^BCEHJJW de, M' 
del; M'AR que charbons, /AT de c. (/ carb.)- 



DIXIÈME BATAILLE Sq 

Plus fiers que lieparz ne lion, 16486 

L'auberc vestu, ceinte l'espee, 16491 

1 556o Sist toz armez sor Galatee, 

Qui de dur mestier ert apris. 

Prianz Fa par la resne pris : 

« Beaus fiz, » fait il, « vos remandreiz; i54g5 

« Sacheiz c'ui la fors n'en istreiz. 
i6565 « Sor ço qu'il a de mei a tei 

« E sor les deus de nostre lei, 

« T'en faz dévié : retorne t'en. 

« Tant deis aveir reison e sen, i55oo 

« Ne deis faire n'a tort n'a dreit 



i5558 AV'V^ fier; M" lioparz, J lupars, R lauparç, A* lepart, 
J lopart, K lip.; V'V leup. ne lyon ; RV'V' ne lion; a: Plus ot 
fierté que uns lions {N leons), M''ABCJWky Fierté de lieupart 
de {A' ne dors ne de) lion, puis ces 4 v. {les 2 premiers man- 
quent à M) : 3/' Nus hon de char ne lauisast Por rien que Ion 
li deuisast Par mal talant en mj la chiere Une enseigne ot molt 
riche e chère; les autres mss. : A la soe ne monte [A'^ -a, H na- 
monte) rien Por uerite nos di ie {A"^ uerte le uos di io) bien Nus 
{k Nul) ne losast {EH losot) en mi la chiere Veoir tant iert 
{EK ert, A^HJW est) cruex et fiere — 5g AP Lauzberc, n Hau- 
berc; ^' sor galatee — 60 M' S. sus a.; F' galetee; ^* seinte 
lespee — 61 M^'V'Vy del; A est a.; IR del m. est tous {R 
estoit) a.; A^ De guerre ert bien duis et a. ; /c iert — 62 F por la 
r. la p.; K règne"— 63 M' Biau; AT fist; F or uos (f. /.); 3/" 
remaindrciz, M -ois, n remanroiz, AP retorroiz, L ni irez; H car 
retornes— 64 A"^ f. nisterez; kyCW que hui {K oi) la f. [Me hors) 
nistroiz, M"^ que pas hui hors nistreiz; FGL A ceste fois pas ni 
eroiz (G jrois) {L uos remeindrez), N Ni eroiz p. a c. f., A VF' 
Ce s. bien uos {A hui) nen istrez — 65 M^ Sus; N toi a moi ; 
M en toy, V^ et toi — 66 (CW); M' Et sus, F'F» Sor toz; 
A"" nos d. et sor no loi, K Et des d. de la nostre 1, — 67 AFI 
Te ; V^V"^ faiz, A^ fais; n r. tan; G Tan fai desuie et or mantan, 
M'^A'BCJWky Te {M^ Ten) coniur et ten {Jek te) f. {CMW 
faiz, JM^ fez, A^ fais) deuie, A"^ Te c. ore et f. d. — 68 L Bien; 
F T. a en uos; APA'BCJWky Que nisses {M -e) fors [M^Me 
hors) {A"" nen isses) sanz mon congie — 69-70 m. à M — 69 
M' a t. 



40 ROMAN DE TROIE 

15570 « Chose ou li miens plaisirs ne seit. 

« Sor tei avrai tel poësté 

« Que n'istras hui de la cité. 

« Veiz quel merveille e quel criée i55o5 

(c Ont cez dames entre eus levée? 
15575 « Veiz com chascune crie e brait ? 

« Soz ciel n'a rien pitié n'en ait. 

« Va descendre, chiers fiz, amis. » 

Moût par fu Hector entrepris : i55io 

Le vie son père n'ose enfreindre, 
I 558o Ne il ne set coment remaindre. 

Honiz en crient estre a sa vie : 

« Sire », fait il, « itel folie 

« Com fu solement porpensee? i55i5 

« Por une foie, une desvee, 
i5585 « Que son songe vos a retrait, 

« Quos entremetez de tel plait? 

« N'avenist pas ! Ço di por veir, 

« Trop i porrai grant hflonte aveir, i5520 



15570 M^CGMV^W C. o mis [V mi) p., 1 Tel c. v mes p., 
AV Rien nule a mon [V o mi) p.; M' mon plaisir — 71 
M' pooste — 72 AM' hors de; M'^k de ceste c, V^ hors de c. 
c. — 73 ^ Vois; V'V^ qe m., F qel noise; EH Voiz fet il filz 
quele c, .WA'BCJM'Wk Hui {K Oi) en (C de tôt) cest {M ce) 
ior ueiz {M^ uerz, M ois, M' os) q. c. — 74^' Unt, F One; M'' 
cesz, Men ces; M gens; Af entrels, V'V entraus, nE -ax, etc., K 
por tei — 75 M' Vez ; APE plore — 76 n nest ; nK riens ; V 
ne ait — 77-4 Vas; FM'V chier f., A i\ chiers, CW li miens — 
78 CW M. fu — 79 CM'V'V'W Le (Li) dit; M uee, A veu',K 
enfreindre, F anfaindre — 80 M'' remeindre, V'V défendre — 
81 Fan cuide — 82 K itex — 83 eCMW S. con fu, K Con fu 
fête ne, N Con faitement fu — 84 iV Par; M famé; F folle 
desue; V et une d. —85 M'^AMV'Ve ses songes; M^^e retraiz 

— 86 (Af' Quos), les autres Vos ; V Por coi uos e. ; K fol p., 
M^e tiels {M' tiex, E tex) plez; AV Por coi vous mcUez de tel p. 

— 87 {A) ; X iel di ; ekC V W sachiez (AT-eiz) de (C V W por) uoir 

— 88(L);3/ en; EF porroiz. M' -ez, JV poez, G poues ; F 
perte, Af blâme. 



DIXIÈME BATAILLE 4I 

« Se jo remaing por tel afaire. 
15590 « Ne vos devreit mie desplaire, 

« Se j'aloë voz genz aidier, 

« Quin avront ancui grant mestier. » 
De tôt iço n'a Prianz cure : i5525 

Tant le prie, tant le conjure 
15595 Qu'il l'en a fait torner ariere. 

Tant par est fiers en mi la chiere 

Que ne l'ose rien esguarder. 

Ne se voust onques desarmer i553o 

Fors seulement de sa ventaille. 
ï56oo Prianz enveie a la bataille 

Toz ceus qu'il a ne aveir puet : 

Tote la vile s'en esmuet. 

Tuit s'en issent, les armes prises, i5535 

Loinz as plains chans, fors les devises. 
i56o5 Cil de l'ost sont moût aproismié, 

De bataille prest e rengié. 

15589 iVr remeing, M'N -ain, F -aig; F' por cest; E Ml't i 
poez grant perte fere — go w deust, V doit — 91 A ialoie, n 
ialasse; F'F^ noz; ekCW Se a {CMW ie) u. {M' nos) g. aloie 
{K aloe) a., M"" Se vos g. a. a, — 92 M"^ Encui en auront, F 
Qi ancui a., N Qui en auroient; CW^k Qui a. en a. m., eV'V^ 
Qui (M' Quil) en a. a. {M' encui) {V^V encor hui) m., A Cui 
iert grant besoing et m. — g3 E not; AAI priant, A"" li rois — 
94 M Et t.; enCW li p.; enV li c. — g5 AV en a, CW ne la, 
V en la - 96 F'F" Si; M fel; CW qen — 97 CW Ne lose 
nuls hom e.; FK nus e. ; M^AMNe nus {AE riens, M' rien) ne 
lose {M losoit) regarder [M' desaregarder) — 98 M'^KNe uolt, V 
uout, V^ uont, 3/ueult, CW uelt; ek mie — 99 E F. del hiaume 
et de; AEV'V^k la — i56oo E an uet — i M' Celz qui il; F 
T. cez; V Ceaus qil a et quil; E O trestoz ces quil; A et 
quauoir p. — 2 AFV s,\, G \ — ?> K Toz ; ;c fors (L hors) as (G 
a) deuises — 4 (3FL Loinz), K Loins, les autres Loing; MV^ es, 
AG a; -E pleins; A plain champ; C"VF sor; KV^ f. des, F' f. 
de, M^Me hors les (Af' des) ; Af' lices, F' vises ; jc lor armes 
prises — b M tuit; hP apresme, ELMf^ aprismie, G -e, F 
aprosmie, A aprime, M^ -ie, K aprochie, A"^ -cie; //s. aparillie 
— 6 ^ pris; G p. et sonme; EH Et de la b. arengie. 



42 ROMAN DE TROIE 

Diomedès a gent conrei, 

E Achillès riche endreit sei ; i554o 

Telamonius Aïaus, 
i56io Agamennon e Menelaus 

E li sages Palamedès 

Chevaliers ont pro e adès. 

Li heaume cler e li samiz i5545 

E l'ors d'Espaigne e li verniz 
1 56 1 5 Resplendissent par la champaigne. 

Diomedès o sa compaigne 

E Troïlus o les Frisains 

Assemblèrent toz premerains : i555o 

Icist dui conrei s'entrevindrent, 
1 5620 Qui grant partie del champ tindrent. 

Li cheval meinent grant esfrei : 

De loinz en ot l'om le trepei 

E la terre soz eus bondir. i5555 

Baissent les fuz a l'avenir; 

\bÇ>o'] AA'^MM'n Dyom. ; ^'C/c ot ; n bon— 8 n gent, A* 
bon ; G rout androi soi — 9 iV Et thel. ; M'GLky Et thelamon 
et (G auec) a., A"" Et li rois th. a.; JV/^ aiaux, E ayax — 10 F 
Agamenon, E -annon {formes ordinaires) ; Af" menelaux — 11 F 
palamides — i FH C. ot, L Rot c. ; M"" prou, M' preu, K prouz, 
E preuz, GMRn proz, A"" preus ; H .xx. m. et mes; / Bons c. i ot 
a. — i3 (M Li heaume), M' Les hiaumes, K Lialme, F Li bau- 
me, les autres Li hiaume; A"^ chier, n agu; L Et li h. et; G ou; 
X li {FG les) uerniz ; {R samiç), AI samis, M'A^'BCJky blazon 
{B -son, C -con) — 14 {AR); x Et lor, / Li ors : x Vi {F les) 
samiz; M^'A'^BCJky Les banieres et li penon (^' peignon, B pi- 
gnon, EJ panon) ; AI uernis — ib N Repl . , IR Resplendist molt ; 
R parmi la plaigne — 16 Mn Dyom.; M^en e (et) — 17 (K); Fou, 
A/' e ; M' ses; M^'M friseins, En -iens; H com il pot ains — 18 
n Cheualcherent as, R A. as, H Cist a. ; AT premeirejns, R 
-irains, £iV -eriens, F primeriens, K -ains — 19 M'Nk Icil, F 
Et cil — 20 F Qe — 21 M' mainent, n moinent, M meinnent; 
ek trepoi — 22 GKNe loing, FM loig; L oit; KL len, N lan, 
EFG an, M' on, M" Ion; ek De ml't 1. en ot an lesfroi {k leffroi), 
7 Ml't en ot on loinz de tanboi — 23 7 desous b. — 24 G fuis; M 
an ; £ au paruenir; 7 Les lances b. al uenir. 



DIXIÈME BATAILLE 48 

i5625 Ataignent sei par mi escuz 

E par haubers mailliez menuz ; 

Froissent lances e enastelent 

E cors de chevaliers desselent. i556o 

Al bien ferir e al hurter, 
i563o En i covint maint enverser 

De teus qui puis ne relevèrent. 

Cil qui as lances eschaperent 

Traient les branz d'acier moluz : 

La ot estranges cous feruz ; i5566 

i5635 Set cenz en raient les costez. ï556g 

Tant en i a morz e navrez 

Que toz li chans en est jonchiez. 

Diomedès est moût iriez, 



1 5625-8 m. à N, réd. à 2 v. dans F : Froissent lances por grant 
air Et les cheualiers uont ferir; 25-6 m. à L, interv. dans G — 
25 AR Ataingnent; / Puis sentrefierent es escus, M^BCGJky 
Brisent lances percent escuz — 26 J Et por, GH Par les, / Si 
ques — 27 {ABHIL); J hantes, G espez ; Cl enestelent, M este- 
lent, R esquartelent — 28 {AJ)\ GR des; R kiualers; / Maint 
bon cheualier i d. — 2g G A; iC uenir, FG ataindre, N -oindre, 
L entendre; M^ a; x ioster — 3o {CGIW) ; K maint a uerser ; 
N mainz, G ml't, M"^ a. ; L En c. souant au. — 3i F cex; E 
nan — 32 IM' cui {Àf qui) les 1. ; G a 1. — 33 (GL) ; M^'AA^Bkx 
toz nuz; C forbiz dacier — 34 A"" Iluec ot mains durs cols; M' 
destranges c, G tant riches cox, N mainz cheualiers, FL maint 
cheualier; C Lo {sic) son ocis m. c; A^BCJky aj. 2 v.: Troylus 
escrie san seigne Rien (H Nul) ne {H nen) consilt {HL -iut. M' 
-ieut, A"" -uit) (A/ naconseut) {K Naconsielt riens) qui {A'^ home) ne 
sen plaigne {EH quil ne maheingne) — 35-6 interv. dans H — 
35 X La sentrepiercent (F -partent, L -parcent); / Maint en sai- 
gnent par les c, R A nul en raient li confreç (sic), A'^BCky 
MTt a ses anemis greuez — 36 {HL); M'^A T. i a ia, Af Ml't i a 
deulz, // M. en a et, / M. en i ot ; BK T. i a dels {K des) m. et 
K des) n. {B m. d. n.), A^C T. i a m. et t. n., R Ki tuit sont o 
mort on. — 37 i/Trestoz; M^ tôt le champ; K ioinchiez ; M. 
Q. tôt en e. li c. ionciez, AIR Li domages est comenciez, x Dont 
{FL Don) li domages est trop (G iert ml't) granz — 38 (/) ; AA^R 
fu m. ; jc ml't dolanz. 



44 ROMAN DE TROIE 

Quant veit sa gent ensi morir 
15640 E Troïens si contenir. 

Le cheval point vers Troïlus : iSSyS 

Tote la lance de benus, 

Ou la manche ert de ciglaton, 

Passe par l'escu al lion; iSSjS 

15645 Delez le flanc li fait sentir. i558o 

Cil ne refaut mie al ferir : i558i 

L'escu li a del cors sevré i5583 

Et le hauberc bien esfondré, 

Si que li sans del cors li raie; 
i565o Mais n'i a mie mortel plaie, 

Ne que li face grant noisance 

A ferir d'espee o de lance. 

Tel gieu voleient comencier, 

O les clers branz trenchanz d'acier, i55go 
i5655 De que les testes lor saignassent, 

Ja mais anceis ne desevrassent : 

Mais Menelaus i estvenuz 



i5639 fe uit; x Q. sa g. uoit; H ses gens; FHKM' issi, M 
ainsi, E ainsi — 40 en Et troylus; H issi morir. tenir (sic) — 43 
M^MM' iert; M'N sigl., M'EFk ciel. — 44 AA^Fk a; N leon — 
45-6 M^A^'BCJky dével. en 4 v., dont le 2" rappelle le v. j5645 : 
Le hauberc li fait {E estut) {K Laub. en estut, M L. estuet, M' 
L. li e., A"" Lalb. c. tôt) desmentir {WM' dem.) Et lez le flanc le 
fer [W Et le f. lez le fl., F Et près del fl. le f.) sentir Mes 
troilus {A^Ke troyl.) ne refaut pas Ainz le refiert [W r. lui, J le 
feri, W le fiet si) en es le pas — 45 F lo fet — 46 L se feint 
— 47-8 A'^BCJky Lescu li fet freindre {MM' fendre, A' croistre) 
et percier Et le blanc [B bon) hauberc [H Et le h. tôt, ^VAf' 
Lauberc deronpre et) desmaillier — 47F Descu — 48 n tote. — 
49 AN Si con; FJL li sanc, HM\ le sanc, JV/'/c li {M"" le) gros; 
E del c. li sans, A^ li s. vermels — 5o F ne a m., A na m. cil, 
^Ml na m.; ii: mortal — 5i (F que); M^Men nuis. — 52 F Au; 
M'^k e; M' despie ne — 53 Fk geu, M^ iue, N iou, e ieu — 5^ e 
b. forbiz, K\..h. —bb n Si que, e De coi, K De quei ; M leur t.; 
M^ segnessent, F sen., KM' seignasseni, E seinn., N sen. — 56 
n des. — 57 n Quant; M mcnelauz. 



DIXIÈME BATAILLE 46 

O plus de quatre mile escuz. 

OMercerès, le rei de Frise, i55g5 

1 566o Josta : n' i ot autre devise. 

Ataint se sont li dui seignor, 

Que les enseignes de color 

Se font passer par les escuz. 

Reis Mercerès fu abatuz; i56oo 

i5665 Sor lui fu li trepeiz si granz 

E des Menelaus i ot tanz 

Que cil ne pot aveir aïe 

De toz ceus de sa compaignie. 

Li reis de Frise ert retenuz : i56o5 

1 5670 Ne fust rescos ne socoruz, 

Se n'i venist Polidamas. 

Sacheiz mais hui ne cuit jo pas 

Que il l'en meinent senz chalonge : 

Nel tienent mie en si fort longe i56io 

1 5675 Qu'il ne lor eschap jusqu'à poi : 

« Troïlus, » fait il, « sire, avoi! 



i5658 AZ' Mil — 59 nE A; APkn mise, e mie. — 60 Fdiuisc 
— 61 M'Ke Ateint, GI Atant; G an sunt; / par grant irour — 
63 /F. p. parmi — 64 M Roy, n Mais; kn mise, M'^e mie. — 65 
(./); n tropiaXjAf chaple; Men grant —66 Men tant — 67 A: Que 
il — 68 E ees ; n De trestoute sa — 69 APMM' iert — 70 e la 
mes ne f., /c la ne f. [M fu) mes; KM' secoreuz, E seeorreuz — 
71 FL Poil. — 72 A^ dével. en 3 v.: Li sires dantenoridas Dunt 
ses pères fu eonestable Et si sachiez de uoir sanz fable; (.4); 
/ S. cui m. ne, n S. lo bien nel; CJky Qui estoit sire {EK sires) 
de damas (C domas) — 73-4 interv. dans A^'CJky — 73 [A); n 
Quil ne len moignent, G Q. len menassent; F chalunge, G 
aloigne; A'^CJky Ne len (C Que le) menront il senz (.4* m. s. 
grant) chalenge — 74-'^'* la niert tenuz ; F N. tient m. a; AGI 
N. (G Nés) tiennent p.; G an si soit loigne ; A^CJky WniiK Oi) 
mes coment que li plez prenge {M preigne) — 75 M^ Qui nen 
lor e., A Que il neschappe ; / escat dusqua^^i^ tresqua ; A^CJky 
Seeors (//Soc.) aura de si qua; n po, M poy — j6 tous les mss. 
{sauf 1)1!. s.auoi auoi [n auo auo), / T. f. il s. quoi ; M' aj. 2 v.: 
Funt troien a troilus Trop vos retraiez tost en sus. 



46 ROMAN DE TROIE 

« Corne estes vos si resortiz ? 

« Greu choisissent des gieus partiz : 

« Laissier nos cuident le sordeis. i56i5 

i568o « Tolu nos a Hector li Reis : 

a Nos n'avrons hui socors par lui. 

« Puis celé hore que jo nez fui, 

« N'oï mais dire ne conter 

« Chevaliers laissast a porter i5620 

i5685 « Armes por songe e por falue. 

« Hui cornerons la recreiie. » 

Troïlus respont : « Beaus amis, 

« Le rei de Frise en meinent pris : 

« Veez le la en cel tropel. i5625 

15690 « Socorons le tost e isnel. » 

Adonc laissent chevaus aler 

E, senz nul autre demorer, 

Lor vont les haubersdesmaillier 

E les forz escuz peceier. i563o 

1 5695 Si par fu granz li fereïz, 

Li chaples et li hurteïz 

15677 C O e.; F e. or, B e. hui; A" Cum uos e. or r.; / des- 
confis — 78 // tes, B les, E .ij.; 3/^ iues, N ious, A'BCF geus, 
M gieuz, K geuz, H gius, eJgex — 79 ^ Laier ; G uus, K uos; 
F lor cuide; M le leur dois, / le pior — 80 A^ Laissie nos a; 
/ donne 3 v.: Dex que nest h. a lestor la comperassent li grigois 
Mais tolu le nous a li rois — 81 / de lui — 82 M' Des icele 
heure que n. f.; « sui — 84 M^'ACky Que c. \. {H laiast) p., / 
Con 1. armes a p. — 85 F Arme; G songes; C par s. par; E fallue, 
M^ balue, K alue, B iulue, A'^M'x treslue, HJ trellue, C trelue 
{cf. j532j); /Pour s. ne p. tel folie — 86 {AGJ)\ F tornerons; 
A'^ Dunt nostre gens sera uencue, / Hui ferons la recreantie — 
87 H\i dist; Af" T. d. a ses a. — 88 M' mainent, E meinnent, 
n moinent —89 N ce, M .]. — go ÀP Secorrons; M ignel — 91 
Af Adoncs ; en Lors lessierent — 93 3/' hauzbers, ek escuz; eK 
pecoier, Af depecier — 94 A/'' lances; N depccier ; ek Et les 
blans [M' bons) haubers desmaillier {M' demeillier, M depccier) 
~ 95 CMM' grant ; H hurteis, Cek poigneiz (3/' -is) -- 96 3f ' 
Le chaple et le hurteis, H Li caples et li poigneis. 



DIXIÈME BATAILLE 47 

Que cent des Greus i abatierent 

Ocis emil en mahaignierent, 

Si que le feie e le poumon i5635 

iSjoo Lor pert a maint desus l'arçon. 

Ci ot grant noise egrant esfrei, 

Ci ot trop doloros tornei, 

Ci ocit om e navre e blece. 

Par vive force e par destrece i5640 

iSjoS Ont le rei.de Frise rescos, 

Qui en esteit moût besoignos. 

Laventaille li deslaçoënt : 

Puis que il vif ne l'en menoënt, 

Sempres i perdist la caboce ; i5645 

15710 Mais n'en fu mie lor la force : 

Des poinz le lor fist om voler i564y 



iSôgy A^ c. griiois, x c. des lor; iV gries, K grieus, BM griex; 
^ abatirent, N desselerent; G lor i descellent, F i desalerent; 
C Q. mil des g. descheuacierent — 15698-727 m. à E {bourdon) — 
98 C Et autre mil; BK mehaign., C meheign., M' meheingn., 
-W maaign., H i cairent; A"^ Et m. des altres i laidirent, x Et que 
les {F li) broignes desclauerent (G -ellent) — 15699-852 m. à M 
[i feuillet disparu) — 15699 A"" Que les foies et les polmons; 
M'^CJKn li feie, ABM' le foie, //li fie; {ABM' et le), M^CHJKn 
et li; HM^ pomon, AJN pormon, K polmon — 15700 {BJ Lor 
pert), M"^ En pent, 3/' En pert; J a mainz; C Lor gissent par, 
K L. gist deuant, E Lor pendent par, A" Lor espandent; BJ 
desor, C desos ; A^K sor les arçons ; A^Ln Lor chiet par mi {Ln 
chieent ius) sor le sablon, /L. cient des cors el s. — i Ln trepoi, 
K eftrei — 2 (L) ; EH Et ci ot d . ; A^ ml't d. — 3 n an ; AT bleice ; 
A^BCHKM Polidamas maint {M' ml't) en i b. — 5 BCKn 
rescous, i/ -ois — 6 « ml't en e.; // desirous — 7 {BCGHL); 
F deslacerent ; / Quant uif mener ne len pooient — 8 jc Et des 
que il u. lan m. {F menèrent); C De puis que uif; H il issi len 
m.; — 9 (L) ; A Maintenant p.; « la craboce, G lescharboucle; 
M'^A'BCHJKM' la i perdist por veir la teste, / la li fesissent 
autre anui — 10 G fust m. soie la f.; M^'A^BCHJKM' Mais (C 
Quant) troilus sor lui sareste, / Se iou onques grigois connui 
— 1 1 3/' a fait v.; L len, R en, AGn an; F lo list an; A^BCHJ 
KM^ Qui lor a fet des poins u. 



48 ROMAN DE TROIE 

Si Festut a mainz comparer. 

Donc vint Telamon Aïaus i565i 

O plus de treis mile vassaus 
i5ji5 Armez es chevaus Arabeis, 

D'armes e deconfanons freis. i5654 

A redoter fait cist conreiz : i565j 

. N'est pas merveille, bien est dreiz, 

Quar moût par sont bon chevalier, 
15720 Pro e hardi e bon guerrier, i566o 

E tant par ont vaillant seignor 

Que nule gent n'ot onc meillor. 

N'erent pas Troïen partiz 

De l'estor ne del fereïz : 
15725 Por tant lor en fu moût sordeis. i5665 



15712 [AIR)] G as ;^G mains, /maint; M aMant ; M^'A^'BCHJKM' 
La li {K le, M' en) veisseiz afoler [K aff., M'^ decoler), puis ces 
2 V. : Al brant forbi (C dacier) {A'P As brans forbis) maint 
cheualier [A"" Au b. trenchant f. dacier) Et mainte teste (J main- 
tes testes) reoignier {K rooingnier) (3f' Et afoler et maaignier, 
A^ Maint hait home maint cheualier) — i3 ^P Doncs, BC Dont, 
xHJM' Lors; BFR i uint, / V. ï\ H Rois thelamon et rois; AP 
aiaux, FL ayax — 14 « A; / .i).'"', K .xx.™* — ib H Arme; / en, 
AC sor; M^AHIM'N arr. — 16 (H); M^BCJKR O a., ^ A a.; 
A-" Od helmes od; 3/VAf' e o (v./.); A^BCHKM' gonf.; / La ot 
maint confanon dorfrois, x Qui ualoient dargent lor pois; 
A'BCHJKM' aj. 2 v. : De dras de soie et de {B v de, C de) 
cendax {A^k -als) Orent couerz toz {H tos c.) lor cheuax — 17 jc 
fist; £:/ cis, C cest, LM' cil, M^'Bk li; A"" Mrt f. a doter, /Ad. 
f. m. — 18 K Pas n. m. — 19 n an s. li c; -fiC buen — 20 tous 
les mss. Prou; K fort g., APBCHM' f. et lier, R buen guerer — 
21 H M' hardi s. — 22 / Cainc; n genz not ainz ; / norent m.; 
APA^BCky Quil ne poent (C nel puet) [B pueent, M' puent, E 
porent) aueir m. — 2 3-6 y^éd. à 2 v. dans x : Les troyens uont 
anuair Qui uoloient (F no uolent, GL ne u.) lo champ guerpir 
— 23 [A); M' Norent; AP troiens, HM' troyens; B as t. ; / 
Nert nus des troyens; A'^ parti — 24 A" De la v griu eurent 
laidi, K Del chaple ne del poigneiz — 25 (.4'); CK Par; AP li 
s., B plus s. ; / iont ml't chicr conparc; // Premiers fu as lor 
grans s. 



DIXIÈME BATAILLE 



49 



Cil vindrent abrivé e freis, 

Sis vont ferir : moût i perdirent, 

Onques anceis del champ n'eissirent; 

Mais n'i porent foison aveir : 
iSySo De teus i estut remaneir, iSôjo 

Qui moût volentiers s'en tornassent, 

Se il poussent ne osassent. 

Moût ot ici estrange perte : 

Des morz est la terre coverte. 
15735 Vers lor batailles s'en tornerent i56y5 

Cil qui a grant meschief i erent : 

Vont s'en ariere desconfiz. 
Reis Telamon s'est avanciz : 

Polidamas vait envaïr 
15740 E un si pesant coup ferir i568o 

Qu'il l'abatié de son cheval : 

Icist chaeirs li fist moût mal. 



15726 B abrieue; A" poignant demanois; / Car cil qui u. 
abriue— 27 M^ Sils, BC Ses, A'H Cax, AM' Ceux; x Féru si 
sont [N les ont); L perdierent; / Si fièrement les enuairent — 
28 F encois ; L Si tost conme il el c. entrierent, M"" Voillent o 
non le c. guerpirent, / Chou sachiez que ml't i perdirent, 
A^BCKy Et ml't grant perte [BCK Et g. meschief) i recoillirent 
— 29 A'TG ne; jr/ Ne p. pas ; EH fuison, / durée ; APABCK Ne 
lor (A/' lur) p. pas frois a. — 3o BCI tels, F ces, GLN cels, A 
ceus; 3/^ estuet; E remenoir — 3i K alassent; / Ki u. sen tor- 
nissant — 32 M'^EKLn poissent, M' pois., G i puissent; M'^BCK 
e o., H ou o.; / Se il faire le peussant — Les v. 1 5^33-10382 
sont réd. dans G à 61 v. [voy. aux Notes — 33 (CL); EFHK. 
M. par ot ci [EH i ot), WBM^ M. i ot ci — 34 // li place — 35 
KM'n la bataille, W lor b. — 37 M'A Molt d. et m. leidiz, HM' 
Toz les auoient desconfiz, «L Car cil les orent d., A^ Ar. en uait 
mains d.; CK desconfit — 38 tous les mss. thel.; A"" fu deuancis, 
C sen auancit ; K Et r. t. senuancit — 39 A"" Poil.; C esuair — 
40 {AIL) ; M^A^BDKe Par uiue force {M"^ grant proece) e par 
air (Ar hair) — 41 / Kil est keus; {N lab^tie), AFL labati; 
M^A^BCKe La abatu [A"^ Labati ius) de son destrier — 42 FL 
cheirs, N cheoirs ; AI La parut bien que fu (/ kil ert) uassal, 
M-A''BCKy La veisseiz molt bien aidier. 

Tome III. 4. 



5o ROMAN DE TROIE 

Mais Troilus sor lui retorne, 

Ceus d'entor lui ocit a orne; 
15745 O le brant d'acier le lor tout, i5685 

Ço sacheiz bien, grant los en ot. 

Trop gente retenue fist : 

N'ot compaignon qui ne guenchist. 

Polidamas est remontez : 
15750 D'estrange gieu est eschapez, i56go 

Quar, ço sacheiz, qu'iluec chaeit 

Bien deveit estre lor par dreit. 

D'iluec refurent derompu, 

E sin i ot maint abatu, 
15755 Ainz qu'il encontrassent Perseis. i56g5 

Mais cil orent les ars Turqueis, 

E furent bien set mile e mais 

Quis acueillent de plain eslais. 

Traient saietes e quarreaus : 
15760 N'i a d'aubers si forz claveaus i5joo 

Qu'il ne descloënt e desjoignent. 



15743 (L) ; M'^A'^BCKf T. qui s.; A Cert t. qui s. 1. torne — 
44 (L) ; EF Ces) C dentors, B entor; A"" Gui il ataint, H Quan- 
quil a. ; BCLM' ocist — 45 iV tôt, F tost, AL toit ; BCJKy lor 
toli — 46 AP E, AnCe\ L Si s. qe; (L los), n lox ; BCJKy Et 
mrt grant pris {B fais) i recoilli — 47 AK if. — 48 e conpeignon 
— 5o M"" iue, B iu, C geu, N lou, EFK leu : F eschampez, C esc, 
B escapez — b\ N Car bien s., F C. s. b.; F qiloc, K quilec; 
M'^K charreit, C qerroit, B caoit, EN cheoit, 3/' chaoit, F 
cheist — 52 {A); ATe Lor d. e. b., BCK L. (C Molt, B Mors) d. 
b. e. — 53 K Dilec; F Iloques refu derompuz ; C Mais diluée 
furent; £" se f. — 54 BC Et sen, E Et san ; n Sen i ot ainz — 55 
M' greiois — 56 -B lor ; A^ tarqois, F torqois, BC turcois — 57 n 
Et f. .xij. m. — 58 JP Qi reqistrent; E Qui les acoillirent desles, 
N Q. les r. de ml't près ; M'^KM' acoillent, BC acuellent — 59 
B Tienent, A Volent, M' seetes, K quarrials, M'' -eus, FM' 
quariaXj^" quarr., N carr., R quarel, A carrel — 60 CKM' dau- 
berc, ^Fhauberc; AR fort clauel ; B si fort haubers c; BCM'n 
clauiax, 3/' -eus, AT-ials — 61 ^ Qui,EK nés; C disi., B dei. 



DIXIÈME BATAILLE 5l 

Mil en navrent et mil en peignent, 

Si que d'ambedous parz del cors 

Lor en raie li clers sans fors. 
15765 Ci ot ocise de chevaus. iSjoS 

Paris le fait corne vassaus : 

Moût les damage a grant manière. 

Auques les ont fait traire ariere. 

Ci ont tant Greu des lor perdu, 
15770 Dont moût deivent estre irascu. 

E si sont il : se il poëient, 

Cil de Troie le comparreient. i5'ji2 

A comparer lor covendra : 

Ja ainz li vespres ne vendra. 
1 5775 De la bataille se traist près, iSjiS 

Il e sa gent, danz Achillès, i5yi4 

Vit que li suen moût i perdeient 

E grant damage i receveient; 
Par mi le champ vit mainte teste. iSjiS 

1 5780 Les suens somont et amoneste 



15762 n naureront m., E naurerent m., M' i muèrent m. — 
63 n damedous {forme constante) ; C des, F les — 64 M^CK li 
s. c. (C clos), M' le cler sanc — 66 M^ feit — 67 3/' en, n an — 
68 K Retraire les a fet; M^ unt, JVf' a, « ot; M^ feiz — 69 Af 
gries, A/' grieu; £ g. f. ; F de 1.; J o. g. durement p.; M^E 
perduz — 70 F doirent, B dolent; E Don chascuns est ml't 
irascuz ; M"" esperduz •— 71 (^); ^' funt ; BCJKy Si sont {EH 
font, M^ ont) il uoir — 72 M^ cump., BCM' conperr., F com- 
par.; A'' Ml't uolentiers sen uengeroient — 73-4 m. à BCKy — 
73 [J) ; A'F Et, / Al; A/" cump; F lo; M^AR estoura, / estora, 
nL couanra — 74 ^jR Ci ainz; / Venir, iains uespre; Af' li ven- 
dra, n ne uanra, AIR ne sera; J lo iorz ne passera; A" la altre- 
ment ne remanra — 76 {BCL) ; AA^'JRny trait; / saprocha 
— ']6 R Lui ; M^ ses genz, B sa gens; A"^ Od sa grant g.; JM' 
dant; / A. et cil quil mena — 77-8 m. à AT — 77 BCE Voit; ABC 
li sien, N li lor, FL sa gent, / grigois, A^ li griu — 78 AP d. r.; 
H Et ml't g. damace i auoient, A^ Et "m. g. perte i r.; B \ 
recouuroient — 79 (HL); A" Aual; A^L les chans; M^BCJKe veit 
— 80 A^ Sa gent, BC Les siens ; B semonst, les autres semont. 



52 ROMAN DE TROIE 

Qu'il le facent proosement 

Tuit ensemble comunaument. 

Lors ont les enseignes baissiees, 

Que ja ne seront mais dreciees, i5'/20 

15785 Sin ierent cent ensanglantées, 

En cors de chevaliers entrées. 

Ne porreit rien conter ne dire 

La merveille ne le martire 

Que i sofrirent cil dedenz. 15^25 

1 5790 Moût se contint bien la lor genz, 

Mais tant fu granz li brueiz des lances 

E tant i ot des meschaances, 

Tant en i ot morz e navrez 

Que de la place sont getez. iS'jSo 

15795 E puis qu'il furent esmeii 

E sor eus ont levé le hu,. 

O le coilvert, quin fait martire, 



1578 1-2 interv. dans M' ; H Signor ne uos targiez nient Tornes 
ensamble nostre gent— 81 B face; enJ hardiement — 82 B com- 
munelment, C -aiment, les autres comunem. — 83 {Jny Lors), AP 
Doncs, K Donc, ABC Dont; AP ront; HJKM' bessies, EN -iees, 
2JCF baissies, AP -ees — 84 F Qe; Kla m.,E ainz m.,HJM'n ia 
m.; Jny ne s. d. [H haucies); K nièrent, redrecies; C Q. ne s. 
m. r.; Af" drecees, BJx\P -ies, F dricies — 85 AJKM' Sen, En 
San ; 3/' erent, les autres seront; — 86 HK boutées — 87 F Nel; 
i\PE riens, M' nus; n Nuls ne p. — 89 (//) ; BEK Que ci, C 
Qenqi, M^'A Quici; B sofroient; J Quen s. icil d. ; C la lor genz 

— 90 £■ si; C M. le firent b. cil dedenz — 91 C sont grant; 
CM' li {M' le) bruit; B bruis, M'EFH bruiz, N branz, K frois; 
B de — 92 C sont grant les, R i sort; APBKM'R de ; {K meschaan- 
ces), les autres mesche. — 93-4 interv. dans BCKy — 93 n mort 
et naure; AP T. i chiet des m. e n., BCKy Fuiant sen uont 
uers la cite — 94 F de p. ; EHn gite, BCe iete, K gete, AP leuez 

— 95 ni Et des; C Et quant il — 96 / Si ont 1. sour iaus; A fu 
leuez li hus; BCKy Et achillcs la perceu {EK parceu) — 97-8 m. 
à N — 97 3/" cuiuert; F Ou la caucrt qi; L O le commun du 
grant m., H Qui deus fait doleros m., /Tel glaiue en font et 
tel m. ; AA^BCJKe Al brant (F fer) dacier en {A quil) f. m. 



DIXIÈME BATAILLE 53 

Qui rien ne dote ne revire, 

Moût les acueillent de randon. i5j35 

i58oo La ot grant desbarateison, 

La lor estut les dos livrer. 

N'i ot puis rien del sojorner: 

Toz desconfiz les en ameinent; 

Ço est la rien dont plus se peinent, i5j4o 
i58o5 De mètre les par mi le pas. 

Moût s'en vait bel Polidamas, 

ETroïlus dejoste lui. 

Sovent guenchissent ambedui : 

Grant merveille est come il tant durent, i5'j45 
i58io Quar maint des lor i socorurent 

Qui tuiti fussent mort o pris. 

Le brant d'acier retint Paris, 

Qui d'entor lui deront la presse ; 

Bien le refait li reis d'Aresse : iSjSo 

15798 k Que, BCJy Car; AK riens; A^ nés; J C. uiel ne ione 
ne, « Qi ne d. ne ne; {JM^ reuire), M^ABCFL remire ; / Ke 
nus nel puet conter ne dire — 99 (J); WA Si, n Qi, C Mol; 
tous les mss. acoillent; C dun r. — i58oo (//); -F desbaret,, AM' 
-oison, E -ison, B desbaratison, C -eson — i M'^ABCJKy Cil de 
troic (M* La bataille) laissent (// laient) ester — 2 A riens p. de 
lui e.; M"^ de plus ester; BCHJKM' La bataille car (C qe) p. e^ 
{K durer), E Nel porent pas pi. andurer — 3 F remoinenl, A 
menoient; BCKy Ne (F Nen, CHM' Ni) pueent (C puet, K 
porent) mes {H car) greu les en meinent {M' mPt par se peinent) 
— 4 M'^An riens; F don; A Cest la r. d. p. se penoient, BCKe 
Toz desconfiz ml't par se {B sen, C sei) peinent [M' grieu les en 
mènent, H Qui por ax desconfir se painent — 5 [BCKy De m. 
les); n Con dax m, enz, M'^A Que delz metrenz [A mètre); A lor 
p., yr les p. — 6 AP veit. M' ua — 7 M^ troillus — 8 BC guen- 
cissent; « Cil les fièrent souant andui — 9 M' quant il; n que t. 
i d. — 10 F Qe; A^ mainz ; M^ M. de lur genz; BCKe M. {K 
Mainz, E Mes) d. 1. iluec {K ilec, BC illuec, AI' illeuc) s. — 11 
BCn Que; BC tot;.F t. f. et m. et p.; N t. fuoient m.; M' t. 
refusent — 12 N bran; AM' retient, ^^Y tetioit,. En tint nu, C 
retrait — i3 M^BCKe Enuiron 1. départ; A desfait — 14 n lo 
rois; F de resse, L darese; BCKy Ml't le fait b. li r. 



54 ROMAN DE TROIE 

i58i5 Bel s'en vienent très lor tropeaus. 

Des gieus n'ert pas lor li plus beaus, 

Quant li Bastart les socorurent, 

Qui entre eus afiënt e jurent 

Que ja le comparront li lor. j5j55 

1 5820 Poignant en vienent a Pestor : 

Par mi Grezeis se sontplongié, 

Teus trente en ont deschevauchié, 

Dont li plus a la mort baaille. 

Ha ! quel chevalier en bataille! i5j6o 

i5825 Quel por granz presses départir 

E quel por granz estors sofrir! 

Com vassaument icil s'aiuënt, 

Si que toz les conreiz remuent! 

O les espees reluisanz i5y65 

i583o Lor font les heaumes toz sanglanz. 

Entre eus abatent Telamon : 



i58i5 M^K Biau, E Bien, 3/' Ml't, A Cent; M' uiegnent, B 
menant ; n B. an moinent lor {F les) t. ; M^EK tries, BC triers; 
AM' a grans t. ; N tropeiax, M" -iaus, BCKe -iax, F-eax — 16 
A De lui; M^AEKn nest ; M' suens; M"" diaus — 17 C Q. li 
autre les soccorent — 18 £ safient, K affierent — 19 M"" conper- 
ront, i*" -aront — 20 iV an — 21 M' greiois {forme constante)] An 
Très p. mi grex {A griex); Fpoingie, M"" plungiez, M'N -ie — 
22 BCKe Maint (C Moh) en i ont {CM' ot); AT deschauauchez, 
A descheu. — 23 M' le p.; F baille — 24 3r A; APBCEKN quex 
{K quels) cheualiers — 25 APny Quex, BL Quels, C Et; ^^ les p. 
— 26 BK quels, C qes, 3/MV« quex; A^'E fornir — 27 {J);EHN 
uasalmant, F -ent; A^K icist, ÀP cist se, H il si, A^'CE ici ; A' 
sesducnt, FM' sauent, B saieuent, E saident; / Tant uiuement 
se démenèrent — 28 jE remirent; A' Tote la bataille r., A' Que 
tôt li conuoi se r., / A poi que tous nés reuserent — 29-30 
interv. dans C — 29 {ALR) \ I A\or; M^A'A^BCJKy As espees 
trenchanz {K A lespee trenchant) dacier — 3o -4 Lors; F bau- 
mes, NR hiaumes, A elmcs; R h. s. (y. /.); n x. 1. h. s., / 
plaies gries et cuisans, M'A'A-'BCJKy I (C Et) font {H F.) 
mainte teste saignier {BM seign., E seiner, A^C trenchier, H 
roognier) — 3 1 F En autrue a. ; M'AA'A'^BCKen thel. 



DIXIÈME BATAILLE 55 

Saisi l'aveit Margariton, 

Quant i sorvint danz Achillès, 

Qui si le fiert de plain eslais iS'j'jo 

i5835 D'une lance par la forcele 

Que detrés l'en saut la lemele. 

La lance froissa a plain pié. 

Ainz qu'a terre fust trebuchié, 

L'en ont fors de la presse trait, ^^77^ 

15840 Ha ! tant i ot crïé e brait ! 

Quar cistpar esteit si vassaus, 

Si beaus, si proz e si leiaus 

Que trop en sont li suen irié. 

Ne li ont pas le tros sachié, iSySO 

15845 Ainz l'en portent vers la cité. 

A com grant duel i a entré ! 

Corn plorent dames e puceles, 

Enfant e toses e anceles ! 

Sus el palais le meinent dreit. iSjSS 

i585o Quant Hector, sis frère, le veit, 



i5832 B -eton — 33-4 -^^ dével. en 4 v.; voy. aux Notes — 33 
M^ABCK auint; M' dant; / Q. uenus i est a. — 34 {CI); W 
Quensi, K Que si; B les; nL Qi lo feri — 35 {A)\ I enmi; A^ 
De la 1. quen ; nL qe par derrière — 36 IK detries, E derriers, B 
-ier, C deriere, AM' -ier; ABCKe en; AB pert; A boelle; A^ 
Li a enbatu la 1., nL Li saut a force la baniere — 37 en blanc 
dans N; A"" Sa; 3/' bruise, BE brise, K uole; C Li aubère 
trenche; BCKe en .ij. moitiés {E mit.), M^ s. dous piez ; F 
froisse au poig, A fraint a bon; / Et la 1. froisse a — 38 {AA"^) ; 
n A qil laust ius t.; /lait; F trabuchie, M^ trébuchez, Ke -\tz — 
39 M^BCe hors — 40 iV He — 41 KM'n cil, B cis; M' tant — 
42 E Si bons si preuz ; K proux; N Et tant par esteit p. et biax 
— 43 C De; Bsien; 3/' li son ire, E desauancie — 44 e Mes nen 
o. ; C ot; B tronc, C tvoz, M' trous, K cors; n Ainz qil aust lo fer 
(F fier) — 45 M' Einz ; B lemporte ; n Lan portèrent; iVPBCKe 
en la — 46 {A); BCKM'N Ha; A com fait, E ml't g.; K duol 
[forme const.) ; F troue, B mené — 48 AP Eafanz, F Anf., N -ant; 
M' meschines — 4g BCE len; F lo moinent, N lan portent — 
5o APN frères; iV/' Q. sis f. h., BCke Et q. s. f. h.; A/' son frère. 



56 ROMAN DE TROIE 

Si li estreint li cuers e serre, 

Por un poi ne chaï a terre. 

Sor une coûte fu posez : 

D'angoisse s'est treis feiz pasmez. ^^790 

I 585 5 Hector demande qui c'a fait, 

E cil li ont sempres retrait 

Cornent e ou ço li fu fait : 

« Par Deu, >; fait il, « ci a mal plait. 

« Bien me devreit li cuers partir, ^^^gS 

i586o « Quant jo contre eus ne puiseissir. 

« Mais jo nel puis plus endurer : 

« La m'en estuet par force aler 

« Cestui vengier, se fairel puis. 

« Se jo dedenz le champ les truis, i58oo 

i5865 « Il me lairont sempres lor guage : 

« Ja lor vendrai chier cest damage. 

« Toz jorz sereie mais honiz, 



i585i n len; eBCF estraint, iV -oint, ^ esteint; il/' le cuer 

— 52 eA^par; M^BCKe Que [M"" Qua) p, un poi ne chiet, A"" 
Por poi quil ne chai; K arrière — 53-^ interv. dans A^ — 53 
Ici M reprend; M' Sus; FM' cote, C contre, APK coite, E coste, 
B keute; A^ A terre fu li cors; C poussez — 54 M^ Dangoise; 
C ï\i\ A^ La sest hector; n Antre ses braz chei p. •— 55 {HIJ)\ F 
qe; FR ce, CL ce a; A^ Puis d. ki a ce f. — 56 / Et il; iV ma- 
nois, A'' ml't bien; M"" retreit, CKM' Et on {CK len) li a ; 3/ 
ml't tost r., JK dit et r. ■— 5j [ALR); M'A^BCJky Qui le naura 
ou e cornent, / V chou li fu f. et c. — 58 {R Per); AL Par foi, 
K P. de; A mauplait, M^'ABCJky quant il lentent; / A f. il or 
uait malement — 59 MM' le cuer — 60 3/" contrelz; nM' Q. ic 
ne p. c. aus, K Q. encontre els; {M"^ eissir), les autres issir (de 
même partout^ sauf avis contraire) — 61 FM' ne; F mais and.; 
M^K le nel p. m. plus, M Mes nel p. m. pi., B M. ne p. pi. or 

— 62 (fîC); FM' me; K estuot, nM' couient — 63 B fer le, 
EK faire el, M f. le ; M' fere p., n onques p. — 64 F lo, E le — 
65 {B); AMe mi; K larront, E leiront, L lera; K co quit; Le le, 
n les; nA gages — 66 (C); eBK le; nAL Dcucnuz sui des or (F 
ore) trop sages (L sage) — 67 // Tos dis en s. h., nA Trop par 
s. ore {A me s.) h., / T. p. deuroie estre h. 



DIXIÈME BATAILLE 67 

« S'ensi lor esteie guenchiz; 

« Mais il le verront jusqu'à poi, i58o5 

15870 « Qui qu'en ait duel, ire ne joi. » 

Del cors li ont traiz les escliz, 

E cil est devant lui feniz. 

Donc demande Hector son destrier 

E dit que il rira vengier : i58io 

I 5875 Sempres montast, mais li reis vint, 

Qui a grant peine le détint. 
Devant les lices des fossez 

S'esteit li torneiz arestez. 

Grant pièce lor tindrent le pas, i58i5 

i588o Quar venuz i fu Eneas 

O teus trei mile chevaliers, 

Qui moût josterent volentiers 

E moût s'i aïdierent bien. 

Mais porveir sacheiz une rien : i5820 

1 5885 Granz desconforz lor est a toz, 

i5868 {A)\ K Se li; /guencis; E Se lor e. einsi ganchiz, H 
Se or lor e. failis — 69-70 A^ donne d'abord la leçon de BCJky, 
puis celle de nL {cf. -85-86) — 69 {A)\ R Mas il' lo ueront; M^ 
très qua; nA'L II me lairont {F sauront, A" uerront, L rauront) 
sanpres mon uoel, / Encor me uerront hui mien u., A^BCJky 
Mes la (/ ie) men istrai (>/' -oi) hors {A^HK fors) de troie — 70 
/ oit; nA'^IL ioie ire ne d.; // Qui qui en ait dolor u i. — 71 M"- 
treiz, ArZs// trait ; M eschiz ; / Ne tarda gaires longuement — 72 
{H); M"" dauant; M'hèle d. lui e. f.; / Que cil morut dont sont 
dolent — 73 M"^ Doncs, n Lors ; / rouua ; j^ H. d. — 74 M^ qui il, 
M' que ia; M quil lira ia — 75 {AI)\ N manois, F ml't tost; ky 
Monter uoloit; En quant li r. — 76 [HI); AP o; A'' granz poines; 
F poine; M'' retint — 77 (L); BCJek doues, A^H deuues ; A 
dun fosse; N fosez, F fousez - 78 [AL); M' Estoit, M^EJk Se 
fu — 80 M' i ert, ELn estoit — 81 WE tiels treis; n O (F Ou) 
lui; e .vij. ""• — 82 M' iostoient — 83 (L) ; /c El m. par si, A"^ Et 
qui m. si; ÀP se; F aidèrent, ii^edierent — 84 M' sachez, AA'^ky 
uos di ; F Et ml't bien sachoiz ; N Une chose sachiez m. b. — 
85-6 A'^ donne successivement la leçon du teinte critique et celle 
de nL — 85 {AR); M^MM' Grant; AMM' desconfort; //en; 
E ert; «L Ml't estoient desconforte. 



58 ROMAN DE TROIE 

E meins en sont hardiz e proz, 

De ço qu'Ector nen est o eus. 

Quant Achillès le sot li feus, 

Ne preisa puis guaires lor genz, i5825 

1 5890 Ainz dit que ja les metront enz. 

Agamennon l'est alez dire : 

« Quar chevauchiez, » fait il, « beaus sire, 

« Sis alons toz ocire e prendre, 

« Quar il ne se porront défendre. i583o 

15895 « N'ont pas Hector, hui ne l'avront : 

« Guardez por quai nos contrestont. 

« Sacheiz que hui ne s'en istra. 

« Moût le regretent cil de la : 

« Ne se sevent senz lui aidier. i5835 

15900 « Faites cez conreiz chevauchier, 

« Si seient ja si envaïz, 

« Mil nos en laissent de pasmiz. » 

A tant s'esmuevent li conrei 



i5886 R ardi, A hardis, C uaillanz; A"" Et chascuns dels en 
est mains pros, BM' Et m. {B maint) en ert chascuns dels p., E 
Ml't an estoit c. moins p., H Et forment est c. m. p., A'^LN Et 
mPt moins ierent {N erent) redote [A"^ en furent m. dote), F Et 
m. mains estoient dote — 87 A'^Lyi Por ce; BCMR ni est, E nes- 
toit, J" nest mie; AM^ que h. nest; A^HLn que h. ni estoit; A aus 
— 88 M' set; M"" felz, M feulz, JK fels, M' fex, A faus, E fax; 
B dire looit; A'^Lti Et quant a. lapercoit — 8g M Ni,EMn prisa, 
K prise; F guère — 90 EFK Et dit, HN Et dist; K metreit, F 
manront — 91 N lez; KM' aie — 92 eK biau s. — 93 e«3/ ses ; 
K alon; 3f' iVe ocirre — 94 iV Que; ek Ne se p. uers nos, 3/* 
Car il ne sunt o quel — 95 « N. mie h., M''A N. pas h., ek N. 
point dector; A nil ne — 96 {AJ); F uos; E contendront — 97 
M'^ Sachez, n -oiz, e -iez {formes ordinaires); K oi {forme cous- 
tante) — 98 E Et longuement cil de delà — 99 M' Ne sieuent; 
E eidier, K éd. — 15900 F les, K uoz — 1 KM' enuai, M -hiz, 
F anuahi, N -ai; E Ses alons ia si anuair — 2 3/M 1.; AT M. en 
remaignent, iW' M. en i soient, n Qe mort s. et ; KM'N espasmi, 
Fesbahi; is M. an i fesons espasmir —3F se murent, KN 
sesmurent, M' sesmoeuent. 



DIXIÈME BATAILLE 59 

L'un avant l'autre senz desrei. i584o 

i59o5 Ja i avra mereaus mestraiz : 

Ne puet ainz remaneir li plaiz. 
Li dusd'Athenes vint premiers, 

Bieno dis mile chevaliers, 

Sor les chevaus, les armes prises. i5845 

15910 N'i ot puis fait autres devises, 

Mais maintenant les vont hurter 

E les forz escuz estroër. 

Ici leva si fier estor 

E tant i perdirent des lor i585o 

iSgiS Que il n'est se merveille non. 

Dès ore i vuident li arçon : 

Iluec ot mort maint bon vassal, 

Par le champ fuient li cheval. 

Philemenis de Paflagloine, i5855 

15920 O la soë gent, senz essoine, 

Josta o les Athéniens : 

15904 EFK Luns; n troi et troi — 5 en meriax, K marrials, M 
merriauz; M^A merel mestret {A -ait) — 6N remenoir, M^Ae dé- 
partir; M'^A le plet — 7 M' Le duc; 3/' datheines; Fprimiers — 
8 {A) ; M\Me ot, n a; KO bien — 9 M' sus; M leur — 10 A: Puis 
ni ot {M ont) f. — 11 F ua, N uait — 1 2 // lor ; yi' Et les e. tos e. 
— i3- 18 m. à Lît] i3-4 interv. dans APA'^BCJky — \Z A Iluec; 
R par ot; / Chi rot leue un tel estor, A'^ La ot comencie dur e., 
puis ces 2 V. : Grant bataille grans chaplisons Dambes pars grans 
occisions; CHM'k Ci (3/ Ici) comenca {M' -e) li (//le) fier (C si 
fort) e., E Ci comencierent li e., B Ci recommença f, e., J Au 
comencemenf de lestor — 14 (AR) ; A""]^ Et ml't i, M'BCJek Mes 
molt i, / V tant par — r59i5-i623o m.à J {2 feuillets perdus) — 
i5-6 m. à A"" — j5 {AH); CM' Que ce nest — 16 A i uindrent; 
JW' uident, CEHKR voident; / or widierent; y Danbedos parz u. 
a., kC Dandeus {M Danbe .ij.) p. u. li a. — 17-8 / Mains bons 
destriers scn uait fuiant Ki son seigneur laisse gisant — ly MM' 
Illeuc, K Ilec ; H sont; AR Si (A Sel) remainnent de {A des) bons 
uasaus — 18 ^^ Par les chans corent; AR Qui ens son {R el) ch. 
gisent mortaus — 19 LMN Fil., H -eminis, t -omenis, M^KRy 
Filim., F Philim.; M^M pafagl., A/' pafag., F parflag., R passa 
gloine — 21 HL od ; F auoc les athenians; C atheniez (51c). 



6o 



ROMAN DE TROIE 



Ses di bien qu'en si poi de tens 

N'oï onques nus hom parler 

De tant chevaliers découper. i586o 

15925 Grant sont e fort Paflagoneis 

E moût redotent poi Grezeis ; 

Ne sevent rien de coardie, 

Moût fut riche lor establie. 

Trop le fist bien Philemenis : i5865 

1 5980 De mainz en ot le jor le pris. 

O le duc d'Athènes josta : 

En la boche si le hurta, 

Quatre des denz li fist voler 

E del cheval jus enverser. i58jo 

15935 Ne li lut pas sor lui descendre 

Ne son cors pas saisir ne prendre. 

Trop i aveit des suens assez : 

De la place fu tost levez ; 

Vers les herberges Ten portèrent iSSjS 

15940 Cil qui grant duel en démenèrent. 
Palamedès les encontra, 

Qui por un poi ne s'en desva, 

E dit que ja le comparront 

13922 iY Si uos di (\nQn; M'^ABCFLky Si [M"" Se) uos di 
{M"" de) b. quen tant [FL pou) de t. — 23 A nuls, 3/' nul; MM 
bons — 24 KN tanz; M"" cheualier ; M' decoler — 2 5 M^EM pa- 
fagl., A/' pafag., L plafag. — 26 MM' greiois — 27 M"" sieuent 

— 28 -4 assaillie; M" M. par ont fait r. enuaie, ek La gent 
de grece ont ml't [K trop) ledie — 29 ek MTt ; n fil., M'^ek 
filim. — 3o M^F maint — 3 1 F Ou le dus, E Au fier duc ; F da- 
thene, 3/ dateine. M' -es — 32 w Si quen la boche le naura — 
34 KM'n Et i. d. c; N aualer, F aualler — 35 A lest; k Ne 
se uolt pas, C Ne uolut p. — 36 EH Ne le suen cors, A Ne pas 
son c, n Ne pot [F puet) s. c; C Ne par lui retenir — 3y n des 
lor; M T. rauoit d. siens — 38 iC T. tu de la p. 1. — 39 i/' ses 

— 4.0K duol {forme constante) — 41 [CLR)', n Polidamas — 42 
n Qe; M^N par, R per ; M^CFLe se; L deua; e A po de duel, 
C A poi qe toz; A/ A poy se tint qui ne d., K Por un petit ne 
forsena — 43 E Ce dit; iV/' conperront, F -aront. 



DIXIÈME BATAILLE 6l 

Cil qui ç'ont fait, ja n'i faudront. i588o 

15945 Les escuz ont pris e saisiz : 

Jan i avra de toz marriz. 

N'i ot onc puis frein retenu : 

A la bataille sont venu 

Plus tost, ço sacheiz, que le pas; i5885 

0950 Puis si les vont ferir el tas. 

Froissent e peceient les fuz 

O en chevaus, o en escuz, 

O par mi cors de chevaliers. 

Ci fu li estors moût pleniers, i58go 

15955 Ci ot estrange chaplerece 

E de Perseis tel traerece, 

Ci ot si fait destruiement 

E si mortel torneiement 

Que nel porreit nus reconter. i58g5 

15960 Nel porent pas plus endurer 

Icil dedenz : desconfit sont; 

Sacheiz trop laide perte i font. 

Par mi les lices se sont mis : 

Moût en i ot e morz e pris. i5goo 

15965 Es doves chieent des fossez. 



16944 M^M' ce ont, K lont; F ne — 46 F ot — 46 £^ Ja en i 
a. de m. — 47 N k. puis ni ot ; A/' aine, E ainz; FL Ainz ni ot 
pi. {L puis); resne t. (L plet ret.), M Ni ot p.; /f II ni ot aine 
puis f . tenu — 48 L En — 5 1 iV li f . — 5^ K Si-, E bien p . , AT si 
p. — 55 iï" Ici ot riche; M chaplerie, K caplerece, F chapleiz, A 
-is, H capl. — 56 M'^K t. {M"^ grant) traierece, M t. traierie, F 
tiel traeiz, A grans traieis ; e Et despee tel tinteresce (A/' -ece), 
H Et despees gran tueis — 67 [A)\ KN fier, M'^Me grant; K 
torneiement — 58 M"^ mortiel; K destruiment, A -isement — 59 
M"^ riens; F pas nus conter; C rac; K Q. n. nel p. r. — 60 3/ 
Ne; F porrent — 62 n S, qe ; M leide; A laidement sen uont — 
63 M'^Aek les ont m. — 64 -K^ M. par en ot; nAJ^ et {A de) morz 
et {A de) pris ; K ilec docis, eM iluec o,; C Et sen i ont assez 
o. — 65 F As boues; N bones, // deuues; FM'k chient, M"^ 
cheient, H caient. 



62 



ROMAN DE TROIE 



Ainz qu'en fust enz li tierz entrez, 

I orent si grant perte faite 

Que ne porreit estre retraite. 

Totes les lices premeraines i5go5 

15970 Ont cil defors en lor demeines ; 

Es barbequanes les ont mis. 

La se contint moût bien Paris : 

O le brant d'acier de color, 

Lor en a maint ocis le jor. iSgio 

i5g75 Ha! com le fait bien Troïlus ! 

Ne s'en apruisme de lui nus 

Que sempres ne Tait comparé : 

Teus chevaliers ne fu onc né. 

Polidamas com le refait ! i5qi5 

15980 Icil retient le brant nu trait : 

Tant en ocit, tant en mahaigne 

Qu'en vermeil sanc trestoz se baigne. 

15966 ATiV/que; K quenz en f.; n Ancois (F Enc.) que f. li t. 
passez — 67 F I ont si g. p. lors f. — 68 F Quel ; K Ne p. pas, 
M'^ Qui ne vos puet — 69 N prim., F-eines, M" premejreines, 
E premereinnes, K dederaines — 70 M'^Me dehors; MM'n de- 
maines, E -einnes — 71 F barba-, M barbaquenes, M' -canes, 
iV -chanes, K barbecanes — 74 iC en ot; en ml't, M mort assez ; 
e tolu — 75 (7) ; A"" Deus com, HM' Si bien ; M'' la, A lot ; y M le 
refait, B le refist — 76 F si; AP apresme, B -oisme, Af' -ime, EM 
-isme, R aprosima, ACIKLn aproche; F a lui, IL uers 1.; A"" De 
1. ne sen aproche n. — 77 APA-'BCek Quil {A'^BCKM' Que, M 
Qui) nel {B ne) compert {AP conpiert, M -art) molt {B bien) lede- 
ment [AP eigrement), H Que ne le c. malement, A Que tantost 
ne soit compare, nL Que s. nel c. ml't chier, I Kiluec ne soit 
mors u naures— jS M" A^BCek B. {B Or) mostre(i^/^ monstre) 
iluec (K ilec, MM' illuec) {e lor mostre, C pert cnqi) son har- 
dement {M^C ardement). A'' Il lor monstra de son talent, A Tel 
cheualier ne uit nul ne, IR Tels ch'rs ne fu anc ne (/ aine 
nés), nL El monde na tiel cheualier — 79 {A); A"" bien le; M'' 
refeit; R colore fait — 80 F tient, ATF retint; M branc, N bran 
— 81-6 m. à DM' — 81 ABCk ocist; A T. o. deuls; HT. en 
i ocit et m.; AT meh., F maheingne, JVF maaigne — 82 ek s. u.; 
M trestout; H Que en s. u. tôt, An Que el s. de lor cors ; EH si. 



DIXIÈME BATAILLE 63 

Moutse contient proosemeat : 

S'il a damage, chier lor vent. i5g20 

iSgSS Philemenis li granz, li proz, 

Ços di por veir, i est sor toz : 

Ne giete coup qu'il n'en ocie 

A l'espee d'acier forbie. 

Moût le font bien : mais ço que chaut? i5g25 
15990 Ne monte rien ne ne lor vaut. 

Puis que tel gent est resortie 

E de champ sevrée e partie, 

N'est mie puis chose legiere 

De faire les torner ariere. i5g3o 

15995 Par mi les portes de la vile 

En sont entré ja tel vint mile, 

N'i a un sol qui semblant face 

De retorner ariere en place. 

Li criz lieve par la cité : i5g35 

16000 Merveilles sont tuit esfreé ; 

En la vile sort tel esfrei 

Que nus n'i est seiirs de sei. 

Montent sor murs e sor portaus : 

iSgSS ATEHM contint, N defFant, F defant; EHN hardie- 
ment, F ard., M prois. — 84 F ont — 85 M^AEHn FiL, K 
Filim.; nK biax, EM genz — 86 AF Uos à\\ N P. u. uos di, 
CEHk Icil p. u.; A quil est; M^ Icil i est de sor trestoz — 87 
M^M gete. M' iete; AEN un {E cun) nen {H en); 3/" qui ne 
nocie — 88 C O; CH trancant — 89 M' ne que; A qui, E cui, 
CK quen; nM uaut — 90 ekA R. {K Riens) ne lor m. ne ne u.; 
n Ne lor m. ne — 91 An Des que; J^PEn tex {M^ tiels) genz, M 
leur gent ; n remuée — 92 A' Et del. M' Et du; N p. et seuree ; M 
Et par force de gent p., F Del c. p. et deseuree — 94 iV Del refaire 
— 95 n la porte — 96 J^PB ia entre ; M entrez ; k tex, àP tiels, 
M' tiex; « En i a ia (ia m. à F) antre .x. m. — gj F que — 98 
M'^FM' ariere, M arrier, E -ers — 99 M'' citie — 16000 ek Que 
li lor sont de {K del, M' du) champ gite — i Af^ sorst un, nM' 
ot un, E auoit, K a si grant ; K efFrei, M -oi *~ 2 A riens ne fu ; 
ek nus ni prent regart, n chascuns ot peor {F paor) — 3 M' 
sus... sus; K portais. 



64 ROMAN DE TROIE 

Li criz i est si comunaus i5g4o 

i6oo5 Que sempres cuident estre pris ; 

Moût sont de grant paor sorpris. 
Hector escoute e ot e veit 

La merveille qu'il aparceit 

E le damage e le martire, i5g45 

16010 Que rien nel set conter ne dire; 

La cité veit tote esmeiie 

E la novele a entendue 

Que par les portes les ont mis. 

Li sans li est montez el vis i5g5o 

i6oi5 E li cuers del ventre engrossiez. 

Tant par fu desvez e iriez 

Que nus ne s'ose traire a lui : 

« Par Dieu, » fait il, « moût grant enui i5g54 

« Devreie aveir, quant jo suis vis. » 



16004 ^^^ comunals; A^ aj. 2 v. : Dommes de femmes et 
denfans La fu li deols merueilles grans — 5-6 interv. dans I — 

5 [AB) ; A" Kar; n Sanpres cuidoient, 1 Mais tout cuidierent — 

6 A'BCek Et tuit [A'^B tôt) detranchie et ocis {M ochis), An Ne 
sai que plus uos en deuis — 7 {AI); M'A^BChy entent; F oit; 
L et tout uoit — 8 ^si a., ^' qui la estoit; M'BCM' aperceit — 
9 La grant dolor — 10 n riens, APEk nus; M^'EFM ne; FK seit, 
Af^ pot — 1 1 n Et ot [F oit) la c. — 1 2 M^K E a la n. e. — 1 3 e la 
porte — 14 MM^ Le sanc li e. monte — i5 (L) ; M le; MM' 
cuer; Ke\\x.\ n angoissiez, M' engroisiez, 1 -oissies, R grosseç ; 
H Li c, li est ml't e. — 16 /K Si par fu, ek T. p. est; n dolanz, 
A'^HI deruez; H T. e. d. et enragies; A"^ iros — 17 F Que nuls 
sause ; M'A riens; A nose garder uers lui; R n. aprosmer de 1,; 
n t. u. I., A^BCDky u. 1. t. — 18 wL Par (F Por) deu f. il mKt 
g. e.,M est f. il ; AR est île.; I Or ai f. il trop; A^BCDky Ml't 
par me doit {K puot, BCM puet) {A"^ Or me puet m.) f. il des- 
plere — 19 A'^BCDky dével. en 3 v. : Que nus (3/' nul) desdit 
[A'^ Quon me desfent) ce que ie uucl Par ml't grant ire et par 
orguel [A'^H P. grant i. et p. grant o.) Li sont (D ont) li oil (C 
Li o. li s.) troblé (A^'BH Li s. t. li o.) eluis;^^/' Que nis hors 
uers mes enemis, / Quant ie uoi mener mes amis, A Que 
uesqui tant qui ce souffris, R Cant ie uic t. ke ce soffris. 



DIXIÈME bataille; mort d*hector 65 

16020 En son chief a son heaume asis : i5g58 

Lacié li a uns dameiseaus. 

Adonc refu li dueus noveaus : 

Florent, crient par mi la sale ; 

Mainte gente dame i ot pale, 
16025 Por la paor que de lui ont. 

Ha ! las, ja mais nel reverront 

Qu'en aient joie ne leece. i5g65 

Com grant dolor, com grant tristece, 

Qu'il ne poëit cel jor sofrir 
i6o3o Qu'il li deveit mesavenir! 

Dedenz la sale, que fu peinte, 

Monte el cheval l'espee ceinte ; i^gyo 

Son escu prent, puis si s'en ist. 

Andromacha pasmee gist : 
i6o35 Tel dolor a, n'ot ne ne veit. 

Prianz nel set ne aparceit : 



N'i alast mie, se devient. i^gyS 

Cil qui ne dote ne ne crient 
Est par les rues avalez : 

16020 HN A; A elme, 3/ helme, 3/" h eu me, Fhaume; {LN 
asis), K assis, APBClMRy mis — 21 F un ; M^ dameiseus — 22 
J/^ Adoncs; A'3i' dels, EF diax, N diaus; A/' deuls nouels — 

33 ek P. et c. par la s. — 24 APMn M. d., A Ha tante d.; 
AfAn i deuint — 26 eN peor, M^'K poor — 26 Aï' He; nA"" ne 
lo uerront — 27 F Qil naient, K Quen oient; / Ke i. en a. ne 
1., A"" Por quen a. bien ne 1.; N leiesce — 28 K Halas quel 
perte, A'^ Ha quel dolor; AF et g.; M'^A'^Iek et quel ; e destresce 
— 29 M"^ poent; AE Qant {A Que) il ne pot, / Kil ne sen pot; 
N ce, / le; A' passer — 3o n Que que {F qil) lan deust auenir, 
/ Kc tant li dut m., A" Que lui ne couenist tiner — 3i (-4''); 3/M 
Enz en ; M chambre — 32 A'^ cainte — 33 F 9. s. e.; ek et si — 

34 3/ Andromaca — 35 EM' quel not [E ne ot) ne u.; KT. duol 
a que not — 36 M' Priant; M ne; AP siet',^PFe ne nap. ; {E 
aparcoit), les autres aperçoit ; de même v. -42 — 3^ F Nq] K ses- 
dauient, M'^Cen se deuient (C deueent), B sil d., Z) ce d. — 39 M"" 
dcualez, F auallez. 

Tome III. 5 



66 ROMAN DE TROIE 

16040 De plus de mil fu aorez ; 

Moût ont grant joie receiie. 

Quant l'aparceit la gent menue, i5g8o 

Encontre lui vont tuit e corent. 

E de pitié braient e plorent : 
16045 « Sire, » font il, « bien ont seû, 

« E moût l'ont bien aparceii, 

« Icil de Grèce hui tote jor, i5g85 

« Que n'estiez pas en Festor. 

« Bien i ont hui fait lor talant : 
i6o5o « Des noz est la perte si grant 

{( Que nus nel porreit reconter. 

« Mais or lor covient comparer : ^^ggo 

{( Jusqu'à petit n'i avra faille. » 

Hector avient a la bataille, 
i6o55 Mais la presse par fu si granz 

Des desconfiz e des entranz 

Qu'a peine s'en pot fors eissir. ^^99^ 

Sempres maneis a l'avenir 

Lor geta mort Euripilus, 
16060 Qui d'Orcomeine ert sire e dus. 

16040 F est a. — 41-2 interv. dans ek — 43Fcorrcnt— 44 m ioie 
— 46 « ont; [KN aparceu), les autres aperceu — 47 M' gresce; n 
Nostre anemi — ^^ K nesteiez; M'N mie; APK al estor —49 
M f. h., K f. tôt; M^'k feit; E B. o. h. fet de; n Ml't nos en 
b. o. f. sanblant; M'e talanz — 5o AP nos, M nous; E i est 
la p. g.; n Car li domages est {F i e.) si g.; M^e granz — 5i n 
nel p. nus; M"" recontier, F recourer — 52 n estuet — 53 (-4), 
M^MM' Des qua; Aek sanz nule f. — 54 F auint, M sen u.; 
eK en u. — 55 (A) ; M i estoit — 56-4 rentrans, F fuianz — by 
A/' pênes, E peinnes, N poines, F poine, M paine; Ar puet; 
M^Me hors — 58 M menois ; / Si lost com il i puet uenir — 
59 MN gita, HM' ieta, / gieta, APABCI gete, K gite, E giete; 
M^AA^ curipulus, I euryp., C curipilius, De eurupilus, HM 
erup., L euxidus — 60 (3/" dorcomeine), K -ene, ELM -enic 
[v. f. dans M), DIM' -onie, AB dorconie, n doriandc ; {Bk ert), 
M*AM iert; enDL estoit dus ; / D. estoit cil d., xV Ki hais hom 
fu et riches dus, H Qui dorchenie estoit uenus. 



MORT d'hECTOR 67 

Ifidus en cuens de parage : 

Bon chevalier i ot et sage. 16000 

A celui a le braz trenchié ; 

Si Fa navré e mahaignié 
i6o65 Que ja mais ne ferra d'espee. 

La ot tante enseigne escriëe; 

Sonent tant cor, tant meienel i6oo5 

E tant olifant grant e bel, 

Tuit li murail en retentissent 
16070 E li palais en rebondissent. 

Bien fu Hector reconeûz : 

Tant fu dotez li suens escuz 16010 

Qu'en es le pas sont resorti 

Trestuit si mortel enemi. 
16075 Polidamas aveient pris 

Al rescorre Philemenis; 

Par mi la presse l'en menoënt. 160 15 

Estrange joie en demenoënt, 

Quar moût les aveit faiz iriez 
16080 Par maintes feiz e damagiez ; 

Por ço li donoënt de granz 

16061 M' Isidus, D Et si dus, AP Ysidus, A Ysidrus, BCK 
Assidus, A" Esidus, F Esidius, L Euxidus, N L Ridus {sic), R 
Onfrous ; ArMM' iert, A riert, LR ïn; F de parge, APBCDky 
merueillos; A"" merueilles pros — 62 (L); R Ci ot buen chiualer; 
F large; M'^BCDky Fiers et hardiz et coraios {H orgilieus) — 63 
F ot — 64 -E mehangnie, k mehaignie, M^M' maai.; n Et de son 
cors si anpirie — 65 F feira, 3/^ referra — 66 ek mainte — 67 
ÀPDKM' Sone; APE maienel, D -ennel, N maenel, K meenel, 
3f' menuel, F moenel, 3/ mangonnel — 68 nM' riche, 3/cler — 
69 (C); FJM' mural, A"^ palais; M^'AI rebondissent — 70 (C); n 
Et tuit li ual; APAI retentissent; A"^ Et les sales en retombis- 
sent — 72 ek Tantost {K Tant tost) con fu {M' la, M est) aper- 
ceuz — 73 ek En; F Qe nellopas — 74 M"^ mortiel — 75 C Poil. 

— 76 B A r., M Au secorre, K Al rescore; M A la rescousse fu; 
M'^n fil., ekB filim. — 77 £ le hiaume — y^ K Cil qui grant i. 

— 79 3/' feit, MM' fait, i^ fet — 80 3/^ E m. f. en d., efc Et p. 
m. {M pluseurz) f. d. — 81 ti cos (F cox) granz. 



68 ROMAN DE TROIE 

Par mi leheaume de lor branz. 16020 

Sa rescosse ert tote obliëe, 

Ja n'en fust mais sachiee espee. 
i6o85 Sovent fu Hector regretez 

De ceus dont moût esteit amez ; 

Mais bien l'orent reconeu i6o25 

Cil qui ariere sont venu : 

Toz lor est li cuers revenuz. 
16090 Polidamas fu socoruz, 

Qu'Ector s'ala o ceus mesler 

Gui laidement list comparer i6o3o 

La saisine qu'il en aveient : 

Ceus a ocis qui le teneient. 
16095 Donc les aqueut al brant d'acier, 

Maint en i fait mort trebuchier ; 

Par mi le pas les fait passer : i6o35 

Trop i perdent al rentasser. 

Toz desconfiz les metent fors ; 
16 100 Moût gete Hector âmes de cors. 

Cil dedenz furent recovré : 

A la trenchiee d'un fossé 16040 

i6o82iV/'heume— 83 3/^e La; £ resqueusse; Af^^^f' /c iert — 84 
K la mes n. f.; M^'K sachee, F -ie — 86 F tiex, N tex; EF don; 
k plus — 87 « M. quant; M Ml't b. refu, K Mes ml't lont b, — 
88 FM arr., EN arriéres — 89 M' Tôt 1. e. le cuer — 90 C 
Poil.; E secorruz — 91 « Qe H., 3/ H.; enK a; AP eus, M eulz 

— 92 FM' Qi; A/' leid. i. cump. — 98 M'^E seisine — 94 EF 
Ces — 95 M"^ Doncs, n Lors, E Puis; B Dont les acuelle; K 
aquielt, A" -iaut, F -ialt, E ataint; / Acuité la; A^ Ml't les 
apresse el — 96 M en f. ; M* feit; .4* fist ius t. ; C Molt en i f. 
mors trebucier; nA One ne fine {F fina) [A Ne fine heure) de 
detranchier, / Ne f. pas dels tr. — 97-8 m. à I — 97 w. à E\ 
Ar Par les destreiz 1. feit; A'^ fist; A hurter; n En eslopas les 
font (F uont) h. — 98 A^M' Ml't; n reperdent; e au ramasser 
{E aj. : Au reculer au retorner), ^' al çntasser — 99 (/?); e le; 
F moinent, A"* maine, R gitent, E metent, M' iete; M^Me hors 

— 16 100 {Al)\ EN gicte, i^f ' iete, F geta. A/ gietent, F H. 
armes ; A'' Tant trait h. anmcs — 2 Af' del f. 



DIXIÈME bataille; mort d'hector 69 

Rentassent si lor enemis, 

Moût i ont d'eus morz e maumis. 
i6io5 C'est par l'esforz qu'Ector a fait. 

Quos en fereie plus lonc plait? 

Loinz as plains chans les ont empeinz, 16045 

Si n'en fu pas lor li guaainz, 
Amirauz ert Leotetès, 
161 10 Cosins germains Diomedès, 

Riches vassaus e alosez 

E en l'ost bien emparentez : 

A cel traist Hector la coraille, i6o5i 

Quar une enseigne de Thessaille 
161 1 5 Li a par mi le cors passée. 

Cil chaï morz gole baee. 

Or le refont bien cil de Troie, 1606'j 

Dès or ront il leece e joie, 

Dès or resont il par égal : 

16104 ^ M. en i ot; w Ml't an ont mort navre et pris — 5 FM^ 
por — 6 [corr.y, M^ek Que uos en f. 1. p., n Q. u. f. plus 1. p. — 
7 MN Loing; F Loig es; 3/' enpains — % F gahainz, E -einz, 
M' gueains — 9 (//); CDS^ Amiraus, 3/' -al, KL -als,3/P -alz, R 
-anç; M^MM' iert, A'KRS' fu; S Un amirault; / lyot., A theo- 
tetes, P leotedes, Fleothedes, M' -tes, B -res;L A. estoit leotes 

— 10 AP germejns ; MM' Cosin germain; JLMAI'PS'n dyom., 
A"" fu achilles, 5 ert a. — 11 LN uasax, A"" hom fu, ^' hon ert, 
/ hom ml't, P e forz, M'^BCS'ky estoit, F rois est; AR honno- 
rez, LN en., F hanoranz, / honeres, S -e — 12 (AILR); S enpa- 
rcnte, F aparissanz ; A'BCPky Et de hardement (-4' proece) trop 
(C molt) osez,^" Et de grant h. assez — i3 [AIRS) ; A'A'^BCPS'ky 
Celui; BRS' trait, HM' trenche; L Hector li a trait — 14-16 
dévcl. dans M'^A'BCS'k en 1 1 v., dont le r ^p est aussi dans A'^DPy 
{yoy. aux Notes) — 14 {1RS); A Si que {enseigne; n ansoigne ; 
N tess., F chess., A thez. ; M^A'A^BCDPS'ky Enz (H Très) el 
(M- H en) (A' An ou) mi lue (M El plus espes) de la bataille (A"" 
donne ensuite les v. 161 1 5-6) — i5 5 Lor ot; L boutée, S butée 

— iG AILRSn chei; A'BCS'k aj. 4 v. (voy. aux Notes)— 17 
(yPHIP); A font m'it b.; S' font b. icil ; S Ore le f. b. cens; L 
Lors se raunent — 18 K Des ore; A'^EFky ont; il m. à F; A De 
ce font il; AN leesce — 19 A"" sunt il b. ; // ont il b. lor auiax ; 
Fporangaus; L igals, E -ax, M'^N -aus, AA'^M'Rk -al, B ingal. 



70 ROMAN DE TROIE 

16120 Ço fait Hector, le bon vassal. lôoyo 

Quant Achillès veit la merveille 

Qu'Ector lor fait e apareille, 

Qui toz lor princes lor ocit, 

A sei meïsme pense e dit 
161 25 Que, s'il puet vivre longement, i6oj5 

A duel, a mal e a torment 

Sont tuit livré senz retor prendre. 

Mais moût voudreit a ço entendre 

Qu'il le poust desavancir 
i6i3o O a tel encontre venir 16080 

Qu'il li feïst l'ame roter : 

A ço a mis tôt son penser, 

A el n'entent ne el ne fait, 

Tote autre uevre por celi lait; 
161 35 A iço a tôt atorné i6o85 

E son corage e son pensé. 

Ja mais n'avra joie ne ris, 

Devant qu'a ses mains l'ait ocis. 

La gent de Grèce veit morir : 
16 140 Tant a Hector force e air 160 ço 

Que tôt ocit e navre e tue 

E de la place les remue. 
Bien le font cil de la cité : 

Fortment se sont resvigoré. 

16120 A^BKR Cest{R Sol) par hector; M' feit ; APCEMn 
li bons [M bon) ; KR buen, N buens, API uassaus ; nEH uas. — 
21 H sait— 22 F li —23 M'^ek Que; M' ocist, 3/ ochit— 25 EN 
longuement — 26 M"" mort — 28 F uoidroit; M a cen — 29 
M^Ken doist, M peust — 3o F Et ; w an — 3i F larme — 32 AK 
En ce — 33 (L) ; AM a el, F ne als, K ne riens ; 3/' feit — 34 F 
Et a. ; LNR Tôt [R Totes, L Toz) autres oures, ek Tote a. rien, A 
T. proesce ; M'^An por ce 1., F por celui 1., 3/' p, cetui 1 . , IK por 
ico 1. ; iî en 1.; AP leit — 35 n Et a icc a t. torne, F A ce a trestot 
a. — 38 ^ Dessi ; n quas m, laura o. — 40 M'^M' hair — 41 « Qil 
les; Af ocist — 42 F De la p. toz 1. r. — 44 {AL)\ K F. resont, 
M Des or r., // F. en s. ; AT asseure, M'^M ras., n rauigore. 



DIXIEME BATAILLE ; MORT D HECTOR 7 I 

16145 Tuit s'en eissirent fors as criz. i6og5 

Puis que li monz fu establiz, 

Ne vit nus hom tel tuëison, 

Tel ocise, tel chapleison : 

A œnz, a miliers s'entrociënt. 
i6i5o Par la cité cornent et crient, 16100 

E as herberges ensement : 

Ço est a vis a tote gent 

Que la terre font soz lor piez. 

Des morz est toz li chans jonchiez. 
161 55 Polibetès esteit uns dus i6io5 

D'outre les puiz de Caucasus : 

Go est vers Inde la Major. 

Moût ot grant force e grant valor ; 

Merveilles par ert proz de sei 
16160 E moût aveit riche conrei. 161 10 

Nus hom el siècle trespassé 

N'aveit veii plus bel armé : 

D'or e de pieres precioses 

Resplendissanz e merveilloses 
i6i65 Erent si guarnement covert. 161 15 

Achillès l'aime, honore e sert, 

Por ço que doner H voleit 

Une soë soror qu'aveit. 

Il ert chevaliers merveillos. 



16145 ÀPMe hors; n issent lo ior — 47 (;/ tueison), L tuoison, 
les autres contencon — 48 M^'ek Tiel chaplc tiel ocision — 5 1 {A); 
APe/c Et as tentes font e. — 52 M' iert — 54 KT. li c. est d. m. 
\.;M' De m.; M li chamy>,M' le c. — 55 {HR); ^" Poil., M^BIk 
Politenes — 56 Af' le pui ; M'^A^L mons, A pors; M'^AFk cal- 
casus, N cac, 3/' carc, H carsandrus — bj Ae Cest deuers 
ynde — 59 ^PK p. iert, A p. est, Men estoit — 60 m. à M — 61 
E que oit ce t., /l ou s. t. {puis les v. j6 123-3'/ répétés) — 62 
7n. à A; M'^M'k si b. — 65 Aek Furent; A li g., IvP tuit si ator; 
F garniment — 66 M'^k aime; M'^ siert — éy M"" li deueit — 68 
A Une sereur que il a.; M"" sue, M' soue; M'^en suer quil (F 
que il) a. — 69 APAk iert; n C. estoit m» 



72 ROMAN DE TROIE 

16170 A ceus dedenz trop perillos : 16120 

Le jor lor en ot maint ocis. 

Mais Hector l'a si entrepris 

Qu'il ne li puet plain pié foïr; 

En la place l'a fait morir: 
16 175 Tôt le fendi desci qu'as denz. 161 25 

E quant il vit ses guarnemenz 

Si riches e si precios, 

Moût fu de l'aveir coveitos : 

Oster les li voleit e traire, 
16180 Mais Achillès, son aversaire, i6i3o 

I est venuz, qui les li viee. 

La ot mainte sele voidiee ; 

Ci rassembla si fier estor 

Dont maint perdirent la color. 
i6i85 Hector e Achillès s'aiainstrent, i6i35 

Qui d'eus ocire ne se feinstrent. 

Mainte colee se douèrent 

Sor les heaumes, qui resonerent, 

Que tuit en rompirent li laz 
161 90 Et tuit lor dolurent li braz. 16 140 

161 70 [A); K molt p.; n Et de cels d. domaios — 71 « en a — 

73 Af'^ plein — 74 M Quen; AEMn le f., M' lestent— 75 
M'^An de ci, eM de si, K dessi ; M' as, A ts — 76 M'^K les, A 
ces; Fgarnimanz — 78 « De lauoir fu m. c. — 79 {ABC)\ HM^ 
O. ett. li u., /T. et o. la li u.; R uoit et t. — 80 [ABCR)\ En 
ses a., HM' qui lapercoit; /M. cil ki gaires ne lamoit — 8r 
FKM' uie, AM uee; / Ccst achylles ki li dcsfant — 82 AP rot; 
M' uidie, K uoidie, A uuidie; / La en eut fait tant maint san- 
glant — 83 N rasanble, F resamble, M rassembla; M' reconien- 
cierent lestor; nK li; En fiers estors; / Fait i ont .i. si fait e. — 
84 {AI) ; E Don ; K .m.; En les colors — 85 APCKR sateinstrent, 
N satointrent, F sac, M^ sataindrent, H satainsent, A sarainnent, 
B saprochent; L H. a. sentreuicnent — 86 APM' dcls; C ne f.; N 
fointrent, F foindrent, M fainstrent, AL feignent, M' faindrent, 
H fainsent; B Q. por els ocirrc safforcent — 87 EK Maintes 
colees — 88 M"" heumes, F haumes — 89 APM' toz; N deron- 
pirent, F lor r.; M' les 1. — 90 Ai' toz; M dolirent. 



DIXIÈME bataille; mort d'hector 73 

Mais Hector saisi un espié 

Cler et trenchant e aguisié; 

A dous poinz en fiert Achillès 

Par mi la cuisse de si près 
161 95 Qu'il nel pot mie jus abatre. 16 145 

A tant laissierent le combatre 

Cil qui esteient a Testor : 

En sus se resont trait li lor. 

Achillès fu griefment navrez ; 
16200 Lors ot dolor e ire assez : j6i5o 

Nus hom n'en ot onc plus ne tant ; 

Por ço en fera bien semblant. 

Sa plaie li ont estanchiee 

E d'une enseigne estreit leiëe, 
16205 Puis rest montez l'eaume lacié : i6i55 

Cler e trenchant tint un espié. 

En la bataille ariere torne, 

Desoz le heaume embronc et morne, 

Hector aguaite ensi navrez : 
16210 Mieuz en vueut estre morz getez 16160 

Qu'il ne l'ocie, ço dit bien; 

16 191 M^E seisi — 93 F afiert — 94 {AA^BCH)\ K coiffe; L 
si de p.; / Par sour la c. desci p. — 95 (^"L); En nan; F puet; 
K Quil ne lo pot pas — 96 N lor, F a; JVf' cumb. — 98 [A); yP 
treit; K se retraient; n se traient li plusor — 99 enK griemant, 
M granm. — 16200 ek D. ot grant — i M"" aine, K ainz (onc 7n. 
à M), n mes; AI' onqucs mes t.; E not plus grant mautalant — 
2 {R}; n Et si; en fist ml't b. — 3 E estanchie, R b. faisee, K b. 
fessiee, M'' b. faissee, A b. bendce, M^ afetie, M b. a. — 4. A dun 
panon, k dun penn., APDy dun pen. ; iWADERkn liée, H loie, 
M' \ie — 5 K Pois; AEn est; M lelme, F li haume — 6 N prist, 
AMe ot— 7-8 interv. dans ABCDky — 7 {A'HIL); ABC A; N 
arriéres, k -e ; BEH sen retorne — 8 (ABC) ; NR liaume, F li hau- 
me; N anbruns ; / Embrons soz lelme a chiere m., AA'^BCDky 
Por sa {H le) plaie pas (^^ point) ne seiorne, AP Cum cil qui 
gueres ne sei. —gE einsi, F ansi, KM' issi — * 10 M"" volt, KM' 
uelt, E uialt, n uiaut; M ueult e. hors; M^EK gitez. M' ietez, 
n portez — \\ M Que. 



74 ROMAN DE TROIE 

A ço entent sor tote rien. 

La bataille est moût aïriee : 

Mainte ame i ot de cors sachiee. 
162 1 5 Li cri i sont grant e li hu, 161 65 

Qu'Ector ot un rei abatu; 

Prendre le vout e retenir 

E as lor par force tolir: 

Par la ventaille le teneit, 
16220 Fors de la presse le traeit, 

De son escu ert descoverz. 

E quant l'aparceit li coilverz, — 161^2 

C'est Achillès, qui le haeit, — 

Celé part est alez tôt dreit. 
16225 Dreit a lui broche le destrier : lôiyS 

Nel pot guarir Fauberc doblier 

Que tôt le feie e le poumon 

Ne li espande sor l'arçon. 

Moût le trébuche tôt envers : 
16230 En poi d'ore est pales e pers. 

Ha! las, com pesant aventure! 

Tant par est pesme e tant est dure 16 180 

162 12 M h. cent — i3 £ ert — 14 3/ i a; AM seuree — \b F 
an s. ; E granz — 16 F Qe h., AK W., E Quectors; {M' ot), 
WAEHkn a — 17 M^KM' volt, N uiaut, E uialt, M ueult — 
18 Af a leur, E as suens — 20 APMe Hors; M' traioit — 21 
M^LM'k iert, F est; FM^ descouert — 22 ABDLM' lapèrent, 
E laparcut ; MR culuerz, K couerz, M'ADEN cuiuerz, AV 
cuuert, F cuiuert — 28-4 m. à APABCIRk — 23 {A^) ; F Ce ert, 
Ly Cest; L traist — 24 Dn ert; M^ aie; L ueit ou il le uit, 
A"" uint a grant esploit, //u. esrant t. d. — 25 ABCEM D. uers, 
HM' Enuers; K U. 1. b. d. le d.; B broca ; i? lu d. — 26 F 
puet; a: souffrir; /Sel fiert parmi; AFk hauberc, E-ers; AHM' 
One (//Aine, A Ainz) h. ne li ot mestier; M^ dobler, R doplier 
— 27 k Que le; M' pomon, k polrnon, DEHN pormon — 28 M 
espandi, F splande; M' sus; H Li fist espandre — 29 F trab., M 
trebuce; K toz — 3o A/' fu; APM pale, F pâlies — 3i {AHJ)\ 
M'k cum pesante, C c. pensant, nR c. estrangc — 32 {R); AAP 
p. tant; F est forz et p. et d. 



DIXIÈME bataille; mort d'hector 7!) 

Com dolorose destinée! 

N'i ot puis autre demoree : 
16235 Vont s'en fuiant senz nul conrei, 

Qu'uns sous n'i prent reguart de sei. 

Ço lor est bel qu'om les ocie, i6i85 

Petit aime chascuns sa vie ; 

Gietent lances, gietent escuz : 
16240 La mort Hector les a vencuz, 

Et si en sont descoragié, 

Si angoissos e si irié 16 1 go 

Que li plusor, estre lor gré, 

Se sont en mi le champ pasmé. 
16245 La les ociënt senz retor 

E, senz rescosse d'un des lor, 

Par force sont del champ geté : 161 g5 

Jusqu'as portes de la cité 

Les en meinent moût laidement. 
16250 La ot maint brant d'acier sanglent ' 

Saveir poëz moût en ocistrent 

E moût en navrèrent e pristrent, 16200 

16233 (R); ^PAK Et c. (3/ tant) pesante, e Et c. très pesant 

— 34 F plus; K Puis ni ot — 35 « a grant esfroi — 36 F Cons; 
M^n sols, E seus, K sol; MM' .]. seul; n p. conroi — "i-j M Cel 
iour est biax; K biau; M'^k quon, M con, M' quen, En quan — 
39 M'^M'k Getcnt... getent — 40 EM ueincuz, F uain-, N uoin- 

— 41 F Ensi san; M"" A A'^CEk Et morz (C Tuez) e si descoragiez, 
HJM' Mort sont et si descoragié (J -chie) — 42 M^AJky A. 
sunt {M est) [y Si a.) et si (^4 A. en s. et) iriez {HJM' -ie), -4' 
Chascuns est si forment iries — 43 F ostre, A outre — 44 F An 
s., A Sen s.; AP de duel el c. p., ^"^ chav en mi le pre, puis ces 
2 V. : Tôt estendu en pasmisons La fu ml't grans loccisions — 
45-6 interv. dans A^ — 45 {A)\ nM la ; K Sis o. s. nul r. — 46 M 
resconse, C défense, E resqueusse, M' rescorre; A'^ de seignor 

— 47 {AA'^BC) ; J de; Ek gite, H torne ; nIL Icist (7 Icil) chaples 
lor a dure — 48 (L); F lusqe ax, M'EJM Tresquas, M' Trus- 
qua, H Duscas; C Fuiant scn uont en la c. —•49-50 m. à nL — 
49 {A'^B); M'^JM leid,; C Molt les demeinent 1. — 5o A' M branc; 
A senglent, A^M -ant — 5i M'^M'k P. s. — 52 F neurerenl. 



7^ ROMAN DE TROIE 

Tant corne il voustrent e non plus. 

Dès or sont il bien al desus. 
16255 Par mi les portes s'en entrèrent 

Cil qui del champ vif eschaperent. 

Iluec en ocist Achillès i62o5 

Cinc cenz, ço ditl'Escriz, e mais. 

Espés les truevent entassez : 
16260 Tant en ont morz ainz que passez 

Fussent, n'en puis esmee faire. 

Mais, si com me reconte Daire, 162 10 

Mennon guenchi contre Achillès, 

Si le feri de plain eslais 
16265 Que jus le porte de la sele. 

E cil, qui ses gieus renovele, 

Le ra féru parmi l'escu, 1621 5 

Qu'a la terre Ta abatu ; 

Puis trait l'espee, si li saut. 
16270 E reis Mennon ne l'en refaut, 

16253-4, intervertis, sont placés dans A après 16260 — 53 ^ 
T. que; MEn uostrent, AM' uodrent, K uoldrent; e nan sai p. ; 
n T. eu. et noiant p. — 5^K De co; n an s. b. — 55 M en e. 
— 57 F Hoc, K Ilec, M Illec — 58 ^ .iij=- ; AHn dist; M lescris, 
DK lescrit, A lescripi, n lestoire; DJ Ce dit lescrit [J dist daires) 
•V- ; — 59-62 m. à DM' — 59 n trouent; M^ACHJk les troue 
e e. [M entasse), E estoient antasse — 60 AR Tanz ; Ek mort; 
EM passe: A^IJRn et découpez, H et afoles — 61 {A); C ne; M 
esme; A^ILRn Que nus nan porroit [A^ pooit, / saroit, R sau- 
roit) esme (L conte) f. , J Q. ie nen sei nul esme L, H Q. io ncn 
puis aesme f. — 62 AT Ensi, FL Ansi ; Af^ cum me, N con me, 
EFL corne, HJ con nos; AL raconte; / c. truis el liure d.; A 
Si con le nous r. d., A'^R Si con io truis el liure d. — 63 M^n 
torna, L ala; A^ uers a. — 64 ni Tel li dona; M'^AK plein, F 
plan — 65 ky Quil [M Qui) le p. {K porta) ius — 66 AT sis, A^'n 
les ; FK geus, 3/' giex, M gieuz, E iex. A/" iues, N ious, A"^ 
grius, H dels — 67 (//); Wk ra scisi, 3/' resaisi, E reseisi, A 
refiert si; J Le referi, C La referu, A"^ La tost féru — 68 (//); E 
Que a t. — 69 [HJ)', n se ; M^A sil assaut, CM si lasaut; HK 
sait — 70 n Li r. m. pas ne li faut; K rei, M roy; FM' menon, 
J mennors ; AM' li; K défait. 



DIXIÈME BATAILLE 77 

Se cil le fiert dous cous o treis, 
Qu'il ne li rende demaneis 16220 

Par mi le heaume de desus, 
Si que del chief li abat jus; 
16275 Le sanc li fait voler del vis. 

Fièrement Ta Mennon requis, 
Fiere escremie s'ont rendue : 16225 

De lor sanc la terre empalue. 
Chascuns d'eus i est si gregiez 
16280 Qu'a peines puet ester sor piez. 

Plaie se sont e si tué 

Que del champ en furent porté. 16280 

S'eust Mennon un poi d'aiuë, 

Si très grant peine fust creiie 
16285 A Achillès que ja mais jor 
Ne portast armes en estor. 

Sor son escu en fu portez ; 16 235 

Set feiz se fu anceis pasmé 

Qu'il fust dedenz son paveillon. 
16290 Sor un feutre de ciglaton 

Le couchierent, sil désarmèrent. 

Quant ses plaies li reguarderent, 16240 

Cuidierent l'ame s'en alast: 



16271 ek Sil (3/ Si) li done — 72 £ de menois— 78 JSP hcume, 
F haume — 74 M Quel du cheual la abatu — 75 M^ feit — 76 
E mannon ; C Menon la f. r. — 77-8 interv. dans A^ — 77 (CJ); 
AB ont, A^L i ont, M' \ ot; A^ tenue — 78 (^^); N anpalue (est 
ajouté devant de 2" main), M apalue, A palue, //est p. — 79 M^ 
Chescuns; A/ greuez; y est si agrégiez — 80 ^ peine, M pêne, 
F poine, N -es, E poinnes; M Quil ne puent; F estre — ^i K 
si et; nK naure — 82 AP de; Af emporte; n Q. de la place en 
sont p. — 83 « daue — 84 n Si granz (F grant) essoine, A Si g, 
p. li; E poinne — 86 iV/ a e. — 88 M" ainceis, E eincois, F en- 
cois, M auant — 90 En fautre, K faltre ; e Desor {M' Desus). j. 
f. c. [M' sigl.); n dun auqueton — 91 Fctioucltent, AP couchè- 
rent; nM sel — 92 M'K les p.; n Et q. s. (Fies) p. r. — 98 F 
Guidèrent; M que lame. 



78 ROMAN DE TROIE 

Ja mais sa boche ne parlast, 
16295 Ne fust uns mires d'Oriant, 

Qui de plaies par saveit tant 

Que nus hom ne poûst morir, 16245 

Ou il poûst a tens venir. 

Cil l'a fait si asoagier 
i63oo Qu'en es le pas le fist mangier 

D'un chaudel precios e sain. 

Or sont tuit si ami certain i625o 

Qu'il est a guarison tornez : 

Toz fu guariz e respassez, 
i63o5 Ainz que passassent guaires jor. 

Grant joie en demeinent li lor. 

Tote la perte qu'il ont faite, 10255 

Que d'eus est dite ne retraite, 

Ne prisent il pas un denier, 
i63io Quant vengié sont de lor guerrier 

E de lor enemi mortal : 

Ja n'avront mais dolor ne mal, 16260 

Ço lor est vis, por nule rien. 

Mais une chose sai jo bien, 
i63i5 Qu'ancore avront de teus jornaus, 

Ou morront mil de lor vassaus. 



16296 e mecines, K -q, M medecinez — gy F an p. — 98 
M A cui, i^ Sil i; F a tans p. — 99 AP e asoagier — i63oo 
F Qe nello pas — 1 M Du; K chaldel — 2 [A); n si a. t. c. 
— 4 AT Ore ; Ek est, M' iert; M'N respasez; n Et t. est seins et 
r. — 5 e Einz; EK trespassent, M'N trespasast, F -assast; 
M trespast g. de i. ; M'e guercs, F -e, KMN gaires — 6 E'\. 
d. ; J meinent tuit ; n an moinent {F m.) li plusor — 7 3/' 
que ont — ^ [K Que) — 9 Mû .j. seul d. — 11 APMen 
anemi — 12 n ire, M paine — i3-4 interv. dans F — 14. 
K di gic — ib K Encor, nM Ancor, M'^M' Quencor, E 
Quancor — 16 M' Ou perdront .m., AT Ou .m. p., n Ou il 
morra . 



LAMENTATIONS SUR LE CORPS D HECTOR 79 



Lamentations sur le corps d'Hector; 
embaumement. 

Or VOS dirai de ceus de Troie, 16265 

Qui puis n'orent ne bien ne joie. 

Del champ fu li cors aportez : 
i632o Quant en la vile fu entrez, 

One nel vit nus sor piez estast 

Ne de dolor ne se pasmast. 162^0 

Braient femmes, braient enfani, 

Tozli pueples, petite grant; 
i6325 Florent li rei, plorent contor, 

Florent demeine e vavassor. 

Les puceles l'ont regreté i62j5 

E les dames de la cité : 

c( Sire Hector douz, nobles guerriers, 
i633o « Sire nobiles chevaliers, 

« Sire qui tant nos amiëz, 

« Sire qui toz nos guardiëz, 16280 

« Sire qui tant estiez proz 

i63i7 {HL)\ ek Ge, M^AA^I Que; ^Vdiroie; E ces, F ccz — 
18 F Qe; A"" Il norent p. déduit, A Q. norent ne d., ^y Qui 
{EJ II) nauoient d., M~Ck Norent aine (A: onc) p. d.; / N. .j. ; 
point de b. de i. — 20 £ Q. il fu an la u. — 21 K Une, EL 
Ainz; M^ Aine nen; EHJ riens, C rienz; H Nest r. nule, AM^ 
Nel uit rien duel {A nul qui); J sestast; M ne se pasmast; riL 
dolor naust (L neust), / Hom nel uit tant dur cuer eust — 22 
M^ABCJy Qui, E Et, A"" V; LMn Ne qui sor; M les .ij. piez 
estast, nL les (L ses) p. estcust, 1 Que plourer ne len e. — 23 C 
Plorent f. pi. e. ; M"^ entanz — 2^ K poples; AP poeples petiz 
et granz — 25 L i r.; APABCJky e li c. — 26 (L); APABCJky 
Prince; AJ et d., M"^ dom., AJ demainne, M -aine, E -einne, 
n -oine; AP vasuassor, Men uauasor, B -our, // vaasor — 27 C 
de la cite — 28 Afli conmun; C lont regrete — Zo M nobile, F 
nobles — 3i n as amez — 32 n tant nos as gardez — 33 N 
esteiez, F estoiez, M'^ek estiez. 



8o ROMAN DE TROIE 

« Que nos défendiez de toz, 
i6335 « Queus damages quant estes morz! 

« Tant par est granz li desconforz! 

« Ja mais nus biens ne nos vendra, 16285 

« Ja mais nus hom ne vos vaudra, 

« Ja mais jor ne serons rescos : 
16340 « Toz lor voleirs feront de nos 

(( Li enemi, li reneié. 

(( Ha! com seront desconseillié 162 go 

(f. Li chaitif chevalier de Troie! 

« La lor défense iert mais moût poie : 
16345 « Ja n'i avra mais porte overte. 

« Ha! lasses », font eles, « quel perte ! 

« Ja ne serons mais mariées : i62g5 

ce Chaitives en serons menées 

« Doloroses en lor servage. 
i635o « La vostre mort est si sauvage 

« Que il n'est pas dreiz ne reison 

« Que nos ore après vos vivon. » i63oo 

Après le cors ert teus li criz 

Que nus si granz ne fu oïz. 

16334 eFEi; N Et qui, APK Qui ; N desfandeicz, APe desfen- 
diez, k deff. — 35 ÀP Quel, F Qel, M Que; M'K damage, FM 
domage; AP que ; M iestes — 36 e li diax {M' le duel) et forz — 
37 (//); MM' nul bien, nE nus hom; M'E ne vos; E uaidra, 
n uaudra — 38 E nus biens ne nos uandra; K nos uoldra; n n. 
ne nos desfandra — 39 n Ne iames; F ne seront, E nesterons — 
40 M"" faront — 41 Men anemi; F ranoie, E anragie, M' esragic 

— 42 FM' serons — 4.3 K cheitif; M' cheualer — 44 £ ert; kn 
m. si p., M' m. p. — 46 M' t'Ai quelep. — 47 Ai seront — 48 Aï 
seront — 49 {CL); AP^ABIJky lonc s. {AI sur la ligne, 2^ main, 
et en grant seruages); A'^ En altres terres en s. — 5o L nostre; 
M^'A-AIny morz; A"" mTt, Af {sur la ligne, 2* main) saunages — 
5 1 C ne droiz ; M (sur la ligne, 2° main) droit ; F raisons, APCNy 
reisons, K reson — 52 C Qe un ior; H or après lui ; L après li 
plusu., n p. en auant u. ; ^enpres (ore m. à M); APCS y \i'\\xons 

— 53-4 m. à E -^ bl K Enpres; APAP iert, AJk est, HLn lu; 
nlL granz, H fors — 54 {J); A Q. ainz, A^ Quonqucs, nL Onqucs. 



LAMENTATIONS SUR LE CORPS D^HEGTOR 8l 

i6355 Tuit le sivent jusqu'en la sale : 

La sont persi e freit e pale, 

La est H dueus si angoissos, i63o5 

Si pesmes e si doloros 

Que nus nel porreit reconter. 
i636o Sor lui se vait Prianz pasmer, 

Sor lui se gist reides e freiz, 

Sor lui se pasme tantes feiz i63io 

Que il n'en ist funs ne aleine. 

Osté l'en ont a moût grant peine 
i6365 Si fil, si rei e si contor. 

En une chambre peinte a flor 

En est portez si come morz : i63i5 

Mauvais iert mais li suens conforz. 
Estrange duel refait Paris : 
16370 L'eve li cort a val le vis, 

De ses dous ieuz tendrement plore 

E moût maudit le terme e Tore 

Que icil jorz onc ajorna 

Que la bataille comença. i6322 

55-6 m. à L — 55 (//) ; APFK sieuent, / seuent, M suient, J 
suiuent; 3/' tresquen, E tresqua, A^HJMM'n iusqua — 56 
{HIJ)\ BC La (C Li) par sont si ; Kn Tuit; A"" pasme, A nerci, 
M' pensif, n por lui — 5j 3/^ duels, K dels, M duel. M' deul, 
N diaus, EFL diax; K angoissées — 58 MM' pesme; K dolereos 

— 59 M^K riens, M' rien ; K Q. nel p. r. — 60 H san uait ; E Por 
lui couint, J la se uoloit; yJ priant — 61-2 m. à tiL — 61 {B) ; 
Jy siut — 62 JAr tante, 3/' trente, HM mainte — 63 M' ont 
fust; M fun; M' alaine, E -einne ; n ne f. naloine (F nalaine) 

— 64 n poine — 65 M Sil \ K fil! ; 3/ li roy et li — 66 £ pointe 

— 67 n Len ont porte trestot (F t. p.) por mort — 68 M^Me est; 
3/mrt; n Ml't auront m. malues confort — 70 3/^ Laigue — 71 
H A — 72 (/); CK Souent; M^AJKPy iour, nC tans — 78 LNR 
icil [NR icist) i. hui, F cist i. h. lor, / cis iours dui lor; 3/' 
ajnc, R une; AA^BCJPky Que li tornois fu^ asanblez (S lor 
assanla) — 74 [LR); 3/" Et que la b. asenbla, AA^CKy Par {K 
Por) que {ACM' coi, K quei) hector lor {KM) est {AC fu) emblez, 
JMP Par quector {P qe h.) 1. e. si e., B Par coi h. tolu leur a. 

Tome IIL 6 



82 ROMAN DE TROIE 

16375 A mort se tient e confondu 

E dit sovent que mare i fu : 

« Sire, douz amis, sire chiers, i632p 

« Vaillanz sor trestoz chevaliers, 

« Qui fera mais les granz esforz 
i638o « E qui vengera mais noz morz? 

« Qui nos sera mais confanons, 

« Ghasteaus, estendarz ne dragons ? 

« Qui nos savra mais maintenir? 16 335 

« Li cuer nos devreient partir, 
i6385 « Quant nos vos esguardons en bière. 

« La vostre mort par est si fiere 

« Que nus ne set le grant damage 

« Que receit hui nostre lignage : i634o 

« Par vos ert vis et defenduz, 
16390 « Mais or est morz e confonduz. 

« Mais, se Deu plaist, cil en morra : 

« Ja rien soz ciel ne l'en guarra. 

« S'il est trovez a la bataille, i6345 

« Vengiez sereiz demain, senz faille. 
16395 « Mei ne chaut, s'il m*aveit ocis, 



1 63 75-6 dével. dans AA^BCJPky en 6 v.; voy. aux Notes — yS 
{IR)\ M^ confundu — 76 (/); L dist; LRn mar i f u — 77 A' S. frere 
bels a. c; jB frères ciers; M^ chers — 79 3/' fara — 80 M Qui; 
n les m., M nous m. — 81 ^ gonf. — 82 M' Chastcl estandart; 
C estrandras; AH et d.; CM'n donions, B -gens, J dagrons — 
83 {CG)] M^ Et qui n. s. m. tenir — 84 G Li cuers n. deuroit p. 
— 86 /c tant, e trop — 87 M^'AHJ riens, M' rien; AP sict; H R. 
uiuant ne s. le d.; M'^kn le grant damage, AJe les granz doma- 
ges — 88 â: Quen r. oi, HM Que h. r.; M uostre; M'' kn lignage 
[M^'n lin.), Ae lignages, J -aiges — 89 M'^ek csteit toz d. — 91 K 
Et; JV/ dieu — 92 n riens, cK nus; N r. nule; e fors deu; F gaira 
{sic) ; K garder ne len porra — 93-4 interv. dans AJPRky — 
93 ^ Si; jB ert; fc Se t. est, nL Se ie lo truis; {M\IHMNR a), 
FKPe an (en)— 94 [AP); F de uoir; N s. s. nulc L;R Sire u. 
s., M" Bien i s. u., L U. en esterai; H seras, E -oit, J -a; — 
95 (L); F Mone; AEJ nen; Jch. pas sen sui o.; G estoito. 



LAMENTATIONS SUR LE CORPS D*HECTOR 83 

« Mais de lui fust vengemenz pris. » 

Desus le cors chaï pasmez : 

Lores i ot dolor assez. i635o 

Moût le regrete Troïlus, 
1 6400 Quar rien soz ciel n'amot il plus ; 

E si refait Polidamas 

E Antenor e Eneas, 

Tuit si ami e tuit si frère. i6355 

Adonc vint Ecuba sa mère, 
16405 Andromacha e dame Heleine : 

Chascune esteit si pale e vaine 

Que ne se fussent ja meûes; 

S'eles ne fussent sostenues, i636o 

Ne poussent sor piez ester. 
16410 Qui les oïst braire e crier 

E lor paumes entreferir 

E geter lermes e sospir 

16396 H Mes quen aie, J Se de lui est; L uenchement, Jy 
ucniance ; ^ u. f. p. — 97-8 înterv. dans F -^ g'j J Desoz, nH 
Desor; Af'« chei, i/se rest — 98 (JLNe Lores), M' Adoncs, AK 
Adonc, i/Adont; G Lors i auoit; F Grant ire ot et duel a. — 
99 H regreta — 1 6400 F Qe ; GKL riens ; H nule rien ; F il namoit 
p. — I J Grant duel, H Ausi; M" refeit, 3/' refist; E Si refesoit, 
G Autretel fait, nL Autel faisoit (N fessoit); L poil. — 2 En 
anth., K anthenors — 4 Af * Adoncs, E Lores, HJM' Apres; n 
Lors i uint ; K uient — b M Andromaca, G -meda; M"" elejne, N 
heleine, E -einne — 6 {H)\ N esta; AA^APP et p.; M* vejne, E 
ueinne, 3/ naine; n an (N a) ml't grant poine — 7-8 interv. dans 
APx — -j J Quel; 3/^G Ne se f. ia sol m. (G soles muées), 
AA'EHIP Keles [A'^EHP Queles, A Neles) ni f. ia uenues, M' 
Car ni fussent ia mes u., Ln Si (F Lors) fuissent {N fusient) 
pasmees cheues, / Contre terre f. keues — 8 (A/P) ; AP Que se 
ne ; // ni ; iV soutenues — 9 // Ni ; FK poissent, N -ient, APHIPM 
peussent, A'A^'E pooient — 10 A' Qui lor — 11 (/L) ; R Et les 
palmes ; A'Ck Com chascune ses dras {M bras) deront, AA^'BJPy 
Lor d. deronpre et lor cheueus {M' -ex, E -ox, B ceuax, A^ blials) 
— 12 F gieter, LNR giter; R G. tant doIoFOUs s.; LN sopir; 
A'Ck Silec (3/ Silleuc) fust li plus fels del mont, AA'^BJPy Siluec 
{M Sileuc, H Sor i) f. d. m. li p. feus (3i' fex, J fox, E fos, A* fais). 



84 ROMAN DE TROIE 

Ne poiist muer a nul fuer - i6365 

Qu'il n'en eiist dolor al cuer. 
16415 Quant sor le cors se sont pasmees, 

Si maudiënt les destinées, 

Que tant lor par sont felenesses : 

« Haï Cassandra, les voz pramesses iGSjo 

(( Sont bien veires e d'Eleni. 
16420 « Maleûré, dolent, chaitil 

« S'en eussent esté creeit, 

« Ne nos fust pas si meschaeit. 

« Meschaeit! lasses, doloroses, i63'j5 

« Cornent serons ja mais joioses ? » 
16425 — « Fiz, « fait Ecuba, « quel atente ! 

« En cui avrai jo mais m'entente ? 

« En cui sera mais mis deliz? 



16413 N p. estre, C p. il e.; H durer; B Del mont ne durast; 
A^ Nel peust laissier en n. f. — 14 BI Que, RKi; A^ neust grant 
d.; C a c; F répète ici les v. i6i4g-5o, en modifiant le 2^ : Et 
maint en chient pasmez — i5 i? les c; // Q. furent sor le c. p.; 
K chient p. — 16 ^' Donc; M^ regretent — 17-20 m. à H {bour- 
don) — 17 xM félon.; A^R Qui t. par {R per) 1. s., AB Q. par 1. s. 
t., eCJ Q. 1. par s. t. {E si) — 18 {K pram.), M' prameses, les 
autres promesses — ig R S. ore uoire; F Com s. si uoires ton 
deuin; GLN S. si (G ci) u.; GL et de heleny (L -i), N con de 
deuin, R et de d.; AA'A^'BCJPky Et deleni (Af' -y, A^M -us, P 
de lui (corr.) (A Et les vos veus) sont auerees, / S. or uraies 
chou poise nous — 20 FMaulaure, LNR Malaure, G Maleuroz; 
L chetif, G chaitif, R charein, n frarin ; AA'A'BCJPky Ml't nos 
heent {J aent) {A M. maudiënt) les destinées, / Cum sommes 
abaissie pour nous — 21 n Sil aussent; F estre; AA'A^BCJMPe 
Quant andui ne {B ncn) fustes (C furent) {J ne f. a.), K Se a. en 
fussent, H Que lor dit ni furent; {M"" creeit), / creue, les autres 
creu — 22 3/ Ne li ; A"" f. ce pas auenu ; H Ne lor f. p. me- 
sauenu ; M"" mescheeit, CKM'R -au, AEJMP -eu, B kau; n mal 
uenu; / Neussies pas tel perte eue — 2^ R Mascheu, ACEJMP 
Mescheu, KM' -au, B -kau; Af' lases; AT doloresos ; A'^H Ahi 
chaitiues d., / Meskaoit nous est d. — 24 (/) \ABCJek Com porrons 
mes estre i., H Cornent p. e. i. — 25 E ecc; en quele, K quelle; 
M att. — 26 a: mctrai; M'F ia mes ; F ma antanie, A/' entente. 



LAMENTATIONS SUR LE CORPS d'hECTOR 85 

« Toz li miens jois est or feniz : i638o 

« Perdue ai ma defension. 
16430 « N'aveie amor se a tei non. 

« Fiz, douz amis, parlez a mei. 

« Vos n'estes mie morz, ço crei : 

« Ovrez cez ieuz, si m'esguardez; i6385 

« Mal faites qu'a mei ne parlez. 
16435 <( Fiz douz, vos nés poëz ovrir. 

« La grant error e li sospir 

cf Que jo aveie chascun jor 

« Senefiot ceste dolor, i63go 

« Ceste angoisse, ceste merveille. 
16440 « Soz vos vei la terre vermeille 

« Del sanc qui del cors vos avale. 

« Haï ! com vei celclervis pale! 

« Beaus, douz e proz, sor toz vaillanz, i63g5 

« Que fera mais li reis Prianz? 
16445 « Qui li fera jamais la rien 

« Par que il ait joie ne bien, 



16428 APMM' Trestot le mien giex [M'^M Trestoz mis [M Toz 
li miens) ioies) e. {'., EJn Toz li m. iex {E geus, N ious) est or 
[F mais, N si) [J si est) f., H Del tôt est mais mes gius f., K Li 
m. solaz est toz f. — 3o AJky Ou [A Ce) est {AM' iert) tote men- 
tcncion — 3i AP parler — 32 F uoir pas m.; Af' mort — 33-4 
intevv. dans Aek — 33 M"" les — 34 n M. me f. quant ne p. — 
35 M"^ F. chiers; A nel; yi V. uos nés p. mes o. — 36 EKn La 
granz errors (F dolors), A Les g. erreurs — 37 (/); A"^ faisoie, 
AJky menoie; 3/^ Ou ie esteie — 38 (/); F Senefioient; n uostre 
d., M chascun d. — 39 M' Cest; n Ha quel dolor et quel m. — 
41 [HR)) E dou, J de; ABCk deuale; A'' de uo c. d.; nL q. de 
uos ; L i a., « i descent — 42 {BC); K Ahi; A/^ Ha c. u. or, 
AHM' Ha c. ie uoi; AM A c. uoy; EM ce c, J cil c. M"" cel 
bel; / celé chiere p. ; L Ha com auez la color p., R Ha con est 
celé chiere p., n Con a. la c. persent {F -ant) — 43 (/); A Filz 
biaus, APek D. h.; M Douz amis, F B. d. Iilz; ÀP pjus e rianz 
— 44 M"" fara — 45 3/M Que; A mes nule r. — 46 M^lkn Por; 
enl coi {E cois), K quei; E ses cuers oit i. et b. 



86 



ROMAN DE TROIE 



« Confortement ne alejance ? 

« Ha ! beaus amis, quel atendance ! 16400 

« Com vos départez tost de nos ! 

I 6450 « Dreiz est que nos moirons o vos, 

« Que nos ne nos veons honir 

« Ne par force ça enz saisir 

« As enemis, cui Deus maudie, 16405 

« Par cui avez perdu la vie. 
1 645 5 « Nel verrai ja, lasse, chaitive : 

« Ja Deu ne place que plus vive! 16408 

A tant sorlui se respasmi, 

E les autres tôt autresi. 
Andromacha ot tant ploré 16418 

1 6460 E tant lo jor brait e crïé 

Que parole n'en puet eissir. 

16447 (^); F Com faitement; rxL aliance, E alegence, 3/' 
abeance, M" alegrance, / aleganche — 48 WM A, E Biax ; n 
biax a., WAek douz a.; EKN quele — 5o APMen muirons; H 

II e. d. que morons; / ke muiriens auoec u. — bi-2 m. à A"" -^ 
5i (L); C Qe ne nos u. ; M^n ne uos; [FL ueons), M ueon, M'C 
ueions, N -iens, AJe uoions, / -iens, H uolons; M'^en morir — 
52 L Et; 3/' caien, N ceianz, F ce anz; iVseisir; Aky Par force 
prendre ne honir {A laidir, H saisir, M tenir) {K et retenir) — 53 
(7); L Des; M As iraitors; kL que; AA^'JPy Ha achilles dex 
[A deux, 3/' dieu) te maudie — 54 KL qui; AA^'JPy mes [AM' 
mon) filz pert hui; X' Par toi p. h. m. f. — 55 AA'^JPy Que 
ferai io; n u. mes ; EH chest — 56 ^ Ja de ne plese que tant; 
nHI q. le; A A"" My Jsl deux {E dex, MM' dieu) ne doint {M' 
dont, M doinst) que ie (A ia) mes (3/ tant) u. {A"" plus soie u.) 
— 57-8 m. à A"" ; dével. en 4v. dans ABCJPky : Li rois de frise 
la sostient La mort maudit que {A qui) tost {E quele) ne uient Et 
toz les dex {M' diex) ledenge {H laidist) et blasme Desor {JKM' 
Desus) le cors .ij. {H .iij.) foiz {A souent) se pasme — 57 ILR 
repasmi, GN respami ; M' sor le cors sespasmj — 58 (G); L Et 
li autre; M' Et mil des a. a., R Et totes les autres ausi ; G aj. : 
On ne le puet mueure dainqui — 59-90 m. à H — bg [LR); 
MM' Andromaca, G -meda ; AA'^BM a; G pas ne se faint — 60 A 
Et tout; M"" breit; G Pour son mari dolor la uaint — 61 A'puot, 
M* Le pot. 



LAMENTATIONS SUR LE CORPS d'hECTOR 87 

Sovent fait semblant de morir, 

Sovent est verte e pale e vaine; 

Delinenist funs ne aleine. 
1 6465 Mais cil qui de bon cuer l'amerent 

Tote por morte l'en portèrent. 16420 

Dedenzun lit ou Font posée, 

La li ont la chiere arosee. 

Moût s'est maumise e empeiriee : 
16470 Tote sa chiere a depeciee, 

Toz les cheveus s'a esrachiez. 16425 

Se fust tenuz li suens deviez, 

Ancor n'eiist Troie nul mal, 

Quar cil al hardi cuer leial 
16475 La defendist vers tote gent. 

Li doloros destruiement i643o 

Sont avenu e avendront : 

Ja mais guaires ne demorront. 

Dame Heleine ne s'est pas feinte : 
16480 De dolor ala color teinte ; 



16462 M' feit — Ç>Z K uerte, M uer; n estoit et paile; AT/i 
ueine — 64 MM' lui ; M"" ne nist, N nist ne, F nissoit; N fust, 
M ÏMZ, M' fu; E aleinne, M'N -aine — 66 ek En une chanbre 
lan p. — 67 F olant, M^ si lunt ; ek En .j. lit ou il; M ont p. 

— 69 En est; M'^ek mal mise, N malueisse, F -eise ; Af' enpei- 
ree, En anpirice, 3/' enpirie, M emp., K enpeinee — 70 F la c, 
M' sa char; j\PEM Trestole lasse (M" le sot), K Tote lassée; 
A/" dépecée, M' depechie, FM -cie — 71 ekn ses; M^'K cheuels, 
En -ox, M' -ex ; Ken a; M err., EN arachiez, F dépeciez — 72 F 
Ne; M t. f. li sien; M' li suen d., E li consauz uiez; F marchiez 

— 73 Jv Onquor, 3/^3/ ' Encor — 74 A/ a h.; 3/' au bon c. au 
1., ^ au h. c. vassal, n qi ot le c. v. ; E leal — 75 F defendiest; 
e de; n totes (F toute) genz — 76 M'' destruement, k -iment, 
mJ destruiemenz — 77 {A)-, LM auenront, 3i' auerdront; nJ 
Est auenuz et auanra — 78 3f" Ja ainz li jue ne rcmaindront; 
nJ demorra, K tarderont; R Ke mais onffes ne d. — 79 M' he- 
leyne, N -aine; FM M' fainte, N fointe — 80 FM M' tainte, 
N tointe. 



88 ROMAN DE TROIE 

Ses cheveus a rompuz etraiz i6435 

E sovent giete criz e braiz : 

N'i a nule que plus en face. 

Lermes li fondent sor la face, 
16485 Si que la peitrine a moilliee:* 

Tel dolor a e tel haschiee, 16440 

Se morte fust, moût li fust bel: 16448 

Moût l'en prisent mieuz li danzel, 

E moût l'en sorent puis bon gré 
16490 Li plus prochain del parenté. 
De Polixena que direie, 

Quant retraire ne vos savreie 

La merveille qu'el fait de sei? 

N'i a duc, amiraut ne rei i645o 

16495 Cui ne face des ieuz plorer. 

Se jos voleie reconter 

La vérité de sa dolor, 

Iço durreit mais tote jor; 

Mais ne vos vueil pas enoier, 16455 

i65oo Quar il me covient repairier 

A la serre continuer : 

16481-2 m. à n; interv. dans GL— 8r M* cheuels, L -elz, M 
-eulz, EGK -ox, JM' -ex; AP treiz ; GL De dolor a ces c. t., 
AA^Jky Et ses c. roz et detrez — 82 APKM' gete, G gectc — 
83 {A""); K tant en; n greignor duel f. — 84 3/' fundent, n 
corent; e font moiliier, A'' ont moillie — S5 N petrine; M en 
moille — 86 M"^ aschee, A achiee, N hachiee, JM' -ie, M haschie ; 
AJky aj. 2 v. : Que son bliaut ront et {A trestout, e tôt en) 
descire Plus deuint iaune que nest cire — 87 (R); M^A'^EK ce 
li, M' m. len — 88 3f^ vieil éd.; nR donzel — 90 /c Tuit li 
p.; n prochien, M'^E -ein — 91 L poil., A"^ pollixenain — 98 
M^ qua feit, kM' que fait, n quel {F quelle) fist — 94 F amirant, 
kM' -al — 95 Ak Que, Ne Quel, F Qelle — 96 AA'^Ekn ie u., 
M^M' vos u. — 97 {A)\ M'K sa d. — 98 £: Ce durereit — 99 
M^A envier, K ennoier, Af -uier, FM^ anuier, B ann., H anoier; 
A/' a 2L.,M''AE plus e. — i65oo K Desor; / nous c; eM Quil 
{M Ainz) me car. — i {AP la serre), eKJ la fere, A lestoire, 
n ceste ourc: / A nostre estoire auant mener. 



EMBAUMEMENT DU CORPS d'hECTOR 89 

Dès ore i fait buen escouter. 
En la sale que si resplent, 

Ou tant a or e fin argent 16460 

i65o5 E tante preciose piere, 

Ont le cors Hector mis en bière. 

Premièrement l'ont desarmé 

E de vin blanc set feiz lavé 

En chieres espèces boilli. 16465 

i65io Anceis qu'il fust enseveli, 

L'ont moût bien aromatizié, 

E le ventre del cors sachié. 

Ostee en ont bien la coraille, 

Feie e poumon e l'autre entraille. i64yo 
i65i5 Le cors dedenz ont embasmé, 

Sin i mistrent agrant plenté, 

E si refirent il defors. 

D'un drap qui ert en lor trésors, 

Qui plus valeit de dous citez, j64y5 

i652o D'or e de pieres esmerez, 

Li plus riches qui onc fust faiz 

Ne qui ja mais vos seit retraiz, 

i65o2 i^ ore, les autres or; AP feit; M'^ABIJMy bon; A' f, 
buen a e., // i couient a garder — 3 (A^J); M^ quensi, H 
quissi, nlM qui tant, K q. molt — 4 « et or — 6 X^ O. m. le c. h. 
— 7 3/' Prim. — 8 M'k b. uin, A u. cler; Ati ml't bien 1. — 6 // 
Qui fu o despices b.; tous les mss. {sauf C) boilliz {M"" boiliz, 
3/' -is, EJKn boliz, H -is); C En spices c. lont b., — 10 E Ein- 
cois, J Enc, M'^CK PsM2ini\ H que f . ; tous les mss. [sauf C) 
enseueliz (Af ensepeiiz); C qil loirent seueli — 11 i^trop b., N 
très b. ; eK Lorent b., M Lorent — 12 3/ uentrel, E -ail; n lan- 
traille; AT Et d. c. souent s. — i3 M'n Oste — 14 ^-F F. p.; k 
polm, M'^AEN porm., 3/' pom. — i5 Ek Le c. o. d., 3/" D. o. 
le c. ; N enbaume — 16 EMN Sen i, F Si ni — 17 M'^Me dehors, 
n del cors — 18 APM'k iert, C fu; 3f thesors, les autres (et 
ABCHJ) très. — 19 3/V Q. v. p.; / dune cite — 20 (« esmerez), 
M^ estelez, / -e, ABCJky ert {KM' iert, J ftft, C toz, A bien) 
listez {ABM ViXQz) — 21 ÀPBI aine, E ainz ; 3/' fu; F fait — 
22 3/' nos, Gij/Tfust; 3/' retreiz, F -ait. 



90 ROMAN DE TROIE 

De cel li firent vesteiire 

Bêle e bien faite a sa mesure : 16480 

i6525 De fil d'or fu tote cosue. 

E quant il li orent vestue, 

Semblant vos fust que toz fust vis. 16481 

En un chaelit l'ont asis, 

Fors tant qu'auques se jut ariere 
i653o Toz apoiez a la litière. 

Riches fu moût li chaeliz, 16485 

De blanc ivoire toz faitiz. 

Li pecol furent entaillié 

E moût soutiument deboissié 
i6535 A bestes e a oiselez 

E a serpenteaus petitez, i64go 

A floretes environees. 

Les uevres erent bien dorées. 

Les espondes e li limon 
16540 Esteient des denz d'un peisson 



i6523 B cou, M ce — 2^ M Riche; B Bien f. et b. — 25-6 
m. à AA^BCDky — 2 5 {JR)', x lont très (L lorent) bien cosu 

— 26 {JR)\ / Et q. sa car o. u.; x lorent si uestu — 27 {B)\ F 
Samblanz, K Auis; Af' iert uis; H Et ml't u. samblastq. f. u. 

— 28 [AC); ek chaaiit, F chalialit, B caalit, / -élit, R chaeliç; 
A fn a. — 3o M^'E apuiez; F Et poiez fu; M en la lictiere; R 
Not pas molt encline la chiere — 3i {CR)-, Ky chaaliz, M -is, 
B caalis, / -élis; n Ml't par fu bons et chiers li liz — 32 HK 
D\in',M^H feitiz, k traitiz, e forniz — 33 M' pequol, / piecoul, 
Eyi quepol ; ek sont bien — 34 3/ soltiment, K -ilment, N sou- 
timant, M^EF -ilment, 3/' richement ; M"^ debuissie, N deboisie 
-- 35 A/' O. b. e o; C oselez; K A besteles et a oisals — 36 3/' 
E o, Af Et as; F sez pantiax, N sarpantiax, IJM -entiax, E 
serp., ^' serpentels, -VT-eus; K petites serpentials — 37 A/' O, 
AK De; C florete; (CA/ enuironees), AA^FHKL auir., APBe 
enuionees, N an-, G auronnees (/'i corrigé en r), / molt bien 
ouurees; J Et a f. enleuees — 38 {GIL); ABCJky sont ml't b., 
Af' en s. b. — 39 [A^BCHIJ] ; N timon (t exponctué avec 1 au- 
dessus-, L lenuiron — 40 {BCGHIJL)\ M de dent, n de danz, 
A'K des os; F de; M' poison. 



EMBAUMENtENT DU CORPS D HECTOR 9I 

Que Plines nome en son escrit. i64g5 

Onques nus hom de char ne vit 

Si bêle uevre ne si bien faite. 

De riche seie bien entraite 
16545 Fu toz li liz desoz cordez 

E merveilles bien atornez. j65oo 

Feutre de paile emperial 

I ot, nus hom ne vit onc tal, 

Un grant paile d'Orient freis, 
i655o Qu'en son trésor aveit li reis, 

Que moût amot de grant manière : i65o5 

Cil covri tote la litière. 

En chandelers d'or geteïz, 

Qui n'esteient mie petiz, 
16555 Ot granz cierges e clers ardanz, 

Ne vos sai mie dite quanz. 

Tuit li poëte e li clergiez, 

De par totes les eveschiez, i65i2 

E li covent chascuns par sei, 
i656o E li saint home de la lei 



16541 {G1L)\ C Et; a: plato, M -on, AA'BCJy -ons — 43 AP 
bel ; ^ De si b. oeure si ; M'^E feite — 44 M"" entreite, A^ por- 
traite — 46 F De riche soie bien ourez \K A merueille — 47 En 
Fautre, K Feltre, M Foltre, A Fourre ; E paisle, M'^N paille ; 
APM' enp. — 48 iV onques hom ne, F onc nus h. nen; M' n. 
hons ne u. itàl, Ek mis n. hom ne u. tal — 49 M'N paille, E 
paisle — 5o 3/' thesor — 5i M Quil; n en ot; K Quil a. molt 
— 52 F let., M liet. — 53 kn chandeliers; kn giteiz — 54 k Q. 
nerent [M nièrent) mie trop p., en Quen ne tcnoit pas (« mie) a 
p., J Branchu estoient et marsiz — 55 n Ot de g. [N gros) c. c. 
a. ; 3/' cirges, F cerges, eM chierges ; A"" ml't cl. ; M c. cl. ; A'^Ek 
cler — 56 AHJM' saroie d., E sauroie d.; ^' Ne s. pas — bj E 
poeste; K clergie; A Que deuant porte li c. — 58 (5C) ; F Des 
trestoutes; AP lur; A'^GLMN esu., H enuesquiez, AP eu.; K De 
par trestote leuesquie, A Qui uont disant lors grans sautiers — 
59-60 m. à M^AA'BCDJky — 5g FIL couant, R conuent, G 
-ant; iV Li couanz; R per — 60 {GL); JR A la manière de 
lor loi. 



9^ ROMAN DE TROIE 

Vindrental cors, si vos di bien i65i3 

Que il ne s'i feinstrent de rien 

De bien chanter e de bien lire : 

Tote la nuit dura a tire. 
i6565 Tuit veillierent e conte e rei, 

Mais il erent en telesfrei, 

Par mi la vile, des Grezeis, 

Que nés sorprengent de maneis, i6520 

Que tote nuit sont sor le mur. 
16570 N'i esteient pas a seiir : 

Par tôt aveit tel criërece, 

Tel duel, tel plor, tel ullerece 

Que cil de Tost cler les oëient, i6525 

Qui merveilles s'en esjoëient. 



Trêve; funérailles d'Hector, son tombeau. 

16575 Quant celé nuit fu trespassee 
E resclarci la matinée, 



i656i (L); R V. ancois; GRce uos — 62 E san, ARkx se; L 
feignent, Gyi fointrent, M fainstrent, A faindrent, H -sent — 63 
ek En... et en; M^ biau chantier; Mn ne en — 63 M"^ T. i u. c, 
M Mes t. u. et c, F T. ueillent c. — 66 El M. ml't e. en grant 
e. ; k effr. — 67 7 Par la u. tout; M'^Iek li borgeis — 68 n sor- 
praignent, A/' -anent, E asaillent, K traissent, / tras. ; M ni en- 
trassent; M^Iek li grezeis {MM' greiois) — 69 {R); A^I T. n. 
furent (7 erent); M'A'^ek les murs, Fies mur — 70 (7); n mie a 
s. ; M'^A'^My Ni estoit nus {H Mais ni est pas) de rien {A^ hom 
dedens) seurs, -ST Nus ni e. dedenz s. — 71 [A""); N crierie, FGL 
noiserie; A Ni auoit en nul lieu leesce — 72 Cj T. p. t. d. 
(7/iV/' cri, C plaint), F T. d. t. cri, LT, c. t. d., A Mais p. 
et c; G tel huierie, N t. noiserie, F t. desuerie, L t. crierie, 
AA^BCIek et t. tristece, HR et t. destrecc, M"" t. vslerece — 
73 A'' bien les — 74 m meruoille, R molt par sen, M' forment 
sen, M mTt fort sen, K durement; FAT scsioissoient, AIM' esi., 
n lie en estoient, M'' esioieent, R esioiosient — -jb 3/Wnuiz; 
M' trespasce, TV respassee — 6 Mcn resclarci. 



trêve; funérailles d'hector gS 

Si pristrent conseil li Grezeis. 

Agamennon parla li reis : i653o 

« Seignor », fait il, « bien nos estait. 
i658o « Grant bien nos a cil a toz fait, 

« Qui d'Ector nos a délivré : 

« Moût l'en devons saveir bon gré. i6534 

« Moût nos a nostre uevre avanciee, i653j 

« Dès ore est el bien espleitiee : 
i6585 « Moût en devons aveir grant joie, 

« Mort sont e vencu cil de Troie; 16540 

« Ne pueent mais foison aveir. 

M Bosoing nos ert e estoveir 

« Que li coilverz fust entrepris 
1 6590 « Qui tant rei nos aveit ocis, 

« Tant baron e tant chevalier. i6545 



i^b'j'] {R)', Af' Se; M' pritrent, M quistrent — 78 AT as r. — 7g 
M' Seignors; Fuos; M^L esteit, en -et; ^' molt b. nos uait — 
80 {A A'); H a trestos f.; n Ml't nos a a toz g. b. f., M^ M. liez 
nos a trestoz cil fait — 81 {AHJ)\ àPKR deliurez — 82 APR 
bons grez; AA'^BCDJky dével. en 3 v. : Tuit fussionmes {A fus- 
siemes, J fussomes, M' fus., M fussions) {H Nus fussions t., E 
Trestuit f.) a mort liure (K -ez) Sil uesquist {K vequist, H durast) 
un an solement Trop par auoit {M T. a.) grant hardement — 
83-4 sont placés dans F après- 86 — 83 ABCDJky Bien a cil, ^' 
B. nos a; AFGJM' auancie, 3/^ -ee — 84 APRx or; R e. 
aulres esplaicie; M"" espleitee, FGJM' esploitie; ABCDJky Qui 
la ocis et e. {A detrenchie), A"^ Ki de son cors nos a uengie — 
86 n M. et u. s.; FJM' uaincu, N uoincu, E destruit — 87 AT 
poent, FL puent, G poons; A"" uertu, L besoig, A desfense; 
M''K Ne nos poent mes frois {K freiz) a., M Molt nous puent m. 
poy greuoir, E Ne porront m. grant force a., HM' Ne durront 
m. a nos (Af' uos) por uoir, J Nauront m. force ne pooir — 88 
{H); ÀP Besoingz, 3/' Besoing, AEFHLk Besoinz, -4ViVMestier; 
LM' n. iert, H estoit, M^Ak iert grant, M^AHk e est. ; J en 
auions por uoir; G Or nos conuient; ex par e. — 16589-609 m. 
à G — 89 M^En cuiuerz, M' cuuert, K -ers, AI culuert; A"^ Puis 
quil est mors li enemis — 90 EHN tanz ; AeKyiy rois; M Tant 
par n. a. roys o. — 91 HAV iMaint b. et maint c, K Tanz ba- 
rons et tanz cheualiers, n Et tant bon riche c. 



94 ROMAN DE TROIE 

« Se un sol an vesquist entier, 

« Tuit fussons mort pris e vencu : 

« Moût nos en est bien avenu. 
16595 « Danz Achillès fu moût bleciez, 

« Mais auques est asoagiez; i655o 

« Il guarra bien : moût a bon mire. 

« Mais une rien vos vueil jo dire : 

« Ne lo pas que nos combatons 
16600 « Desci que sain e sauf Taions ; 

« Atendons qu'il seit respassez, i6555 

« Quar aussi somes trop lassez. 

« E del combatre sai jo bien 

a Que cil dedenz ne feront rien : 
i66o5 « Trop ont perdu, deshaitié sont. 

« Ja ore nel se penseront, i656o 

« Que vers nos issent a bataille : 

« Ço poëz vos creire senz faille, 

« Qu'il n'en ont ore nul talant. 
166 10 « Mandons sempres al rei Priant 

« Que triuës nos donge dous meis : i6565 

16592 AT* Sil u. plus un an e., K Se sol deuz ans uequist 
entiers — 93 M^E fussiens, n fusiens, M' fusons, M fussion — 

95 M m. fu, E est m. — 96 Fk ass. — 97 (L); M m. b. a m., H 
ce dist li m.; A^ quil a bon m.; N mie; / II g. tous il a — 98 
AP E u.; Af bien d.; £ Une r. uos sai ie bien d., HJM' U. chose 
u. s. ge [J a) d., A^ M. tant u. s. io b. a d., / M. t. u. uoil proicr 
et d., nL Mais androit moi ne lo ie mie — 99 M"^ lou; M Que 
nous pas ne, / Q. contre els ne; n Q. nos c. aus conbatre ail- 
lons — 16600 (/ Desci), Mn De ci, K De si, AP Dauant, e Deu.; 
F et uif — 2 K alsi, M'^Me ausi; e est chascuns 1.; « Se uos 
ensi {E issi) tuit lo ioez — 3 MM' Et de; n De c. ce s. ie b. — 4 
eM de la — 5 3/' desheitie, K dch., M' dehetic, E desh. — 6 £ 
ores; M ne se pencront — T E Quan; « an b. — 8 (J); M'^AM Ce 
p. bien, K Ico p.; AK sauoir — 9 iV/M Que il n. o. ore {A point 
de) t.; E ores — 10 M' Mandomes tost; M" Mes m. ore au; G 
Que nos mandiens p. le roi — 1 1 FH triue. M' ireucs, K trieues; 
n doigne, M doinse, M' donc, E doingne, //-cnt; G nos délit 
.ij. m. 



trêve; funérailles d*hector gS 

« Si sevelirons noz Grezeis, 

« E il les lor, ço fait a faire. » 

Ensi Fotreient senz contraire. 
i66i5 Li messagier montent en Test; 

A Troie vindrent assez tost. lôSjo 

Moût ont bien forni lor message, 

Quar li meillor e li plus sage 

De ceus dedenz donent la trieve ; 
16620 E si sacheiz que moût lor grieve, 

Mais nel pueent ore eschiver : i65y5 

Dous meis l'ont faite aseurer. 
Cil de la vile ont fait les rez, i65jg 

En mainz lieus les ont alumez; 
16625 Si ont cil de l'ost autresi. 

Quant li mort furent seveli, 

Si retornerent en sojor. 

Troîen plorent lor seignor : 

El riche temple Junonis, i6585 

i663o Le guarderent bien quinze dis. 



166 12 k Si sepel., e Senseuelirons [M' -on), n Por anseuelir; 
M^M' nos, M tous; M' greiois, M greioiz {formes constantes) — 
i3 AP feit; EF cest biens (F bien), N bien est — 14 £ Einsi, 
M Ainsint, FKAV Issi -~ ib F mesage, e -ier — 17 L Si; N 
mesaige — 18 Af li pluseur; N saige — 19 £^ ces; ./donc; {BEHK 
trieue), WACLMM'Rn triue, G triuee; A" lontafiee— 20 [CG)\ 
AB Et sachiez bien; M \q?,', K greue, A griue; A"" Et s. m. bien 
lor agrée, nBL Et s. q. [B Et s. bien) m. lor ennuie, R Mas ke 
s. molt lor eschiue — 21 APR ne; N poent, ABHAP puent, F 
pooient iy.f.), APAA^CHJRk porent; EH or, CJ pas, J mes; 
M M. ne la p. e.; nA"^ amander ; AA^BCDHJAi'k aj. : Ne uers 
(C a) ceus de lost [A^ icels defors) estriuer {B refuser) — 22 
AA^BCDHJM'k dével. en 2 v. : A .ij. m. lont fête {B les ont 
fait) iurer Et de {K des) .ij. (^' dambes) parz asseurer — 22 F 
Dos; n la font; Aï fcite ; F A .ij. m. 1. fet afier — 23 K font, AP 
o. feiz — 24 AP maint lue ; R lues, N lous — 2 5 AP unt ; ek Et 
c. de L tôt a. — 26 k sepeli, N anfoi — 27 Aïik au s., n a s. — 
29 {AA''H] ; n Dedanz lo t.; AP iunovis, N iunonys — 3o M' .xv. 
et dis. 



96' ROMAN DE TROIE 

Entre tant dis ont esguardé 

Ou n'en quel lieu de la cité 

L'en portereient enfoïr : 

Auques en orent de leisir. i65go 

i6635 Par le comun esguardement 

Delrei Priant e de sa gent 

Li ont faite sa sepouture, 

Ço me reconte l'Escriture, 

Devant la porte de Timbrée : i65g5 

16640 Ensi ert par non apelee. 

Devers l'ost des Grezeis esteit : 

Un moût riche temple i aveit, 

Fait en l'onor Apollinis, 

De marbre blanc e vert e bis. 16600 

16645 Moût par i aveit granz faitures, 

Granz entailles e granz peintures ; 

Moût par esteit bien atornez 

E moût richement aornez. 

Très de devant l'autel major, i66o5 

i665o Firent trei sage engeigneor 

i663i E Antre; k Entretandis, n An 32 AM tn^ E an; 

M- lue, AEK leu; n Que (F Car) orandroit an la c. — 33 Aek 
Le; k porroient euseuelir; A seuelir — 34 F laisir, N lessir, 
M lesir; 3/' Assez en o. grant loisir — 36 N prian — 37-8 
interv. dans F — 37 M^KN sepolt., eFM sepult. — 38 M' Ce 
nos raconte, F Corne r., M Ainsi con retrait ; k lescripture, F la 
scriture — 39 M'N tynbree — 40 KM' Issi, E Einsi, M Ainsi; 
M'^M iert, E est; M' p. n. fu a.; n Qi ensi (F ansi) estoit a. 
— 41 K Deues; F De dcuers 1. d. grex e. — 43 {AAVL)\M'' 
Feit; CMM' apolinis, F dap., N dapollinys, G -is — 44 
{AA'CGJL); M'AI u. e bl. — 45 (L); K Et m. i, e M. i par; 
FMM' grant; M feitures, F paintures, N point. — 46 ek G. 
merveilles, N Antailliees; LN figures, F faitures, iV/ paint., 
E point. — 47 « Trop ; nK bel ; e aornez, F reparez — 48 « 
Et trop gentement, ek Et de richesces; M b. a., eF atornez, L 
conreez — 49 [GL); F dedauant; K graignor — 5o AP sajue 
cngigneor ; 3/'Af engineor, F -ngncor, F angincor, K enchan- 
teor, N anch. 



TOMBEAU D HECTOR 97 

Un tabernacle precios, 

Riche e estrange e merveilles. 

Quatre images firent estanz, 

Egaus de groisse e de semblanz. 16610 

i6655 Eschameaus orent soz lor piez 

D'or esmeré bien entailliez 

Les images, d'or ensement : 

Les dous erent de bel jovent, 

Les autres dous de grant aage. 166 15 

16660 Oëz que firent li trei sage : 

Si faitement les ont formées 

E en tel guise tresgetees 

Que les braz destres estendeient 

Ensi que les paumes ovreient. 16620 

i6665 En chascune ot un pileret 

D'un grant, d'un gros, auques longuet ; 

Mais al meins e al plus eschars 

Valeit li pire dous cenz mars ; 

Quar d'un jagonce grenat chier 16628 

i6652 3/' R. e. et; G Riches estranges et m., jE MTt bien fet 
et mrt m.— 53 {BCGUL); M'Mek ym. [cf. -5 7, etc.); H issont, 
A* i f. faire; n estant — 64 [HGL); K Igals, L Ygals, M Egal, 
JM' luex, H Yels, B Ingaus, N Oiex, G Ouex, F Diex, A^ Gen- 
tes; A'L de cors; n sanblant, AfMJ3CJe/f de groisses (3/' groises, 
J grosses, C groisse, A -eur, B grossece) et de granz ; / Inguels 
de forche ingalment grans ; A"^ et de uiaire — 55 N Eschamiax, 
F Eschennax; M^'K Lions asistrent, M Si les a., eA^ Lune en 
a.; EM sor, M' sus, A"" a; CEG les, A^M' ses — 56 M'^EM 
esmerez; F D. antailliez b. esmerez — 57-60 m. à G — b'] n tôt 
ans. — 58 M'M'k biau — 5g M bel a. — 60 M' qui, N quan — 
61 M feit.; F formez — 62 M^'EN tresgitees, F-ez, K tregetees, 
M' -ietees — 63 APk estendirent — 64 £" Einsi, M Ainsi, FKL 
Issi [de même partout^ sauf avis contraire), G Ansus; A/'A: ouri- 
rent — 65 F piletet — 66 M"" tuit per, Jek dun per; A Dun per 
dun grant, H Del gros dun pie; M' a. bien fet, M et dun gran- 
det; X Dun gros qui auques sont (G fu) 1. — 67-8 m. à G — 67 
iW' meinz, M mainz, M' mains. En moins — 68 ENk pires, F 
père; k .v. cens — 69 L Que, les autres Car; G Sardin; yagonce; 
M^'M' iarg.; LM grenet, ^-u, M' guernat, 3/'G granat, n grant et. 
Tome III. 7 



gB ROMAN DE TROIE 

16670 Firent li sage le premier, 

L'autre d'un prasme verdeiant : 

D'un gros esteient e d'un grant. 

Li tierz esteit d'une egetaine : 

Soz ciel n'a pierre a si grant peine i663o 

16675 Seit eue ne conquestee 

Ne que plus chier seit achatee. 

Bien vos deïsse ou om la prent 

E ses vertuz dont ele a cent, 

Mais por l'interposicion i6635 

16680 Avient iço, que le laisson. 

Li quarz pilers fu d'un pedoire. 

Ensi corn nos retrait l'Estoire, 

Dedenz le flun de Paradis, 

A uns arbres d'estrange pris ; 16640 

i6685 Pomes chargent que al fonz vont : 

16670 iV primjer; «G Uos di que f. lo [FG furent li) p., L 
Furent ce sachiez li p. — 71 HK brasme — 72 {ABCHJ} ; 
M'^A^x lonc — 'j3 M L\ autre e., K Li altres ert; A egetainne, 
M'^JMM' geteine, E -einne, IR -aine, H ietaine, C ieçeine, N 
geraine, L gritienne, K gazaine ; G dun gietaainne^ A^ dun gee- 
taine; B Li autres e. dun jesiene, F Et li t. e. dune gemme — 
'j^E peinne, F/ poine, I^k paine; G Nest p. dauoir del painne 

— 75-6 m. à G — 75 n aue {forme ordinaire) — 76 IL si c. s., F 
p. soit c; AP achatee — 77-80 G a ces 2 v. : Nest mie tant dite 
ou est prinse Que ma matière nan debrise — 77 LM' len; / le p.; 
« prant — 78 n Et les; EN dom ; 71 tant; / Et de lor u. esse- 
ment — 79-80/ M. ne men voil or entremctrc Ne int. chi mètre 

— 79 {A); R Mas per, A" Mes par, L Mes; JR int., BC lintrep., 
M"^ lujtier posicion, H li interportion^ DM' linterpretacion, n 
lautre posicion {N poss.) — 80 {ADHJ)\ R Auicn or ke nos lo 
laissom, C A. q. ici le leson; K ici, A^ issi; N q. nel disson, 
F q. uos dison, L dont nos lison ; M^ Ncn voil or fere mencion 

— 81 Fk piliers; M Le quart pilier; R àc; C piedoire, H pedore 

— 82 « conme; M con uos refit lyst., H c. raconte lestorc — 
83 K Dedans lo; FK fium — 84 M^Fk A un arbre, G A un mau- 
bre; iV En a un a. de grant p.— 85-6 G Qui chiet dun aubre 
et de goûte Sainqui .vij. ans dcmorc an rote — 85 3/' Pome; 
M^'N charge, AM portent; F a f . ; AP vct. 



TOMBEAU D HECTOR QQ 

Celés qui set anz i esîop.t 

Pierres devienent forz e dures. 

Teus vertuz ont e teus natures 

Qu'orne desvé senz escient, 16645 

16690 Qui rien ne set ne rien n'entent, 

Rameinent tôt en son mémoire : 

C'est la nature del pedoire. 

Cinc piez aveient largement : 

A merveille tienent la gent, i665o 

16695 Des images qu'iluec esteient, 

Com faitement les sosteneient. 

Des senestrcs mains s'apoioënt 

De bastonceaus qui ne pleioënt, 

Quar tuit esteient fait autel i6655 

16700 D'or entaillié merveilles bel. 

Les cimeises des pilereaus, 

16686 [AL) ; M\M Celé; 3/» estet - 87 [A^GL); ACJky Sont 
p. serrées (C sacrées) et d., M"" Deuient pierre serre é dure — 88 
[HJ] ; M' Tel uertu ; n Granz u. ont et granz n., G Set la uertus et 
sa nature, M"" Vertuz a granz e tiel n.; C figures — 89 -E Que home ; 
^' derue, N dômes; F dient a e. — 90 AP siet; M ne qui r. ; F 
ne ne atant — 91 (Rameinent, corr.), M'^RK Ramejnc, E -einne, 
M^ -ene, N -oine, F Car moine; A"" Fait reuenir; MR a; APMRe 
sa m. —• 92 A/ de — g3 H .vij.; E71 auoit bien (« tôt) — 94 ^ 
meruoile, EHN -oilies; H estoient g., n lo tienent g. ; 3i' A m. 
iert a toute g. — 96-6 interv. dans H: Meruelle ert con se soste- 
noient Les y. qui la e. — 95 F qiloc, K quilec — 96 3/' sote- 
noient; E Qui a bastons se s. — 97-8 m. à E — gy AP D. m. 
s. sapoieent ; HM' sapooient, L sapuioient — 98 [A'^GMM^ De), 
APAHFn Des, K O; AP bastoncels. A' bastons dor; AA^HM'n 
q. pas; AA^'Mn ploient, HAP plooient ; 3/* q. ne pleieent, jK" que 
il tenoient ; L De .ij. bastonez quil t. — 16699-700 in^en'. dans A 
— 99 (G); L Qe; i\P Tuit quarre erent, A^BCJky Dor (A^'EJ Gros) 
estoient tuit (^4' et), A E. fet tout, / Car tout quatre erent; 
M^'AA'BCIJkx a neel {^P neiel, A' noiel, C anel); N ancel, L 
en tel — 16700 HK Bien, Af' Gros, A" Tot^F meruoille — 1-2 
A Les cumeles de si chiere œuvre Conme lestore nous dis- 
cueuure — i ek cimescs. A'' -esses, G cymaises, F cimes, H yma- 
ges; AP pileriaus, M -iauz, K -ials, Ny -iax, F pilers iax. 



100 ROMAN DE TROIE 

Qui tant erent riches e beaus, 

Erent les dous de crisolites, 

E les autres dous d'ametistes. 16660 

16705 Sus furent voutiz li arcel, 

Tuit par tôt doble e tuit gemel. 

Mout par fu riche le civoire, 

Qui ne fu de chauz ne d'ivoire, 

Ainz fu de fin or e de pierres i6665 

167 10 Mout precioses e mout chieres. 

D'iluec eissi grant la clarté; 

Plus resembla ciel estelé 

Que nule rien que seit el mont. 

Trop ont grant sen cil qui ço font. 166'jo 

1671 5 Sor le civoire ont fait maisiere 

Tote marsice e tote entière 

16702 GM ierent;^ Dont [EH Don) chascuns ert (A/' iert) r. 
[E estoit bons) ; K bias, M'AJ biaus, GMny biax ; / Que iou 
vous ai descris si biais — 3 (//); GJn Les .ij. e. (G estoient); M 
lerentj KM"^ gris., F crisoletes — 4 (7); M'^JM' dametites, GN 
demetites, F damiteces, M amatices — 5 H uautis, kC uoltiz; 
E Desus f. uox; N artoil, F ortoil — 6 JV/Vy jumel, k gimel, 
N iumoil, F umoil ; M T. d. par tuit et g., M'' T. p. trestot 
double e j. ; HK d. [K dobles) et i. — 7 A" M. p. sontr., IR Molt 
furent r. ; CR la, BIM li, W de; AJKy i ot r. c. ; C ciboire, 
A^HM cyb., Af' cyu.; nL M. i ot un r. cimoire (L cyu.) — 8 /c Car 
nestoit, A^ Et ne sunt, E Nestoit pas; IR darichal ni; HM' Car 
il ni ot c. ne yu., C Quele ni ot pas diu., J Onques ni ot parle 
diu.; H cals, K chalc, A" chalc, B cane; A'M nt dyuoire, B 
ne de noire — 9 £■ Einz ; CRk dor f. toç, E t. dor f. — 11 M 
Dillec, K Dilec; M' lUeuc 2iUo\i', M'^EK granz; n Qi giterent 
(F gitirent); riM' ml't grant c; M'Ek clartez — 12 n Mielz; 
M'M resenbla, K -ot, M'n -oit; E P. reluist que ciax; K cielz, 
Jl/' cels, MM'n ciel; M^Ek estelez — i3 £ Et plus que r.; M^k 
qui fust; H al m. — 14 M'' Molt; M'^MM' sens. En san — i5 
{B) ; R Fors; H la cimaise ; A^'CM ciboire, N cimoire ; M' funt, 
HJ ot fet; AJy mesiere, C mas., N mess.; F Sor loure ont faite 
m. — 16 A/M'L Tôt {A^ Toute) entérine; L et c.; M' molt très 
chiere; R Si uos dirai kel t. e., / Et si estoit trestoute c., 
BCJMy Qui ml't par est riche {BE et r.) et chiere [M fiere), K 
Molt preciose et ml't c, -4 Bêle et gente de grant manière. 



TOMBEAU D HECTOR ICI 

De marbre de plusors colors : 

Vint piez en dura la hautors. 

Voûte i et faite d'or vousee. i66'j5 

16720 Quant ele fu tote aprestee, 

S'ont un sarcueil dedenz asis, 

E si n'est hom ne nez ne vis 

Qui de si riche oïst parler. 

Quar pierres orent fait tribler, 16680 

16725 Esmeraudes, alemandines, 

Saphirs, topaces e sardines : 

En or d'Araibe sont fondues 

E trestotes a un venues. 

Li trei sage devin ont fait i6685 

16730 Un molle entaillié e portrait 

De la plus riche uevre qui fust 

Ne que nus hom veeir poûst. 

L'or e les pierres i geterent, 

D'estrange chose s'apenserent : i66go 

16735 N'i bosoigna ne plus ne meins, 

167 17 {ACJ)\ F De m. toute, N T. de maubre; « et de c; ^* 
De m. de totes c; HM et de p. c; IR Dun riche m. ki ml't uaut 

— 18 if Ml't par; FHM'k dure; / li; M"" haucors, C -cors; H 
hait la tors ; IR Vint p. eut chou {R ce) mest uis de haut — 19 
E Ter; 3/' i ont feite; F dor f. u.; DEM uolsee, X^ uoltee, n 
uoutee ; /? a or ouree — 20 F Et grant [sic) ele fu a. — 2 1 F Sor; 
M'^n sarcou, K seel, e uessel; M Si y ont .j. seel a. ; kn assis — 
22 E Si nest nus h. — 23 M"^ feit; n pierre i ont faite; H ot faites 
trmler — 25 3F Esmaraudes; N alam., M alemend. — 26 M 
Saphir; M' Safirs topases, N Saspines topes, F Sarp. tospes — 
27 F darrabe, N durable; eM de rechiefs., K s. de r.; F fondées, 
3P fundues — 28 iV/ a or; n Et trestot en un mont u. (F tenues) 

— 29 M^ sajue; F diuin, N deuint; 3/"" feit; ek Li s. poète en o. 
f. — 3o M- moule, E mosle, H maulle; k moillie; M' dôme bien 
p.; E .1. ml't riche m. et p.; 3/^ portrait — 32 M^'Ke Et; 3/' 
qui; ek fere seust; AP poist, n peust — 33 M'^Ken giterent — 
34 F se pansèrent, N sapans., les autre^ se penerent — 35 i/ 
besoigne; M"" Car ni coujent; FM^k mains, A/' meinz, N 
moins. 



102 ROMAN DE TROIE 

Que toz li molles en fu pleins. 

De la chaeire que direie? 

Ja tant ne m'en porpensereie 

Qu'ele fust ja par mei retraite i66g5 

16740 Quel ert ne cornent esteit faite ; 

Mais Temperere d'Alemaigne, 

AI mien cuidier, e cil d'Espaigne, 

Ço vos puis dire senz mentir, 

Ne la porreient tel bastir. i6joo 

16745 Le cors Hector ont aporté. 

Quant il eissi de la cité, 

Lors refreschi trestoz li dueus : 

Bâtent paumes, tirent cheveus; 

Ullent, braient, plorent e crient; 
16750 Le termine e le jor maudiënt 

Qu'il nasquirent ne qu'ont veti, lôjoj 

Ne qu'il tant longes ont vescu 



16736 E Trestoz; M^F moules, E mosles ; HM^ Car li m. en 
fu toz p., M Tôt fu li molle empliz et p.; FHKAP plains, N 
ploins, M plainz — Sy Af' cheeire, EKN chaere, F chaiere, J 
chiere, M chaire; H Et de la tombe — 38 M"" me, E moi — 39 
M-'Ek ia f. — 40 M'K Quels, en Quex, M Quele; M' iert, M^FK 
est ; Me et ; M^KM' come ele {M^ el) ; E ele ert f . ; 3/' ert 
feite — 41 M^EK lenpereres, M' -iere, M lenpire; F da- 
lam., E dalemeingne, M' -eigne — 42 ^ espeir ; n ne c. — 43 Ae 
os, M oz; Jl/' si los bien — 44 F les; X poissent; F départir, 
iVeslegir — 45 K ha hom porte, G an ont p. — 46 {B)\ C Q. 
eissus fu; G fu fors de — 47-61 m. à G — 47 M^ Doncs, K 
Donc, EM Si; M refresci, B refressist, H ranforce ; L reco- 
mence toz; R Trestuit lor duel en refreschircnt ; Ai' duels, LM 
duelz, JKy dels, n diax — 48 F Bautent; C ronpent, E 
traient; M^JKM' cheuels, F -iax, H cauex, L -elz; R lor 
kiues tirent — 49 AP Vslent, F Vielles; N Vallei p., ky 
Petit et grant, R Comunalment; HKNR b. et c. — 5o A/' 
Le terme, K Et lo t., APAHR Les termes; AP e les iors — 5i 
JMX n. et — 52 {R); F que; n longues; AP Ne qunt t. longe- 
ment vescu; ABCJky La mort hector [AP dector) qui tant mar 
{A m. i) fu. 



TOMBEAU D*HECTOR Io3 

Que sa mort veient ne le jor 

De si angoissose dolor. 
16755 N'i a un sol, petit ne grant, lôjog 

Nés les femmes ne li enfant, 

Qui n'i vienge e grant duel n'i face : 

Maint en morurent en la place, 

Cui li cuer del ventre partirent ; 
16760 Tel mil e plus s'i espasmirent, 

Qui por mort en furent porté. i6yi5 

Ne vos porreit estre conté 

La siste part de la dolor. 

Li sage maistre e li dotor 
16765 Ont pris le cors, jo n'en sai plus ; 

Enz en la voûte de desus i6y20 

L'ont gentement posé e mis 

E dedenz la chaeire asis. 

Dous vaisseaus ont apareilliez 
16770 D'esmeraudes bien entailliez, 

Toz pleins de basme e d'aloès; i6j25 



16753-4 m. à ABCJky — 53 {R)\ N Quil; Fsiamort u. et — 
55 K et g. — 56 W iNeis, 3/' Nis, FM Ne; i/^ATy e (et) - 5; ^ ne ; 
3/3/' uiegne, E ueingne, N ueigncnt, J auge; F Q\ iuienent; IK 
et qui d.,^ M'xMM'n et duel; APFJKMM' ne; H Q. ne plort et 
dolor nen f. — 58 M se m.; F morirent, K mururent, e i muè- 
rent, H i pasment — 5g APF Que; N li uantres des cuers ; 
ky Li c. des (// es) u. lor p. {HM' percoient) — 60 AT Tiels, M' 
Tiex, i^" Tiel ; HKM'n scn ; M'^K esparmirent, iV espamierent, F 
i pasmerent, HM' i pasmoient — 62 (G); M^HM'k puet e. reconte 
(//rac.) — 63 n qarte parz ; // lor — 643/' saiue; M^F doutor, 
AELNk contor; AE Li duc li (-4 riche) prince; HM' Mes li s. p. 
c. — 65 K%\Q ne se p. — 66 EN Anz an, FAut an, HM' Enmi ; 
Ek uolte, Ln tombe ; G An la t. lont mis d.; 3/' la d. — 67 m. 
à G; M^M porte — 68 G Et desus; FK chaiere, EN chaere, M 
chaire, J chiere, M' cheere {cf. gi)\ — 69-80 sont placés dans 
H après 16808 — 69 G uasaus, F uaisiax, J uassel, K uas- 
sialx; G i ont ausis mis — 70 M'y Desrner.; G Desm. e. faitiz 
— 71 F Tôt ploin; N pleins (Toz m. à 3/'); M basmez; My 
daloez. 



104 ROMAN DE TROIE 

Sor un bufet de gargatès 

Les ont asis en tel endreit 

Queses dous piez dedenzteneit. 
16775 Del basme grant plenté i ot : 

Jusqu'as chevilles i entrot. lôySo 

Dui tuëlet d'or geteïz, 

Merveilles bel e bien faitiz, 
j Desci qu'ai nés li ataigneient 
16780; E dedenz les vaisseaus esteient, 

\ Si que la grant force e l'odor i6j35 

- Del vert basme e de la licor 

Li entroënt par mi le cors. 

Granz fu l'aveirs e li trésors 
16785 Dont la sepouture fu faite. 

Quant la chose fu a chief traite, 

Si ont une image levée 

Qu'a merveille fu esguardee : 16742 

De fin or fu resplendissant 



16772 M' buffet, M bofet; M' gargatez, M gag. ; H dargent 
gites — 73 MTk assis; e de; M' cel — 74 X Can .ij. s. p. — 75 
M'kn De; N balme, F baume; APEn plante — 76 H Dusqua, 
A/'£ Très quas {E quaus), M' Trusqua, F Desquas; R lusquaus 
chauiles; M' cheuiles — 77 M^kny Dous tuelez {HK -es, F 
ruelez), R Dun tueleit {le t final exponctué)\ APEHMRn giteiz 
— - 78 M' bels, kny biax; M' feitiz, H assis — 79 APEH De ci, 
AMM' De si; X Dessi quas nés, F Qi descau neis, N Qui 
iusquau nois; M nez — 80 {AJ); M'' Qui d. les seiaus; FU lo 
uaisseil — 81 EN granz ; En lodors, J lolors, M loudor — 82 [A] ; 
en uerai ; EJ et la licors, n et des licors — 83 jST dedanz le c. — 
84 M' Grani, c/Genz; AM'k lauoir; M^ thés. — 85 EKN sepol- 
ture, FMM' sepult.; M'K feite — 86 Al' chies; 2iP treite — 87 
(A^GL); F aportee; AFACIJky Si ont loure allant {CM atant, 
A/'/ si haut) {E atant lueure) lessiee (H laiee, K menée, M'Cl 
leuee), B Sont lueure a tant laissie ester — 88 (C/); A'^FLM 
meruoille, GN -es; H A meruelle, eAJK Qui (A^ Que) merueil- 
les {E -oilles); AJy bien tailliée; B Gon puet a m. esgarder — 
89-90 m. à APABCJky — 8g {A^L); I Dor le fisent; GN resplan- 
dissanz. 



TOMBEAU d'hECTOR Io5 

16790 E a Hector si resemblant 

Que nule chose n'i failleit. 

Un brant d'acier tôt nu tenait, i6y44 

Grezeis par signe manaçot : 

Ço voleit dire e ço mostrot 
16795 Qu'ancor sereit vengiez un jor. 

E si fu il al chief del tor 

Si faitement corn vos dirons, 

Anceis qu'a la fin parveignons. lôySo 

Oëz que firent li trei sage. 
16800 Desoz, devant chascune image. 

Firent lampes d'or alumer 

En révérence de l'auter. 

Teus est 11 feus, ja n'esteindra i6j55 

Ne ja a nul jor ne faudra : 
i68o5 D'une pierre est de tel nature 

Que toz jorz art e toz jorz dure. 

Chier refu moût le pavement, 

Quar toz esteit de fin argent. 16760 



16790 (^VL); GiVresanblanz— 91 {A'GIL);M*ABCJkx En la 
(H sa) chaeire hector seeit — 92 IMM' branc — 94 A/' signes, 
E singnes ; e demostroit — 94 M' uoloit — 95 M^KM' Quencor 

— 96 N Et il si fu ; APAI' a; 3/' chef; A: de — 97 ek Si aspre- 
ment; M nous — 98 3/"/c Auant; E Eincois que a la f. ueignons, 
M' A. qua la parfin u., A Auant ainz quen la f. uegnons, M A. 
que la f. preignons, n Ancois que an la f. seions — 99 M^'K 
Oiez; R f. troyen (sic) — 16800 M' D. desus chacun ym.; K 
Desor, n En haut; MT dauant — i n dox (F dos) l. a. — 2 
(.4); G An remanbrance ; N de lautel, L de chanter; ek Onques 
nés uit nus hom {K n. h. nés u.) fumer {eJ finer), H O. n. h. 
ne uit lor per — 3 {HJL)\ i\P fues ; M Tel est li feu; EM nes- 
taindra, n nestoindra, G ne faudra — 4 tiL n. i. ne defaudra ; 
AJky Ne ia {AE a) nul i. {H li fus) ne descroistra, G Ne pour 
riens nulle nestaindra — 5 A/^ Une; F part; Aek Si est fez et de 

— 6 « Qi; M' tôt iors a. et tôt iors — 7 M" Cher r. molt; AKe 
furent, M firent; AKe li p. ; « Desoz (F D«ot) un riche p. (F 
pauiment) — 8 M' tôt, M' il; n Qi estoit toz (F tôt), A Qui 
estoient, K Car tuit erent. 



I06 ROMAN DE TROIE 

E s'i et d'or plus de set listes, 
16810 Ou en greu ot letres escrites, 

Que diseient, qui les liseit, 

Que toz entiers iluec giseit 

Hector, qui tant fu proz de sei, i6y6S 

Qu'Achillès ocist al tornei. 
i68i5 Mais tant vos en met bien defors, 

Nel conquist mie cors a cors, 

Conques ne nasqui chevalier, 

Dès le derrain jusqu'al premier, 16'j'jo 

Vers cui n'eiist defension. 
16820 Ne trovons pas ne ne lison 

Qu'onques sis pers nasquist de merc, 

Si forz, si proz, si combatere. 

Puis que li mondes comença, iS'j'jS 

Ne ja mais tant come il durra, 

16809 {A^HL); G out; F par p.; J .V. 1. - 10 3/' grie, JW 
grieu, HK griu; G out, K ont, FH sont; H Ou 1. en g. s. e. ; / 
Ou ot en gryu ; M Ou en 1. escr. (51c); JV/' escristes, A escriptes 
— II ^ Et, iW' Ce; N dissoient; A'Jky Et dient (J dien) ce (3/' 
cil); X es (L el, G en) premiers vers, / li mot premier — 12 
{HJ)\ A Qui; 3/' enuers; A^ Qucctor li preuz, 3/ Hector entroz ; 
MM^ illeuc ; 3i' Quiluec por veritie %.^x Ci gist hector trestoz 
anuers, / Ci g. li cors h. le fier — i3 ^' Li bers; atL Cil qui 
tant par, / Chelui qui X. — \\ K en t. — 16815-974 m. à R [i 
feuillet perdu) — 16815-74 résumés en 10 v. dans G {voy. aux 
Notes) — i5 [A)\ M'^M en m. le b., K nos en ont mis; L M. 
itant uos en m. d.; M'LMe dehors — 16 (ACH); Jn Nel ocist 
m., 3/" Quil nel c. pas — ly AP Onques; AJky Ne n. onques ; 
E cheualiers — 18 APHLM' Del derreejn {M' desreein, H daa- 
rain, L deerrein); A Du premerein iusqu'au dernier; M derrein, 
E darrien; 3/' tresquau, E -as, M" iusqua, H duscal; E tresquas 
premiers; 3/* primier — ig K qui — 20 KM' trouon ; 3/ nel 1.; 
^ Ne ne t. p. ne l. — 21 ;i si proz; ek Que s. p. {M' son per, 
E si preuz) n. onc {E ainz) de m., A Qui o. de m. n. — 22 MM' 
fort; E Si p. si f., n Ne si forz ne; M'n conbatiere, M' cumb.; 
A Nuls hom qui le contreuausist — 2 3-6 réd. dans A à 2 v. : De 
proesce dar- mes porter De son auersaire greuer — 23 n Des que 
li sicgles — 24 F dura; K de la ne de ca, M ne de la en ca. 



TOMBEAU D HECTOR I 07 

16825 Ne nasqui nus de sa valor, 

Ne ne fera ja mais nul jor. 

Des vaillanz fu li soverains, 

Moût par ocist reis de ses mains : i6y8o 

Quar il ocist Proteselaus, 
i683o Qui moût esteit proz e vassaus ; 

E si ocist rei Patroclus, 

Rei Merion, rei Scedius, 

Rei Boëtès, rei Prothenor, 

Rei Antipus, rei Elpinor; 
i6835 E si ocist Archilogus, lôjSj 

Orcomenis e Dorius, i^jSg 

Polixenart, rei Ifidus, lôySS 

Polibetès, Leotetus, lôygo 

Phelipon e Merionès. 
16840 E s'il vesquist dous anz o mais, 

16825 N nasquie; MM' bons, K hom — 26 3/ sera; A/'3/' 
Ne ia mes ne f. — i'] E souereins — 28 AT a s. m. — 29 
AKM' prolh. — 3o K m. par fu.; En uasax — 3i-2 interv. 
dans A* et placés après -38 — 3i APM' reis; F ephyus — 32 
(J5); A Et m,, A'^M' Rois m.; L Et roi mennon roi sordius; 
KM' et se, AEH et ced., M^'CIJ roi ced., A" et scelidus — 33 
(C/J); A*y Rois b., A Et b. ; AK et p., M' rois p. ; M^ protenor, 
A* alpinor; — 34 A^ny Rois, A Et; /4jB// santipus, A^ -om, N 
santhipus, FL -thifus, e sanctipus, J xantippus, M^CM -ipus, 
-RT-ipun; A'MM' rois, A et\ K helpinor, M'ABE alpinor, F 
-enor, N alphcnor, / elpenor, H epinor, L sapinor, A'M' pro- 
thenor — 35 / archylocus, H archilagus, A'' antbilogus — 36-7 
interv. dans EK — 36 / Orch., £ Arcomenis, C Orconomis ; 
M'^BIJLMe dormius, K dormenus, F dorinus — 37-8 m. à A —' 
37 M" Polixenarz; BCM isidus, IJ ys., L ysides, iV yx., F pro- 
teses ; K et yssidus, HM' et roi [M' rois) ydus, E et r. fidus, 
A^ leotetes — • 38 M^K Politetes, M -tetetez, F Polibethes; HK 
loetetus, 5 leotecus,/ -teus, Cet malfatus, n leothetes, L -testes; 
-4' Ysidus et pollibetes — 39 {E Phelipon), M^C Philipum, 
BFJLk -on, AA'N -ippon. M' Felippon, I Phyllippus ; L mere- 
riones; e Filipon et merioles, H Ferimon ot meliones, -4' Et 
ph. et leones — 40 3/' Et si uesqui; AEFJ et mes, //ne m., 
A"! après. 



I08 ROMAN DE TROIE 

Destruit fussent si enemi; 

Mais Aventure nel sofri 

Ne Envie ne Destinée : iSjgS 

Trop ot as suens corte durée. 
16845 Des riches dus ne des demeines, 

Des amirauz, des chevetaines, 

Dont il ocist plus de treis cenz, 

Nen est ci faiz remembremenz. 16800 

Li temples fu si establiz 
i685o Que de sainz homes e d'esliz 

I a li Reis mis un covent, 

E s'i avront moût richement 

Lor vivre a trestoz sofisant. i68o5 

Ne sai qu'alasse porloignant : 
i6855 Mais onques cors de chevalier, 

Dès le derrain jusqu'al premier, 

Ne jut en terre a tel honor 

Ne ne fera ja mais nul jor. 168 10 



16841 -F Trestuit — 42 i^ destinée; AEN ne; H A. nel con- 
senti — 44 M^ T. a; A/ sienz — 45-6 interv. dans tiL — 45 M^ 
dux; nL Ne des princes ; EK et des, A et de, M' des ; F demoine 
— 46 M^M^ cheueteines, K -aignes, F -aine; A Damiraus et de 
c. — 47 3/ Donc, N Dom; -4 D. il i ot p. de; Aek cinc c, F troi 
cent — 48 F fait ; hP Nest ore feiz ; M^ Dont ci nest fet, AEk 
Nest fez {K Ne fait, M Nen faiz, A Ne fas) ici ; K remembrement, 
F -bramant — 49 -K" Sis, M^ Le ; KM' tenple — 5o M dieu h. — 
5i iW' m. grant c. ; F conuant — 52 M"" Il i ; M' Et si i a ml't 
riche gent, E Et lor uiure tôt quitemant — 53 3/ trestuit soff., 
AM^ a trestot lor uiuant ; « Lor uies a tôt 1. u. — 54 iV poloi- 
gnant — 56 M'^A'^HJM' Del derreein (Af' desr., J derahein, H 
daarein, A^ daerain), C De les derain, A Du premerain ; K derain 
M derrein, E darrien; M'^E tresqual, H dusqal, M' iusqua ; A 
dernier; n Ce uos puet an (F len) bien afichier — Sy A/' a t., 
AA^CJky el [H al) siècle [CE siegle) ; AW uit el s. tele (A/' 
autel) honnour — 58 [CJ) ; M^ Non fara il ; // Ne ia m. ne f. ; AK 
mes a n. ior. 



PALAMÈDE ÉLU CHEF DES GRECS IO9 



Palamède élu chef des Grecs. 

En la cité sont mu e quei : 
16860 Dreiz est, quar bien i a de quei. 

Tel perte ont faite e recovree, 

Que ne verront mais restoree. 

Nus n'i joë ne nus n'i rit; 168 15 

N'en i a nul, grant ne petit, 
i6865 Qui pas oblit la grant dolor 

Qu'ont receii de lor seignor. 

Malade en ont geii assez 

Cil de cui esteit plus amez. 16820 

Onques puis del lit ne leva, 
16870 Que il fu morz, Andromacha : 

Ço pesot li qu'el ne moreit, 

Tant par aveit son cuer destreit. 

Ensi furent senz aveir joie 16825 

Lonc tens après icil de Troie. 
16875 En l'ost defors furent haitié : 

Moût ont le terme coveitié 

Que la triuë fust acomplie, 

Tote derompue e faillie. i683o 

Trop volentiers se combatront, 
16880 Puis qu'il Hector ne troveront. 

A un jor que furent josté 

16860 K Dreit ont — 61 A/ fait — 62 K Q^. mes ne u., M 
Q. ne u. ia m., M' Q. ia nauront m., E Q. nen auront m., F 
Qe m. ne sera — 63 MM' Rien, EK Riens... riens; M' ieue, 
M'^M ioie, K giue ; M^F ne rien — 64 M^ Ne ni, M Ni ; « Ni a 
un sol — 65 M^e Que — 68 3/' p. e.; EK Icil [K Tuit cil) de 
cui ert; F estoit il [v. f.) — 69 M'^ O. de 1. p. — 70 Me andro- 
maca — 71 /fn li p.; M^ peisot — 72 M' Car t. a.; nC lo c. — 76 
M'LMe dehors; M'' heitie — 77 A: trieue — -j^M^'k Et d.; Ae et 
defaillie — 79 M^'F uolunt. — 80 M'^e Puis que, n Quant il — 
81 e quil. 



1 10 ROMAN DE TROIE 

Tuit li haut home e li séné, 

Se complainst moût Palamedès i6835 

E dist qu'il ne soferra mais 
i6885 Qu'il ait sor lui seignorement, 

Poësté ne comandement : 

Ne vueut estre en subjection 

A rei ne prince ne baron, 16840 

Se par sa volenté n'esteit. 
16890 Li plus diënt que il a dreit : 

« One, par Deu, » fait il, « tel ne vi, 

« Quant sor mei a prince establi 

« Senz ço qu'en fust parlé a mei 16845 

« Ne qu'il le fust par mon otrei. 
16895 « Mei n'est pas bel, n'en quier mentir, 

« Por ço nel vueil plus consentir. 

« Est or ço bien, reison e dreit 

« Que danz Agamennon maistreit i685o 

« Ne mei ne rien qu'a mei ataigne? 



16882 « ainzne — 83 3/' compleinst, E compleint, Fk -aint; 
Fpalamides — 84 kn dit; A/ que; F nel; F sofF., E sofera, M' 
souferroit, K souffrira — ^5 E oit; M seignoriement — 86 A/" 
Poète; A/' conm. — 88 M Au roy; F ne prinpe, K na conte — 
89 M'Fe uolunte — 90 /c Li pluseur {K plosor) d. quil a ; AP qui 
il a, C quil auoit — 91 M'M Aine, EF Ainz ; K de, MAJ' dieu 

— 92 £ ont; //f Q. p. a s. m., « Q. a s. m. p. — 93 « qil f. — 
94 n f. tant, / le soit; K Ne quen men, requeist o., ^^ Ne quen 
{A quil) meust requis o. (e lotroi), M Ne que men fust r. otroy 

— 95 {A'I)\ APK Ne mest ; M Mes nest p. bien ; k nen (M ne) 
uoil m.; M' quer — 96 M^M' ne u.; / Ne u. ore ; A"* mais c; « 
Ne ie nel u. pas c. — 97-8 interv. dans M' — 97 /3/Cest ore {M 
or) b., e Ce est or b., K Nest or molt b.; ni bien (N biens) rai- 
sons et droit {/ drois); A Natieng a raison ne a d., 3/* Na mei 
na rien qui a mei seit, A" lo ne uoil mais que que nus die — 98 
I dével. en 3v.: Ke vos voellies, ne ne souffrois Ke a. nous m. 
Ne voil que rois ne princes soit; AMM' dant; n D. a. me m., 
A"^ Quagamenon ait la maistrie — 99 AT riens; 1 De moi de r.; 
FIK qui a m. teigne (/tiegne); M' Ne chose qui vers m. a., A"* 
Ne sai qua lui de ce a.; M'aide ateignc. 



PALAMÈDE ÉLU CHEF DES GRECS I I I 

16900 « Le valissant d'une chastaigne 

« Ne fereie jo pas por lui. 

« Ço peise mei que onques fui 

« En leu ou sor mei seignorast i6855 

« Ne de ma gent rien comandast. 
16905 « Il ne sera or plus mis sire. 

« De vos e de trestot l'empire 

« Seit or mais soë la maistrie : 

« Sor mei n'avra plus seignorie 16860 

« Se celé non qu'il i aveit 
169 10 « Al tens que sis père viveit. » 
Agamennon fu proz et sage : 

Oant les reis e le barnage, 

Respondi tant corne senez i6865 

Que il n'en dut estre blasmez : 
16915 « Sire, » fait il, « ço sai jo bien. 

« Que pris avez sor tote rien. 

« Se ne fusseiz, tuit fussons morz : 

« Nus ne se prent a vostre esforz. i68yo 



16900 F uailisant, E uaill., M' uaillessant ; /Car le vaillant; 
M''LN chasteigne, F -oigne, /cast., M chateigne — 1 N fcroi, F 
seroi [v. /,); AP fareie il p.; ^' il mais; M' li — 2 M' que moi 
o. — 3 E seingn., M' commandast — 4 « Ne qe, eK Ne a; K 
riens; A/' seignorast — 5 « ia mes ; 3/' misire — 6 [A) ; M De 
nos, n De lui; M'M ne de — 7 n S. ore, E S. ores; A seue, e 
soie; M S. seit or sa seignorie — 8 ^ De m.; C naura il, n n. 
mes; F bailie; AP II naura p. s. m. mestrie — 9 F celui — 10 « 
Au ior; M'CEk pères — 1 1 ^' ot le cuer; {A'L sage), les autres 
sages — 12 M'Ken Oiant, 3/ Voiant; {A'E le barnage), /es autres 
les barnages (F bcrn.) — i3 iY Respondie; AP bien — 14 {AGHJ); 
M^Iky Dont il (/ Ke pas) ne [El nan) dut [M' doit) ; LNdoit, F 
uiaut — i5-26 m. à x [bourdon) — i5 (HJ); A or s. — 16 HJ 
prous estes; A' Q. uos por moi ne feriez r. — 17 K fussez, 
AEHJM -iez, DM' fusiez, 3/'C fussent; H tôt, K toz, A touz; 
AC fussions, D -iens, M' fusons, K fussons, M -on, H fuissom, 
B fuissent ; E chascuns fust m.; DHJM' m«rt ; 3/'C li (C tuit) 
vostre esforz — 18 (C) ; A Ne se p. n.; M nostre e.; Af* Pieca que 
fusseins trestoz morz, DHJM' Ml't a en uos haut home et fort. 



Iï2 ROMAN DE TROIE 

« N'i a nul de nos qui rien vaille 
16920 « Vers vos en estor n'en bataille. 

« Moût dotent cil de la vostre ire. 

« Moût devez bien aveir l'empire : 

« Tant par estes sages e proz, iSSjS 

« Que maistreier nos devez toz 
16925 « E enseignier e governer. 

« Ou trovereit l'om vostre per? 

« Que ferions, se m'estiëz? 

« Mais itant vueil que me diëz, 16880 

« Se j'ai eii ceste baillie, 
16930 « Quel damage ne quel folie, 

« Quel honte e quel avilement 

« En est venu a nostre gent. 

« Ai lor jo rien fait essaier i6885 

« Neteus ovraignes comencier 
16935 « Dont se tiengent a maumenez 

« Ne dont jo deie estre blasmez? 

« Se jo l'ai fait, ço peise mei. 

« En l'ueil me fiere de son dei, 168 go 



169 19 K nus, ACe .j,; M^ En lost na un sol qui vos u.; A 
riens— 20 A en ost ; M"" En dur e.; APA neen b. — 21 J/' Ne 
porreient meillor eslire ; B grant ire — 22 CM Trop; C deuiez ; 
A tenir; Cek enpire; B Qui en uos est biau très dox sire — 24 
APiV/ mestrier — 25 3/' ion, K len, MM' on, £ an — 26 Af' 
farions — '60 K Quels damages — 3\ M' h. <\., M h. nt c\.\ E 
auiilemant;ir Quels hontes quels auilemenz — 32 iVf' uenuz, E 
-ue; K auenue a noz genz — 33 M' ge dont; K fet riens; 3/' 
feit; EM E ge lor donc {M rien), H Ai les io dont; M'^k comen- 
cier — 34 // A tex oluraignes conmenchier; K ouraiges, eM 
outrages; K enbracier — 35 A/ Donc, D Don; M tiegnent ; EK 
nus an {k dels) soit a {K trop), M' nul se teigne a ; tous les 
mss. malmenez — 36 A/* don; ek Non doi mie e. trop b. (J/' 
blâmez) — Z-j {H); M' Ce ge; n Se iai ce f., L Se je feit mal, 
A'' Saine lor fis m. ; M^I feit - 38 M^K loill; A' El nez; F 
man; M'' doinge, E doingne, JH doigncnt, M' douent; HJM^ 
lor doi. 



PALAMEDE ELU CHEF DES GRECS 



ii3 



16940 



16945 



16950 



16955 



Seit rei, seit prince, seit baron, 

Gui j'aie fait rien se bien non. 

E vos, quin avez tel envie, 

Anceis qu'eiissons vostre aïe, 

Lor orent mestier mi conseil; i68g5 

E si sacheiz moût me merveil 

Que desvolez ne ça ne la 

Go que volent tel cent i a. 

N'en ai oï nul refusos 

De cest afaire fors que vos. lôgoo 

A vos desplaist e desagree 

Que la princez me fu donee : 

L'om ne vos i pot apeler 

Ne querre otrei ne demander, 

Quar bien d'un an trestot entier i6go5 

Ne venistes al comencier ; 

Maint grant esguart, ço m'est a vis, 

E maint conseil eiimes pris, 

Ainz que fusseiz jostez o nos. 

Mais, par la fei que jo dei vos, i6gio 



\ 



16939 jST Sil i a p. ne b., EH Soient r. ou p. oub., JM' S. p. 
soient b. ; /Ki kil soit; APBn rois, A roy; M^'ABI s. {B v) prin- 
ces o b. — 40 M^ Gui ai ie fait r. sans reison; BK Qui ; ABe G. 
le ai, M G. iai, CJ A cui iaie [J iai) f. r. ; ^ riens; / Gui iai 
nient f. outre droit — 41 £" quan, AJ quen, CIM'k qui; n qui 
en a. anuie — 42 w Encois, CE Eincois; iV/MM' Ainz; N qaus- 
siens, F qausiez, M' que eusse, M^ queussomes, K que eussons, 
A queussiens le — 43 M^ Lur ot m. lo mien c, CM Lor ot grant 
m. mon c, K Orent m. de m. c. — 44 EM Et s. b., K Et s. que 
— 45 {A)\ n Qi; H desuoilles; N ne qua ce ua — 46 M'^KNe 
volent, F uoelent, M ueulent ; F tiex, ^P tiels, K tex; M"" dis, 
AMy .vij. - 47 M"" Ne nai ; F nuls — 48 {AHJ)\ W f. sol, E 
ne mes — 49 -^ desplait — 5o M^^ek Quant; M princes, ATA/' 
princie, E -iez — 5i « Ne uos i pot (F puet) an a. — 52 ^VM 
otreiz ; 3/' Ne d. — 53 Wk dun bon {K buen) an — 55 3/ 
eschart — 56 e auoient, n aumes — 57 A/' Einz; EM fussiez, iV/' 
fusiez, n fussiens ; M^n ioste ; F ,ou nos, A a nous, N o uos — 
58 M-'Ke E par. 

Tome III. 8 



i 14 ftOMAN DE TROIE 

« Nel porchaçai ne nel requis, 
16960 « E quant sor mei se furent mis, 

« Plus m'en pesa qu'il ne m'en plot. 

« Onques ancore hom tant ne sot 

« Gui toz sis sens n'eûst mestier 16g i5 

« A si faite gent maistreier. 
16965 ft Jos ai seignoriz jusque ci 

« Auques en pais, la lor merci : 

« One ne lor fis honte ne lait, 

« Ne il de rien nel ront mei fait; i6g20 

« Ne me plaing d'eus, ne il de mei. 
16970 « Or facent prince, jo l'otrei, 

« A lor voleir e a lor gré : 

« Ne l'ai en lieu n'en hérité. 

« Jo ne demant en eus maistrie i6g25 

« S'amistié non e compaignie : 
16975 « Volentiers la lais e guerpis. 

« Senz ço qu'a nul en vienge pis, 

« Eslisent prince a lor talant, 

« E j'en serai par tôt aidant i6g3o 



16960 K sen f. — 61 yP qui; n que il ne p.; ek me p. — 62 
EMn ancor,3/' enc, K onquore — 63 F Qi, DJNky Que; 3/'FJ/" 
tôt; APM' son sens — 64 « grant oure; 3/' feite g. mestrier; 
DJek Por quen {E qua) baillie [K bataille) eust {k ait tel) mes- 
tier, H A tel b. porcachier— 65 M Jel, KM' Ges, les autres Jcs; 
F J. ia s.; M"FH seignorcz, M -iez, K enseigniez; M^M' tresquc 
ci, M iusques ci, H dusque ci, K iusque ici — 66 ^P le lor, 
M' la dieu — 67 ÀPn Aine, E Ainz — 68 n nel ont de r.; MAP 
n. ront {M' ne lont) moi de r. f. , E ne mont de r. mesfet, K 
nel r, uers m. meffet — 6g E pleing, F plaig, M' plain — 70 
AP et ge — 71 Fna et a — • 72 APMen fie [cf. 6120); A/' ne en; 
F erite, H irete — jS {A); M'' Ne d.; AT sor els, M' sus eus 
— 74 A/' cump. {forme constante); A Ne poeste ne seignorie — 
75 {R reprend) ; WE Voluntiers; k les; M'^M lor [M en) dé- 
guerpis — 76 Nk que nul, F que nos; MAP uiegne, E ueignc, 
n soit de, A' uoille; 3/ piz — 77FElissent; M'^Ne talanz, / 
commans — 78 A"" io, / iou, MN ie; M^'Ne aidanz; A" aj. ces 
2 V. : Et lor amis a mon pooir Nen uoil de uos mal gre auoir. 



PALAMÈbE ÉLU CHEF DES GRECS ll5 

« Sonc mon poëir e ma valor : 
16980 « Ja ne m'en défendrai nul jor. » 
La parole remest ensi : 

Irié en furent e marri 

Tuit li pluisor e li auquant. i6g35 

Que vos ireie porloignant? 
16985 A l'endemain resont josté 

Tuit li pro d'ome e li ainzné, 

E li pueples comunaument 

Resont josté al parlement. 

Agamennon toz les manda; 
16990 Quant venu sont, si lor mostra : i6g42 

« Seignor », fait il, « ço sacheiz vos, i6g45 

« Que onques ne fui coveitos 

« D'aveir sor tanz reis la maistrie 

« Ne poësté ne seignorie. 
16995 « Ne fusse dignes de tel chose, 

« Jo l'ai eiie une grant pose. i6g5o 

« Or n'i a plus, vos la dorreiz 

« Gui vos plaira e vos voudreiz, 

16979 [JN Sonc), A^H Lonc, M^Ke Son, F Sanz; M O tout m.; 
7 A m. p. a — 80 e feindre a, / defaurrai — 83 / De tous les mil- 
lours ne sai quans — 84 7 Mais que vos i. alongans ; N poil. — 
85 APAA^IKy Lend. [M Que 1., >/V El demain) r. aioste (^' 
sont tôt raioste, AT s. luit rassenbie) — 86 3/ haut home; AIKy 
T. [K Et) li plus sage, A'' Li p. uaillant, APL T. li baron; >/' 
et li sene, L ioene et a. — 87 ML'N poeples, K poples; M 
comunelment, les autres comunem. (comm.) — 88 AP Tuit ios- 
terent, /Tout s. uenu, KyVxnàv&ni cnscnble, A"" Trestot n., M 
Sont assenble; HIM a p. — 89 (GL); B les i m. — 90 [GL); AA^ 
BJMe Q. s. u., n Et après tôt; M"^ se, n ce; IR Apres si lor 
dist et m. ; AA'^BJky si {K lor) comanda, puis ces 2 v. : Quil [A 
Qui, k Que) se teussent {Ak tenissent) un petit Apres (A' Empres) 
lor a mostre {A' si lor monstra) et dit — 91 [AL) ; / dist il; API 
sauez — 93 /4 sus; APAHMM' tant; AP^IM rei; la m. à AP 
— 95-6 interv. dans n — 95 AAIAP digne ; AP ditiel — 96 A Eue 
lai, APn le lai este, Aie le 1. eu {AI ueu) — 98 KAP Qui; AAP 
car il est drois. 



I l6 ROMAN DE TROIE 

« Quar jo Totrei moût bonement : 
17000 « Sacheiz ne m'en peise neient. 

(( Une chose me sofireit : i6g55 

« Ja li miens cuers plus ne voudreit, 

« Ne mais que victoire eûssons 

« E noz enemis vengissons, 
17005 « Qu'il fussent mort, pris o vencu. 

« Sacheiz moût i ai entendu i6g6o 

« E entendrai a mon poëir. 

« N'ai coveitié d'empire aveir, 

« Fors de Miceine e de l'onor : 
170 10 « La me tient om bien a seignor 

« E tendra tant com jo vivrai; i6g65 

« A mes heirs iert quant jo morrai. 

« Vostre eslection poëz faire 

« Senz mauvoleir e senz contraire : 
1701 5 « Parout e die qui voudra, 

« E seit oï que il dira; ^6970 

« Seit esleiiz al los de toz 

16999 Aek Et — 17000 Aek S. de [A pour) uoir que pas ne 
{AK nen) ment — 3 AJky Mes que la [H nos) u. {E uangence) 
[M u. en, H nous u.), i? Ne m. u. aussom; « aussons, M' eu- 
sons, D eussions, B -iens, M -ienz — 4 M^ venchisson; R Et ke 
nos tost nos uengissom [puis ces 2 v. : Des enemis mortel {sic) 
de troie Lors auroie leece et ioie), n Des anemis uangie fussons, 
ABDJky De cez {A ces, DHJM'k ceus) leanz {A cains, K de- 
danz) bien deussons {DJ -ions, B -iens, M -ienz. M' deusons, K 
deurions) — 5 x Que {FG Qi) m. f.; L et u.; N uoincu, FG 
uaincu; ABDJky Querre {M' Quetre) conseil que destruit f. — 
6 jf ge [N gi) ai m. antandu, ABDJky Pieca {K Pièce a) que 
estre le deussent {M' deusent) — 7 [R); n de m. ; ABDJky En 
{M A) ce métrai mes (// tôt) m. p. — 8 F Por c; M conuoitie ; 
M' Reconoistre damor auoir — 9 MN miscene, K -es, M' mi- 
cerne — ïo N lan, F an ; ek Iluec me tient an [MM' on, K Icn); 
K por s. — 1 1 M tanra, M^'k tendront; E Et tendra lan t. c. u. 
— 12 A/' iers, K eirs, eF oirs — i3 En élection — 14 En mal 
uoloir; M'k maluoillance; AP la de mei nen aurciz c. — i5 
M'Ek Parolt, M' -ot, F Prendront — 16 Me oiz; M^ qui — 17 
{A); M^ E. s.; F lous. 



PALAMÈDE ELU CHEF DES GRECS II7 

« Teus qui seit riche, sage e proz. » 
Parlé i ot, ço fu adès; 
17020 Mais moût par vueut Palamedès 

Que sor lui voist Feslection : ^^gyS 

Dit lor « tant a discrecion 

E sen en lui, que bien eslire 

Le deivent a tenir Tempire : 
17025 E c'iert li mieuz qu'il puissent faire. » 

Gui que fust enui ne contraire, i6g8o 

Esleu l'ont e prince fait, 

Si com l'Estoire me retrait ; 

Si lor en sot merveillos grez 
17030 E sis en a moût merciëz. 

Mais Achillès moût s'en iraist : i6g85 

Moût li peise, moût li desplaist, 

E dit que il ja n'en jorront 

Del remuement que il font. 
17035 Moût par le tient a grant folie : 

Par son voleir nen est ço mie, 1G990 

Ainz est contre sa volenté. 

Moût par en set a ceus mal gré 

170 18 n Uns; /l s. et sages; M sajue; ek Tex {MM' Tel) 
qui mVl s. sages et p. — 19 iV ont; M^ e ce, A et cel, K prou et 

— 20 JV/' ueut, KM^ uelt, x uout, EJ uolt, M ueult; G palim., 
Fpalamides— 21 [AEH vloï&x.), M'^k tort, JA/' soit; n S. 1. alast; 
En lelection, H leslections — 22 M' Di; H que ; F a t.; ^ dis- 
crecions ; ^ T. a sens et discrétion; M"" e monstre par reison — 
23-4 m. à M"" — 23 AHJMM' sens ; ^ En 1. co dit — 24 {AJ)-, 
H La ; n por — 2 5 ?i Et cert, Af^ Que cest, AJky Ce est; M' le mex ; 
A qui, J quen — 26 M^ek Qui; M' quen ait, K quil f . ; E eust 
ire et c, n il soit bel ne c. — 28 Af lystoire; F nos — 29 n gre 

— 3o Me ses, w les ; Me toz ; n mercie — 32 EF lan; n poisse; 
Af^ E m, li p. e ; /c et m. li d. — 33 Af^ Et se d. que ia ne i.; 
H gorront, F irront — 34 ek Tel en sont lie qui en morront — 
35 N Et m. lor t. ; F Et lo t.; kH tint — 36 Af ne est ce, K ne 
fu co, e nestoit il, A ne lest il, n nel font 4 — ^7 i-^H) J ^ Mes 
ancontre; n Par son otroi (F Por s. uoloir) ne par s. g. — 38 A/' 
siet, Ek sot; E a toz; n Assez en a toz cels (F c^) blasme. 



I l8 ROMAN DE TROIE 

Qui ço ont fait e otreié 
17040 Sor son defens e sor son vie ; 

Mal lor en vueut a toz moût grant, i6gg5 
Si lor fist bien aparissani. 



Onzième bataille : mort du roi de Perse. 

Que qu'il enoiast Achillès, 

L'empire tint Palamedès. 
17045 Les triuës furent acomplies 

E trespassees e fenies. lyooo 

La nuit josterent cil dedenz, 

E si fu teus li parlemenz 

Qu'enz en l'aube del cler matin 
17050 Se metreient fors al chemin 

Dreit vers les tentes, tuit rengié ijooS 

E de bataille apareillié. 

A toz crie Prianz merciz, 

Qu'or seit vengiez Hector sis fiz : 
17055 « Seignor, » fait il, « ne sai que dire, 

« Mais le damage e la grant ire ijoio 

« Dont nos somes espris e plein 

« Parisse contre ceus demain 



17039 n Qui lont (F Qil ont) uolu — 40 a: Molt par an a lo 
{GN son) cuer irie {FG ire) — 41-2 m. à x — 41 [BJ); AM'k 
uolt, H ualt; E 1. uouloit — 42 AP Se; M Por tant; ABHJM'k 
fu b.; // aj. 4 V.; voy. aux Notes — 43 M Aui, J Quoi, // 
Qui; G que, /Cquen; M'BCJe quenujast a a., L qenn. a, [v.f.) 
— 44 iV La prince; F diomedes, K palamades, G palimcdes — 
45 K trieues — 4G ekG Et deronpucs et faillies; F trapessees-— 
47 E sasanblent, A ass. — 48 N lor p. — 49 F Quant laube 
uint; Fk de c. — 5o M'Me hors, n tuit — 5i K Vers les t. iront 
r. — 54 X Que; F h. u.', M mon f . ; M^y De la vcniance de 
(3/' hector) son f. — 55 M^ feit ; A: se — 57 AT enpli; AP D. s. e 
e. — 58 E cez; K Demostron bien a cels. 



ONZIEME BATAILLE 



"9 



17060 



I7OÔ5 



7070 



Qui mal nos ont fait e feront 

Toz les jorz mais que il vivront. 

Scient si faitement requis ijoiS 

Que i aions honor e pris, 

E que la venjance en seit prise 

En tel manière e en tel guise 

Que ne cuident nostre enemi 

Que nos seions del tôt guenchi 

Ne vcncu cnsi pleinement. 

E jo vos di veraiement 1^022 

Que m'en istrai le cuer irié, 

L'auberc vestu, l'eaume lacié. 

Ma grant ire e ma grant dolor iyo23 

Comparront, se jo puis, li lor. 

Bien dei dès ore armes porter, 

Qu'a tort me vei déshériter ; 

Ne sui pas ancor si afliz 

Que ja mis escuz seit guenchiz 

Contre le cors d'un chevalier. 



T7059 M malz ; M'^n Quil nos o. fet mes e (« et qil) f. — 61 
yp fièrement, K asprement — 62 M en aiez, n i a., K gie i 
aie; yP Quenor i aiomes — 63 {A); M'^kn u. s.; £ Et quant la 
u. an iert p. — 65 A'^ ne sachent, APR conoissent; ABJy Car 
il ne sont pas nostre ami — 66 Z*' Qe s. ; N soiens; R boni; 
ÂPAA^BCJky Que ne [A"" nos) soions (C soie) [Jy il soient) 
trop (£■ tuit, HJyP ml't) afebli, Ck Ne si {M Nensi) del {M de) tôt 
uers eus g. — 67 {BCR) ; iV Ne uoincu, F Nenamai ; L soions p. ; 
Jy Nai mes cure de pleigr.ement {M' plainement), A'' Naies c. 
dcspairgnement — 68 [R); EJ Mes ie, A Et si, M' Ancois; 
AA^M' tôt uraiement; BCM Et ie fait il di uraiement (C uoire- 
ment), K Gie di fet il ueraiement — 69-70 m. à ABCJky — 
69 (G); yP Q. ien, L le men, F Demain; A^ a c. i., àP leume 
lacie; JR Ke men ueroit issir i. — 70 yP Trop ai le cuer gros 
et irie — 71 ABCJky Que ma g. i. et ma d.; nG ire ma; 
Letmad. — 72 M' Cumperront, ABCHJM' Comp., F -aront 
— 73 My des or; n B. puis ancor — 74 « A tort, ek Quant 
si; F uoillent — y5 K onquor, BM' encor; APABe a. pas — 
76 E Q. mes e. s. ia s;., AP Q. la s. nus (sic) e. g. 



120 ROMAN DE TROIE 

« Demain, el grant ester plenier, lyoSo 

« Sera mis hardemenz provez, 
17080 « Ainz que soleiz seit esconsez. » 
Ço plaist asTroïens, senz faille, 

Que li Reis aut a la bataille : 

Plus en vaudront as granz bosoinz. ijo35 

Ne fu li termes guaire loinz : 
17085 Très par matin, quant l'aube brande, 

Ainz que la grant chalor s'espande, 

Furent guarni par la cité; 

Par les ostaus se sont armé i'/04o 

D'eaumes e d'aubers e d'escuz. 
17090 Deïphebus s'en est eissuz, 

Prianz, Paris e Troilus, 

E des autres cent mile e plus. 

Fors des lices, es plains graviers, lyoSi 

Ont departiz lor chevaliers 

17079 iV/' mes ardemenz; x S. ueu [LN -uz) et csprouez — 
80 F quel s. ; ni solauz, G soulaus, L soleil ; N que li s. s. leuez ; 
M'^ABCJky Se achilles i est trouez, A"^ Sachilles puet estre t., 
puis 4 V.; voy. aux Notes — 81 G Cil, A"" Bien; GR plait, F 
poisse; iVCest bel ; M^ sens — 82 F ait, EK ait, G uoit — 83 M' 
Miels, E Mielz; G auandroit, F aurondront ; A'^Ke al {k el) 
grant ; A'^ekx besoing — 84 G fust; (3/^ loinz), 3/' lonc, les autres 
loing — 85 M' T. bien m., £" Au b. m., K Enz el m.; e abrande, 
K abande, C blande, A esclandre, FC espande, N [2^ main) 
crieue; G T. p. main ains que laube espande, R Au matin cant 
1. esclarcist, A^ Le matinet q. lalbe esclaire — Sô^'-SEJx granz; 
A^BEGJK chalors, n calors, A clarté ; B espande, G sestande, 
A'^ repaire, N {2' main] se lieue (sespande est biffé); R A. ke la 
calors espandist — 87-8 A"" donne successivement les deux leçons; 
AA'BCJky Ne furent pas trop endormi Par la cite sont estor- 
mi, puis 4 V. spéc; voy. aux Noies — 87 {A^'GL) ; M^R en la — 
88 M^ ostieus, A'Gn ostex, L hostielz — 89 m. à AA^BCJky] M^ 
Deumes; L de haubers — 90-2 AA'^BCJky de'vel. en 6 v.\ voy. 
aux Notes — 90 [GLR); N Deyph.; (F eissuz), les autres issuz 
— 93 (A^L); AMe Hors; ^' les, R de, M'^F as; G an plain ; 
M'ARek biaus g. — 94 FG départi, M deuise, AKy -ez, A'' 
ordene. 



ONZIEME BATAILLE 121 

17095 E lor batailles desevrees, 

Puis chevauchent lances levées. 

Les enseignes al vent baleient ; iyo55 

Le pas vers l'ost des Greus se traient. 

E cil resont apareillié, 
1 7 1 00 Qui ne se sont pas atargié. 

Palamedès gent les conreie, 

Ses fereors avant enveie; jjoôo 

De bien faire les atalente, 

Sa cure i met tote e s'entente : 
17105 Moût en est sages et apris. 

D'ambedous parz sont enemis IJ064 

Pesmes, morteus e haïnos : l'joG'j 

Por ço seront ancui terros 

L'agu des heaumes de mil d'eus. 



17095-100 m. à G — 95 (L); AMe les; Af^ATK deuisees — 96 
M' sen issent ; A Et pour batailles conreees — 97 ^ el; A'^LNk 
balaient, Fe baloient — 98 M griex ; eA lost [A les) grezois (Af' 
-lois) ; nL Lo petit pas uers lost ; F sestoient — 99 -R Cil se resunt 
a. — 17 100 {R)\ FL p. atardie, N mie tardie; M^Aek Q. matin 
furent esueillie — i F Palamides, GPalimedes; L g. le conuoie, 
H bel les auoie, 3/ g. les c, puis bien le c. — 2 {GLN)] K Les ; 
F met a la uoie — 3 (^) ; APM'k entai., R atailante — 4 n Sa 
poine ; M c. met ; (tote m. à AP)\ .4" A ce a mis tote — 5 m. à 
AA'^JPy, [BCGIR); LU. est s. et bien a.; AA^BCJPk donnent 
ici 2 V., dont le 2^ manque à A"^)'. Des or ueut [J uolt) auoir los 
[K lox) et pris Li un (P Lun) les autres ont (Pot) requis (^dels 
ont r. les altres, puis ce v. Lances leuees sor les faltres) — 6-4^ 
donne les deux leçons ; m. à K; {ABCR) ; A^x Deuant lui {LN 
soi) uoit ses (G ces) an., / Venir noient lor e.; E anuiex, J -ox, 
HM' enuiex, A^'P -ios — 7 {A^GIL) ; M'AA'^BCJPRky Pesme e 
mortel (M" -iel) {ABCHM' P. m.)',R ainos, ABCJKy hainex, 
M"^ anoios; K Sentreuienent molt airox — 8 R Alquant, JM Por 
quant; K encui; H anqui entrels; -4' terrels — g jEFLaguz, A"" 
Li coing; Af" heumes, F haumes ; H Armes seurees ; ER a ; AJy 
aj. ce V. : Por ce {AJ Ml't en. M' Encui) sera li tornois feus {M' 
fel) [E Li t. ml't gries estera); / Mil helme agu or croist lor 
gius. 



122 ROMAN DE TROIE 

i/iio Dès ore espessera li dueus. lyoïo 

A que fereie demoree ? 

La ot si estrange assemblée 

De lances trenchanz e aguës 

E de bones espees nues 
171 1 5 Par mi escuz, par mi haubers ! ijojS 

Ha! las, tant en i chiet envers, 

Qui ja mais ne relèveront ! 

Dou mile lances tôt d'un front 

I veïsseiz enasteler 
171 20 E sor escuz granz tros voler. i-joSo 

La ot d'enseignes tel train, 

Tuit en sont jonchié li chemin. 

Li conrei sont entraprochiez : 

Puis que li monz fu comenciez, 
171 25 Ne fu bataille si meslce, ijo85 

N'ou tant eiist féru d'espee, 

Ne ou tant escu estroassent, 

Ne ou tant heaume esquartelassent, 

171 10 m. ^ A^-^ BCJkxy or; M^K espeissera, P espeis., J 
espois., M' -ont, C enpensera, B espassera, H engraingnera, 
X anforcera ; E li d. e. ; 3/' duels, HK dels, 3/ duelz, A deuls, 
EFGL diax, N diaus, 3/' duel; / Mais ci après croistra li dius 

— Il X K {L Por) quoi f. d.; E Que en, H Jo quen, 1 Que uos; 
M^AM'k Quen {A Que) f. autre {M or, M' ge, A plus) d. — 12 xl 
issi (N isi) faite (/fiere) a., A si cruel a. — i3-i4 m. à M — i3 
EF Des — 14 F Et des — 16 M^K A ; n en chieent (F chient) — 
17 M^F Que; Ke nen — 18 AP Dous, N Dox, F Dos, Me .ij. 

— 19 /c enesteler, xV anhasteler, F -elier — 20 ck Et par le champ 
les ; ^P trovs, K trois, A^cops, F cox — 21-4 m. dt C — 21 3/'// 
La a — 22 [A) ; Jy I, {E Moillie) an s. tuit li c; K ioinchie, M 
ioncie — 23 « antraprochie; M"" Griefment se sont entracointiez, 
AA^'Jek Bien ont lor geus (3/' giex, M gieuz) recomencicz [Jy 
renouelez), / Issi entresamble se sont — 24 {A); n P. quot dex 
lo mont commencie, / Mais des que dex forma le m.; Jy cstorez 

— 25 (^'); F meillee, N mellee, M' melee, A menée — 26 A"" 
Nu, M' Ne, H Ou ; K Ne ou t. fust f., 3/' Nou en ferist t. coup, 
AEM La ot maint cop féru {AE done) — 27 3/ efFroassent — 28 
F Ou t. haumc; AP heume. 



ONZIÈME BATAILLE 123 

Ne OU plus dolorosement 
17130 S'entrabatissent mort sanglent. ijogo 

La n'ot onc joste aplaideïce. 

Li reis Prianz fu fors la lice 

O bien vint mile chevaliers : 

Les escuz pris, sor les destriers, 
17135 Sont avenu al fier estor. iJogS 

Très par mi Tescu peint a flor 

Feri Prianz Palamcdès, 

Que del cheval Fesloigne adès ; 

Par mi Tescu, qui d'or rogeie, 
17140 Li mist le confanon de seie. ijioo 

L'espee trait li riches reis, 

Puis si se met entre Grezeis. 

S'il a ire, chier la lor vent ; 

D'Ector son fil venjance prent : 
17145 Onques nus hom de son aage ijioS 

Ne fist de sei tel vasselage. 

Tant s'est le jor abandonez, 

Des murs de Troie fu mirez 

De mil dames, de mil puceles : 
17150 Sovent en oënt teus noveles ijiio 

Que lor font toz les cuers joios. 

N'i a nul si chevaleros 



171 3o 3/' sentreb. — 3i ÀP aine, £'Jainz, J pas; MN aplai- 
dice, /*' ne plaidice, L apledie ; A not ioustes aplaideices — 32 
{J) ; APMe hors ; n fors de, L ist de ; A des lices — 33 -^ .x. m.; 
n Ot trente m. — 34 « Toz adobez — 3b kn En [M Enz, n Si) s. 
uenu; n grant e. ; e En est u. {E -uz) droit a lestor — 36 (très 
m. à M); EN point, FM paint — 37 Fpalamides — 38 AP ses- 
loigne — 40 AT gonf. — 41 Af^ treit — 42 /c se fiert ; 3/' P. est 
fevuz; AH Si {H Puis) se m. (//mist) e. les g. — 43 M' Si\E le 
lor; A chiere lor, K molt chier lor — 44 M- fill, K filz ; A dont il 
lont fait dolent — 40 k O. mes — 46 i^ De s. ne f. — 47 APMe 
Toz, K Tôt — 48 M remirez — 49 X De pltfs de trei .m. p. — 
5o MWIM' oient ; K teles — 5i AP feit, eK fet ; n Qui (F Qe) 
toz 1. fait — 52 £ nus, ^P .j. 



124 ROxMAN DE TROIE 

Ne qui tant griet ses enemis. 

Tant lor en a le jor ocis 
17155 Que tôt l'en ont le pris doné ijiiS 

D'eus e de ceus de la cité. 

Bones guardes a près de sei, 

Qui de cuer Taiment e de fei : 

Ço sont si fil, qui font merveilles. 
17160 Lor espees portent vermeilles iyi20 

Del sanc de ceus qu'il heent tant. 

Deïphebus, li fiz Priant, 

Lor a une envaie faite 

Dont mainte grosse lance est fraite 
17165 E maint fort escu desboclé iyi25 

E maint chevalier enversé 

Pale, navré, de la mort près. 

Bien le refait Palamedès, 

E cil devers lui comunal : 
17170 Sovent lor ont livré estai, lyiSo 

Sovent les chacent e remuent, 

Sovent les escriënt e huent, 

Sovent lor font les dos torner, 



171 53 {A)] F grief; M' lor — 64 iV Mainz; F Le ior lor en a 
t. o. — 55 71 Qui t. (F tuit) j Kn ii o,; APek le p. len {K li) o. d. 

— 56 £■ cez — 57 ek G. a b. — 58 F soi — 59 F li f. ; W fill ; 
K cil qui i f. m.; M^ funt — 60 n an sont — 61 F cez; JV/haient; 
F an chient t. — 62 KM'N Deyph., M^E Deif., F Deyf. ; M' 
le filz — 63 n Une anuaie (F-hie) lor a f . ; Af" feite — 64 AP 1. 
g. e. freite; F Don m. 1. an furent f. — 65 EK Et mainz forz 
escuz desboclez {K desbordez); M' desbogie, M^ estroe — 66 F 
Et mainz cheualiers; EK desselez, MM^ -e; n Et m. bon c. 
uerse — 67 KN P. et n.; M P. et mort et n. et p., E Pales 
et naurez de m. p. — 68 M"" refeit; M Ml't le fait bien; F 
palamides — 70 (4); M^n liuroient, E uont liurer — 72 
{ACHI); F ocient; J crient et les h., B blecent et detuent 

— 73-4 interv. dans GR — fi (GIL); F fait les dous; N 
dox ; ABCDJek La ueissiez maint afoler, H La uoit on maint 
hom€ a. 



ONZIÈME BATAILLE 125 

Sovent lor font les chiés voler, 
17175 Sovent les rameinent ariere, iyi35 

Que mainz des lor remaint en bière. 
A l'estor vint li reis de Lice, 

Qui les suens de bien faire entice : 

Sarpedon esteit apelez, 
17180 Moutert vassaus e renomez, IJ140 

E moût ot gente compaignie 

E bien armée e bien guarnie 

D'eaumes e d'aubers e d'escuz 

D'or emboclez e d'or voluz. 
17185 Sor cens de l'ost ont pris le poindre, 1714S 

Les escuz pris alerent joindre. 

La rot si fait peceieiz 

De lances e d'espiez forbiz, 

La rot tant chevalier navré ! 
17190 La sont Grezeis moût relise, ijiSo 

Ci les ont il auques laidiz : 

O volentiers o a enviz, 

Les ont chaciez dous lanz e plus. 

17174 {R); I Et molt s.; L le chief; M^ S. i funt maint chef 
V., ABCDJky Et m. c. desor {M^ desus) bu {M le bu) u. [K 
seurer) [ABC de bu desseurer) — 75 (/) ; F ramoinent, G am., 
R remainent, N -oinent, L remetent; ABCDJky Et maint chier 
escu (£■ Et m. e. très) par mi fraindre [HMM' fendre) — 76 M"" 
maint; nL Si q. d. 1. r., G. Si q, maint an r., / Et m. d. 1. lais- 
sent, R M. d. 1. en iacent; ABCDJky Maint blanc {DHK Et 
m.) penon en uermeil taindre — 77 (ABCJR); iV An; F A 
lestoisir ; x uient; G fice, F rise, / lyce — 78 M siens; A atice, 
F atise — 80 AfM' iert ; M uassal, E uasax ; K Vassax esteit, 
n Ml't esteit proz — 81 n Ml't par ot — 82 F Ml't b.; 3/^ De 
riches armes — 83 M"" De heumes; ek Daubers et diaumes {K 
et dialmes, M de helmes) — 84 Af' enbogies, F anbocle — 85 
EF cez\ n lor, EK .]. — 87 n faiz; M'^ek La ot; e fier, M^ grant; 
F pechoeiz, K peceeiz, M perceiz — 89 3/' La ot, n La sont; 
e cheualiers armez — 90 M' ot, E ont; 3^ greiois tant; e reu- 
sez — 91 EF Si, G Cil ; F il ml't a. ; L Et cil ; AM resont il ; EL 
les font; ^ les ra len — 93 A tanz, APBCek treiz; AM ou p. 



!26 ROMAN DE tROIË 

Lors i avint Telepolus, 
171 95 Qui de l'isle de Rode ert reis : 171 55 

En tôt l'empire des Grezeis 

N'aveit nul meillor chevalier, 

Plus grant, plus large, plus plenier, 

Ne d'armes nul plus engeignos, 
17200 Plus hardi ne plus vertuôs. lyiô'o 

Cil amena tel mil Rodeis, 

Mieuz vaut li pire que uns reis. 

En la bataille se sont mis, 

Irié contre lor enemis. 
17205 Fièrent de lances e d'espees : iji65 

La rot testes ensanglentees 

E teint en sanc maint confanon, 

E si rot voidié maint arçon, 

Dont li seignor gisent a denz. 
17210 Enz el mi lieu del grant contenz ^7^ 70 

S'entrencontrerent li dui rei. 



17194 W Doncs, k Donc, ABC Dont, -4" Dune; ^ D. ia i uint, 
L Lores lor u.; (Telepolus corr.), M'^AA^BHJKM' neptolemus, 
FiW -omus, LiV neptholomus, G neopth., C neotol. (cf. 5014 
et IJ2I 2), E danz menaius — 95 M' corde, E cordrc; G est — 
96 e de — 97 A M' .]. — 98 M ne plus — 17199-200 interv. dans 
ek — 17199 M'^A engignos, 3/' -neus, /^ angineus, N -gnos, E 
-eus; K si angoissox — 200 F ardi; K uertuox — i M"" Cist; A 
Mil chcualiers auoil o soi — 2 M'ENk li pires; K Toz li p. 
ualt plus cuns r., M' Dont le pire u. mcx cun r., H D. li pires ert 
quens ou r., A Le pieur prisent a .j. roy — ^ AP Bien requièrent 
lor anemis, n Dire et de mautalant espris — 5 AP Firent — 
6 (/); ABCJek ot, F iot ; A chicrcs — 7 (/ Et taint), AP La 
teinst;jf An s. taignent (F toignent, G baingnent, L moillent) 
AA'BJky lluec ot {M ont, H ront) taint, C Et i. otant; / tant 
c; A^HKM' gonf., L confanons — 8 AP ot, / reut; x La rot 
{F iot, G ront) u. m. bon a. (L uoidiez mains bons arçons), 
AA^BCJky Et desgarni nî. (// tant) chier {A'^H bon) a. — 9 A' 
gisscnt; EF adanz, N adant — 10 AP lue, ekn Icu ; F containz, 
N -ant — Il H \\ conroi . 



ONZIÈME BATAILLE 1:^7 

Telepolus li granz, d'Argei, 

Feri Sarpedon en l'escu, 

Que d'ore en autre Ta fendu. 
17215 L'aubers fu forz, ne fausa mie; ij^l^ 

E la lance, que pas ne plie, 

L'a fait des arçons avaler 

E les dous estriers délivrer : 

Adenz chaï en mi la place. 
17220 E cil ne fist autre manace, iji8o 

Mais sus li corut maintenant. 

En sa main tint tôt nu le brant: 

Teus quatre cous l'en fiert o set, 

Dont cil vuide le sanc a hait. 
17225 Reis Sarpedon se resvertue, lyiSS 

Si a traite Tespee nue ; 

Un tel coup fiert Telepolon 

Que la cuisse o tôt le braon 

172 12 M'AA'BCIJky Neptolemus, G -omus, nL Nepth. [cf. 
5oi4 et ijig4); FMM' grant, / gros; {KL dargei), jîBC dargoi, 
AH darcoi, M' darioi, M dangoy, AP daugei, J -oi, El dalioi, 
G dauquoi, A'^ daucoi — 14 APN dor ; F De leus ; L Qe doutre 
en oltre, ek De soz {M Que soz, K Desor) la bocle — i5 M' 
Lauzbers, F Lauberz, MM' -erc; MM' fort; E nel perça — 16 
N ne brisa mie— 17 N Sel, AHM Le; L Les fist; 3/'A' deualer, 
J aueler ; F a la terre anuerser — 18 n estrics; Jtcy Et enz en mi 
le champ uoler {JM aler), A Ne pot mie tost releuer — 19 AIN 
chei — 20 £■ nan ; / fait; EMn menace — 2 r {A-BCJ) ; E M. sore 
li cort; K Anceis, A' Soure; ni iMais m. li est coruz, 3/" M. 
vers luj guenchist le destrier — 22 {A^'BCJ)', K trait; H Et t. en 
sa m. nu; ni Ou le brant {N branc) qui est (/ fu) esmoluz, M"" 
Sore li cort del b. dacier — 23 M le (., K li donc; / li a dones ; 
« De tex cops (F cox) la féru assez; C o scz, M' et sert — 24 n 
Don; M' ci, BCck il; M'Ekn voide, BCM' uide; Cn ahez, kB 
aet; / A poi ne fu tous estonnes — 25 I Mais, A'' Dans; H sar- 
pendon, L sapedon ; CF reuertue — 26 L Et; M- treite — 27 
nL Dont {F Don) tex cox (L tel cop), J Itel cop ; H .j. colp feri; 
APABCEFIJk neptolemon,iV nepih., HL -um, GM' neptolomon 
— 2S K coisse [éd. coifîe) ; M a tôt le, C iuqal, JM' iusqua, K 
-al, i/duscai, A/V tresqual; M" arcon. 



128 ROMAN DE TROIE 

Li a trenchiee. Cil rechiet, 
17230 E si sai bien, ainz qu'il se liet, 17190 

Amera poi sa vie e sei. 

Cist afie hui mais le tornei 

E ceus dedenz que plus nés fiere 

Estre lor gré, senz lor preiere. 
17235 Lor meslee, lor contençon, ^7^9^ 

Ainz qu'il chaïst sor le sablon, 

Dura assez, mais Sarpedon 

En fu li mieudre, ço savon. 
La bataille est moût aîriee : 
17240 Mainte ame i ot de cors sachiee. 17200 

Li reis Perseis i fu venuz 

plus de set mile ars tenduz 
Sa venue fu moût dotée, 
Quar mainte saiete empenee, 

17245 Trenchant, aguë e entoschiee, 17205 

1 est en sanc de Greus baigniee. 
Reis Sarpedon fut socoruz, 
Qui merveilles s'ert combatuz : 
Moutot sofert e enduré, 

17250 En maint lieu l'ont el cors navré; 17210 

17229 (C); M^ trenchee; Ben et cil — Zo K reliet, M'^k sen 
liet, M sen uait — 3i M K. .]. poy — 32 M' aseure, K affie oi 
mes — 33 AP qui — 34 E E. son g. — 35 N mellee ; R mcslees 
1. contencons — 36 EN cheist; R Einç kil fust chauç ce sauoms 

— 37 {CH); n Durast; B ce sauon — 38 M'k mieldres, AC 
mieudres,£'« miaudres ; M' le meudre ; B En eut le milior sarp. 

— 39 {ABG)] R iert m., n i est — 40 APy Maint ',EM i a; -4 du; 
M^ sachee, H sacie, AAf seuree — 41 £ perses — 42 en A p., 
Af P. ot — 43 M"" La — 44 AP saeite, M' seete; EF anpanee, N 
amp., M' emp., M empennée — 46 n Tranchanz; ^P entoschee, 
A/' -ochie, n ancochiee, K -oschiec — 46 M'^ baignée, M -ie, n 
moilliee, E lanciee; K Est el s. des grezeis b. — 47 K Rei — 
48 M^'K Q. molt si esteit {K sesteit bien) cumb.; M siert, N 
sest; M' Q. uasalment sert contenuz — 49 F ont, ÀP a — 5o 
AP lue; M Et en maint lou lo (F mainz leus lor) c. n., ek En 
plusors {K plos.) leus {M licuz, M' liex) lorent n. 



MORT DU ROI DE PERSE 1 29 

Meut l'a le jor fait vassaument, 

Mais de la engrossa lor gent. 

Li dus d'Athènes i avint 

E Aïaus, qui Logres tint, 
17255 Nestor li vieuz e Menelaus, 772 /i 

O plus de vint mile vassaus. 

Gez troverent trop loinz des lor, 

Qui trop orent seii Testor; 

Cil furent sempres envaï. 
17260 D'ambedous parz moût en chaï, 1^220 

Tant dont la terre fu jonchiee. 

Ci endurèrent grant haschiee. 

Li Troïen ne porent mie 

Des lor aveir socors n'aie. 
17265 Enclos furent dedenz Grezeis, ij225 

S'i fu ocis li reis Perseis 

E moût des suens : ço fu damage. 

Moût mainteneit cil le barnage, 

Grant lieu teneit a ceus dedenz : 
17270 Moût par en fu chascuns dolenz. ij23o 

17251 {A""); AE lot; M'' feit; n M. lo fait lo i.; EN uasalment, 
F -aument — 62 {J); N angr., F angoissa, A/' sengroissa, A 
sengressa, / si grossa, E enforca; M' Tant quengroca de la lor 
g., H Es nos la force de la g. , -4 "^ M. deuers lost uienent grant g. 
— b^A^EMn ayax, K aiax; N lespie, MW les gries, C 1. grez, 
EFGL 1. grex, M 1. griex, K I. grieus ; A"" maintint — 55 M^KM' 
vielz, EF uialz, A'' uiauz — 56 E .iij. m. — 5y M"^ Cesz, EF Ces, 
KN Celz, M Ceulz; KN molt; F loig, les autres loing — 58 
3/* Auant; Me o. t. s. [E sui, M siui), n Quant o. sau an — 59 
iVf Ci; F enuahi, N -ai, ek asailli — 60 F Damedous, N -ox; 
EN chei — 61 F don la t. an est; N t. est; Ek Des morz est la t. 
i., M' Dels estoit la t. i.; M"" ionchee, K ioinchiee — 62 HAIn 
Cil, jyp Si, E Qui; ;z la h. ; H endurent ml't g. h.; M"" aschec, 
N hachiee — 64 {GL); F Des or auoit ; K socors, les autres 
sec; L naide — 65 n antre g. — 66 MM'n Ci; F O. i fu; M^ 
perses li r. — 67 HM' des autres cest {H c^rt) ; M^ cest grant 
d.; e domages, J -aige — 68 e lor barnages; M M. auoit en 
lui uasselage — 69 AP lue, EKn leu — 70 ^ prianz d. ; 3/ M. 
en par furent tuit d., AP Et molt p. sen firent d. 

Tome III. g 



l5o ROMAN DE TROIË 

Por lui del tôt afebleierent 

E merveilles s'en esmaierent. 
En l'estor n'esteit pas Paris, 

Quant li reis Perseis fu ocis : 
17275 Entor le rei Priant s'estot, /72J5 

Avuec ses frères le guardot, 

Qui moût i font chevalerie. 

Sarpedon e sa compagnie 

Fu desconfiz : trop i perdirent; 
17280 Onques mais gent tant ne sofrirent. IJ240 

Moût fu navrez, moût fu bleciez 

Par mi le cors de dous espiez 

E par le chief de treis espees : 

Les dous en furent embarrees 
17285 Par mi le heaume jusqu'al test. 1^245 

Tel le veient cui moût desplaist 

Que poi en prenent de venjance. 

N'i ot puis autre demorance : 

Par dreite force e par jostice 
17290 Les hurterent jusqu'à la lice. ij25o 

Se lors ne fust Prianz li reis, 

Moût en eussent le sordeis ; 

17271 CM^ afleboierent, M afloibirent, « afebloirent — ']2 K 
Et durement, C Et a merueille, M K m.; n esbairent — yS APK 
A — 74 G perssois, A^L perses — 76 A"^ Auoc; M'^ sesteit, A 
sestait, ekn esteit — 76 CA/' Ouec, EMN Auoec, M"" Auoc, GKL 
-ec, F AUoc; M"" gardeit — 77 n m. firent — 79 nK ml't — 80 
WMen genz; /iCsouftr.— 83 APAEk E enz el c, K Parmi lo c; 
A .ij., M^ .iiij. — 84 n Si queles; K Et li f. bien e. — 85 {A)\ 
i\/^heume tresquau; E desquau, A^ dusqual, A iusquau; M' Par 
mi le chie de si au t. — 86 N Tex, M' Tiex; E le uirent, n lo 
mire; K quil, M' qui; -4 T. mil le uirent, A" Pluisor le uirent; 
AA^ cui d. — 87 M Qui, K Et; M^AM len; n Mais pou an p., 
A^ Et por rependre; N pranem; e Qui por lui an panront {M' 
prendront la) u. — 89 M P. uiuc ; ekn iust. — 90 E tresqua, 
N iusquan, M^M dreit a; A' lor 1. — 91 3r Se doncs, A Se 
dont, k Sadonc, F Se lores; M' ni — 92 3/M Mar i asemblast 
{A fust assemblez); n la i perdissent (Fia p.) de manois. 



MOkt DU UOÏ DE PERSE l3l 

Trop i perdist la soë gent. 
Mais il le fist moût sagement, 
17295 Quar treis mil chevaliers esliz iy255 

Lor fist guenchir en mi les piz : 

O les fers trenchanz acerez 

Lor depercierent les costez. 

Teus treis mil lances peceierent, 
17300 Que en vermeil sanc se baignierent. I/260 

L'espeisse i fu grant e li tas; 

Sor les heaumes ot si fait glas 

Des espees d'acier trenchanz, 

Se lors ne fust li reis Prianz, 
17305 Tel perte i receiist sa gent, ij265 

Dont toz jorz mais fussent dolent. 

Sacheiz que grant esforz i firent 

Cil qui devant le pas guenchirent : 

Tant sofrirent e endurèrent 
17310 Que tuit li autre s'en entrèrent. i'j2yo 

Mais il i furent trop grevé, 

Quar Greu sont sor eus recovré, 

Qui par mi le pas les ont mis. 

Trop par fussent iluec maumis, 



17293 {AJ)', My T. i perdissent de (>i la) lor g., n T. laidis- 
soient greu lor g. — 94 M-AJky le [M la) firent s. [HM^ noble- 
ment) — 95 E tel m. — 96 {AG)\ M'^ek Lor guenchirent; M le p. 

— 97 -E Qui as — 98 n depecoient — 99 A/^ troiz. K trei, e .iij.; 
M"^ cenz; n Quatre c. — 17300 [A)', n Qe; J/'3/ s. v. ; M' ure- 
meil; M''M moillerent — i (A); EK Lcspoissc, 3/' -oise, Mn 
La presse; K i est; M'^AEkn granz — 2 M'"- heumes; e fu 
granz (3/' grant) li g.; AP feit — 4 M"^ Se doncs, k Sadonc; 
3/' ni — 5 {GL)\ n T. p. i aust de; F ses genz, AP lor genz, 
E 1. gent — 6 F Don, e Que; M fust; AP dolenz, F -anz 

— 7 « granz; F esfort — 8 G ionchirent — 10 {R)\ K Q. li 
altre t. ; APx enz e. — 1 1 F graue — 12 ^' griu, AP gric, M 
grieu; K rctorne — i3 AI Et — 14 F furent, AP les ont; AI 
illec, M' illeuc, K ilec; An T. (F Ml't) en eussent morz (n mort) 
et pris. 



l32 ROMAN DE TROIE 

ijSiS Mais la geude se fu rengiee i'j2'j5 

D'ambedous parz de la chauciee, 

Qui traistrent engeignes aguës 

E granz saietes esmolues 

Si grant foison, si grant plenté 
17320 Que toz en est li airs troblé. 1^280 

Navrez i ot treis cenz vassaus 

E getez morz cinc cenz chevaus. 

N'i ose hom descovrir la face. 

Se auques fussent en la place, 
17325 Perdissent i de grant manière, 1^285 

Mais tost se retraistrent ariere : 

Por quant s'i laissent maint destrier 

E maint bon cors de chevalier. 

Torné s'en sont, li chans est lor : 
17330 Moût par l'orent bien fait le jor. ^7^90 

Par plusors jorz se combatirent, 

D'ambedous parz moût i perdirent : 

Contes, dus, amirauz preisiez 



173 r 5 M^'K gelde; nM gent si se fu [n se fu bien) r. {n rangée) 
— 16 M"^ chaucee, K chalciee, M' trenchiee; nM De lautre 
part deuers lantree — 17 M"^ trestrent, ekJ traient; J e. t.; M' 
engienes, C -ines, E angegnes, M"^ enjagnes, J engengnes, A^BH 
-aignes, A aganes, Mn saietes — 18 Mx Et; 3/' seetes, G angai- 
gnes, ^V -ignés, LM eng,, F espees ; Mx bien e. — 19 F granz; 
^F foisons; -E Tant fort, MM^ Tant (v.f.); eM et a si grant 
{E granz) plantez {M' plentez) ; K Tanz et a tanz si g. p. — 20 
E eirs, TV ers; n Q. t. (Af' tout) li airs {M' air) en e. ; Jf'e tro- 
blez, LAf torblez, Ftramblez; K Q. li ciels en est tôt troublez — 
21 FM' Naure; M ont; nk .v. c. ; E uasax — 22 M'^K gitez, E 
-iez, N -ie, M -e, F giete, M' iete — 23 M' Ni osent, E Nosoient; 
M honme; n Nus ni ose d. f. — 25 M il; M"" la p.; M^'M a g. — 
26 n Ml't se r. t. a., e Mes il (£" tost) se sont retret a., k M. t. se 
resont trait a.; Nk arr. — 27 e lessent i — 2S En bel, M' biau, 
K buen — 29 M' Tornerent sen le champ fu 1. ; K Tornez — 3o 
(ABHJJ); M' feit; C lont b. f. icel i. — 3i {EHN iorz), MWIJM 
iors, A"" lius, B liex, CFK foiz (m. à M') — 32 F Damedous, N 
-ox {formes ordinaires) — 33 M amirax, K -alz; EN prisiez. 



TRÊVE : AGAMEMNON RAVITAILLE l' ARMÉE l33 

I ot mout morz e detrenchiez. 
17335 Prianz li reis i ot grant pris, IJ^Ç^ 

Ensi corne en l'Estoire truis : 

Mout en navra, mout en ocist 

E de riches prisons i prist. 

Mieuz l'a li suens cors fait dous tanz 
17340 Que trei de toz les mieuz vaillanz l'jSoo 

Qui seient de ça ne de la : 

Senz nul desdit le pris en a. 

A merveille s'en esjoïrent 

Trestuit li suen, quant il Toirent. 



Trêve : Agamemnon ravitaille l'armée. 

17345 Quant ço rot grant pièce duré, ij3o5 

S'ont conseil pris en la cité 
Que triuës querront as Grezeis, 
Ne truis pas quanz jorz ne quanz meis. 
Li message vindrent en l'ost, 

17334 JVf I otochis; J/' detrenchez — 35 {AI)) kyCJ \\ bien 
apris, A" ce mest auis — 36 {A) ; ekCJ De cest estor (Af' cex de 
troie) ot tôt le pris, H Ot de cels de troie le p., n Si con ie an 
lestoire (F cest liure) lis, / Chou dist lest, u iou le lis — 38 (/) ; 
M' Et maint riche prison, F Et estrange de riches — 3<^ M M 
sien c, M le son c; Af^Mielz la il sols feit treis itanz, A II la 
m. f. seul t. itans, / Miels i a f. il sens t. tans, L Et uos di bien 
quil fist .V. tanz; n ses c. f. cent itant {N tanz) — 40 / trois, 
AEL .iij., M"^ dous; M Q. li troi nont des; e plus u.) F Qe t. 
des autres mialz uaillant; M"^ miels — 41 iV et de la — 42 ^ defoi 
— 43-4 m. à X — 43 [H) ; E A meruoilles ; AIR M. sen sont esioi 
{R -is) — 44 BH Trestot; BM sien; H icil qui ce o.; EM le 
uirent; IR Si fil cant il o ont (/ sa gent ki lont) oi, A Toute sa 
gent et tout sil fils — 45 {ABGL); M"" ce ot, F ce iot; IR longe- 
ment d, — 46 /// C. o. p. ; iW^^i^Ar p. c* Af' p. congie; /? et 
endure — 47 [R); K trieues; ^PM'k vers — 48 Fek Ne sai; M' 
par; F quant — 49 FM^ mesage, E -ier; F i uindrent. 



l34 ROMAN DE TROIE 

17350 Ço qu'il quistrent troverent tost : lySio 

La triuë ont Greu aseiiree. 

Quant d'ambes parz fu afiëe, 

Donc furent seveli li mort. 

Troïen ont grant desconfort 
17355 Del rei de Perse qu'ont perdu : Ij3i5 

One si granz dueus veuz ne fu 

Corne en ont fait les soës genz. 

Ha! quel damage a ceus dedenz ! 

Corne il en sont ore afebli ! 
17360 Moût i aveient bon ami : ij320 

Moui mainteneit cist bien Testor, 

Moût i ont perdu bon retor 

E bone aide e bon conseil. 

17350 K Co que — 5i AM' treue, K trieue; M^ grie, M' grieu, 
K griu; Fk ass., M' acreantee — 52 A"" Et; HAP danbe pars, C 
danbaus p., EM de .ij. p.; ^* lont bien iuree, CJMy lorent i.; K 
Danbedeus p. lont affiee, An Et cil dedenz {n de la) bien a., M"" Q. 
el fu b. aseuree — 53 M^ Doncs, A Dont, n Lors, A^'BCky Si ; M' 
firent seuelir les mors; A'^K sepeii — 64 EHJMn Troyen; M' 
Troiens est grans desconfors — 55 {AGLR)-, I de gresce; AP D. 
r. perses quil o. p., A'BCJky Quant {A^ Que, AP Car) p. ont le 
roi de p. — 56 FG On, L Que; FG grant duel; N diax; / Ains 
mais aussi g, duels, R Onkes m. si grant d.; A Ainz le pieur vcu 
nen fu,3/'^Trop lor en est mesauenu, A'^BCJky Ml't par en ont 
la color perse — b-j {AL) \ R C. en firent 1. sues g., / C. en fisent 
la soie g., G San o. f. les sienes g., AP Grant duel en funt 1. soes 
g., M' Duel ont por li toutes ses g., H Dels fait por li toie li 
g., A^'BEJk Trestuit {B -ot) li plusor de lor {Ek ses) g. — 58 
{AR)\ FG qex dom. a ces d,; A'^BCJky Tant par ert [M iert, 
M' est) [E T. estoit) biax {A"^ bels) et prcus (// p, et b.) et genz 
— 59-60 interv. dans A'^BCJky — Sg 3/' Cum, G Comme ; n 
tuit, L ml't (m. à G); HIM afoibli, BGe aflebi; /Laidement en 
s a., Jy Dolant en s. et a., A'BCk Ml't en sont dedens a. — 60 
(/); jc Con i; A'^BCJky Quil [K Que) nel [BW ne) porent 
(J33/' pueent, K poent, M pooient) mètre en obli — 61 [leçon de 
AIR); AP sist b. lestor, A^BCJkny Et {ek Car bon; ^' Kar) ml't 
(^' trop) m. b. lestor — 62 (//J); M' Trop; A7^ buen, C boen, 
B lonc ; AIR secors; C boen seignor — 63 KM' bon, R buen; 
nMR ami; KR et buen ; AP conseill, n -oil, A -cl. 



TRÊVE : AGAMEMNON RAVITAILLE l'aRMÉE i35 

N'aveient ami plus feeil : 
17365 Por tant en mostrent bien semblant, i';325 

Al duel qu'en font, petit e grant. 

Del champ fu li cors aportez : 

Quant en la vile fu entrez, / j32S 

Onques nus hom tel duel ne vit ij33o 

17370 Corne en firent grant e petit. i']33i 

Sis niés Mennon n'a soing de rage : iy333 

Por un petit de duel n'enrage. 

Moût le regrete e moût le plaint : 

Si fait sa gent e autre maint. jy336 

17375 Paris, sor ceus de la cité, I733g 

17364 F nul si bon, ek ami si, N plus meiilor, R en un plus; 
A feel, M"" feeill, En feoil — 65-6 interv. dans n — 65 nA Por ce, 
/ P. chou, R Par ce, // Et il ; ^' san ; AP monstrent, F mostroicnt, 
N mostrerent ; M' en mostrerent s. ; E bel s. ; IR mostrent très {R 
treis) bien s.; N sanblanz — 66 {AR), HIM'k que; n Fier (F 
grant) d. an f. ; N granz — 67-86 m. à A — 68 A'BCJky aj. ce v.: 
Ne [Ek Nan) sont mie trop esioi {B -is, L -iz), et ^' celui-ci: Nen 
i ot nul ne fust maris — 69 {GL)\ CJ noi ; M' Aine mes si grant 
duel hon ne v., A'A'^BDJky Car onc {A^H aine, E einz, A' ainz) 
tel d. {H tes cris) nus h. (D n. h. t. d.) noi [A'BE tels dels ne fu 
ois), IR Ne fu mais si grans doelx ois — 70 IR Chascuns en estoit 
{R Tuit se tienent a) mal baillis {R hzxWç), A^ A'' B CD Jky Corn (B 
Que) tuit (t. m. à E) en font {A"" en f. tôt) g. et p., puis ce v. : Ce 
conte (aW mostre) lescriture (y li escriz) et dit {A^ Si com recon- 
tent li escrit) — 71 (GL) ; /l'3/' Menon, C Memon, EG Mannon, 
J M.Qm\ovs,\ A' A'^BCDJky M. s. n.; IR al fier courage, H de cel 
damage, A'^x quen tient a sage; M ne rage, CM' doltraie — 
72 {IR)\ xy Par un p., A/'jB A par un poi, K Car por un p., 
A"" A poi que il, M A poy se tient; xHKM' que il; / ne sen esr.; 
A'HMM' nesrage; C P. en faut de d. enr., J Por un poi de d. 
non e., ^' Par .j. poi quil ne sen anraige — 78 (^4'/) ; F regreite ; 
A^HKLR r. m.; M^ pleint; C et plore et p. — 74 M"" Si feit sa 
genz e a. mejnt, IR De duel faire point ne se faint, A'A'^BCJky 
Le uis a ml't [A'^ en a) {H M. a le u.) et pale {CK en ot paille, 
K pâli) et taint, puis ces 2 v. : Nus ne le uoit nen ait pitié {K 
Nul ne lesgarde nait p.) Paris ra {A^CH a) ml't le {Ay son) cuer 
irie — 73 Z. Et cil; 3/' celz, x toz; A'A^'MCJky Sor trestoz cels 
{EH ces), IR Desor toz chiels. 



l36 ROMAN DE TROIE 

L'a le jor plaint et regreté. 

En un temple l'ensevelirent, 

D'emperiaus dras le vestirent. 

Treis jorz e treis nuiz le veillierent, 
17380 Petit i burent e mangierent. 1^844 

Entre tant dis esguardé ont 

Qu'en son pais Tenveieront, 

E si gerra a grant honor 1734g 

La ou gisent si ancessor : 
17385 C'est lor conseil, c'est lor esguart. 

Treis jorz veillierent, mais al quart 

Se sont o tôt mis a la veie : 

Estranges pueples le conveie. 

Com plore al départir Prianz iy355 



17376 RIÀ z. paris, / La parys ; ;c La o lermes ml'i r, — 77-8 
m. à E; 77-82 m. à H\ 78-9 m. à F ^ 'j'j A^M lensepelirent, R 
lesepell. — 78 ^ Demperial drap — 79 {A^'GILR); A^M .iij. 
n. et t. i.; M'A'BJek gueitierent — 80 JVr Peti; F boirent; IR 
Poi i b. poi i m., BDJky Quil {B Cainc, K Que) ne burent ne ne 
m., A'A*C Quonques {A'C Que il) ne b. ne m. — 81-2 A"* donne 
d'abord la leçon du texte critique, puis Vautre — 81 {A^IR); x 
Antretandis; 3/^ ont e., Fesgarderont; ^'JSCDJAry Esg. o. entre 
t. d. (£■ antrax t. d., A^ et conseil pris) — 82 [1R)\ A^ Quen sa 
terre; M^ sera porte, N lan porteront; A'A'^BCDJky donnent ces 
3 V. : Que de sa gent (C ses gens) li meillor dis Len remenront 
{E manroient, A'^CJ porteront) droit (-4' porteroient) en [K Len 
merront dessi quen) sa {JK lor) terre {E hors de la guerre) La 
le metront [J len merront) hors {A^ Iqui gierroit fors) de la 
guerre {E Sel conduiroient an sa terre, A'^BCk Si [M Ci) ert la 
{A^'K La sera) mis li cors en t.) — 83 N lluec, FGL Illoc; nG 
girra, R géra, / gira, AP ierra ; A'A'^BCJky "^icn (C Biens, ^' 
Drois) est que [y quil) gise ; / Si g. a plus g. h. — 84 [A''ILR)\ 
// La u ; CGN gissent, BJky sont tuit {H tôt); M li; 3/' anccisor, 
C -issour — 85 A"^ consels, C -aus; A"^ esgars; B et 1. csgart; 
JR Par cest c. par cest e., M^A C. c. ont e c. e., Jny Ce trouè- 
rent an 1. e. — 86 IPBCJky le plorent; .4" T. i. p. quant uint 
li quars ; BK et au, C puis au — 87 EFk a tôt, BH trcstot; A 
A tant se sont — 88 M'^MM' Estrange ; M^ poeples, KN poples, 
BM' pueple; A^ pules les c. — 89 en Ml't, A Et; 3/' priant. 



trêve: agamemnon ravitaille l'armée iSy 

17390 E sis niés Mennon li vaillanz! 

Com fait duel Paris i demeine! 

Moût s'en retornent a grant peine. 

Angoisses fu moût li conveiz: 

Pasmerent sei par maintes feiz iy36o 

17395 Plusor de ses charneus amis ; 

Mais sor toz est destreiz Paris, 

Quar moût l'amot de grant manière. 

Icil errèrent o la bière 

Dedenz un curre riche e bel, iy365 

17400 Dont plus valeicnt d'un chastel 

Sol les pierres e Tor vermeil. 

Par lor gré e par lor conseil, 

Si faitement ert embasmez 

Que la chalor ne li estez 
17405 Nel poëit faire mal oleir. 

N'est mie morz del tôt senz heir, i'j3j2 

Quar dous fiz a beaus de sa femme, 



17390 (AA'^HL); aM' son nies; FM' menon, EG mannon, J 
mennors; M' le uaillant, Bk et drians; C Memon s. n. et moites 
ianz — 91 NMl't; AP fait, 71 grant; Bek P. estrange d. d. — 92 
N retorna, F -e — 94 ÀP si, E se, M il, A euls — 95 FM' PIu- 
sors; iV charnels, Men -ex, K -aus — 97 -^ Que; F Dolanz 
estoit; M a g. — 98 (ABCJ); AP lanbiere ; H Apres ont colcie 
la b., £ Cil quel meinnent ont mis la b. ; L Et cil oirrent, AI' 
Le cors mitrent; LAP a [M' o) tôt la b.; N {2* main) Regretoit 
lo par grant proiere, F Car cil lamoit damor antiere — 99 H 
sarcu ; B cuevre net et tel — 17400 EF Don; n iialurent — i Al 
Sor; E lors uermauz, APkn lor vermeil, AP le urem., -4 lor uolus 
— 2 M' P. le los et p. le; E grez et p. lor consauz; A Fu 
li cors ml't bien ens cosus — 3 [J); AP feitement; APM iert, 
FAP est ; K Ert si f. ; iV anbaumez — 4 M'JNek chalors, F ca- 
lors; M'n e li — 5 J Ne; H poroit, K porreit, M"* poent, JMe 
porent; H mie f. o. ; J maie o. — 6 AP il rois m., H m. li r., 
AI mort de tôt (morz m. à K); E II nest m. del t., IR Nestoit 
mie m. toç (/ fenis) — 7 (GL); APAIR I>. biaus f . ; AIR auoit 
de sa f., APBCJky a de sa moillier. 



i38 Roman de troie 

Qui après lui tendront son règne. 
Ensi avint a celé feiz. ^7^77 

17410 En Tost des Greus sont moût destreiz : 

Une chierté i ot si grant 

Que uns pains valeit un besant, lySSo 

La char d'un buef dous mars o treis. 

Palamedès e li Grezeis 
17415 Pristrent conseil que il fereient 

Ne queus d'eus i enveiereient. 

Ne sai se fu par mauvoillance, iy385 

Mais ço sai jo bien senz dotance 

Qu'Agamennon i fu tramis, 
17420 Qui de rien ne s'en fist eschis. 

Palamedès l'i enveia, 

E cil de rien nel refusa. ^73go 

De grant sen ert : ne voleit mie 

Que noise en sorsist ne folie 
17425 Ne destorbier ne desacort : 

17408 [AI); R tindront, n tanr., L retendront; x t. a. lui lo 
r., AP s. r. auront a baillier; BCJky dével. en 3 v. : Qui par 
tens seront (J P. t. en s., eM P. t. esteront) cheualier Meillor 
(3/' -ors) nullui {HM^ nulieu, EK nul leu, C de lors, B des .ij.) 
nestoura (//nestauroit, B nestaura) (M mil nen estoudra) querre 
Bien (H Cil) maintendront [B -tienent) en [H a) pes sa {k la, C 
lor) terre — 9 DL Einsint, E -inc; F cesie f. — 10 3/' d. gries 
sunt molt d., M dehors furent d., en estoit chascuns d., AT ot 
assez des d.; L Et lost e. issi d. — 11 M^FMe cherté — 12 {A)-, 
M'^K peins ; K Uns p. i u. un b., APAEM Quns p. u. plus dun 
b., A/' Cum p. uendoit on .j. b. — 1 3 £" chars ; K bof ; A mois — 
14 F Palamides [forme const.) — i5 M^ faroient, L feront; K 
quil la f. — 16 e/f Et; M^ quels, F qex, MN quel; eK les quex 
i; L le quel i enuoieront — 18 kM' M. itant {KM' ico) s. b. [M' 
ge); E tôt s. d. — 19 JV/ Ag., E Quagamannon, F Qe agamenon; 
APek i a — 20 -4 Q. ne sen f. de rien e., A^E Q. nestoit p. bien 
ses amis, M*M'k Cil q. nestoit p. s. a., / Ki ml't le fist volen- 
tcis — 2\ A y c. — 22 [A) ; M Ne il ; iV/' Et cil voluntiers lotreia 
— 23 A/' sens iert ; Ek Sages hom e., M' S. estoit — 24 M* Qui 
s. n.; M Q. mal, e Q. max ; M' enforcist, A i sourdist — 25 
A/'F dcstorber, E -icrs. 



TRÊVE ; AGAMEMNON RAVITAILLE L*ARMÉE I 3 9 

Meins en fussent vaillant e fort. 

O chevaliers e o serjanz ijJgS 

Proz, défendables e aidanz, 

Fist Agamennon cest afaire. 
7430 Ainz que il fussent el repaire, 

Orent a Thesidas tramis 

Por vitaille de lor amis ; / j4oo 

Si firent il a Garantes, 

Ou il en troverent adès. 
7435 Par Demophoon repairierent : 

Iluec vos di qu'il se chargierent, 

Quar la terre ert planteurose ij4o5 

E de trestoz biens abondose. 

En Mese alerent, n'en sai plus : 
7440 Comandé ert que Telephus 



17426 AI* Meinz; e An f. mains; ek hardi et (e ne) f. — 27 
« serganz;// Od c. prous et puissans — 28 « desfandables, A 
-sables; AP Forz et hardiz, ek H. et preuz ; H Et bien h. b. 
a.; APek e bien a. ; N aidenz, F ardanz — 3o E Einz que; 
«^/ Et (/ Mais) a. quil f. {A furent);// al r. — 3 1-2 m. à M 

— 3i {AA'A^BCDGIJL); R tcsidas, n cherides ; // O. tant por- 
cacie et quis— 32 {AA'A^BCDGIJL) ; F ses a.; iV/M Por la v. 
del pais, H V. asses a lor a. — 33-4 m. à DHM' — 33 L furent ; 
WBCIk II estaient, A" Il uenoieni, EJ Puis alerent ; APEGL 
quarantes, A^'K kar., IJ karentes, ABCR car., F qaraides, N 
quatontes — 35 (/ demophoon), R demonfoon, ktiL demophon, 
Af^CG demonphon,^ -foin, A'BEH -fon, DM' damofon ; {IR d. 
r.), les autres sen r. — 36 K Ilec, A^M lUec, F Illoc, JM' Illeuc ; 
n que, R ke ; M'Je sen ; i^PF chargèrent ; H quil herbergierent 

— i-j L est; A mTt plantiueuse; A'A'^BCDJky Caria contrée ert 
(D est) plenteiue (yl'/Z ml'i plentiue, J ère p., B estoit p.), AP 
C. planteiue esteit la t. — 38 {GILR); n Et de toz b. ert a. (F 
abitose), A'BCDJky De uin de ble {A'BJMe De b. de u., K De 
pain de char) doile {A"" dolie, D duile) doliue, 3/' De ce qui il 
aloient querrc — 39 Bex A; {IR mese), AP meise, A'BCLkn 
messe; H Lor mesage font; APHM ne — 40 {IR);J C. fut; 
M'^ABCDJky Car mande; x Comanderent a thel. ; EJR the- 
lefus, k tel., A stelephus, B thesephus,* CHIL theseus, DM' 
thedeus. 



140 ROMAN DE TROIE 

Enveiast en Test le forment 

Del règne tôt qu'a lui apent ; i'j4io 

E il si fist senz contredit. 

One nus hom tel joie ne vit 
17445 Corne il a Agamennon faite. 

Quant la chose li fu retraite 

De la prince, que ert muëe I74i5 

E a Palamedès donee, 

E corne il l'en aveit soztrait 
17450 Par felenie e par aguait, 

Moût l'en pesa, grant ire en ot ; 

Onques plus rien ne li desplot. 1^420 

Mais Agamennon li a dit 

Que ne de grant ne de petit 
17455 Ne l'en pesa, ainz en fu liez ; 

Ja mare en sereit point iriez : 

« Tôt de mon gré demis m'en sui; iy425 

« De rien ne me torne a enui. » 

Moût fu bien faiz icist afaires : 



17441 X Quil (G Con, L Qe) anu. an lost fromant (F forment); 
E del ï.\y froment — 42 [HL] \J De; APFG qui a 1. a., R quel 
tint qui a.; A Du roiaume qui li a. — 43 kJL Et si f. il : M' se f. 
sans — 44 APK Onques nus {K riens) ; M Onques t. i. rien ; j" N. 
h. t. i, {H ne loi) mes ne u. — ^b M Conment [v. f.); M' Cum 
il aguam. a feite — 46 i/Q. la parole; AP retreite — 47 -L lor; 
[M'^AK prince), M -ez, EN -ie, F -iee ; M"" quil iert ; A qui ert ; 
EK quert remuée; M Que la p. iert r., JVf De la seignorie m., 
// Que la s. est m. — 49-50 m. à DHM' — 49 ^ il en ; BCEJk 
Com il len auoient s., L Qui li auoit ainsi s.; M'L sostreit, BJM 
-ait, E -oit, R sustr., Fsoutr,, ^fors trait — 5o APBCJe félonie, 
K traison ; C et por ; B esgait, M^CJ agueit — bi H li ; F ml't i . , 
K g. duol — 52 nK riens ; ky r. p. — 53 F agamenon ; n li redit; 
A M. rois a. li d. — 54 « Q. ainz de — 55 3/ li ; F einz, H lo^ ) A 
ce li dist bien — 56 A/^ ia i.; n mar de ce sera i. ; 3/' Ja mes ior 
ncn s, i., A Ja mar en doutera de rien — 57 K De g. feit il, K A 
escient; J en sui, Fk me s. — 58 « Qe, AfNe; ATw riens; En man ; 
BCJ anui — 59 Fk fait, Af' feiz; AP icest, F ici!; M afaire; Jy 
Ml't firent b. toz (// tôt) lor afaires (// -e), / M. par fu b. f. cis a. 



TRÊVE : AGAMEMNON RAVITAILLE L ARMÉE 141 

17460 S'il esturent, ço ne fu guaires 

Lonc tens fu puis enavancie 

L'ost de vitaiile e replenie. i'/43o 

Tant dis se rest apareilliez. 

Corne sages e veziiez, 
17465 Palamedès par son grant sens. 

Moût ot grant vice e grant porpens : 

Les nés refait apareiliier / 'j435 

E bien horder e chevillier. 

Iço faiseit moût bien a faire, 
17470 E moût lor esteit nécessaire : 

Que qu'avenist ne que que non, 

Ço esteit bien dreit e reison 1^440 

Que lor nés fussent aprestees 

E guarnies e atornees. 
17475 L'ost guarni bien de totes parz : 

Bien fu creiiz li suens esguarz. 



17460 Af Si; n Sil i (F Si li) furent; / Sil demourerent ne fu 
g.; HM gaire — 6i 3/'en Avancie, //bien auancie, / amananiie; 
E an fu p. a.; n an fu loz manantie [F replenie), K enpres fu bien 
garnie — 62 3/' Losz, EHK 'Loz ; n Et de u. r. (F bien garnie) ; 
M^ Lost et de u. r. {v. /.) ; M replanie — 63 EMn Tandis, K 
Tanz dis, H Entrax ; E rert aparelliez, DM' sont apareillie — 64 
M C. sage et conme uaiziez, H C. saiue home et uesie ; DM' 
s. et auezie; M^ veiziez, EKN ueziez, F ucciez — 65 A'^EHk par 
(//ot) ml't g., n qi ot g., //ot ml't g., M' qui ml't a, / en pluisors 
— 66 en blanc dans F; DHM' Od (Jf A) soi meisme a son [DM' 
pris) p.; fc M. a g. uisde, E G. ueidie a, A"^ Cum cil qui ert, GLN 
Et ml't estoit, / M. par e.; A^GILN de g. p. — 67 A/'// a feit 
[H fait), AEJMn refait, K ont fet ; M' Des n. fere a., /Les n. ra 
faites atorner — 68 « Renoueler; ek b. border, J reborder, H 
bien tellier; / Rafrescir et renouueler, M' Car ancor lur ouront 
mestier — 69-74 m. à H; 71-2 m, à DM' — 71 (BCJ) ; M Que 
que uenist ; n Que que a. ne que (F que qe) n. — 72 {M' dreii) , 
M' droit, BCEJkny droiz, A drois — 73 M^FMM' les n.; F neis; 
K atornees — 74 en blanc dans F; K aprestees, LN conrees — 
75 [A^H); L B. les g.; N garnist ; G de^totes pars — 76 {A*L)\ 
M'Ik C. est b.; HM' tenu li suen esgars; G li siens ergars. 



142 ROMAN de tROIE 

Anoner a faites les tors, ^744$ 

Sin ont asises les plusors 

De teus qu'onc mais ne reguarderent. 
17480 Dedenz moût bien se ratornerent, 

Quar, la ou il sont meins seiir, 

Font hautes tors e contremur, i'/45o 

Fossez e vaus e desrubiers. 

A force trenchent les rochiers ; 
17485 Lor defensions apareillent : 

A ço entendent, a ço veillent, 

A ço laborent chascun jor ; JJ455 

Poi ont repos e poi sojor. 



Achille amoureux de Polyxène; il défend à 
ses hommes de combattre. 

Quant icil anz fu acompliz 
17490 Qu'Ector fu morz e seveliz, 

17477-8 m. à A^ — 11 ^ Annoner; M^'BCGlLky Auironer (G 
Anuironner) a (L ont) feit, F En ont afaire lesto [sic) — 78 
ABCLMcn Sen, G Ses, H Si ; AP ot, C a; / Si en sont garnies p., 
E San s. g. les p.; N anplies; HJKM' des p., M'^BM de p. — 79 
F De ccx; FJ com, M'^BHJ quainc, ENk quainz, A conc, G qui, 
M' que; C meus; G ni; L dont il ne se gardèrent; A^ Cil dedenz 
pas ne soblierent — 80 [ABI)\ E Cil dedanz b. se; CF retorne- 
rcnt, H racesmerent; A"^ Et nuit et ior bien satomerent — 81 {A)\ 
M^ meinz, M mainz ; A^ky Celé part ou m. s.; [A^y s. m.) s. — 82 
M*A t. h., wL haute tor; A'^H clore de {H a) mur, L et de bons 
murs — 83-4 m. à DHM^ — 83 J5 parfons, A ml't grans; FRosez 
et naus; 3/' dcsrupiers, CR derubiers, G derr., Fderabiers, EJ 
destorbiers, L de uiuiers — ^^{ACJR)) B lor rociers ; F Et f. 
tranche des trouers — 85-8 m. à H — 85 AT desfansion, FM delT., 
A!] dépensions, A deiîenses; En aparoillent — 86 {AL)\ Jek A ce 
tendent {E centendent) souenl et {k en) u.; F» uoillent — 87-8 
m. à DHM' et sont interv. dans E — 87 {ABC)\ EJ antendent — 
88 {ABCJ)\ R ne r. ne s. — 90 (//); F Qe hector ; M et ensepe- 
lis, en et anfoiz. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 14? 

Si VOS puet hom por veir retraire 

Qu'onques si riche aniversaire 1^460 

Ne fu el siècle célébrez 

Com li a fait ses parentez 
17495 E toz li pueples comunaus. 

Moût fu festivez li anvaus : 

Moût par i chanta li clergiez, ij465 

Moût fu icil jorz essauciez. 

Moût par i despendi li Reis. 
17500 N'i ot chevalier ne borgeis 

Qui icel jor ne festivast 

E qui a son voleir n'entrast 17470 

Dedenz la riche scpouture. 

Ou li cors est senz porreture. 
17505 Le jor le virent bel e freis 

Chevalier, dames e borgeis : 

One n'enlaidi ne n'empira, ^747^ 

Quar cil qui l'aromatiza 

L'en guardast bien jusqu'al joïse, 



17491 3/' Se, //Ce; F an conques aniuersairc — 92 M^Ek 
plus r., H r. sire {sic) ; F Ne fu si r. por uoir rctraire ; 3/' 
annjuerserc, Nk -aire, 3/' vniuersere, £" aniu. — 93 M Nel; E 
siegle, n monde — 94 APEk Que — 95-6 m. à M — 95 M^ Ec 
totes li poeples; A Et tout le; AM' pueple; DN communex, 3/' 
-iex, J5^ com., ^-als, F -ax — 96?! festiuex,i3 Testiez, //festoies; 
K\'\ anuals, 3/' lanoaus, J lannuex, B li eneaux, DFM' li anuiax 
{DM' -iex), EHN li anuex {E -ez) - 97-8 m. à DHM' — 97 {BCJ); 
R canta li clercie — 98 « ice ior, k icil i.; 3/' iors; A M. par fu 
cil i.; J J. i. fu m.; R M. p. fu la feste esaucie; C ensaucicz — 
99 {BCHJ) ; 3/M' Et molt i; N despandie, F espandi, K des- 
pensa; AIR prianz — 17500 3/M' Ne; AIR Not a [A en) troie 
(/ En t. neut) petiz ne granz — i R Ke, 3/' Qua; 3/ Qui a icel, 
n Q. a cel {N ce); A uisitast — 2 (//); M'k talant ; c Et a sa 
uolante — 3 Ekn Dedanz; Fk sepult. — 4 3/' porrit., k poret., 
F portecurc — 7 M' Aine, E Ainz ; ^P ne leidi — 8 [J); WF le 
(Fia) romatiza, iVlanr., M laram., R laroim., C len romanciça 
— 9 n Lo gardast,/? Lont garde; / desci«qual, M^AR deci quau 
{A au), Je b. tresquau {J al, 3/' a); 3/' iuisse. 



144 ROMAN DE TROIE 

17510 Sela cité ne fust ainz prise.. 17478 

Ecuba e Polixenain, 17486 

Tote la nuit e l'endemain, 

Veillent a dolor e a peine; 

Ensemble G eles dame Heleine. 
ijSiS Mainte dame, mainte pucele 17485 

E mainte riche dameisele 

Aveit G eles de grant pris. 

Ensi corn jo el Livre truis, 

Por esguarder le sacrefise, 
1752G L'aniversaire e le servise 17490 

E les gieus qui sont establiz, 

Qu'i font poètes e esliz, 

E por les dames remirer, 

I vindrent de Tost bacheler. 
17525 Li ostelain rien ne cremeient, 1749S 

Quar ferme triuë entre eus aveient. 

Des plus preisiez de l'ost Grezeis, 

lySio M'^AIR Se la chose ne (/ nen) f. {AR nen est) malmjse, 
A'^BCJky Sancois [EJ Seincois, BC Sensi, M Sainsi, K Se si) ne 
f. la c. p., puis ces 2 v. : Trestuit lenclinent et aorent Et de pitié 
devant lui {MM' li) {BC d. 1. de p.) plorent ; M répète ensuite 
les V. iy48y-8 — 11 £"JEccuba; M^ polixenejn, A poliz., / 
polyx. — 12 K iusqual demain, // duscal d. — i3 EN Uoillent; 
n I u. (F Veillèrent) a duel — 14 / Et auoec eles ert h. -— 18 D con 
gen 1., M' con en 1., M c. el 1. ; DM' truis, EJ tris, kn lis; 3/' Si 
cum ie en lestoire apris — 19 jR les sacrefices; M'^ek sacrefice — 
20 M'^k Lann., M' Luniuersere, D -aire, F Landeu. ; iî Lan. les 
seruices; M'^ek seruice — 21-2 m. à xDHM' — 21 J le; M" 
lues, EJge-x., kC geus, 5 ius; 3/' sunt; EJ quil ont e. (J estau- 
bliz); AIR Les ieus a tel oure e. (/ kil orent e.) — 22 {ABC)\ 
M'BCEk Que ; M^ funt; / Ki a ueoir erent delis— 23 {AHIR) ; 
A^BCJky Por les puceles; nL regarder, G esgarder — 24 ^ II, 
FG Li; M^'AA^BFIJLky esgarder, G resgarder, C regarder; N 
V. de lost li b. — 25 (G); A"" hostelain, M"" ostelejn, DLe -ois, 
i/-enc,X' griu de lost; D ni c. — 26 (///); G Que; A'KLR 
Fermes triues {K trieues), M Ferme triue; 3/' treue — 27 
{BCHR); D des olz; A'' Tôt li p. proisie des g., / De tous les 
p. prisies g., x De lost g. li amiraut {L -ait); E prisiez. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 145 

Qu'il fussent amirauz ne reis, 

I veneient por esguarder 
17530 L'aniversaire célébrer. lySoo 

Nés meïsmes danz Achillès 

I vint toz desarmez si près 

Que bien poiist o eus parler, 

Mais mieuz l'en venist consirrer. 
17535 Mare i porta onques les piez, ijSoS 

Quar, ainz qu'il s'en seit repairiez 

Ne de la feste retornez, 

Sera il si mal atornez, 

Sa mort avra mise en son sein. 
17540 Veiie i aPolixenain ijSio 

Apertement en mi la chiere : 

C'est l'acheison e la manière 

Par qu'il sera getez de vie 

E l'ame de son cors partie. 



17528 [M Quil), M'ABCHK Qui; R amiranç, A -al, k -als; 
/Contes ne a. ; A'' Des dus des a. des r., JM' Des amirax et des 
haus rois, E Contes dus a. et r., x Li plus prisie et li plus haut 
— 29-30 m. à DM' — 3o M"^ Lann., B Ladeuers. ; -4 et c. — 
3i (A^B)', M' Nis, 3/M Neis, HM Et; JM' meimes, D mees- 
mes;/Et nis m. a. — 32 (AA^IJ); CDHM' esgarder de si p., 
BE d. de si p. — 33 Rn poist, J peust, M'ABCky poejt; A a 
euls, n a aus, R o eles — 34 DJy II len u. m. ; 1 Asses sen poist, 
7iR Ml't sen poist {R poeist) bien; H mius, B mils, C meus; 
BCEH consiurer, M' -ieurer — 35 F Mal; R unkes; iV M. i 
aporta onc; M'^k ses p. — 36 M"^ que il fust repérez ; A Quaincois 
quil ; J^ en s., EF sen fust; H Car ancors quil f. ; Ek repeiriez — 
37-8 m. à AIR — 37 n Et — 38 Jk Se sera {J -ai dial.)\ n Es- 
tera il m., H Ert il io quit si; A"^ issi a.; M" Sest si il meismes 
a. — 39-40 / Eut sa m. quise et porueue P. i a veue — 3g R 
A. sa m. mise, M^ Que sa m. a m.; A'^Jky Sa m. metra dedenz 
son sain [M' sein) — 40 A'^M' Veu; F Venue i est, H Car ueu 
a. ; A poliz., M'^y polixenejn — 42 EN lacheisons, F lachoisons, 
M lacoison— 43 IM' Par cui, Kï>. qui, M P. quoy, H Par que; 
M'MN gitez, E -iez, F gietez, M' iete — 44 I Aine ne prist mais 
si grant folie. 

Tome in. 10 



146 ROMAN DE TROIE 

17545 Oëz com fait destinementi ijSiS 

Hui mais orreiz com faitement 

Il fu destreiz por fine amor : 

Mar vit onc ajorner le jor. 

Moût est fort chose d'Aventure, 
17550 Moût est as plusors aspre et dure. 1^520 

Granz maus vient par poi d'acheison. 

La grant beauté e la façon 

Qu'Achillès vit en la pucele 

L'a cuit el cuer d'une estencele 
17555 Que ja par li nen iert esteinte. ij525 

En son cuer Ta escrite e peinte : 

Ses très beaus ieuz vairs e son front 

E son bel chief, qu'ele a si blont 

Que fins ors resemble esmerez, ij52p 



17545 {H) ; C Aiez, / Ha t dex; M fier ; BCn destruiement — 
46 K Oi mes; M oez; A/* cuin feitement — 47 F I; M^K par, 
nM de — 48 AEn ainz; Af" celi — 49-50 m. à DHM' — 49 /*' 
ert; APBCJNR forz — 5o (/) ; WR Car; Af' as p. est, ^ e. a p.; 
A'BCEJk As [CK A) p. e. ml't {K et) pesme [A" et aspre) — 5i 
M'k Grant, H Mains; M^K mais, M mal; A/^ uint; R pur poi, 
-ST a p. ; M" dachaison, K dacheson, A/' -ons, MN dacoison, 
E dacheisons, H doquison — 52 En granz; M"" biautie, FAIM' 
-e, EN -ez, K bialtez; N de la, -F de sa; M"^ faicon, e façons — 

54 E Li, K Le, R Lo; EK cuist, H point ; A/' ou c; M^'Rk de 
lestencelc; GN estancelle, F -chelle; x Li mist el cors une e. — 

55 Fk Qe; M'n lui; AP ne njert, n niert mes, K nen ert; ny 
esiainte — 56 {BCDGJL)\ Fa. escrit; A/^ descrite; H Sa biaute 
a en s. c. p.; n aj. 2 v. : Sanpres ot tôt serre lo cuer Ne san 
meust a nés un fuer — 57-60 m. à DM' et sont réd. à 2 v. dans 
H: Son cief blont ses crins esmeres Bien resambloit que fust 
dores — 57 {GL); B nuirs iex, K clers ielz ; M^'C veirs e, GN 
uers de, jP de (uairs m.); A^ Ses cols rians, / S. iex keut u.; 
A^BEIR et son bel f . — 58 [AA"") ; M Et ses biauz ; M' quiel {sic) 
a, F que la; C ot tant; / ke il ot bl., B lo si très b.; EJ Et s. c. 
que ele a t. b. ; A"" aj. 2 v. :Si bien fait et si auenant Si bien assis 
si reluisant — 59-60 m. à x — 5g {R)', M'' Que il r. estre dorez, 
A' Or r. fin e., / Kl r. orphyn esmere, R Ke fins ors r. e., 
A^BCJEk Plus que nest ors fins {CM fin or, A'^JR fins ors) e. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXENE I47 

17560 Totes dénote ses beautez; 

N'a rien sor li qu'il ne retraie ij53i 

E ne li face mortel plaie. 

La resplendor qu'ist de sa face 

Li met el cors freidor e glace. 
17565 Sis nés, sa boche e sis mentons lySSS 

Le resprenent de teus arsons, 

Dont ardra mais dedenz son cors: 

Pinciez sera d'Amors e mors. 

Sis très beaiis cors e sa peitrine 
17570 Li font prendre tel decepline 1^540 

Que ja n'iert mais ne nuit ne jors 

Ne sente le verjant d'Amors 

Sovent plus de quatorze feiz. 



17560 [R)\ A T. deuee; / Note trestoute sa biaute, EJK Bien 
resanbloit estre {JK quil fust) dorez, Af Assez plus que sil fust 
d., BC B. sanloit que il f. d., A"^ Ml't sembloit bien estre d. — 
61 [A'L)', GK riens; AT lui, G lei; / fors li; D qui ; AIR qua li 
ne {A nen) traie — 62 [GIL)\ AR Que ne; APA^ El cuer li a feit 
mortiel p. ; K mortal — 63-4 m. à DHM' —63 {ABCJR)\ E res- 
plendors; n La resplandissors (F-isors) de — 64 {ABCR)\ M"" El 
c. li m.; JM el cuer; M^ freidure, A^ chalor— 65 F Ses neis, N 
S. mains, CMM' Son nez; K sa face; APBCMM' e son menton — 
66 (C); BH Li; n reprenoit, M reprennent, K respr., E repre- 
nent, M' remetent, H regrieue, B resplendent ; F cex; Af' tiel 
arson, CMM' tel a., B t. façon — 67 M' Dom, A II; BCky m. 
a. ; iV Qua androit met, F Cor a. mais; M'Cky le [M"" lo) c. — 
68 (CJ); F Princier, HM' Plaiez, A Pcchie — 69 M'EH Ses; 
AMM' Son t. biau; K front; « Si t. bel oil; F petrine — 
70 BCEJM fet; N panre, H porter; AR Prendront de li [R 
lui); {ABCHJn decepl.), M^ descepl., iïT descipl., £ decipl., R 
discipl. — 71 [IR); M^BK nert m., Cm. niert; M' Q. nert ia 
mes, A Q. mes nen i. ; A"" Ja m, ne uiura m.; EH nuiz; (y 
iors), les autres ior — 72 (^4) ; M^A'^BCJky Quil ne s. les traiz 
[M"^ treiz, BCJy max); M mortel dolor; R lo uerchant, / les 
trauaus, N les assauz, F les dolors ; y damors, les autres da- 
mor — 73-4 m. à DHM' — 73 [BCJR)-^M'' Plus de quarante 
treize f., / Mar le uit onques celé f. , A Souent que niert ne 
quens ne rois. 



148 ROMAN DE tROlE 

Dès or sera mais si destreiz 
17575 Qu'il ne se savra conseillier, 1^545 

Dès or li estovra veillier 

Les longes nuiz senz clore l'ueil. 

Tost a Amors plaissié orgueil : 

Poi li vaudra ci sis escuz 
17580 E sis haubers mailliez menuz. lySSo 

Ja s'espee trenchant d'acier 

Ne li avra ici mestier : 

Force, vertu ne hardement 

Ne valent contre Amors neient. 
17535 Achillès mire la pucele : ijSSS 

Ço li est vis que moût est bêle. 

E si est ele, senz desdit : 

Onqucs si gente nus ne vit, 

Ne ne sera jamais nul jor. 
17590 Plusor se mistrent el retor, l'jSôo 

Quar la grant gent se departeit 

Que iluec assemblée esteit. 

Vers le palais totes iriees 

S'en sont les dames repairiees. 

17574 BCEJM Souent; / Cor s. il; i? mes plus d., EJ ses 
cuers d. ; w D. or m. s. si (F il) d., K Damors s. souent d. — 
75 M' sen — 76 ^Souent; Af estordra, //couanra; n D. or mais 
lestoura u. (F ueiler) — 77 APky longues; K L. les n. ; N 
clorre, F cloire — 78 M amor; F plaisie; JW' lergoil — 79-80 
m. à DHM' — 79 iBCJR)\ E Po; K ualdra mes, AE u. or — 
80 A Ne ; A/' sis hauzbers, L son hauberc — 81 M"" trenchanz, 
EH tran-; F dacer, M auer — 82 w cor mes; F mester — 83-4 
m. à N — 83 EK uertuz — 84 AT Ne li ualt ; M'k amor; FGH 
M' Ne li uaudra {H ualra, 3/' uaudront) ici n.; H nient, k naient 

— 86 ^ qui — 87 M'^Lek Si est e. s. contredit {Lk s, nul d.) 

— 88 (L) ; F O. nus si g., M' Nus hom si très bêle, k O. hom 
plus [M nus si) b., e O. plus b. nus [E hom nez); A Ainz si 
b. des yeux ne u. — 89 (L); M'ek fera — 90 F mestent, LM'k 
metent; M au, M' ou — 91 APen genz — 92 F illoc, AT ilec, M 
illeuc {formes ordinaires) — 93 APM' irees — 94 Me En; AT" 
reperces. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 149 

17595 D'Ector plorent e ploreront ij565 

Toz les jorz mais qu'eles vivront : 

N'est pas damage a obliër 

Ne perte qu'om puist restorer. 

O eles vait Polixenain: 
17600 Pris est Achillès de son hain, 

Qui de s'amor est aeschiez. 

Onques ne remua ses piez 77572 

Tant com des ieuz la pot veeir : 

Ja ne s'en queist mais moveir 
17605 Tant come ele fust en la place. ^7^7^ 

Sovent mue color sa face : 

Sovent l'a pale, et puis vermeille. 

A sei meismc se conseille 

Que ço puet estre que il sent, 
176 10 Qu'ensi freidist e puis resprent. 

Sempres li estreint si le cuer, 

Ne se meûst a nés un fuer ij58o 

Tant come il lapoûst choisir; 

17695 e Hector; F De h. ploroient et ploiront; L plorerent et 
plorront — 96 Af' que il — 98 En quan, M'k quen, M^^H quon 
— 99 M^'EIk O els [M O eulz, E O aus, / A tant, K Avec) sen {M 
en) uait, Af' Retorne sen; M" polixenejn; H Polixena a tant sen 
ua — 17600 / P. a ; AI a s.; M''M' hejn, J hejm, E ein, ARkn 
ain; H Achillès ml't la regarda — i (A); R Che, M^'ek Car; R 
en est (v. /.) ; A/* aaschez, R -iez, IJM' aachiez, E afichiez — 2 
H ni; A' les p.— 3-4 m. à K — 3 {AIR)', A'' des eols la p., N il 
onc la p., L onques la p., APBCJky la dame {B bêle) p.; E De 
t. c. il la p. — 4 {AIR)] MTJM SQ\ R quesist, M' quersist, n 
poist; F Et ia ne se p. m., L Ne sen q. ia m. m., H Ja m. ne sen 
q, m. — b H fu — 6 k colors; HMn et f. — j-io m. à H. — 7 
(A) ; k enpres ; A/" Une ore e. p. autre v.; M' urem. — 8 F A 
lui; M'^ANe meismes; K sen — 9 A/M qui — 10 ek Souent f. 
(A/' refroide); An Sempres f. sempres; Ken esprent — 1 1-2 m. à 
N — II (^); FG Af estraint, X esprent, H cania;si m. à M; EL 
et si (L tout) serre; Af' Ice sent il souent au c. — 12 {AC); M^'H 
Quil ne se {H sen) m. a nul f., A/' Ne sen jcmuast as nul f. ; M 
neis .)., L nis un, K negun — i3 M^AF poist; ek u. {K uoier) la 
peust ; JVT. i est con la puet c, 



l50 ROMAN DE TROIE 

Del cuerli issent lonc sospir. 
17615 Quant ne la veit, adonc s'en torne : 

Moût fait pensive chiere e morne. 

Moût vait petit ne s'arestace 1^585 

Por remirer ancor la place 

Ou la dameisele ot veiie. 
17620 Toz sis estrcs li change e mue. 

Tant i pense, tant i entent 

Que il n'ot mais ne il n'entent 17^ go 

Rien nule que dite li seit : 

Tant l'a Amors griefment destreit ! 
17625 Moût malades, moût deshaitiez, 

S'est en son paveillon couchiez : 

N'a si privé qui i remaigne, ^7^9^ 

Dès ore a pro de qu'il se plaigne; 

E si fait il, qu'il n'en puet mais. 
17630 Amors li a chargié tel fais 

Qui moût est griés a sostenir. 



17614 n li s. {N sopir); ek Por rien que nus dire seust — i5 
[AC)) E lors san, M' si scn; Ke retorne ; N puis saretorne, F p. 
si san torne, A^ lores sen t. — 16 ek Chiere f. ml't [K et) p.^(J/ 
f. p.), A" C. faisant marie, n Deshaitiee c. a, A Dechaciez est et 
pale, /Semblant fait dôme triste — 17-8 m. à A^ — 17 JSPAC 
ua, e uet, H faut ; jB A p. u., « Ne puet muer; CFM ne se res- 
tace, R nessa restasse, K quant se regarde ; / Si est pensis ne 
set que fâche — 18 {A)\ C Par; R entor; B sa face; K La p. 
remire et esgarde, / Souent regarde uers le plache — 19-20 
interv. dans A"" — i(^ M'^M' damaisele, n damoissele (F -elle) ; 
/ pucele auoil u. ; -B Et le liu ou il lot u., A"^ Une ore a froit 
et altre sue — 20 M' Tôt son estre — 21-4 m. à DHM' — 
21 (J); M^BRk e tant — 22 {J)\ C Qil ni ot; W ne quil — 
2?» K Riens [forme ordinaire) ; F qe, les autres qui — 24 EM 
griemant, K el cors; n Ses cuers estoit an grant destroit, M'' 
Trop est en angoissos d., A Ml't a. et ml't d. — 25 M' toz, 
H et; 3/' desheitiez, KM' dehetiez — 26 /f cochiez — 27 F Nest 
si prîuez — 28 M"" or; en Or a assez ; e de coi, n don {N dom) 
il. A' dont il — 29 M"" feit il car — 3i {ABCIJR); FMM' grief; 
A' a\ Si 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l5l 

Autre covient o lui partir ijôoo 

Quil sostienge de l'autre part : 

Cest socors avra il a tart. 
17635 E de la cornent li vendreit? 

Soz ciel n'a rien que el mont seit 

Qu'il heent tant corne il font lui : r yôoS 

« Ha! las, » fait il, « tant mare i mui l 

« Tant mare alai veeir les lorl 
17640 « Tant mare i vi la resplendor 

« Dont mis cuers sent mortel dolor 

« Senz aveir en aucun retor ! lyôio 

« E jo de quei la blasmereie? 

« Ço sai jo bien, tort en avreie. 
17645 « Se jo m'en plaing, qu'en puet el mais? 

« Autre la virent il adès, 

« Gui rien n'en fu ne rien n'en est. Ij6i5 

ft Trop m'a trové hui Amors prest ; 

« Trop m'esteie en sa veie mis: 

17632 AB Autrui; F conuiant, IR besoigne ; BC KM Autres 
{K Altrui) enseigne; {ABCIK o), eMN a, F ou; A"^ al mal p., JV/' 
A sa fin li estuet venir — 33 M' Qui, AEM Quel ; N sosteigne, 
A'F-aigne, EM -iegne, IW -iene, C soustegne, B -iegne — 34 
[K socors) ; A"^ Mais a ce uenra il ml't t. — 36 M^ mond — 37 
3/' hachent; M^ plus qui [sic] — 38 (/); k A las; M^ feit ; ^' 
cum, M con; Mn fui; / aj. : Tant mar me leuoi hui del ior {cf. 
-42 M"^) — 39-40 interv. dans A* — 40 et -42 m. à F — 40 A^I 
Si hui, M^ ui onc ; N T. mui la resplandissor — 41 M^ nus c, 
AM mon cuer ; M^ D. mortel s. mes c; Ck mortal — 41-2 m. à 
A"" — 42 m. à /; CJky Par {M Por) li {M lie, K lui) per- 
drai [CJ -a) ioie et baudor, J5 Ja naurai mais ioie nul ior, M"* Et 
main et seir e nuit e ior; G a. oi ; L nisun r. — 43 {BCH); n 
Dex; ATV por q. [J coi); A^ le b. — 44 F Et; APHK Je s. ml't 
b. que t. a {AP fareie); E q, trop a. — 45-6 interv. dans x — 46 
En me; CK el ncn p., F que p. il, G quan puis ie — 46 AT Altre 
home la u. a.; M' Autres; N reuirent, F remirent ; M' e\; H Tôt 
issi auient il a. — 47 EF riens; K Dont rien ne fu, n Qe r. nan 
fu; APE ne riens; H Maint le uirent qui r. nen e. — 48 M' Tost ; 
AP me troua; F t. a. hui p., « hui a. t. p* K a. oi t. p.; Al' ma 
îriort; // Ti mi trouèrent amor p» -^ 49 h T. estoiei 



l52 ROMAN DE TROIE 

17650 « Por ço m'a si lacié e pris 

« Que jo ne li puis eschaper. 

« Dès or m'estuet merci crier : 1^620 

« E jo, a cui la crierai ? 

« Ja mais des ieuz ne la verrai. 
17655 « E ! Deu merci, se jol saveie, 

« Ja guaires longes ne durreie. 
-^ « N'est el ma mortel enemie ? ijôuS 

« Oïl, mais or sera m'amie. 

« Veire, quar bien est a mon chois ! 
17660 « Jo meïsmes me trich e bois, 

« Jo me deceif, mien escient, 

« Quar jo sai bien certainement i'j63o 

« Qu'el me voudreit aveir ocis. 

« Trop laidement sui entrepris, 
17665 « Qui amer vueil ço que me hait. 

« E ! Deus, beaus sire, qu'el ne set 

« Le cuer de mei e le pensé, lyôSS 

« Com jo l'ai tôt vers li torné, 

« Com jo m'i doing, com m'i otrei, 
17670 « Come est Amors saisiz de mei ! 



17650 K Par tant, M Por t.; k laciez; M^ Por itant ma 1. — 
52 n Por ce; M mestorra — 52» K qui ; M le; AP criereie — 54 
N as iauz, M nul iour; AP verreie — 55 M' He, Ekn Et; Kx 
dex, MM' dieu — 56 F guère; M'^Ken longues — 57 MT ele; 
M^ mortele, EKn -ex — 58 e Qui des or mes; n el nel (F ne) 
sera mie — 59 FM M' Qe — 60 F Me; kn meisme; [N trich), F 
trif, M trie, M'^e triche, K trichie — 61 M'' decef a esciant ; EK 
certainement, M' ml't malement— 62 k uerraiement, e a esciant 

— 63 M' Quil, F Qelle — 64 F De grant folie sui antremis — 
65 M^ uoil a.; (J que), les autres qui — 66 AT E, M' He, Ekn 
Et; MM' dieu; E biau s.; K b. por quele ne s. ; M' que ncl s. 
•— 67 D mon pensse — 68 EM Come ie lai; H enuers li, A t. 
a li; KM' lai u. lie t. [M' lui atorne) — 69-70 m. à DHM' — 
69 3/' Cum, AEt; M"" mQ',F doig; E Come ie laim ; K et mi o. 

— 70 {K Come), A/' Cum, les autres Com ; A Et sest; n Com ele 
a tôt lamor de moi. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l53 

« Ço me donast moût grant confort, 

« Mais el voudreit que fusse mort : 17640 

« Ja n'avrai mal qu'el ne vousist 

« Que cent itanz m'en avenist. 
7675 « Son frère Hector li ai ocis ; 

« Si grant duel ai en son cuer mis, 

« Ja mais jor ne voudra mon bien : 17645 

« Ço m'ocira sor tote rien. 

« Se j'espérasse e atendisse 
7680 « Que jo al loinz rien conquelsse, 

« Ço me donast confortement ; 

« Mais jo n'i vei ne n'i entent 17650 

« Que jo ja rien vers li conquière. 

« One mais ne cuit qu'en tel manière 
7685 « Amast nus hom : jo sui desvez 

« E de mon sen si forsenez 

« Que jo ne sai que jo me faz. iy655 

« S'auques estreint Amors ses laz, 

« Bien sai de veir que jo sui mort : 



17671 K Ico me fust granz reconforz; AD grans (D -z) confors; 
M^ Ne puis aueir por rien confort — 72 // Ele uauroit io f. mors ; 
A El u. or ie f. m.; n me uoudroit auoir mort, M"" Car mis cucrs 
me pramet la m. — -jZ M^ naura; E uolsist, M' uosist — 74 Mn 
c. tanz (F tant) plus, k c. itant — 75 e la li ai ie son frère o.; M 
ochis — 77 AP Que ia mes ne ~ 78 M mochira, M'^en mocirra — 
79 M^AMM' Se ie priasse, K Se gie preiasse, E Se ie proiasse 
— 80 F au loig; K a; M^EKN loing; M' au lonc r. conquersise; 
3/" Quau 1. aucun bien atendisse — 81 F confortamant — 82 AT 
Gie ne uei pas; 3/"" M. ie ne vei ne pas nentent ; 3/' nel uoi ne 
ne tentent; A^ atant — 83 ^ u. li ia riens c; Me lui ; 3/' con- 
quere — 84 M^ Aine; E le c. quainz mes an; k quit — 85 £" 
Nama n, h. ia ; M ien s. — 86 EN san, yPk sens; En sui, 3/' 
toz ; M"" mesalez, A mesasez, M hors senez — 87 [A)\ E Car; 
3f' mes que ie faz; / men; C faiz — 88 (/); 3/" Sun poi; 3/' 
estraint, n estroint; A son 1. ; C laiz — 89 (C) ; AKn le s. ; ^ por 
u.; APACk morz; En qil maura mort; 3/' que sui naurez a 
mort; B Bien me puet on tenir a m., /*Ni a rien mais que 
de la m. 



l54 ROMAN DE TROIE 

17690 « De nule part nen ai confort. 

« Narcisus sui, ço sai e vei, 

« Qui tant ama l'ombre de sei iy66o 

« Qu'il en morut sor la fontaine. 

« Iceste angoisse, iceste peine 
17695 « Sai que jo sent : jo raim mon ombre, 

« Jo aim ma mort e mon encombre ; 

« Ne plus que il la pot baillier ij665 

« Ne acoler ne embracier, — 

« Que rien nen est ne rien ne fu, 
17700 a Ne il ne pot estre sentu, — 

« Plus ne puis jo aveir leisor 

« De li aveir ne de s'amor. lyôyo 

a Faire m'estuet, jo n'en sai plus, 

« Iço que fist danz Narcisus, 
[7705 « Qui tant plora, criant merci, 

a Que l'âme del cors li parti. 

« Ço iert ma fin, que que il tart, ijôjS 



17690 {B)\ N naurai, F -a, e ni uoi, C nest ci, Àf'A natent; 
M'^ACk conforz; K De nul leu ne me nient c. — 91 [CL) ; / nar- 
cysus, M Mascisus, ^Piramus; B Narci sui che sai; AHn iel, 
A'^ bien — 92 M"" lumbre — 93 nL Qe il m. (F mori, L -u); F 
a la; Af' funtaine — 94 / Et ceste; F poine, Nk paine — 96 
(FAf raim), M^I rajn, M' eim, KN aim; F ge au nombre — 
96 M le raim, / lou aine — 97 A: le ; {K pot), M^A puet; enJM 
ie le {E la, J ne, M' nel) puis (ie m. à F), H ce p. ie; A'I Nient 
p. que ie le p. ; F baissier, K baisier, / boisier — 17699-700 m. 
à A'x — 99 (AHI); M'E Car; M' rienz, M^BCE riens; M' ne 
est; ÀTBCEk ne riens, J et rien — 17700 {M' il), CE quil, 
M^AJM qui, /ki, K que, H aine; K nen; {M^HJ pot), ACIJek 
puet; A seu, // ueu — i {AC)\ A'^HLM'N Ne {A* Nient) p. ne 
(L ni) puis a. retor (M' lessor, H laissor), F Ne puis je pas a. 
restor; M lessour, 1 laissour — 2 M' lui, K lie, -4 ce — 3 K F. 
mestuot gie nen se p. — 4 fc Tôt ico que f. , // Ausi corne f., eJ 
Ice que an f. ; J nercisus, / narcysus — 5 M' cria plorant — 6 
M' du c. lame; M li départi— 7 M^ Tiels; {A fin), Af'n fins; ek 
Ce {Me Ci) rest {E est) ma mort (EM morz); K que quole, JM 
que que ie; i/Texest mamor «l ni fcsgart. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l55 

« Quar jo n'i vei nul autre esguart. 

« Narcisus por amer mori, 
17710 a E jo referai autresi. 

« Deceiiz fu en sa semblance : 

« Ne rai pas meillor atendance, ijSSo 

« Quar jo n'en puis aïde aveir 

« Ne plus qu'il ot, ço sai de veir. 
17715 « E ne por quant penser devreie, 

« Saveir s'en nul sen porverreie 

« Chose que a pro me tornast. ijôSS 

« Mais moût me coit e moût me hast : 

« A ço covendreit grant leisir. 
17720 « Veire, qui tant poiist sofrir? 

« Mais jo porreie tant atendre, 

« Senz rien aveir e senz rien prendre, 176 go 

« Que jo ne me porreie aidier 

« Ne mei ne autrui conseillier. 
17725 « Qui le mal sent venir sor sel 

ft Si en deit prendre tel conrei 

a Que guarir puisse e respasser : ^7^9^ 

« Tôt autresi dei jo penser. 

« Malades sui : s'or ne porquier 
17730 « Aucun conseil qui m'ait mestier, 



17708 M^n Que ie — 9 (L); F Narsisus, /Narcysus; M^AKM' 
amor, E amors; H fini — 10 Af le r., Fe si f., A remourrai — 
1 1 M' fui, Nk sui ; AP par — 12 F Nira, N Nirai, AP le nai, M 
Ne ferai ; K espérance — i3 ÀP ne p. — 14 M' quil pot, n que il 

— 16 hPM^V sens, En san ; M^ proueroie — 17 M^Kn prou, e 
preu ; M a bien satornast — 18 ^ M. trop, M"^ T. par; M cuit, 
M^ coist, E quoit; K mangois; ]VPK et trop — 19 ^P conu., 
k conuenist, n besoignast, e couient ml't — 20 M^'M' porreit, M 
peust, EKn poist — 2 3 AP Que ne me p. a.; AT edier, FAI aider 

— 24 APk autre — 25 M' font u. sus moi — 27 (^/) ; M rep., 
M^AP reschaper — 28 AP T. autretel; // ai a p. ; / errer — 29 
AP porquer, AI conquier ; J sores ne qui^r ~ 3o M"" Aucuno 
rien; //Tel r» qi mait aleun mi 



l56 ROMAN DE TROIE 

« Morz sui en fin, jol sai e sent. 

« Meut en ai grief comencement : i-j-joo 

« Moût en voudreie estre devin, 

« Saveir quel en sera la fin. 

17735 « Assez la cuit, assez la pens. 

(( Trop sui conquis en poi de tens; 

« Trop me deshait e trop m'esmai. ij'joS 

« Jo n'en puis mais, quar de fi sai 

« Que ci iert toz mis jois feniz, 

17740 « O ci sera toz acompliz. 

« Mais jo dot l'un plus ne faz Tal : 
« Por ço me fait al cuer grant mal. l'j-jio 

« Désespérance meconfont. lyyiz 

« A Deu pri jo que il me dont 177 1 4 

17731 {AA'ILR); F san f . ; G iou; HM' se {H io) nel puis 
consentir, BCEJk sensi [K se si, A/ sainsi, EJ seinsint) uoil {E 
uuei) c. — 3)2 {R)\ I a chi g.; ^ M. est g. le c, M"" Trop a mis 
cuers peine et torment, BCJky Trop est [EJ mest) cist fais 
gries {M' ci grief fes, M g. cil mal, BH cis max gries) (C Cist 
f. est t. g.) a sofrir {EJ santir) — 33-4 '^^ ^^P^ ^^*- ^' -<4//^ 
deuins : fins — Z^ M quele, M"" quels, les autres quex — 3b M 
la couuoit {v. f.), D la tint; n lo... lo — 36 £ sorpris — 37 « 
men d. t. men; {FM deshait), K dehait, L -eit. M' -et. M"" 
desheit, EN -et {formes ordinaires), G dehai — 38 {AGHIL); LM 
que; M^FM fin, C fit — 39 (G); M^ Ci sera; M^I mis ioies ; CK 
Que m. i. est ci, M Q. tous m. i. est; R Ken li ert ma ioie 
fenie, ALn Q. ci est {L sont) t. mes iorz feniz, DJy Q, m. iorz 
(A/' mon ior) est ci defeniz {D defincz) — 40 AJekn Et que ci 
est t. a., / Ichi ert il t. a., i? O en li ert tote acomplie — 41-3 
m. à DHM' — 41 (/?); x icn dot lun (G dous ml't), APA ie redot, 
BCEJk ie désir; APBCk p. lun que, AEJ lun p. que, x ml't p. 
que ; EJ que al; / p. dot lun q. lautre asses — 42 (G); AP Por 
tant; R ma fait; L ele tel m.; / sui tous désespères; BCEJk 
mes cuers (M mon cuer) g. m., puis ce v. : Que ie {EJ Qui se) 
remet trestoz et font —43 {ABCGUR); L Que sesperance — 44 
F Ha ; / proi iou; A/M Or {A Je) p. a deu; M qui; BCDJky dév. 
eyi 2 V. : Ov uoil {E uuel) proier {D Or ueult prouer, B A dame- 
dieu) sanz autre alonge (Z)J aloigne, J^F-oingne, C eslonge) {H 
plus daloigne) A dame deu {K damlede) {B Voil iou proiier) que 
il me donge {DEJ doigne). 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXENE I D7 

17745 « Tel conseil prendre e tel conrei ^77^^ 

« Par que ele ait merci de mei. » 
Un suen ami, un suen feeil, 

Qui moût esteit de son conseil, 

A fait venir dedevant sei, 
ijjSo Puis li descuevre son segrei. i-j-j-io 

Tôt li a dit come il li vait : 

Nule celée ne Ten fait. 

Bien li encharge son message : 

« A Ecuba, » fait il, « la sage, 
17755 « La femme al riche rei Priant, i'j'j25 

« Diras tôt ço que jo li mant. 

« Salue la de meie part 

« E di que moût me sereit tart 

« Qu'o li eiisse acordement. 
17760 « Vers li me sui trop malement lyjSo 



17745 En consoil {forme ordinaire) — 46 (//); FJKR Por; 
AFIe coi, K quel; M"" Par quele — 47-8 leçon de CK (47 C 
feil ; 48 K m. saueit; C suen) — 47 APA^BJMxy Un s. 
[BH sien) f. {M^HJM feel, BEL feoil, M' priue, A" sériant) 
un s. {BH sien) (G fiable et sien) a., AR Uns suens feel uns 
suens amis, / A tant a .j. sien a. pris — 48 AIR Sauies {A 
Sages, / Sage et) cortois et bien apris, M"^ Qui m. e. priuez 
de li, A^ Quil auoit longement nori, BGJLNy Qui m. par 
esteit bien (L est très b.) de li {B lui), F A fait uenir de 
deuant li — 49 {ACJR)\ H par deuant, A"^ droit d.; 5 A f. 
ded. soi u., F Qui ml't par estoit bien de soi — 5o A^CH Si; 
A''k descouri ; APAGEy secrei, M secre ; B P. li a dit tôt son 
désir — 5i {A); N Et, F Puis; AP cum il, Ken cornent; M' il 
uet — 52 e Autre c. ne li f . ; K C. n. ; M nen len f. — 53 
M^A Puis; K encharia — 54 A m. à F — 55 (GL); n Qi est 
famé au bon roi {F au r.) p. — 58 {AC); I Di li que trop; M 
Et dit; X Et si li di ke m. mest t. — 59 BMxy Qua, C Ca; e 
lui; M eussent; yP Que ie fusse o li acordez, AR Que ie ause 
a li parle, / Q. iou a li aie p. — 60 {J) ; LN A li ; G me 
sai; F Et li mesfai ; A'^BCEk laidement; M^AR trop mal 
mené (iV/^-ez) ; / Car t. mai u. li mal m., H Mesfait li ai trop 
durement. 



l58 ROMAN DE TROIE 

« Meslez : trist en ai le corage. 

« Trop li ai fait pesme damage ; 

« En grant dolor ai son cuer mis, 

« Qu'Ector son fil li ai ocis. 
17765 « Mei en peise, j'en sui irié; ^77^^ 

« Sovent m'en prent al cuer pitié. 

« Dreit l'en vueil faire a sa merci 

« Tel dont me tienge por ami : 

« Sa fille me doint a moillier, 
17770 « E s'el la me fait otreier 17740 

« Al rei Priant e a Paris, 

« Jo m'en irai en mon pais. 

« Merrai en mes Mirmidoneis : 

(( Ja puis n'iert si hardiz Grezeis 
17775 « Que ici remaigne après mei. J^774S 

«. Trestot leiaument li otrei 

« Que jo ferai Fost départir : 

« En bone pais porront tenir 

« Lor cité mais e lor pais. 
17780 « J'en osterai lor enemis : ijySo 



17761-2 interv. dans M'^AIR — 61 (L); n Mais ie, G Noir et; 
A'BCJky Meslez [A^ -e, 3/' Mesfet, H Car io) par pechie et par 
rage, M"" Par mon pèche par mon outrage, AIR Et a touz ceus 
de son lignage — 62 A'^B iMl't; H Li ai f. t.; [AEIRx pesme), 
C pensant, M'^A'^Bk pesant, M' mortel, H cruel — 63 M'n Et 
g. d. an s. c. m.; M li ai [y. f.) — 64 n Dector (F De h.) s. f. 
que iai o. ; ^P fiz, M'K filz — 65 F Soi an poisse; K et en s., 
M et s., Ce sen s. ; ions les mss. iriez — 66 M'k me; F Au c. 
man p. ml't grant p. ; AP granz pietez ; ekn pitiez — 67 « li uoil 
— 68 F don; M tiegne, N teigne, F -ent, A"" tanra, e tandroit; 
FF a ami, K a son a. — 69-70 interv. dans F — 69 (G); EM 
doigne, A'L doinst, M^M' doinge, K dont — 70 A^M' Et 
si; F sello; AP feit; AP me la face — j3 N Manrai, F -e, 
F Maura, k Menrai; M' Merre ent — 74 n Ja niert p. — 76 
M"" Que ci, F Qe ia; ek Qui si arest en (3/' areste, M -ast) (A' 
sarest ci); k enprcs — 77 M" farai — 79 e et le p. — 80 AT Sin, 
Me Sen. 



ACHILLE AMOUREUX DE fOLYXÈNE I Sg 

« Puis que d'eus me serai partiz, 

« N'en iert ja puis escuz saisiz 

« Ne hom tochié ne adesé. 

« Moût riche plait ont encontre, 
17785 « Se il devers eus ne remaint : ^77^5 

« Ja ne troveront plus les aint 

« Que jo ferai d'ore en avant. 

« Lor fille G le cors avenant 

« Sera guarie e honorée, 
17790 « Quar richement iert mariée : ijjGo 

(( El chief li aserrai corone. 

« E se Deus tant vivre me donc 

« Que jo de li saisiz me veie, 

« Toz mes buens acompliz avreie ; 
17795 « Tant me sereie amanantiz l'j'jôS 

« E sor toz autres enrichiz 

« Que del monde, qu'ensi est lez, 

« Sereie li plus asasez 

« E cil qui greignor joie avreit. 
17800 « Gomenciez vostre eirre ore endreit : 17770 



1 7781-4 m. à DHM' — 81 {BCJ); m. à M, AR Des que; R 
del; A/"" ie s. dels; J dentrex s. p.; K Et p. que dels, n Et 
quant ge man — 82 EM Ja p. nan ert, BCJ Ja nen iert p. 
{BC mais); K Ja mes e. nen est sesiz; M^'R seisiz — 83 M* 
Orne f., K Home feriz; JR ni; « Ne hom lochiez ne adesez — 
84 n Ml't riches plaiz ont ancontrez — 85 M uers eulz; E d. an 
(sic) — 86 H Ne t. mais qui nés a. — 87 M^ farai [forme cons- 
tante) ; H Tant lor f . ; M^Fek dor — 88 AV La — 89 // seruie, n 
chérie; A" Ferai roine coronee — 90 M Que, ii'FEt; A^ Ml't 
iert de grant terre honorée —91 [M'^en aserrai), k asserai; A"^ 
Jo li ferai porter c. — 93 3/ lui ; E seisiz, F saisi ; K soie — 94 
iWiV bons, F biens; ek Ja puis rien {K riens p.) ne demanderoie 
— 95 Af amen., N amananciz, F -tir, EK enauanciz ; 3/' T. par 
en s. auanciz — 96 i^ anrichir — 97 Ne qui si e., M q. e. si, K 
que tant e., iP qi e. — 98 [A) ; n asadez — 99 AP graindre, K 
graignor, E graingnor, M^ grenor; n prfl — 17800 [M eirre), 
M'^KM'QTve, E oirre, n oure; tous les mss. or. 



î6o ROMAN DE TROIE 

« Deus doint que ço seit de bone hore ! 

« Moût me targe, moût me demore 

« Que jo vos reveie el repaire. 

« A la reine de bon aire 
17805 « Direiz tôt ço que jo li mant. » ^777^ 

Li mes s'en est tornez a tant : 

Celeement e a privé 

En est venuz en la cité. 

Cil fu moût sages e bien duiz : 
17810 Es chambres entre o bons conduiz. lyjSo 

A la reine saluz rent 

De son seignor priveement; 

Après li a dit son message : 

« Ecuba, dame, or seiez sage. 
17815 « Or poëz aveir a ami ijySS 

« Vostre plus mortel enemi. 

« Par lui estes trop damagiee : 

« Or vos fera joiose e liée, 

« Or vos fera honor e dreit 
17820 « De quant que il vos a toleit. ^779^ 

« Vostre fille prendra a femme : 



17801 M^M doinst, KM' dont; M bon heure — 2 (//); KM' 
Trop... trop; kn tarde — 3 (5//); jo m. à R; M^CIJn Que ie 
vos veie (/ ueisse), A^ Q. io ne u. uoi, AE Q. ne u. uoi ia; M" 
repeire — 4 x De — 5-6 m. ^ ^ — 3 [A'BCIJ)', M^AH Dites 
— 6 R dauant — 7 M^M en p. — 8 CM' E. u. droit; BH}i a 
la c. — 9 M' Molt fu s. et molt, L II fu bien s. et; R sauies; 
H et de bon us; /et s. et, AEKL bien s. {L sage) et; LM b. 
duit, n senez ; DM' Cil qui fu m. s. et d. — 10 {AR)\ CFGk 
En la {K sa) c. entre, N La c. antre; GM a; M bon conduit; H 
Es cambres uint natarga plus, B Es c. scn entre conduis, / 
Tresquen la ch. fu c, L Si fu en la c. conduit; n par les de- 
grez (y. f. dans F) — 14 £ Eccuba; K seez — 16 3/' mortiel, K 
-al — 17 Af iestes; x domaiose — 18 F ferai; x liée et i. — 19 F 
ferai — 20 M De tout quanquil; En De quan; F tolloit — 21 
{AIR)\ N panra; BCJek a moillier p., puis ces 2 v. : Et a. grant 
enor la tendra Por uos {M' li) et por sa grant biaute. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l6l 

« Ja mais en trestot vostre règne 

« Ne trovereiz chalonge i mete ^779^ 

« Ne de guerreier s'entremete. 
17825 « Tote est remese vostre guerre : 

« En pais remandra vostre terre, 

« Quar, quel hore qu'il s'en ira, 

(( Ja uns toz sous n'i remandra; ijSoo 

« En lor contrées s'en iront, 
17830 « Ja mais ici ne revendront. 

« Ore en pensez, senz nul respit, 

« Corne por vostre grant profit 

« E por vos vies aquiter ijSoS 

« E por vostre règne sauver. » 
17835 Ecuba fu merveilles sage : 

« Beaus amis », fait ele al message, 

« Grief chose est moût ço que requiers : 

« Por quant jol voudrai voientiers, lySio 

17822 {AR)\ M' u. ae; BCEJk en u. roiautc — 23 {AR) ; J 
chaloinge; / Ne sera ki calenge; A: metre — 24 n De uos; k 
sentremetre. — 25 nB remeise, R -esse; k et fait la g., AP a 
tant la g. ; A"" Tost sera r. la g., e R. s. t. la g. — 26 nB remanra, 
M'^Me -aindra — 27 n Des celé, A/' Car quil; F quel sen; A'^ek 
Puisque mes sires (Af' mesire) bien uoldra [A'^M' uodra) — 28 
Af' .j. tôt seul, M nus tous seulz, A"^ n. des grius; » uns (F nus) 
sols nen i; A'n remanra, M'^e -aindra, M demorra; B Ja mais 
nus ni demorera; — 29 {GL)\ AFI contrée, A'A'^BCJky pais 
tuit {A"" tôt); A^ sen riront — 3o A/" Ja nus ca ne remaindront; 
H Ja puis; AfA'BCDJky ca ne retorneront. A"" ci ne reuerti- 
ront; L reuenront, n remanront, G -dront; yl/K Vers trestote (/ 
Contre toute) la gent {R trestotes les gens) del mont, puis 14 v. 
spéciaux; voy. aux Notes) — 3i /c Ore, les autres Or; A"" et s. 
r., DM' s. grant r. — 32{CR)\ A" Si cum; M'A par; H De de- 
mostrer uostre profit — 33-4 tn. à R et sont intevv. dans M"" — 33 
AB uostre uie; n afier — 34 (L) ; GN saluer; F reigne garder; 
H Nai pas loisir de ci ester, A'A'BCek Ne uos lessiez deseriter 
— 35 £ Eccuba, G Hec; F meruoille, EN -oilles — 3y n Gries, 
K Grant; M' Ml't est grant c. que; MVM'k tu quiers; E m. que 
tu r. ; H Cest grant cose que tu me q» — 38 iW ie le uoldrai (v. 
/.); APFuoluntiers. 

Tome III. ,, 



l62 ROMAN DE TROIE 

« Se jol puis trover vers le rei. 
17840 « D'ui en tierz jor revien a mei : 

« Lores en savrai son talent. 

« Ton seignor di que jo li mani 

« Qu'en mei ne remandra il mie. ijSiS 

« En grant dolor a mis ma vie : 
17845 '( Jo n'ai leece ne déport; 

« Assez voudreie mieuz la mort 

« Que vivre en si faite dolor 

« Gom mis cuer suefre nuit e jor. 1^820 

« Mais, se ceste uevre ert achevée 
17850 « Que nos avons ci porparlee, 

c< Ancor m'ireit il auques bien. 

« D'ui en tierz jor a mei revien. 

«c De ço que jo avrai apris 1^826 

« A mon seignor e a Paris, 
17855 « Sonc ço respondre te savrai : 

« S'il le vuelent, jo le voudrai. » 

Li messages ensi Totreie : 

Erraument s'est mis a la veie. ij83o 

Senz ço qu'en fust aparcevance 



17839 M' o le — 40 jP a t. ; M' Dedenz t. — 41 {A)\ AP 
Adoncs, k Adonc; E Lors an s. tôt; n sauras — 42 3/' Di tun s. 
— 43 M^M' remaindra, n -anra, A demourra — 46 n confort — 
47 e a si; M^"L si très grant d, — 48 L Qe; M Conme ; MM' mon 
cuer; 3/W sofre, k souffre, F soufre — 49-50 interv. dans ek — 
49 (L); K si (se m. à M)\ M^ houre, M hueure ; A^^^f iert, 
FGM' est; F eschiuec, G afinee — 5o ek Trop sui par ton sei- 
gnor greuee — 5i En Ancor, X^Onquor — 52 Kïio\ — 53 An Et 
ce, G Sauoir ; M' gen ; K Solonc co que iaurai a. — 55 3/' Selonc 
ce r. s. ; e Son ce, M Donc ce, K Lonc co; KM' ten ; J saura 
{dial.)\ E te respondrai après — 56 {CHJ)\ n Se il uolent, A Sil 
lotroeint; M'^A bien le u., JM'k molt chier Iaurai; E Li rois 
ncn sera ia engrcs — 57 M' Le mesagier, E Li mesagiers — 
58 E Araument, n Maintenant; L Atant se remest; C se mist, n 
se met ; M' Gongie a pris si tient sa u. — 59-60 m. à a* — 59 {CJ)\ 
A Aincois, B Sauf ce ; tous les mss. apercev. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l63 

17860 Ne retraçon ne reparlance, 

Repairiez est a son seignor, 

Qui moût esteit en grant error, 

Saveir qu'il li raportereit. i'j835 

Grant joie a moût quant il le veit : 
17865 « Di mei, » fait il, « com tu Tas fait. » 

E cil li a sempres retrait 

Tôt le respons a la reïne; 

Le jor devise e le termine IJ840 

Qu'ele li a posé e mis : 
17870 « Se ne s'en fait li reis eschis, 

« Vostre bosoigne iert achevée. » 

Ore ot il moût que li agrée, 

Or li est 11 cuers revenuz : 1^845 

« Or font, » fait il, « li deu vertuz 
17875 « Por mei, très bien le vei e sai, 

«c Quant aucun conseil trové ai 

« Par que jo porrai acomplir 

« Ço que tant vueil e tant désir, lySSo 

« Par que jois m'iert acomunez, 

17860 [A)\ BCJky De tost [k bien) aler {EJ errer, C erer) {B 
Den lost entrer) ml't bien {k tost) sauance {CM' m. sen auance) 
[H fait demostrance) — 61 M^A Est r. — 62 iV Que; A m. par 
iert ; x dolor, AV frcor, J trcmor — 63 n que il r. ; ck Por s. que 
il fet auoit — 64 {A) ; 3/' en a q. ; AT Joie a m. g. — 65 w com [N 
que) tu as; ek Demande [E -a) li que il a f. — 66 M ml't tost r. 
— 67 {A)\ n Toz les r.; 3/' de la r. — 70 sen m. à A\ K faint; 
3/' Se li r. ne sen f. e. — 71 E ert, n est — 72 3/'n Or; F oit il 
m. qi; fc qui m. li a. ; e Quant lot oi ml't li a.. — jZ E Toz — 74 
M^ funt, K fist; M mi dieu ; F mi dex — 75 [A] ; F Por qoi, N 
Par foi; K co u. or bien, ^ ice u. b. ; M' trestot de uoir le s., 
n fait il t. b. le s. — 76 [AN) ; AP Que, C Car; H autre c.y 
APBCDFJky trouerai —77 Af'CF Por; (que corr.), APCk quei, 
n quoi, DJy coi {cf. -82); E consentir — 78 (C); B t. aim; K 
gie u. t. et d., 3/' ge u. et ge d. — 79-80 m. à x — 79 (que 
corr.), AI coi, R keu (c/. -82); A ioie, R ieus; / mes dels est 
oublies; 3/' Trop sereie bon eurez, A^BCDJky Se cist {M cil, 
H mes) consauz {MM' conseil) est creantez {M' gr.). 



164 ROMAN DE TROIE 

17880 « Par que j'avrai mes volentez 

« De la rien que jo plus coveit, 

« Por cui jo sui en tel destreit ; 

« E se a ço ne parveneie, lySSS 

« D'ire e de dueil sai que morreie.» 
17885 En une chambre peinte a flor, 

Al rei Priant, son chier seignor, 

Parole Ecuba la reine : 

« Sire, » fait ele, « moût décline iy86o 

« Nostre valor : nostre barnage, ij863 

17890 « Noz fiz e nostre grant lignage, 

« Noz reis, noz dus, noz chevaliers 

« Perdons a cenz e a miliers. 

« Hector, ou ert nostre espérance, 

« Nostre vie, nostre atendance, 
17895 « Ne sai coment nos défendons, 

17880 {Aî)\ A^ Dunques; AjR aurai; BCDJM'k Dont (JDonc, 
B Or) aurai iou, E Puis auroie, H Lors auerai — 82 [M'^AA'^BM 
Por), CDEGJKLNy Par ; (5 cm),DEGN que, M^'KL qui, ACMM' 
coi; H Et dont; F Et por qoi s. ] A'^Hn an grant d.; X^desireit — 
83 {GL) ; M^R Que se, AGL Et ce ; n ia ce, B ia cou ; H Sa celé 
ore; A^BCJky ne {K nen) puis uenir — 84 {AGL)y Faparceuroie, 
R desueoroie ; BCk Donc estuet {K -ot) ma ioie tenir, A'^Jy Ma i. 
[A^E uie) couendra f. — 85 FM^ painte, EN pointe — 86 M Ecuba 
as. — 88 i^ il m. nos d. ; A'^BCJky dével. en 3 v, '. S. f. e. 
grant haine (A' g. destine, M' la roine) Nos mostrent li dieu (AT 
de) chascun ior Ml't décline {J Décliner uoi, A^ Ml't perdons de) 
nostre {M uostre) ualor — 89 {AR); I La ualor de n. b., BCJky 
Nostre {BE Vostre) gent (C genz) et n. [BE uostre) b., x Vostre 
ualors u. barnages — 90 (C); M"" Nostre f. n., E Voz f. et 
uostres; M'^BE granz lignages; B Vostre fil et u. lignages, x 
Abaissant [F Et baissant) uait uostre lignages, H MFt décline 
nostre 1., / De nos f. de n. 1. — 91-2 m. à DHM' — 91 {CJ)\ 
R Nos dus nos r. ; BE Voz r. uoz d. uoz c. — 92 BE Perdez; 
M a ceulz — 93-4 intevv. dans M' — 93 {ABCDH); KL H. 
cstoit; i\r o; M'GMM' icrt; / uostre; A'FJe atandancc — 94 
M"" Perdu auons nostre fiance ; BE et n. ; A'^FJe espérance — 
95 {GL); n aiandons ; AA'BCJky Gestoit {A Ne sai) nostre desfen- 
sions {AHM' -on), J Ne sai nule d., iW Ne vei mes nostre garison^ 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l65 

« Dès que nos lui perdu avons. ijSyo 

« Moût est ceste uevre perillose 

« E a noz ues trop damajose. 

« Senz plus sofrir, senz plus atendre, 
17900 « En fereit bien conseil a prendre : 

« Mais ne sai quil sache doner. lySyS 

« Achillès fait a mei parler 

« Priveement e a segrei, 

« Que nel set nus fors vos e mei. 
17905 « Polixenain quiert e demande, 

« E si oëz que il vos mande : iy88o 

« Gorone el chief li aserra 

« E riche dame la fera ; 

« Le jor qu'il iert de li saisiz, 
179 10 « Sera li sièges departiz. i'/884 

« Torner fera en lor pais 

« Trestoz noz morteus enemis ; 

« Ne serons puis requis par eus. iy885 

« Si nos sera amis feeus, 
17915 « Aidanz nos iert vers tote gent. 

« Jo n'ai mie grant escient, 

17996 {GIL)\ M^AA^BGJek Puis que; H Et pus que lui ; 
M^'AHM^ auon — 97 Af' hueure, E oeure, M'^kn oure — 98 3/" 
as n. hues ; EK oes, M' eus, A"" os; n Et si nos est ; A"^ molt an- 
guoissose; 3/ Et a noz granz amis douteiise — 17900 ANek bon 
{cf. lygig), F plus — i AM' qui, EM quel; M^ seust, A le 
puist — 2 n uiaut — 3 M^EM en ; M^n secroi — 4 n Q. nus n. 
s. sanz, W Qui il n. siet; M nul, EK hom — 5 M^e Polixena ; 
M' quert — 6 M^'K oiez, E orroiz; AP qui — 7 F Coroine; ek 
C. dor; K assera — % ek El chief et reine en f. — 9 e en sera 
s.; K lie; M'^E seisiz — 10 A"^ Ice vous mande par ses dis — 
i\-2 m. à K— II [AA'^BCDGHIJ)', R Tornerun sen, L Tornez 
seront — 12 R Trestuit — i3 F seront, A serez, / sires; JW 
seions mes; [AHJk puis), DIen plus; FJ por; BE par eus {E lui) 
r. — 14 F Si ne s. mie f., / Si vous ert a. et f. ; BE f. a . ; M^CIK 
feels, An feaus, E feax, M feeulz, DHM' feus — i5 / ert; M"^ E 
desfendra, ek O {M Quo) nos sera; I ert; N totes genz — 16 
{A)\ N granz escianz; M eschient; M"" Pernez conseil hastiue- 
ment, / Bien le vous di certainement. 



l66 ROMAN DE TROIE 

(( Mais del péril en que nos somes, 
a Noz fiz, noz filles e noz homes, 17S90 

c< Fereit bien teus plaiz a receivre. 
17920 « E si vos vueil bien amenteivre 

« Qu'a grant meschief devez pais querre : 
« Trop a fort gent en nostre terre, 
« Si est péchiez et trop granz maus ijSgS 
« Que tanz hauz homes, tanz vassaus 
17925 <( Muèrent a si faite dolor 

« Es granz batailles chascun jor. 
« Periz i a de tantes parz, 
« Bien i avreit mestier esguarz. j» 
Li reis Prianz baissa son vis. 
17930 Une grant pièce fu pensis, ^7902 

Après en a dit son viaire ^79^7 

A la reine de bon aire : 
a Dame, » fait il, « ne puis veeîr 
« Ne conoistre n'aparceveir ^79^0 

17935 « En nés un sen n'en nés un plait 

179 17 /Que; J de; (A/V que), AIM^ cui, EM coi, K quei; n 
ou nos metomes (F pincomes); A^ M. de cest p, v nos s. — 18 
-4" Dcuons geternos et nos h. -- 19-22 rèd. à 2 v. dans H : F. tel 
plait bon a requerre Que fuisson fors de ceste guerre — 19 .4 Se- 
roit b., M F. bon, MT Bien fareit [F fereit); AF cist plais, 3/' 
tel plet; A^ Ce deuons querre et demander — 20 {A)\ F Et sil ; 
/os b. ram.; A^ raconter — 21 E deuons, M' de nos; [F pais), les 
autres pes — 22 « uostre — 23 A/' t. g. e m., n et ml'i g. [F 
grant) m.— 24 m T. h. h. et, ek Q. t. h. et; FMM' tant... tant — 
25 APK Morent, e Muirent ; F aisi — 26 K En, F As — 27 Ark 
Perilz, en Péril; en totes p. — 28 AT Que m. i a. e., e M. i a. 
granz {M' grant) e. — 29 {ABCHLPR); M' Le roi; MM' priant, 
D pryanz ; nG lo uis — 3o BCDJPky ce mest uis, puis 4 v. spé- 
ciaux {yoy. aux Notes) — 3i DJy Et dist son sens [D sen, F bon), 
k Sin [M Sen) dit son buen [M sens) — 33 / Douche d. ne ; 3/' 
dist il ne p. saueir; H ne sai u., J ie ne sei uoir — 34 F ne 
parc, 3/M'L3/' naperc. — 35 FG A; R negun sen, A nisun 
sens; a: san ; F na, G a; A nisun plait; 3i* En nul porpens ne a 
nul plet, /A nul enghien ne par n. p., BCDJky For rien qui 
auenir deust [B peust) {DM' que nus dire seust). 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 167 

« Cornent ço poiist estre fait. 

« Quar, s'Achillès ert mis amis 

« Si corne il est mis enemis, 

« Si n'est il pas de mon parage. ^79^5 

17940 « Trop baissereie mon lignage : 

« Pèsera niei, ço sacheiz bien, 

« Se endreit mei baisse de rien. 

« E s'il esteit de li saisiz, 

a Coni sereie seûrs e fiz 179^0 

17945 « Qu'il feïst départir le siège? 

« Guide me il prendre a la piège ? 

« Trop sereie por fol tenuz 

(( S'ensi esteie deceiiz 

« Par Tome que plus dei haïr. J7925 

17950 « Tant i a rei de grant aïr 

« Plus riche de lui contre nos! 

« E donc si cuideriëz vos 

« Que il por lui s'en départissent? 

I7q36 {AI); R C. ice puet; BCDJky C. (M Comment) cou f. e. 
{DM' ice e.) peusl — 37 APGM ïtn, H fust ; R Sachilles ere — 
38 MM' iert, n ert; M uostre; M^en anemis — 40 e Jabess., M 
T. abess. (v. /.) ; « T. baisseroit nostre \. — 41 F Fessera ; R 
ment tant com ie soi — 42 DHM'k Sil; n Se deuers ; M'' Sendreit 
mej abaisse; R Se il de r. b. e. moi — 43 £"de li e.; M"^ E sil iert 
or; K lie; M"^ seisiz — 44 M"" Coment en sereie ie, F C. soie s. 
et; M C. seroie {v. f.)\ AK ne fis — 4S {A)\ A/" fareit — 46 
M^'AA'^BCJky Or me c, [K quide,^' cuide il); A"" auoir pris; / 
Jou cuic kil me velt p.; AA'ly al p. — 47 A/' ore recreuz; A^CJky 
Honiz s. et r. {H deceus), AR Trop par s. afoletiz {A -is), / T. 
uilment s. escarnis — 48 L Seinsint; H Et si seroie recreus; 
AIR auilenis {R -aniz); M'' Se ie e., iM' Se ie nestoie, Ek Se 
iestoie ore — 49 {BHJ)\ FG Por; G homme; K Par celui, M P. 
la rien ; H iou d., CK plus puis ; xl el mont que ie he (F het, / 
hac) plus; AR que ie p. hais — 5o M'^AILRn reis; /T. a or r., G 
T. i auroit, A'^BCJky Maint (C Molt) en i a ; xl contes et dus, AR 
dus et marquis — 5i M^AIE riches — 52 Af E doncs, -<4FAr 
Adonc; AP se c, K que quideriez; eM Et dçnques c, / Et com- 
ment c; n sor ce que diroiz uos — 53 AR Q. p. 1. se departissont^ 
ek Q. p. 1. del siège partissent, /Kil por lui desseiassent donques. 



l68 ROMAN DE TROIE 

« Ja jor por lui ça ne venissent, i793o 

17955 « Ne ja por lui rien ne fereient, 

« Ne ainz ne s'en departireient. 

« E ne por quant, s'il ço puet faire 

« Que Greu se metent el repaire, 

« De lui sera pais e de nos, 17 9^5 

1 7960 « Ne li serons plus haïnos ; 

« Pardoné seront li mesfait : 

« Ja ne li seront mais retrait. 

« Ma fille avra, bien li otrei : 

« Sor toz les deus de nostre lei 
17965 « L'en ferai faire seiirtance, 

« Por ço qu'il n'ait de nos dotance. 17942 

« S'ensi puet estre, ensi l'agré 

« E ensi iert ma volenté. » 
Quant la chose fu porparlee, 17943 

17970 Que moût fu puis chier comparée, 

Si départirent lor conseil. 

Anceis que levast le soleil, 

17954 AR Por lui ni uindrent ne ni sont; Mn Por 1. ia i., M"" 
la por samor; M' por li, IK par lui; / Quant il p. 1. ni vinrent 
onques — 55 M^ por li, K par lui; M'^N nen f.; M^ fareient; ek 
ne sen iroient (iV/' iront) — 56 M^ cinz, n ia; M^ départiront — 
57 M"" E ne poruec ; Ek sil le. M' se il; n sil pooit f. — 58 M"^ 
grie, k griu; n Qil se meissent; 3i au r. — 62 M^ serunt; KM^ 
Ja mes ne li seront (M' sera) r., iV Ne ia m. ne s. r., EH Ne li 
s. ia m. r., F Et que m. ne seroit r. — 63 Hkn io li — 64 M'^ 
los deus — 65-6 interv. dans Ik — 65 F An; M'^JKe bone s.; K 
seurance, M asseurance ; ^/ Len sera fait asseurance (/ faite seur.) 
— 67-8 m. à K— 6j {J) ; A"" Se si ; G Sainsis p. e. issi, L Se einsi 
p. einsi ; FI issi, A ainsi; BHM' le gre — 68 M'' E ensi, A Et 
en ce ; M'F uolunte ; xT E. {G Ainsis) i. a ma (F sa) u.^A'BCJMy 
Ml't uolentiers et de [N a) bon gre — 69 F aparlee — 70 M' conpe- 
ree — 71 A li c; A'^ek Si d. {M' se partirent) del c, / Si fu de- 
partis li consaus, n Si (F Se) départi icil consauz ; ÀPA conseill, 
H -el — 72 F Aincois, N Encois, M Auant; .WA'M' Ainz quil 
(iW que) ueissent; k li soleil {M -ail), n li solauz; M'A soleill; 
£ Au matinet leuant soloil, 1 Al tierc ior ains que li solaus. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 169 

Fu li mes al tierz jor tornez : 

Moût fu li termes desirez, 
17975 Anceis que il fust acompliz. 

Dedenz la chambre as ars voutiz ^79^0 

En est venuz a la reine. 

Cent saluz rent a la meschine 

De part son seigneur, qui li mande 
17980 Qu'a li se donc e se comande, 

Del tôt se met en son voleir, 17 9^5 

Lui e sa terre e son aveir. 

N'i puet longe parole faire, 

Quar la reine de bon aire 
17985 Est dedevant, que ne li lait; 

E celé n'en tient autre plait, 17960 

N'el nel receit, n'el ne li dit 

Orgueil n'outrage ne despit ; 

Ne fait semblant que point l'en peist 
17990 Ne que de rien bel ne li seit. 

La reine, que moût est sage, 179^5 

Parole, si dit al message 

Tôt le respons al rei Priant : 

17973 / Leuast fu li m. retornes — 74 EMn desirrez — 75 3/' 
Ainceis, E Eincois, M Auant — 76 kn Dedanz; E uostiz — 79 
AJny De par; M"^ que — 80 ekn A li [M lie); 3/* se rent; M et 
reconmande — 81 M De t.; M^AK vout [K uelt) mètre, M ueult 
estre; AM as. — 82 ek Soi; E s. uoloir; A Sus sa t. et sus s. 
a. — 83 « Ne; e pot; M'^Nek longue — 84 iV raine — 85 F Est 
deuant lui, M E. deuant — 86 M'^M ne t., E maintient, M^ me- 
noit; F Celle nantant a — 87 N Nal nel, A: Ne nel, /A/ Nel ne, 3/' 
N. nés, £ Ne le; Fdecoit; i^Af' ne ne; A/" nele nid. — 88 M^Ev- 
goil, AA'^kx Orgoil, Cy Orguel ; {A'N O. noutrage), iWABCGLky 
O. [J^r E.) outrage, F ne o.; / nul d.; A/^JB desdit, C mesdit — 
89 A'^L que il, F que pas; AGn li p.; / ki li pleust; x\P Que 
il len p. ne f. s.; A'^BCJky que len [A'^HK li) pesast (C pensast) 
— 90 7? de negent b. li sot, A de noient b. li soit ; L r. beau li en 
s., / r. irie fust, A'^BCJky r. bel [BJKM' biau, C bon) li senblast; 
M"^ Ne que biau len s. tant ne quant — 91 ^ raine; A^HK fu — 
92 M'^N se d., F et reconte; K Parla si a d. — 93 n Toz les r. 



170 ROMAN DE TROIE 

Bien devise le covenant 
17995 Que Achillès seùrs sera, 

Ja devers eus ne remandra. ^7970 

« Ensi, » fait el, « li puez retraire. 

« Ci a grant uevre e grant afaire : 

« Celee seit tant qu'ele iert faite, 
18000 « Ja ne seit dite ne retraite. » 

Que vos ireie porloignant? ^797^ 

Congié a pris li mes a tant. 

A son seignor est repairiez, 

Qui moût esteit desconseilliez, 
i8oo5 Qu'Amors li mostre de sesgieus 

E come om tient de lui ses fieus : 17980 

A ceus ou est li suens plaisirs ^79^3 

Fait geter plainz e granz sospirs; 

Veillier les fait e geuner 

17995 {Aiy.W Et a.; A^BCJky Quachilles {MX.) bien s. s. — 
96 {!); A^Ln endroit lui (L li); M^'AA'' remaindra, L -eindra, N 
-anra; BCJky Et il autresi {E autretel) refera (C resera, B nos 
fera) — 97 .WM' f. il ; F elle li puet (v./.), CK elle p. {K puoz) 
— 98 M^ houre, kn oure, e chose — 99 Àf quel ier, k que seit, 
Fquele sera; Af" feite; M' Celer le deuons entreset — 18000 k 
Que, E Quel; M' Que il ne soit a mal retret — i N poil.; Jek 
Congie a pris li mes a tant (v. interv.) — 2 « Li m. a p. c; Jek 
De la uile sen ist bâtant {E errant, K a tant) — 4 BCEK Q. de 
{BE del) sens {E san) est molt deshaitiez (C débitiez, M desai- 
riez, E dcsuoiez), M' Q. tant par cstoit dehaitiez, H Q. ml't est 
del sens desairies, J Q. de son san est desuoiez — 5 CH Amors; 
G montre, L monte; 3/M ieus, G iex, N ious, F geus, BCDJky 
torz; L par mainz leuz, / ses defrois — 6 M* cum, AGRN com ; 
3/' len, X an, A on, R il; AP F de li; {^P fieus), G fiex, AF 
feus, N fous; L Et si li teint le uis ses feuz, / Comment en est 
par li destrois, BCDJky Vers lui [CM cui, K li) ne (C nen, H 
ni) puet auoir [Jk ualoir) trestors [M trésors), puis ces 2 v. : 
Que il {DJM' Quele) ne [BK nen) face son uoloir Lun fet ioiant 
(AT ioir) lautre doloir {B d. lautre ioir) — 7 F cez, E ces, J ce; 
A nest; BM siens. M' sons— 8 (.4); F gieter, E gitier, M' ieter, 
K giter; B plaintes et s.; /gries; EN sopirs, BM' soup. —9 
FJe le (F lo) f.; FJKLe geuner; Jky G. le [k les) f. et u. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXENE I7I 

1 80 1 o E totes uevres obliër 

Por estre a la rien ententis 

Dont om est mornes e pensis. 

La sont li cuer e nuit e jor 

En crieme, en soing e en error ^799^ 

1801 5 D'ataindre ço que il désirent, 

Dont si destreitement sospirent, 

Espris d'amore devoleir, 

Senz bien e senz repos aveir, 

Icil qui en ço ont entente. ^799^ 

18020 C'est li servises e la rente 

Que Amors prent mainte feiee 

De ceus qui sont de sa maisniee. 

De ceus est bien danz Achillès : 

A lui a trait Amors de près. 18000 

18025 Bien li apert en mile vis 

Qu'a son ues Ta saisi e pris ; 

Amer le fait outre mesure : 

« Ha! las, » fait il, « quel aventure! 

« Com sui destreiz! com sui sozpris ! 1800S 

18010 M^Ax oures; Jky En mainte guise traueillier — 11 
JKM' riens — 12 M'^N Dom, M Donc; G on, n en, M*A^JLky 
'\\\ Al>. il ncn a ne geu ne ris — 14 {corv.)\ M^ c. sunt, F c. an 
sont, AJS c. sont; A estour; BCJky Qui aime nest pas a seior 
— i5-6 m. à //— i5 APA Datendre, tiG Datandre; AP ce qui il, 
F ce qil tant; GN desirrent; L ce qui! dcsirroit, R ce ke il desir- 
reit; BCJek Souent a ioie et souent ire {BC i. s.) — 16 (G); F 
Don; / angoissousement, ti si très doucement, LR D. d. (L si 
durement) sospiroit ; N sop.; BCJek Souent se plaint souent sopire 
{K sosp.) — 17 /f et sans liece — 18 H S. b. auoir plein de tris- 
tece — 19 k l. q. {K Cil q. i) metent lor e. — 20 >/" seruizes, 
JM -ices; K\or seruice et lor atente — 21 ek Quamors pramet; 
APK fiée — 22 ek A; EF ces; e mesnie — 23 E cez, F ces — 
24 iV/^amor; n mais cest de p.; M Qui tant aime quil nen puet 
mais — 25 M aparoit (v./.), K pareist — 26 ^Pn hues, A oeus; 
AP seisi; ek Quil {M Qui) est des suens {AI siens) ce mest auis 
[M si con mest uis, M' ce li est uis) — 27 N a desmesure — 28 kn 
quele— 29-30 interv. dans AI — 29 ek Sis. d. si; AP rum s. pensis. 



172 ROMAN DE TROIE 

i8o3o « Com sui de tote rien eschis! 

« Ne vueil que cm parout o mei. 

« Se fui sages, dès or folei, 

« Quant en tel lieu me sui donez 

« Dont ja n'avrai mes volentez. 18010 

i8o35 « Jos en avrai ? E jo coment? 

« Ja sai jo bien certainement, 

« Puis que li mondes comença, 

« Ne ja mais tant come il durra, 

« N'amera rien plus folement. 180 1 5 

18040 « Se mis corages me reprent, 

« Ço que me vaut? Bien sai de veir 

« Que ci ne m'a mestier saveir 

« Ne hardement ne vasselage. 

« Qui est qui contre amor est sage? 18020 
18045 « Ço ne fu pas Fortis Sanson, 

« Li reis Daviz ne Salemon, 

« Cil qui de sen fu soverains 

« Sor toz autres homes humains. 

(c Qu'en puis jo mais, se jo desvei, i8o25 

i8o5o « Se jo refail, se jo folei? 



i8o3o M"^ a t.; ek Que por amer {K amor, M' -ors) — 3i M"" 
hom, M' on, EF lan, N nus; M^EK parolt, F parut, A/' -ot; 
Mn a m., e de m, — 32 /c Sonc fu, 3/' Si sui; n Ge f. s. mes 
or f. — 33 EFK ieu, AP lue, N lou — 34 3/"F voluntez — 35 
Af^ aureie — 36 Kn Co s. — 38 M"" cum; F dura — 39 M^'n 
riens, MM^ bons, EK hom — 41 M"" bien puis saueir — 42 [A)\ 
Ek Que ici nont [K na), M' Q. ne mi ont — 43 F ardimenz, 
M'^AEMN hardemenz; 3/' uaselage, EN -es, F uasal., M'^Ak 
uassel. — 44 {A); F Qe encontre a.; n il e.; M^'AEkn sages — 46 
[F Fortis), N fortin, A^ li fors, les autres fortins; M^'AA'^BCIky 
sansons — 46 A'^k D. li r., e D. li preuz, n Ne r. d.;MM' 
Dauid, ^V-is; WAA'^BCIky salemons — 47 iV des s., e de 
toz, H sor toz — 48 M^ humejns — 49 {ABCH); -4' io donc; 
M'^F ie quen p. doncs (F mais); K gie folei — 5o {A)\ M"" re- 
faill, 1 pense; A'^BCky Encontre (^' En uraie) amor nul sen 
{A^HMM' sens) ne uoi. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l']'S 

« N'i a neient de l'escurder. 

« Jo ne puis mie contrester 

« De ço dont li sage ancessor 

« Ne poreni prendre d'eus retor. i8o3o 

i8o55 « Or n'i a donc nule autre rien : 
« Jo vei e sai e conois bien 
« Qu'a ço me covient a entendre, 
« Goment que il m'en deie prendre. 
« Se en mei a point de valor, i8o35 

18060 « Bien i parra, jusqu'à brief jor, 
« En penser e en porchacier 
« D'acomplir mon grant desirier : 
« Soz ciel n'a rien que jo n'en face. 
« E qui voudra puis, si m'en hace. 18040 

i8o65 « Se tote gent ont lor talent, 

« E jo n'en ai ne tant ne quant, 
a Ço que me vaut ? Jo dei penser 
« Goment j'aie joie d'amer. 



i8o5i EF néant, GILN noiant, K naient, HIM nient {formes 
ordinaires)', [GLN de lescurder), An de lescuser, F de lescunder, 
M^ del consirrer, I del escaucirrer, A^EJk del {EJM de) confor- 
ter, H del dolenter, M' de plus celer — i8o53-i93 m. à D ; ils 
ont été transcrits à la fin d'après J par l'ancien possesseur du ms. 
— 53 M""! Vers ce, M' A ce; M^'E don, / v ; A/" sauie, x saint; 
iVf' anceisor — 54 F dax prandre, N dais panre — 55 M^ doncs 
nul, n donques; M' Amer mesteut gel uoi très bien — b6 K Gie s. 
etu.; iVquonois, E conuis; M' Ne puis ueoir nule autre rien — 
57 M^KM'n Que {M' Mes) a ce me c. e.; iV/ conuient — 58 >/' 
qui; k me — 59 n San m. a mes p., ky Se iai en m. p. — 60 
(//); A II, / Or; K Bien paristra, n P. mes, C B. parira; APe 
tresqua; K iusqual tierz i.. A"" al chief del tor — 61 {HJ); n An 
panse (F -er) ai a p. {F -er) — 62 {HJ); E desirrier, M' désirer, 
M desier, Fdestorber, iVanconbrier — 63 Cek El (C Qel) mont; 
Af qui — 64 X' Et p. qui u.; F manace — 65 M^ tote genz, 
Ek totes g., M' toutes gent, n tuit li autre; H Sor tote g.; 
yPM a son t. — 67 N Ge que; ^ gi d. — 68 A"" io ai, / 
aie; My Puis que mon cuer ne puis tenser,**^ Cornent m. cors 
puisse t. 



174 ROMAN DE TROIE 

« Joie en avrai, se tant puis faire 18045 

18070 « Que la douce, la de bon aire, 

« La resplendor de beauté fine, 

« En cui est tote ma destine, 

« Tote ma vie e ma santé, 

« Se jo de li esteie amé, ï8o5o 

18075 « Conquis avreie tôt a tant. 

« Haï ! fine de bel semblant, 

« Esperital, enluminée, 

« Sor totes autres désirée, 

« Sor totes celé que plus vaut, i8o55 

18080 « Corne aigrement Amors m'asaut 

« Por vostre semblance délite, 

« Qu'en mon cuer port peinte e escrite! 

« Quant la recort, ne sui pas sain : 

a Sovent en devieng pale c vain, 18060 

18069 ^^ aura; A'Cky Grant i. a., G \. a. ie, iV Panserai 
mais, L le uiurai m., F Gierai m.; // p. tant f. — 70 i? Che; 
A la franche; GN et la; 3/' Q. de la d. de, Cky Q. de la 
franche de — 71-2 m. à DHM'n — 71 (ABCJR); GL res- 
plandant, A^EI resplendors; iW biautie, R belte — 72 iC qui 
— 73-4 tous les mss. santez : amez — y'ô K Mes bucns ma 
uie, xDHM' Ou ma u. est, E Et ma uie; AR Ma ioie ma uie 
ma {R mamoinc) s. — 74 G Et se de, nL Se de; K lie; AR 
puis cstre a. — jS A^BClek Tôt a. c; A C. aurai adonc 
itant, GL C. a. tôt a itant, «//Tôt ai quanque [n ce que) io uois 
(Fuoi) querant — 76 (C) ; k Ahi, GL Ahy; A signe; M^GKL 
biau ; A'^B bêle de fin s.; Hn Ge la ui [H laim ml't) bien et [F a) 
son s. — 77-8 m. à DHM'Pn — 77 {LM Esperital), M'AEKGJR 
Esperitaus, A^B -iels, — 78 M^CEGJLM desirrec — 79-80 m. à 
A'' et sont interv. dans -E — 79 [L) ; 3/'G t. celés, CJMP t. au- 
tres;^ Celé de t.; i/ Sor t. car p. u.;L q. mielz ualt, Pqc ie pi. 
iut {sic) — 80 M'L Cum malement, R Kan m.; FL amor — 81 
M^CMR dehe, A quai dite; /parfite; L Por la s. dcspcrite; 
A^'PJny Yostve biautez {JM'P -e) qui est eslite (F élite), K P. u. 
deuine s. -- 82 A'JMen En {n A) m. c. est; CFMM' pain te, N 
pointe; R che nen m. c. por; K Que mis cuers a en remem- 
brance — 83 M^E scjns — 84 [ACL deuieng), R dcuient, M 
-icn, G -ain; M^A^ny S. en sui pales; M'^E vcins. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE I75 

i8o85 « Sovent m'en refreidist li cors. 

« Tant m'a Amors pincié e mors, 

« S'ensi me tient, s'ensi m'aspreie, 

« Ja guaires longes ne vivreie. 

« Que me demandereit il plus? 
18090 « De son plaisir rien ne refus; 

« En mei n'a mais point de dangier. iSoôy 

« Par sa merci li vueil preier 

« Que il me face le socors i8o'j3 

« Gui il sueut faire as ameors 
18095 « E ne perde en mei sa costume ; 

« La douçor e la soatume 

« Qu'il done as autres me redont 

« Cil qui sire est de tôt le mont ; 



i8o85 AGRk me; G refreschit — 86 A*FM' Si; Famor; Hx 
percie — 87-90 m. à A"; 87-8 m. à DHM'n — 87 KL Se si, R Si 
ci, G Sainsis, M Sainsi, A'BE Seinsi, J Sensint; 3/' se t., C me 
cuist; A'BCEIJk et si, L se si, R si ci, G sainsis; A maproie — 
88 M"" gueres longues; G guerroie, L garroie ; A'BCEIJk Lon- 
guement uiure ne porroie — 89 {AGL); R mcn; A'BCJkny 
Tant ma destroit {F -oiz) et si confus — 90 [BC) ; AP plesir, 
A'GKL uoloir; A riens nen;^ Que son p. pas — 91 {HJ)\ N 
A moi, F An mon; C ne na m.; R na m. pouir {sic) ne d. ; 
A' A mon cuer na p. de doingier; K poi; A'^Ex dongier — 92 
{AGLR)\ AP Por, R Per; M^ prier; / A son voloir mestuet p., 
A'A^BCJL'L^Pkny Tôt mon corage a fait (^' c. f.) changier, 
puis 4 V. spéc. ; voy. aux Notes) — 93-6 m. à I — 93 [A) ; / Ke 
tost; GLR Quil me reface; A'A^'BCJL'UPkny Et qui! {A^'AP 
quel, FK que) me f. tel (P telz, A'^AP autel) secors — 94 A/M 
Que, A'' Cum, A'BCJL'UPkny Con il, R Chil; M'^R suelt, 
M seult, A'E siaut, AJ sot, A^'K selt ; GL Quil souloit f., 
M' Con ele a fet; Hn Con il fist a noz a. ; R amaors, A 
ameours, A'BCHJAPx ancessors, A/M' -eisors, E enc, A"* an- 
cisors; P Dond puis a fere de ses tors — 95-8 m. à DHM'Pn — 
95 {AR)) GL Qui! ne; APA'A^'E Quen {M Qua) m. ne p.; C Qe 
por m. ne p. c, B Qui en m. nait de sa c. — 96 [A^CJ); BR dolor, 
J docor, Ek dolcor; A' Sa d. ne sa s.; K suât., R soaut., G 
souaut. — 97 i? Ke, GLM Qui; A' si me dollt; APR redoint — 
98 GL Qui sires est; il' gouerne tôt. 



176 ROMAN DE TROIE 

« Teus noveles m'en dont oïr 
18 100 « Que mon cuer puissent esjoïr. » 18080 

Ensi destreiz, ensi pensis, 

Ensi en amor ententis, 

Consirra tant e atendi 

Que sis messages reverti. 
i8io5 Quant il le vit, joie ot e creime : i8o85 

C'est costume de rien que aime. 

Enquis li a e demandé, 

Saveir qu'om li aveit mandé. 

E cil ne l'en a fait celée : 
181 10 Tote Fuevre li a mostree, i8ogo 

Toz les respons, les covenanz 

Que li tendra li reis Prianz, 

E la requeste qu'il li font, 

E cornent il l'aseurront 



18099-100 m. à M — 99 k Tels; A'Lekn me; {AA'EGHn doint), 
JM'k dont, L doinst, M"^ doinge; A"" Men laist tels n. o. — 18100 
{J) ; M^AGLR Quauoir en puisse (iV/^ Que ien p. a.) mon plei- 
sir ; A'A^'Ke Qui; A^ puisse, K poissent, £" puis., 3/' facent; 
E resi., A"" refroir ; H Dont io me p. resioir, N Dom il mon 
cuer face e., F Dont il me f, e. — i F destroit; G sopris, L 
seurpris — 2 F a a.; E entandis — 3 [GLR) ; A'BCJky Atandi 
[N -ie) t. et c. {BM' consieura, E -iura, CHk -ira, A"" désira), A 
Considéra et a. — 4^ sist m. ; A'BCJky repaira, B reporta — 5-6 
m. à HM'Pn — 5 (^); / Corn il le voit; R i. en ot ; M^GLR crie- 
me, B crème; A""! i. ot (/ a) ml't grant — 6 (i?); A de riens, 
BCEJLM dôme, G donme ; A"" de fin amant; / Et si a crieme 
nanporquant, K Co est reson damanz quil crieme —8F aura; 
P S. que Ion li a m., AR S. que il a. troue, / Kil auoit fait 
ne que trouue — 9 Rcel; M qui Ien; M^ li; / Cil ne li coille 
nule rien — 10 WM'Rkn loure; i^ T. li a 1.; M'R contée; / 
Anchois li dist et conte bien — 1 1 / L. r. et 1. c. ; L et les couenz 
— 12 GL li a fait, n li manda — i3-4 interv. dans M"" — i3 B A 
la; A" Et quele r. li f. — 14 {A^BJ); WRk E cum (A' con) il Ien 
asseuront (M -reront) {R li seureront), CJ Coment il laseure- 
ront, J/'Con dient las., G Et conmeni lan asseureront, //n Et 
8or les dex li iureront. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE I77 

181 1 5 Que lor fille li iert donee 

E que volentiers lor agrée : 

« Pensez, » fait il, « com l'ost s'en aut : i8og5 

« Tant sai jo bien, si Deus me saut, 

« Ses poëz faire départir 
181 20 « E en lor terres revertir, 

« Saisiront vos de la pucele, 

« Que sor totes autres est bêle; 18 100 

« Ainz n'en sereiz vos ja saisiz 

« Devant qu'il s'en seient partiz. 
18 125 « S'en ceste chose doiez rien, 

« Il vos en aseûrront bien 

« Tôt ensi com devisereiz iSioS 

« E com vos dire le savreiz. » 
Achillès ot qu'el n'en sera : 
1 8 1 3o De moût parfont cuer sospira. 

Ire a e joie e atendance : 

Moût par li plaist la covenance, 181 10 



18115-6 m. à M'AA'A'BCGIJLRek — i5 FH \i ert, N lor 
iert — 16 FH uoluntiers li a. — 17 / Sire p.; [AMK com lost), 
-M^ cum losz, K com loz, A^BClJny que lost {n loz, H los); EK 
ait — 18 iV/' T. en s. ge, n T. {N Et) sachoiz b. ; M' dieux, M 
dieu; AR Qua [R Che) la uille nait plus assaut — 19 yl Se — 
21 A/^ Seis., F Saisiroit; R puncelle — 22 (AF Que), R Che — 
2?) R Anç, 3/' Einz; M^k ne — 24 M^ De ci ; A Que il sen s. de- 
partiz; K ques en aiez p., F que soient departiz, NR ques [M' 
que) aiez d.; R Tant che les aia d. — 25 3/ Se; iî coise — 26 
E aseuront; FAr uos aseureront, A uos ass.. Mu, en ass. — 
27 A'PAR Par {R Pert) tôt ainsi {R issi) com uos uoudrez {R uol- 
droiç) M- si cum deuisereiz) — 28 ^ Ne c. ; AR deuiser le sau- 
roiç [A -ez) ; M"^ Al mielz que vos onques saureiz — 29 {AI) ; GL 
oit, n or, BR uoit ; GL con il sera ; A^'BHJM'Pn plus, C qïl ; H 
nescota, n ne sesta — 3o M"" parfunt, AI' par fent; H Del c. del 
uentre s. ; Ne sopira, A soup. — i8£3i-i9i79 m. à AP (7 feuil- 
lets perdus) ; <i<2«s ce/fe lacune de AP, AHJR sont utilisés — 3 1-2 
interv. dans Hn — 3i J L ot; C I. et i. a; « Quil cuide auoir 
en atandance {F ant.), // Qui li c. a. at. -g- 32 K plait ; H li; 
AHk conu., R conuinance. 

Tome IIL 12 



178 ROMAN DE TROIE 

Mais grief chose est a acomplir 

Iço qu'il lor a fait ofrir, 
i8i35 E ne por quant a Fessaier 

Sera demain senz plus targier. 

Assez traist ainz peine e dolor i8ii5 

Que fust trespassé icel jor : 

Moût li fu Ions e enoios ; 
18140 Destreiz fu moût e angoissos. 

La nuit après veilla senz faille : 

Moût ert sis cuers en grant bataille ; 181 20 

En son lit fist la nuit maint tor. 

E quant il aparçut le jor, 
18145 S'a pris conseil e engeignié 

Gom li haut home e li preisié, 

Li duc, li prince eli demeine, 181 25 

Li amiraut e li châtaine 

Seient mandé a parlement ; 
181 5o S'i sont il tuit hastivement. 

181 33 Hk Ml't; N gries; k Molt est g. c. a — 34 i^ quel, K 
que, M qui — 35 AH Et non — 36 ENk tardier, F tarder, R tar- 
çier -— 37 [A"")', A trait, Jtreist; BJMy mal e d., A maus et 
dolours — 38 jR Ke ueist traspaser cal i., A'^BCJkny Que il u. 
passe {EH er) le i., AGL Que f. tresapsez icil [A icilz, G icest) 
ior [A iours), / Kib eust trespassé cel i. — 39-44 m. à ny {bour- 
don) — 39 ^ Destrois iert m. ; CK enn., G enoious,, M ennuios, 
B anuiols, L -ous, J aniox, A -eus — 40 G iert m., Ck est m. ; 
A Ml't par fu ce iour a. — 41 BCJk La n. u. tote s. f. — 42 CM 
est; M son cuer, A son cors; K Destreiz est molt de g. b. ; J 
trauaille — 43 k fait ; R sist la n. m. tor — 44 ABCGLR aperçut 
— 45 C A p. ; AR conroi, EGHn consoil ; L Sa c. p., EIP Pris a 
c. ; 3/' enginie, F ang., ABCJk -ingnie, EH ang., A'^NPR engi- 
gnie, EH — 46 « Qe; ^ si h. h. et si ; EP Cornant li h. h. p. ; 
AA'^EJLN prisie, F prosie. M' proisie, R presie — 47-8 m. à 
DHM'Pn — 47 [A""!) ; GR domaine, L demainne — 48 /C amiralt, 
3/ -al, GLR -ant; A chataingne; -4' li achataine, BCEGLk li 
cheuetaine {EL -einne, k -aigne — 49 CKLRn au p., A'^ communé- 
ment — 5o {J)\ GL Ne vos ferai, A Ne nen f., R Ne uoil faire; 
GL parlongement, A prolongnement, R par loignament; A"" Et 
uieignent tôt al parlement; MM' Si furent il, 5 Si soient t., AT Et il 
si sont; C son; BH hasteement, C comunalment, M isnelcmcnt. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 1 79 

Li concires fu moût pleniers ; 

Moût i ot riches chevaliers. i8i3o 

Parlé i ot en mainz endreiz, 

En audience e en conseiz; 
181 5 5 De maintes riens i ot traitié. 

Achillès s'est levez en pie. 

Bien fu oïz e escoutez, i8i35 

Quar cremuz ert e redotez 

E honorez e essauciez. 
t8i6o Sages fu moût e veziiez : 

Si come il sot qu'il fist a faire, 

Comence a dire son afaire : 18 140 

« Seignor, » fait il, « mostrer vos vueil 

« Que par sorfait e par orgueil 
i8i65 « Nos faisons chascun jor ocire : 

« Jan i a morz teus trente mire 

i8i5i {BF concires),^' CNRky conciles, A candeours; B est; 
/en fu p. — 52 ignobles, M de bons; A" dus et ml'l princiers; 
/ Asses i eut bonsc. — 53 {GR); L i ont; A mains consois, / maint 
endroit; A^BCJkny par {CK por) escience {B cnsience, H grant 
sience, A"" sapience) — b^ R consoliç (sic), A -ois, GL segroiz; 
A'^BCJkny En {JM' A) conseil (C Et consiaus) et en a., / Chas- 
cuns en dist chou kil voloit — 55 A'^CHM'R De mainte chose 
{R cose, H gent) ; A i ont; ^' parle, F trestiez, les autres trai- 
tiez; i ot m. à F; I Achylles ki em pies se lieue — 56 (G); 
EFHRk est; M sailliz; A Dont leua a.; roi.'v les mss. {sauf A""!) 
piez; A" Ez a. en p. leue, / De chou parole ki li grieue — b-j F 
escoutiez, N escotez, -STescoltez — 58 [A^'B); C cre, M iert, HIM' 
fu; M' renomez; A Car ml't iert c. et amcz, R Cm. fu de toç 
henoreç — 59-60 interv. dans kny — 59 AR Et redoutez et e. ; 
C ensaucies, E anseingniez — 60 K Saies, EH Saines; R uecieç, 
M ueisiez, les autres ueiziez — 61 3f' que; C quil est; H Si c. 
cil; A'^BH quil ot a f., n quil est a plaire — 62 (C); AA^JR C. 
a dire et a retraire, B A commencie son conte a faire — 63 e 
Seignors, AP Seingnors — 64 {A^) ; AIR forfet, BF force, N 
folie, A! oltrage — 65 {AGILR); i? fasom ; -4 occirre; A'^BCJkny 
Auons asise ceste uile — 66 (C) ; GLM' Ja i a, M Ja en i a, EJ 
San i a, A^' Sin i a, BHI Ja en sont; BHILkn rfiort; BI tel; (G/ 
mire), les autres mile; R De m. ni a deus. 



l8o ROMAN DE TROIE 

(( Qui mout erent hardiz e proz ; 18145 

« A ço revertirons nos toz. 

« Par celé fei que jo dei vos, 
18 170 « Ja n'en eschapera uns sous 

« Qu'il ne seit a la mort aquis, 

« Ainz que cist règnes seit conquis, 18 i5o 

« Se autre conseiz n'en est pris. 

« Trop fol plait avons entrepris, 
18 175 a Qui por l'acheison d'une femme 

« Avons guerpi tant riche règne, 

« Tant reiaume, tant bon pais. i8i55 

« Plus de cinc anz avons ci sis : 

« Ancor n'i avons chose faite 
18180 « Que en bien puisse estre retraite. 

« A grant angoisse, a grant ahan 

« Somes ici le plusde l'an; 18160 

« Nostre gent est trop bosoignose 

18 167 {B)\ GM ierent; n Qi estoient ; / de grant valour; Pn 
hardi et p., y preu et hardi, Ck prou en bataille; J Q. m. 
estoient de grand bruit — 68 {B)\ P reuerterons, C -on; R tuit 
nos, J nos tuit ; K uertirons tuit ; Ck sanz faille ; y somes tuit {H 
serons tôt) reuerti; / La venrons tout a cief del tour — 69 AILR 
la p. la f. — 70 (G); L Nen e..i. toz solz, AR A. [R Vns) nen e. 
{R eschanpera) touz sous, / Nen porra eschaper uns s., k la 
neschap. {M nespera) nus de nos — 71 FMy Qui; e nen; F 
nestoit; A"" Qui ne soient de m. a., AGILR Qui ci (L Que il) 
ne soit morz et ocis — 72-3 m. à n — 72 [AA'^GILR) ; E c. rei- 
gnes, H cis sièges — 78 M autrez, EK altres; K conseiz, A -eus, 
R -oilç, £ -auz, Af3/'-eil; A iert; A/' quis— 74(CV); CFauez; 
H Si arons estaint nostre pris, A En estrange p. s. m., GIL En 
t. {GIL ml't) f. p. nos somes mis, R En f. p. nos s. tuit m. — 
75 H Que, R Che, A"" Quant ; Ky lacheson, FLR -aison, MN 
lacoison, A^ loc, ACI lach., G loquison ; CJkny dame; A"^ 1. 
dame helaine — 76 (L); CJkny Auez [EHJn Auons) chascuns 
g. [FJMy g. c.) sa famé. A"" A si c. g. son raine; GI tuit nostre 
r. — 77 {A)', L T. beau r. t. p., R Et t. r. et t. p., CJkny Et 
son r. et son p.; G t. bel p. — 78 jR aucms or sis; G aues — 
79 k Onquor, ARe Encor— 81 AR mesaise — 83 AEKRn genz; 
kn molt. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l8l 

(f E trop malement sofraitose. 
i8i85 « Moût me merveil estrangement 

« Que tant a ici sage gent 

« Qui n'en ont pris autre conrei, i8i65 

« Tuit n'i veient ço que j'i vei. 

« Moût est mauvaise l'acheison 
18190 « De nostre grant destrucion : 

« Cil d'Europe e cil d'Aufrique, 

« Cil d'outrés porz de Salenique iSijo 

« Sont asemblé a mort receivre; 

« E si vos sai bien amenteivre 
18 195 « Ne fu onc mais graindre folages 

« Ne graindre orguieuz ne graindre outrages, 



18184 H malade et s. — 85 i? Je me; isC merueille — 86 (C); 
H Q. ici a t.; M a ci (y. /.); Re ci a (e a ci) de s. g. — 87 [AC 
Qui), ylR Quil, J Que, E Quant ; C bien o.; / Kil ne prennent 
auchun c. ; M aucun c. — 88 {R Tuit ni uoient), AH Tuit {H 
Tôt) i u. ; A'^Jkny Ni [A^F Ne) u. pas ; AI quanque ; A^FHIJMR 
le u. — 89 EJ malueise; KR Molt a ci [R auoms) maluese ache- 
son {R ochaison); M' lacheson, EJ -ons, A lachoison, M lacoi- 
son — 90 {H) ; K Et; M' De no très g. d., EJ De noz très granz 
destrucions — 91 A""! Icil; H C. deur. c; N de thiope, F de 
tiope; /icil; R dafriqua, -4' dalfriche — 92 (d'outrés = d'outre 
les) ; G Et «l'autre part, F Et cil des porz, HI Doutres les [H 
•vij.) pors; R dotres proç, A doutre es pors, CJek doutre porz 
{CM' port) ; A^ a s. ; G salemique, R salaniqua, C -onique ; A"" 
Et daise trestot li plus riche — 93 ^S. ci a. m., MM' S. en- 
semble ci m., A S. ici u. m. ; A^H S. ci uenu ; A'^CEH por (C 
par) m., K et m.; 7^ receure — 94 {AGL) ; Ckny Ce uos uoil ie b. , 
/ Tant V. voel dire et; R amenteure, k ameinteiure, F toz men- 
toiure — 96 (//); Ekn ainz; F tiel fait, JMM' f. tel, HN faiz 
tex, K fet tex; A grainde {sic)^ 1 graindres; G plus grans da- 
maige, L graindre domage, E si granz domages; IR Cane ne fu; 
R fait maier ; FR foli., J folaiges, AM' -âge — 96 i? Maier o. 
maier o. ; LM' Ne tel, Jkn Si granz, H Si fais, E Si fiers, G 
Plus grans, /Graindres; EN orguiauz, / -ius, G -uex, H -ex> 
FJKR -oilz, A -ueil, L -ueill, M -uelz, M' -uel;LM' ne tel, 
EJkn si granz, H si fais, / graindres, G plus*grant; AGLM' 
outrage, n domages. 



l82 ROMAN DE TROIE 

« Que por une femme morons iSiyS 

« E que por li nos destruions. 

« Mais, beau seignor, iço que deit ? 
18200 « Se danz Paris Ta, soë seit. 

« Ja en menèrent Greu s'antain, 

a Soror son père, Esionain, 18 180 

a Que moût fu quise e demandée : 

« Se cist en ra ceste menée, 
18205 « Quel tort, quel honte e quel damage 

« I puet aveir nostre lignage 

« Ne nos meïsme, qui ci somes ? i8i85 

« Toz avons ja perdu noz homes ; 

« Maint riche rei, maint duc preisié 
182 10 « En sont ja mort e aqueisié. 

« Sacheiz, quant nos reconoistrons 

« La folie que faite avons, 18 igo 

18197 {^""^^'i " Qui» ^ Et, R Quant; n dame; R morom — 
98 [A") ; Fky Et ci eloc [EJ eluec, K ilec, M' illeuc, H endroit, 
M auuec) nos ocions {k tant demoron), N Et ici nos antrocions; 
L qui; A lui, G lei ; A destruisons, G destruiss. — 99 -^ Et, 
C Mainz ; L beau, FM' biax, EGKNR biau, M biauz; Af' 
seignors; A'^H Por deu s.\ R nos que taigneit, GL nos que 
tenoit, A que nous tegnoit; / Mi bel signor qui vous tainst la 

— 8200 R Mas se p., A Que ce p. ; Af' soue, G sieue, A seue, 
Ksoa;Lla sesis soit, Hn helaine auoit ; A'^ A dant paris h. 
soit, G Se p. la et s. s., / Se p. h. amena — i (^''); / Donc 
rorent li gryu, // Ja en orent li griu;i? satain; Ak Len [M Sen, 
K Jan) ramenèrent greu [A a); GHJL sa tantein — 2 [A"" 
Soror), A Sereur; Ren La suer [R sueur, k soer, A seur) s. 
p., H Madamoiselle; AM' ez., J esioncim, A'^EF esyonain, k 
ysionain — 4 JM cil; Hn en a, R en era; R celé; Jky amenée 

— b M' Quex tors quex hontes; eJ queus (iVf' et quex) domages 

— 6 3/' En, A 11; JM' lignages, E lin. — 7 X Et nos — 8 i? 
Tant, H Ml't; HK\ auons; H pone — \o H l\ ny acoisie, B 
aquisie, Ak detrenchie, R -chee — 1 1 w S. qe n. reconoissons ; 
£■// reconuistrons, A reconnistr., R -ostrom. A/' recorderons; 
H q. reconisterons — 12 ER fait; LR aj. : Bien est ke nos en 
retornons {R tornom) Cest afaire aitant laissons {R Sachieç 
«ant nos reconoistrom). 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l83 

« Mout nos en tendrons a musarz. 

(( Se creiiz est li miens esguarz, 
1 82 1 5 « A tant remandra la folie, 

« Que folement fu envaïe ; 

« Si serons riche e honoré i8ig5 

« Es granz règnes dont somes né, 

u E si reverrons noz maisniees, 
1 8220 « Que de nos sont desconseilliees ; 

« Si remarierons plusors 

« Nièces e filles e sorors, 18200 

« Gui bosoinz est e granz mestiers. 

« Mieuz vueil jo estre chevaliers 
18225 « En ma terre que en estrange : 

« Jo n'ai mais cure de cest change. 

« Mieuz aim mon règne que Tautrui. i82o5 

« En Tost des Greus ne sont pas dui 

« Qui o damage e o dolor 
18230 « E o mout grant perte des lor 



18213-4 w.^ L - i3 {AHIJR Ml't), CEN Tuit, F Toz, ^' Nos, 
M' Trop ; A^ tenrons, C tendront; Fuos an tendroit ; CF musart ; 
K moissarz, AR bricons; J mos t. tuit a m., G Et a b. nos an 
tandrons, / De chou kerrons en tel manière — 14 F Si; N ert, 
A^ fust; C Sel uelt croire; CM' le mien; CFM' esgart; AGR 
Bien est que nous nous en tournons, / Retornons ent en gresse 
arrière — i5 A/' remaindra, Hn remanroit; AR Si remaigne a 
t. — 16 R Ke ; F anuaihe ; A"" est ; A^^H conmencie, C esuaie — 
17 A seions, R seom ; A'^BCJkny R. serons et h. — 18 i? rei- 
gnes; A'^BCJkny Trop auons ici [H ia ci) demore — ig R Essi; 
A^BCJkny Râlons (3/' Salon) nos en a n. m. ; K meisnies. M' 
mesnies — 20 HR por nos; n Qi trop an sont d. — 21 F Ma ; 
AR se marieront — 22 JN F. et n. — 23 /c Que; R beson- 
gnoç ; MR grant {R granç) et m., K et g. m. — 24 3/' uoil gen, A 
nous ueint, R n. uient — 25 n A; // En mon raine, AR En nos 
règnes ; A/' En ma contrée quen e. ; .4 ou en estranges, M que 
en lautrui — 26 m. à M ; A ces changes — 27 ^ aing ; k ma 
terre — 28 // En cest pais — 29 i? Ke; EJSi et ad.— 3o EJ 
Et a ; K parte. 



184 ROMAN DE TROIE 

« Ne s'en torgent, ço est verte. 1820g 

« Quant cm a fait grant foleté, 

« Si la ramende l'om après. 18218 

« Sacheiz ço est danz Achillès 
18235 « Qui ja a plus ne s'en metra 

a Ne son heaume n'en lacera. 

« D'ore en avant seit qui ço vueille, 

« Qui s'en combate e qui s'en dueille, 

« Qui seit navrez, qui seit ocis, 
18240 « Quar leiaument le vos plevis, 18220 

« Ja n'en serai mais abaïuz, 

« N'autre n'en iert par mei feruz. 



18231 A restorge, R recorge; AR cest uertez ; / reuoisent 
quant chou ert; {JK torgent), BCMNy tornent, F tornast, L 
retort, G retour ; BEHkx cest ueritez, C ce est uertez, JM^ por 
uerite — 32 / Ki la folie fait et quiert; G que; L Dont niert ce 
ml't; R luem, A en; GLR g. (G grans) foletez, A les f. ; jK Ja 
nés uerreiz, E Ne u. ia, BHMM'n Ne seront ia; BCEkn déshé- 
ritez, JM' deserite ; BCJkny aj . 2 v. [qui m. à AIR): Cil {E 
Ces, K Cels) de troie ce sai ge {M trop) {J gel s. très, B ie le s.) 
bien Se foloie auons {KM'n forfait) (Fsorf., K meffait) lor a., 
H lor a. f., C faloie a uos) de rien — 33 AG les r. len; R Si la 
rament buen en après ; BCJkny Si lor amendons [EJM le ra- 
mendons) ore [JMy or, H ci) a., L Si remanons cest an a., / Si 
fait bien sil lamende a. — 34 EH que ie sui a., IM' que chou 
est a. — 35 (i? a p.), -4 en p. ; GL Q. plus ne sen entremetra, 
A'^BClJkny Q. ia mais ne sen [E man) armera [E -e, C amcra, 
/ meslera) — 36 [JR)\ FK ne I., Z. rien 1.; £ Ne mon h. nan 
lacère — 37 KL Des ore a., JMRy Dor en a,; i? soe ki, Jkny 
qui que; J so uoille, M' sen u., EHLk se u.; n lo u., ^ ce u.; 
G i s. qui u.; {A uueille), GJM'Rkn uoille, L uoelle, E uuelle 
— 38 Jkny Si ; JLMM'n se c. ; Jkny et si, R et quin ; LM se 
d. ; [AM dueille), L doelle, E duelle, GJKM'Rn doille — 39 
(^GL); i? nauierç; Jkny Qui que (/f« quen) s. n. {KM' naure) 
ne {HK et) o. — 40 {AGI) ; R Char lealment le, L Ce loialmcnt 
ie, £■ Ice leaument, JM'kn L. ice, H L. uos iur — 41 {AGILR); 
A^'BCJkny Que ia (C ie, ^' io) nen s. m. batuz — 42 {AL) ; 
GR Nautres; R per mi; 7 Ne p. m, naures ne f., A^BCJkny 
Ne ius {CJM'n uis) de {n dcl) cheual {K de c. ius) abatuz. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE l85 

« Trop puet trover danz Menelaus 

« Genres dames a cuers leiaus : 
18245 « Sin prenge une qui seit preisiee 18225 

« E laist ester ceste feiee 

« Gesti, dès qu'aveir ne la puet : 

« A vis m'est qu'a faire l'estuet. 

« N'en avra mie, par semblant, 1822g 

18250 « Tant com seit vis le rei Priant. 18281 

« Autre de mei la conquerra : i8233 

« G'est cil qui ja plus n'en fera, 

« Ne mei ne home que jo aie; 

« E quil vueut, en mal sil retraie, 



18243 L Ml't, A Preu; k poet; AM' dant; IR Asses p. t. m. — 
44 L Famés g., Nk G. famés, R G. danmes, F lante famé; AE 
as, F au, J es, C o; {HM' cuers), ACEIJRkn cors; A"^ preus et 
1, — 45 ABJMM' Sen, EF San; BR prende, n praigne, A pre- 
gne, e preigne; A prisée, ER -iee, n -ie, CHJM' proisie ; B 
ceste foie — 46 HIR Si ; R lais, M lait ; 3/3/' foiee, L faiee, /î 
faee, Bn folie, C//J foie — 47 (CHU Gesti), -4 Cestui, R Cestuit, 
CLMM' Ceste; AL puis qu', Jy quant; BN G. laist quauoir — 
48 {R); IK Chou mest uis; C ce f., AILkn que f.; BGJy Ce 
mest auis (// Et io uoi bien) f. ; K lestuot — 49 [AGLR] ; M Nel 
laura, 7 Ne I., 5 Ne lauera; Hn bien lespoir, A"" mais por uoir, 
BCJek bien p. u. ^A^BCJkny aj. ce v. : Le (3/ Ce) poez {E poons, 
C puent) tuit(X^ Bien le porrez, Hn Tuit (//Tôt) le poent) aper- 
ceuoir — bo R T . con uiue, / Souques connui; A le roy p., 
GLR li rois priant; A^BCJkny T. c. li rois prianz soit uis, puis 
ce V. : Sauez que il men est {A"" Si uos dirai tôt mon) auis; A 
la suite, Hn donnent ces 2 v. : Son domage quiert et sa mort Ce 
mest (n Moi est) auis que il a tort — 5i (3/' Autre), A^'BCGJLn 
Autres, Ek Altres, H Altre; 1 que iou ; AHU, EL lo ; L con- 
parra — 52 R ke ia, J a qui; K ni L', /Chou est c. ki p. ne f. 
— 53 A'^BCJky Ne ie; AR ne nus hom; 3/' ne cheualier que 
iaie, / ne hom cauoec moi a., B ne h. que iou i a. — 54 ABRk 
Et qui [R Et quil, K Qui que) uelt en mal sel {K le, M si le) r., 
E Quil uoldra trere aual sel t., GIL Qui se (G ce) uialt en mal 
le r. J Quil uolt retraire en m. si t., Hn Q. uelt m. auoir si ait 
plaie, P Q. u. mal fere si len aie, 3/' Tje nai cure de tel 
manaiew 



i86 



ROMAN DE TROIE 



18255 « Quar, par mon chief, jol pris moût poi ». 
Donc dit Thoas : « Avoi! avoi ! 

« Sire Achillès, vos dites mal. 

« Tant par estes pro e vassal 18240 

« Que ne devez pas consentir 
18260 « N'uevre loër a maintenir 

« Ou point aiezde deshonor. 

« Sor toz vaillanz avez valor 

« E pris e honor e proëce : 18245 

« N'abaissiez pas vostre hautece, 
18265 « Ne maumetez ço qu'est en vos. 

« Oï Pavons ja de plusors, 

« Qui toz jorz l'aveient si fait 

« Qu'en bien esteit par tôt retrait, i825o 

« Après torneient a neient 
18270 « E a eschar detote gent : 

« Mauvaise e vil en ert la fin. 

18255 HL Que; AR ie. M' ges;/prois m. p., A prise p.; K 
gie le pris p. ; J mon p. — 56 {GLR); ABC Dont, en Lors, /Et, 
H Ce; F dit; M auoy auoy— 5y K Danz ; E mît d. — 58^ preus 
et u. ; HIR T. p. uos sai {H T. u. s. e, / T. u. s. a) prou et u., GL 
T. p. auez le cuer (G cors) vasal, A'BCJkn T. auez franc c. et loial 

— 59 [H); F douiez ; AGLR Ne doit de uostre boche eissir {A 
issir), / Que ne deueries pas souffrir, BCJek Quil ne se doit ia 
(K Que ia ne se d.) assentir, A'' Ja nen deussiez mot soner — 

60 H Oeure;3/Ne uouloir ne consentir, AGIJKLRe Noure 
(C Doeure, / Chose) loer ne c, A"^ Ne ce dire ne porpenser — 

61 A^ Dunt uoz oirs eust deshonor, HI Que (/ Ki) uos tornast a 
d. — 62 C portez, 3f' estes; CHMM'n la flor — 63 G hautesse 

— 64 {JR)\ n tant; C mie uetre autece; F largece, MM' no- 
blece, G promesse — 65 [BCGJL); P Mais maintenez; F que 
cest — 66 F O. auons, E Veu lauons ; EHn ia de plusors; 
ABCGJLM'PRk Veu (P Oi) lai ia (3/' On la u.) de .xxij. — 67 
{ACGL); M Qua, HRn Que; HM'n par tôt; H lauies si bienf.; 
J Qui b. lauoient t. \A.\R ci f. — 68 [CJ)\ Rn Que, L Quant; 
M seroit; H Que en b. ert; N dit et r. — 69 {AJR)\ JNek Puis 
retornoient, 77 Plus torneroit ia, F Puis retorneroiz; E au néant 

— 70 y as eschars, Mae., E a eschcr — 71 JM' uis, EKN uix, 
R uils, ALM uilz, FH uius; L M» en est et u.; // M. u. an e, 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 187 

« Onc mais ne fustes vos devin : 

« Or Pavez comencié trop tost. i8255 

« N'a si haut prince en tote l'ost, 
18275 « S'il deïst ço que vos oi dire, 

« Ne l'en deûsseiz contredire, 

« E tenir l'en a vil coart. 

« Trop nos avez doné a tart 18260 

« Icest conseil, oëz cornent : 
18280 « Ci avons ja sis longement 

« Porlavile, que volons prendre, 

« Fondre e ardeir e mètre en cendre ; 

« O seit folie, o seit saveir, 18265 

«Fait en avons nostre poëir; 
18285 « O eus nos somes combatu, 

« Auques avons ja abatu 

« Lor grant orgueil e lor grant pris. 

« Mais moût i a e morz e pris 76*270 

« E de noz reis e de noz dus ; 
18290 « Chevaliers trente mile e plus 

« Nos ont il ja en champ toleiz. 

« Por quant si les avons destreiz 

« Qu'il n'ont vigne ne champ semé, 182^5 

18272 AMyi Ainz, R Ane, H Aine, E Einz — 73 3/' Or auez — 
74 AR Ne sai, J Ne sei, Kny Na si; JL h. home — 76 //Se 
nos li oissies ce d. — 76 ^ Ne li ; ^ dcussions — 77 JM'k le; 
H t. a maluais c; F t. a uil et cohart — 78 F tennz; N T. par 
nos a . dit — 79 ^ Ice ; KN oiez, A sauez ; H et socs c . — 80 3/' 
s. la — 81 AR la cite — 82 // a c, R accendre — 83 GKe 
sauoirs ; J O por f. o por sauoir — 84 // lot no pooir, e toz noz 
pooirs, G nostre p.; K Fez en ert tôt n. poeirs — 85 R combatuç 
— 86-8 AIR réd. à i v. : De nostre gent (/ nos homes) auons 
perdu — 86 5 Assez a. — 87 CJ Le... le, F Lo... lo ; B Auques 
lor o. lor bufoi; K orguoil, Bn -oil, CJe -uel — 88 JA: i ra et, 
H i auons, F an i a; CFJ mort; B Et ml't de nos gens par ma 
foi — 89 F Se de, R Et des ; M De noz contez — 90 AJ Et 
c. .c. (.4 .XX. mile, R Et cheualers uinti m. — 91 M' q\\ RKe 
il nos o. ; HR en camp; R tolieç, M' t^ez, G tolloit — 92 A/' 
destrez — q3 GM' narpent; C uille ne camp} G de pre» 



l88 ROMAN DE TROIE 

« Port ne rente n'arpent de pré. 
18295 « Sovent lor faisons granz damages, 

« Moût vaitdechaant lor barnages; 

« Mais n'avons pas ancor tant fait 

« Qu'a nostre honor feïssons plait. 18280 

« Puis qu'avons l'uevre comenciee, 
i83oo « S'ensi vilment esteit laissiee 

« Gom jo vos oi ici loër 

« E a nos toz amonester, 

« Ço pueent tuit de fi saveir, 18285 

« Grant honte i porrions aveir. 
i83o5 « Jo voudreie mieuz estre ocis 

« O forsjurer tôt mon pais, 

« Que ja mais nul jor n'i entrasse, 

« Que jo ensi m'en retornasse 182^0 

« Vencuz, fuitis e recreanz. 
i83io « Trop par i sont les pertes granz 

« A guerpir les si desvengiees : 



18294 GJ Pors; JM' r. a.; F Point de r. ; Hn ne pain (« point) 
de {H ne) ble, G ne champ semé — g5 H lais dom., M' grant 
domage — 96 F ua ; K D. u. m.; M'n déclinant, R dechaent, 
EJ decheant, M dechaiant — 97 n ancor, k onquor — 98 F fais- 
sons, M' feison, AEk feissons, R feissom — 99 M'n P. que nos 
lauons c. — i83oo ek Se si, A Sainsi ; K e. u.; H Se tôt ici e. — 
1-2 m. à I — i Ru. ai; J parler, GL conter — 2 L Et n. 
trestoz — 3 [BCHJ); A'K poons ; P fin; AGILR Trop nos 
seroit mesauenu {GL mal a.) — 4 J' en; {BCJek porrions), F 
por., N porreiez, H poriens ; A'' Ml't en deurions h. a.^AGLR 
Par [R Por) la celestial uertu, / Ne mais par diu et sa u. — 5 
Allen; M' uodroie, R uoldrai — 6 AR foriurer, M'N -e, EK 
-ez, M forsiurez, F forgitez ; Fek de m. p. — -j H Que io issi 
men retornaisse — 8 R Ke ia ; I me; H Que io ia {un blanc) re- 
pairasse — g N Voincuz, FH Vancu ; R fuites, Hn somes. M' 
seroie ; F ne r. ; k recraanz, HN recréant — 10 M s. ci, Ni 
est ; AI lor, JR nos ; M' hontes ; N la perte grant ; H i auon p . 
g. — 1 1-2 interv. dans I — u G g. eus; J desueingies, G -iez, k 
desuenchiees, F desuan-. M' deuanchies; / Ke ne soient encor 
vengics. 



I 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE 1 89 

« Ainz en soferront granz haschiees 

« Seisante mile chevalier i82g5 

« Qu'ensi s'en vueillent repairier. 
i83i5 « N'i somes pas por ço venu : 

« Tuit serons ainz mort e vencu, 

« O cil de la cité conquis, 

« Qu'uns sous en tort en son pais. i83oo 

« Jo nés tieng mie a si afliz 
i832o « Ne de ceste uevre si guenchiz 

« Qu'il en vousissent chose faire 

« Qu'om lor poust en mal retraire 

« Ne reprochié fust a lor heirs : i83o5 

« Il n'ont mie si fous saveirs 
i8325 « Que ja sol en pensé lor vienge. 

« Deus seit quis guart e quis maintienge ! 

« Quar li vostre amonestemenz 

i83i2 Jek Einz, R Anç ; Hn soferons, M soufreront, J soffr. ; 
/A. souiferromes ; M'Rk grant; R aschiees, /4 hachiees, M' 
-ies, G meschiez — i3-4 m. à HM'n — i3 K Cinquante, EJ .L., 
C Sexante; A^ Gist roi cist conte cist princier — 14 CK Que si; 
^ se; M uoillent, L uoellent, E uuellent; K en uoillons, R sen 
i uiengent (v. /.)» -4" en doient — i3 jEF Ne — 16 3/' seront; n 
A. an serons (iV -ont), H Ainsi seron, / Ains iermes tout; A et 
TU. ; LM m. pris et u.; M'k ou u. — 17 K Que nus, R Cuns sols, 
AM' Cun seul, M Cuns seul, F Consens; A'^ek san; R torn, 
HM^ uoist ; H de cest p. ; A'^ aj. 2 v. : la nièrent griu si recréant 
Que mais en soient repairant — 19 (/); M'R tien, ^'// uoi ; e 
pas; A^HKn mie si; ^ Ne sommes m. si; JR assi {J si a) fail- 
liz, AV por si a. ; iV/ a flechiz — 20 M' hueure ; H guencis ; R 
a desconfiç — 21 M uosissent, R uollissent, KN uols. ; E Que il 
en uuellent; H Que nus en uousist cose f. — 22 KM' Quen ; 
An Que len p., E Que nus p. — 23 iC reproche, R -ce; L oir 
— 24 // fox s., L fol sauoir — 26 LM' ia ce ; JMy uiegne, n 
ueigne, A uiengne, R uigenge — 26 {H)', A set quil; M ques, 
« qi ; AM et quil ; J qui les g. et m.; E Dex les g. toz et les m., 
M^ Dieu les en g. t. et m., F Dex s. qui g. et qi mehaigne ; N 
meigteigne, A maintienge, E -iengne, JM -iegne, M' meintiegne» 
R mantegne — 27 {A''R)\ I cis ; Ckny Li uestres a.; A Car li nos» 
tre amonestement. 



igo ROMAN DE TROIE 

« N'est, s'il VOS plaist, ne beaus ne genz. i83io 
« Ne somes pas en ceste peine 

i833o « Por Menelaus ne por Heleine, 
« Qui por aveir honor e pris. 
« Puis que si bien l'avez empris, 
« Ja n'en partirons senz victoire, i83i5 

« Si que de nos iert fait mémoire. 

i8335 « Moût est honiz qui recreue 
« Corne, tant com d'espee nue 
« Puisse ferir en grant bataille : 
« Blasmez en sereiz moût, senz faille, i83'20 
« S'om set qu'a certes l'aiez dit. » 

18340 Li dus d'Athènes s'en sozrit. 

D'une chape d'un drap en graine — 

One si buens ne fu faiz de laine — 

Traist ariere le chaperon, i83'j5 

Puis s'apoia sor un baron 

18345 Qui delez lui esteit asis : 

18328 (ACHR); I se; R plait ; E ore pas, k ore ici^ A'^N or 
mie, F ore m.; A bel ne gent — 2g Ji s. mie ; F poine — 3o / 
menelau — 3i AJk Que, R Mas, EH Mes; AGIR p. et honor, 
H et los et p. — 32 AGIR Si com orent nostre ancessor — 33 
M' tornerons — 34. E ert, ARk soit ; n faiz, k feit ; / Dont tous 
iors serons en m. — 35-8 réd. à 2 v. dans AGLR : Por quauez 
[R A quoi nés) tel conseil donne [R tex consoilç doneç) Sachiez 
ml't en serez blasme [R seroit blasmeç) ; 4 v. différents dans I : 
Mais dune chose mesmerueil Por kaues donne cest conseil Se 
vous a certes le dones Bien en deues estre blasmes — 36 
{BCHJ)\ M' et éd. Torne — 38 iV seriez, H -ies, F-eiez; moût 
m. à Hn\ B Vous en s. b. s. f. — 39 AJKAVR Sen, En San — 
40 JR sosrit, M sorit, n sorr., A sourr.. M' sortit — 41 N Soz 
sa c. ; HR cape ; EKn de d.; 7^ de grane; //Destus [sic] dune c. 
de graine; K angreine — 42 AEN Ainz, H Aine, R Ane; N boens, 
E bons, M' buen, F bon; ^// mieudrc, R meudrcs — 43 (/); AGL 
Trait, JM' Tret ; JM'R arieres ; Hn Aual torne (>î-a) ; ACJMRny 
son c. ; C capiron — 44 GL Sa main pose ; FH Si ; A/ a . j . , / a 
son, AG sus son, L soz s., HR sor s., AV sus .j.; GKM' baston, 
AR menton — 45-8 m. à AGILR — 46 (BCJ) ; A' Que il aueit a 
terre pris, H Que an sa destre main ot p.; EAf sestoit; FM asis. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE IQI 

Longement ot esté pensis, 

Mais ja dira tôt son voleir, 

Qui qu'après s'en deie doleir. i833o 

Iriez fu moût de la parole, 
i835o Sacheiz que moût la tint a foie : 

« Dès or », fait il, « m'est il a vis 

« Que conquerrons noz enemis : 

« Semblant en est, n'en dirai plus. i8335 

« Mais, par les deus del ciel la sus, 
i8355 (( Se tuit voleient otreier, 

« Loër e dire e conseillier 

« Que l'oz ensi s'en repairast 

« Que nus de nos plus ne s'armast i834o 

(( Senz plait aveir, tôt a voz grez, 
i836o « Mieuz voudreie estre desmembrez 

« Qu'eusse esté a cest conseil. 

« E sacheiz bien moût me merveil 

« Dont cesie parole est eissue : i8345 

« Ne deiist pas la recreiie 
i8365 « Ja estre cornée entre nos. 

« Gist parlemenz est trop hontos : 

« A nos toz iert avilemenz, 



18346 JNky Longuement — 48 [BCH)\ ex Qui que; N san d. 
mes, F m. s. d., eJ s. d. après — 49 H II fu i. — bo K que trop 
— 52 AFM' conquérons, R -om, H nus dotons; Any an. — 53 
JKRy Senblanz; e ie nan sai p. — 54;! por; NM' diex ; 3/ qui 
sont; E leissus, N laisus — 55 R uolent ; Juoliez erroier — 57 
MM'R lost, A lors, H on ; R reparust — 5S K Ne, EJ uus ; A 
de nous; M des nous, HM' Cuns {M' Cun) de nos, NR Cuns 
des noz ; R p. ne si a., Al' p. ni seiornast, HN p. ni demorast; 
F Qe uns toz seuls ni dem. — Sg M' toz, R et; ANRk noz — 
60 M' uodroie; R desarmeç — 61 HJ cel c; AR Que ieusse e. 
au c. — 62 n Ce, H Si ; A m. b., K que m. — 63 AK uenue — 
64 {J); H estre esmeue, 71 e. meue — 65 (J) ; A E. c, Hn Ne 
trouée {N contée) ia — 66 AI pallemens; n hantos — 67-8 
interv. dans H — Ç»-] En ert, H est; En aufllemanz, K -enz, M 
-ens, GIR abaissemens, A abaisemens, L abessement. 



192 ROMAN DE TROIE 

« Sel sevent cil de la dedenz : i835o 

« Ne fust pas en tel mal escrit, 
18370 « S'uns de nos autres l'eust dit. 

« E si ne sai iço que vaut. 

« Tant riche rei, tant amiraut, 

« Tant duc preisié e tant baron i8355 

(( A ci a ceste asembleison, 
iSBjS « Qui mieus voudreient estre pris, 

« Mort e detrenchié e ocis, 

« Qu'ensi s'en fussent repairié. iS36o 

« N'est pas en tel sen comencié : 

« Tôt autrement, ne puet muer, 
i838o « Covient ceste uevre definer: 

« N'i a neient del desconfort. 

« Proz d'ome ne deit doter mort i8365 

« Contre si faite deshonor. 

a Demain nos combatrons as lor : 
i8385 « O les lances d'acier brunies 

« E o les espees forbies 



i8368 Mn Sel sauoient ; M' Se le s. cil d., JK Sel seiuent icil 
{J sauoient cil) la d., i? Sil seuent cil d., H Sel sauoient cil de 
laiens — 69-70 interv. dans H — 6g H (. mie en t. m. descrii — 
70 71 de ces a. — 71 {H); K Mes biau seignor ; R que ce se; 
M ie ce que, Je ie que ce — 73 AEMN prisie; R T. prince et 
t. riche b., KT. r. duc et t. b. — -j^JM' Sont ci; Ak en c; N 
A a iceste, F A i. onre {sigle sia^ Vr) ; R en senblason, JMe asan- 
bloison, F assanbleson, i^ assenbleison, N asam-, L afebloison 
— 75 M' uodroient, R uoldroient — yô K Destr. ou m. ou, H Ou 
m. detr. ou — 77 KR Que si, A Que il ; E repeirie — 78 MM' 
sens; H II nest pas issi — 80 (J); H Conu., M Estuet; Hn cest 
parlement. A'' ceste chose, A cest afaire; AA^FH finer, F 
aler; Lad. — 81 AHJKNy de d. — 82 ^'« Proz dom, M 
Preudon, K Proudhom, CE Prodom, M' Predon, J Prodons; 
^'n la d., CJky redoter; C la m. [v. /.); AL On {L Ne) ne 
doit mie criendre (L criembre) m., R Len ne d. criembrc m.; 
A"^ aj. 2 V.: Ni a noient de plus atcndre Demain alons noz 
armes prendre — 84 ^ ad lour — 85 JM' burnics, R torbics — 
86 R brunies. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE IqS 

(( Sera H sièges aproismiez; 

« En ferant iert pris li congiez. iSSyo 

« Demain seient si salué 
iSSgo a Cil qui istront de la cité 

« Que mil des plus outrecuidez 

« Nos otreient noz volentez 

« E toz noz buens a acomplir. i83y5 

« Faisons la chose parvenir 
18395 « Hastivement a ço que deit : 

« Ja mais n'iert uns jorz que ne seit 

« La nostre gent contre la lor. » 
A ço respondent li plusor : i838o 

« Bien dit ! bien dit ! ço est li mieuz ! » 
18400 N'i a si juevnes ne si vieuz 

Qui ço ne lot, quel cuer qu'il ait. 

Que vos en fereie autre plait ? 



18387 (-^ sièges), F -e, H siegies, L aciers, K aler, les autres 
alers ; F apriscaiez, BCM aproismies, EJN aprismiez, 3/' as 
premiers, AKL aprochiez, H -cies, R comenciez; A" Iert li alers 
appareillies — 88 (J); R frainç; E ert; M' Einsi sera p.; Hn 
Mains hom [n Maint home) i sera {N aura) detranchiez — 90 K 
siront; A^ Icil qui sunt en la c, puis ces 2 v.: As espees et si re- 
quis Et as trenchans espils forbis — 91 « A ; -4^ Que trestot li plus 
desree ; F d. suens ostrec; R oltrac, AN outre cuidiez — 92 
Hn Si! notroient; A^ Se metent a no uolente — gS L A ; ^' Et a 
n. b. tût a. ; AF biens, A'^Le bons ; F a acompliz (51c) — 94 (CJ); 
R Faisom ; M' chase ; F por uerniz — 93 / quel ; /T la v el d. — 
96 Nk nus, EF nul ; E ior; ALR I. iour n. m. que il (L ueu) 
ne s., i/ Ne qucrons que altrement s., M' Chacun dit bien que 
il a droit — 97-8 m. à HM'n — 97 {GJ); AI gens, R genç ; ABC 
c. les L, A"" en tel labor — 98 {A^'BR) ; CEGIJLk respondirent p. 
— 99 (AGIJLR); A"" B. d. li dus cen, n B. est b. est ce ; // Li 
afaires cest tos li mius — 18400 / Li plus iouenes et li plus 
V. ; A ioenne, EH iuesne, MR ioune, A'' iofnes, FJK iones, 
M'N -e ; G ni si; M' Ni a .j. sol, J Ni estoit nus; JM' i. ne u. — 
I {CHJ)\ FQe; AGLM Qui [AG Quil) ne (ne m. à G) lotroit; 
R Ke ne lo troi kal; / Lotroie q. c. que il a. — 2 {CJR); Ek 
lonc p. 

Tome IIL i3 



Î94 ROMAN DE TROIE 

O noise, o ire e o tençons i8385 

S'en revont a lor paveillons. 
18405 Assez ont or de que parler, 

E Achillès de que penser. 

S'il est iriez, nus nel demant : 

Trop par en fait chiere e semblant. i83go 

Rien ne li ose mot soner. 
18410 Sa gent a fait a sel mander, 

Puis lor a dit qu'il guardent bien, 

Sor lor vies, sor tote rien, 

Qu'uns sous n'en ceigne mais espee i83g5 

A bataille ne a meslee 
18415 Ne a tornei ne a cembel : 

« Ne m'est, » fait il, « ne buen ne bel 

« De vos seient Greu socoru. 

« Quant de mon conseil sont eissu, 18400 

c( Mostrer lor vueil que jo lor vail. 
18420 « Moût i ai bien sauf le travail 

« Que j'ai sofert bien a cinc anz ! 

« Ne lor serai or plus aidanz, 



18403 (C); ALR O n. o cris; Jny A n. a i. (// A i. a n.) a 
contencons {E et a t.) — 4 ALR Sen rentrèrent [R retr., L entrè- 
rent) es p. — 5 AR A. orent; n ore ; tous les mss. et ACHJR 
quoi (coi) — 6 (J que), les autres quoi (coi); C blasmer — y R 
ireç; Af nul — 8 « T. an — FKR Nus — 10 {HK}i Sa gent), 
MM'R Ses genz; E Ses homes fet; EHL a lui — 11 Hn que — 
12 AH uie — i3 HJKM' Cun dels, iV/ Nuls deulz, nG Cuns 
dais; G sols m. ne c. r.; KLM'n ne, H ni, M i; J ciegne; A Que 
.). tout seul nen seingne e. R Cuns toz sols nen c. e. — 14 F Ne 
an, N Ne a, K En ; « ne an, K ne en; FM' mellee — i5-6 interv. 
dans R — i5 (AGR) ; Fan... an; L A bataille ne — 16 H mie ne; 
ALyty bon — 17 JM Que dels, M' De nos; AMM' grieu ; R Kil 
s. per nos s. — 18 K Q. s. de m. c; J sun oissu — ig A M. 1. 
doi, F Mosterrai lor; H com; R uais — 20 J i a {dial.); GKL 
Molt ai or b.; i^ M, ai b. sau rotranquis, Hn Non {n Ni) soferrai 
ia mais t.; [AL le t.), GJek mon t. — 21 [GJL) ; F Q. gi ai tret, 
Hn Trop en ai fet; // il a — 22 (J); Fia mes a., B m. p. a., 
M'N plus a., H mais a. ; AGJLR Je ne 1. s. p. a. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE IqS 

« Ne jo ne rien qu'a mei ataigne : 18405 

« N'i orront mais crier m'enseigne 
18425 « Devant dous ans, ço sachent il. 

« Ainz en avront perdu vint mil 

« E autres vint, que mais m'en mueve. 

« Qui orgueil ae orgueil trueve, 18410 

a Go est bien dreiz : ore iert veû 
18430 « E esprové e coneû, 

« Saveirquel conseil lor donoë 

« E se de rien lor aïdoë, 

« Ne s'il m'eussent a oïr i84i5 

« Ne ma parole a consentir. 
18435 « Par eus le feront or senz nos : 

« Guardez n'i ait un sol de vos 

« Ja s'en mueve, por rien qu'il oie ; 

« Nenoisiez mais a ceusde Troie. 18420 

« E qui mon vie en enfraindreit 



18423-4 m. à HM'n — 23 AT Ne mei; ABCEGJKLR riens; 
CJ atiegne, G -ainne, E -eingne; ABIKLR qui [R ke) a moi (AT 
me) tiengne [K teigne, B pregne, R ataigne) — 24 (C); R oront; 
EJM Ne morront; GK plus;/ Norront m. escrier ; R mien sai- 
gne — 25 / Dedens, R Dauant — - 26 (///) ; JN Einz, R Anç ; M' 
i a., R nauront bien — 27 [JR); AMn autre, EHK altres; A 
mil ; Hn quen {n qi) seront morne ; k que gie ; K moue ; / Anchois 
que iou ia mais — 28 AT o. meine; « Qi a o., G Quel o. a; 
AGLR se (G ce) il le t., / drois est quel t., JMe o. retroue, Hn a 
o. torne; K troue — 29 M Ce iert; F droit; A Cest a bon d.; R 
Ce ert a buen d. or u.; K ore, les autres or (de même le plus souv. 
devant voy.) — 3i iî Si ie buen c. — 32 (J) ; ^ ie de riens ; H ior 
i a. — 33 (CJ) ; Hn Ne mi (« me) daignèrent pas o., B Ne se il 
me doiuent o. — 34 (CJ) ; HRn p. consentir — 35 R Per eles ; Hn 
et s. n. — 36 K uns sols — 37 (J); R la (ne en interligne) sen, H 
Qui se, IM' Ja se; AE isse, K moue, F mouent, H uoie — 38 
KN nuissiez, IJMy nuis. ; A^ Mar nuiserez mais cels — 3g N 
uou, FH ueu ; B m. u. enfrainderoit ; A"" m. deuie e., AL en- 
fraindra mon chasti, i? enfraindroit mes chastiç; /Et cis kira 
contre mes dis. 



196 ROMAN DE TROIE 

18440 « Ja mais a mei ne tornereit, 

« Ne ja mais ne sereit des miens, 

« Ne par mei ne li vendreit biens. » 
C'est dévié lor fait Achillès, 18428 

Se il mesfait, qu'en puet il mais, 
1 8445 Quant cil li tout sen e mesure, 

Qui ne guarde lei ne dreiture, 

Noblece, honesté ne parage? 

Qui est qui vers Amors est sage? 18480 

Ço n'est il pas ne ne puet estre : 
18450 En Amors a trop grevos maistre; 

Trop par lit grevose leçon. 

Ço parut bien a Salemon : 

Moût monta poi vers lui sis sens. 18485 

De trestoz homes fait ses buens : 



18440 F ou moi; A^ek a mamor ataindroit, B mamor il 
naueroit; Hn A nul ior mais mamor nauroit, AIR Si soit très 
bien (/ B. puet estre) seurs et fiç [A seur et fi), L Si saiche b. 
por uoir de fi — 41-2 m. à A^ — 41 ACGLR la m. ne s. [ALR 
sera) iour [L i. ne s.), / Ke ia m. ne sera — 42 {BCGHL); n 
uanroit, ^/L uendra, R uindra — 48 (J); AM'R deue, A'' des- 
tens; G Ce deffent — 44 (/); G Cil i malfait, R Cil unes fait, A 
Se il lor f. ; BCJkny Et sachiez que il (BCJek si s. quil) nen p. 
m. — 45 R Cant, IJkny Car; {AIR li), Jkny qui ; M' tôt, A tolst, 
EHIJNk toit, F pert ; AHJk sens — 46 A Quil; FJ nesgarde ; 
F nulle d., N sen ne mesure — 47 {A'^IR); N nenor, F nanors; 
H Nen. sens ne; EJn parages — 48 Jek contre amor (.fiC amors), 
Hn de samor, ACR Vers amor {R -ors) qui puet estre s.; EJn 
sages ; A"" Li desuoie m'it son corage, / Li fait cangier tout s. c. 

— 49-54 réd. à 2 V. dans A'^ : Ce est amors qui tôt maistrie Et 
par tôt fait sa commandic — 49-5o intevv. dans I — 49 £ ce 
ne, MR ne nel, K nil ne; / Ki les amans ensi adestre — 5o 
AlJRek amor; R greious, JAP greuex, E -eus; Hn II a (Fan) 
troue trop félon m., / T. a en a. greuous m. — 5i ^ Et t. p. 
list [A lit) forte; F T. a lit; Ne list; / T. p. a litc grant lechon 

— 52 IM II; AR B. apparut; P salam. — 53 i? piu, AM'n pou, 
F po; C M. monte a lui petit son s.; M trestout son s. — 54 

BJ)\ K De chascun home; AC De touz h. f. a (C il) s.; AM 
bons, CH bocns. 



ACHILLE AMOUREUX DE POLYXÈNE I97 

18455 Créance e fei, père e seignor 

En ont ja relenqui plusor, 

E granz terres e granz païs. 

Qui très bien est d'amor espris, 18440 

Il n'a en sei sen ne reison. 
18460 Ensi, par iceste acheison, 

Laissa armes danz Achillès : 

Blasmez en fu lonc tens après. 

La soë gent e sa maisniee 18445 

En ert dolorose e iriee : 
18465 De duel les veïst om plorer, 

Qu'il n'osoënt armes porter. 

Hontos en erent e destreit, 

Mais a lor seignor n'en chaleit. 18450 

Qui qu'en parlast ne bas ne haut, 
18470 Petit l'en est e poi Ten chaut. 

Mal est bailliz, quar poi espleite 

De ço que tant vueut e coveite. 



18455 [A")) K Craance; BJek p. s. -- 56 A'En relanqui {E 
-iz), KR relinqui, M releinqui, A tel en qui, //déguerpi; K 
En o. r. li p., B En guerpissent tôt li p. — b^ K Q. d. e. t. 
b. ; KR damors — 69 AIR Poi {A Pou) a ; AA^M'k sens ; 
{EJNk reison), AT raison, HM' res. — 60 M' icest, A' itele, 
F itiei, M cest; A achoison, Je -eson, MN acoison, A"" ok., F 
och. — 61 F Laira, AR Guerpi; M' dant — 64 AMR iert, M' 
est, HJ fu ; M dolente, K corecose — 65-6 interv. dans H — 
65 EF an, R en, AHJMM' on, N len ; // pasmer — Après -66, 
H aj. ce V. : De dol les ueist on pasmer — 67 3/ ierent — 68 
R Mas; Ikn ne — 69-72 m. à M — 6^ P Qanqe; / parolt; A 
Que qui en p. h.\ H ou b. ou h. — 70 BHJP len ert (P iert) ; 
ACGHJLR Poi [A Pou) i entent, E Con plus lentent ; ^CG/Li^ 
et poi {AG pou), M'Pk petit, « et moins, BE et mains; 
H calt; A' Cest achillès cui pas nen chalt — 71-2 m. à 
A^HM'Pn — 71 (C); GILR Mar ; R bailiç; GLM' que; B 
petit e. — 72 {AJ); G t. ainme; BKLR Ce. que t. u. [BL 
aime) et tant c. [L et c), E De la chose quil plus c, J Dauoir 
la dame quil c, G Ce que puis ne haut et plus c. 



198 ROMAN DE TROIE 



Douzième bataille : mort de Résa, de Sarpedon, 

DE PaLAMEDES et DE DeÏPHEBUS. 

La triuë fu tote acomplie, 18455 

D'ambedous parz tote faillie : 
18475 En pais trespasserent la nuit. 

Cil qui en sont usé e duit 

Se ratornerent par matin. 

Es grosses lances de sapin 18460 

Sont les enseignes atachiees, 
18480 D'orfreis, de paile entreseigniees. 

Li hauberc sont blanc e safré, 

Dont li plusor se sont armé; 

E li heaume cler e bruni 18465 

E li bon brant d'acier forbi 
18485 Trenchant o les ponz d'or massiz, 

Li escu peint e li verniz 

Font resclarcir la matinée. 

N'i otpuis autre demoree : 184^0 

Quant les batailles sont rengiees 
18490 E de combatre apareilliees, 

18473-4 m. à ACGILR — -jS K trieue — 74 {HP); A"" Dam- 
bes dous, n Damedous; BJk Et de {K des) d. p.; A: rote et f. — 
75 A Ainsi, G Ainsis, L Einsint — 76 AGILR Et cil qui s. — 78 
A A; En An, X En — 80 FM'k paile, M -es, A poilles, E paisle 

— 81 (G) ; Mn fort et serre — 82 M Tuit; M' pluisor, K plo- 
sor, F plusors — 83 (G/) ; M dacier, H qui sont; HM' burni; L 
Et heaumes bien clers et burnez — 84 KK. buen ; MM' branc, 
G brun ; M cler et f.; i Et bonz brans d, c forbiz — 85-8 réd. à 
2 V. dans M : Li escu uert et painture Ni ot onques puis de- 
more — 85 AA^EHn Tranchanz ; H puns; / As puins reluisans 

— 86 GK Et li e. et li {M' taint a, G point a) u.; L Les escuz 
peinz, A Li e. taint, CEFIJ Li e. point (CV peint) ; FL ou le u., 
C o les u., ^"^ et dor floris ; N Li e. dor et de u. — 87 {GL) ; 
AM' esclarcir, / recL, R resclairier; n Fort resclarcist [N cla- 
roie) — 88 A/' plus, / fait — 90 N Et del. 



DOUZIÈME BATAILLE IQQ 

De la vile se traistrent près. 

Premerains vait Palamedès, 

Qui moût est sages e apris i84'j5 

De bien grever ses enemis. 
18495 Cil de Troie s'en sont eissu, 

Prest de bataille e fervestu. 

Genz conreiz ont e bones gcnz, 

Bêles armes, beaus guarnemenz. 18480 

De ciclatons e de cendaus 
i85oo E de pailes emperïaus 

Sont li destrier covert soz eus. 

Hui i avra damage e dueus 

Granz, teus com vos orreiz, senz faille, 18485 

Ainz que seit fin de la bataille. 
i85o5 Li renc sont large e li conrei, 

E li chevalier mu e quei. 

Feus soz les heaumes e iriez. 

La terre croUe soz lor piez i84go 

De la friente, del trepeïz 
i85io Que font les destriers Arabiz. 

1849 1 iîVers; H lice; n mistrent, AEJ traient— 92 ^ Prim., 
E Premeriens, AR En conroi ; // ua ; ^"^ Premiers i uint — gS 
K bien ; J saiges, E saiues — 94 ^ De molt, R De bcn ; Aen an. 
— 96 F Prez; IKL b. f. — 97-8 m. à HM'n — 97 K Biax c, 
G Gent conroi, L Grant c; ^^5/ bêles — 98 B Gens conrois 
et bels; M bons; LR garnimenz — 99 A'^M' sigl., Ain cigl. — 
i85oo MAVNP pailles, E paisles, A poilles^ J porpres — i n 
sor; N aux, AF aus, JK els, M eulz, M' eux — 2 CK Or; H 
damace ; EHJR d. dax [HJ dels); K dels, M deulz, M' dex, F 
diaus, N diaux, A daus — 3 EH Grant tel, CK Si g., J Itel; M' 
Tiex comme; JR u. dirai, Ak ie d., E nos dirons — 4 Je Einz 
quil; tous les mss. fins — 5 M' s. grant — 7 ARk Fels; ny 
Et desoz les h. i., J D. 1. h. enbrunchiez — 8 F crosle, N 
croie; L les — 9-10 m. à HM'n — 9 (G/); CKL freinte, AM 
frainte, J frète, R ferte. A' noise ; fi Et de la f. et du trepois ; 
A tripeis — 10 A"" Del bruit, J Qui est; 4'J des d., ARK 
li destrier, C li cheual; / Diaus et des d., F Des coranz d.; 
A-'EJK arr. 



200 ROMAN DE TROIE 

La noise par i est si granz 

Del son qui ist des olifanz 

Que li haut pui e li grant val, iS4g5 

Les hautes tors e li mural 
1 85 1 5 En resonent e retentissent. 

D'ambedous parz s'entrenvaïssent : 
Jostent lances, traient maneis 
Trenchanz saietes d'ars Turqueis. i85oo 

Tel mil enseignes i baissierent, 
i8520 Qui en vermeil sanc se baignierent. 
La ot de lances grant pecei, 
La assembla mortel tornei, 
Ci esfondrerent li escu, i85o5 

Ci se sont il entrabatu, 
i8525 Mort e navré, envers, a denz : 
Ici ot doloros contenz. 
Ci sont les espees sachiees, 
Quant les forz lances sont brisiees; i85 lo 
Sor heaumes font marteleïz 
i853o E sor escuz peinz a verniz ; 

As encontres es vis s'ataignent, 

i85ii-2 interv. dans A"" — ii A"" l est la n. si très g. — 12 K 
Del soneiz, F Des sons qi ist, A"" Des buisines — i3 HK grant 
p.; H et tôt li ual ; A"" mural — 14 A^' portai — i5 [BCHJR) ; I 
Ent; E An r. et resonent — 16 H entreuaissent, R sen trauais- 
sent; E Tex cox fièrent que tout sestonent — ^7 K Froissent; 
Jn lancent; N menois ; -S L. i t, dars turcois — 18 ^ saiettes, 
M seetes, R sagetes ; A ars;B Traient s. demanois — ig HM'Rn 
Teus; n ansoignes; R se baissèrent, AC sabessierent — 20 AMR 
s. u.; CM' uremeil, ERti uermeil — 21 [A'HJR); R des; Me 
grant pecoiz — 22 [A'^HJR)', H asemblent; F mortax, EN -ex; 
EM tornoiz, M' -ois — 23 {JR)', M enfondrent, K -erent ; M'N 
Ici percierent, Flssi pecerent — 24^ La — 28 -K^ ont; M' bruisies 
— 29 AT Sor les; M sont m. ; HM'n sont {N fu) li mailleiz — 3o 
AR painz, HM' pains, N poinz, F point, K peint, M paint, EJ 
tainz — 3i (J); AA^Hx A lencontrer, GLk A lencontre; EGJk 
des uis, C de uis, HM'n des brans, L de bas, R des fers, A* issi ; 
M'k sateignent, n satoignent, A sataingncnt, JE sateingnent. 



DOUZIEME bataille: mort de RESA 201 

Que morz des bons chevaus s'empeignent. 

One si dolorose assemblée i85i5 

Ne pot veeir nus hom jostee. 
i8535 Cil crie e brait qui la mort sent. 

Enz el mi lieu del grant content, 

La ou esteit graindre la presse, 

Se combatirent cil d'Aresse. i8520 

Resa ot non li sire d'eus, 
18540 Qui moût esteit cruëus e feus : 

Riches reis ert de grant parage. 

Mais moût par faiseit grant damage 

De ceus dedenz, ços sai bien dire. i8525 

Deïphebus en ot grant ire : 
18545 L'espee el poing li corut sore. 

Teus treis cous li done en poi d'ore 

Sor le heaume, tôt Ta fendu 

E del cheval mort abatu. i853o 

Le destrier prent, crie s'enseigne. 
i855o Adonc n'i a nul qui s'en feigne : 

i8532 (L); G Qui ; AEHJR mort, GK ius; KR buens ; AJk 
destriers; iV/Q. mors ius des d. se peignent, n Q. des b. c. ius 
sanpoignent {F se poignent), C Si que ius des c. s., -4" Q. d. c. 
aual s. — 33 i? Ane, H Aine, E Ainz, A Aiz — 34. H ueir, K 
uoier; R huem; HJn hon aiostee, M' nus a. A"" Ne uit mais 
nus h. a. — 36 Af E, en — 3j (B) ; R ont ; EJ greindre ; M la 
greignour p.; M'Rn graignor (Af' graindre i) estoit la p., A 
grande e. la p. — 38 EHKn conbatoient ; M' Se combati le roi; 
F de resse, A'^ laresse — 3g [AA^'R) ; BJM'N Resus, H Pesus, 
F Cesus, C Ressez; A^ R. auoit a n. lor sire — 40 N cruiex, A 
cruel; K fels, M feulz, AN faus, E max; F uosaus; JM' fex 
(J/' fel) et cruels (3/' crueus) ; ^^ M. e. preus et de grant ire — 
41 H R, hom; M'k iert ; AA'^AP de haut p., £" et de p. ; J Rois 
estoit de ml't g. p.; ^' Gentils et frans, A R. et preus, R Rois 
riche et proç; M et proz de, K prouz et de — 42 A"^ Merueilles 
f. — 43 £■ ces; ços correction. M"" ço, les autres ce — 44 KM'N 
Deyph., F Deyf., AER Deif. — 45 A^ au — 47 ^ Sor lelme que t. 
— 48 5 ius a. — 49 5 Le ceual point; BE s^seigne escrie — 5o 
H Adont, JM' Lores; (C sen), R sin, AHJM'kn se ; E Puis lor 
uont tuit a une hie, B Et tuit cil de sa conpaignie. 



202 ROMAN DE TROIE 

Troïen lor laissent aler, 

As Grezeis font estai muer. 

Tel set conrei tornent les dos, i8535 

Ou n'en ot guaires de si os 
t8555 Qui d'eus i preïssent retor 

Ne qui tornassent contres lor. 

Esfreëe fu moût la chace : 

Tant en gist mort par mi la place 18540 

Que nus n'en set esmee faire. 
i856o Tant vos puis bien dire e reiraire, 

Se donc ne fust Diomedès 

E li conreiz Palamedès, 

Desconfit fussent senz retor. i8545 

Mais cil avindrcnt a l'estor, 
i8565 E furent bien dis mile e mais. 

Les escuz pris, de plain eslais, 

Ont encontrez les enchauçanz. 

Li brieuz des lances fu moût granz : i855o 



i855i ACEHJMRn T. l. {H laient) cheuax a., M' T. font c. 
a., B Lor laissèrent c. a, — 52 {BQ; F grex, MM' greiois, A 
griiois ; EHJR estax — 53 JKR Tex, MM' Tiex ; M' conrois» 
R -oiz; A' uirent, liurent; FK dox — 54 R Ont; A il na, M 
nen a; E Puis nen i ot .)•. seul, ^* Aine ni ot cheualier, H On- 
ques neni ot .j.; A guieres, F guère, Ai' -es — 55 {J); E Q. 
puis; HM'n p. nul r. (F restor) ; A"" Q. onques i preist r. — 56 
R tornasse, A durassent (v. /.); A^M'N Ne qui tornast, F Qil 
tornassent, J De conbatre; [R contres lor), AA^Jn contre les lor; 
K uers les lor, M contre leur; H Sempres uenissent a lestor — 
57 [BJ) ; R Esfraee, K Effreiee, M Effraiee, A Effree, Wn Es- 
criee; E Esfre {sic) sont si les enchacc — 58 [J] ; B T. en i g. m. 
par la p., A"^ T. en i chiet mors en la p. ; M mors en mi — 59 
(J); AR riens; KR ne; BK puet; Ne nul esme; F en sauroit 
esme; M set esme f. (v. /.), B s. aesme f . ; A^ nus hon nen s. 
esme f. — 60 [J) ; R post d., KM' sai b. d. ; ^' Mais t. uos p. 
d. — 61 /c Sadonc, A'^Ne Se lors •— 64 J c. uindrent, E icil u. ; 
An c. en uinrent; A"^ M. il se mistrent en — 65 (./); M' .xx". — 
66 Ek plein — 67 JFMM' O. encontre, AA^K Vont c. — 68 
brieuz corr.^ EJkn bruiz, AA'^H bruis; M' Le bruit; K est; H si g. 



DOUZIÈME BATAILLE 2o3 

Par mi escuz, par mi chevaus 
18570 E très parmi cors de vassaus 

Passent fer e fust e penon. 

Ci ot si fiere contençon 

Qu'om ne s'i set vis conseillier, i8555 

A peines s'i puet nus aidier : 
18575 Qui done un coup set en receit. 

Ci furent li coart destreit 

E esbaî e entrepris ; 

Mais cil qui ont honor e pris i856o 

Font les compaignes resbaudir 
i858o E les verz heaumes retentir 

O les branz d'acier esmoluz. 

Bien i furent Greu socoruz : 

Arestez ont lor enemis, i8565 

Mais moût par i a d'eus ocis. 
i8585 Quant les granz genz furent jostees, 

Des batailles desmesurees, 

Si firent rens par plusors lieus : 

Dèsore orreiz queus fu li gieus. i85yo 

18570 H Et par mi ces c. — 71 K fust et f.; AEn panon, MR 
pennon ; A"^ P. enseignes et peignons — 72 J si fiere, FM' si 
dure ; M Ici ot f. ; A^ La fu mrt grans li contencons — 73 F 
Car, JMM' Con, G Que, R Ke, L Qen ; ALR se> E sot, K seit, 
R puet; FG nus c. ; ABEHN Que nus {A nul, BE riens) ne si s. 
c, A"" Nus ne se pot preu c. — 74 {L) ; NR poines, F -e, E pein- 
nes, A painnes, A\M paine, G -es ; Rkn se; K puot, M pueent, 
A'^HM' pot; {AHkn nus), M'R riens; E si pueent a. — -jb F sis, 
N si, J cent — 76 7^ Si — 77 AF esbahi — 78 F ot ; iV/ apris 

— 79 KR ml't la presse départir, AM ml't les presses resclarcir 

— 80 F clers — 82 {AR)\ C B. refurent; H Ont b. les griiois 
secorus, Je O. b. les grex secoreuz, /cB. furent griu s. (3/resor- 
queruez) — 83 FM' Areste, A Arrestez — 84 3/' p. i ot, F i p. 
ot; J por, R per ; A deulz, R dels, Jekn des; H an i par a, L en 
par i ot; HL docis — 85 // batailles sont i.; GL Q. b. g. furent 
remontées — 86 // De lor grans gens d. — 8]| {A GHJL) ; F furent 
tans, R firent il ; / en — 88 M'NWm mes ; AK quels est lor [A 
i) geus. 



204 ROMAN DE TROIE 

Josterent i, mais bien savon 
18590 Qu'onc chevaliers n'ot raençon 

Qui i fust retenuz ne pris : 

Sempres maneis esteit ocis. 

Reis Telamon de Salemine iSSjS 

O les fiz Priant s'acosine : 
18595 Estrangement al brant d'acier 

Son parenté lor vent trop chier. 

Félon le truevent e engrès : 

Moût les requiert le jor de près. j858o 

Un des Bastarz, Sicilien, 
18600 Qui chevalier esteit moût buen, 

A del braz destre mahaignié : 

One puis ne pot ferir d'espié. 
Deïphebus en ot grant duel : i8585 

Vengera le, s'il puet, son vuel. 
i86o5 Tant atendi qu'il en vit aise. 



18589 ^ ^- i^ maint ce s., A Cens qui i. b. s. — 90 AR 
Quanc, EHM Quainz, JV/' Que, J One; N reancon — 91 i^ ou 
p. — 92 B Que maintenant; kny ne {H ni) fust o. {M ochis), 
R estoit occis; A Tantost e. iluec o. — gS AJKny thel., R thaï., 
M tal.; AJRk salam. — 94 [BGHL); A' Od ; A'C le; R O les 
prianç fai sa coisine, J As filz priant de sa cosine; F sachemine 

— 95-6 m. à HM'n — 95 ^ Iriement, / Ne mais chou fu — 96 
[AR); C Cest p.; ^' Lor parentage uent; G Son p. 1. u. c. ; EJ 
lor uandoit c.;^'LÂ: ml't e. — 98 [HR); G Tant; AF le; ACEGL 
requist, K requit, M' requert — 18599-600 interv. dans A"^ — 
99 CFR Uns; A barons ; GJk Sisiliens, E -ien, B -iiens, A/' cici- 
lien, Cn -iens, A'^ sisillien, A siliciens, H achillien, F qintiliens 

— i86oo^^Troiens het sor tote v\en,ACJRkn Q. cheualiers e. m. 
buens [N boens, AM bons), C Quan tenoit a cheualier buen 
(A/' bon), H Qui le ior lauoit fait ml't bien — 1-6 m. à k — i 
F lo b. ; M' meheignie, A mehaingnie, R maagnie ; A^ Del b. 
d. la m. — 2 (J); AF Ainz, E Einz, G Ains, R Ane; C et éd. 
puet — 3 M'N Deyph., F Deyf., AER Deif. — 4 £ sil uuel 

— 5-6 m. à ny ~ b R saise; GL quil (G qui) uint en aise, AJ 
quil uit son aise, éd. que uint a a.; A"" T. atcndra qu'il cn 
ait a. 



DOUZIÈME BATAILLE 205 

Sor un cheval sist de Roaise : 

L'escu saisi, la lance prise, 

Le vait ferir par tel devise i85go 

Qu'escu e braz li cost al cors. 
18610 D'estrange lieu sera estors, 

Se il en vit, mais ne por quant 

E lui ensemble e Tauferrant 

A fait a terre trebuchier. i85g5 

Puis mist la main al brant d'acier; 
1861S Cous estranges li donc c meist 

Desus le heaume, cui qu'en peist, 

E dist : « Vassaus, poi estes sage, 

« Qui si volez nostre lignage 18600 

« Déshériter e abaissier : 
18620 « N'i a mais rien del manacier. 

« Anceis que vienge la vespree, 

« Vos donge Deus maie colee, 

18606 (CV); L daroese, B daruaise, R de aroaise; A^ qui mrt 
li plaise; Desus .j, c. s. darcaise; AJaj. 2 v. : Et sachiez bien 
quil ert flamens [A sil iert famens) Nen i ot guieres {J Ni auoit 
gueres) de si {J plus) buens — 7 (CHJ); R saissi, B al col; A"* 
Quant uint son (sic) lui sil uait f. — 8 {CJR)\ M Li; H Si la 
feru, C F. le u . , 5 Le ua f . , J Fiert thclamon ; ^* De tel force de 
tel air — 9 {HR); J Escu; HM'n Lescu le b, li hurte ou c; J 
queit, E queust, A"" ioinst — 10 {HJR) ; AI gieu, A' giu —11^* 
Sensi sen uait; R et ne p., A et non p., M mais nequedent — 
12 F assamble al a.; A"" Lui et le destrier alferant — i3 ^' Fait 
ius ; F trabucer— 14 {HJR); Ek met ; M' a mis main, A"" a saisi 
le — i5 {AJR); A'EH E. cols {EH cos) — 16 {R); Hn Desor; 
K li hialme, H son elme, A les elmes; A"^ Cui quen soit bel 
ne; AHJKM' qui, F au [sic); JM' que, H quil — 17 Fk dit; N 
uasax, A^M' uassal ; M' nestes pas, A''H poi uos uoi ; Jek sages 
— i9> M Quainsi, A"" Que si; R Gant si cuidieç ; Hk uostre L, 
Jek les noz lignages {J barnaiges) — 19 Akn Deser., M' Deher., 
R Deserinter — 20 AK riens, H point; HJ de; R manasser, n 
menacier {F -er), A'^ manecier, A manaier, J/' manedier, H la- 
targier — 21 JAPN Encois, EH Eincois; Hn ueigne, JArk uie- 
gne, E ueingne; //li u. — 22 {BJ); CH d«igne, G doine, MR 
done,£' doingne, / doinse ; CGL uostre (C uostre) soldée, H m. 
s.; A Vous doint deux m, destinée, A"^ Vos otroit deus tel d. 



206 ROMAN DE TROIE 

« Si que de vos en plaist Torguieuz i86o5 

« E que m'antain en plort des ieuz ! » 
18625 Deïphebus en moût iriez : 

Ja fust sis frère bien vengiez, 

Mais li bons dus Athéniens 

Vint apoignant par mi les rens, 186 10 

Sor un cheval bai d'Aragon : 
i863o Escu e lance e confanon 

Ot de l'uevre Saragoceise. 

Ire a e duel e moût li peise 

De Telamon, qu'il veit laidir. 186 15 

Deïphebon ala ferir 
i8635 Par mi la targe peinte a flor, 

Si que l'enseigne de color 

Li est passée lez le piz. 

Ainz qu'il se fust d'iluec partiz, 18620 

L'orent Greu entre eus abatu 



18623-4 m. à HM'n — 2Z K qui; M baist li o.,K besse li o., 
JL chiee {J -ie) lorgoilz, C sabaist 1., G abast 1. ; A^ Que de uos 
abaisse lorgeols, B Si que uos plaise li orguils — 24 {AE man- 
tain), B men ante, C ma hante, GK ma tante, JM ma tente, A'^R 
maint hom (hom m. à R) en plort ; L Que mort uos uoie de 
mes oelz; AG as eux, CJ es oilz — 25 CM'Nk Deyph., F Deyf., 
ABEHJR deif. {formes ordinaires) ] M'k iert, BHJ fu — 26 (//) ; 
AA^BELRk A (fc De, L .j.) poi {AL pou, E po) {A' Sempres) fust 
{L fu) ses frères {M son frère) u., J Ses frères f. ml't tost u. — 
27 K biax ; AJR dux, B cuens — 28 R Vient eslaisieç ; AB eles- 
sicz, k esleissiez, F la poignant por; N l u. p.; A"" deuant les siens 
— 29 AEk darragon, A'^M'N arr., FH ar., R darcgon; J Desor un 
c. bai gascon — 3o AAI'Rk gonf. — 3i Nk sarr., Af' sarragon- 
coise, A -oucoise, R saragoiceise, EJ sarrazinoise — 32 B l, a. 
grant; F lo p. — 33 F Por; AKny thel.; BRk uit — 34 L 
Deyphebum, AA^ Deiphebus, GM'NK Deyph., FHR Deyf., 
E Deif. — 35 En pointe, JM'R paintc; J flors — 36 n lansoi- 
gne (forme ordinaire); J colors — 3? k par lo p. — 38 JNe 
Einz; F diloc, K dilec, M dilleuc, M' dil. — 39 AM^ grieu, 
M' grex, K griu; E L. li grczois a., J L. entre els greu a.; 
M' abatuz. 



DOUZIÈME BATAILLE 207 

18640 E dcsor lui maint coup féru, 

Quant Troilus e Eneas, 

Paris e danz Polidamas 

I avindrent o grant esforz : 18625 

Ici rot moût chevaliers morz. 
18645 Deïphebon vuelent rescorre, 

Mais chaeiz est en si maie hore, 

Nel pueent faire remonter 

Ne de la presse fors geter. i863o 

Entres chevaus chiet plusors feiz 
i865o Si angoissos e si destreiz 

Que par la boche sans li raie. 

Ne li portent point de manaie 

Cil de Grèce, quant il Fataigncnt : i8635 

O les lances d'acier l'empeignent; 
1 865 5 A dcnz le refont trebuchier ; 

Sor lui s'en passent mil destrier. 

Par mi les mailles del blançon 

18640 (AV); AR Ha deux tant {R t. grant) cop i ot f., /f Et 
maint {M tant) grant c. i ot f. — 41 {J) ; AR Car, k Que, E Mes 

— 42 A M' dant; iC Et p. et p. — 48 AFHJk a; NRk granz — 
44 AFHk ot ; J maint cheualier morz — 45 L Deiphebum, les 
autres Deiphebus, Deif., etc. {cf. 18634) \ J uolstrent; EK res- 
core, NR secorre, F secorir, Jeidier — 46 n cheoiz, EH cheuz, 
3/' chaoit; ARk Mes {M A) las ce est en [K a, M par) si — 47 
JKy porent, n poent, M puent — 48 (BJR); HM'N place, 
ALMM' hors; AEJKLn giter, H\P ieter — 49-60 m. à HM'n 

— 49 [E Antres, LR Entres), ABC Entre, B Sor les ; A' Sos les 
c. c. maintes f, — 5i A^M de la; A^k sanc; Hn Par la b. li s. 
(F lo sanc), M' Par mi la b. sanc ; C Q. p. le nez li sans li rage 

— 52 A nule m. ; C manage, En menaie — 53 {R)', E latein- 
gnent, ACH -aingnent, KM^ -eignent, n -oignent — 54 A/' 
gleues, n glaiues ; K detries; EJ lanpeingnent, ACK lenpein- 
gnent, M'R -eignent; // Od lor 1. ius le rempagnent — bb E 
As branz ; M'n Si quil (F que) le firent t., H Pluisors fois le 
font t. — 56 {JR)\ 3/ Sur; A^C Desor 1, passent; A se pasment ; 
E li d.; HM'n S. 1. passèrent maint d. — 37-8 m. à HM^n — b-j 
G mei; A le cors de son b. ; [CR blancon), K t>lazon, BG blason, 
A blaison; iV/ doublison ; A'^E Par les mailles del halberion, J 
Parmi lauberc a grant foison. 



208 ROMAN DE TROIE 

Vuide le sanc sor le sablon. 18640 

Ço dura moût, mais nequeden 
18660 Tant s'esforcierent Troïen 

Qu'il le traistrent fors delà presse. 

Sor un cheval le rei d'Aresse 

Est remontez en es le pas, 18645 

Puis les rêvait ferir el tas. 
i8665 Del brant d'acier lor fait présent : 

S'il Tout laidi, chier le lor vent. 
Le jor i ot mortel bataille. 

Palamedès moût se travaille i865o 

Com cens dedenz ait reiisez 
18670 Dreit as trenchiees des fossez. 

Les suens somont, sovent s'escrie 

E sovent fait chevalerie. 

A lui brocha Deïphebus : i8655 

D'une grant lance de benus 
18675 L'a si féru que toz chancelé ; 

Por un poi ne guerpi la sele. 

Cil ne ra pas a lui failli, 

Qu'une lance d'acier bruni 18660 

i8658 J Voide, GR Voident; K li sans, A* del sanc; B desur 
larcon, G a grant foison — 59 {R); K et; AA^ nequedent, HJM'n 
neporquant — 60 HJM'n Troyen s. (//'senforchierent, J" sapro- 
chierent) tant — 61 {R)\ EJ trestrent, A traient, M' mistrent, 
H misent; MM' hors — 62 {H);AM' En, R Et; Mn lec. ; F de 
resse ; R li roi darasse — 63 AF isnel le p., A/' en ellepas — 64 
{R) ; H si sen uait, A se reua, K si les uait ; M' Les est alez — 65 
{JR)', M' li font — 66 -K" molt c. loru., M c. lor reuent ; H Se 
il lont 1. c. lor u. — 67 {JR)\ BH Ccl ior i rot {H ot); HM'n 
ml't grant, K mortal — 68 K sen — 69 E ces, J cex ; AHM'Rkn 
G. cil d. soient ruse {A -ez, F russe, R reuseç) — 70 HM'kn del 
{M' dun) fosse — 71 {JR); Hn Les en meine {N moine, F moi- 
nent); tous les mss. somont; M escrie — 75 FM' tôt, A tout — 
76 J Que por poi, ERn Par j. p.; A A pou que ne g. la s., M Et 
que par poy ne g. s., HKM' Et par [H A por) un poi ne perdi 
[M' guerpi, H pert la) s. — 77 F ncn a — 78 {R)\ HM'n Car un 
glaiue; F forbi. 



DOUZIÈME BATAILLE ! DEÏPHEBUS BLESSE A MORT 209 

Li a mis par mi la forcele. 
18680 Ha ! com ci afreide novele 

Al rei Priant e a Paris I 

Ici n'otpas eschar ne ris, 

Que duel estrange e merveilles : i8665 

One om ne vit si angoissos. 
i8685 Paris li beaus l'en a porté 

O tôt le tros vers la cité : 

N'est pas feniz, mais il morra 

Si tost com del cors li istra. iSôyo 

Le duel qu'il fait ne sait nus dire : 
18690 O s'espee se vueut ocire ; 

Sor lui se pasme e se dévore 

E moût maudit le terme e Tore 

Que il tant vit; mais icel jor iSôjS 

Se refera ocire as lor : 
18695 « Frère, après vos ne vivrai plus ». 

Les ieuz ovri Deïphebus, 

A lui parla e dist itant : 

a Amis » fait il « jo vos cornant 18680 

« Que retorgeiz a la bataille, 
18700 « E si gardez qu'il n'i ait faille : 

18679 ^ mist très p. — 80 {B); HM'n Las; CIKR a ci, A" ci 
ot — 82 £■ Iluec; n na ; F ne geu, //ne iu — 83 en Qui, R Ghe, 
H Mais— 84 {JR)\ M kmc, FR Ane, ^iV Ainz; E Nus hom, 
H One nus — 86 AJM A t.; ^ trous, J trox, KR trois; AHJK 
en la — 87 // Nest mie mors — 88 A'K Tant t.; /? il i. — 89-90 
m. à HM'n — 89 {A'^CJ); vl qui; B font, K a; R sciet, K seit, L 
puet ; A nui, R riens, K rien — 90 AA'^CEJk A; k lespee; M 
ochire, R occire, A occirre; B Souent se plaint brait et sospire 
— 91 ^ deueure; A"" sanz demore — 92 HM'n Et si; A Et m. 
ml't, A"^ Et m. fort; K le ior; AM' leure — ^Z A Que itant; M 
Que il est tant uif, A"" Q. il e. uis;_y- en cel ior, A'^n a ce i. — 
94 A"" Se fera il, F Sq referi, N Se fera; M ochire, R occ, A^M'n 
ocirre, A"^ occ; H Le fera chier comprer — 95 ^ enpres; A"^ 
nos ne uiuerai — 96 M oure — 97 M' li — 95 EJN retornoiz, 
jpi\/' -ez, Ak uos tornez {K torgeiz); C T. ariere — 18700 R Et 
se; Cqe; EJN oit. 

Tome III. 14 



2 10 ROMAN DE TROIE 

« De Palamedès me vengiez, 

« Ainz que li tros me seit sachiez. 

« Metez i tôt vostre poëir, i8685 

« Quar, se jo sa mort puis saveir, 
18705 « Senz ço qu'en seit m'ame marrie 

« Trespasserai de ceste vie ; 

« Tant retendrai mon esperite 

« Que la vérité m'en iert dite. 186 go 

« Hastez vos moût, quar poi s'en faut 
187 10 « Que li cuers ne me ment e faut. » 
Paris, pleins d'ire e de dolor, 

Est remontez el milsoudor : 

L'eve des ieuz li file a val, 186 g5 

A grant peine esta el cheval ; 
1 87 1 5 Plaint e regrete son damage 

E la perte de son lignage; 

Destinée maudit sovent 

E qui s'i creit e s'i atent : 18^00 

« Chaitis », fait il, « tant m'est pesante! 

1 870 1 EN uanchiez — 2 KR trois \ en en — 3 K Tôt i meteiz — 
5 JM que; K fust; HM'n que mame en s. {H m. s.); R marmc 
partie — 6 {H);EJ Trespassee; R diceste — j A receurai; ^^ T. 
atendra mes esperis — 8 (./) ; EKRn ueritez, M nouuele; A' soit 
d. ; JR Q. u. men sera d., ^"^ Q. li uoirs me sera bien dis — 9 AT 
bien, R tost ; K que ; Rk en f . — 10 J Que ne me m. li c . ; A Q. 
mis espiriz toz ne me fait, C Qe li e. ne sen aut, M Q. mon 
espirs de tout me f., AR Q. du t. ne me lesse [R lait) et f. — 11 
eM plains, n ploins, K plain ; B labor — 12 « reuenuz, M' re- 
pairiez ; A missodour, B -oldor, E milsoldor ; n dedanz lestor, 3/' 
droit al. — i3-53 réd. dans B à 3 v.: T>t demore i fist puis petit 
Ensi con ie truis en escrit Son arc tendu arrier sans faille — i3 
R Laiue, A Lyaue ; N del uis — 14 N A granz poines ; {M esta), 
A estut, R esieit, K estait, En sist ; F es {sic), K a, AM sor; H 
A paine se tint el c; M' et a grant trauail — i5 HM lignage — 
16 M donmage, H damace — 18 EJ ne si ; AK Q. si c. ne (AT et) 
qui si a. ; Fet qi a. — 19 A Chietis, R Chaitif, CM' Chetif, / He 
las; K fist; GKAPn trop; G me ; L présente, AFL pesance; A' 
trop ai p., H plains de p., CM' t. (C tant) ai grant honte, E con 
uif a h.; J Car trop li feit et mal et h. ; / com sui dolens. 



DOUZIÈME BATAILLE I DEÏPHEBUS BLESSÉ A MOÉT 2 I I 

18720 « A qu'en tendreie jo mais came 

(( Que biens me vienge? Ne puet estre. 

« Jo me deusse o ma main destre 

« Ferir par mi les dous costez. iSjoS 

« Ha ! las, jo cuit qu'il iert assez 
18725 <( Desci abrief terme quil face. 

« Vivrai jo donc ? Ja Deu ne place 

« Que jo après mes frères vive ! 

« Ha! Ecuba, mère chaitive, iSyio 

« Com grant haschiee vos atent I 
18730 « Tant avreiz vostre cuer dolent, 

« Quant vos verreiz vostre fil mort ! 

« Beaus douz frère, quel desconfort! 

« Bien somes mort e confondu, 18'j i5 

« Quant ensi vos avons perdu. 
18735 « Moût par coveit, moût par désir 

« Vostre voleir a acomplir : 

« Vengerai vos, n'i faudrai mie, 

« O jo perdrai anceis la vie. 18^20 

a Enjoint m'avez grant penitance, 
18740 a Mais de fi sache senz dotance 

18720 {J)\ R A chen, A A quoi, L A qui, G A coi, n Por 
quoi, K Por quen; A^ auroie; ARk ia m., Jfcit il; AJ chante, M 
quante, Le conte; A^CF fiance, R kitance, G mantante; H Por 
qaroie mais atendance, / Mais que di iou las cest niens — 2 1 AKR 
nous ; H uigne, M'R uiegne, N ueigne, ACEJM uiengne; F ma 
ueigne; A"^ Dunt me uenroit biens ne p. e. — 22 EJMn a — 23 
[HJR); Fe mes d. — 24 HM ert, L est — 25 Rn De ci, ek De si; 
K qua ; //Dusca h. t.; A Qui iusqua brief t.; J Jusqua b. ior que 
ce me f.: APR qui, K cil, AiM le — 26 (J); M' dont, N dons, K 
et (m. à M) ; R Viuroie ie ia; ^ deux, M' diex, R dex, M dieu — 
2y K enpres ; A mon frère — 28 E ecc. ; R laisse — 2g J Si ; ENR 
granz; K haschie, A hachiee, R aschee, HM'n pesance — 3o 
(J); R Molt; A Trop par a. le c. d. — 3i AM'k filz — 32 (//); 
J doz; Jk frères; M' grant d/ — 34 J einsint^ E Q. uos a. einsi 
— 35 N uostre plessir — 3y EN faudroiz, H falres — 38 JM' 
gi, EH gen, R en; A aincois, E eincois, Hn por uos, R o uos — 
39 (i?); ACM grief, iC ma — 40 F fin; A^'M' sachiez. 



212 ROMAN DE TROIE 

« Palamedès, que jo vois querre, 

« De l'un de nos sera la guerre 

« Achevée jusqu'à petit. » i8'j25 

Ensi com reconte l'Escrit, 
18745 Un arc tendu de cor faitiz — 

Fegor, li reis de Leiitiz, 

L'aveit le rei Priant tramis, 

E il l'aveit doné Paris; iSjSo 

Forz ert li ars e bien traianz : 
18750 N'en preïst mie mil besanz — 

Une saiete a encochiee 

Reide e trenchant e aguisiee. 

Donc prie as deus que il ne faille, i8y35 

Grant eirre en vient a la bataille, 
18755 Que moût ert grant e perillose 

E d'ambedous parz damajose. 

Granz huz i a e granz menées 



18741 Ks,&\ u., JR g. uos; A^ Que io u. p. q. — 42 [AR) ; F De 
lui de uos; A^EJN De lui et de nos {A^N uos, J moi) iert, M^ 
De nos ou de lui iert — 48 n Achiuee, A^ Achieuee, R Achauee, 
M Acheue; E tresqua — 44 i^ Einsi me r.; F reconta li escrit; 
A raconte; k Et si trouons nos [M enz) en lescrit, E Einsi come 
ie trius escrit, HJ E. com trouons [J Ion troue) en 1. — ^b K 
Quil ot un a., M Con arc t.; H Un a. de cor turqois f.; CR 
fraitiz — 46 [J)) A^ Fagos, R Seignor; M de leuciz, R eleutiç, 
A de leuerois, A"" qui tint luitis, n de lun metiz — 47 (-4'); EJn 
au roi ; R prianç, N prian; K Lot par amor p. t. — 48 £" Et cil — 
49 AM' iert, K est, J îu\.\R iere lares — 5i H entoschie, R en 
toschcc, J cncoichic — 52 AMM' R. t. ; FR trenchanz, K 
trenchante — 53 (//) ; AFH Dont, JRe Lors, A"" Et; M diex, A 
deux; M' p. a dieu, A^F pria d., N prie d., R preia as dex; A^ que 
or, Rk que pas — 54 -4' Ml't tost ; En oirrc, R ère; A'^E en 
uient, n uicnt, R uait, M' en entre, JX en uait; A Touz iriez ua, 
B Scn uint tôt droit, AJNR ucrs — 55 AM iert, M' est, R fu ; 
J grant ère; EFR granz — 56 (//); n Et sor tote rien; -4' dam- 
besdous, K -deus ; M' damaieusc, R domagosc — 57-8 m. à 
HM'n\ 57-62 m. à B — by {C); Ek huiz, J bruiz, R anç, A 
cris; E meslees, k criées. 



DOUZIÈME BATAILLE t MORT DE SARPEDON 2 I 3 

E sor heaumes granz cous d'espees : i8j4o 

Sovent chacent, sovent s'en vont; 
18760 Sovent tornent, sovent s'estont ; 

Li un les autres envaïssent; 

A miliers muèrent e fenissent. 

Palamedès est premerains, 18^4^ 

Qui moût damage Troïains : 
18765 Ceus de Grèce chadele e meine. 

Son poëir met tôt e sa peine 

A desconfire Troïens. 

A haute voiz escrie as suens : i8y5o 

« Franc chevalier, alons lor sore : 
1 8770 « Li chans iert nostre en petit d'ore ; 

« Se vos volez esvertuër, 

« Ja lor verreiz les dos torner; 

« Ja en sera la perte lor, i8y55 

« Se un poi maintenez l'estor. 
18775 « Faisons les hurter as destreiz, 

« Sin i remaindra mil de freiz. » 

Un graile a fait lez lui soner, 

Puis lor laissent chevaus aler; i8y6o 

Fièrent de lances e d'espees. 

18758 M Et desus heaumes (v. /.); ACk g. sons — 61 C esuais- 
sent — 62 K meilliers, les autres milbiers; F morent — 63 /l' ert, 
M uait — 64 A/ Et; n les \.;A'' Grans cols i f. a ambes mains 

— 65-76 m. à B — 65 ^'' chaele, H caele, L conduit — 66 
{AHJR); C Son pooir faissoit, M Tout son p. met, A^'en Santante 
i m. tote (^' ml't) — 67 {J); K En; E ces, F cez, CHNRk cels, 
A ceus; E de troye, ACHRkn dedenz — 68 F Ad haute m., R 
H. \i. ; J rescrie ; ACHRkn crie a ses genz; E En haut lor crie 
que lan loie — 69 iî alen^ H coron, A courez — jo K ert, A 
est; E nostres, JM' uostres; AJ em poi, e an po, R en molt 
poi — 71 C Sor — 72 M' 1. ferons ; A estai muer — y3 {AMM'n 
maint.), K maintiennent; E Ja lor ferons prandre tel tor — 75 
E Qua mil de lor mellors uasax — 76 (R); K la i, AMn Sen i ; 
HJM^ Si en remaindront [H remanra); F ^es f., J toz f. ; E 
Ferons guerpir toz lor estax — 77 ABRn graille, HM' grelle 

— 78 F Lor, N Lors — 79 iî des 1. 



214 ROMAN DE TROIE 

18780 Adonc i rot de granz meslees. 

Bien se sont Troïen tenu : 

Ne lor ont pas le champ tolu, 

Mais moût i perdent, c'est la fin. iSjGS 

Reis Sarpedon ert un meschin 
18785 Moût beaus, moût genz, moût afaitiez, 

E moût esteit d'armes preisiez. 

Cil aveit la cité guarnie : 

Moût aveit riche compaignie. iS-'jo 

Dis anz aveit armes portées 
18790 E de teus uevres achevées 

Dont il esteit moût coneiiz, 

Quar en mainz lieus s'ert combatuz ; 

Maint esforz aveit fait de sei. ^^77^ 

Cil vit le doloros tornei 
18795 E le damage de si près 

Que lor fait reis Palamedès : 

O ses paroles, o ses diz, 

A cens de Grèce resbaudiz; iSjSo 

Veit qu'il a mort Deïphebus : 
18800 Iriez fu tant qu'il ne pot plus. 

Le brant d'acier del fuerre trait* 

Le cheval broche, si li vait. 



18780 FHM' i ot; -R molt grant; AN mellees, AV mêlées; J 
Entre els départent grant colees, B Sor les fors targes bien bo- 
clees — 81 e si — ^2 R camp — 83 i? Mas molt i perdissent {v. 
/.) — 84 AMM' iert, /? fu — 85 /f m. fors — 86 EHN prisiez — 
87 -«4 II ; — 88 3/ i a. [v. /.), K par et; HM rice compaignie — 
89 Jï .ij. — 90 M' hueures, A oeuures, EF oeures, R oures, M 
ouurez, K choses ; n achiuees — gi 3/ Donc il, K Par qui! ; AVn 
bien c. — 92 Ar Par (Af Et en) m. 1. sestoit c, A En maint leu 
sest. c. ; H Car en m. lieu ; F ert — 93 EN Mainz, A Mains; 
FJ esfort; H Et m. e. ot f. — 94 J Cist — 93 A'^ ml't p. — 96 
[ACR); F Qi; A' a f., Ken faisoit — 97-8 m. à HM'n — 97 (Cj; 
A"" Quod; R et s. d., J a s. d. — 98 A'^ de troie — 18800 En 
en fu, A^'M' fu ml't, C en est, K est t.; k que; A^EF puei — 
2 -4' et il, NR 8c; H lor u., M le u. 



DOUZIÈME BATAILLE '. MORT DE SARPEDON 2 I 5 

Sor le heaume le fiert maneis, iSySS 

Ne sai, dous cous moût granz o treis : 
i88o5 Les mailles li sont embarrees 

E soz le heaume el chief entrées ; 

El sanc burent, teus quinze i ot. 

Mais, al plus tost qu'il onques pot, iSygo 

L'en rendi mortel guerredon : 
1 88 1 o La cuisse o tôt le vif braon 

Li a trenchiee. Cil chancelé; 

Li cors chaï jus de la sele. 

En poi d'ore ot le sanc voidié ; 1^79^ 

Morz est : ço est duel e pechié. 
i88i5 Moût ert de lui grant renomee, 

Mais itel ert sa destinée : 

Ne la poëit pas eschiver 

Ne le mortel jor trespasser. 18800 

Quant reis Sarpedon fu feniz, 
18820 Assez i ot noises e criz. 

Cil de Grèce ont joie e baudor, 

i88o3 AB Sus {B Sor) lelme le f . ; ABM demanois ; N menois, 
R monois; E le uait ferir — 4 A d.m.g.cox; F m. gros; BCHJM'k 
D. m. g. c. (C D. c. m. g.) ne sai, A"^ Ne sai le quel d. cols; E 
Des or ne li puet pas ganchir — 5-6 m. à B — 6 {JR)\ H Et sor; 
A^ son elme; A Et sous Iclme ou c, C Et soz leaume ou c. — 
7 ky En s.; EH boiuent; H x. .xx., n tex (F tel) .c, M' de tiex ; 
B Cols li dona dont ml't se dot — 8 J3 M. il al p. t. ke il pot — 
9 B itel s,. — 10 K coisse; A'^JMNe a tôt — 11 {HMR t. cil), 
ABCJKen et eil ; B cancele — 12 F Et cW \ A'^EJn chei; BCRk 
Toz espasmiz [B Pasmes cai, C Tost apasmiz) chiet de [R uoide), 
A Em poi deure uidie — i3-8 réd. à 2 v. dans B : Tant ot del 
sanc de lui perdu Qui mors est e las mors i fu— i3 JKa, AHM' 
est ; H de s. ; N uidie, M' uidie, H widies, A vuidies, L uoidoit ; 
A'' est iluec fenis — 14 (C); L p. a droit, HR dels et pidies {R 
pidie); M' ce est par son p., F ce fu par grant p. ; ^" Lors fu li 
deols grans et li cris — i5 AM'R iert ; ENR granz -, L M. estoit 
de g. r.. A"" M. fu por lui grans la criée — 16 A^Jkn itex, L itielz, 
R itelx, 3/' itiex; R fu, AC est ; F tex estoit; ^^ la, // li — 17 /c 
Nel;Fp. mie, M p. ia — 18 ACRk^^Q (C De) son — ig^J/roy; 
L sap.; C Q. s. i fu; i^ finieç, BH ocis — 20 i? crieç. 



2l6 ROMAN DE TROIE 

E Troïen ire e dolor : 

Al cors traire fors des chevaus i88o5 

Perdent les chiés mainz bons vassaus. 
18825 Moût s'en peinent, mais ne puet estre. 

Palamedès, qui d'eus est maistre, 

Les damage de son poëir. 

Par force e par vif estoveir 188 10 

Les remuèrent de la place : 
i883o Bien cuit qu'assez durast la chace 

Desci qu'as doves des fossez, 

Mais Paris vint toz entesez. 

Bien a choisi Palamedès, i88i5 

Contre li vait de plain eslais ; 
188 3 5 Lui avisa, d'air a trait. 

Ici a bien estrange plait : 

Ne li a fait nul autre mal, 

Mais l'os e la veine orguenal 18820 

Li a trenchié par la ventaille, 
18840 Que morz chaï en la bataille. 

Moût par a fait beau trait Paris, 

Damagiez a ses enemis : 

18822 B Et cil de troie; Fduel et tristor — 23 Fi^ As;ehors; 
B h. de la presse t. — 24 A: chiefs ; K buens ; En de mainz (F 
maint) u., A de bon u., R des buens u. ; M' Perdirent ml't de lor 
u., C Perdi le chief mains b. u., H Trancent les c. a m. u., B 
Se penerent mPt del bien faire — 25 iV poinent, F peignent, A 
painnent; R mas; EJK pot; B Traisissent len sil peûst e. — 26 
{J)\ M est deulz, E est lor; B Mais cil qui ert sires et m. — 27 B 
Des grigois en fait; K tôt s. p. — 29 ^ L. ont remues; A chace 
— 3o (G); nKL Je c. ; K quit ; R ke prou; SA. c. que — 3i w 
Deci, ek Desi ; A as, A/' qua; B Jusques as — 32 (J); R estenseç, 
E abriuez, N escorsez, Fescoisez — 33 i? B. chosi — 34 M lui; 
R uai, A ua, M' uint, EJn point — 35 JS Bien lauisa, CEJ A un 
{EJ lui) uisa, A/' Auise la, B A lui uise, i? Il lauise; A \ t., R li 
t., S et t. — 36 [AJR) ; M'N ot ; B Ml't par a ci doleros p. — 38^ 
{A''L)\ G lox; J de la; n Mes que la uoine; BI M. les la; E' 
ueinne, A vainne; C orgenal, A'^R -anal, J3 original — 39 BU. 
trenca parmi — 40 i? chiait, L trébuche; n mort labat — 41 
EMR bel, AKM'n biau — 42 F Domagie, K Dam. 



DOUZIÈME BATAILLE I MORT DE PALAMEDÈS 217 

Onques si grant duel ne reçurent. 18825 

Cil qui a la bataille furent 
18845 Virent la fiere destinée : 

La sort teus braiz e tel criée, 

Teus plainz, teus plors e tel dolor! 

Quant Greu virent mort lor seignor i883o 

E le maistre prince de toz, 
i885o Si s'en esmaia li plus proz 

Que toz les cuers en fin perdirent, 

O ço que cil bien le refirent. 

Resbaudi furent Troïen : i8835 

N'i a cel d'eus nel face bien. 
18855 Sevent qu'est morz Palamedès : 

Lors brochierent de plain eslais, 

Les branz nuz traiz, feus e iriez. 

La en ot moût des detrenchiez, 18840 

Des navrez e des abatuz; 
18860 Maintenant fu li chans vencuz. * 

Desconfit furent Greu le jor, 



18843 R Ane mais ; E g. mais ne r. ; Ak O. mais {k One m. oi) 
si g. ne r. [M uirent) — 44 3/ C. q . la b. firent — 46 i^T sorst ; M' 
tex brait, M tiel b. ; EMyx tex c. — 47 F T. criz, AM' Tel plaint, 
J T. plein; k tels criz, F tex plainz, E t. plor, AM' tel pleur ; 
P telz plor et telz dolor — 48 AMM^ grieu, K griu — 49 A^ Qui 
ert m. ; / Le m. et le p.; R El mastre p. dels toç — 5o A^J Ml't; 
P esmaie, n esmarri ; IK Si sesmaia [K -e) toz, GLMR Si ses- 
maierent; L les p. proz, R del pi. p., M li pluisourz; — 5 1-2 m. 
à A"" — 5i HL lor; kH cors; kL issi, C isi, G ainsi; L Q. tout 
i. lor c; EHJn perdoient ; Bl Q, trestot lor sens en p. — 52 {CR 

ce), ABCJkxy A ce; HJRkx il ; ABGILRk les {A le) ferirent, 
N lo t'essoient, EF le feisoient, J le feroient, H le sauoient, C les 
sortirent — 53 / Resbahi — 54 ^ cil deuls, A'^lKe celui — 55-76 
m.àB — 5bR Sieuent ; AK mort — 56 (J) ; kR Donc, A Dont; 

1 L, laissent corre a; kE plein; 3/' tuit a esles — b-j M feulz, K 
fels, A fox; en formant i. ; R irrieç, F irie — 58 F Ra ; M de des- 
tranchiez, AKRen de detr. (F -ie) — Sg (J); E Et des n. des a., 
AK Et de n. et dabatuz — 60 F fust; R li camp, M le champ ; 
F rompuz — 61 K -iz; MM' grieu, K griu. 



2 I 8 ROMAN DE TROIE 

Trop par i perdirent des lor : 

N'i ot conrei qui se tenist 18845 

E qui le jor moût n'i perdist. 
i8865 Assez i torna Menelaus 

E Telamon e Aïaus, 

Thoas li reis e Ulixès, 

E si refist Diomedès i885o 

E li bons dus Atheniiens : 
18870 Cil damagent moût Troiiens. 

Ne s'en vont pas come esbaï, 

Quar o les branz d'acier forbi 

Font rescosses assez sovent. i8855 

Moût se défendent vassaument, 
18875 Mais poi ont qui a eus s'apongent, 

As Troïens les dos ne dongent. 

Solonc l'Autor en dirai veir : 

Par force e par vif estoveir, 18860 

Les mistrent senz recovrement 
18880 Par mi les tentes laidement. 

La se défendent porla mort, 



18862 K Molt; FM T. i [v. f.) - 63 EM si t. — 64 isT ne — 65 
{I)\ R\ tornast, e tornoia, A regarda; A^ Ml't se très torna ; M 
menalax — 66 AIRen thel.; R Et t. a., K Thelamonius aiax, IM 
Et telamonius a. — 67 Af toas; A li preus — 68 Af Assi ; AMM'n 
dyom. — 69 [IJ)', Rk buens, A/' buen — 70 ER Gist ; n domage, 
A donmaia; M' domagierent t. — 71 (/); FM esbaiz, K esbahiz, 
A -is — 72 Af Mes o; F a lor b.; K O les buens b. ; Fk forbiz, A 
brunis ; / Chascuns tient nu le branc f. — 78 / Et rescorrent les 
lor; K as lor, M a ceulz, A et tel ; M' Se rescooient mPt s., R F . 
granç rescosses molt s. — 74 / voirement — 75-6 m. à 1 — ']b A 
sapongnent, A"" -onent, Jekn -oignent, G se poignent; L Mais 
rien ne ualt que ml't sesloignent, H Poi ont aie de lor gens — 76 
(AFJRek As), L Aus, G Qas; A" lor ; FG dox, L dost, M doz, K 
dous ; L tost d . ; A'^LM' donent, EJk doignent, G tainnent, F poi- 
gnent, R loignent; A d. desioignent; iVEt cil de troye les en poi- 
gnent, H Lor dos tornent as troiens — 77 [kH Solonc), R Segunt, 
en Sel., B Empres, / Apries, J De par — 78 F et por e ; M' Un e.; 
BI estauoir, A estouuoir — 79 B Misent grieus — 81-98 m. à B. 



DOUZIÈME BATAILLE : INCENDIE DES VAISSEAUX 2 I9 

Mais moût i ot grant desconfort, 

Quar moût perdent de grant manière ; i8865 

Bataille suefrent grant e fiere. 
i8885 Dis mile e plus des citeains, 

Que fiz, que frères, que germains, 

I descendent de lor chevaus, 

E Greu lor ont livré estaus. 188'jG 

Li tref c li bon paveillon 
18890 Lor sont paliz, mur e donjon : 

Fort se défendent al veir dire. 

Ha! las, quel duel e quel martire! 

Qui onc vit mais si faite ocise? i88']S 

La farine que l'om tamise 
18895 Ne chiet pas si espés d'assez 

Com darz e quarreaus empenez. 

Poi i valent hauberc doblier 

Contre les javeloz d'acier : 18880 

Muèrent, fenissent a monceaus. 
18900 Cinc cenz paveillons buens e beaus, 

Toz pleins de robe e de vaissele 

D'or e d'argent cherisme e bêle, 

I ont guaaignié cil dedenz. 1888S 

18882 A:i a, £ i ont; R Mes trop ont— 83 F a g. — 84 yl sueffr., 
N sofr., R soffr., k soutfr., F soufr., M' trouent; n dure — 85 
AJM'R de; JM' citoiens, A -ains, K citaains, M -eeins, n troyens 

— 86 n que pères, K et frères ; TV Que fil que père — 89 KR 
buen — 90 [J); R palliç; K tor, M' tref; A bourdon; M Perdi- 
rent en tour et en uiron — 93 F Qi ueist m.; R anc ui, A uit 
ainz, E a. u.; J onques uit si; EJK si grant; M ochise, AR occ. 

— 94 F ne L; En lan, AKM' Ion, MR len — 95 F espesse a. -— 
96 F dart et qarrel; n anpanez — 79 R iaulent, F i ualoit, M' 
ualoient, E ualent li; M' haubers ; F hauberz dobliez — 98 F 
iaualoz dacer — 99 A: Morent; k tropiax; B Morir les i font a m. 
—• 189003/ pauelons; R granç;-6.C. pauillons rices et b. — i-3 
réd. à I V. dans B : Et tôt lauoir qui estoit ens — i n ploins ; K 
dargent ; N ueiss., F ueis., M' ues. — 2 K Molt preciose ; R char., 
kn et riche, Ae mrt r. — 3 F gaheigniez, F*gahaignie, AI' 
gaaine, A -aingnie. 



220 ROMAN DE TROIE 

Tant dis corn dura li contenz, 
18905 Paris li beaus e Troïlus, 

O chevaliers vint mile e plus, 

Chevauchierent dreit à la mer, 

Si ont les nés fait alumer. i88go 

Al chaut furent les nés sechiees, 
189 10 Que al port erent essaiviees : 

O ço qu'auques est forz li venz. 

En i arstrent plus de set cenz. 

Mar fust venuz icist jornaus, i88g5 

Ne fust Telamon Aïaus ; 
18915 Tote fut arse la navie, 

Mais o trop riche compaignie 

L'ala rescorre, c'est vertez. 

Les suens a bien amonestez ; i8goo 

« Vez », fait lor il, « ci n'a prison 
18920 « Ne ostage ne raençon : 

18904 m.à B; AER Tandis; K Tant corne d.— 6 F Ou, JKM' 
Et; J cheualier; F .v. mille, K trei .m. ; i? A u. mil keualers — 
7 F Cheuaucerent — 8 n neis, e nez; AF f. 1. n. — ^-12 m. à B — 
9-10 C Celés ardent qi sont a terre Aine ne uit [nus ?] si mortel 
guerre — 9 (G/); F An chant, A A champ, L Es chans, HK Al 
port, A"^ Ases; K erent, M ierent; EL sachiees, H sacies, A"" sa- 
chies, J seichies, F3/' sechies — 10 //Ases les orent; K al 
chalt; M ierent, x furent; A essiauees, AT esseulées, i? esachiees, 
M assegieez, L assechiees, G asegiees, M' achacies, EN ata- 
chiees, / -chies, /f atacies, J ataichies, F arachies [cf. i8y8. 
3280. yj58 et 7348) — 11-2 interv. dans C — 11 ACJen A ce; 
Af' quaques. An quanques, M auques; ÀIM'R iert; E que granz 
estoit, C que lor aida, J que estoit forz; K halz, F durs, M 
droiz, R droit; CM li uent — 12 C Bien en a., F En ardirent, N 
En ardierent; A En i ot darses bien; CM set cent, FK .v. c. — 
i3 A Mal, R Mau; Ffu; e ueuz; AMN icil; B Cis iors fust a 
grigois ml't max — 14 AKRen thel. — 16 AMN a t., FM' t. a; 
B M. cil et sa grans c. — 17 K rescore, M cscorre, n secorre, 
R secc ; B calangier et desfendre — 18 [J)', F Si les, M' Les lor; 
B Si con li auctors fait entendre — 19-20 m. à B — 19 (J); -4 
Va fet il lors, kn Veez f. il; M'n ni a p.; /? Vaeç f. lor il en la p. 
— 20 A hostage; AF rcancon. 



DOUZIEME bataille: incendie des vaisseaux 221 

« Nus ne s'i rent, nus n'i est pris, 

c( Sempres maneis ne seit ocis. 

« Cist nos sont mortel enemi, i8go5 

« Quar nos Tavons bien deservi. 
18925 « Quant tel en est la destinée, 

« Seit lor nos.tre ire demostree 

« E qu'il a en nos de valor. 

« Morir deit chascuns a son jor : iSgio 

« Par la nos en covient passer. 
18930 « Or n'i a plus rien del torner, 

« Mais del faire proosement. 

« Sacheiz, se cil sont mi parent, 

« Ja ne s'en savront aperceivre i8gi5 

« Que n'en face des âmes seivre 
18935 « Toz ceus que porrai damagier. 

« Vez le bosoing e le mestier! 

« Poignons e sis alons ferir, 

« Quar n'i a rien del plus sofrir. i8g20 

« Chascuns défende son escu 
18940 « E la teste desor le bu. » 

Adonc laissent chevaus aler ' 



1842 1-2 B Ml't en ot naures et ocis Dambes .ij. pars en ot le 
pris — 22 F ne fust; N Qui maintenaul ne — 32-82 m. à B — 24 
R Car iauoms ml'î b. d. — 25 n Mais t.; Ekn tex, 3/' tiex, A 
telz — 26 {R)', n S. la; F uostre; R la uostrc ire monstree — 27 
F que a, E ce qua, AK que est; FR uos — 28 J C. m. d.; i^ a 
senor — 29 AM conu.; K aler — 3o -R ai, N oit, k ait; n plus r., 
AHJ donc r., AP r. dont; K riens, A'^EIR rien; KR del retorner, 
E del destorner, A'^ del trestorner, / de seiorner; AJM du tor- 
ner, HM'n del doter — 3i FM de; J ferir; A proieusement, n 
priueement, IM' hardiement — 32 F se il: JM' sil {J ce) fu- 
rent, n si firent; R si cist unt un parent; H Or uenge cascuns 
son p. — 33 i^ aperceure, AEF aparcoiure; H la si ne sen sa- 
ront percoiure — 34 FM nés; F faicons, H fachon; AM armes; 
R seure, A coiure — 36 F Veez, R Ve" — Sj AEMN ses, FM' 
les ; HJR si les — 38 HM'N Ni a noient ; F Or n^ a plus ; AJKM' 
de p. s. ; « del consantir — 41 {H) ; iV/' Lores 1., F Lors lessie- 
rent, M Adonc 1.; A cheual. 



22 2 ROMAN DE TROIE 

Soz eus font la terre croller. 

La sonent graile e meienel. i8g25 

Qui a enseigne o panoncel, 
18945 Baniere o confanon de seie, 

Sil lait aler e sil despleie : 

Qui cest conrei veit chevauchier 

Si puet bien dire e afichier i8g3o 

Qu'orgueil i a grant senz mentir. 
18950 Troïens sont aie ferir 

Si durement que des plançons 

Volent asteles e tronçons 

E que penons d'orfreis brosdez i8g35 

Lor remainentpar les costez. 
18955 Ci en versèrent teus set cenz, 

Qui toz les cors orent sanglenz, 

Que puis n'ont mestier d'esporon ; 

Ici ot chaple e contençon i8g4o 

E estor fel e pesme e dur. 
18960 Les feus veient de sor le mur 

18942 {HR); Ail Sor; e La t. f. sor eus (£" soz ax); Fcroiller, 
M'N croler, A' crouler, E crosler, R croisser, k trenbler — 43 
AM' grelle, E graile, N graille; A moiennel, M meenel, Je 
maienel, R maanel, H menuel ; A"^ cor et moloinnel — 44 F an- 
soigne; HM'n et; K Qui ot lance ne p. — 46 // et c. ; KM' gonf. 
— 46 AFMe Sel, JN Si ; J leit, K lesse, A laist; // et le — 47 AN 
ce; Jy ces conrois, F c. conroiz — 48 F Sil ; N Bien p. d. — 5o 
3/' alez — 5i (^HIJ)\M' tronçons — 52 (H);JMn esteles, A atel- 
les, R esclices ; F tronchons ; / Font uolcr clices et t. — 53-4 ^' 
à I — 53 HK penon, N panon, AFJMe -ons; A broudez, Ke 
bendez — 54 £" rem., LM' remeignent, ^ -aignent, Fremetent, 
A demeurent — 55 [HJ) ; AR Si ; 7? Si sen uerssent tcux set cent; 
I Chient dcnuers tels — 56 (J); F Qe\ H lor; AK t. o. les c, M 
les costez o. — b-j JNRe Qui; K not m. esperon; M'n de prison, 
H de puison, les autres desperon — 58 E Iluec ; G out; R Ci ot 
calpe, H La ot et caple — 59 (G/f); F Et lestor, R Estor; A' fet; 
/ Chi eut e.; A Et e. p. fel, E Et p. e. félon, JM' E. félon et p.; 
L durs — 60 (GJ); R Les fues, A''EI Le feu, M' Lasaut, nH Les 
(F Le) rans; R uoit; M' de sus; L les murs; A* aj. 2 v. : Des 
espees estinceler Et mainte teste el champ uoler. 



DOUZIEME bataille: incendie des vaisseaux 22:) 

E la bataille perillose, 

Que le jor fut moût angoissose : 

A cri s'en issent de la vile, iSg45 

Senz nul conrei, plus de vint mile. 
1 8965 A la bataille vienent freis, 

Mais moût se défendent Grezeis. 

Sor toz Telamon Aïaus 

Proz fu le jor e teus vassaus i8g5o 

Que, s'il ne fust, ço dit l'Escrit 
18970 E Daires, qu'a ses ieuz le vit, 

Mort fussent tuit e les nés arses, 

Que el gravier erent esparses : 

Ja n'en i remansissent treis, i8g55 

E si savons bien que c'est veirs; 
18975 Le jor fust la guerre fenie, 

Ne fust cil e sa compaignie. i8g58 

Merveille i firent si dui braz : ig^ôy 

Le pris en ot d'ambcdous parz, 

18961 R perilose — 62 Jhainose — 63 [IJR)\ FA un cri, AHNe 
Au cri, k As criz — 64 A^ .x. m. ; J Tout ki miex miex, H Mon 
essient — 65 / Et u. en lestor tout f. — 66 [HIJ); AIR M. bien; 
M M. m, se defï. bien (52c) ; M' se redoutent — 67 CHn Et sor 
t., / Lors fu ; CKRen th.; EF ayax, A ayaus — 68 {HJ) ; A Preuz 
cheualiers; C et boens; R Lo i. fu si p. et u., / De sous (51c) tous 
et prous et u. — 69 Af Que cil, R Se cil; AA^'H dist; Je truis 
escrit; / tesmoing; G lescris — 70 /dares, H daire ; MR qui a s, 
(v. /.), JKen qui as, C ca s. — 71 « neis, A nez — 72 [A^CJR] ; 
A C ou, M au ; ni furent, G estunt ( ?) ; X e. el g . ; L Et les es par 
la mer e. — 78-4 m. à HM'n — 78 / Ke; i? Jam ne r.; M nen r.; 
K remas., JE'/remass., AMM' remains.; A"" Nen r. mie t. — 74 
(C); G s. que ce e. u.; A"" Et sachies. b. que ce est u., k Co 
sauons b. que ce (-^il) e. u., / Et s. b. que des grigois, EJ Ne 
fussent arses demanois — 75 [CHR); / F. le i.; JLa g, f. le ior 
f. — 76 CHJRk il; ^V Sil ne f. et — 18977-19087 sont placés 
dans K après jg2g4 {2 v. comptés en trop dans V édition pour la 
rime, par suite de la trayisposition, reconnue trop tard) — 77 {J)\ 
EK Meruoilles f.; M' furent; An li d. h.; RM., i fist de ses b., 
C Merueillousement fiert do b., / Ml't en a naures et ocis — 78 
[ACJR] ; E de totes p.; / D. p. en ot le p. 



224 . ROMAN DE TROIE 

E sil dut il très bien aveir. 
18980 Li meillor trei, ço sai de veir, 19170 

N'i firent tant corne il toz sous : 

O le brant d'acier perillos 

Venqui le jor teus vint estors, 

Dont Greu erent les sordeiors. 
18985 Mais ço que chaut? Trop sont gregié igijS 

E mort e navré e blecié. 
Cil qui nel porent endurer 

Le vont a Achillès mostrer. 

Il ert dedenz son paveillon : 
18990 N'aveit home ne compaignon igi8o 

Qui s'i osast armer le jor; 

Por ço en ont moût grantdolor, 

N'osent enfraindre la manace. 

Li fiz Heber, al rei de Trace, 
18995 Chevaliers beaus e coneiiz, igi85 

Est, sei disime, a lui venuz. 

Ne sembloënt pas chevalier 

Qui venissent de doncier, 

Quar des heaumes bruniz d'acier 

18979 (C Et sil), AIJRkny Et si ; C molt b. — 80 J Li miel- 
dre; R trois; H Li doi m. — 81 {AJ)\ FKR Ne; M furent — 
83-4 m. à HM'n — 83 {AJR); BI Le i. u.; B tel; C tez cent 
estor, M tiex u. estour ; K tex u. estors le ior — 84 AR furent; 
G lo soudoiors, A les sodoicurs, B/ D. lan les tenoit a piours, L 
D. li grieu e. les pours, M Donc li g. estoient li peiour, C Dont 
g. auoient le peior, JD. il not guercs de secors, K D. greu orent 
le sordeior, E D. fist troyens correcos — 85 BMy ke uaut ; B 
greue, Je blecie — 86 Je gregie; C plage ; B M. et mehaignie et 
b. — 87 CM ne; MR purent ; F achueir — 88 C conter — 1898g- 
19070 m. à B — 89 AMM' iert d., J ère danz — 90 M ami — 
91 F Qq — 92 J Por cen auoient g. d. — 93 iV anfroindre, F an- 
foindre — 94 yl eber, F ober; FKM' lo (le) r. — 93 AAI 
Cheualier; A bon; E Uns cheualiers uialz et chenuz — 96 {H)\ 
3/disieme, F des., N diss., A disiesme, EK dismes, M' dissi- 
me, J diseime, R disains — g8 K dogneicr, MM' dorgnoier, 
AE dosn., F denier — 99 M' burniz {forme constante). 



ACHILLE REFUSE DE SECOURIR LES GRECS 225 

19000 Furent fait pièces e quartier ; 19 190 

N'orent ne lance ne escu, 

Lor bon hauberc sont derompu; 

Par mi le cors ont gros tronçons ; 

Pert lor le feie e les poumons; 
19005 Detrenchié sont par mi les vis. ^9^9^ 

Si sont empirié e maumis, 

N'i a mie d'eus dous ne treis 

Qui ja veient la fin del meis. 

Un confanon o tôt le fer 
19010 Ot enz el cors li fiz Heber ; 1^200 

Le braz ot trenchié en travers. 

Ensanglentez, pales e pers, 

Si corne il pot parler a peine, — 

Quar ja sent la mort e aleine, — ^ 

19015 A Achillès misa reison : ig2o5 

« Coilverz », fait il, « de traison 

« Devriez bien estre apelez, 

« Qu'a ocire nos esguardez. 

« Hui somes mort, pris e vencu : 
19020 « One n'en preïstes vostre escu ig2io 

« Ne n'eûmes par vos socors. 

« La honte e li granz deshonors 



19001 {AK lance), les autres lances ; M 'H. 1. ne nul; ny escuz 
— 2 K Les bons haubers; en Les h. ont toz (e orent) derompuz — 
3 (^); n lest., AK granz t., R grant t.; Ftronchons — 4 EJk li 
feie et li pormons {K polm.), A le f. et li pormon; M^n Perent 
lor foies et pomons {N porm., F poum.) — 5 Kn \c\ A nis — 6 
R enperie — 8 A'iV uoie ; AKN dun, J de — 9 KM'R gonf.; Ak 
a tout — 10 ( J) ; A par le c, R per les c, 3/' en el cuer — 11 
^ de t. — 12 {J)\ AJM'kn Ensanglente ; ARkn et pale et p. — 
14 M Que; F Qe lasaut; K laleine; EJ la li aloit faillant 
laleinne — i5 ek Ach. a — 16 -B Cuiuerz, A -ers, M -ert, M'R 
cuuert, K -erz — 17 -^ prouez — 18 n A, ^4e Qui — ^<^ R Or, 
K Tuit — 20 E Einz, AE Ainz, F Ane — 21 RVe aumes, E Nen 
eusmes, AM Ne neusmes — 22 AMen la, K le, R les; AERn 
granz . 

Tome III. i5 



226 ROMAN DE TROIE 

« Que hui receit nostre ligniee 

« Deûst par vos estre vengiee. 
19025 « Vis recreanz, a toz jorz mais ^921 5 

« En sereiz tenuz por mauvais, 

« Qui c'endurez por nule rien, 

« Qu'ensi nos vainquent Troiien. 

« Failliz nos estes al bosoing. 
19030 « Haï las, que cist très est si loing 1^220 

a Des premerains de devers eus! 

« Recreanz e coarz e feus, 

« Quel vergoigne devez aveir! 

« E si cuit jo, par estoveir 
19035 « Le vos covendra a laissier, i g225 

« Quar moût sont près lor chevalier. 

« Bien vei nés i atendreiz mie, 

« Quar proëce vos est faillie ; 

« E si n'avez vos ou foïr, 
19040 « Qu'as nés n'est rien del revertir : ig23o 

« Arses sont hui a feu Grezeis. » 
Adonc vindrent messagiers treis 

De part Telamon Aïaus : 

« Sire, » font il, « nobles vassaus, 

19024 M e. par u.; Rk uenchiee — 25 FRk Vils, Ne Vix, A 
Viex; K recraanz ; F et mî't mauues — 26 M' Et serez, E Seriez ; 
F tos iors mes ; J Li plus honis dautres malues — 2-] A Por 
quendurez, k Qui e.; FJ par — 28 iV uoinquent, AMe uain- 
quent, R uaiquent — 29 F Failli uos ; M iestes ; n besoig — 3o 
n quant; A por quest si trex si ; n loig — 3i K prim., R pre- 
meirans; AJn aus, £" ax — 32 FM' Recréant, K Recraanz; F 
choarz, M' coart, CK cruels ; AJn faus, E fax — 33 ^ uergon- 
gne; M \ d. — 34 AK quit; Ak que p. — 37-8 m. à R — 3-] 
{CH}; A que nés; J Espoir uos nés — 38 Af Que; Ne proesce 

— 3g F naurez — 40 ^ Es, EJ As ; n neis, R nies; M' Qua nef; 
AMR est r. {AR riens), K na rien; AVM'en ne poez r. — 41 K 
ont oi; Ny a, Fan, A en, Ck de; 3/' greiois, A griiois, H grig. 

— 42 JLores, e Apres; L Or rcuiencnt, ^/ Atant es uos; JKM'n 
messagier, ALR mesagcs, E cheualiers — 43 Aek par ; AKRen 
thel. 



ACHILLE REFUSE DE SECOURIR LES GRECS 227 

19045 « Ço te mande nostre seignor, ig235 

« Que tant s'est combatuz as lor, 

« Le mieuz de sa gent a perdue : 

a Se or ne li vas faire aïue, 

« Les nés sont arses e perdues, 
19050 « Qu'il a vassaument défendues. ig24o 

« Sire, moût ont perdu Grezeis^ 

« Mais ore, o ço que tu iés freis, 

« S'i veniez, tel e tes genz, 

«Mort sereient ja cil dedenz. 
19055 « Il n'ont conrei ne gent, senz faille, 19245 

« Ne seit venue a la bataille : 

« Vien, beaus sire, sis desconfis ; 

« Si en sera toz tuens li pris. » 

Li fiz Heber, al rei de Trace, 
19060 A respondu : « Ja Deu ne place ig25o 

« Que ja mais chose puisse faire 

« Que nus hom puisse en bien retraire ! » 

Li sans li ist del cors a fais : 

« Jo ne puis vivre, » fait il, « mais : 
19065 « Toz les de us pri cri merci ig255 

19045 GHLRKm2iï\.denl^ ACF -'a; n rois thelamon (N-or), M' 
le nostre sire; E Nos uenomes de mon seignor, J" Aiez pitié de m. 
s., A^ Oies le mant de no s, / Par nos te mande li nos sire — 46 
CFGHJMR Qui ; MR sont conbatu, K ont c. ; L aus lor, M' par 
jre ; / Gui a este en tel martyre — 47 [GHJL] ; Rk lor g. ont; F 
perdues — 48 [GHL)\ I Et sor; Rk lor; K uais, n uiax ; F aues, 
JM' aue, A aie ; E li fez grant a. — 49 n neis (/. ordinaire) ; A s. 
broie sic) — 5o [AGJL) ; M Gui a, K Quil ont, i^ Gi as ; Hn Qui 
u. sont d., A"" Se il nés eust d., / Que il a hui ml't d. — 52 R 
Mas; AM'kn or; AEJkn a ce, M' sace ; G M. sor icc; AJRe tu 
es, n estes — 53 Aek Se {EK Si, M I) uenoies [K uenoient), R 
Lor enuois; ^ tu ; F Se i uenissiez ou tex g., N Se i ueniez o uoz 
genz — 54 R Tuit seront resort — 55 R conroiç, M corroy — 57 
AJNek biau s.; J sies, AMen ses — 58 M' tôt tens, AM tien tout; 
A le p.; K Sin s. t. trestoz li p. — 59 AMR eber; M' le r. — 60 R 
dex — 61 n p. c. f.;R Kil p. ia m. cf.; K puisseiz — 62 K 
poisse, EM sache — 64^^ fist il u. m. — 65 {JR) ; AEn merciz. 



228 ROMAN DE TROIE 

« Qu'ainz que cist meis seit acompli, 

« Sive la soë ame les noz. » 

Ne parla mie puis dous moz : 

El cors li est li cuers partiz ; 
19070 En moût poi d'ore fu feniz. ig26o 

Achillès fait chiere e semblant 

Que lui n'en seit ne tant ne quant. 

N'i respont mot ne n'i entent : 

O uns eschas d'or e d'argent 
19075 Joë a un chevalier des suens; ig265 

Pense qu'ancore avra ses buens, 

Quar Greu feront par estoveir 

Trestot son buen e son voleir. 

Li trei li font moût grant preiere, 
19080 Mais onc n'en leva sol la chiere ^9270 

Ne ne fist semblant des oïr. 

Ç'afiche Daires, senz mentir, 

S'eiist li jorz greignor durée, 



igo65 {JR)', AEN aconpiiz ; F fust afeniz — 67 (J); FKM' 
Sieuc, A Suiue, R Siegue; A seue, les autres soe — 68 £" p. mie 
— 69 iiT Del c, R Atant ; AM' le cuer, M li c. — 70 [CR)\ M En 
m. petit deure est, EJn An petit dore fu — 71 B Mais il fait 
bien — 72 [JR) ; M A lui ; Kn Quil ne len s.; 3/' en soit, B nen 
est; A Que lui nen chaille t. — 73-8 m. à B — j3 [AR) ; En Ne; 
K Nil ne r. nil, M Ni regarde ne — 74 (A); FJek A; AFKM' 
esches, JMN eschars, R schas — 76 M Geue, KM' Gieuc, AR 
leue ; J luoit a un baron; AM siens— -jG En quancor, A/3/' 
quencor, R kencor, A quoncor; AFM biens, A bons — 77 
M Que, K^i; R tôt son uoloir — 78 k T. son lox {M loz); 
E Tôt son bon et tôt s. u., R Par force et par uif e. — 
79-80 m, à HM'n — 79 -^ Les trei, R Li greu; B Onqes 
por tote lor proiiere — 80 i^ Mas anc ne Icua sus ; K sol nen 
1.; CJ onqucs nen (C ne) 1.; M M. onc nen 1. sa c, B Ne lor 
en fist plus bêle c. — 81-2 interv. dans BJcn — 81 B Ne s. 
ne f., n Ne f. nul s. ; k dels, A deuls, N dais ; J Ne f. s. de 
nul o. ; BFe de loir — 82 jEi? Ce a., F Qafiche ; EJR daire, 
M' dayre — 83 -B S. lucurc; R maire d,, Bc plus de d., M 
longue d. 



ACHILLE REFUSE DE SECOURIR LES GRECS 229 

Tote fust la guerre finee : 
19085 Fin en esteit, ne fust li seirs 

E Pairs del ciel oscurs e neirs, 

Qui covri la clarté deljor. ^9^77 

Troïen partent de l'estor. i8g6o 

Corné ont plusor la retraite : 
19090 S'il n'eussent tel perte faite, 

Moût eussent bien espleitié, 

Mais n'i a cel ne seit irié 

De ço qu'est morz Deïphebus. i8g65 

Torné s'en sont, jo n'en sai plus. 
19095 Par les osteus de la cité 

Sont descendu e desarmé. 

Cil s'aaisa qui fairel pot : 

Ço sacheiz bien, grant duel i ot. i^gyo 

De Deïphebus sont marri, 
19100 Tristre, ploros e amorni. 

N'esteit pas morz, ancore ert vis ; 

Moût desirot veeir Paris. 

Il ert amuïz : pièce aveit iSgjS 

19084 [R) ; A T. la g. f. finee, Ke La g. f. t. f., B T. f. li 
oeure a. ; Be afinee — 85 M' le soir — 86 ^ A ; ABGM' lair, M 
li air, n lars; R li uespres, E li ciex quert ; J Li ers estoit — Sj J 
Q. la c. couri, B La c. perdirent ; K clartez — 88 £^ issent; B 
Ce les fist partir, / Chou les départi — 89-90 m. à Bl — 91 B 
Bien ont cil dedens e. — 92 K Mas; AM a cil ; // Ni a celui nait 
cuer i., JE Ni a nul noit le cuer i.; J chascuns ot le c. i., M' ml't 
furent lor c. i., B ml't sont mat et dehaitie — 93 M' quert, M 
que; B Et irie por d.; BJKny deyph., AR deif. — 94 {AJR)-, 
HM'n or ni a p.; -6 Tornerent sen nen fisent p. — 95-100 m. à 
B — 95 .4 hosteux, M -elz, EKR ostex, 73/' -icx, Hn estres — 

97 M' saiesa, M -e, En saeisa, J se aesa, ^^// saese, / se aasa; 
EFIJR qui faire el, AM'N qui fere, H f. le; Àï qui le puet f. — 

98 H sace ; E Sachiez b. g. dolor — 99 JM'k deyph., n deyf., 
AER deif. — 19 100 [A); M Ml't paoureuz, ny Morne pi. (H do- 
lant), R Tristes et pi.; e abosmi, N espasmi, F esbahi, R ententi 
— I EJRNn ancor, .<4// encor, KM' anceis;* A MM' R iert — 2 
ANRe desirroit, K coueitot — 3 AMe iert, J ère, F est ; ^ amuis, 
R anuiç, n ia nuiz, K amoiz ; F pieca a. 



23o ROMAN DE TROIE 

Qu'il n'oëit mais ne n'entendeit. 
19105 Sor lui se rest Paris pasmez : 

Li dueus fu trop desmesurez. 

E icil, cui la mort demeine, 

Ovri les ieuz a moût grant peine : i8g8o 

De parler tant s'esvertua 
191 10 Que par treis feiz li demanda 

S'il ert vengiez. Quant il le sot, 

Moût l'en fu bel e moût li plot : 

(( Dès or, » fait il, « m'ostez la lance : i8g85 

« Ne me fait mais la mort pesance. 
19T i5 « L'ame d'Ector, mon chier seignor, 

« Verrai, se jo puis, ainz le jor. 

« Dreit a la soë ira la meie : 

« Dès or m'est tart que jo i seie. ^^QQO 

« Confortez mei, » fait il, « mon père, 
191 20 ft E sor trestote rien ma mère : 

« Li deu lor seient en aïe ! » 

La parole li est faillie : 

Clos a les ieuz, morz est entre eus. i8gg5 

Adonc comença granz li dueus. 
19 125 Del cors li ont le tros osté, 

19104/5:11—5 Fsarest — 6 /: dels, R duels, F diels, ^iV 
diax; AMM' Le [M Li) duel — 7 (C); en Por celui, AM Et c; 
M'kn qui; EHN morz; J Icil cui ml't la m., iî Et cil cui laspre 
m.; n demoine, R -aine, A -ainne, E -einne — 8 AJM a quelque 
p.; // Les i. a oluers a g. p.; w poine, HR paine, A painne, E 
peinne — 11 AMM^ iert — 12 {JR)\ E lan, AKM'n li — i3-20 
m. à B — i3 Xfist; R osteç — 14 Rk fera {M sera) mais m.; M 
mors ; F dotance — i5 HR Larme; M hector; H m. bon — 16 
K si; E einz — ij A seue, R soie; M aille, A uait, tt uet; H 
moie ua la soie — 18 (AJR); E Ml't par mest t. — 19 ^ frère 

— 20 ^ tote altre r. ; A riens — 21 AM dieu; NR h; B La 
parole a atant perdue — 22 M a. f.; B Troblee li est la ueue — 
24 E Lores, C Des or; L Donc c. m'it g. ; // A. enforca; n con- 
mance g., eM recomanca ; M' Lors r. grant li d.; ^ li g. d.; 
KM' dels, EMn diax, A daus; -R Ml't fu grant li duels de toç els 

— 25 ^F trous, A/ troz, K trois. 



MORT DE DEÏPHEBUS 23 I 

Puis l'en portent en la cité. 

Sacheiz qu'a grant duel i entra : 

Ja mais nus hom greignor n'orra. igooo 

Tuit le plaignent e tuit le plorent; 
191 3o A lor poëir le cors honorent. 

Li reis Prianz est si destreiz 

Que pasmez s'est plus de cent feiz. 

De la reine que direie, igooS 

Ne a que vos acontercie 
19135 La merveille de sa destrece, 

De sa dolor, de sa tristece? 

En grant angoisse e en torment 

Furent la nuit frère e parent : igoio 

Tant orent duel, ire e contraire, 
19 140 Ne vos en sai le quart retraire. 
Sarpedon fu moût regretez 

E de trestoz plainz e plorez. 

Trop sont de lui afebleié : igoiS 

igi26 M' Si; HK a la— 2-; AH KR que {m. à M); HKRn granz 
delz {F diax, N diaus) — 28 {BG); A Ja n. h. m.; en tel ne u., K 
si grant norra ; L naura; R Ja nuls h. g. ne verra — 29-30 m. à 
HM'n; B place ici les v. igi3j-8 — 2^{AJ)\ R lo plainent— 3o 
(J); R A lors pooirs, M Quant quil porent, A Tant con pueent, 
C Ce qe puent, K Cil qui souent — 3i {AJR) ; Hn Lores est p, 
si d., B P. en fu a mort d.; K El cors p. — 32 {H) ; AJR pas- 
me; M' est; M Quil se pasma; K .1. f., £// p. de .iij. f. ; B P. ses^ 
sor li pluisor fois — 33 M Et de la royne; N raine, M'R roine — 
34 {H a que), EN por coi ; les autres a coi; AT an conteroie; M' 
Ne que uos en ac, M Et por quoy le uos conteroie, B A paines 
vos reconteroie — 35 AEJk destresce, M tristece; B Sa grant 
dolor e sa t. — 36 BM destrece, AE tristesce, M' tritresce; B Pas- 
mee se rest de d. — 37 AB Mes en a.; M' angoise, R enui, A: do- 
lor, E tristece; J et a t., MR en grant t. — 38 5 F. por lui ; M 
toute la gent — 39 B tôt d. et c. — 40 BE Que nus nel u. poroit 
{E sauroit) r. — 41 £: M. fu s. r., iî S. fu plainç et ploreç, B 
Mi't refu s. plorez; if Sarpendon— 42 (J) ; R De trestoç fu molt 
regreteç, A De t. et plains et p.; BM Et de tous p. et regretes [M 
tant plorez — 43-4 m. à B — ^3 M Quil en*s. tuit aflebie; AK 
affebloie, ERn af., A/' afleboie. 



232 ROMAN DE TROIE 

N'aveit dedenz nul plus preisié, 
19 145 Plus aidable ne plus vaillant. 

En lost refont un duel si grant 

Que nus nel savreit reconter : 

Qui oïst a toz regreter i go20 

Palamedès bien poûst dire 
191 5o Qu'assez eussent duel e ire. 

Son grant saveir e sa bonté 

E sa science e sa beauté 

E son douz cuer e sa franchise i go25 

Ont regreté en mainte guise. 
1 9 1 5 5 La nuit orent assez dolor ; 

Blecié, navré sont li plusor. 

Assez i ot ire e deshait : 

Diënt que malement lor vait, jgo3o 

Quant Palamedès ont perdu : 
19160 « Mort sont, » ço diënt, « e vencu. » 

Ne se sevent ou conseillier, 

Ne qui l'ost sache maistreier. 
Empor cest grant deshaitement, igo35 

Josterent Greu un parlement. 

19144 E N. en lost; AEHN prisie ; H Nauoient laiens pi. p., K 
D. n. nul p. p. — 45-6 interv. dans B — 45 F aidant; B Et li 
plus ione et li plus grant — 46 {A) ; B Defors refisent d . ; 7? en rot, 
N auoit, K rot fait; M estoit li duel — 47 isC rien, AEJ riens; 
M' ne saroit, B nel poroit; AM rac, X ac. — 48 5 Q. les ueist 
tos; K reconter — 5o M i ot et, M' eusons; B orent d. et mar- 
tire; F Qaussent au — 5i-6 m. à B — 5i (//); AJLM' et sa 
biaute, K sa grant b., R sa gaieté — 52 EKL Et sescience, M Sa 
science, M' Et sa ionece, H Et sa proesce ; AJ KLM' R bonté — 
53-4 m. à HM'n — 53 [AJR); M cors— 54 M R. lont — 56 Ai B. 
et n. li p. — 5-] M k. ont; ABHKM' dehait, R desait; B A. orent 
la nuit d. — 58 B M. ce d. 1. u. — 60 AFM' uaincu, E ueincu, 
R uancu, N uoincu — 61 [BIIJ)\ E Ne san; A mes c. ; M'k Ne 
seuent mes ou {M nul) c, /? Ne se s. pas c. — 62 (J); 3/' les s., 
B 1. doic; R maistrier,^ iusticier — 63 [A); R En por, Kny Et 
por, B Tôt por, M Por (v. /.); L icel; A Pour ice g.; ABWk 
dehaitement — 64 m. à M ; BLJK l. dcis, JV I. daus. 



AGAMENNON REMPLACE PALAMEDÈS 233 

19165 Nestor li vieuz, li plus senez, 

Les en a toz araisonez : 

« Seignor, w fait il, « ensi vait ore. 

« Nos ne nos devons pas ancore igo4o 

a Désespérer d'aveir victoire. 
19 170 « Ne nos fera mais ajutoire 

« Palamedès, qui est feniz : 

« Por ço en somes maubailliz. 

« Moût saveit bien Tost governer 1904^ 

« E les riches conseiz doner; 
191 75 « Merveillos chevaliers esteit; 

« Nus de son cors plus ne valeit. 

« Perdu l'avons : ne puet autre estre. 

« Or savons bien, ne poons estre i go5o 

« Senz prince ne senz chevetaine 
191 80 « Qui tote Tost ait en demeine, 

« A cui nos seions ententif. 

« Or n'i ait noise ne estrif, 

« Mais maintenant seit esleûz; igo55 

« E se j'en esteie creûz, 

19165-204 réduits à 4 v. dans B; voy. aux Notes — 65 ACM' 
uiex, Fk uielz, N uiauz, EJ uialz, R ueuç ; KM' et li s., Hn li 
forsenez — 67 EH e. est ore, R en si faite oure — 68 {JR); AE 
Ne nos deuonmes mie encore ; //A/'n Nos deussiens {M' deusons) 
(F Vos deussiez) penser; AJMy encore, K onquore — 69 {AJR); 
Af'n Con poissiens (iVi' pensons) auoir u., H Conment nos eus- 
sons uictore — 70 (AJ) ; K sera; FR adi., N adiuct., M' aiust., 
H aiutore — 72 A/ Par ce, K Par tant, H Forment; A sen ; Jen 
Chascuns en est m. m. (F esbahiz) — 74 M Et les bons; K Et 
molt riche conseil; M conseulz, AM' -eus, En -auz, R -oilç — 
76 H mix ne, M mielz ne; / Del c. nus nel contreualoit — 77 
{HJ); A lauez; R Or auons p. molt bon maistre — 78-82 réd. à 
3 V. dans I : Or nous estuet signor et mestre Par cui commande- 
ment lor voise Or ni oit ne tenchon ne noise — 78 {H); E Et; 
AKR sauez, J ueez — 79 {A""); A preuost; KNy et (N ou) s. 
un, ACR et s., F ou s., J o s. — 80 M ait et^deteigne — 81 3/' 
ententis, M attentif — 82 ÀP estris — 84 HM Mais; NR ie nes- 
toie. 



234 ROMAN DE TROIE 

191 85 « Agamennon i sereit mis : 

« Moût est de cest afaire apris; 

« Nus n'en sot onques la meitié. 

« Tant corne il nos a maistreié, igo6o 

« Ne nos vint onques se bien non. 
19 190 « Jo lo très bien quel reslison, 

(( E si reseit princes de nos, 

« Que, par la fei que jo dei vos, 

« Nos n'i poons meillor eslire, igo65 

« Qui si seit dignes de l'empire 
19 195 « Ne ou meins ait de descordance; 

« Quar bien sevent tuit senz dotance 

« Qu'il ne porreient mieuz choisir. 

« Or sin dites vostre plaisir. » ^ 90JO 

Tuit l'otreient senz contredit 
19200 Qui seit de grant ne de petit. 

Ensi le ront d'eus fait seignor : 

Go li fu puis a grant honor. 

Trestot ala puis par ses mains; ^90j5 

Sor toz fu princes soverains. 

19185 Fe Agamenon — 86 [ACHJ); R ceste, L te\\ e c. mes- 
tier, M tiex conseulz — 87 {HR); A Nul; K seit la tierce partie; 
e onc plus {E ainz tant) la mestrie; J Bien i sera ceste m. — 88 
[AH] ; F uos ; R maistrie, C mestrie ; Je ot en baillie — 89 (AHJ) ; 
R uient, F fist; M' auint onc — 90 (-4 J) ; K Gie otrei b., w Ge 
lotroi b., C Je lou que nos; AHJM' que leslison [AJ reslison); 
CFR relison — gi M Et sire soit et p.; FM'k prince; H Et si 
lotrions entre nous — 92 FHKe Car — 94 {AJ) ; M s. plus, en s. 
si; -R Ki soit à. — gb R Ne ont; AHRn ait mains {R meins, n 
moins); i^ Ne ait il mes, J Ni oit il point; M' Or ni ait nule d. 
— 96 {AJ)\ KR Kar t. s. [K sauez) b. ; MN sauez t., F san uan- 
tent — 97 {AJ); k Que; K porrions; R eslir; H Nos ni poons 
miilorcoisir— 98 AM'n sid., E san d., //AT en d., R d. tuit; K 
die chascuns son p. — 19199-200 m. à N — 19200 [GHJLR); 
M Q. sire soit de g. et de p. — i Flor ont; R Et esloront; AR 
f. deuls; A" lont f. .ij. fois s. — 2 « Se li tient len a, M Si li fu 
puiz a, H Si le tint on a, J Celui t. len a, E Et le tienent a, M' 
Sel recurent a, L Et si li firent, CKR Ce li fu pris et, A Icil fu 
p. a; A"" Et desor els empercor — 3 // Del tôt. 



TREIZIÈME bataille; TRÊVE DE DEUX MOIS 235 



Treizième bataille, trêve de deux mois. 

19205 Dès or porreiz oîr hui mais 

La trezime bataille après : 

Beneeiz, qui l'Estoire dite, 

Oëz queinement Ta escrite. igoSo 

La nuit passa e l'oscurté : 
192 10 Quant del jor parut la clarté, 

Anceis que levast li soleiz, 

Ront dedenz fait lor apareiz. 

Armé se sont el fil del jor; igo85 

Covert resont li milsoudor 
19215 E les enseignes atachiees 

Es trenchanz lances aguisiees. 

Eissu s'en sont de la cité, 

Prest de bataille e conrée : iQogo 

Hastivement, jol vos plevis, 



19205 [ABH)\ R poroît; A" poez o. en pes — 6 [H)\ A" très., 
A tresiesme, Af-eme, N trez., F treciesme, E trez., K treizième, 
R treçoime, M' septime; R b. t. a. — 7-8 interv. dans BI — j A 
Benois, LM Beneoit; M lystoire; HMRn a dite, A^ en dite, JK 
dit, C escrit — 8 iî O. kinement; C Oiez car ne ment sont 
escrit; AA'^JMxy O. cornent il, / Or o. c, J5 A la guise que; J 
a escrit; A"" descrite; K Oiez con faitement lescrit — 9 En nuiz; 
(C loscurte), G locurte, n locurtez, ACIKLy loscurtez, R seurtez 
— 10 A/ Et q. (v. /,) ; CG clarté, les autres clartez — 11-6 m. à 
B — Il E Eincois, n Auant; AM'R le; (J soleiz), EKn solauz, 
AM -eil, CM' -euz, H -eus; R Ainç que ueissent le soloiol — 
12 ACMn Ont, R Nont; C f. d.; Fies; H Font cil d.; J appa- 
reiz, EKn aparauz, AMR -eil, O/' -euz, H -eus — î3 M' re- 
sont; Af au, M' ou; A point — 14 [R); EM misoldor, FM' mis- 
sodor, A -our, K milsoldor, H miss. — i5 {AHJ)\ R estachiees ; 
E Les ans. sont a. — 16 X^ Et; HM'n En maintes 1., E As fers 
des \.\ R agusees — 17-8 m. à H — 17 F Re issu; Af se — 18 
éd. P. de la b.; A/ coree, R conroie — 19-20 nf. à B — 19 FKR 
Hardiement, M' Nostreement, J Iriement; K co, E ce, AHM le. 



236 ROMAl^ DE TROIE 

19220 Vont requerre lor enemis. 

E cil de Tost se rapareillent, 

O Agamennon se conseillent, 

Qui les arguë e les enseigne ^ 9og5 

E prie que nus ne se feigne : 
19225 Del jornal d'ier prengent venjance. 

N'i ot puis autre demorance : 

Vestent les haubers doblentins 

E ceignent les branz acerins ; igioo 

Lacent les heaumes clers bruniz. 
19230 De ciclatons e de samiz 

Sont gent covert li milsoudor; 

De maint chier paile de color 

Sont les enseignes atachiees, igio5 

Que al vent furent despleiees : 
19235 L'airs en est jaunes e vermeiz, 

Moût fu riches lor apareiz. 

Il sont monté es auferranz 

Buens e isneaus e tost coranz. 19110 

Les escuz pris, chevauchent dreit 

19220 en ancontre, H encontrer — 21 M' Icil, i? Cil; J resa- 
pareillent; B Cil de 1. se rapareillierent — 22 S consillierent — 
23 L Quil; [Hn argue), les autres atorne (L atort); H Qui mrt 
les a., AA^K et quis e. ; GL quil (G qui) les conseille, M et con- 
seille; m ansoigne — 24 ^ nul ; e si; 7i foigne — 25 (J) ; m. à B; 
A Que du iour dier; n praignent, M^ preignent, E preingnent, 
MR prennent, H prendent — 26 F ait p.; ii Ni ot p. a. delaiance, 
puis ce V. : Mais sans nule a. d. — 27-48 m. à B — 27 J doble- 
tins, Mil -rins, R -çins — 28 -E les b. c; iV ceinstrent — 3o AM^ 
sigl., KR ciclaton; F semmiz ; J de uerz s. — 3i Af Bien s., en 
S. bien; K milsoldor, HM miss., FM' missodor, A mis. — 32 
M'n paille, E paisle — 33 ^ lor; i? estachiees — 35-6 m. à 
HM'n — 3)b R uermoilç, E -auz, C -eaus, G -az, AA^'L -eus, 
JK -eilz, M -eil ; ACEGJR Li airs en est iaune (G -es) — 36 
AKR M. est; G r. fu ; -R apparoilç, JK -eilz, M -eilz, A -eus, 
E aparauz, G -aus. A"" -els, L -elz — 37-8 m. à H — 37 £■ Tuit 
— 38 en Bons ; K Prouz et aatez et c, M Fors et hardiz et 
fors c. ; AR et bien c. — 39 // Lor. 



TREIZIÈME bataille; TRÊVE DE DEUX MOIS 287 

19240 Vers Troïens a grant espleit. 

Il nés ont mie trop loinz quis. 

Soz les ormes, as perrons bis, 

Se sont li premier entrataint, 1911S 

Féru se sont si e empeint 
19245 Que li escu sont estroé 

E li haubere doblier fausé. 

Tel cent enversent en Tareine, 

Dont puis n'eissi funs ne aleine. igi20 

Greu e la gent al rei Priant 
19250 Sont haïnos e mauvoillant : 

Por ço se requièrent de près, 

E sin i chiet sovent d'envers 

Pasmez e freiz, senz esperiz. 19 1^5 

One teus chaples ne fu o'iz 
19255 Ne teus resons d'espees nues. 

Les batailles sont avenues : 

Lors comença li fereïz 

Sor les heaumes d'acier bruniz; igi3o 

Beivre les font jusqu'es cerveles. 
19260 Espessement vuident les seles. 

19240 /f As — 41 {B); M ne se s. (v. /.); (iCloinz), H long, 
F loig, les autres loing; R m. loign requis — 42 // ormiax; 
FM'R al perron {R peron) ; M Sor les escuz a lyons bis, B Dair 
se sont entrerequis — 43-6 m. à B — /^3> K primerain ateint ; N 
antratoint — 44 -4 ci et, Men et si; F autant, N anpoint — ■ 47 
(//); F Tex, R Teux, 3/' Tiex; B Tel .m., M À), cens; F an 
chient ; ABERk sor — 48 F' nansi, R nisi, K nisse, AHNe nissi; 
M' fu, A feu, R fums, B fus ; M Qui mort orent dieu en ait laime 
— 49-80 m. à 5 — 49 AÀIM' Grieu, K Griu ; F Creue la — bo R 
S. molt irons — 5i / Por tant — d2 H cîet ; F si ne, EN san i, 
J si en ; F dinuers ; / Et sont del ferir ml't engres — 64 AE 
Ainz, H Aine, R Hune; / Tels caples ne fu mais ois — 55-6 m. 
à I — 55 {H); K tel ; ^ raisons, R reson, AI' tencon, E estors — 
57 {HJ); kR Donc, A Dont, / Molt est mortels li f. — 58-72 / a 
une réd. spéciale en i5 v.; voy. aux Notes — 59 {R); A ens es, 
JM' iusqua, HKn -as, E tresquas — 60 EFJK uoident, CM' 
uident ; EHK i u. s. ; ^ Et desi es arçons des s. 



238 ROMAN DE TROIE 

Las ! qui vit mais si fier martire ? 

Nel savreit nus conter ne dire. 

Persant traient e Arabeis i gi35 

Trenchanz saietes d'ars Turqueis : 
19265 Plus espés chieent que grésille. 

Ne clôt pas ieuz si tost ne cille 

Com chevalier i chieent morz. 

D'ambedous parz est granz l'esforz : 19140 

Greu perdent moût, mais maintes feiz 
19270 Les remeinent jusqu'as destreiz, 

Troïen eus jusqu'as herberges. 

Gel jor fu moût li cieus tenerges; 

Senz recesser venta e plut : i gi45 

Ço fu la rien qui plus lor nut. 
19275 Tuit sont moillié jusqu'as arteiz, 

E ne por quant par maintes feiz 

19261 AK si fait, R si grief; J La quinte part de cest m. — 62 
EM Nus [E Nul) nel s. ; M penser ; AJ Ne s.; AFJ riens — 63 
AMNe arr. — 64 /? darcs, n darz — 65 FJM'k chient, H caient, 
R cheent, E traient; K \ c; n P. espessemcnt ; H gressille — 
66 k Oilz {M Oil) ne c. p.; R si t. oilç — 67 fc cheualiers; 
FJM'Rk chient, H chaient ; Ae mort — 68 HJn Dambes {« -e) 
p, est {H sont) g. li e.; ^ST a grant e., M chient morz; M^ ot des- 
confort; E Lores i ot grant d. — 69 AM grieu, HK griu — 70 
(C); M Ses; n remoinent, J rameinent, H -ainent, A -ainnent, 
M -oinent; AM' iusqua, E tresquas, A iusquau — 71 {R)\ AM' 
jusqua, J iusques, L des quas, H dusquas — 72 {CJL)\ AFk Ce, 
H Le, NR Lo; R iors; AA/iert, EH ert ; K nest pas; AM' ciex, 
N ciaus, EH ciax, KR ciels, H cils; M le ciel^ A"^ li airs; C li 
cies energes ; MM' tenebrez, N tenierges — 73 {CGHLR); EJ 
S. rien cesser, M'n S. point c, A"" S. reposer, M S. cesser u. et 
plot (v. /.), / Et li airs si noirs et oscurs Que toute ior sans ven- 
ter plut — 74 AJRekn la riens, C li tens ; M' qui ml't, CR qi 
trop ; M not ; / Cest une r. qui ml't 1. nut — yb F moilliez, CER 
baignie; E desquas, i/ dusquas, A iusqua; EM ovXo'\z, AM' 
ortois, R -oilç, n conroiz; J donne 3 v. : Par mi totes lor armeu- 
res Par haubers et par couertures Orent les chars totes moUies 
— 76 £ Mes ; M' par mainte fois, R per maintes foilç, J meintes 
foies. 



TREIZIÈME BATAILLE ; TRÊVE DE DEUX MOIS 289 

Se sont remiié li conrei : 

Trop i aveit pesme tornei igiSo 

E trop meslé e trop requis, 
19280 E trop i ot homes ocis. 

Ja ert del jor passez li plus, 

Quant lors i avint Troilus. 

Bien ot o sei mil chevaliers : igi55 

Les escuz pris, sor les destriers, 
19285 Vienent as rens, si laissent corre. 

Tant en abatent en poi d'ore 

Que cil de l'ost sont resorti 

E par force ont le champ guerpi. igi6o 

Ensi les ont mis a la veie : 
19290 Sacheiz que l'om les enconveie 

O vint mile nuz branz d'acier ; 

Sovent les fait om trebuchier 

Morz e navrez de lor chevaus. 

Ha ! las, com doloros jornaus! igi66 



19277 M reuenu — 78 {AJR)\ E aspre, H mortel; M casmoy 

— 79 AM'R melle — 80 {HJ) ; ACKR Et t. par i a genz; M Car 
t. i auoit gent ochis — 81 iV/ La; AM'k iert; FJM'k passe; k le 
p. — 82 (J) ; A: Q. i auint {M uint) danz {M dant), A Et q. ia i 
u., C Q. a lestor u., BI Ancois que venist; R Gant i u. li proç 
troiulus — 83 A"" od lui ; ^ B. o .x. m. c. — 84 {A^JR); H Lor ; 
M Tous armes {v. /.), B Ml't bien armez ; CFk lor d. — 85-6 
BI V. as r. si les requièrent Et de si (/ desci) grantair les fièrent 

— 85 Ici M" reprend ; (ACR) ; A' As r. u., kH V. as greus; K et 
1.; J V. es r. corent lor sore, M' Brochent et peignent sanz de- 
more ; M^ tuit sans d. — 86 EM Ml't ; M ochient, HN ocient ; A"" 
senz demore — 87 BI Que maintenant — 88 BI Mal gre lor — 
89-98 m. à B — 89 (C) ; ^ lus ius, A^'KRe Et si, H Et cil, F Issi, 
JEnsint;//se s.; àP Troilus les met — 90 R bien, A' gent; H 
Or sacies que on les conuoie — 91 ^ A; Hn b. nuz; / Bien a .xx. 
m. b., M'' En son poing tient le brant — 92 M'^ en fet maint t.; 
CRk len, En an, M' on — 3g (ACH); M^K Mort o (/îTet) naure; 
M^ de son cheual; /destriers — 94 (//), C H^i; M^ Ci ot trop d. 
iornal, / Molt fu li cors pesmes et fiers ; K donne ensuite les v. 
1 8gyy-igo8j, puis les v. ig2g5 ss. 



240 ROMAN DE TROIE 

19295 Com faite uevre, com fait pechié ! ^9^79 

Tant règne en seront eissillié, 

Dont la gent muert ci a dolor 

Par grant forfait et par folor 

E par moût petit d'acheison. 
19300 Se ne fussent li paveillon 

E les herberges e li tré, ig285 

Ou tant se sont défendu Gré 

Que li soleiz fu resconsez, 

Sacheiz qu'il perdissent assez. 
19305 Moût lor estot mauvaisement, 

Quant la clarté del firmament 19290 

Se roscurci en Tanuitant. 

Départi se sont a itant. 

A la cité, le petit pas, 
193 10 S'en retornerent mat e las, 

Blecié, navré e travaillié. ^9^9^ 

De pluie e de sanc sont moillié, 



19295 {CJR)\ Hn Com f. honte, / Dex quel dolour; M'e et c. 
f. p.; Hn et quel p.: M^ Aine mes ne fu si granz péchez — 96 
(/) ; HR T- r. s.; ACK sera; 3/' Maint r, en serunt eissilliez — 
97 M'^e genz ; K uait, M muèrent \ Rs\,n cest; / sera chi perie 
— 98 £■ sorfet, / outrage, R mesfait; k et grant, R par g, ; M 
dolour, A/' iror — 99 M'^M'B dachaison, F de cheison, M dacoi- 
son; / dochoison; EK petite acheson ; B Maint en trébuchent cl 
sablon — 1930 1-4 réd. à 2 v. dans B : Et les herberges et les 
très Ains que solaus fust esconses — i M"" soleilz. En -auz ; M' 
le soleil, M li solail ; K Tant q. s.; n esconsez, M^ resconssez — 
4 3/' Trop par i p., M S. il perdirent — 5 J^P esteit, Àln estoit ; 
A^ M. fust as grius, B Lor eust este malement — 6 A^ Mais; 
ÀPKNe clartez — j {J); C rescurci, Bn resorti, H desmenti, 
M' recouri, k roscura, L rcsconsa; A"^ Sen obscurcist, A/V Lur 
défailli — 8 E Lors se départent. A'' D. sunt lors; B D. se resont 
atant — 9-22 m. à B — 9 M'N En — 10 JM^ Sen retornent mate 
{M' naure); £^ Sen râlèrent ml't furent 1.; M mas — 11 JMM' 
traueillie — 12 C pluuie {sic); N Ml't sont li plusor maheignie, 
F Mais de ce resont auques lie. 



TREIZIÈME bataille; TRÊVE DE DEUX MOIS 24 1 

Mais de ço lor vait auques bien, 

Qu'aaisié sont sor tote rien, 
19315 Quar osteus ont buens e guarniz 

E de vitaille repleniz. igSoo 

Marchié truevent grant e plenier 

De quant qu'a cors d'orne a mestier. 

Celé nuit ot corte durée 
19320 A cens qui Forent désirée, 

As queus ert de repos mestier : i g3o5 

Lor vuel, durast un meis entier, 

Mais poi i avront de sojor. 
Si tost corn resclarci le jor, 
19325 Enz en l'aube del cler matin. 

Se resont mis fors el chemin : i(j3io 

Es chiés ont les heaumes laciez ; 

Lor enemis vont querre iriez. 

Trovez les ont, jol vos plevis : 
19330 Ne les ont mie trop loinz quis. 

Dis mile lances esmolues, ig3i5 

Cleres e trenchanz e agucs — 

19313-4 interv. dans F — i3 L lor prist; F De ce lor uet il 
a. b. — 14 E Quaeisie, A" Que aise, K Quesie, M' Eese, F Aeise, 
>/'C -ie, A -iez, N Aessie, GM Aaisie — i5 3/ hostelz, CKny 
ostex, 3/" -iels; HO. orent b. ; IM O. ont b. et b. garnis; « o. 
et bien g. — 16 M repleni — 17-8 m. à AHÀPn — 17 (L); J 
Marchier; M'^CRk trouent — 18 {CR); EJ Ou a quanque lor est 
m.;L que il lor est m.; R amistier — 19 M^E nuiz — 20 M^CFe 
desirree, N dess.; G qui orent desperee — 21-2 interv. dans Hn 

— 21 Af^ De r. auoient, IJ Ki de r. orent; AC As quels, G A 
quex, J/As quiex, L Sous quielz; i^Alquesert; ACGM estoit r. 
m.; E Auquant en orent grant m., AV Ml't en auoient g. m., A' 
De r. eurent g. m., « Ne queissent plus {F mais) ostoier, H 
Nauoient cure dostoier — 22 {A^EN uuel), F uoel, 3/* ucl, 
ACHJM'k uoil — 23 FM auoit, K orent ; F del — 24 (L) ; N res- 
clarcist del i., M^Ke il uirent le i. ; / Car si t. c, u. le i., F Au 
matin iront an lestor — 26 Âf'AIM' hors — 2'g e Les h. o. es c. 1. 

— 29 M ie — 3o M gaire 1. q.; tous les mss. loinz — 3 1-6 m. à B 

— 32 K C. tranchantes; A' Groses. 

Tome m 16 



242 ROMAN DE TROIE 

N'i a celé ou ne pende enseigne 

De drap de seie d'Alemaigne — 
19335 Baissié lor ont en mi les ieuz. 

D'ambes parz fu granz li orguieuz ; ig320 

Ferir se vont de plain eslais, 

Que des escuz fendent les ais. 

Fausent hauberc e auqueton. 
19340 Mil enseignes de ciclaton 

Se baignent en cler sanc vermeil. ig325 

La sont chaeit en mal trepeil ; 

Defolé sont e esquachié. 

Teus est li torneiz comencié 
19345 Qu'anceis qu'il départent hui mais, 

En i morront dui mile e mais. ig33o 

Poi i a jostes eslaissiees, 

Quar les espees ont sachiees, 

De qu'il se vont entreferir 
19350 E teus colees départir 

Que des heaumes rompent li laz. i g335 



19333 {AJ)',N cel ou, Af nule; M'^E ni p.— 34 F dalam., ^P 
a or despeigne — 35 [leçon de F); ACEGHJM Baissiees sont, 
M^K S. baissées [K bessies), M'iV Bessie [N -iez) les o.; 73/'^' 
deuant; APAA'CIJy lor i. — 36 (/); CJKM'n est, E ert; 3i' De 
dous p., M' Danbe pars; k Danbedeus p.; K est g. lorgoilz, M fu 
g. li orguialz (v. /.); C g. orgeaus — "i-j M sen, F les; BI Si se 
(7 si) fièrent ; C del ; en grant — 38 (C7) ; F Qi ; B fraignent — 39 
APCFMM' haubers; N anqueton, F -ons, M ciclaton — 39-84 
m. à JB — 40 C del; 7^ ciglatons, APEK ciclaton, M'N siglaton, 
C singl., M auqueton — 41 C e\; M Sont baigniees en s. uermail 

— 42 FKM' chau, MN cheu, E cheoit; Me. s.; K tel, M' grant 

— 43 Ekn Defole, M' Desf., F De folie; FM escachie, K escha- 
chie, M' -cie, M'' esquachez, N dechacie; A"" Jan a plus de .ce, 
blecies — 44 37' Tiels, M Tiex, A^ Tels, F Tiel, E Or, M' Si; 
Ken ont le (F ot li) tornoi, M est li tornoy; M^A" comenciez — 
45 N Quaincois, E Eincois, F Enc. — 46 M' .x'". — 47 iV des- 
lessiecs, F des leissiees — 48 A'M sont s. •— 49 7 De kil, GL 
Desquil, HM' De coi, CFDe qoi, JDe cui, M^'N Dom il, kA Dont 
il; F san uon — 5i F Qi ; M^ heu mes, k haubers; EaM les 1. 



TREIZIÈME BATAILLE ; TRÊVE DE DEUX MOIS 248 

Tranchent sei chiés e cors e braz 

E fendent sei jusqu'as arçons. 

Li dueus, la noise e 11 resons 
19355 En est oïz par le pais 

E par les tors de marbre bis, i g34o 

Ou les dames sont en error, 

En crieme, en lermes e en plor ; 

Quar chascun jor creist li damages 
19360 Des plus prochains de lor lignages, 

De lor frères e de lor fiz. i g345 

Tant ont sovent les cuers marriz 

Que tote en ont joie obliëe. 

He ! tante Icrme i ot ploree 
19365 E tant sospir fait doloros ! 

Cist jornaus fu trop damajos iç35o 

A ceus de Tost, quar Troïlus 

Lor a ocis contes e dus 

E riches amirauz preisiez, 
19370 De que Greu sont moût damagiez. 



ig352 AP e piez, K et piz, £ et cos ; M testes colz et b.; n Et 
t. soi chies (F chicfj cors et b. — 53 K iusques, M iusques as, 
3f* très quas, E des quas — 64 M' Le; M"" duels, AÏM' duel, K 
dels, EF diax, N diaus ; M"" ressons — 5b K oi; n Estoit si 
granz — Sy n tote ior — 58 Af En c. toz iors e; ^ En duel — 5g 
AI leur domages; C lor c. doinage ; F li linages — 60 3/^ pro- 
chiens, n -eins, E prisiez; F linages, C -e, M paragc — 61 {AC); 
M"" E de lur fiz e de lur pères — 62 {AC); M' lor c; AP De lur 
amis et de lur frères — 64 (G He), k Ha, e Hai, L E, M' Deus, tiy 
Et; E mainte; {Cx i ot), AGLk i a, M^'E en ont; A"" La ot 
mainte 1. p. — 65 A"" Et maint; eJ Et tanz sopirs fez (J fait), F 
Et tant sospirs fait; K tant d. ; B Ml't fu cis tornois d. — 66 k 
C. [M Cel) iornal, e C. iornex, AP Icist iors; F Cist iorz lor fu; 
APN perillons; B Et pesmes ml't et damagos — 68 [B); AP Lor 
i ocist; M et c. ; ^P e reis e dus — 69-70 m. à B — 6g I Et rois 
et a.; EN prisiez, F prosiez — 70 C De qoi, M Donc grieu (v.f.); 
A s. adomagiez; G Des que g. s. m. ampiriez,*/ Dont il les a m. 
d., A'HAPn Ml't les a le ior d., EJ Le (J Cel) i. les a m. d., AP 
Dom il sunt molt afebleiez. 



244 ROMAN £>E TROIE 

Grant ocise ot d'ambedous parz, ig355 

Quar o saietes e o darz 

N'i poëit rien Fueil descovrir : 

Trop par en i estut morir. 
19375 Iceste bataille trezaine 

Toz les set jorz de la semaine ig36o 

Dura a tire, senz cesser. 

Nel reporent plus endurer 

Icil de Test : triuës ont prises 
19380 Al rei Priant, par teus devises 

Qu'il les dona al loëment i g365 

De Troilus e de sa gent. 

Li Troîen e li Grezeis 

Les ont plevies a dous meis. 
19385 En l'ost fu plainz Palamedès, 

E si n'orra nus hom ja mais iQ^jo 

Plus richement cors sevelir : 

Soëf fu fait e par leisir. 

Tel sepouture e tel tombel, 

1937 1 [H)\ EJKM'n a; AT de totes p.; A/"" G. fu locise de dous 
p., B Mrt en i ot mors dambes pars, /Molt en moru dambes deus 
p. — 72 {AJ)\ EH a... a, M as... as, K por... por; M' seetes;5/ 
Que de s. que de d.; A aj. 2 v. : Les ont chaciez iusquaus des- 
trois Iluec fu lestour si destrois — 73-4 m. à BI et sont intevv. 
dans A^ — j3 CEkn Ni {F Ne) puet; CEK nus hom, n por rien; 
H Ni ose r., A'^J Nus ni pooit {A- osoit); A riens; e luel, kn loil; 
3/" Se funt les hauzbers desmentir — 74 ( J) ; M'HMM' estuet ; 
-A T. p. i conuenist, NT. en i estuet a, C T. p. gen stuet, E T. 
an i estouoit, F T. an i couanroit, A"^ I couint maint homme — 75 
K En ceste; M^ trezeine, E -ene, EJ -einne, M disieme; M' 
Geste b. quatorzeine — 76 M' .viij. ; M Dura tous les .vij. i. {y. 
/.) — 77 ^ antiere; AT et s. c. — 78 F N. pooient, B Ne le po- 
rent — yg K trieues; B Gil de lost ains ont t. p.; APK quises — 
81 M donast, n donra — 83 MM' greiois — 84 M donneez; B 
de; N trois m.; F par lor lois, k par deus m. — 86 5 Et se no- 
rois parler — 87 3F Si r.; M' enfouir — 88 Ffaiz; 3/' Par grant 
estuide; B Gil de troie tôt sans mentir; N lessir — 19389-400 
m. à B — 89 M'N Tex s. {M' sépulcre ne) tex tonbiax, F Tiel 
s. tic! ccmbel, /r Tel sépulcre et (A' ne) tel t., M'^Li hrent fere son 



TREIZIÈME BATAILLE ; TRÊVE DE DEUX MOIS 24b 

19390 Ne si precios ne si bel 

Ne fu onc fait ne ainz ne puis, i g^jS 

Ensi com jo el Livre truis, 

Com li firent comunaument 

Tuit cil de Grèce e si parent. 
19895 Tant com li siegles tient e dure, 

Pareistra mais sa sepouture ig38o 

Riche desci qu'ai finement. 

Lor dus, lor contes, l'autre gent 

Ont seveliz e enterrez 
19400 E mis en sarquieuz e en rez. 

Ne sai quealoignasse plus : ig385 

Seveli ront Deïphebus, 

Mais ainz fu plainz e regretez 

E tendrement as ieuz plorez. 
19405 Mis l'ont en riche monument 

Tôt fait de pierres e d'argent iÇ^go 

E de fin or Arabiëis. 

Si refu Sarpedon li reis 



19390 E Ni; JV/'N biax;iV/ Si precieuz et — 91-2 interv. dans n 
— 91 n mes, E pas, A ainz; M'' onques feiz onc ne p. — 92 F 
Ansi, e Einsi; A oui.; M'n con en lestoire t. ; M conme el — 9? 
u Com il, M Que li; X O lui furent; n conmunalment, 3/ comu- 
nelment, M^Ky -ement — 94 rj del reigne; A/' Ici! de lost, M"^ 
T. li grezeis; M"^ g. si p. — 96 F sigles, E siegles, iV sièges; Af' 
le siècle — 96 EF Paristra, M"* Parestra, M Paruistra, M^ Pa- 
rira, N I parra ; M^ la s. — 97 M^e de si, M dessy; K Tant r. 
iert si; A/' au f.; F De grant richece ert finement — 98 iC lor 
princes, lYlor conte; F et lor g. — 99 M^k sepeliz; A^ enterez — 
19400 M^ sarques, M^ -cuels, n -coz; M sarcouz honnorez — i 
EF ial., C ie loignasse, N les 1., M^A raloignasse, B lalongaisse, 
M laloigne, K gen deisse — 2 (yl) ; B Ont s., M^ Sepeliz f u ; k 
Sepeli; AyPk ont — 3-io m. à B — 3 APAek M. molt; E est; 
M' lont plaint et regrete — 4 {A)\ M^ o oilz; M' plore — 5 M' 
en .j. chier; H uolsement — 6 ^ Toz; M faiz; H em; FHK 
pieres; //et a. — 7 M'^ANek arr. — 8*3/ Si ront il, K Et 
alsi. 



246 ROMAN DE TROIE 

A grant honor e hautement, 
19410 Corne il plus porent richement. 



Ambassade des Grecs a Achille ; il refuse 
de combatre. 

Grant esmai ot entre Grezeis : 19^9^ 

Dedenz la triuë de dous meis, 

A enveié a Achillès 

Agamennon dant Ulixès, 
1 941 5 O lui Nestor le vieil, le sage, 

Qui forni ot maint haut message; 1 g4oo 

E s'i tramist avuec cez dous 

Diomedès le corajos. 

Tuit trei furent sage a merveille, 
19420 E Agamennon lor conseille 

Que ço sera que il diront. 1 940S 

Dreit a son paveillon en vont, 

Qui toz fu faiz de pailes chiers. 

O grant plenté de chevaliers, 
19425 Ses homes liges naturaus, 

Hardiz et proz e bons vassaus, i g4io 

19409 LM richement, K baldement — 10 J/' Cum il p. plus; 
LM hautement — ne ont — 12 K trieue ; B les trieues ; E des ; 
N trois — i3 F Lors anuoia — 143/" dans, FK danz, EN dan; 
M Rois a. u. — i5 5 Et dant n.; M' li uiex, F li uiaus, 3/' lo 
ujell, KN lo uiel, BE le u.; M li prou li s.; F li sages — 16 A: 
ont; KM' grant m., F hauz mesages — 17 AP ouoc. EN auoec, 
FM' auec; M"^ cesz ; A o ices; /c Et si i t. o ces deus — 19-20 m. 
à B — 19 ^ sain ; iVfF. s. ml't a m. — 20 M'n les, H se — 21 B 
Encarge la; M que li; 3/' qui il — 22 AT sen u.; B Droit al tref 
ueilles iront — 23-6 m. à B — 23 (^4) ; E paisles, N pailles ; AP 
Q. mFt estoit riches et chers — 24 /l' A; M'ENek plante, F 
plainte— 25-6 m. à E — 25 ACHIkn Si home lige natural, ^V 
Ki sont si h. n. — 26 / Ki tout erent prou et vassal, ACHkn 
Hardi et preu {FK P. et h.) et bon u. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 247 

S'estut dedenz mornes, pensis, 

Com cil qui d'amor est espris, 

Qui ne se set vis conseillier, 
19430 Qui ne puet beivre ne mangier, 

Qui n'a repos de nuit ne jor. ig4i5 

Si le travaille fine amor 

Qu'il nen a joie ne déport. 

Rien ne li puet doner confort, 
19435 Qu'il trait la peine que cil traient 

Qui por amor sovent s'esmaient, i94'^o 

Qui en tel lieu ont lor cuer mis 

Dont n'ont déport ne gieu ne ris, 

Aise, voleir ne atendance : 
19440 Icez ocit désespérance. 

le' est la rien dont Achillès ig425 

Porte e sostient le greignor fais. 

Sovent s'esmaie e se despeire; 

Ne sait que cuider ne que creire : 

19427-8 B Qui la dedens estait assis Damors ml't destrois et p. 

— 27 M' Se tut, AP Esteit, A Estout, M Sestoit, F Se fait; M S. 
m. d. p. ; ^■^ alques p., 3/" muz et p., AFAI' morne et p., M 
mornes et p.; H Achillès fu forment p., / Sestut a. ml't p. — 28 
A Et c; JMN damors; APM iert; 3/ entrepris; AA^DKM'n est 
damor; f/ art espris; A"^ sopris, / anpris, D penssis — 29-30 
interv. dans M^ — 19429-792 résumés en 4 v. dans B; voy. aux 
Notes — 29 X Quil; A uif, AV nis, D nés; / Et ki ne se s. c. -— 
3o [A) ; / Et, GN Quil, HK Nil, CF Ne {m. à M) ; H ni set; 3/' 
beure e, HM boire ne ; DL Ne p. ne b. — 3>i-^ m. à DHM'n — 
3i {AJR); L Quil, CK Qil, G Que, £: Ne — 32 G la — 33 
[CGIJR); AAP Qui; A na ne, M na — 34 APACEK Riens, GJ 
LM Nus; M^ Cui r. ne p. — 35 {H)\ ClJk Qui, 3/' Et; 3/' Or 
sent, M Qui traient — 36 {H)\ AM' pour amer — Sy M tiex 
lieuz ; M^EFL cuers — 38 {AC)\ M Donc, LMn Quil; C report, 
HLM'n repos; AHM'n ioie ne ris — 39 L Aese, 3/' Esse; E Ne 
nont u. — 40 3/' Ices, AM Iceus, L Icels, n Ice, E Ainz les, C Lor 
cuer; 3/ ochist, ^G3/' ocist; M"" Ce les ocit e desperance; F desep. 

— 41 J^Coest, G Ce est; AKen riens; iVf donc, N dom— 42 3/ 
Donc il s. g.; AP sotient plus greuos ï.\ K p. pesant — 43 [EJ)\ 
APAPkn e desespeire — 44 AP siet; k quider, F cuide, ^PGNe 
-ier; 3/ faire. 



248 ROMAN DE TROIE 

19445 Une feiz pense aveir confort, 

Autre feiz dit que c'est la mort ig43o 

Qu'il sent le jor plus de cent feiz. 
One ne fu mais hom si destreiz. 
Li vieuz Nestor e li dui rei 

19450 Devant le paveillon tuit trei 

Sont des palefreiz descenduz. ig435 

Achillès contre eus est venuz : 
Toz treis les acole e embrace, 
Quar n'i a nul des treis qu'il hace. 

19455 Sor un tapiz freis de color, 

Qui vint del règne a l'Aumaçor, i g44o 

Se sont tuit quatre ensemble asis : 
N'i furent plus, si com m'est vis. 
Premiers parla danz Ulixès, 

19460 E si li dist : « Sire Achillès, 

« Agamennon, li vostre amis 1944^ 

« Nos a ici a vos tramis 

« Por mostrer vos e por requerre. 



19445 [AC)\ M"^ cuide; ny Onqes ne [H ni, e nan) p. (J/' cuide); 
EFH conïovz — 46 (CJ); M^ A. f. que ce est; n Une f., H Ml't 
souent; AGH dist; e Ancois [E Enc.) dit bien; M' sa; EFH morz 

— 47 ^ Qui — 48-51 m. à N — 48 3/"// Aine, AEM Ainz, GJ Ains; 
M'^GJ m. nus, M' bons mes; H A. mes ne fu h., -4 A. mes ne 
seront; M k. ne fu m. plus nus d.; G intercale ici 2 y vers; voy. 
aux Notes — 49 M^ Le; Af^uielz, G uiex, En uialz, M'k uiel — 
5o EK son p.; G pauillon — 5i [ACHJ); M'' Des p. s. d., F S. 
d. des p. — 52 {ACHJ); 3/" A. est contreis; k coruz; n Contrax 
saut a. tôt droiz — 54 ACJ Quil; A^ dels qui le h., A deuls .iij. 
qui h.; M^ aj. 2 v.: Dedenz son paueillon les mejne E dels henorer 
molt se peine — 55 A Sus; iWDM' tapi, F tapin; DHM'n Desor 
(F Desoz, M' Desus) .j. t. de c. — 56 {CHJ); E Qui f u ; F al 
aumancor, M a lamacour; A'' droit dinde la maior — 5y {ACHJ); 
n li q.; iW asis e. — 58 CFILk Ne; E sistrent; C ce mest auis ; 
Juy gueres ce mest uis; A'' Apres si lont a raison mis; 3/' mei 
semble — 59 F Prim., M' Premier, A''K .Primes; AM' dant, M 
sire, iW' reis — 60 M'N Et se ; ^ a dit. M' li d.; J/3/' dant a. 

— 63 AKn Por u, m.; n anquerre. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 249 

« Venu somes en ceste terre 
19465 « Por Troie prendre e por guaster 

« E Troïens déshériter. i g45o 

« Ne ferons mie Ions sermons : 

« Bien en savez les acheisons. 

« Venu en somes a itant, 
19470 « Perte i avons receii grant, 

« E cil de la trop maie assez. ^94^^ 

a Ci est toz li mondes jostez. 

(( Cil nos défendent les païs, 

« Mais moût les avons fort requis : 
19475 « Toleiz lor avons lor passages 

« E toz les autres guaaignages. 19460 

« Hector o la fiere poissance, 

« En cui ert tote lor fiance, 

« Qui de proëce ert soverains, 
19480 « Vos l'oceïstes a voz mains. 

« Or ront perdu Deïphebus, ig465 

(( Dont il sont moût morne e confus, 

« E chevaliers teus trente mile, 



19464 A Venus — 65 3/M la uille (Af" la cite) p. e g., Ken 
Por t. p. et por g., GLM P. p. t. [L Lac. p.) et essillier — 66 
GLitf Et por t. domachier (G damaigier, JW donmagier), M'An 
E p. t. déserter (« deseriter), E Ml't nos an deurions haster — 
67 e Ni; Me lonc sermon {E sarm.) — 68 Fsauons; M' Vos en 
sauez b., E Asez an s.; c lacheson, M lacoison, A achoisons, 
jW* achais., K aches. — 70 3/' Que p. i a. ia molt g., F Parte i 
auomes au g.; E eu ml't g. — 71 EF t. mal, A t. grant, M plus 
g. — 72 iVf' tôt le monde; M li mondes aiostez, K toz li monz a., 
E ii m. t. asamblez, F toz li monde as. — 78 M^M Cisi — yb M 
Tolois, M^'EN Toluz, AM' -u, F Tollu ; i\/ les a. ; M^ A F lor p., 
M' li pas. — 76 £■ gaheign., F gahagn,, A'PM'Nk gaaign. — 77 
Ekn a ; M ruiste; n puiss. — 78 (A); K qui ; M^MM' iert — 79 
M"^ Car; M^AMM"^ iert — 80 en Que; >/ Lui och., A Cil occ; 
M de u.; M-'E mejns — 81 KhVN deyph., F deyf., E deif. — 
82 M' mort et c; ^ D. ml't s. et morne, 2^ D. ml't s. m., K D. 
mort s. et m.; M D. ml't s. mort et ml't c, E D, m. s. morne et 
confondu. 



25o ROMAN DE TROIE 

« Dont mout sont feible par la vile. 

19485 « Victoire nos en est pramise : 

« Bien en avons la chose enquise ; / q4'jo 

« Certains en estes, jol sai bien. 
« Or si vos mostrons une rien : 
« Preisiez estes e honorez 

19490 « Plus que nus hom de mère nez ; 

« E sacheiz bien par ceste ovraigne, 1 947^ 
« Cornent qu'a cez autres en preigne, 
« Est vostre pris doblez cent feiz. 
« Or si guardez que nel baisseiz : 

19495 « A Fabaissier estes venuz, 

« S'autre conseiz n'en est creiiz; 19480 

« Pris puet l'om tost aveir conquis, 
« Mais al guarder, ço m'est a vis, 
« Govient grant sen e grant valor. 

19500 « En grant pris ont esté plusor, 

« Qui puis baissoënt e chaeient 19488 

« E qui eus e lor faiz perdeient. 
« Ja nus de pris n'avra tant fait, 
« S'auques s'en esloigne e retrait, 

i95o5 « Que ja mais jor retort ariere. 

« Ço n'est mie chose legiere, ^949^ 

« Qui son pris pert, del recovrer : 



19484 M afoibli, M^ irie; K D. febli s. ml'l, A D. mrt est plus 
foible — 85 e uos ; AMn prom. — 86 Aen auez — 87 hPFk Cer- 
tain ; F Certes en est ; M"" en somes ; jST co s., ^ ie s. — 88 F se ; 
E Mes mostrer uus uuel — 89 En Prisiez; C renomez, K redo- 
tez — 90 M"" P. quon que seit — 91 {AH)\ APM E si sachez ; A- 
de c. o. — 92 HM'n que li afaires p., E que la chose se praingne 

— 933/ lert ; K nostre ; C A doble uetre p. — 94 ^ C Or g. que 
(C bien) ne labaisoiz — 93 F Qa — 96 EKn Sautres ; A/' conseil 

— 97 M"" a. tost c. — 99 FM Conuient; A/^3/ sens — igSoo n A 

— ijbassoient, ^ bais.; K chaieient, EMn cheoient; AP si très 
ujlment h. — 2 [ACJ); M ÏQi — 3 AM nul, 3/' hons, n hom ; M 
de bien — 4 F Se il san; AHM'n Se (n Sil) auques sesloigne (F 
sal.), M Sauques sesl. — 7 /l Q. p. s. p. ; M' de. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 25 I 

« Por ço VOS vueil dire e mostrer. 

« Ne faites pas que la gent die 
195 10 « Que proëce vos seit faillie, 

« Ne que seiez mauvais ne tes ^949^ 

« Qu'ensi seiez del tôt remés. 

« Sacheiz de veir, parlé en ont, 

« Lor contes en meinent e font. 
1 95 1 5 « Se n'en prenez autre conrei, 

« Que vos reveigniez al tornei, i gSoo 

« Ou vostre pris est toz periz, 

« Recreanz estes e failliz, 

« Sacheiz que li criz de la gent 
19520 « Torra sor vos si faitement 

« Qu'ainceis qu'acompliz seit li anz, i g5o5 

« Sera del mal dit plus set tanz 

(c Qu'il n'en fu onques jor dit bien. 

« Ensorquetot li Troïien 
19525 « Vos ont toleit de teus amis, 

« Dont bien devez, ço m'est a vis, igSio 

a Aveir al cuer ire e pesance. 

« Aspre en deit estre la venjance : 

ce Si sera el, se vos volez; 

19509 {ACH1)\ 3/' faciez, J facoiz; M'^A'EN genz — 10 
M'FK est f. — 11-2 m. à A'I — 11 [ACGHJL); A^n clamez 

— 12 [ACL]', Kn Que si, EH Quainsi, D Quainsint, M' Que 
uos; G de tout; n tornez ; A"" Ne que' del t. s. remez — i3 
(/) ; AE por uoir — 14 (/) ; Ke tienent, M dient — 1 5 AK Sor, C 
Or; n est pris — 16 APA'Ek Ou uos reuendreiz, A O nous r., 
M'n Que uos reueniez (iV reueignoiz, F -iez), H Que ne reuigniez 

— 17 (AJ); CM' Toz u. p. sera; K ert; A'^E perdus, CMM' 
feniz, K partiz — iS K Recraanz ; ACJk guenchiz, Af^ honiz, F 
feniz, M'N faillis ; E R, seroiz et ueincuz, A' Faillis e. et recreus 

— 20 E Sera ; e leidement — 21 (A); AP Quanz que soit a.; E 
Eincois, C Aincois ; K que passez — 22 AI de; M lert de uos m. 
d. c. itanz; AM' set i., E .xiii. i,; APD de uos m. dit; M^ dis 
tanz — 23 Mn ne fu; M o. d. h.; N o. dit del b., F o. iorz de 
b. — 25 AI toloit. M' -ez, APE -uz, « -u — 26 3/ D. ml't — 27 
M a c. ; A' Al c. a. — 29 M' il, APF ele {v.f.)\ K ele se u. 



252 ROMAN DE TROIE 

19530 « Tost les avreiz déshéritez, 

« Morz e vencuz, chaciez e pris. ig5i5 

« Quant a tant vos en estes mis, 

« Se volez, or si maintenez, 

« Ço dont vos estes honorez 
19535 « E coneiiz par tôt le mont. 

« Tote l'ost vos prie e somont ig520 

« Que les guardeiz e mainteneiz, 

« Com vos avez fait autre feiz ; 

« Ne les laissiez endamagier. 
19540 « Bosoing lor est e grant mestier 

« Que de ceste uevre faceiz fin. ig525 

« Trop somes povre e orfelin, 

« Quant senz vos somes en l'estor. 

« Moût s'en deshaitent li plusor, 
19545 « Dès qu'il ne veient vostre escu ; 

(( Ja ne seront puis socoru. ig53o 

« Por Deu, ne maumetez por rien 

« Ço qu'est en vos, si fereiz bien. 

« Tant estes proz, riches e sages, 

19530 n Toz; M"" aurons, H arons, F aura; Ck Car tuit {K toz) 
seront — 3i [HJ); £ M. et confus et toz conquis ; A/' naurez et 
p.; Ck Mort et uencu chacie — 32 M'y Q. en t., 3/' Puis quen 
t. ; M'^FHk nos en somes m.; J Puis que a ce uos, C Q. iusqes 
ci nos — 33 M et se; K Se uos plest et se uos, C Si uos u. si, 
HM'n Si uoilliez {N uill., F uoloiz) et si, E Si gouernez et; J 
Si m. se uos uolez — 34 [H); CJek tante., M e. t. — 36 M 
Tout; EMN loz, M"^ losz — 37 M"^ Quel esgardez e maintei- 
gnez, K Q. les m. et gardez — 38 AP Si cum, E Si con, C C. 
les — 39 M^ Nés laisseiz mie; K si damagicr — 40 Kn Besoinz; 
Mn granz ; M- Besoing lor a g. e m., e B. an ont et g. m. — 41 
yP houre; M'M faciez, K facez, 3/' fâchiez, En facoiz — 42 
yP orphenin, M orphelin — 43 F Qe se nos; en en estor — 44 
Ke Si; M^ desheitent, AP dehetent, K dehaiient — 45 (C); AP 
Puis quil; M qui; F escus — 46 (C) ; M' ne s. mes, M puis ne 
s., E nesteront p.; F aseurs — 47 [C)-, K P. de; HM'n ne 
perdez (F perdent) ia; M^ de r. — 48 n Ce que uos est — 49 
A sage. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 253 

19550 « Trop par sereit pesmes damages 

« Que li pris de vos abaissast, i g535 

« Mais qu'il creiist e qu'il montast. 

« Seit or la perte restoree 

« Que si grant avons recovree, 
19555 « Dès puis que nos i plot venir. 

« Or nos poëz toz resbaudir ig54o 

« E mètre en cuer e faire proz, 

« Tant que cil aillent al desoz. 

<' Sacheiz que jo vos doing conseil 
19560 « Leial, dreiturier e feeil. » 

Embrons e taisanz e pensis 1 9^45 

Fu Achillès e moût eschis 

Vers l'uevre dont cil l'areisone. 

D'une grant pièce mot ne sone, 
19565 Puis li a dit : « Sire Ulixès, 

« Ço sai jo bien, ja n'orrai mais ig55o 

« Jor que jo vive home parler, 

« Mieuz sache un haut conseil doner; 

« Si conois bien e sai e vei 
19570 « Que moût amez l'onor de mei : 

19550 3F Que t. s. pesanz; A pcsme domage — 5i n Se — 
52 1 Molt seroit miex ke il m. — 53 [AA'CIJ); nH S. la p. si r. 
[F estoree); 3/' recouree, M^ chier uendue — 54 [AA^CHJ); I 
grans; M Et si grant honnors; M' restoree, M"^ receue — 55 
A'CFKe uos ni, M nous ni; C plait, F pot; APH Puis qu'il [H 
que) ne vos i, / D. que vous ni p. auenir — 56 F uos ; ni poons; 
C Uos noi pas très bien r. ; / tous; A"^ rebaldir, H esbaudir — 
57 {M)\ CK Et m. c. (C cuers), APJe Et doner c, //« Et m. 
arrière; / Encoragier et estre p., A'' Et m. en ioie et en bador 
— 58 (C); n uoisent, el soient, M" augent; K e\; Fa. seior; A^ 
Si recourez uostre ualor — 5g F doig, / doins, C don — 60 (7); 
M^F dreiturer, N drcsturier — 62 M et trop e., E ce mcst 
auis; C Fu molt a. et e.; n esquis, / pensis — 64 AT Donc — 
65 M leur a; F danz, N dan, M dant — 66 APKM^ Ce s. b. ia 
ior {K que ia) ; G norrez — 67 (C); 3/" En mon uiuant — 68 F 
sage, G sai ie; Kn bon, M' grant — 69 F «i et u. — 70 3f Que 
uous a. 



254 ROMAN DE TROIE 

« Par bien e par sen me loëz ip5S5 

« Trestot le mieuz que vos savez. 
« Bien ci qu'Agamennon me mande, 
« Qu'il me prie, qu'il me comande. 

19575 « Bien sai par conseil neientos, 

<( Povre, mauvais, vil e hontos ig56o 

« Guidâmes cest règne conquerre : 
« Cinc anz en a duré la guerre; 
« Trop i avons grant perte faite. 

19580 « Or ne me plaist ne ne me haite 

« Que plus en face a ceste feiz. i g565 

« Tant vueil jo bien que vos sacheiz 

« Qu'irié en sui e repentant 

« Que jo onques m'en mis en tant 

19585 « Ne que onques i ving n'i fui. 

« Por ço que jo ne me destrui 19^70 

« Por la femme dant Menelaus, 
(( Com ja sont fait cent mil vassaus, 

19571 K Por, M Car; FM' sans, APEC fei, L droit— yS [GL)\ 
n Lanor — 74 [GL) ; k Qui ; De et quil, K ei qui ; F et me c. , ^"^ 
vaW et c. — 75 {CDR); J neentox, M"" njentous, M' nai-, E nean- 
teus,3/ uoiteuz (v. /.), G uoi autex, A uoi en tous; L uostre con 
selz est telz, A"" quen c. traueillos, Hn que nos c. (F -eilz) presi- 
mes {N preimes, F premiers) — 76 A'^EKR P. et m. ; M"" ujell, 
J" uis, L uilz; Hn Et maluaisement le fesimes [N feimes, F fait 
mais) — 77 (G); M ce; A''Fn pais; L C. r. guidâmes c. — 78 
(AA^'IJ); HN .vj. a.,FJ .vij. a., C Mais trop; G a ia d., Af i a d., 
K a. durée — So-g^ réd. à 2 v. dans G : Toutez uoiez que quil an 
soit De ces choses sai ie consoil — 80 AT plost; LM siet or ne ; F 
nor ne — 81-2 interv. dans K— 81 [ACL)\M'' cesta— 82 [ACDJy, 
w Ce;3f' Or si uoil b., H Itant u, io— 83 AP Qnirez^AHkn Iriez; 
e Le cuer en ai ml't [AP bien); HK et repentans,i\/ si mcn repent; 
J Quenz en mon cuer ci ire grant — 84 FJ Quant, k Dont; H en 
tans, M a tant ; Ken fui edanz — 85 (J); N ionques, Fie onqes; 
M' Que ie onques, k Ne que ie o.; K ior i fui ; JMNe ne f. — 87 
{A^CIL) ; ÀPNe dan, Fk danz ; N menelau — 88 Fk Dont, AEt;Jy 
C. s. ia f., L Comme ont ia f., C Si com s. f., M C. ia s. mort, F C. 
s. ia m. ; A"" Si cum ont ia f.; N Con s. ia trante mil uasau, / Por 
cui tans ch'rs vassals; F//A/' .xx. m. u.,A:.c. m. malz {cf. igOio). 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 255 

« Qui tuit en sont mort a dolor, 
19590 « S'ai por ço perdu ma valor, 

« Mon los et mon pris d'en ariere? 19-5/5 

« E se par force o par preiere 

« Ne port armes, si sui failliz, 

« Mauvais, recreanz e guenchiz, 
19595 « E sui del tôt aneientez? 

a Par les devines poëstez i g58o 

« Des cieus e par les soverains, 

{( Seiirs seient Greu e certains, 

« N'i avront mais par mei aiiie. 
19600 « Seitla folie maintenue 

« Par eus, tant come bon lor iert. i g5S5 

« C'est Achillès qui ja ne quiert 

a Qu'il me prisent : n'en ai que faire. 

« Sacheiz de veir jo ne pris guaire 
19605 « Toz lor parlers ne toz lor diz. 



19589 F mis a; 3/ Q. tant s., K Maint home en s.; I Est la 
chi mors a grant d. — 90 [ACI) ; n Por ce (F aus) ai p., 3/^ Si 
ai perdue — 91 M" M. 1. m. p. deçà a..; E M. p. et m. L; 3/' 
dor a., C denaraire, K en a. — 92 K Est co ; F et por; APMe 
prière — g3 F arme — 94 AP e honiz, M et chetiz — 95-6 interv. 
dans GJ — 95 M^EG Si; FJ trestoz, M trestout; AP anieintez, 
H anoientes — 96 {H) ; GJ volantez, M'n deitez, 3/' poostez — 
97 J De cex des ciels des, A^ Et par tos les deus ; APE souereins 
— 98 APkn Seur ; J S. g. seur, M Seur g. s., e S. en faz grex {M* 
grieu); M"" griex; M'^E certejns — 99 3/" Quil ni a., CJek Ni a. 
plus ; MM^ aue — 19600 JM S. lor — i K itant com buens — 2 
{A); K pas ne, M plus ne, ^' ia nen — Pour les v. ig6o3-j8, 
répétés dans K après le v. iggi8, et les v. igj ij-Bô, également 
répétés {voY. plus loin), K désigne la i"^ version, K' la i-""" {Védi- 
tion Joly suit K pour les v.ig6o3-78 et K' pour les v. i gj ij-Sô); 
voy. la description des mss., à /Introduction — 3 X' men ; K 
prise, R présent ; Je et ia (A/' a, J ie a) que {J quoi) f. ; éd. quen 
f. ; A"" ne tant ne quant — 4 M"" Sachent ; K que ; C nel, R nen ; 
A"" Jo nen donroie pas mon guant — 5 [AGIJ) ; L Tout ; LR par- 
ler; HL et; A"^ De tos lor los ne de lor dis; A/" sin seiez f\s,KK' 
lor gas lor ris, DM' ne t. 1. ris, C ne lor auis. 



256 ROMAN DE TROIE 

« Vos qui amez honor e priz, 19^90 

« Vos combatez por dame Heleine, 

« Quar jo n'en serai plus en peine. 

« Vos en morreiz, ço iert honor, 
196 10 « Si corne en sont ja fait plusor. 

« Fait i avreiz que bons vassaus, ^ 9^9^ 

« Sos la rendez dant Menelaus : 

« Sacheiz de veir n'en avra mie 

« Par mei ne par la meie aïe ; 
19615 « N'ier japor li ne morz nepris. 

« En fiere uevre vos estes mis, igôoo 

« Qui senz honore senz reison 

« E por si mauvaise acheison 

« Vos faites ci toz detrenchier. 
19620 « Se Menelaus a sa moillier 

19606 [A^CDHIR); F Nos; AFM^n auez; J dotez noises et 
criz — 7 J C. uos ; / bien por h. - 8 {HIR) ; AGL Que; M^JM' 
Car nen s. mes (3/* or) p., E Ne man mètre or p., M Je ne s. 
mes p. — 9-10 / Vos en morres si com pluisor Sont ia fait si 
ares honnor — 9 (G); C Se; F morez ; K' al chief del tor, K ce 
iert ennor, CL ce est h., JM' si iert (3/' ert) henor, R caures 
lonor, E por soe amor ; M^ henors — 10 (J); H Easi com en 
sont ia p.; L Corne en s.; ACGKK'R ia mort p., 3/ m. li p.; iV/^G 
plusors {cf. ig588) — 11 ^^ F. a. ml't, AP Bien le fareiz; CK 
en a., Ln i aues; ACL con b., M^ come; R bens, C boen; CDe 
uassal; J Uos feroiz bien et que uassal, 1 Molt feres que prous 
et vasals — 12 N Si, FJLek Se; C Sil la rendres, R Cous la 
rendreç ; M"" Se par uos la ; / Se vous la rendes, A"^ Se ra sa 
femme; CNR dan, DGLMek dant; CJe menelal, FGHIK'Lk -ax, 
>/MK-aus,Z) menalal— i3-24 m. à G — l'i {C)\ EFS. que il; 
Fnelaura; A"^ par moi nen; A S. por u. nen arez, N S. que 
ne la raura — 14 3/ p. mon a. — i5 M^'AGKK' Nierc por, H 
Nere por, R Niert ia por, C Ne ia par; CF lui, 3/ lie; C iert; 
£J Nan sere ia (J pas) ne, éd.uL Ne serai por lui [N li) — 16 
{AC); H foie; W En trop fol plet; M e. pris — 17 {AC)\ M 
essoigne, K saueir, B forfait; yi raison, ek rcson — 18 M* 
mauueize; APKK'N achaison, 3/ -oison, ek -eson — 19 (AC); F 
ferez ; M vous ci, K ici ; 3/' V. en f. ; en tuit d. — 20 C ra, 
3/ na. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE ib'] 

(.(. E tuit en seiez a mort trait, ig6o5 

« Moût i avreiz grant guaaing fait! 

« Or en est Palamedès morz, 

« E bien cent reis riches e forz : 
19625 « Donc ne fust mieuz, que vos est vis ? 

« Que sain fussent en lor pals igô 10 

« A governer lor riches règnes, 

« A maintenir enfanz e femmes, 

« Que en remandront esguarees 
19630 « E en seront déshéritées ? 

(( Par ceste ovraigne en seront mil i g6 15 

« Déshérité e en eissil. 

« L'ore ait dahé qu'el comença, 

« Quar tante gent le comparra 
19635 « E tantes l'ont ja comparé ! 

« Ja li monz n'iert mais restoré i g620 

« Se de vil gent non e frarine : 

« En chaitivier torne e décline. 

19621 {AC); M soions, EJ soient — 22 {A)\ F auroit, EJM 
aura; C bel g. ; E gaheing, A^ gaing, F gahaig; K M. aura ci 
estrange plait — 2 3 {A)\ K Or nest; AP P. en est or m. — 24 
M^ O ; nE roi ; F et riche ; M' Et ouec lui .xxx. rois fors; J Et 
.XXX. r.; L r. rois et f. — 25 M' Doncs, DJKM'N Dont, EF 
Don, L Ce; G Ce fusse miex; N a uoz auis, F est uos amis — 
27 {ADJ) ; K Por, F Et; C enfans et femes, AP lor granz henors 
— 28 (£)) ; ACFJK Et; C les riches resnes; AP E a maintenir 
lor oissors — 29 MM^ remaindront, n remanront, J -enront, M^'K 
remainent — 3o AT Et qui en seront désertées — 3i M ceste ouure, 
/ iceste oeure — 32 A/* Désertées, / Desirete — ZZ K Ov\ M Lors 
ait dishait, G Mal dahaz ait; M'^k quil — 3^ M Que, / Ke ; M^n 
gcnz ; AP tantes genz ; J en périra — 35 / Et tant laront ; F Et tante 
lont comparez, A'^k Et tant de {k tante) gent lont conpare, HM' 
Et t. en i a mors ietez; A^'aj. 4 v.\ voy. aux Notes — 36 iV Dont; 
AP nert mes, n niert ia ; A^ Ja li mondes niert, H Que ia nen ert 
monz, / Ja ne uerrons mais, E Ja nus ne uerra ; FM' restorez — 
37-8 interv. dans I — 3-] F genz; M Fors de uil g. et de f., EH 
Le mont [H Li mons) fors de u. g. f.;3/^ frairine — 38 F chai- 
tiuez, E cheitiuer, MAP chet., H nonchaloir, K dolente; M"" 
encline ; J A grant cheitiuete d., / Le mont ki chi chiet et d. 

Tome IH. 17 



2&8 Roman de troie 

« Ci périssent tuit li meillor 
19640 « E li reial engendreor, 

« Dont li bon heir fussent estrait. ig625 

« Ici a trop doloros plait : 

« Par ceste uevre ierent abaissiees 

« E destruites les granz ligniees 
19645 « E les lignages soverains; 

a De basse gent e de vilains 

« Sera li mondes restorez. 

« Par ço périra nobletez, ig632 

« Hautece, pris, joie e honor : ig635 

19650 « C'est damages e grant dolor. 

« Periz est li monz e perduz, 

« Se Fafaires est maintenuz. 

« Mais tant estes sage e vassal 

« E tant i conoissiez le mal, ig64o 

19655 « La perte e la destrucion, 

« Que vos e li autre baron 

« Devriez porchacier e querre 

« Cornent fust pais de ceste guerre. 

19639 [A^CH); M^ Si, / Chi, n la ; L périront; A li plusour 

— 40 [A^CHI); J real, Nk loial, L leal ; A engenreour — j\\ K 
buen eir, M borioiz ; F seront — 42 G a ml't — 43 M'^K erent, 
J estront ; n Par (F Por) ice seront a., G Par ceste abaisse et ua 
en uain — 44 m. à G — 45 tous les mss. [sauf B) li; G lignai- 
gne et li souerain; B la ligniee soueraine; EF linages, CM 
lignage; M"^ souereins, CM -ain — 46 w Des; KLn basses genz; 
n et des; M'^E uilains, GM uilain, B -aine; C de basse main 

— 47 C siegles — 48 (L); FGJR Por; R enpirera, G périt ia ; 
K Sen decherront les dignetez, puis ces 2 v. : Par ce périront 
les noblesces Et les enors et les haltcsces — 49 {AGL)\ DJn H. 
et p., K Valors et pris ; C gloire e h. ; KRn enors, E ualor — 5o 
{GLMe Cest), R Cert, n Ses; Af'A' Ce est damage {K -es); E 
granz dom.; R grant domage, M donmage ; FK et dolors, nR et 
granz [R grant) dolors —• 62 M"" li sièges, n li afaire, JM li 
afaires; FJ est tenuz — 53 (G); M' s. u., n sages uasax, L s. 
vassal; 3/' sajue, GK saige, E preu — 64 [GL): K conoisseiz, 
3/' -ez, £conuissez, M' conoisiez; M le bien le m.; n Qe quant 
ueez ici lor max — 55 M'^Nk destruction — 58 E f. fins. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 269 

« Ço VOS di jo veraiement, 19645 

19660 « Desci qu'ai jor del finement, 

« N'iert mais la perte restoree. 

(( Trop a eii longe durée : 

« Pechié faites del maintenir; 

« Tart en vendreiz al repentir, i g65o 

19665 « Se ço auques tient mais ne dure. 

« Par leiauté e par dreiture 

ce Vos lo e pri qu'en voilleiz pais; 

« E si ne m'en apelez mais 

« Que j'en aie la teste armée ig655 

19670 « Ne que jo plus en ceigne espee. 

(( Tant vos porriëz travaillier : 

« Mais, come sage chevalier, 

« Traitiez ensi iceste ovraigne 

« Que ceste merveille remaigne, ig66o 

19675 « Ceste ocise, cist deableis, 

« E si s'en raillent li Grezeis. 

« Cest en sera, ço sacheiz bien : 

« Ja ne m'en métrai plus en rien. » 

19669 K di bien ; M' Ice uos di ; M uroiement, M'n certene- 
ment — 60 M^n Deci, K Dessi; M^ au i.; £ Que très quau i. ; 
M Des quau i. du definement — 62 M'^Nek longue — 63 M^ 
feites ; F retenir — 64 n uanroiz; MM' A tart u. [M en u.), E 
T. esteroiz; F départir — 65 M"" Car se ce a. t. ; M' a. mes t., K 
m. a. t., Et. m. a.; M'kn et d. — 66 FJ Por... por ; AT 
leiautie, E leaute ; M mesure — 67 n lou ; Me que; iVf'F voiliez, 
UEN voilliez, M' faciez — 68 M^ mapelez; M' Si ne men a., M 
Et que ne me parlez ; M'^MM' ia mes — 70 A/^ il p., EM ia mes 
— 71 M^ treuaillier, Men traueillier — jS L ici; G ice ceste; n 
Ensi [F Issi) tornez; AI' Prenez conseil de ceste o. — 74 (GJ)- 
M' Con; L bataille; M Que la besoigne r. — yb {J); K cest, 
iV/'G est, C et ce; GM dyablois, CM' diablois; L ceste deablor, 
F ceste ostre lois, iV et c. lois — 76 M'^GLk Si sen; ELn aillent, 
L li vauassor, M uostre g., M^'GK nostre g. — 77 CN Ce an 
seras, GL Si an s., F Ce ssera, /r Ce {M Sen) s. sen, E Ce an 
fere, M' Por uoir uos di; n ce sai ie b.; J t!ar ce s. de fi ml't 
b. — 78 n Je; M mentremetrai (v. /.); Gn a r., M de r. 



26o ROMAN DE TROIE 

Après parla li vieuz Nestor, ig665 

19680 Qui tint les puiz de Libanor : 

« Iço », fait il, « sereit granz biens, 

« Quil trovereit es Troïiens; 

« Mais en mal point, ço m'est a vis, 

« Sereient or de pais requis. ig^jo 

19685 « Laidiz e desconfiz nos ont : 

« Plus fier, plus orgoillos en sont; 

« La pais bien tost eschivereient. 

« Dès qu'il al bosoing ne vos veient, 

« Guident que vos seiez failliz ; ^9^7^ 

19690 « Sacheiz moût en sont esbaudiz : 

« Por tant l'avons chier comparé, 

« N'a pas ancore uit jorz passé. 

« Mais, beaus sire, venez o nos, 

« Ceint le brant d'acier perillos, ig68o 

19695 a Si les metons en tel esfrei 

« Qu'uns n'i prenge retor de sei. 

« E quant les avrons esfreïz, 

« Chaciez del champ e desconfiz, 

19679-716, omis ici, sont placés dans K après la 2^ version des 
V. igôoS-yS ; ils sont réduits à 2 v. dans G (De la bataille ne en 
champ Nan ai cure qui voelt si ant), qui répète ensuite les 
V. ig623-4 et igôij-S — 79 ^ Enpres p. li reis — 81 CM Icc 
s. f. i\',E ml't b. — 82 MCM'n Qui; M^ o 1.-84 {AC))K S. 
01; E plet; n S. cil an p. r., Af" En s. ore r. — 86 3/ P. fel — 
88 (CJ); W al estor; K Quant al b., M Des quan b., A Puis 
quau b. ; F ne nos u., Ak ne nos {M nous [v. /.), A ne uos) uer- 
roient — 89 F q. nos soions, M vous nous soiez ; K qua uos 
aions failli — 90 CR S. se [R sin) s. m. e., HM'n Si les en 
auez e. {H resbaudis), ^" Si les a. toz rebaldis, E Por ce les a. 
e.; K esbaldi — 91-2 m. à E — 91 {AJ); A'^CHRk Por ce, / 
Poreuc; AP c. cher — 92 {AA'CHJ)', R Ne; C encor pas; éd. 
onquore {y. /.), K onqor, M encore, n ancor; K quint ior p., / 
.XX. iors p., M"* un meis entier — 94 ^ O le — gS FK métrons; 
F an cel — 96 iC Nus ; 3/ ne; e preigne, n praignc ; K regart, n 
conroi —97 M' raurons; K cfFr., M effraiz, F esfr. — 98 Af' Af' 
de ; M deffendiz. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 26 1 

« Sin fera donc meillor parler. » ig685 

19700 Fait Achilles : « Laissiez ester : 

« Geste parole n'a mestier. 

« Sos le revolez comencier, 

« Senz mei ireiz, fei que vos dei, 

« E senz la gent qui sont o mei. 1 9690 

19705 « Jo conois bien ou vos tendez, 

« Que porchaciez e que querez : 

« Qu'en la folie me remete. 

a Ja de ço nus ne s'entremete. 

« L'uevre ai guerpie e ci la lais : 19695 

197 10 « Parout en tort e en travers 

« Qui que voudra, quar mei n'en chaut. 

« Tel i iront e lié e haut, 

« Quin seront raporté en bière. 

« Ne m'en faites ja plus preiere, 19700 



19699 Me Sen, n San ; e lors, F adonc ; M'^ Si en sera m. — 
19700 (J); APA Dist a., K A. d., E Fist a. ; JMe mester — 1-2 
interv. dans e — 2 C Sor elz, M So eulz le, M^AJKen Se vos ; 
M'^A uolez recommencier, CJMen le u. c, K reuoleiz c. — 3 N 
q. d. uos — 4 Kn les genz ; A qui est; F a moi, N o nos — SE 
Je uoi très b. ; LM alez — 6 M Et que chaciez — 8 3/ la de ce 
nul; A"" aj. 2 v. : Nai soign quon me raport en bière Ne men 
face ia mes prière {cf. igyi3-4) — g L déguerpis toute et les, 
M des greioiz t. lez, A ai toute g. et les; 3/'« ai laissée, A^CM' 
guerpis; M' et si, JH ci; K a toz iors mes, C del tôt et les, A^ 
soies ent cers, M^ e deguerpie ; / Car chou sachies jou lai g. — 
10 {AA'^CJ) ; APELk Parolt, n Pansent; Z. ou en ; 3/ en tor et en 
trauez, M^ e torge a vilenie; H Voisent den t. ou den t., I De- 
sore bien v mal en die — ii Hn Cil qi, / Cil li, A Que que, C 
Qui qis; M^ uodront, N uoudront, H uauront, A'^M se uelt; K 
Qui se uoldra; K que, C cha, H et; MM' ne, F non; L Qui ce 
voelle car ne men c, — 12 [HJ); AA^CLk Tels i ira [AM ira) 
et [AK touz, M tout) liez {A"" haitiez); A et touz baut ; n Tel i 
uindrent; M" Tiel uei ore heitie e b. — i3 ( J) ; CM Qi, LM' 
Qen; L sera aportez, CM s. raportez; M^K Qui en s. gitiez 
{K portez), M' Quen en raportera, n Qi reforte seront — 14 X 
me; yr face ia nus, N fêtes mie; M'^M prière. 



202 ROMAN DE TROIE 

19715 « Quar c'est la fin : jol vos di bien, 

« Ne m'en entremetrai de rien. » 
Diomedès ne set que dire, 

Mais nequedent moût a grant ire; 

De ço qu'il ot ne se puet taire : ^97o5 

19720 « Par Deu », fait il, « hontos afaire 

« A ci, se bien i guardiëz. 

« Sire Achilles, moût i baissiez 

« E moût i recevez grant honte. 

« Bien sai e vei que rien ne monte 197 10 

19725 « Nostre sermons ne noz conseiz ; 

« N'en fereiz rien a ceste feiz. 

« Si vos en laist om tôt ester : 

« Jo n'en quier mais plus a parler. 



19715-6 m. à A'^F — i5 M"^ Car est, M' Ce est, L Qe cest; 
{LM' fin), M'ACEHNRk fins ; MM' ie, // io; L ie le uoi b. — 16 
{HL); M Je ne mentrem., C Ne men entremet plus, AEJ Ne men 
metroie p. {E an p.), R Ja ne men merrai p. ; e por r. ; JV/" Nen 
far.eie por nuluj r. — 19717-56 sont répétés dans K après la ver- 
sion unique des v. igôyg-jiô [Védition suit la 2* version, non sans 
quelques petits changements) — 17 (ACJR); MM'n Dyom. ; // 
sot; M^ ot molt grant ire — 18 e Mes ne por quant, A'^H Et ne 
{H non) por quant; N ne que dant, F ne qe tant; K M. sacheiz 
que m. ot, K^ éd. M. co s. quil a {éd. ot), M M. s, b. m. a,ACR 
M. ce s. m. a; Af' Tant vos sai bien conter e dire — 19 (-4); C 
Dice; CK ne sait qe faire, K'éd. ne se {éd. sen) puot t.; FMe pot 
— 20 K'éd. de, M dieu — 21 M A ici se b. esgardiez; K se uos 
i; C i agardiez, iV i gardesseiz — 22 (C); KMn molt (Ai vous) 
abessiez, K'éd. molt nous besseiz — 23 M m. r. ; K' en receu- 
reiz, éd. i receureiz^ K i retenez — 24 M' B. uoi et soi ; KK'éd. 
riens — 25 {M^ACEMn sermons, J -on, M^ semons, K' sarmons; 
J ne nostre esfreiz ; M'^HM' a ceste feiz, E et nos segroiz ; K 
Nostre conseil nostre sermon— 26 (»/); AK' riens; H Nen f. plus 
car il est drois, i/' Si est or bien reisons e dreiz, C Bien sai et 
uoi qa ceste foiz, K A tant si nos en torneron — 27 {ACJ)\ 
M^MM' Quom v. en leist {M Si u. en lez. M' Si u. 1. on) de! t. 
e. ; K leron; K' laist len tost aler (ester sur la ligne), éd. 1. len 
tôt ester — 28 3/ Ja ; M^K'M ne ; K' orc plus p., K p. oir p., 
M' p. ia mes p., Me mes o {e a) uos p. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 263 

a De folie s'entremetreit ^97^^ 

19730 « Qui plus de vos vos" amereit. 

« Mare aiez vos le pris conquis 

« Ci e en tanz autres pais! 

« Se ne l'osez prendre o laissier, 

« N'estes mais mie a chastiier. iQJ'^o 

19735 « Bien vos i pert a la color 

« Qu'aillors pensez que a l'estor : 

« Cil qui en demeinent tel plait 

« Ne sevent pas corne il vos vait ; 

« Chascuns juge ço que il vueut. 197^5 

19740 « Autre est li cuers que il ne sueut: 

« N'i a neient de l'esforcier. 

« Or nos en poons repairier. 

« J'en saveie bien autretant : 

« Ço m'est a vis, d'ore en avant 197^0 

19745 « En recevrons senz vostreaïe 

« E le guaaing e la folie, 

« Le pris, le los e le damage. 



1973 1 M'^KK'en Mal; M Mar i aiez p. c. — 32 3/' Et ci et, F 
Ici an, AT' Ci ne en; K Ici et en autre p. ; APAÎM' tant; 3/V 
autre; en estrange p. — 33 GR Si, A Sor; R losieç ; (K'Léd.n 
prendre), M'^AA'DHIJKMRe perdre, G perde ; L Ne uolez pr. 
ne 1. ; APAA^DJKMRen e (et) Icissier (laissier), GK' ou 1., // et 
laier — 34.{ADJLR); M Ni e. mes, h Nestes or m., A"" N. pas 
nostre, 3/' N. mes bons; E Niestes ; M chastoier; G N. mie m. 
aise a villier — 35-6 m. à K' — 35 AP 11 piert b. a uostre c. ; n II 
uos pert b. ; R en pert, K apert — 36 M' Aillors; M'^e en e. 
— 3j K demoinne, M"" meinent or; K' m. tant grant p. — 38 Ren 
cornent uosv.,K' que uos estait — 3^ M uoit — 40 {CKK'); M' 
Autrest; M cuer, APAJe cors, F corz, N torz, H tors; KM quil 
{K qui) ne soloit; E Altres est li c. quil — 41 C rien de lui e. ; 
KM Nest noient de lui (A^ uos) efF. ; M' del otroier, n del {F 
de) tornoier, K del porforcier — 43-4 interv. dans K'éd. — 43 
M Je — 44 Af m. vis; M^MNe dor — 45 {AJ); K'éd. Or; C 
receuons; n An grece irons; H Combatreérons si ert folie — 46 
M^'KK'éd. E le saueir ; // Et si aron sans uostre aie — 47 ^ 
Le lox le p. 



264 ROMAN DE TROIE 

« Celui deit cm tenir por sage 

(.( Qui son cors garde e por vassal. iQJ^S 

19750 « Vos n'i avez plus chier chatal: 

« Gel esduireiz, ço m'est a vis, 

« De la veie a voz enemis. » 
Achillès s'oï ramponer, 

Si l'en comença a peser : 19740 

19755 S'il ne seûst Diomedès 

Si entencif e si engrès, 

Ja li deïst que li pesast, 

Ainz que d'iluec se remuast. 

N'en a mie fait grant semblant, ^9745 

19760 E ne por quant si dist itant : 

« Sire, jo ne me merveil mie 

« Se vos amez chevalerie : 

« Si faites vos, ne poëz plus. 

« Mar fusseiz vos fizTydeiis, 197^0 

19765 « S'ele par vos n'ert maintenue. 

« Por quant, si est chose seue 

« Que par lui sont Thebes guastees, 

19748 Af' Ion, F lan, KK'éd. len ; K éd. a s. — 49 L de grant 
mal — 5o [A); n Se ni métrez; EI^ chetal, FM chastal,L uassal 

— 5i-2 m. à K — 5i M Sel; A esduirois, C est durrcz, K'éd. 
ostereiz, nEM garderojz, M"^ -eiz ; M"^ Bien le g. ce m'est vis — 
52 M De la main — 53 éd. Quant a. soi r. ; KK' ranpougner, 
M -orner, A^ -osner — 54 M"" Se ; M'^AM' li ; ^' a comencie, éd. 
a comencc; Af se conmence a porpenser — 55 Mn dyom. — 56 
E Asi tancif, K Issi tentis, IJ Si aiencif (J-is), HK'MM' Si 
atentif, éd. Si ententis, C si atentif, Gn Si antantif, A Si aatif, 
M"" Si ramponos, L Si a félon; F si agrès, HM' aengres, J -ex ; 
A* Si prou si sage si e.; K^ donne ensuite les v. iggiy-8, puis 
les V. iggig et suiv. — 57 AKM' qui — 59 F Si na m. ; M f. m. 
-- 60 M"^ poroc, M par ot. A' por ce, éd. por tant — 61 Mn men 

— 62 ii: cheualelie — 64F Mal; Ffustes; M' f. dont; en thideus, 
M^A^K tideus — 65 KN nest; Af'A' Se p. u. nest bien [M^ nes- 
teit) m. — 66 K Si est il bien — 67 [HJ); M'AA^CIM tebes, G 
thiebes; M' li ; nL terres; A" fu tebes gastee ; M'ACIk Par lui 
s. t. {K terres) désertées. 



» 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 205 

a Que ja ne fussent reguardees 

« Ne asises, se par lui non : ^ 97^5 

19770 « Puis en ot itel guerredon 

« Qu'uns mauvais guarz le geta mort. 

« A grant pechié e a grant tort 

« Fist maint riche règne eissillier, 

« Dont les homes fist detrenchier ^97^0 

19775 « Al siège ou il les assembla : 

« Jusqu'à mil anz le comparra 

a Li siegles qui a venir est. 

« Or vos revei haitié e prest 

« De faire autretel o sordeis. » 19765 

19780 Lors respondi Nestor li reis : 

« Sire, tôt ço puet bien remaindre. 

« Dès que nos ne poons ataindre 

« Vers vos ço que nos voudrions, 



19768 {AC)\ F Qe ia, G Jamais; L ni fuissent; -4' fust nis 
regardée ; Véd. donne aux variantes^ avec l'indication V., qui ne 
représenté aucun ms. précis^ ces 2 v. : Que por lui et por son 
effort Furent cinc mila {sic) home mort — 69 A" assise, H mal- 
mises ; M"" por; M' li — 70 éd. Quis ; ek ot il tel. A" auoit t., 
3/' ot si biau — 71 Af Que .j.; K malves; M^M' len — 78 F 
règne r. e.; K F. maintes terres essillier, puis le v. est répété 
en tête du /» qui suit avec la leçon commune — 74 ^ Dom les 
barons — yb G Et dex illoeques sasambla — 76 {R); M^'M' Très 
qua, £■ Des qua; G Qui chierement; M coupera, G -ara; en ce 
durera — 77 JM' El siècle, E Est sieglc ; G Ainsis vos dis quil 
est tout prest; M^HILK siècles, Rn sièges — 78 M' Or si u. 
uoi, ^ Or u. uoi ci, / Tout estes or, A^CLk Or estes (/ restes) 
ci ; M" heitie, C haicies, A'^M haities, L hastis, A hastif, K garni ; 
J Or e. ahetie, F Or e. angoisseus, H Aparillie e., R Or 
est ci conroie; e altresi p. ; iV Or estes si a venir p., G De mal 
faire et quil se grest — 79 {HJ); GLM autel et le {LM ou 
de) s.; N an sordois, F a sordois — 80 (L); M"" Doncs, GLM 
Donc; L nector — 82 (G) ; E uos ne, n ne uos; M^ ni — 83 G 
nos ; M^ V. ce que n. vos voudrion, E N^ fere ce que uol- 
drions, n Si sai bien que nos uos dirons, 3/' Ne sai que plus uos 
deison. 



266 ROMAN DE TROIE 

« Ses plaist, si nos en tornerons. ^9770 

19785 « Sacheiz que nos amons tuit trei 

« Le bien de vos par bone fei. » 

S'ensemble les leiist ester, 

A el poûst bien tost torner ; 

De teus paroles se deïssent, ^977^ 

19790 Dont bien tost mal s'entrevousissent. 

Mais cil issent del paveillon, 

Qui n'orent cure de tençon ; 

Ne distrent plus a celé feiz. 

Toz deshaitiez e toz destreiz, 19780 

19795 Sont Agamennon repairié : 

Tôt li ont dit e tôt noncié 

Ço qu'en Achillès ont trové. 

Moût en furent desconforté. 
Enz en meïsme la semaine 1 97^5 

19800 Furent mandé li chevetaine. 



19784 {M'^L Sos), M Sor, e Se; G Si plait si an retornerons; 
3/' en torneron, M' en retornon, L retornerons; EKn Sil [E Se) 
uos piest; E atant en irons, K si nos en i., N nos retornerons, 
f^nos an retornons; G aj. 4 v. ; voy. aux Notes — 85 n uolons 
— 86 JVLenor; F ah., M en b. — 87 (/); A^ Salques lor i 1. ; 
M' lor 1. ; M lessast; K parler — 88 {ABHI); A"" Sempres peust, 
K Bien tost poist; M'n tost atorner, GL sempres t. ; M Nespoir 
ne sen peussent t. — 89-90 m. à DHM^n — 89 {ACGIJL); ^* 
Tels p. santredeissent — 90 LAf ml't t.; A'^GLM sentrefeissent, 
C -uoisissent — 91 ^ M. il i.; B reprend ici : A tant rissent — 

92 (C); F cancon ; B V il n. rien de lor bon — 93-4 m. à B — 

93 Af"" Ni ; F ceste — 94 i^ Tuit deheitie ; M' Issi con chacun iert 
d., E Einsi c. chascuns fu d. — 95 (ACR); w a a. {v. f.) ; FAV 
agamenon {de même jgSoi); AP A a. repairierent, iJ Ariere sen 
s. r. (i7 faut p.-ê. lire : Sont a Gamennon r.) — 96 EK Trestot 
li ont (^Tost li orent) d. et n., B Tant ont agamennon n., A/' 
E si li distrent e noncierent; M' et noncie (v. /.) — 97 (A.C); A/* 
Ce quo a, ont, ^ Ce quont o a.; R Ce ke, M'N Ce qua — 98 
E sont tuit; B Sen s. m. tuit — gg K Ainz en, F Onz ; ANe 
rneismes; M^B En m. celé s., L En c. m. s., A/ Puiz en icele 
s. — 19800 AT la; A/' cheueteigne. 



n'iP'.i'i ? 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 267 

Agamennon lor a retrait, 

Saveir corne il l'aveient fait 

D'Achillès somondre e preier, 

Mais n'i porent rien espleitier : ^9790 

19805 « S'aide avons perdu senz faille : 

« Ne vendra plus a la bataille. 

a Ço li est vis que trop perdons ; 

« De pais faire nos a somons. 

« Or si guardez que vos voudreiz ^979^ 

198 10 « E quel conseil vos en prendreiz ; 

« Chascuns en die son plaisir : 

« Prez sui del faire e de IVir. 

« Bien en sivrai voz volentez, 

« Toz voz voleirs e toz voz grez. » i gSoo 

19815 Premiers respont reis Menelaus : 

« Par Dieu, » fait il, « moût est vassaus 

a Danz Achillès; bien deit l'om faire 

« Tôt son talent e son viaire : 

« Mais jo ne sai pas ne ne vei ig8o5 

19820 « Coment tant prince ne tant rei 

« Se honissent si faitement. 

« Desci qu'ai jor del finement 



19801-2 interv. dans M — 2 /c que il {K coment) auoient; AT 
Tôt ensi cum il auoit, E Tôt ce quil ont troue et — 3 iV/" AT Achil- 
lès; M"" prier — 4 (AHJ) ; M'^KN poent, M pouent^ F puent; 3/' 
Mes r. ni p.; AK riens — 7-8 interv. dans B — 75 Ce li semble 
t. i. p.; n t. i sont — 8 ^ f . p. ; n toz les semont — 9 3i Et 
si; e que en u., CM quen {M que en) ferez ; AB Or g. q. uos 
en u. [B dirois) — 10 ACM ^q — igSii-gSo sont réduits à 6 v. 
dans B; voy. aux Notes — 12 3/ de f. et d'obéir; E Et ie s. p. de 
tôt oir — i3-4 m. à 7 — i3 ^"^ lo; Cny ferai — i5 F Primicrs, 
Me Premier, K Primes; MN parla; GKn danz, 3/' dant, A"" P. 
respondi m. — 16 ^ de, MM' dieu, M'^En deu {de même à peu 
près partout) — 17 M"" Ion, ^A' len, F lan, AMM' on; E 
deuons f. — 18 (JR); M'^F pleisir, 3/' uoloir; yl et s. bon plaire 
— 20 N C, et t. p. et; F et t. r., M' e t. haut r. — 22 M'^M'n 
De ci, i^A-De si; 3/" au i. 



268 ROMAN DE TROIE 

« En serons mais clamé vencu^ 

« Dès puis que ci somes venu, igSio 

19825 « Se nos en tornons senz victoire. 

« N'a pas son sen ne sa mémoire, 

« Qui tel conseil receit ne done. 

« Chascuns deit guarder sa corone, 

« S'onor, son pris e sa hautece. iQ^iS 

19830 « Par estoveir e par destrece 

« Les devons toz déshériter 

« E de la terre fors geter, 

« Les tors abatre e les maisons 

a E les palais e les donjons. ig820 

19835 « Bien nos enont aseûrez 

« Les soveraines deïtez. 

« Ne nos devons pas esmaier 

« Por ço, s'il ne nos vient aidier; 

« Mais somonge chascuns sa gent, ig825 

19840 « Si qu'ai premier torneiement 

« Seient des noz tel conreez, 

« Mil nos en laissent des pasmez; 

« Mort seient, ou ques ataignons. 

19823 e serions, C seromes, k serons nos — 24 F Des qe ici, 
C D. q. nos ca; ^ q. en s.; M"" P. qua tant en s. — 25 n Se {F 
Et) nos et uos nauons u. — 26 APMM' sens; F et; KN son; M 
ne m. — 27 F Qil; M' retret; M^M e d. — 32 M^'Me hors; M Et 
de la t. h. g. — 33 M"^ meisons, K danions, EM donions — 34 
Ex maisons — Z-] M mie e. — 38 M"^ volt, K uelt; F ne nos 
uient pas aider — 39 (-4") ; En semoigne, M -ne, M^ -one, K 
semonge — 40 J Si quel, 3/' Si qua, A^ Que al; H enuaiment; 
-4' aj. 2 V. Les alonmes si enuair Et si hardiement ferir — 41 
CGHLM S. troien, /S. li lour tel, AEK Les aions {A aiez) ainsi, 
A"" Ques aionmes teis; HI tel conree, Cx si conree (C -ez), M si 
conroie; JM' Aions troiens si contrez (3/' conteez), Af' Conreons 
tiels nos anemjs — 42 [A'^GJ); M' M. en i 1., A Que m. en I.; 
ALMM' de; HIMn pasme; ni Que m. des lor soient (/en i 
chaient) p., H M. en i chacent tut p., C Que m. en remaignent 
pasmez, AP M. nos i L des ocis — 43 {CJ); 3/' quels; M'ti 
Mort sont se nos {M' bien) les; M' asaillons, EJ ateignon. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 2bÇ) 

« Gui ont il mais que nos cremons? ig83o 
19845 « Donc nen ont il Hector perdu, 

« Par qu'il esteient maintenu? 

« N'ont mais o eus quil contrevaille. 

« Ja contre nos n'avront bataille ; 

« S'un poi vos en volez pener, ig835 

19850 « Il ne nos pueent plus durer. » 
A ço respondi Ulixès, 

Qui de parole sot adès : 

« Mal dites, sire, ço sacheiz. 

a Se esteit par les miens otreiz, i g84o 

19855 « Ja n'en diriez locment : 

(f Or cuidenttuit comunaument 

« Por vostre moillier l'aiez dit. 

a NI a un sol, grant ne petit, 

« Qui por Achillès ne s'esmait : 19845 

19860 « Dreiz est que chascuns s'en deshait. 

« De mei vos di jo bien senz faille, 

19844 KM'n Qui; M Quil nont m. [v. /.); J craignons, k do- 
tons, EJ -on — 45 A/' Doncs, M'N Dont, EFK Don; M nQ\ K 
Et d. nont il — 46 {AC) ; KM' qui, APM cui ; M^ACK il erent; 
N secoru, F si cremu — 47 AT Ni a mes nul, n II ni (F nen) o. 
m.; F qui c, APAK qui grantment uaille, M q. guère u e., q. 
gueres u. — 49 F pocz p. ; M^ Se uos v. un poi p. — 5o A/' Ne 
porront mes longes d.; F p. danger, F eschaper — 5i {ACGL)\ 
F A tant respont diomedes — 52 {AHJLR) ; F ot ; C fauelle seit ; 
G fu angres — 53 {AGHJL)\ R Maudites; -4V sachies, ER sa- 
chiez; C Mal d. por eaux; AP S, fait il dire vos voil — 54 (GL); 
M' Se cestoit, J Sil estoit; JAV segroiz, A consois ; / Se vous 
croire me voliies, yiH Se creuz en ert mes consoiz, C Ce nest mie 
li m. conseaux, AP Se creeiez le mien conseil, A'^E Sesties de (F 
a) moi conseillies, R Si bien nestiez c, AT Se estes par moi c. — 
55 {AJ) ; M"" ne, fc ni; G donriens, CLM -iez ; K donreiz nul 1., 
A^ diries mais 1., / feriies 1.; H lo diroie lo 1., « Jan d. mon 
(F mes) 1. — 56 (J); GLk quident; A"" tôt; C comunelment, les 
autres -ement ; n Oiant trestoz cels (F cez) de ceiant — 67 
[ACGL)\ A"^ u. femme; n Par (F Por) uerte meillor lai eslit — 
59 M soit mait — 60 M Si est droit^ n Or est; n se; M'K 
deheit — - 61 F Androit m. u. di ie; K De mei sai b. s. nulc f. 



270 ROMAN DE TROIE 

« Mieuz Famereie a la bataille, 

« Qui que m'en tienge por bricon, 

« Que aveir plus que nos n'avon ig85o 

19865 « Mil chevaliers : al suen esforz 

« Ne se prenent de rien li noz. 

« Bien i pareist e pareistra : 

« Ja ainz li gieus ne remandra. 

« Se nos avons a lui failli, ig855 

19870 « Poi nos criembront nostre enemi. 

« Semblant nos en font chascun jor : 

« Bien en somes li sordeior. 

« Quant son cors n'i poons aveir, 

« Par bosoing e par estoveir i g86o 

19875 « Noscovendra son talent faire; 

« Quar, par mon chief, ço m'est viaire, 

« Dès que nos lui n'i avrions, 

« Se plus l'uevre maintenions, 

« Honte e damage e deshonor ig865 

19880 « Porrions aveir el sojor 



19862 Ne en la b. — 63 e tiegne, n teigne — 64 M mil p.; k 
nen a. — 65 GM au sien (G siens), A li siens, e sanz son, F an 
son, C en suens, H a lour, J de granz, L a un, N a nostre; « 
esfort — 66 GLAf si, Ae sen; AM prennent, G prannent, L prei- 
gnent, e pleignent; C puent prendre; M' mie; {E li noz), CIMAl' 
les n., G les uos; A de riens as n.; K prent uns toz seus des n., 
M'' prendreit nis uns d. n., n poine mie nostre (F uostre) ost, H 
Ml't le par a bien fait ses cors, J Tant par est il et proz et forz 
— 67 J parust, Ain parist, Ae apert; H pert et aparistra; C II i 
pert molt b. i parra — 68 // li iors, M le iour — 69 APK a lui 
a. — 70 F uos; M craindront, APM' crendront, K tendront, n 
criement — ji K uos — y2 K Trop; FM soudoior, E soldoior, N 
noaillor; M' Souent en s. li pcior — j3 F ne — 74 F restouoir — 
75 K Len couiendra; n couanra, M conuendra; N cornant, F 
couant, M' plaisir — 76 iV bien mest u; E Par m. c. ce; EF 
mest a u.; M uiere (v. /.) — 77 « ie uoi que lui naurons, K nos 
ne li aurions, M lui plus ni auron — 78 Mn maintenons {M -on) 
{v.f.), G i m. — yg Ae H. d. — 80 K Porrons a. en cest s., n 
Poons a. au chief del tor. 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 27 1 

« E el combatre e en l'ester. 

(( Por tant fereit bien a loër 

« Que ceste uevre fust si traitiee 

« E si faitement conseilliee 19SJO 

19885 « Qu'ensi noz cors ne livrisson 

« A mort ne a perdicion. 

« Totes veies i a honor, 

« Qui de dous maus prent le meillor. 

— Seignor » fait sei Diomedès, iQ^jS 

Î9890 « Moût avons enchargié grant fais, 

« Plus perillos e plus mortaus 

« Que ne pense danz Menelaus, 

« Qui ci nos somont a ocire 

« E a livrer toz a martire. ig88o 

19895 « Lui ne chaudreit quin fust fcniz, 

« Mais de sa femme fust saisiz. 

« A cez autres en laist parler : 

« Ne deit mie tel rien loër 

a Que l'om ne vueille oïr ne faire. ig885 



19881 [HJ); G Et en c, n El c; F en 1. (e manqué) ; M lestor 

— 82 {HM'n Por tant), MAA^EGLk Por ce; K sereit h., M s. 
bon, Hn si fait bien [H bon); IM' si feroit bon loer(3f' parler), 
Af' vos voil amonester — 83 (A'^GUL); APK cest ; E soit; M li 
traitie, M' auancie; n Quant c. o. tu comanciee — 84 A"! sage- 
ment; A"" afaitie — 85 (^'); FK Que si; M deliurisson, e ne 
liureson {M' -ison), K ne donisson, F li otreison, J\P liureissons; 
N Que ensi n. c. L .— 86 Kn et a; iV/ Sanz m. et s. p., M"" A m. 
ne ne nos perdissons — 87 F Toute uoie, K Toteuoies; M an le 
meilleur — 88 K dedans, N de dax — 89 {ACJR) ; M' Seignors ; 
F ce f., A'DEI f. se, ÀP redit, /chou dist; en dyom. — 90 
M' Trop auon; J/^/c enbracie — 92 AT ne cujde; AM dant 

— 93 n Q. n. s. a o.; M"" ore a o. — 94 M'n Et a nos 1., 
EM Et nos toz 1. ; AP Et 1. a si grant m. — 95 APk L. que ; 
E quan, M' quis, N que, k qui, F sil — AI' ocis — g6 M 
m. que {v.f.) — 97 F lais, M let — 98 (C); K pas teie chose 
1., M' m. c. 1.; M Que tele c. ne d. L; J tiel pleit 1.; E 
Ne d. pas t. conseil doner — 99 (CJ); A Quil ne; n u. re- 
ceuoir. 



272 ROMAN DE TROIE 

19900 « Si com mei semble e est viaire, 

« Ne conoist mie bien les lor : 

« « N'ont mais ne force ne valor 

« « Vers nos, » ço dit, « ne grant vertu; 

« « Dès que il ont Hector perdu, 19^90 

19905 (c « N'i a mais nul qu'a criembre face.» 

« Mais tant vueil jo bien que il sace, 

« En tôt le mont, qu'ensi est grant, 

« N'a chevalier de nul semblant 

« Qui plus del cors Troîlus vaille ^9^9^ 

199 10 a En grant estor ne en bataille. 

« N'est pas meins forz d'Ector son frère ; 

« Trop est hardiz e combatere ; 

« Moût est de grant proëce pleins : 

« Ne cuit qu'il vaille de rien meins. 19900 
19915 « N'oï onc chevalier nomer 

« Gui plus vousisse resembler : 

« J'en ai essaie ne sai quanz, 

« Mais trop est cist proz e vaillanz. » 

19900 [A); J me s.; CKÀf mest; n mest uis a mon espoir — 
I E conuist, F conois — 2 M ne uigour — 3 F V. lui — 4 (AU); 
M^EJ Pais ; AP qui — 5 GLM un sol qua (L a), E nul plus qua, 
A nul deuls qua, M""! plus qui a; A^C nul (C plus) dels; A'^CI a. 
(C qua) doter f.; Hn qui tant bien f. (F sache), e que [K quan) 
crienbre doie; K criendre, M craindre, 3/^ crenbre; J plus dels 
quen crieme rien — 6 [A^L) ; F M. ce ; jo m . à M\ J quil s. bien ; 
CHn M. itant u. ie que on {n lan) s. (C bien qil s.), AGe M. t. u. 
ie [A bien) que chascun s., M"" Mes li pleise o H desplace, / M. 
t. dirai quels ki men hace — 7 MM' Quen; Mn qui si e., K q. 
molt e., -4 q. e. si; M^Cn granz; Je monde de son g.; / Ke en 
tant com li mons sestent — 8 N nus, E tel; M'^Cn semblanz; / 
mon escient — 9 / Qui miex; M^KLeti troylus — 10 [J); KM 
En dur, iV Ne an; F Et an e. et; A" donne ensuite les v. iqgiy-S 
— 1 1 3/' dcstor — 12 C Molt; //Tant par est fiers; K uaillanz; 
M"^ ardiz et cumbatiere — i3 M' Tant par e. de p. — 14 C que 
u. — ib K O. noi, C Naine n., M"" Aine n., M Noi onques, E Noi 
ainz, FN. puis— 16 (J); M'N Qui, M^FK Que; E mialz — 
17 M^EL essaiez, C ensaicz — 18 (C); M cil; L esteit; K T. par 
est cist; Jeu M. cil [E cist) est t. [EF tant). 



AMBASSADE DES GRECS A ACHILLE 278 

Autretel dist reis Ulixès : ^99^5 

19920 Cil dui vousissent bien la pais. 

Menelau ont moût contredit ; 

Nel sopleient grant ne petit : 

Le combaire ont moût desloé. 

Ja fust en autre sen aie, 19910 

19925 Quant Galcas sorst, li vieuz de Troie. 

A haute voiz dist, que Tom l'oie : 

a Seignor, » fait il, « que volez dire? 

« Fol plait a ci e fol concire, 

(( Quant vos d'aler avez porpens ^99^^^ 

19930 « Ne de pais faire as Troïens. 

« Sor le dévié as deus sereit : 

« Sacheiz tant lor en pesereit 

« Qu'en mer vos fereient périr; 

« Neienz sereit del revertir. 199^0 

19935 « Acomplir estuet lor esguart. 



19919 L Autressi, C autretant; M^CGM dit; k danz; H a 
dit u. — 21 {A); {APJ Menelau), E -al, HM'kn -ax — 22 L 
souplaient, F se plaignent, E couoitent — 23 EH ainz lont d. 

— 24 APACJL En a. s.; APAM senz, L sens; CJ fut; A fust 
tost aie, CJLM f. sempre a., J^P fussent torné; K Sempres f. 
altrement a., A'Hn An lor pais {A^ terre) fussent raie (FB aie), 
/ Si sen fuissent ensi tome — 2 5 [AJR) ; M Danz ; C soit, HMM'n 
sort, B sourt, K sait, /l* uint ; /Ne fust c, L C. le sot; AP Q. c. 
li uielz reneiez — 26 (C); R En aute ; JNe dit, F uialt ; ABHI 
que on, E si quan ; AP Sest leuez erraument en piez, puis ces 
2 y. : De ce qu'il ot ne se puet tere Seignor fait il que uolez 
feire — 27-8 interv. dans W [le /«>• différent)— 27 {ABCDHR); 
A' Baron; / Signor signor; J quen; M"" Honir volez tôt cest 
enpire — 28 [ABDJR); C ai ci, // oi ci ; X^ Ci a f , p.; / fort c. 

— 29 {A); Me Q. {e Se) de laler, n De uos a. — 3o FM a t. 

— 3i e Sus; F deuin, AI deuine, M' deue — 32 en blanc dans 
F; M'' molt lur — 33 M^ En m.; EJM nos; M f. toz p. ; F 
feriont — 34 iV/V Nienz, E Neanz ; AI de lauenir, K del repentir; 
HM'n Tart (F Tant) uendriez (H uenriens) au rep. — 35-6 
interv. dans en— 35 {AH); iVP Aenplir; A; eftuot, lAIe couuient; 
H agart. 

Tome IIL 18 



274 ROMAN DE TROIE 

« Tant vos di jo de la lor part 

« Que vos veintrez voz enemis : 

« Ainz que veiez mais voz pais, 

« Ne puet estre destruit ne seient. ^99^5 

19940 « Il sevent bien que il porveient : 

« Lor providence e lor segreiz 

« E les lor hauz devins conseiz 

« Sont moût repost as cuers humains ; 

« Por quant si seiez toz certains ^99^0 

19945 « Que de ceste uevre avreiz honor ; 

« E s'il en sont or li meillor, 

« Ne vos torge ja a esmai. 

« Par les devins respons le sai, 

(( Qu'il seront mort e eissillié ^99-35 

19960 « E de cest règne fors chacié. » 

Par l'amonestement Calcas, 

Ço truis lisant, ne voustrent pas 



19956 {A); JW E bien uos di; k di bien, ^ di — Sy M uain- 
croiz, /-très, N uoincoiz, F uenqez — 38 M' lor p. — 40 (A); 
M" ACE quil i p, (C pouoient), n ce qil poruoient; HM' Li dieu 
s. b. quil p. — 41 iV" porueance, F prouance, M' prouidende, / 
-che; 3/V segrez, M secres, A secrois, n secroiz, C segrois, Je 
consoiz; / sai et voi — 42 [AC); M' grans d,; LM Et lor très 
h. ; iV Et tuit lor haut deuin ; M conseiz, n -oiz, L conroiz, e 
segroiz; J Et lor deuines uolentes, Af^ Deuons garder car ce est 
dreiz, /Mais lor conseil et lor secroi — 48 APA M. s. r.; M 
répons, K rebouc, / contraire; M' a, M en; AM cors; Kn a (n 
de) cuer humain — 44 « Force; K Et neporquant; M sen; k 
soiez c. (^certain); n tuit certain; / Nampourquant si vous fais 
certains — 46 e lenor, M lonneur, / lonnour; C De c. oure a. le 
meilor — 46 {IL); n Et si an s.; N si m., M au m.; Af' Et si 
en serez; C Mais se li autre ait or ualor — 47 C torne, n tornez ; 
/ doit torner, Je tort il pas; M Si ne uos t. ia, K la co ne uos 
t.; N en e. — 48 M répons; K lo deuin conseil — 5o [A''CH); 
I lor terres; A et; M pais; AEHM hors c, JM' Et hors de c. 
{J lor) pais c, AP Et tuit ocis et detrenchie — 5i [A^HI); CJ 
Por; n io comandemant — 52 En uostrent, A/' uodrent, K uol- 
drent, M uoudrent. 



QUATORZIÈME BATAILLE.* EXPLOITS DE TROÏLUS 2'jS 



Parler de pais a celé feiz : 
Ensi départi li conseiz. 



igg4o 



Quatorzième bataille : exploits de Troïlus 



19955 En triuës furent li Grezeis. 

O Troïens toz les dous meis : 
N'i ot trait ne féru d'espee, 
Bien fu tenue e bien guardee. 
Entre tant dis se sont guarni. 

19960 Quant li termes fu acompli, 
Si n'i ot mais de l'assembler. 
Gelé nuit font haubers rolier; 
Es grosses lances de sapin 
Sont mis li bon fer acerin 

19965 E les enseignes de color. 
Si tost com resclarci le jor, 
S'armèrent sempres comunal. 



igp45 



iggSo 



19953 K ceste; B P. de le p. cnki {sic), I De le p. donques 
plus parler — 54 (C); AH Ainsi, 3/' A tant; J départent; JM' li 
segroiz; E Einsi remest toz lor; APM conseilz; B Ains se sont a 
t. départi, /Ains lont a tant laissie ester — 55 {AA'BC)\ n triue; 
H Em pais f. tôt — 56 ^'A: Vers t.; BH Et troijen; M' plus de, 
H tôt les; Hn trois m. — 5j M ceint — 58 AT et fu: 5 Ml't fu 
bien t. et g. — 59 -B E. tant dis, n E. tandis; 3/' En demen- 
tres si; M'N furent g.; AP garniz ; B Entretant se s. bien garni 
— 60 K Q. li mois furent a., e Q. le terme orent a., B Q. uirent 
le t. a., n Q. cil terme sont a.; 3/" aconpliz — 61 N Se ; ^ ot 
que, BM rot m.; M mes fors dassenbler, e f. del rasanbler; F 
Semons les a del a. — 62 B La n. f. lor h.; E rosier, F roler, 
ÀPMM' rouler — 63-4 m. à B — 63 E An, k En; I roides — 64 
K buen; / Furent mis li fier acherin — 65 H colors ; B Norent 
plus cure de seior — 66 (A); H esclarci, An resclarcist; FM li 
ior, N del i.; APBKe c. il virent le i. — Au lieu des v. igg67-82, 
B donne les 2 suivants : Si sen issirent maintenant Tôt ensanle 
communalment — 67 M' par tôt, K trestuit, AI tuit; A maint et 
comm. 



276 ROMAN DE TROIE 

Bien furent covert li cheval 

De cendaus d'André e de bofuz 199^^ 

19970 E de pailes a or batuz. 

Ses conreiz fait Agamennon : 

Rei Aïaus, rei Telamon 

Met toz premiers as fereors. 

Cist ne sont mie des peiors : ^99^0 

19975 Sacheiz moût a bons chevaliers 

En icez dous conreiz premiers. 

Diomedès e Menelaus 

Ront grant plenté de bons vassaus, 

De prode gent e d'aduree ^99^^ 

19980 E que richement fu armée, 

E d'armes sevent quant qu'en est. 
Quant luit furent guarni e prest, 

Si chevauchent vers ceus dedenz, 

Qui ne refurent mie lenz. ^9970 

19968 Ak Gent — 69 n Et de cendax [F -al); C befus, A bofois, 
F uousuz — 70 MM'n pailles, E paisles — 71 n Son conroi — 
72 M^KM'n Reis a. reis (K et) t.; E ayaus, F -ax, k aiax ; F 
thelemon, M'^Nek -amon — 73-4 interv. dans HM'n — 73 HM'n 
Mais des p., E Met premeriens; / A mis as p. f. — 74 /3/;î Cil; 
e poiors — j5 K buens ; M i ot c; / MTt par ot eslis c. — 77 
Mn Dyom. — 78 {AA'A'CGIJL); H Orent p., n G. p. ont, .WM 
Ont g. p.; K buens — 79-82 m. à DHM'n — 79 (J); GL De 
proude g., M De prouse g., A" De bone g., E De g. ml't preuz, 
C De genz de proz, A De fors de p., R De bons de p. ; ACR et 
dadures, EGLM et aduree, A^ et donoiee; / Prous et hardis et 
adures, A'K Qui molt sont prouz {A' preu) et adure, AP Ront 
lur batailles diuisees — 80 [GL) ; J est a., AR sont armez, A^ s. 
arme; K Eiv. s. tuit arme, C Et de molt r. armes, E Et qui très 
bien estoit armée, M^ Molt par s, granz e bien armées,/ De chie- 
res armes b. armes, /l' Et qui ml't b. fu atornee — 81 {A'); C Car; 
A^IL Qui (L Et, / Cil) s. darmes ; A quil est, R ke est; AP D. 
sieuent q. quil en e. — 82 [AJ)) I Com ; IL \\\ A' Et q. f.; 
A'^EGLM arme— Les v. igg83-20042 sont remplacés dans BJ 
par un morceau de 62 v., dans lequel B supprime d'abord 40 vers, 
puis 4; voy. aux Notes — 83 iV/' Cil, // Et; F'H a ; E ccz, F ces 
— 84 (AGL) ; HM'n Que il ne trouèrent pas 1., E Quil ne t. mie 1. 



QUATORZIÈME BATAILLE! EXPLOITS DE TROILUS 277 

19985 En la champaigne sablonose, 

Que n'est desegual ne taiose, 

S'entrencontrerent li conrei. 

Dis mile confanon desplei 

I baissierent a l'assembler : ^997^ 

19990 La covint escuz estroër, 

La volent lances en asteles, 

La guerpissent chevalier seles, 

La fausent hauberc e bliaut, 

Que li trenchant fer de Gontaut ^99^0 

19995 Passent par piz e par forceles : 

Hui i sordront freides noveles. 

La ot mil branz d'acier nuz traiz 

E sor heaumes oschiez e fraiz; 

La s*entrefont les chiés voler ; 199^5 

20000 La oist om braire e crier 

Hauz criz, morteus e doloros. 

Tuit sont sanglent li champ herbos 

E plein de lances e d'escuz : 



19985 AF sablonnoise — 86 /c niert; K desigals, 3/' -aus, A 
pas igaus, n herbue, y bocue, M orde; A caioise, N tarsose, F 
tarsoieise [sic). M' terreuse — 87 £ Sentrac, n Sentranc.;3f tor- 
noy — 88 J^ gonf,, M' gonfanons — 89 AP Sabaissierent — 90 £ 
La c. il e. troer; K haubers e. — 91 (^'C); Mn esteles — 92 A^ 
guerpirent— 93-6 m. à DHM'n --93 {AA'GJR); A'K blialt, 
L bliaus ; C Li f. h. li b. — 94 M"^ fer t. ; M Que il i trenchent 
f.; [AEJR de gontaut, cf. 143 j3), K de gomalt, A' de gontalt, 
GM de si haut, A/^ bas e haut; L Sor cors de cheualiers plus 
haus, C Contre les espies rien nen uault, A"" Si que le sanc uer- 
meil et chalt — 95 [AJR) ; GLM par boeles; M"^ Lor remeinent 
par les f. , A"^ Font salir fors par les f. — 96 A'^JR Or; G isson- 
drent, A'^J i sordent, R en s. ; E Sanpres orront; M^ Par les piz 
e par les boeles — 97 (AH); APA' La sunt ; E maint; M'^A'E 
brant d. nu trait ; J triez, R quaç — 98 i/ Sor lor h.; M'A'E 
oschie e fret; R frac — 99 -^ lor cies — 20000 K oissiez — i (C); 
M mortelz, En -ex — 2 C Sont en s., M l^ sont s.; K Tuit font 
sanglant lo ch. — 3 M Et plainz, K Pleins est. 



278 



ROMAN DE TROIE 



Mil en i gist des abatuz, ^9990 

200o5 Qui ne se pueent redrecier. 

La vont tuit vuit li bon destrier, 

Qu'il n'est qui nul en haut ne prenge. 

E Troïlus ses frères venge 

Si faitement, ço dit l'Escrit, ^999^ 

20010 Que tôt detrenche e tôt ocit. 

La ou plus veit la force d'eus, 

Lor laisse corre iriez e feus. 

Nel puet tenir presse ne foie : 

Entre eus s'embat, entre eus se cole; 20000 
2001 5 Lors fiert e chaple environ sei. 

N'i a si orgoillos conrei 

Qu'il ne remut, quant il i vient. 

Tant le dote chascuns e crient 

Que si plus mortel enemi 20oo5 

20020 Li ont le jor le champ guerpi. 

Jusqu'as tentes les conveierent: 

Onques anceis ne les laissierent. 

A ço faire ot bones aiuës, 

Plus de vint mile espees nues. 20010 

2002 5 De la bataille d'icel jor 



20004 M en gisent ; Af" Deus tans i gist — 5 « Qi ne pooient 

— 6 M'^kn uoit, M' uit ; K buen — 7 (C); J Qui n. que nus; M 
nullui qui nul en p.; M' qui nus; M'^A ne p. ; M'^Ae preigne; F qi 
un b. ne p. — 8 {ACJ)\ M T. la soe gent u., n Car t. son frère 
u.; M' son grant duel u. — 9-10 interv. dans fc — 9 e ce iruis e., 
M que tout ochist — 10 ^"^ Q. trestot d. e o. — 11 M^V/ la 
presse — 12 E La; F laissent ; M Lesse c. ; K Seslesse moit uers 
cels et f., 3/" A un sol coup en ocit deus; E et max — 14 Fsacole 

— i5 ^P Doncs, k Donc — 16 M tornoy — 1 7 C mue ; F li u. — 
18 F T. redote; CM T. est dotez c. le (C li) c. — i() K mortal 

— 20 K cel i. — 21-2 interv. dans Af* — 21 H Dusqas, ^' Dus- 
ques, E Desquas, C lusqes, A -qa ; H recachierent; A/^ De ci 
quas t. les conueie — 22 (CJ); A O. por ce; M' ne le, K nés; H 
laierent; M' Cels de grece met a la ueie — 23 Cn ont, HK a; 
M' aues — 25 A/ a icel, H FM' en icel, N an ice, EK de cel. 



QUINZIÈME bataille: troïlus blesse diomède 279 

Furent Troîen li meillor. 

Sacheiz, por veir le vos plevis, 

Moût laidirent lor enemis ; 

Moût lor tolirent de lor gent, 200i5 

2oo3o Qui el champ jurent mort sanglent ; 

E plus assez lor en tolissent, 

Mais por la nuit se départissent. 

De dous cenz mile chevaliers, 

Se Daires n'en est mençongiers, 20020 

20o35 Ot le pris cel jor Troïlus. 

Ne sai que aloignasse plus : 

Estreit serré, le pas, rengié, 

Sont en la vile repairié. 

Li mort sont plaint, mais li navré 20025 

20040 Furent la nuit bien ostelé : 

Volentiers lor fait om tel rien 

Quis asoage e fait grant bien. 



Quinzième bataille : Troïlus blesse Diomède 
ET Agamemnon. 

En l'ost sont morne e mu c quei : 
Chascuns i a reguart de sei. 20o3o 

20027 n de u. — 28 M M. ledengent, K Trop ledierent — 3i 
M' tosisent, M tousissent — 32 Af Se la n. nés d. (sic); Af' dé- 
partirent — 35 APJk Ot cel (J ce, k le) i. le p.; HM'n le i. t. — 
36 (.7); N iesloignasse, F ge loign., M laloigne (sic), M' alon- 
gasse, k aloniasse, A lalongnasse, ÀP porloignasse; E quan acon- 
tasse — 37 À! E. et s. et r. — 38 F a la ; £ An la cite s. r. — 39-40 
m. àH — 3g (J); M^ Mes li malade; M'^BFKqx.W n.,M et regrete 
— 40 iW La n. f. — 41-2 m. à DHM'n — 41 {GL); M" hon; M 
autel r., AEJ la rien, R t. riens ; C V. lor donent t. chose — 
42 AM Qui les a. {v.f.)\ GLM et meste (i\f mete, L met) a b., 
A et f. b.,t7et lor f. b.; £■ Quan set qui lor a tort a b.; iî biens; 
CO bien lor f. a chief de posse — 43 (BGJ); AfM' mu et m., 
FM m. mu — 44 (BC); ^^ esgart, M garde, B crieme ; M'' C. a 
grant poor. 



28o 



ROMAN DE TROIE 



20045 Mout sont irié e entrepris. 

N'i ot la nuit joie ne ris : 

Sovent perdent e poi guaaignent 

E ont maint navré qui se plaignent, 

Dont ja ne guarra la meitié, 20o35 

20o5o N'escuz n'iert mais par eus baillié. 

Cil qui pueent armes porter 

Ne lor sevent conseil doner, 

Fors tant que lor prochain parent 

En plorent des ieuz tendrement. 20040 

20o55 Ensi avient de tel ovraigne : 

Dreiz est que Fom s'en rie e plaigne. 
Senz triuë que entre eus fust prise 

Ne demandée ne requise, 

Josta la bataille quinzaine, 20045 

20060 Ainz que trespassast la semaine : 

Grant fu merveilles a desrei ; 

Trop i morurent conte e rei 

E amiraut e duc preisié. 

20045-6 interv. dans M"^ — 45 CRk ml't sont pensis (isT pensif); 
A M. fu irie m. fu p., B Li plus hardis fu tos p. — 46 (BCHR); 
EJ La n. ni ot; K noise nestrif — 47-56 m. à B — 47 CM^ souent 
g. — 48 {H); M'CGK Oient, J Oent, A Or ont; ^PACGHKM' 
mil naurez (G -e); E Les n. oent, LM .G. mile naure {M -ez) — 
49-5o m. à n — 49 C Ne ia; [LM' moitié), AA'^BCGHJR moi- 
tiez, M^E mitiez — 5o {AA'^BC) ; CLR Ne escuz {R Nescuz) niert, 
GAf Nescuz nan iert; // ia par; GLR por; {LM' baillie), les autres 
bailliez — 5i iVf pooient (v. /.) — 52 n consauz; M"" Nels sieuent 
de plus conforter — 53 A: li p. — 5^. E P. des ialz por aus souant 
— 55 Nek de tele, M^ ditiel — 56 (A) ; k Cest dreiz {M droit) ; E 
san lot, M sen loe, M"" en rie; E Que luns rie li altres p., ^" Se 
li uns pert laltre gaaigne — 57 BK trieue; B Mais s. t. quentrex 
fu p. —60 E Eincois que passast — 61 B Granz fu a merueille, K 
Merueilles fu g., A G. m. f u ; M'^ABCNek granz; C a desloi, E a 
besloi — 62 A/ Prou, A Tant, BCKL Molt; K i muèrent et c; 
M^ Assez i morent c. ; F morrirent — 63-70 m. à B, qui donne 
les 4 V. suivants à la place des v. 2 go y 1-6 : Et des naures i ot 
ades Naures i fu d. (= 20071) Dune lance par les costes Por 
mors en fu le ior portes — 63 KM' amiral; £iV prisie. 



» 



QUINZIÈME bataille: troïlus blesse diomède 281 

Bien se sont Troien vengié ; 20o5o 

20065 Vassaument se sont contenu 

E chierement lor ont vendu 

La conqueste qu'il cuident faire : 

Dou mile en ont laissié le braire, 

Qui el champ gisent pale e freit. 
20070 Sacheiz griefment furent destreit. 20o56 

Navrez i fu Diomedès 20o65 

Par mi le cors de plain eslais 

D'une lance grosse e poignal, 

Si que l'enseigne de cendal 
20075 Li remest par mi les costez : 

Por morz en fu del champ portez. 20070 

Al joster li fist Troïlus, 

Veant mil chevaliers e plus, 

E si li dist en reprovier : 20071 

20080 « Or sojornez o la moillier, 

« Avuec la fille al vieil Calcas, 

« Que ne vos het, ço diënt, pas. 

20064 [A) ; Af" B. s. cil de troie u. ; M' si &.\ E T. ont, K O. 
t., M B. o. t.; k lor mort u., E les morz u. — 65 [AC) ; W Bien 
ont lor terre desfendue — 66 (^4); M"" Molt c; k rendu — 67 
[A CGL) ; F compresse ; FM qi ; K deiuent — 68 AT Deu, A'' Doi, 
/Dui, ELM .ij., AM' Dont, 3/=" Dous ; M'^AA^Gn mil; AA^'GIM 
le b., AfA'KM' a b., EF an bière, NS an baire, L en 1ère — 69 
GLM iurent, A chieent; AS et frois — 70 {JR)', I Maint i furent; 
M griement, K granment, A'^EHL que ml't; C greu f. molt d., 
5 que griu sont mult destroiz ; F Ml't sont angoisseus et d.; A 
destrois ; K aj. 8 v. et S 12; voy. aux Notes — 71-2 K Quau 
grant del renc el plus espes Ala ferir d. — 71 AfNaure; 
GLMM'n dyom. — 72 F plan, AP plein, R fin; B Dune lance 
par les costes^ puis lev.20oji — 78 {R); CHM g. 1. p. — 75 -R 
remist, H a mis, M passa; M \q — 76 {APJN morz), M mors ; 
CFJKRy mort ; K la nuit — 77-8 m.à K—-]-] BCGLR Au {CR 
A) ioindre ; C ifiist, B fist bien— 79 JN Et se, H Puis si ; C el; 
B par ramprosner — 80 JM a la. M' o ma, H od uo ; B Desor 
vos poes seiorner — 81 EN Auoec, k Attec, M'^ Ouoc, A/' Ouec; 
B al roi; H Auolc la f. dant c, R O auec la f. c. 



282 ROMAN DE TROIE 

« Por soë amer vos manaidasse, 20075 

« Se plus par tens m'en apensasse. 
20085 « E ne por quant sa corte fei, 

« Sa tricherie e son beslei 

« E ço qu'ele a vers mei boisié 

« Vos a tôt ço apareillié : 20080 

« Sis péchiez vos a encombré 
20090 « E ço qu'el m'a d'amor fausé. 

a Par vos li mant qu'or somcs dui : 

« S'este avez la ou jo fui, 

« Pro i avra des acoilliz, 2oo85 

« Ainz que li sièges seit feniz ; 
20095 « Assez avreiz qu'escharguaitier. 

« S'ensi l'avez senz parçonier, 

a Ne s'est ancor pas arestee, 

« Dès que li mestiers li agrée; 20ogo 

20o83-i02 m. à B — 83 n menaid., e maned., M menasse, G 
meniasse, R minease, K manaiasse, H enmenaisse, 3/' espar- 
gnasse — 84 [HJ) ; MR a t.; A^I Sun poi ancois (7 plus tost); E 
Se ie aincois man porpans. — 85 {A^L) ; 3/ Et ne porte [sic], B Et 
non pourtant, G Et non poV quant, R Et ne poruec, / Et non 
pereuc ; AfV maie fei ; EU foiz ; n cortesie, DHM' tricherie — 86 
H Sa uilenie, DM' Sa mauuestiez {M' -ie) ; M^A'K son {K sis) 
bofei, E ses desloiz ; AGLR son [R sa) belloi, M son desloy, 
DHM'n sa {H li) boisdie ; / Vous a greue a ceste fois — 87-8 
interv. dans A'CEGLM, m. à A^ — 87 m. à H, {GL) ; M^C quel 
a; ADM'Nk quel {k que) ma {D mal) damor; F Ce quelle ma 
d.; DM' trichie, K boisiez — 88 F issint, J ensint, N ensinc, E 
einsi, M' issi ; H ore si atorne ; K appareilliez — 89 {R) ; n Cist, 
A Ce, AGMM' Son; AGM'k pechie ; A'' uos ont — 90 m. à H; 
F k, Ck que ; M damors ma f. — 91 37" mand ; GHJRk or — 92 
K Sauez este; FGJRy Ceste (F Cest, GR Seste) a pris, N Ceste 
auez; 7^ on — 98 AJM' Preu, MR Prou, K Molt; F aurai; 77 
Asses i ara dacoillis, M^ Ne sui par uos pas trop leidiz — 94 G 
cist s.; 77 finis, FFJA- failliz, GMM' pan\z — g5-6 m. à DHM'N 
— 95 {A) ; A7* A. assez, F A. auront, K Molt auez a ; 7^ quescar- 
gayter, M que charguetier, M"" quesquerguetier, E queschalgue- 
tier, K esch., J queschaug. — 96 X Se si, J Sensint — 97 MM'R 
encor; K pas onquore, Rp.c. — 98 (C7^); iW'77 Puis, M' Mes. 



QUINZIÈME BATAILLE : TROÏLUS BLESSE DIOMÈDE 283 

« Quar, se tant est qu'un poi li plaise, 
20100 « Li ostelain i avront aise. 

a Ço sera sens, s'el se porpense 

« Dont ele traie sa despense. » 

Cist afit furent bien oî. 20og5 

Ne les ont pas mis en obli 
20io5 Ne cil dedenz ne li Grezeis : 

Ne fu puis jorz de tôt le meis 

Qu'en cent lieus ne fussent retrait. 

Assez ot la crîé e brait, 20100 

Ou Diomedès fu navrez : 
20110 Onques nus hom de mère nez 

Ne vit plorer tant chevalier 

Ne plus se peinent del vengier. 

Dis mile lances i croissirent, 20io5 

Que maint chevalier abatirent, 
20 II 5 E autretant espees nues, 



20099 -^ Et; C Qant se ce est, K Car sil auient; FM* que 
plus, G que pou,i^ ke tôt — 20100 {R); 3/^C ostelein, H -enc, e 
-ois, J -oiz; yPCGM en a. a. — i {AG)\ Jtost; H Ce art sem- 
pre; C sele p., F selle se p. — 2 {ACIJ); R Dum, N Dom, M 
Donc, G Dou; E Dont porroit traire, H Si len est mius a, M'^B 
Que bien (Bêle) en t.; A' la d. — 3 A/M afist, A'^k affit, B effit; 
BC oit — 4 EHn Ne furent p., K Nés ont mie; BC oblit — 5 
(R), H \ cels, E Na cez, N De cels; E as g., K les g. — 6 3/' 
dedenz le m. — 7 R Ken mains; A/' Que en c. lues ne fu r., M 
ne fust — 8 {JR); HMM'n i ot, .S i ont; B Mais ml't ot la; S' 
lancie et tret — 9 5' Et; 5 La ou fu d. n. — 10 (G); F Conques; 
R O. ne f\i\ S nul hom de m. ne — 11 (55') ; R Ke uist p., L Noi 
p., M Noy parler ; E Ne uit t. plaindre; B tans cheualiers; J tel 
duel por cheualier ; DHM'n Ne uit estor si domagex (F plus dole- 
rous) — \2 M Qui p., L Dont p. K Et trop, G Nou tant ; 5' Ne 
p. pener; 3i* Molt se p., S Dont toz p.; APS' de lui v., G de v., 
B Ml't le uengaissent volentiers, DHM'n Si pesme ne si dolerex 
(F angoissons) — 18-4 m. à DHM'n — i3 (G); 5' Deus ; M' i 
froissierent, M'^CJ en croissirent — 14 5' Que mil cheualiers; S 
Qe plus de mille en abatent — i5 {ACGJ)i, DHM'n Ou tant eust; 
M despeez, S despees. 



284 ROMAN DE TROIE 

Que sor heaumes furent férues. 

Comparée fu la venjance : 

Mainz cors i fist d'ame sevrance. 201 jo 

Agamennon, ço truis lisant, 
20120 Por la presse, qu'il vit si grant, 

Guida Diomedès fust morz. 

O tant com pot aveir d'esforz 

Ala Troïens envaïr; 201 15 

E si sacheiz bien, senz mentir, 
201 25 Qu'estrange estor i ot rendu. 

Dès que sis cors i fu venu. 

Moût le fist bien il de sa main : 

De cent n'en sont pas li vint sain, 20120 

Qu'il a toz ocis o navrez. 
20i3o Mais trop les a chier comparez, 

Quar Troïlus l'ala requerre : 

Entre dous rens li mut tel guerre 

O le bon brant forbi d'acier 20/25 

Que del heaume trenche un quartier. 

201 16 {ACGJR)\ //fuissent; M"" I rot desor heumes f., E Qui 
sor les h. sont f.— 17 B La v. fust c. — 18 AFGHJM'Rk Maint 
c; nM' i ot; // i ont; BGH Darme, AR -es, J Dames; M^CE 
Mainte ame en f. de c. s., B M. a. en fust de c. seuvtQ, puis 
ces 2 V. : Mais qui qui gaaignast le ior Li Grieu en eurent le 
pior — 20 (/)); J Par; WAA'^BClLRk perte, G perde; H que ; 
J uoit — 2I-2W. à B — 21 F mort — 22 Kny A t.; F desfort 
— 23 C Râla — 24 // Et s. ml't b., F Et si uos di b. ; Bl que s. 
m. — 25 {ACJ)\ B Estrange e.; K Estranges estors ont renduz; 
M^BM i fu r. (i m. à M)\ H Que grant e. i ont; y tenu — 26 
M'^R Puis; A'^JMArn son c. ; C i est, A^M'n uirent, Juoient; 
M'^Ak uenuz; EH Desi que le c. ont eu — 27-8 interv. dans B — 
27 CEH li; C il b. ; fî Que m. le f. b. — 28 (//J); A'^MM' ne ; 
B De cou vos fai ie bien certain — 29-32 m. à B — 29 A'^ Quil 
Ior a; 3/ tôt de sa main naurez; A Que tuit o. ou bien naure — 
3o E M. ml't; A conpare — 3i L Quant — 32 m. à M ; {H)\ 
M'^CEGIKL Entre les suens (G siens, L soens; ; / la g. — 33 
{HJ); K buen; / Ke od le branch ; IM trenchant, E molu; 
A'' Si la féru del b. d., B Mais troilus al b. d. - 34 A^M Del 
helme li t., A/' Li t. del heume; BI Li a t. un grant q. 



QUINZIÈME bataille: troïlus blesse AGAMEMNON 285 

201 35 Plaie l'a moût el chief griefment : 

Tuit cil de l'ost en sont dolent. 

En perillos lieu est la plaie. 

De la mort se crient e esmaie : 20i3o 

S'a dreit i ferist Troïlus, 
20140 N'i covenist recovrer plus ; 

Mais beslivant ala li cous, 

Por quant del test pareist li os : 

A grant péril i est tailliez. 20i35 

Apres iço qu'il fu bleciez, 
20145 En furent Greu li sordeior ; 

Ne se tindrent onc plus le jor. 

Moût en a Troïlus ocis. 
'Ne truis les termes ne les dis 20140 



201 35 M'^M P. la el c. m. g., A"" Naure la el c. durement, RI De 
son elme plaie i ot grant, H Vengie sen a ml't laidement — 'S6 B 
Tôt; / Cil de lest en vont dolousant — 3j {AA'CDGLR) ; A'HM' 
fu; ^' plaie, DM'n plaiez, H blecies — 38-43 m. à DHM'n, sont 
dans M'AA'A'BCEGIJKLMM'PRSS' — 38 K Durement sen; L 
plaint, G doute ; S crient et si sesmaie; C sesmage ; A'^ De sa m. 
furent esmaie Tôt cil de lost qui le sauoient Et ml't grant duel de 
lui auoient — 39 M" Sel conseust bien t. ; A"" eust este férus, L le 
f. t. — ^o M Ne li conuenist ferir, C Ni c. a ferrir — 41 / En 
cslingant; S' bessoiant, C besloignant, G belloiant, R beluant, L 
glaceiant, J eschiuant, M bêlement, A de bellif, A^E en trauers; 
C li uait; M^ coups, K cos, A'' brans — 42 C Si qe ; / Porucc 
si pert del t. ; G tes; J5^ si an perent; {K pareist), R paroist, 
APAA'BGJLM parut, C i pert; A/^ ous, JK ox; A'' si est la plaie 
grans — 43 EJ En; /J i fu, K est il, C en est; S' fu entailliez; 
R O molt grant p. ert, AP Molt par i iert griefment, A'' A grant 
angoisse f u ; — 44 {AA'BCDJ); I Tout adies puis, A"" A. le colp, 
M^ Des puis lore, k Enpres ico; M qui, LR quel; K plaiez, H 
plaies — 45 DHM'n En orent g. ml't [H li griu, / grigois) le 
peior, B Lors en rorent si le pior, A'^R En f. ml't g. {R g. m.) li 
poior; L tuit li p.,3i li peiour {v.f.), A li sodoiour, E li soldoior, 
C li noaillor — 46 (C) ; S' sen ; AP aine, ELn ainz, M oncques 
{v.f.)\L puis; B Grigois que puis ne firent tor ; /Aine ne si tin- 
rent puis; S' li lour — 47-5o m. à B -^ 47 -^ Mainz, G Mains 
— 48 {HL)\ M Nen; APAKS'e le terme, M les fines. 



286 ROMAN DE TROIE 

Que ceste bataille dura : 
201 5o Mais cil dedenz e cil de la, 

Ço dist Daires, qui a tôt fu, 

Miliers d'ornes i ont perdu. 

Mais la perte fu assez maire 20145 

A ceus de l'ost, ços sai retraire ; 
201 55 Perdu en ont encontre un treis : 

Nel porent plus sofrir Grezeis. 
Agamennon vit le martire 

E le plus de sa gent ocire 20i5o 

E la perte sor eus torner, 
20160 Qu'il ne lor pueent contrester 

Ne champ tenir ne freis aveir. 

Par bosoing e par estoveir, 

Por la feire, que tant les grieve, 201 55 

Requistrent demi an de trieve. 
2oi65 Ses messages i a tramis 

Sages, corteis e bien apris, 

Qui bien fornirent le message. 



2oi5o3/ De cil d. de cil — 5 1-2 interv. dans B — 5i M' dayres; 
APK par tôt, S' a tous ; B Ce me dit d. qui i fu — 52 HKS' de 
gens ; e i ot; B Dambes pars i ot mrt p. — 53 {A) ; B M. plus sen 
orent griu a plaindre — 54. M Dq ; E ces ; tous les mss. ce sai; 
B Car la lor perte fu mTt graindre — 55 {A) ; K P. ont encontre ; 
E i ont; H .liij., C en oire un t., M encontre eus t.; B E. .j. i 
perdirent .iij. — 56 (C); EH Nés, Mn Ne ; ny pas, B mais; A 
p. s. li g. — 5j E uoit — 58 ^ ses genz — 59-62 m. à B — 60 
(DJ); CM Qui; M' li, Rnle; H Que il ne; kny porent, M'CJR 
poent; M'n trestorner, H destorner — 61-2 m. à DHM'n — 61 
[M^AGJLRk ne frois), CE nesforz — 62 [AGLR); E Par force 
et par uif e., C Por destrece et por c. — 63 M^ De; M^'ACJKen 
lafere (lafaire), GLM la puor, H la perte, C la force; Jtrop; 
M^x lor g. ; C greue ; B Por ce ke trop les greuoit an — 64 ^ 
Requièrent, J Requist a; £ R. et demanda la t.; M' treue, C 
triue; B Requisent trieues d. an — 65-92 sont résumés dans B 
en 4 V.; voy. aux Notes — 65 FM' messagiers — 67 3/' forni- 
ront; Ky lor; EHK messages. 



QUINZIÈME bataille; TRÊVE DE SIX MOIS 287 

Prianz, qui moût fu pro e sage, 20160 

En prist conseil o ses norriz, 
20170 O ses barons e o ses fiz. 

Tuit li ont dit comunaument 

« Qu'a ço n'acordent il neient 

Que si grant triuë prenge o eus, 201 65 

Mais, a lor grez e a lor vueus, 
20175 Se combatront tant o les lor 

Que il en aient le peior 

E qu'il i perdent tuit les vies 

E que toz seit ars li navies, 201^0 

Qu'il ne lor puissent eschaper 
20180 Ne en lor terres retorner 

Que tuit ne seient mort e pris : 

Trop ont grant terme assez requis ». 

Sacheiz que moût fu contendue, 201 y5 

Mais, ne sai par la cui aiuë, 
201 85 Fu totes veies otreiee : 



20168 EM tant; MM' iert, A est; ANky proz,F fu cortois et 
s., AP le cuer ot molt s.; EHK sages — 69 An A pris ; ny a ; M^ 
amis — 70 w>^ A... a, ^ parens; M Sages cortoiz et bien apris 
— -jiE li dient ; K comunalment, les autres -ement — 72 j? A ce ; 
HK ne sacordent; M^ Quil ne si a. nient — 73 M'^k Que il si g. 
la p.; J Que nule t.; M' grans treues; E preingne, J preinge, 
les autres preigne ; A o aus — 74 X M. par lor lox et par lor u. ; 
M^ genz, AEFJM gre; M^JK uels, M ueulz, M' uex, AH uaus, 
En uiax — 75 M combatent t. a les 1., HM'n combatroient t. as 
1. — jG M Quil en soient (v. /.); EK Quil en seront li soldeior 
{K sordeior); HM'n Quil en aroient; M' paior, M^ meillor — 

77 {A) ; F de lor u. ; K Et que il p. ; 3/^ Et quil p. trestuit, N Et 
quil i perdroient, EH Et quil perderont [E an perdront) tuit — 

78 MM' tout; E ert; H Et soit i a. tos; F la — 79 (//); M^'EM 
ne nos ; M" mes guenchir — 80 // mais torner, M"" reuertir — 
81 HN tôt, E il; F nés aient morz; M^M' o p. — 82 //Jtriue; 
F a. g. t. mis, k g. termine r. ; -R T. g. ont terme aiqeç {sic) r. — 
83 (G//); F m. grant c. ; L ia ne fust tenue — 84 L Ne sai par 
quele, auenue, //M. io ne s. p. quel a. \*FGM' aue — 85 EMN 
tote uoies. Fi. uoie. 



288 ROMAN DE TROIE 

Sis meis dura celé feiee ; 
Ne fu maumise ne enfraite. 
Quant la chose fu a chief traite 20180 

Des cors ardeir e sevelir, 
20190 Si ont eu assez leisir 

D'eus sojorner e porchacier, 
E cil dedenz d'eus enforcier. 



Briseîda donne son amour a Diomède. 

Diomedès e Menelaus 20i85 

Orent plaies granz e mortaus ; 
20195 En grant crieme e en grant sospeis 

Rest moût Agamennon li reis. 

Mires ont buens a lor talent, 

Por quant sin jurent longement. 201 go 

Socors orent e tel aiuë, 
20200 Ainz que la triuë fust rompue, 

Furent guariz e respassez. 

Quant Diomedès fu navrez 

20186 H M], m. ; M' fiée — 8j M enfrainte — 88 M^ al chef 

— 89-90 interv. dans HJMM'n — 89 (CJ) : K sepelir, HM' en- 
foir — 90 m. à F; — 91 JM'N Si orent {N rorent) puis; APJ 
molt {M" en) grant 1.; ACM Si ront (C ont) {M Soreni) puis eu 
g. 1. — 92 M"" esforcier — Pour les v. 2oig3-338^ ABHJR sont 
utilisés — 93 MM'n Dyom. — 94 3/ Si o. ; R plaie grant — 95-6 
m. à B — 95 KNR peine, FM' péril ; et m. à n; M'^K soupeis, 
En sopois. A/' sorp., MR sosp. — 96 n Est m., k En est, M Rest 

— 20197-200 résumés dans B en 2 v. : Mais mires leur fist cel 
aieue Cainc que fust la trieue rompue — 97 JM bons, M^ bos; 
E M. orent, M^'n Mes m. ont — 98 J« sen, ek si, R se; KNe 
longuement, R loniamant — 99 {JR); F et bone, R bon et, iV a 
lor; FMM' aue — 20200 k Quainz, R Cainç ; k trieue, M" trciuc 

— I (BR) ; M^ Furen garitz, K Les ont g.; en Fu chascuns sains 
et r., J Si fu c. bien r.; BR F. gari et respasse; B aj. ce v. : Ml't 
furent de grant escape — Pour les v. 20202-25, IP sont utilisés 

— 2 {B)\ MM'n Dyom.; R naure ; B aj. cev. : Que de la mort 
fu près asses. 



BRISEÏDA DONNE SON AMOUR A DIOMÈDE 289 

E la fille Calcas le sot, 201 g5 

Conforta s'en tant com plus pot, 
202o5 Mais n'en pot pas son cuercovrir 

Que plor e lermes e sospir 

N'issent de li a nés un fuer. 

Semblant fait bien que de son cuer 20200 

L'aime sortote rien vivant : 
20210 Nen aveit onc fait grant semblant, 

Jusqu'à cel jor, de lui amer, 

Mais lores ne s'en pot celer ; 

Moût a grant duel e grant pesance. 202o5 

Ne laisse par por reparlance 
2021 5 Qu'el nel veie dedenz sa tente: 

Dès ore est tote en lui s'entente, 

Dès or l'aime, dès or l'en tient, 

Mais de lui perdre moût se crient. 20210 

Moût fu perillose la plaie : 
20220 Li ozdes Greus moût s'en esmaie, 

20204 {J) ; Af'sei, M' len; M'EHk al mielz (//plus) quel {HK 
que, iW' quil) pot; R c. ilp. ; 5 Sacois que grant dolor en ot — 
20205-338 m. à 5 — 5 Jf' ne — 6 HM'N Car, / Et; J plors ; EN 
sopir, M^ soupir — 7 M^ Nisse, //3/' Issent; M de lie a grant f. ; 
H nen sai le f. ; /? Neissent de li cent a un ï,\E por ; A^K negun, 
M^ neisun. M' nisun; N Nen poent issir a nul f., / Nen ississent 
parfondement — 8 EKB. f. s.; /^ a son, n an s,; A"^ B. li mostrc 
que de fin c, /B. en fait le demostrement — 9 {A^H); R Lame, 
FLamoit; / Que laime plus que — 10 EJK ainz, R hanc; AP 
Aine nen a., HM'n Nauoit mie; M a nul f. s.; A bon s.; /onques 
mais f. tant — 11-2 m. à I — 1 1 M^E Très qua, HM' Dusqua, J 
Des que, R Duske, M Jusque ; AT ce i. ; /? li a. — 1 2 AP adoncs, 
Rk adonc; HKRn se, 3/ le — i3 R Mas a; M'n G. d. (« ire) en 
a, / G. d. en fist; //G. dolor en a et p.; / pesanche — 14 
{A'A''VP)\ H lessa; JLny deparlance, G la parlance; / Onques 
nel laissa por parlanche — i5-54 m. à A; 15-24 m. à DHUM'n 
— i5 GIKR Que;/ ueist; L Quele naille, G Que nen aille; P Qe 
nel uoist ueoir en sa t. — 16 m. à P; M^ Or est en li; L a tote, 
M est— 17-8 intevv. dans GL — ly R lame; CEJP le t. — 18 
K trop se — 19 C Car fu p. sa p.; J P. fu*m. — 20 3/V osz, GLR 

st, k oz; I Trestoute los; E Tote los d. g. san e. 

Tome III. 19 



2^0 ROMAN DE TROIE 

E ele en plore o ses dous ieuz. 

Ne remaint por Calcas le vieuz, 

Ne por chasti ne por manace, 202i5 

Ne por dévié que il l'en face, 
20225 Que ne l'aille sovent veeir. 

Dès or puetom aparceveir 

Que vers lui a tôt atorné : 

S'amor, son cuer e son pensé. 20220 

Si set el bien certainement 
2023o Qu'el se mesfait trop laidement. 

A grant tort e a grant boisdie 

S'est si de Troïlus partie, 20224 

Mesfait a moût, ço li est vis, 

E trop a vers celui mespris 
20235 Qui tant est beaus, riches e proz, 20225 

E qui as armes les veint toz. 
A sei meïsme pense e dit : 

a De mei n'iert ja fait bon escrit 

« Ne chantée bone chançon. 



Pour -21-2 tous les mss., saufC'W, sont utilisés [S abrège ce 
passage, B a une grande lacune) — 21 R elle p. ; A^'E celé; P Ele 
en p., L" Et si en p. ; CEJLP a ; KR les, G ces; S' de ses iex, 
/ nel lait pas — 22 L remest, V se tint; A"" Nel laisse; JP par, 
51 y v'^k li uielz ; C Ce li uee c. li ueauz, / Por son père le uieil c. 

— 2 3-4 ^' à U — 24 P honte, L dire, GK desfence ; EJ lan li, 
CMP il en; G que on li {y. f.), K quil len, L quil li en — 25 
GJM' Quel; {GLL'Nk aille), FP aile; APCE Quele nel aut {CE 
uoist), H Que ne lalast, / Asses le uoit — 26 CFKL len, R bien 

— 29 FM'R il, K len, 3/ on ; ^ Si set ele chertainement — 3o 
(L); M^ Quele, R Kil i, F Quelle se; Af si forfet; FM' trop ma- 
lement — 3i MM' hoidie, E uoidie — 33-4 m. à K—33 {CGJL); 
HM'n ce mesl avis — 34 C enuers c, M^ bl e. lui, Hn an a u. lui 

— 35 {EJ Qui tant), R Ke trop, CIc Qui t.. HM'n Car ml't, Af' 
Quensi; MM' et riche et, R sages et, H riches et — 36 CJM Et 
cil q. darmes, R Et ki des a.; APEK E q. darmes les u. trestoz, 
H Et as a. les u. sor tos — 37 M^EN meismes — 38 APM' nert; 
HM'n dit bon respit, J fez bons escrit; R buen e. — 39 Ekn 
chancons. 



BRISEIDA DONNE SON AMOUR A DIOMEDE 29 î 

20240 « Tel aventure ne tel don 20280 

« Ne vousisse ja jor aveir. 

« Mauvais sen oi e fol, espeir, 

« Quant jo trichai a mon ami, 

« Qui onc vers mei nel deservi. 
20245 « Ne l'ai pas fait si com jo dui : 2 235 

« Mis cuers deûst bien estre en lui 

(( Si atachiez e si fermez 

« Qu'autre n'en fust ja escoutez; 

« Fause fui e legiere e foie 
2025o « La ou j'en entendi parole : 20240 

« Qui leiaument se vueut guarder 

(( N'en deit ja parole escouter; 

« Par parole sont engeignié 

« Li sage e li plus veziié. 
20255 « Dès ore avront pro que retraire 20245 

« De mei cil qui ne m'aiment guaire ; 

« Lor paroles de mei tendront 

« Les dames que a Troie sont. 

« Honte i ai fait as dameiseles 
20260 « Trop lait e as riches puceles : 2025o 

(f Ma tricherie e mis mesfaiz 

20240 {JR); Ekn Tex, M' Tiex; J ei et tel; Ekn tex dons, 3/' 
Tiex don — 41 M iq or, K gie pas; 7 Ne men deusse ia mouoir — 

42 MM' sens; Mn ai, H eu; M^CHRk f. saueir, J mal uoloir — 

43 K Que; n iai trichie (F tranchie) — 44 3f ' aine, R anc, E 
ainz; K nul ior — 46 [JR)', MM' Mon cuer; KM' o, E a; n d. 

e. auoc [N o) lui — 48 EJRkn Qualtres; en ni; AT Que de mei 

f. toz lors amez — 49 MTk sui, R suy. M' fu ; Af f. 1. — 5o M 
ie; n antandie; R Gant ie latendi de p., 3/" La ou dautre escoute 
p. — 5i n san uiaut — 52 M^ER Ne; J la p. — 53 R Can p.; 
e paroles; M' enginies, F -iees, EN angigniees — 54. R et li 
ueçie; en Les plus sages les ueziees — 55 M' Deor; M'n a. ml't; 
J a cort porront r. — 5j H parole; Jk Harront mes mei {k mei 
m.) et droit, M'ER H. moi et grant d.{R â. en); M^EJKR au- 
ront, M sauront — 58 £" an t. — 59 JK^H. i a, E Grant h. ai 
— 60 M"" leide ; R Grant et; F Et ml't grant leidure as p. — 61 
{AH) ; F La t.; GJn mi, M^M'R mon; M'CJKM'Rn mesfet. 



292 ROMAN DE TROIE 

« Lor sera mais toz jorz retraiz. 

« Peser m'en deit, e si fait el : 

« Trop est mis cuers muable e fel. 
20265 « Qu'ami aveie le meillor 20255 

« Gui mais pucele doint s'amor : 

« Ceus qu'il amast deiisse amer 

« E ceus haïr e eschiver 

« Qui porchaçassem son damage. 
20270 (( Ici pert il com jo sui sage, 20260 

« Quant a celui qu'il plushaeit, 

« Contre reison e contre dreit, 

« Ai ma fine amor otreiee : 

« Trop en serai mais despreisiee. 
20275 « E que me vaut, se m'enrepent? 20265 

« En ço n'a mais recovrement. 

« Serai donc a cestuileiaus, 

« Qui moût est proz e bons vassaus. 

« Jo ne puis mais la revertir 
20280 « Ne de cestui mei resortir : 202JO 

« Trop ai ja en lui mon cuer mis, 

« Por c'en ai fait ço que j'en fis. 

« E n'eiist pas ensi esté, 

20262 {A)\ H Me; n Lor seront; A/' tôt iors, n toz tans, MR 
lonc temps, K 1. tens; C Par lor sera m. r.; M^CJKM'Rn retret 
— 63 {AJ); C me; R puet et si fa el; H il — 64 M^ACJRk T. ai 
le cuer; EU.Vt\M' mon cuer; H u\\ — 66 M'K Qui, M' Gains; 
R puncelle; [JRen doint), K dont, M'^M doinst — 67 M'^EJMR 
Ce, FCez, KM'NCqU — 68 W ce, F cez, E ces, 3/' ceux, Nk 
cels, Jcex — 69 M'^ porchacast point, R porchacoient, M por- 
chassent (v. /.) — 70 F Et ici ; J par il, M^MR parut; 3/M fui, 
^' fu; E I. ne fui ie gaires s. — 71 EJRk Qui ; M qui p. — 
20273-21590 m. à M' {8 (?) feuillets disparus); nous le rempla- 
çons par D — 73 £ atornee — 74 // mesprisie, K -eisiee — 75 
KR si, M' ce — 77 M"" doncs, D dont — 78 J rest; R boens — 
79 R le r.; E La ne p. ie m. — 80 Jny mes; C mort; DH 
repentir — 81-2 m. à DHn — 81 AC m. c. en lui m., J en 1. m. c. 
assis — 82 (J) ; wC Por ce, AE Por ce en ; 3/" fis ie ; C ma f. si con 
ie f. — 83 ^ Ne, DERn II; Fissint, iVcnsinc, J cinsint, D ains. 



BRISEÏDA DONNE SON AMOUR A DIOMÈDE 298 

« Se fusse ancore en la cité : 
20285 « Ja jor mis cuers ne se pensast 202 j5 

« Qu'il tressaillist ne qu'il chanjast. 

« Mais ci esteie senz conseil 

« E senz ami e senz feeil : 

« Si m'ot mestier tel atendance 
20290 « Que m'ostast d'ire e de pesance. 20280 

a Trop pousse ore consirer 

« E plaindre e mei desconforter 

« E endurer jusqu'à la mort : 

« N'eusse ja de la confort. 
20295 « Morte fusse, pièce a, ço crei, 20285 

« Se n'eusse merci de mei. 

« Senz ço que jo ai fait folor, 

« Des gieus partiz ai le meillor : 

« Tel hore avrai joie e leece 
2o3oo « Que mis cuers fust en grant tristece; 202 go 

« Teus enporraen mal parler, 

« Qui me venist tart conforter. 

« Ne deit om mie por la gent 

« Estre en dolor e en torment. 
2o3o5 « Se toz li mondes est haiticz, 202g5 

20284 M"^ Se encor f. ; A oncor, K onquore, En ancor, MR 
encor, D -re — 85 F la lor; M mon cuer ; EMN nel; JR sel, B 
sen ; M"^ ne porpcnsast — 86 i? trasaillist, N tressausist, F -ssist, 
M' tresausit, E le haist —88 ^ amis — 89 JRen tex, K tele; H 
de lat.; F antandance, 3/" entend., R contenance — 90 £" Qui 
me gitast hors de p., H Trop fusse en ire et en p. — 91 JR Ml't, 
K Prou; M^JRk p. ci; H eusse or a; £" Assez p. c; K désirer 
— 92 £ P. moi et d. — 98 M^E tresqua, D desqua — 94 D Neusse 
gen, R Ne neusse, E le n., J Nen eusse — 95 M"" pièce, MRen 
pieca ; D se, E ie — 96 DHn Se nen e. pris conroi — 97 
{ACGJLR); A^ Lonc ce; ^V iai f. la f . ; DHn Selonc ice que 
faz f., J? S. ce que ie fet f. — 98 w ai saisi (F ausse), /partirai; 
D est le m. — 20299-306 m. à A — 20299 en Tele; M Tel donc i 
a. (v. /.), H Et t. h. ai — 2o3oo H cors ; M mon cuer ; // a — 2 
M uenir; F tant c. — 3 JK len; DHn Len ne d. m. longuement 
{n longemant). 



294 ROMAN DE TROIE 

a E mis cuers seit triz e iriez, 

« Iço ne m'est nule guaaigne, 

« Mais moût me dueut li cuers e saigne 

« De ço que jo sui en error; 
2o3io « Quar nule rien que a amor 2o3oo 

« La ou sis cuers seit point tiranz, 

(c Trobles, dotos ne repentanz, 

« Ne puet estre sis gieus verais. 

« Sovent m'apai, sovent m'irais ; 
2o3i5 « Sovent m'est bel e bien le vueil; 2o3o5 

« Sovent resont ploros mi ueil : 

« Ensi est or, jo n'en sai plus. 

« Deus donge bien a Troïlus ! 

« Quant nel puis aveir, ne il mei, 
2o32o « A cestui me doing e otrei. 2o3io 

« Moût voudreie aveir cel talent 

« Que n'eusse remembrement 

« Des uevres faites d'en ariere : 

« Ço me fait mal a grant manière. 



2o3o6 M mon cuer; j* est; R Et ie soie; K tristes i. ; HM 
tristre, E triste, D -es; « Et m. c. tristes (F-e); M"" Et m. c. toz 
sols seit \. — '] M \c\\ D mie g. — 8 // Ice me doit ; J dot ; AM 
le cuer ; M"" Ne puis muer que ne me plaigne — 9 {AH)\ M'^àont 
ie, DKR que ien— 10 M^AKRn riens ; Fquen ra, N ou ait; H 
ne laisteara [avec le sigîe de or sur la lettre finale) — 11 R ont, 
F on ; ^ cist; M son cuer; EH est; n tenanz, eJ trayanz; H 
abaans — 12 R Troblos, H Torbles ; DHn dolenz; HKn et r. — 
i3 [R) ; M"" sis cuers, E si fins, DHn très bien, A ses iours ; JNe 
pot ioer de cuer uerai — 14 {AHR); eN mapes, F mapeis, AP 
mesioi, J me geu — i5 K souent ie uoil, D et h. bon u. — 16 R 
me sunt; F plore; M Et s. sont p. — 17 w Ensint, D Einsint, E 
Einsi, M Ainsi; K Puis que si est — 18 M Diex; F doine, 
MN doigne, R doign, E doingne — 19 APJRk amer — 20 AP 
donge, DJM dong, F doig, R doign, AI doinz, K done — 21 ^j 
Mialz; JRn tel — 22 DN ieusse, F ge eusse — 28-4 m. à n — 
2 3 (J); H D. deutes; C en a.; ÀP De ce quai fet ca en a. — 24 // 
Ml't me grieue;isyy de g. 



SEIZIÈME BATAILLE 29 3 

2o325 « Ma conscience me reprent, 2o3i5 

« Que a mon cuer fait grant torment. 

« Mais or m'estuet a ço torner 

« Tôt mon corage e mon penser, 

« Vueille o ne vueille, dès or mais, 
2o33o « Com faitement Diomedès 2o32o 

« Seit d'amor a mei atendanz, 

« Si qu'il en seit liez e joianz, 

« E jo de lui, puis qu'ensi est. 

« Or truis mon cuer hardi e prest 
2o335 « De faire ço que lui plaira : 2o325 

« Ja plus orgueil n'i trovera. 

« Par parole Tai tant mené 

« Qu'or li ferai sa volenté 

« E son plaisir e son voleir. 
20340 « Deus m'en doint joie e bien aveir! » 2o33o 



Seizième bataille ; les Mirmidonois 
Y prennent part. 

Dedenz l'espace des sis meis 
Pristrent maint conseil li Grezeis, 
Maint concire, maint parlement, 

20825 D Masconcience; F Macoint ci an ce mairement — 26 K 
en m. — 27 // M. \\\ ER a retorner — 28 {JR)\ DHKn Et mon 

— 29 JE!" Vuelle, les autres Voille; M'^M non u.; R V. o non des ore 
m. — 3o Dn dyom. -- 3i [H); DK damours; R en moy; En S. 
a m. damors; KR entendanz — 32 Z) Et quil — 33 EJMR des; 
JK que si, DM quainsi, N quensinc, FH quissi — 84 [J); E 
Que; AF mon cors; M hetie, R hatie, ^ hestie, K garni, E deliure 

— 35 FMR qa, isT qui; iV li p. — 36 (//jR); AFEJ Ja mes — 37 
K amené — 38 n Por lui — 39-40 placés dans M après -63 — 40 
HKR dont; ADJR b. et i.; ÂP aj. 4 v.; voy. aux Notes — 41 
{ACGJL)\ n les triues, H la triue, R celé paiç; AFBDKRn de — 
42 J M. c. p. — 43-6 m. à B — 43 C concilie, A consille, i\/= 
cjnseil; M^E e m.; DHn Et m. los (/VMox, F leus) et m. 



296 



ROMAN DE TROIE 



A esguarder com faitement 
20345 Traireient de lor uevre a chief. 2o335 

Trop par lor torne a grant meschief 

De ço que il n'ont Achillès : 

C'est cil qui sosteneit le fais, 

Qui les granz estors mainteneit 
2o35o E qui les granz esforz faiseit, 20840 

Cui aveneient aventures; 

Qui les batailles forz e dures 

Faiseit a cheval e a pié. 

Moût ont perdu, poi guaaigné, 
2o355 Puis qu'armes laissa a porter 20845 

E eus socorre e aider. 

Par la sentence e par l'esguart 

Que chascuns fait de soë part, 

I ont Agamennon tramis : 
2o36o Sevent que moût est sis amis. 2o35o 

Nestor i meine ensemble o sei, 

Qui moût ert sages de lor lei. 



20344 E Por; C Aegarde, n Et esgarde, M^ Esgarderent — 45 
M"" ceste; E Treront de lor afere, Dn Traient de lor ouuraigne — 
47 A/^ qui il — 48 (-4); M les f., D lor f.j M^ sostient les granz 
f.; BE Qui [E Cil) sostenoit lor [E le) grignor f. — 5o fc souf- 
reit — 5i M"^ Cui auienent, K Qui aueneit, M Cui amènent; APk 
les a. — 52 A'' Et les ; F Et b. pesmes — bo m. à B — 64 £" P. 
ont et po gahaingnie, B Et ml't i a dels mehaignie — b5{AHJR); 
BM Des; F qames — 56 F Et nos; H Et qil ne les uaut, E Ces 
a s.; CHJ aiuer, R aidier, D ajurer, iW conforter; B Ne sen 
seuent reconforter, A Et au secourre et au muer — b-j (//); 
A s. par; F sequance, iV semonte {sic) — 58 M^ faiseit de sa p. 
— 5g-6o interv. dans B — bg F agamenon — 60 m. à K ; CM 
Car bien {M ml't) s. qil sont a., M"" Qui molt ert sis priuez a.; 
BI Por cou que m. ert, A^ Ki m. estoit bien, R Car il e. molt, A 
Cui il s. quest ; DJ quil estoit, H quil ert m'it; n lor a. — 61 
{AJR); n an moine, DHM en meine, C mena; A"^ i amena od 
soi; H va. auolc s.; M"^ o lui, / a lui — 62 R saiues; A^K la loi; 
C e. sage a grant besloi, M est sage de sa loy, A par est sage de 
loy; Jny Qui s. ert (DJest) et de grant foi, yP Ml't cstoient sage 
anbeduj, / M. par e. s. andui. 



SEIZIÈME BATAILLE 297 

Ambedui l'ont mis a reison 

Sol a sol en son paveillon : 
2o365 Moût li ont bien Tuevre mostree, 2o355 

Mais poi li plaist e li agrée. 

Preié li ont moût e requis 

Qu'ai grant bosoing lor seit aidis : 

Moût lor tarde, moût lor demore. 
20370 Moût li prient qu'il les socore; 2o36o 

En mainte guise l'en somonent 

E en maint sen l'en areisonent, 

Mais onc nel porent amener 

A ço qu'il vueille armes porter : 
20375 « D'ico », fait il, « mar parlereiz : 2o365 

« Sacheiz ja el n'i trovereiz. 

« Pais faites, si fereiz que sage, 

« Quar trop a ci pesme damage, 

u E trop i sera grant e fier, 
2o38o « Ainz que veez un meis entier. 208^0 

« Ore en est mort Palamedès 

2o363-4 interv. dans B — 63 F Amedui, Ak Icil dui, R Ici d.; 
M^ Achilles ont m., ^^ Cist doi le mistrent, B Le mist li bons 
rois — 65-8 m. à B — 65 D Ml't b. li o.; K Loure li o. tote m.; 
M^'M monstree — 67 Af' 3/ Prie ; £ et m. r. — 68 D Qua, F Qe 
au — 69 ÀP est tart ; B Proie li ml't que sans d. — 70 F que, 
A qui; B Porte carmes si les s. — 71-2 jw. à B — 71 AE Et en 
maint sens {E san), R Et en m. leu, M'JK En m. endreit, M En 
pluseurz senz; M'^Rk len araisnierent, EJ lareisonerent; DHyi En 
mainte guise le (« lan, D les) somonent, C En m. g. laresnierent 
— 72 ACJRk Mes onc (C aine, A ainz, R anc) uers {J M. enuers) 
lui rien {k riens) nesploitierent, M^ M. molt petit i e., E Onques u. 
1. r. ne trouèrent; D les arresonnent ; FH ares. — j3 n M. ainz, 
K Nonques, M Ne onques; H M. ains n. p. lamener; APEJR 
Aine [E Ne) n. p. a ce mener, B M. nel pot a nul sens m. — 74 M 
uousist; M'^E Que il voille {E uolsist), B Que il en u. — 75-92 ré- 
sumés dans B en 6 v.; voy. aux Notes — 75 (L); N Dice, D Dites, 
k De co, M^EFHM De ce ; eGK mal — 76 JE: la en moi el ni; 
-W al ni — 78 DHn T. a ici (F icil) ; H cruel; W a cil mortiel d.; 
A Que t. a ici fier d., L Q. t. est ci f. la d. — 79 [A); L estera; 
M'C granz e fiers; DHn Et t. par lauroïz grant — 80 £" Einz; F 
ueoiz le m.; ADk i. an e., M^L douz anz; M^CL entiers. 



298 ROMAN DE TROIE 

« E trente rei riche home adès, 

« Dont damage est e grant dolor 

a E dont li siegles iert peior : 
2o385 « Ja, tant com li monz ait durée, 2o3']5 

« N'iert mais la perte restoree. 

« E sacheiz bien jo nel lais mie 

« Por paor ne por coardie, 

« Mais por ço que si fait hontage 
20390 (( Ne fu onques ne tel outrage, 2o38o 

« Ne tel forfait ne tel orgueil. 

« Nos aiderai plus que ne sueil ; 

« Nos i atendez pas a mei : 

« Jo n'enfraindreie pas ma lei, 
20395 « Le Yo qu'en ai fait e juré. 2o385 



2o382 Et m. à F\ M^k reis riches {M roy riche) et mes (3f' 
ades), C riche roi après, n r. h. et mes — 83-4 m. à E — 83 AFJ 
D. est dom., H D. d. ert; M" granz dolors; CR D. domages est 
{R est d.) et dolors, k D. granz dois est {M Donc e. g. d.) et granz 
martires, J Qui Hure sont tuit a martire — 84 iV Adont, F 
Adonc ; DHn seront {D serons) toz iorz peior; R Et toç les siegles 
peiurons ; C est peiors; A tout le siècle est poiour, M tôt li sièges 
iert pirez, K toz li mondes est pires; J D. toz li monz en iert 
me[s] pire, AP E sera mes a trestoz iors — 85 D Itant; K monde, 
M mont; D iert d. — 87 Z) ne ; £ S. nest pas par coardie, M^ 
Armes a porter ne les m. — S8 K Par... par ; E Ne por p. nel 
les le m. — 89 [A); M^Ckxy faiz (AT fet) hontages (M outra- 
ges) — 90 G ains m., L ainz m., CH aine m., A onc mes, k mes 
faiz ; M"" Ne mauint mes ; M'^DEKRn tex outrages, A tel don- 
mage, CGHL tex damages, M si hontages — 91-2 m. à DHn — 
91 G del f. ne del ; CEJ tex forfais ; E tex orguel — 92 M'^R Nos; 
M^ naiderai ; G Nez aiderai mais car ne voil, k Ne uos a. que 
ne u., AC Ne nous dirai mes que ie s. (C uoeii); EJL Non d. 
or (L plus); J fors ce que s.,ER ne que ie s., L que ie ne uoill ; 
M^'R soil, £J suel — 93 (Nos correction); M^ABCJRxy Ne 
uos, k Que uos; {BGHRn a. pas), WL a. plus, AC a. ia, 
DEJM ia., Kena.; F antandez — 94 {DHJ) ; B Car; M^AE 
Nen e. ; k Gie [M Si) nen enfraindrai p. ; CGLRk la 1. — 96 
M^Ck Les uouz {K uoz, M uolz) quen ai fez e iurez, B Ne ce 
que jo en ai jure ; n uou, e ueu. 



SEIZIÈME BATAILLE 299 

« Mais tant nos somes entramé, 

« Que jo ne puis ensi de bot 

« Mei de vos desevrer del tôt. 

« Al grant damage maintenir, 
20400 « Dont moût vos verrai repentir, 2o3go 

« Vos baillerai mes chevaliers ; 

« E si nel faz pas volentiers, 

« Mais tant vos aim que ne sai mie 

« Cornent del tôt vos escondie. 
20405 « Desor mon cuer e sor mon peis, 2o3g5 

« En menreiz mes Mirmidoneis : 

« Senz mei les i porreiz mener; 

« E si vos poëz bien vanter 

« N'est hui hom vis por cuil feïsse 
20410 « Ne por cui les i trameïsse. » 20400 

Agamennon merciz l'en rent, 

E li reis Nestor ensement : 

Tuit joios en sont e tuit lié. 

Ensi ont pris de lui congié. 
20415 La triuë dura tant e tint 20408 

Que li termes e li jorz vint 

Que d'ambes parz fu de[s]mandee. 

20396 ArCk entramez — 97 (//); B Que ne me p. e., J Que ne 
uos uoil ensint; ^n issir; F del bot, APABCEk del tôt — 98 (//); 
E M. d. de uos, C M. de u. defeindre, M^Ak De uos m. desfen- 
dre, B De vous escondire; J E. del tôt en tôt ; M'^ABCE de bot, 
HM de tôt — 20400 M Donc; B tant; DKN uos u. m., F uos 
ferai m. — 2 D n. uous f. [v. /,); B Mais nel ferai p. — 3-6 m. à 
B — 3 A/* ain, D aing ; H ne uoi — 5-6 m . à DHn — 5 A Desus ; 
CER desor, A desus — 6 KR merreiz ; C les m. — 7 (A) ; nBEJ 
poez — 8 {AB); M^ porreiz — g E h. nus hom, A homs uiuans; 
M cui; iV/^B Quil nest hon por cui ce {B le) f. J^ N. oi h. uers 
qui gel f., H N. hui nés por qui iel f. — 10 DK qui; K ges, A 
ies ; F man antremeisse — 1 1 ABF merci ; F li r. — 1 2 -fi Congie 
prent si sen torne atant — i3-4 m. à B. — i3 CAf sen font; M* 
Molt sunt andui ioiant et 1., M' T. s. i. et tuit s. — 14 DHn 
Apres — ib K treue — 16 E li i. et li t. — 17 ABD Qui ; M' 
dambe; M Dambe .ij. p.; AE de .ij. p.; E yeantee, C débandée ; 
A'P Que rompue fu et finee. 



300 ROMAN DE TROIE 

Quant resclarci la matinée, 

Si orent tuit lor cors armez 
20420 E lor conreiz faiz e sevrez, 20410 

Prez de combatre e d'asaillir 

E de grant estor maintenir. 

Achillès fait le suen conrei: 

Armer les fait de devant sei, 
20425 Gent les ordene e apareille. 20415 

D'une chiere porpre vermeille 

Les a toz faiz entreseignier, 

E dit lor : « Seignor chevalier, 

« Senz chadel e senz chevetaigne 
20430 « Sera hui la vostre compaigne : 20420 

« Guardez por ço ne faceiz faille. 

« Quant vos sereiz en la bataille, 

« Par ço vos entreconoistreiz, 

(( Par ço ensemble vos tendreiz. 
20435 « Moût me grieve, par bone fei, 20425 

« De ço que i alez senz mei. » 

Li ueill'en mueillent de pitié, 

E cil ont pris de lui congié. 

Joie ont si grant, nus nel set dire : 
20440 Moût le lor a fait bien lor sire, 20480 

20418 ATresclara — 19 M^ABCk Sorent il bien, D Si o. b. — 
20 D fors et serrez; B Et por bataille conrees — 21-2 m. à B 

— 21 A/' Presz, N Prest — 22 A: des; ÀPek granz estors — 23 
M sien — 24 £ fist; 3/ tous deuant; ÀP I. a fet dauant s. — 
25-44 m. à B — 25 M"" Biau les ordeine ; K ordonne, E atorne 

— 26 a: p. c. — 27 FK fait — 28 EFk dist — 29 iV San; M" 
mestre, A conduit, H guion, DELn seignor, G chastel; CGL 
cheuetaine, R keueitaine, DHn seignorie — 3o ^ oi, JW or; DHn 
u. compaignie — 3\ K por riens; AM ni; K facez, AP -iez, M 
fâchiez — 32 DEK uendreiz ; AFK a la — 33 Fk Por— 34 K Et 
por co, M'^M E par ce ; k c. uendreiz — 3j H h m., APCEk li 
fundent, GL li plorent — 38 ^ Et il — 39-40, placés dans F après 
'5o, m. à E — 3g H l. a; L ne s.; K riens n. s., DFJM nel 
{M ne) s. r. {FM nus), M^ ne puet nus, C nul nel p. — 40 (Qî 
DHJK b. f. 



SEIZIÈME BATAILLE 



3oi 



Qui lor en a doné congié. 

Mort esteient e engeignié 

De ço qu'il ne portoënt armes: 

Ancui lor fera ï'om teus charmes, 
20445 Dont lor saigneront li costé. 20435 

Le petit pas, estreit serré, 

Laciez les verz heaumes bruniz, 

Sor les bons destriers Arabiz, 

En sont venu al grant tornei, 
20450 Qui comenciez fu el gravai. 20440 

Ja i aveit mil jostes faites 

E mil lances par escuz fraites 

E mil enseignes despleiees 

En sanc de chevaliers baigniees 
20455 E mil blans haubers esfondrez 2044S 

E mil heaumes esquartelez, 

Dont par mi saillent les cerveles. 

Plus de dous mile arçons de sele 

I a délivres senz seignor, 
20460 Qui a denz gisent en Festor, 20450 

Freit e pasmé e pale e pers. 

Cil les abat sovent envers, 

Qui en mi eus lor livre estaus : 

C'est Troïlus, li bons vassaus. 



20441 m., à F; {ACHJ); N Quil; M^ Quant il lor a ; E A la 
bataille uont rengie — 42 (ACJ) ; H Molt en e. e., AP Destreit 
erent e molt gregie — 48 {AJ) ; C Dice; EH que il ne portoit a. 

— 44 J^rCk Encui ; /l on ; F an tex carnes — 45 ifc/Mor c. ; B Et 
quant il furent bien arme — 47-8 m. à DHn — 47 {R) ; C u. 
aumes, A u. elmes, APJk heumes [k hielmes) u. — 48 ^ Sus; 
KR buens, C fors; E d. forz; APAEJRk arr. — 49 F el — 5o 
EK c. ert — 52 E sor e. ; ÀP E par e. m. 1. f. — 53-4 rn. à B — 
54 ÀP moillees — 55 n h, blans; B estroes — 57-60 m. à B — 
57 M'' faillent — 58 K arcon — Sq M deliure; K la d. s. lor s. 

— 60 ÀP Q. g. mort par mi 1. — 61 APF Froiz et pasmez; M 
F. p. p.-, B Mains en i gist pales — 62 D §i — • 63 M^BM estai, 
DEn estax; K rent estais — 64 [B); n li bon uasax, K li buens 
uassals, DE li bons uassax, BM li bon uassal, M"^ au cuer leial. 



302 ROMAN DE TROIE 

20465 Bien fiert de lance e mieuz d'espee : 20455 
Trop est sa force redotee ; 
Poi en ataint qu'en dous ne fende 
E qu'a la terre ne l'estende. 

le duc d'Athènes josta, 

20470 Qu'a la terre le trébucha, 20460 

Si qu'il en retint le destrier, 
Qui cent livres valeit d'or mier. 
Li granz, li proz Philemenis 

1 ot le jor d'armes grant pris, 

20475 E moût en rot Polidamas. 20465 

Pris aveient le rei Thoas, 

Quant la gent Achillès i vint : 

Guerpir Testut celui quil tint, 

Qu'il furent freis e désirant, 
20480 Hardi e pro e combatant. 204^0 

Plongié se sont en Troïens; 

Ocis en ont en poi de tens 

Tant qu'il n'est se merveille non. 

Bien en sont teint lor confanon 
20485 En sanc vermeil ; moût i ont fait. 204^5 

Se li Perseis n'eussent trait. 



20465-6 m. à B — (jb D et bien d., â; et d. — 66 L Bien ; F fu ; 
M" Tant par est cremue et dotée, k Molt [M Trop) e, c. et r., A 
Que trop e. criente et r. — 67 3F atent; B que ne la f. — 68 [B)-, 
F ne se slende, M"^ ius nest. — 69-72 réd. à 2 v. dans B : Le 
duc d'Atene a si féru Qua la tere la abaiu — 69 M dateine — 70 
E Si qua t.; DE trcbuscha —71 £" Et quil, A Pour quant, M Pov 
tel, KPar tant; ^ tel d. — 72 Af' u. c. 1. — 73 3/ philim., Z)£:a: 
filim., M'Bti filcm. — 75 F en iot; A/^ Si rot por ueir, K Et si 
ot en, M Si ot au, E Ausinques ot, B Et aussi ot; D polyd. 
— 76 iV lo ior t. — 77 M auint — 78 Af^ lestuet ; BEM quel, 
DF qui; AP a cui le 1.-79 ^ Cil, B II, FM Qi; EF fres, TV 
frec; M desirrans, EN -ant — 80 F P. et h., B Roit et h. — 
81 M^DK es, M o — 83 APk Tant que — 84 B T. en s. b., n 
B. s. antoint, M B. i s. t.; Kn li; K gonf. — 85 B lont bien f. — 
86 k persant. 



SEIZIÈME BATAILLE 3o3 

Qui lor depercent les costez 

O lestrenchanz darz empenez, 
Trop chier vendissent lor sojor, 
20490 Mil lor en tolissent le jor ; 20480 

Mais cil les ont moût damagiez 

E en mainz lieus les cors plaiez. 
Troïlus tut moût entrepris 

En la bataille Nestoris. 
20495 Trop s'ert entre eus abandonez : 20485 

Sis chevaus li fu morz getez. 

Cent colees a receiies 

De lances e d'espees nues, 

Ainz qu'il poiist aveir socors. 
2o5oo Paris o ses frères menors, 2o4go 

Li bon Bastart, li fil le rei 

L'ont socoru par bone fei. 

Morz o pris i fust Troïlus, 

Se li socors li tarjast plus. 
2o5o5 Mais bien vos di certainement, 204g5 

Cil l'escostrent si faitement 

Que cent de ceus qui le teneient 

20487-8 m. à B — 87 M^ depiercent, n detranchent, A percent 
touz — 88 iV anpanez, D enp., AF acerez; M^ Si que del champ 
les unt ostez — 89 D leur en u. s.; /c lor uendent; Fseignor — 
90 F Maint ; DM tolsissent, A tos., F ocissent, E ocistrent — 91-2 
m. à B — ^i {A)\ K'û\ M"" cist 1. o. estouteiez — 92 iW maint lieu, 
.4F maint leus, D .m. 1.; n lor c. p., ^ telz cox paiez; AP Nau- 
rez les ont e molt p., E Gui ne prant dex nule pitiez — 94 F A 

— 20495-500 m. à B — 95 F ert, k sest ; D uers euls, k en els 

— 96 M Son cheual; F i f u ; FK mort — 98 (J); D Des espees 
tranchanz molues — 99 -E^ Einz — 2o5oo ATJ/ e ses — i {CJ)', B 
Mais li b.; ^ buen ; D Les bons bastarz les fiuz le r.; Hn al roi 

— 2 {CHJ); EK Le secorent,D La secoru ; AB en b., n a b.; M^- 
I sunt uenu o lor conrei — 3 {H) ; AP O m. o p. f.; Ek estoit, A 
fu dant — 4. A ne t.; H targast, ekn tardast — 5 C M. ie — 6 Z)n 
Quil, À^r Cist, E Que, J Qui ; A le rescomstrent bonnement ; e 
les costrent, Fies coutrent, Af' les coustreint; E Que resqueus 
lont, H Q. rescols fu; D fièrement — jE ces, F cez. 



3 04 ROMAN DE TROIE 

N'oënt puis gote ne ne veient. 

Par estoveir lor ont tolu, 
2o5io Mais trop lor est mal avenu, 2o5oo 

Qu'Ermagoras i est ocis, 

Uns des Bastarz, frère Paris. 

Moût en fu iriez Troilus 

E dit qu'il nel soferra plus : 
2o5i5 Le champ lor covendra guerpir; 2o5o5 

N'i a neient del plus sofrir. 

Soner a fait dous olifanz : 

La ou la bataille ert plus granz, 

Ou esteient Mirmidoneis, 
2o52o Les est alez ferir maneis. 2o5io 

Iluec rot estor grant e fier, 

Quar cil esteient chevalier 

Que teus n'aveit en tote l'ost. 

Philemenis s'i est apost 
2o525 O toz ses Paflagoniëns ; 2o5i^ 

Paris i rest o toz les suens, 

Li Bastart e Polidamas. 

La ot maint escu frait e quas, 

2o5io AM lA. nyVi\ I^PE mesauenu, J5 bien a. — \\ {J)\B 
Que margoras, M'^ACDEGLk Car (A/^ Quar) magoras (ACDGL 
marg., M margora, K magarra, E margariz), n Emagoras — 12 
ATMk Un — i3 {A); M^' I. en fu m.; K irie — 14 AB Et dist q. 
{A ia), n Sachoiz ia ; EF nes^ AM ne; F soffera, N so frira, K 
souffr., M soufrera — i5-6 m. à B — i5 M conu,, F couerra, K 
couiendra, e estuet a — 16 E de — 18 DKN est — 20 F Les sont 
aie; M menois — 21 J^P Ici rot e. dur — 22 « Car il — 23 
{A'GJL); R Ki, C De ; 3/W Quil naueit tiels {N tex), A Que tel ; 
M trestoui lost; H Tex en t. lost pas nauoit, D Que t. en t. 1. n., 
B Quen t. 1. nen a. tax — 24 [A); M Philim., CJKLRy Filim., 
M'^N Filem. ; F Fileminis i est; G aplost; AfV o {J a) cls 
sapost, DEH i reuint droit [E tost); B Adonc fu mortels li iornax 
— 25-32 m.à B— 25 M^ Ouoc, R Auoc, AJk Auec, EH A tôt, 
DL O tout, nG A toz; M les; F pafagon., WADEJ pafaglon., 
R -oieis — 26 Kn est; {M' o toz), GN a toz, F ou toz, DEL 
tôt, AJk auec, R auoc; AMen siens. 



SEIZIÈME BATxiILLE 3o5 

La ot si fait gieu comencié 
2o53o Dont set cent remestrent irié : 2o520 

N'i a un sol qui seit en sele 

Cui ne parisse la boële. 

Sacheiz que la gent Achillès 

Sofri ici estrange fais. 
2o535 Ensemble sont en un tropel 2o525 

E ont fait d'eus mur e chastel, 

E si ne sont mie legier 

A desconfire n'a percier. 

Moût le font bien, mais sovenet 
20540 Les endamage e les maumet 2o53o 

Troïlus, qui moût les aspreie : 

Por poi que nés met a la veie. 

Ne sont si serré ne si clos 

Qu'il ne lor trenche e char e os. 
20545 Al socors vint Agamennon, 2o535 

Reis Menelaus, reis Telamon, 

Li dus d'Athene e Ulixès 

E o ses genz Diomedès : 

20629 iV/^ s^ *^^^' ^^ ^" ^^^ " ^o (^)' " '^- ^-j ^^ remainstrent 
— 32 (//); APK Qui ; 3/' ne pareissc, K nappareissc, M napa- 
roisse; E Et noit perciee, A Quil ne pertuisc — 34 A'^ iluec, F 
illoc; E I sofrirent, D I soustinclrent — 36 EFK dax f. — 38 F 
parrecier— 39-40 m. à D — 3(^ M ci s. \ DJ souentet, R souenent, 
A soauet, C souernoit, M'^B trop sovent — 40 [AJR)\ Dn L. do- 
mage ml't et m., ^ I ot d. de lor gent, C Qui les grans estors 
mantenoit ; E M. 1. d., 1^ L. redamage; M"^ malement, R et les 
malment — 42 An Par, K A.\ n quil ; D Par .j. pou n. m.; E nés 
metoit_, B ne les met; M^ n. m. toz a — 43 e ne enclos; B si 
espes ne serre; Af' A: Ne se s. si s. ne c. {M nencloz) — 44 N Que; 
M Qui ne 1. trait; N traint, 3/* tranc, F tranch; E Ne 1. tran- 
chast ; D Ne leur traie la c. del dos ; -4 Q. ne t., APAMn la c. 
des os ; K ox \ B Que maint nen i ait aterre — 43-70 m. à B — 
45 {GL); n uient; F agamenon — 46 M Roy m. roy ; D menalax; 
Ken thel. — 47 Al dataine, D dathesnes, E dathaincs, M'AFJ 
dathenes; DEJ hulixes; & m. à APR — ^S^A); N sa gent, k les 
suens [M siens); MN dyom. 

Tome III. 30 



3o6 ROMAN t)E TROIE 

Cil vindrent abrivé e freis. 
2o55o Ci fut josters mis en defeis; 20840 

Ici muèrent les corages 

As plus hardiz e as plus sages ; 

Ici tremblèrent li coart; 

Ci volent saietes e dart 
2o555 E grosses lances en tronçons ; 

Ci ot trains de confanons 20546 

E d'enseignes a or batues ; 

Ici ot trait espees nues, 

Ici ot heaumes descerclez 2o54y 

2o56o E blans haubers ensanglentez ; 

Ci ot de chevaliers train ; 

Ici moillierent li chemin 2o55o 

Del sanc qui del cors lor avale ; 

Icin ot maint envers e pale; 
2o565 Ici ot mortel assemblée : 

One plus pesme ne fu jostee ; 

2o549-5o m. à DH — 49 {GJLR); M"^ Cist; CL abrieue; F 
ioster trestuit frois; A^ Tôt i u. a un esfrois — 5o {CB}i\ I Lors; 
EJ iostres, k ioster; Af au; A Cil font .m. ioustes; -4" Iluec fu 
pesmes li tornois — 5i {A"^); D Icil, A Iluec; M morent, A!! lor m.; 
nAD lor; CkW; APAA'^Dk corage; J mua toz li coraiges; / 
Muer i couvient le c; E li coraigex — 52 {CJ)\ A"" uaillans ; 
ADHI Al {DH Li) p. hardi et al [DH li) p. sage, k Ni ot tant 
hardi ne tant s., E Ci furent il ml't angoissex — 53-4 Iluec; 
N morurent, F-irent — 54 [A); APDEk Ci uolerent [v. f. dans 
M-"); DEk saiete — 55-6 m. à D — 55 [ACJ)\ APGH e t. — 
56 {HK]\ ACGJKL train; KR gonf., G conphanon, ^ com- 
paignons — 57-8 m. à DEK — 58 [A'HR)\ A' Iluec; CJ tant; 
A^ MTt i ot t. espee nue; Mx Ci {M Ici) ot traites; F de spees; 
Af* Et molt grant glas despees n. — 59-60 m. à E — 59 {HJ)\ 
F C\\ A Iluec ot elmes; KR dec. — 60 {AHJ)\ F Et bons; AP 
Escuz fenduz e desboclez — 62 A Iluec — 63 Ek des c; ERk 
deuale — 64 A/'M Ici not; En Ci an ot m., J Ci iurcnt .m., 
D En gisent .m., AK Ci en sont (K ont) mil, i? I ot il m. — 
65-6 m. à M^'HR — 65 (AC); K mortal, M mort tel, F cruel, 
A' ml't pesme — 66 ALN Ainz, C Ain; ^' Aine si maie, E 
Onques si granz; n si mortex, K tant fiere, M si f. 



SEIZIÈME BATAILLE 807 

Ici ot plainz e braiz e criz. 2o555 

Ci furent Greu del champ partiz, 

Mais ne fu pas chose legiere : 
20370 Tant en gist morz par la poudrière 

Que tuit en sont li champ covert. 

Ço dit li Livres en apert 2o56o 

Que Greu furent le jor confus 

Par le grant esforz Troîlus. 
20575 Par la grant force de ses braz 

Sont desconfiz^ vencuz e maz. 

Perdu i ont Mirmidoneis 20565 

Cent chevaliers proz e corteis. 

Ne fust Telamon Aïaus, 
2o58o N'en eschapassent mie ataus ; 

Cent paveillons en aportassent 

Des meillors que il i trovassent. 2o5yo 

Mais lisant truis qu'il recevra : 

Tant sofri e tant endura 
3o585 Que puis fu dit assez le seir 

20567 (^'^) J "^^^ Iluec, L Ml't i; M plaint et brait, i: b. et p., 
£ p. et plor; J Ilueques ot meint bret meint; EJk cri — 68 AP 
grie, M grieu; K Ici sont griu, A'DI Ci ont les [D il) grius [D 
grex) (/ li gryu); ADM de; CR camp; yp partitz, EJk parti — 
20569-21426 m. à AP [6 feuillets disparus); nous le remplaçons 
par A et R — jo (C); ADEFk g. mort, A^J gisent; FJ por, R 
en — 71 A'^MR tôt; R camp— 73 Bk griu, ADE grieu; B Le ior 
i f. g. c. — 74 n Par la g. force t. [F de t.) — 75-6 m. à B — 75 n 
Parle g. esforz (iV -ort) — 76 F desconfi, AN -il-, N uoincu, K 
uencu, A uaincu ; A S. u. d., DE Les a touz d. [E fez uaincuz) j 
R Les a ocis naurez (sic) u et m. — 77 Kl ont p. m. — Après 
-y 8, J aj. 2 y. : De grant pris et de fier corage MTt estoient uaii- 
lant et sage — 79-94 m. à B — jg E fw, ADEKn tbeL; AN ayaus, 
DEF -ax, k aiax, R aiaux, / a sa gent — 80 {CH) ; i^ Ne ne scam- 
passent, J Nen eschapessent; MR pas; L Neschapassent p. a 
itax, G Nen e. or nus de tax ; A Ne Ior alassent; F mie tax, /nient 
.V. cent — 81-2 m. À 7 — 81 {ACGHJLR) ; M en emp., D en por- 
tisont — 82 {GL)\ C De; ACDEHJK plus riches quil; R keu 
{sigle sur Vu) t., D quil trouisont — 83 (*/??); K Mes co lisons — 
84 [JR); n T. i s. et andura. 



3o8 ROMAN DE TROIE 

Qu'il en deveit le pris aveir. 

Ço fu bien chose coneiie : 2o5y5 

Par lui e par la soë aiuë 

E par son grant esforcement 
20590 A moût défendue sa gent 

D'estrange perte aveir le jor. 

Il ne voust onc guerpir Testor 2o5So 

Desci qu'a haute relevée, 

Que la bataille est desevree. 
20595 Lié e haitié e venqueor 

Sont Troïen mis el retor. 

De ceste bataille sezaine 2o585 

Ot Troïlus en son demeine 

Cent chevaliers riches prisons 
20600 E cent chevaus avuec moût bons. 

Arivé sont a mauvais port : 

Mieuz lor venist qu'il fussent mort. 2o5go 

Moût s'esjoïst li reis Prianz 

Des damages qu'a faiz si granz, 
2o6o5 Gel jor, ses morteus enemis : 

Semblant li est bien e a vis 

2o586 DE Que il [D bien) en dut — 87 i^ cose ; D cogncuc, F 
conue — 88 -F sue ; A Que par 1. et que par saiue ; Mn aue — 90 
{R) ', ADE A si, A! A bien; n A desfandu {F def.) lui et — 91 /) 
Que il perdue auoit, i? E. p. a fait — 92 AKNR uolt, DEFM uost; 
En ainz — 93 AEk De si, Rn De ci; AM a, F qe; Z) Deuant a 
basse r. — 94 AE fu seuree, Dkn est desseuree; i^ De la b. est 
rccouree — 95 n L, et ioiant et ueinqeor [N uoinqueor) ; A Liez 
et haitiez, B L. et hardi —-96 ^ S. m. t. ; FR an ; R error — 97 
{CR)\ B celc; n trezaine, M sezieme, A'^H sesaine, B sesz., EL 
sezeine, D -einne, G ccptainne — 20600 H auolc ; A'^n nobles et 
b., EG riches et b., B riccs et b., L poissanz et b., / courans et b., 
R nioltismes b., k eslis et b., C molt beaus et b., J gentis et b., A 
mcrucilles b. — 1-2 interv. dans n\ 1-90 m. à B — i FK au m. 
— 2 F U u. — 3 R sesioi — 4 J/ fait; C qi fu, E qui est; D q. si 
est g. ; N Des domages qua f. — b n Lo ior, DEHJ Desor; C de 
ses dursc.; 3/ a ses (v. /.); K. Le i. dessus ses e., A Qua fait les 
mortclz an. — 6 F lor est; EM et b. a u. 



SEIZIÈME BATAILLE Sog 

Que livré sont mit a torment, 2o5g5 

Se Troïlus vit longement. 

Moût le cheriste moût Tonore. 
20610 Toz li pueples comuns Taore : 

Sacrefises e oreisons 

Font, que de mort e de prisons 20600 

Le lor guardent 11 soverain, 

Qui tôt le mont ont en lor main. 
2061 5 Sa mère e ses bêles sorors, 

O dous cenz filles de contors, 

Dedenz la Chambre de labastrc, 2o6o5 

Ou onc n'ot ne glai ne mentastre, 

Le désarmèrent icel seir. 
20620 Le cors ot bief e pers e neir : 

En dous cenz lieus ont fait lor merc 

Les dures mailles del hauberc; 20610 

Sanc en ont trait en plusors lieus. 

A lui apert queus est 11 gieus : 
20625 De darz trenchanz e acerez 

Est toz sis cors depointurez; 

20607 n Qe torne; K Quil s. t. L — 8 ADEk longuement — 9 
A les chierist, K le chérit — \o R pobles, K poples; D \'\ c. p. ; 
K ladore, A laeure — 11 A^oreison, n -ons, M orison, E -ons, ^ 
oroisons, D -on, R oresons — 12 {R)\ Dk prison — i3 H La, D 
Li — 14 {H); F Qe; R monde — Poui^ les v. 2061 5-8o, J est 
utilisé— i5 F La m. ; ^ Ses mères ses, /f Sa m. s,.; R o ses — 16 
{J) ; F Qe, iV Et; i? cent — 17 [HJ)\ F de lambastre, A^CKN de 
lanb., ADM daleb., R dalab. — 18 ^ il, MN ainz, C aine, R 
hanc ; F Ou nauoit ; R glaiols, CJ glaiuel ; K Ou onques not ionc, 
G Ou n. ains glai ion, DEH Ou il nauoit i., A"^ V assez ot i., N 
Ou a. not i., L Ainz ni ot herbe; M de m., A"^ et m. — 19 (C); F 
ice; EH Le desarment a celé foiz — 20 JL p. et b. ; F blez, G 
blec, L ble, D blo ; k Le c. bleui, A"^ Le c. auoit; A blesme p. ; 
R Le c. ot il blois (v. /.); EH Li c. de lui est ml't destroiz; A" 
aj. 4 V. ; voy. aux Notes — 21-2 m. à n — 21 [A'^CL) ; G O ; // xv. 
leus; A perent li m.; D marc, M mes — 22 A"" Sor lui 1. m. — 23 
{HL) ; A^ i o . ; « Li sans an (F san) saut ;AN par — 24 F i pertj 
D pert bien, EHJM paroit, A^L -ut, KR -eist; AR quels fu — 26 
A^sis z.\..\[EJMn depoint.),-4K depaint., JT despoint. ,D despaint. 



:5lO ROMAN DE TROIE 

Gros e enflé ot tôt le vis. 206 15 

Un mantel d'escarlate gris 

Li geterent a ses espaules : 
2o63o « Fiz, « fait la mère, « a chieres aunes 

« Nos vendent Greu nostre païs ; 

a Aveir en ont eii e pris 20620 

« Tel, dont li cuers de mei acore. 

« Morir m'estuet, jo ne guart Tore : 
2o635 « Ço est honte que jo tant vif 

« E que jo vers la mort estrif. 

« Trop ai perdu a vivre après : 20625 

« Ja femme tant ne perdra mais. 

« Morte fusse se por tei non. 
20640 « Or ai en tei m'entencion : 

« Tu me sostiens, vivre me fais, 

« Mais li miens cuers n'est mie en pais; 2o63o 

« De tei se crient, de tei se dote. 

<i Fiz, en tei est ma vie tote : 
20645 « Se jo te pert, jo te di bien 

« Que jo ne vivrai plus por rien. 

« Sol la paor que j'en alein 20 635 

« M'estreint mil feiz le cuer el sein 

20627 K a tôt, D^Jauoit — 28 D desqalate bis gris {sic) — 29 
A'K sor les espalles; A" intercale 4 v.pour la rime; voy. aux Notes 

— 3o /? f. ele, ^ f. sa m . ; A" Li dit bels filz — 3 1 DE Vous ; DER 
uendrent, F -ont; AM grieu, K griu — 32 A"" Lauoir en ont robe 

— 33 A^DER Tant; M cuer, K cors; -4' sen delt La mort désir 
mes cuers le uelt — 34 F an petit dore; A"" louve, puis ce v.: Nai 
mais que toi qui me secoure — 35 DE hontes, A"" dolor — 36 m 
Et que u. la m. tant e. — 3j ^' por u., R an u., M au u., A et 
uif; KRn en pes — 38 A^DR uiura, E uiue — 39 A"" por ce — 40 
/l'iai, Rn est — 41 D soutiens — 42 3/ cors; Kn pas; ^' M. mes 
c. n. onques — 43 F me c. de t. me d. — 44 F ma ioie — 45 / 
chou di ou b. — 46 / Que ia puis ne u. p. r.; E Q. ne uiuroie — 
47-8 / Lautre mort mestraint si le cuer Pour un petit que iou ne 
muer —^j FLR Sor; FR paors; ^' io en ai; n ic; Faloin,L atcin 

— 48 F Me destrcint si; kD M. lo c. .c. {D .m.) f.; M le s.; F soin; 
A"" A mis mon c. en tel esmai, L Mes tient mes filz le c. tout sein. 



SEIZIÈME BATAILLE 3 I I 

« Si faitement que jo nel sent 
2o65o « Ne de mei n'ist espirement. 

« Si com m'est bosoing e mestier, 

« Si te guardent sain e entier, 20640 

« Ensi corne il le pueent faire, 

« Cil qui es cieus ont lor repaire, 
2o655 « E com jol quier e com jol vueil ». 

Adonc plorerent si dui ueil. 

Ses braz li met al col e lace; 20645 

Les ieuz e la boche e la face 

Li a baisié plus de cent feiz. 
20660 Ha! las, corne iert sis cuers destreiz 

De lui dcsci que a brief terme! 

Ou prendra ele tante lerme 2o65o 

Com li covendra a plorer ? 

Moût la set bel reconforter 



26649-50 m. à I — ^g H Issi très fort que; J iel ; 3/ ne s. ; A"* 
Qua mrt grant paine mon cuer s. — 5o ( J) ; AE Et, R Si; 
CEJKR quen {R ka) moi na (C a, K nai, M na point; D Ne nen 
issent, //De mon cors nist; ^ATaspir.,^ respîr.,/^ esperiment; 
A"" Nuit et ior sui en grant torment — 5i Rk com est, DHJ com- 
me e. ; IKn besoing; R besoigns et mestiers; A"^ Bels tilz si cum 
gen ai mestier — 52 J Se; / Te g. il, « Si te gart dex (L il); F 
aitier, R entiers — 53-4 i^terv. dans I — 53 £) Ainsint, J Ein- 
sint, ;/: Et si — 54 A"" el ciel; ri le r. — 55 {ADJ); EK S\; A 
iel pri; K si com; /Autre chose ne puis orer — 56 // Et lors, 
DJ Lores; A"^ larmoient; /A tant commencha a plourer — 5j AR 
Les b. — 58 {GIL); M Les ieulz la; ADHJ li baise {H baisa) et 
puis [AH et) la f. ; E aj. 2 v. : Li besa ele dolcemant Et anuers 
li lestraint souant — 5g m. à ADEHJ\ [GL)\ l .x. f. — 60 (L) ; 
HIR ert; M son cuer, G ces cuers, A cis cors; E Ha lasse ses c. 
i. d.; ADEHJ aj. ce v.: Et doulereus et mors et frois — 61 DEHJ 
Por lui; DFGJLR de ci, ANk de si; £ tresqua petit de t., H \o 
quit dusqua; DJ iusqua [D tresqua) b. t., n qua pou de t., R ka 
petit t. ; / E si ni a mie lonc t. — Ç>2 F Ou spandra; R Ont pen- 
dront li oil — 63 {GIL);D Ou; J le, R lor, E lan, A lui; 3/ 
conu., K couiendra, R kouindra — 64 [GL) ; D le, DEJ len ; N 
fet, D fel; Ikn bien; //Troilus la fait coirforter. 



3l2 ROMAN DE TROIE 

2o665 E gentement e G beaus diz. 
Après s'est assez escharniz 
De s'amie qui Ta guerpi 2o655 

E a amé son enemi. 
Les dames claime trichereces ; 
20670 E les puceles mentereces, 
Dit mal fier se fait en eles, 
Quar moût en i a poi de celés 20660 

Que leiaument seient amies 
Senz fauseté e senz boisdies : 
20675 « Qui que s'en jot, ne m'en jo pas : 
« Trichié m'a la fille Calcas. » 
Ele aprent or sovent noveles : 2066 5 

Moût s'en rient les dameiseles ; 
Moût la heent, grant mal li vuelent; 
20680 Ne l'aiment pas tant come els suelent. 
Honte lor a a totes fait : 
Por ço li sera mais retrait. 206^0 



2o665 H Ml't bêlement, £^ Estrangement — 66 n Et puis, K En- 
pres; fc est; H forment; n escherniz — 67 AG quil la, F qil a ; 
R Car de samie est si g.', H laidi — 68 G aanme, F aime (v. /.) 

— 69-70 m. à G — 69 (L) ; R clame, DH tient a ; H treceresces» 
AI menteresses — 70 (L); DHJ Les p. a m. {DH boiseresses); E 
uantesresses — 71 n Et mal [F mau) ; G Et dist des danmez fier 
en e. — 72 i/Dis m. ; 3/ m. i a; « m. petit i a; G Fait m. p. tant 
est de c. — 78 G aiment sans faille — 74 iV fausemant, ADK 
fausetez ; A/ f. s. tricheriez ; G Tant sont faucez et qui pou uaille 

— 75-6 interv. dans A'^DHn — -jb A Que qui; Fioi, R ieut, GL 
ieust, J geut, D gast, H gab, A^EIk lot; A soit bel ; DK geu, M 
gieu, H iu, R iui, AA'^EIJ lo ; n ie ne laim (F lai) p., GL et ait 
ces gas — 76 A"^ Trechie, H Trecie — 77 AR a. s.; G Ele an 
prant or sans nul betfois— 78 C Or; A plaignent; G ce cuit gre- 
jois — 79-80 m. an— 79 GL lan; A"" len u.; G ml't lan regar- 
dent — 80 ^ eles {v. /.), Lkn \\\ yJ si {EJ tant) con el [H il), 
C si come, / con eles ; G con bien se fardent — 81-2 m. à ADH 

— 81 (CJ); FM Hontes; R tote; / li a a tous tans faite, G 1. an 
dis hui cel iour — 82 / Poreuc, R Por ses, M Por tel, K Par tant ; 
CEJn lor s.;/ retraite; G Retrait li s. sa folour. 



ACHILLE EN PROIE A l'aMOUR 3i3 

Celé nuit furent Troîien 

Haitié : auques lor estut bien. 
20685 Laidement ont endamagié 

Grezeis, qui moût en sont irié : 

Sacheiz que chier le lor vendreient 2o6/5 

Moût volentiers, se il poëient. 

Moût ont entre eus ire e deshait 
20690 E diënt malement lor vait. 



Achille en proie a l'amour. 

Quant Achillès vit sa maisniee 
Morte e laidie e empeiriee, — 20680 

De cent n'en est uns repairié, 
Qu'el champ sont mort e detrenchié; 
20695 Des vis i a plusors navrez, 

Qui les cors ont ensanglantez, — 

S'il ot ire, nus nel demant : 2o685 

Puis en mostra assez semblant, 



2o683 G Geste chose fu auenue — 84-4 Hestie, D A aise, E A 
eise ; K esteit, A -oit ; G Si con lai traite et requenue — 85 F Lan- 
demain; £) sont endoumachie, n o. adomagie ; LR endomagiez ; 
EKU.. ont L domagie {K damagiez), A Et 1. ont donmagiez, G 
L. san sont départi — 86 M Greiois, G Griiois; K trop; Ris.; 
G s. dessarti — 87 G lor uenderoient, n lo 1. uendissent, i? lo 1, 
uindrent — 88 n poissent; R cant il porrent — 89-90 interv. dans 
^ — 89 DK dehet — 90 2) D. que; TV D. m. lor estet — 92 (J) ; 
AK M. L, A'^n M. et nauree; B Si laidement apareillie — 93 
(C); BI ne; MRn est nus, A'^ uit nul, AGI sont nul, BDHJ s. 
pas ; E De mil nen s. .c; Fk repairiez, L eschapez — 94 ^ Quai, 
A^n El c. ; BR camp; ADEHJ Ainz [DE Einz) s. tuit m., C Qe 
mors ne soit; B Que el c. s. tuit d.; Fk detranchiez; L Qui ne 
soit morz et crauentez — 20695-21088 sont réd. dans B à 8 v.; 
voy. aux Notes — 95 (GL); F De uius i a assez n., H Et ml't en 
i ont de n. —96 [GL]) A les chiez; -&Q. o. 1. cors — 97 AM 
nul — 98 7 aspre s. 



3 14 ROMAN DE TROIE 

Que qu'il tarjast; mais, ço sacheiz, 
20700 Celé nuit fu il moût destreiz. 

Bien se sont acointié a lui 

Amors e Mesfaiz ambedui. 2o6go 

Amors li dit : « Que vueus tu faire 

« Ne a quel chief en vueus tu traire ? 
20705 « D'aveir Polixenain t'amie? 

a Ensi ne me servent il mie, 

« Li mien sougiet, li mien amant. 2o6g5 

« Tu as mostré e fait semblant 

« Que tu te vueus partir de mei : 
20710 « Mais moût conois poi mon segrei. 

« Jo te faiseie estre atendant 

« A la bêle fille Priant, 20J00 

« Que de beauté est resplendor 

« E d'autres dames mireor : 
20715 « E tu as enfraite ma lei. 

« Ne deiisses pas al tornei 

« Enveier tes Mirmidoneis : 2oyo5 

« Celé que plus blanche est que neis 

20699-700 m. ^ G — 99 JR Que que, CD Qui que ; A targast, 
ACDEJRkn tardast; K ico s.; A'' Quil len pesa bien le s.; AA" 
sachiez — 20700 A"^ fu m. airies, A fu m. vergongniez; CE Icele 
n. fu m. d. — 1-2 G Mais anmors sest trais près de lui Gele nuit 
li a fait anui — i R aconte; iC en, i^ de — 2 DRn mesfet; n amc- 
dui — 3 G Quamours; AE dist — 4 ADE Et; R queu; A uoudras 
tu, L cuides tu, G wels f. ; « Ne quel chose c. tu t. (F faire), G 
De tamie te c. t., puis ce v.: Polizenain la débonnaire — 5-6 G Tu 
nies mie verais anmans Se de recoiure fait semblans ~ b R po- 
lixenam, E -a, D polyx., A poliz. — 6 DL Einsint ; LR Qe e. {R 
En cest cein) ne me s. m. — 7-8 m. à G — 7 H sogit, A sougit, 
E sozgiet ; J ne mi a,, KL et mi a. — 8 (C) ; Z) Tu moustres la et 
fes s. — 9 £■ ne uiax; G Apren et tien ice de moi — 10 G Se tu 
viex faire m. s. — Au lieu des v. 20711-30, G donne 26 v. spé- 
ciaux ; voy. aux Notes — u A entendant — i3-4 m. à ADH — i3 
R biauteç; J Qui e. de b.; CEJkn resplendors — 14 N dautre 
dame; CERkn mireors, J est la fiors — i5 MN enfrainte, C 
enfainte; n ta 1. — 16 n an t. — 18 (F que), R ke; n h. est p. ; 
A. C quest p. b.; C C. qi blanchoie com n. 



ACHILLE EN PROIE A l'aMOUR 3i5 

« S'en est griefment a mei clamée. 
20720 <( Geste uevre sera comparée : 

« Dreit en avra a son plaisir. 

« Grief le t'estuet espeneir, 20'jio 

« Fort en sera la pénitence : 

« De sa forme e de sa semblance 
20725 « Guit bien que t'estovra morir. 

(c Ne me vueus pas ensi servir 

« Qu'o genz respons e o beaus diz 20'j i5 

« E o estre toz tens guarniz 

« De faire mon comandement, 



20730 « E si guarz bien qu'a tote gcnt 
« Seies larges, simples e douz 
« E que les miens honors sor toz ? 2oy20 

« Itel sont cil de ma maisniee : 
«■ A ceus ai ma joie otreiee ; 

2ojig DEKn griement,C souent; DMNR a m. g. — 21 ^ Droi- 
tement tout a — 22 R Greu; K testuot, F restuet; En espanoir, 
DRk espaneir — 24 EH A ce ne puet auoir faillance — 25 (A'^H); 
AC B. c, K Quil b. ; ADEK quil — 26 R Je nen ; CK uels, A 
Queuls, EH uuel, A'^DJMR uoil, 1 uoel, L uoeill ; F Moi ne uoi; 
A u. plus ; DJ ainsint, C isi, F issi ; A/" Ne u. mie ainsi s. — 27 A^ 
Quod bals r., ER Quo biaus r. ; L Qe od r. et od; AH Mes o b. 
fais [H mos); / AnchoTs vocl que soit de b. d. — 28 A'^DHJLR Et 
a, A Et pour; EHKn toz iorz; / Et de cortoisie g. — 29 AF son 
c; / Et près a mes commandemens — Il y a probablement ici une 
lacune de 2 v. rimant en -ent, ce qui expliquerait l'emploi de ver- 
bes à la 3" pers. dans la plupart des mss. — 3o £" Et si garde, CJ 
Et si gart b,, ARkn Et si grant b., D Et destre b.; 1 Ken die b. 
t. la gens ; C qe, DFR a — 3i leçon de E; CDkn Soit {CD Et) 
large et frans et simple, AJ S. 1. {A larges) f. simples, H Larges 
et f. s., MR S. franz et larges simples {R et simple); CDJ 
et proz ; / F. et 1, et débonnaire — 32 ADH Et si ; FKR suens, L 
soens, AM siens; R aiment, ACDHJ enort {A honneurt, etc.) 
les miens {D mains, A siens); E Enorer doiz I. m., G Et les 
siens honore; /Tous seras se a moi vels plaire — 33 n Car tel, 
Rk Ke t., AG Et t.; K cels, D ca; LR »a m. - 34 (G); EF A 
ces; A Ace est ; L A cels est mTt ; en mamor. 



3l6 ROMAN DE TROIE 

20735 « Icil sevent de quel savor 

« Jo sui après la granr dolor. 

« Mais tu nen iés pas a dou deie 20^25 

« Que tu sentes mei ne la meie. 

« Jo ne faz pas a guerreier, 
20740 « Qui humblement a depreier, 

« E tôt laissier e tôt guerpir 

« Por ma volenté acomplir. 20^80 

« Remembre tei que tu atenz. 

« Donc n'est t'amie la dedenz ? 
20745 « Ne li as tu son frère mort? 

« Damage li as fait e tort. 

« N'aveies tu en covenant 2 0j35 

« A la reine al cors vaillant 

« Que ja mais nés guerreiereies 
20750 « Ne lor mal ne porchacereies? 

« N'iés tu de covenant eissuz 

i< E de parole derompuz, 20J40 

« La ou tu ta gent trameïs 

« Eus damagier ? Mei est a vis 

20735-6 m. à E — 35 (HJ); K Icels, Cn Et cil; R Icist s. 
de grant sauoirs, A Sil me seruent il font sauoir — 36 (C); K 
cnpres; AJMR lor; R granç dolors ; A Car refui sui de lor dou- 
loir — 37-8 m. à CE — 37 MR ni es; n mie; DH nen es p. a 
.ij.; F do', MR treis, K trei, L .iij.; 1 nies pas a troie doie, A 
nés p. de tel nature; P Ne tu ne fas mie a altri doie — 38 3/ Que 
ia; F et la m.; DH Q. sa pes aies; A Que ia en s. mes ardure, 
P Que tu ne s. de la moie, J Car tu ten is hors de la uoie — 39 
DH ne ai pas [H mie), K nen sui pas ; Af en g. — 40 MR Que, 
Ckn Mes; R humelment, C humilment; A Qui a h. d.; AT moi 
preier — /^i H Car tous les fies fas déguerpir — A^ ^ Remam- 
bra ; £: cui — 44 ADEJKN Dont, F Don — 45 (J) ; ARk ses frères 
mors — 46 (J); R Domages li as faiç; ARk tors — 47 DEMR 
conu. — 49 FM ne, ^ nel; /? Ke m. ne la g. — 5i k Nés ; 3/ 
del ; K couenanz, R conuinant, A son couuent — 52 MR de 
[R des) paroles — 53 £ La ou ta g. i t., A La tcue g. i t., /? La 
ont tu as ta g. tramis — 54 F Au; DERk mes co mest uis; A 
Por euls d. ce m. uis. 



ACHILLE EN PROIE A L AMOUR 3l7 

20755 « Qu'il se sont moût bien défendu : 

« De cent n'en sont dui revenu. 

« Ses tu coni tu as espleitié? 20^45 

(( Bien t'iés en treis sens damagié. 

(( Tes homes perz : ço m'est a vis 
20760 « Que tu n'i as honor ne pris, 

« Quant ensi faitement senz tei 

« Vont en estor ne en tornei ; -lo-jSo 

« Tu perz ton pris e ta valor, 

« E si perz t'amie e t'amor. 
20765 « N'en avras mie, ensi morras : 

« Ja mais par li socors n'avras. 

« E si n'en iras pas a tant : 20'j55 

« Jo vueii qu'el face son taiant 

« De tei ocire e cruciier, 
20770 « Qu'el te toille beivre e mangier, 

« Dormir, repos e alejance, 

« Senz bon espeir, senz atendance. 20-60 

« Dès or li apareil e faz 

« Come el te desireigne en ses laz. » 

20755 R II; ADE Que il sen [A se) s. b. d. — 56 M s. .ij., K 
est uns; A .xij. uenu; R Bien ni as plus de cent perdu — 57 Rk 
Sez or {R ore); F que tu; /l S. c. tu as b. c. — 58 AT ta, DJ tas ; 
A cens — 59 A! si, £" et — 60 // Et si ni as; Af nas — 61 {HR)\ 
Dk Q. il si, A Q. tu si — 62 EJRk a e. [E bataille) et [K ou, 
J ne) a ; DH et en; A Les enuoies a nul t. — 63 H tonor; R Si 
p. et tamie et ta amor — 64 iV Si p. et tamie; R Si p. ton pris et 
taualor; A et samour, H et tonor — 20765-806 m. à H — 65 
AM Ne lauras; M ainsi, F issi, E einsi, AD ainz en; K aiuc si 
m. {y. f.) — 67 AD i. mie — 68 AFM que, R kil; AF faces s. t. 
[F cornant) — 69 D traueillier, R tormenter, A sanz dangier; M 
ochire et crucefier [v.f.) — 70 AR Que, F Et; C uoille, D toile, 
les autres mss. toille; N Quele te t. lo m. — 71 [J); n aliance, 
C alegrance, R aligr., E alegence; A R. et aise et alegier, j'wz^ ce 
V. : Guieres ne dormir ne veillier — 72 (CJ)\ R S. e. et; K buen; 
A aj. ce V. : Te couuient estre en espérance — 73 A lui — 74 ^ 
Et el, DEFL Com ele, R Quele; (C destreigne), K destreinne, 
J destrenge, AR destraingne, M tiegne,^ te t., £ te teigne; D 
toit entre ses braz; F Goment elle tait. 



3i8 



ROMAN DE TROIE 



'lO-J^O 



20775 Ensi faitement aparlez 

E cruciiez e tormentez 

Fu Achillès desci qu'ai jor. 2oy65 

En duel, en lermes e en plor 

Est por amor, que sil destreint. 
20780 Moût est iriez e moût se plaint ; 

Moût sospire, moût a travail : 

Ne sont pas suen li enviail ; 

Des gieus partiz n'a pas le chois : 

« Jo meïsmes, » fait il, « me bois ; 
20785 « Nus ne me fait mal se jo non. 

« Trop ai le cuer pesme e félon : 

« Il me destruit, il me deceit. -lO'j'jS 

« Mes maus conoist e aperceit : 

« Ne m'en esloigne, ainz m'i atrait. 
20790 « Haï! bêle, tant mal me vait! 

<f Tant sui por vos desavanciez 

« E de joie desconseilliez! 20^80 



20775 CDJ Ein'sint, G Ainsis, A Ainsi,; L bêlement; LRk a 
parle, F a parler; A" par lui est a., A toute nuit se garmente — 
76 A' Si c, KL Crucefie, A'^M -ez, CE Crocefiez; Lk tormenté, 
D Et en tel guise t., R Bien la mort et crucifige, A Et ml't crucl- 
ment se tourmente — 77-8 interv. dans ^ — 77 AA^DF de ci, 
ENk de si ; /? A. en deci ; AA"" al — 78 D En deuls ; j? An 1. an 
duel — 79 (C); D Et, F Cest; A Por a. e. ainsi destrains; D si, 
ERkn le — 80 (C); ^ sest i. et m. sest — 81 K M. a peine; E 
sop., AD soup. ; K trauaille — 82 EMn anuiail, K enuiaille — 
83 K nai — 84 « meisme, R meisses — 86 iK Molt ; AJ T. sent 
mon c, MT. mest mon cuer; F noir et f. ; NCruer {sic) ai t. p. 
et trop f. — 87 {DGIJLM destruit), N destruist, AE destraint, F 
-oint, ^traist — 88 m. à M; J Mon mal, F IVIais mal; R conois, 
/connoist; GLN Mal me c, E Bien me quenuist; A Mes il se 
uoit, D II sent mont bien — 89 {IJ) ; F Ne mi; AMR Ne {A II) 
meslongne; Af quainz, R cant; A quant mi atcnt; E Quant an 
folie me retret, D Que ne uiure (51c) pas longuement — 90 jE 
si mal mesiet; FR com mal; K miu. ; A Bêle qui aucz le cors 
gent, D O hi b. de bel louent — 91 Àï Trop; R T. soi per uos 
desuancieç; k par uos desauoiez. 



ACHILLE EN PROIE A L AMOUR 



3I9 



20795 



20800 



2o8o5 



;o8io 



Fors vos ne me puet rien valeir. 

Iço me torne a desespeir, 

Que jo ne puis a vos parler 

Ne vostre face remirer 

Ne conter vos ma grant dolor. 

Ha ! douce, fine, fresche flor, 

Sor les bêles esperitaus 

E sor totes angeliaus, 

Corne jo pert por vos la vie 

Senz aveir socors ne aïe ! 

Uevre de nature devine, 

Sor trestotes beautez reïne, 

A vos s'en vait mis esperiz ; 

Mais, las ! ja n'i iert acoilliz, 

Qu'Amors me nuist, jol sai e vei : 

Ne s'en tient mie devers mei. 

Polixena, a vos m'otrei. 

Se n'en prenent li deu conrei, 

J'en ferai ço que jo ne dei. 

Ne sai que dire, mais muir mei. » 



2oy85 



20jgo 



2 0'/g:> 



20800 



20793 A Pour u.; DR men, N mi; AMRe riens; K R. ne 
me p. f. u. u., E Ne me p. r. amie eidier — 94 AD Et ce; E 
Fors nos ice me fet irier — 96 ^ Pour u. — 97 {CR)\ A Et u. c, 
En Ne reconter; E uos ma d, — 98 [J); C Hai; E doice amie ; F 
blanche f., R f. color (v. /.); AD D. amie f. c, A"^ Ahi amie de 
ualor — 20799-800 m. à AA'DH — 99 (J); G S. dei tes; FL am- 
periax — 20800 {GJL) ; C angellaux, E anpcriax — i M Conment ; 
K par uos; R ma u. ; A"^ Cum uois perdant — 2 DE S. a. en — 
4 {CL) ; D En, AFRk De ; L trestoute beauté — 5 AD en ; ^F ua 
— 6 i^ Ha ; n la ; -4e ia ni ert, R kil nert ia, n niert il ia; /c il n 
pas (3/ n. p.) recoilliz — 7 (G); F Amors; J mi; L Que ie me« 
nuis; C mennuist; AJ nuit, DH het; Fk ce ; C ie sa — 8-9 
intevv. dans 3/— 8 (G/); FJHLMR se — 9-12 m. à CF ; 10- 11 
m. à N— ^ {GHJ); D Polyx., A Poliz., R Polixenas, L -ain ; / 
Ha polixene — 10 (GJ) ; H Sor; R Or en preingent; 7 Se ne 
prennes autre c. — 11 {J) ; I Jou ; GL que faire an doi (L f. d.) ; 
Aile f, ce q. ne d., D Sen f. q. faire ne d., H Dont sui io mors ia 
ni uiurai — 12 {J)', K quen ; G fors m. nf!, A métrai moi ; H De 
par mecine ne garrai. 



320 ROMAN DE TROIE 



Dix-septième bataille ; courte trêve. 

Es laz ou ont esté plusor 

Fu Achillès ensi maint jor, 
2081 5 Tant que Grezeis e Troïens, 

Ainz que passast guaires de tens, 

Rassemblèrent a la bataille, 2o8o5 

Ou trop par ot mort gent, senz faille : 

Ço fu Tuevre disesetaine, 
20820 Que plus dura d'une semaine. 

Tuit li haut prince e tuit li rei 

Qu'Agamennon ot devers sei 20810 

I furent prest, ço sai de veir, 

O quant que chascuns pot aveir. 
20825 E cil dedenz, joios e lié, 

De rien ne s'i sont espargnié, 

Ainz se requistrent morielment : 208 15 

Por c'i parut estrangement. 

D'ambedous parz ot teus damages, 
2o83o Que li plus proz e li plus sages 

Qui d'eus i fu ot grant esmai. 

2081 3 k As 1., D Heî las — 14 DJ ainsint — 16 F ucnist nu- 
ques — 18 /? morç genç; D t. ot m. de g., F t. auoit m. g.; K 
Ou ot molt g. morte, M Ou ont m. de g. mort — 19 Z) disui- 
tainne, Fdiseuitaine — 21 K Trestuit li p.; A et li haut roy, M 
et li r. — 22 Ar Agam., FQagamenon— 23 (C); ^A/pris, F mort, 
y tuit; H io, F iel; K\ f. co se gie — 24 UN A ; J quanques ; 
iî O ce ke c. puet a., AD Mort et naure [D Mont sont dolent) et 
triste et noir, F Armèrent soi par estouoir — 25 AK Icil — 26 
AEFk se s. (se m. à R), D les ont; F atardie — 27 F se qistrent; 
K mortalment — 28 DEMn Por ce i, AR Por ce — 29 ER Dam- 
bcdos, F Damedous; H Dambes p. i ot, A'^ Que danbcs p. ot, 
M Quanbe .ij. p. ot; EFRk tel domage — ?>o{HL)\ Fpreu, GRk 
prou; EFRk sage— 3i ADJ Qui i fu [J sunt) (Desioit) deuls, R 
Kc i fussent, F Qui i furent; R orent e., EJ ont g. {J tôt) e., D o 
tout e., ^ ot tant c. ; Fk Dax i furent en tiel e., // Qui estoit de 
uos scsmaia. 



DIX-SEPTIÈME bataille; COURTE TRÊVE 321 

Mai jo vos di, qui bien le sai, 20820 

Que Troïlus i fist merveille : 

Après lui lait l'erbe vermeille. 
2o835 Onques li cors d'un chevalier, 

Del dererain jusqu'al premier, 

Ne fu plus cremu ne doté. 20825 

Moût a laidi e maumené 

E apeticié le tropel 
20840 De celui cui n'ert mie bel : 

C'est Achillès, qui s'en enrage. 

Par maintes feiz a en corage 2o83o 

D'aler les socorre e vengier, 

Mais ne s'en set vis conseillier, 
20845 Qu'Amors le li defent e viee : 

Por qu'il suefre mortel haschiee. 

E sa proëce le renvie, 2o835 

Que tel bore est que toz s'oblie : 



2o832 k gel; AT que b.; y Par tôt fu dit; H et ca et la; A Car 
cil le dist par cui le s., J Mes ice uos di que b. s. — 33 F fet — 

34 K Enpres, D Quapres ; M celui ; ACk est, D lest, NR fu — 

35 {A^HI); ADJR le c, C si c. — 36 ek Des le darien {K der- 
rain, M -ein, D darreain), H Del daarain, ACR Des (C De) le 
(C les) premier {A Du premerain) iusquau dernier (CR derier), 
A'' Del premerain al darainier, / Des puis ke on fist le p., J Qui 
onques fust des le p. — 3y {A'^J) ; C tant; eJR p. crienz {J fiers) 
ne(K ni) redotez; N Ne uit p. fier ne plus dote; AA^CFHRk cre- 
muz ne dotez — 38 .4 M. est ; iV laidi et malmené, AA'^CFJRky 
laidiz et maumenez — 39 A'^EHN apetisie, R -çie ; ^ Et a peus 
tout — 40 ARky De cels {E ces) a cui {H a qui, K qui nen); 
A Celui a qui il nest pas b.; D nest, MR niert — 4.1 RHa a., D 
G. dachilles, E Dan a., K Et a. ; A'^ q. uis e., K uis en e.; D 
arrage, HM esr. — 4.2 H P. mainte fois a grant c. ; DN en a c, 
A^'K a grant c. — 43 F Daler s. ; A aidier — 44 F se, H si; CD 
nis c. ; A M. il ne sen s. c. — 4.5 H Car a. li d.; F li d. et deuie ; 
AD uee, CKN uie, M prie — 46 AD Por ce, E P. ce an, k Por 
qui, C Por chil, H Et sin; k mortal, A ml't grant; C achie, Fk 
haschie, A hachie — 47 DHk li r., A lei^ enuie — 48 e Car; 
ADHMNR tele, EK tex ; JRy e. toz sentroublie (est m. àD). 

Tome III. 21 



322 



ROMAN DE TROIE 



Si est desvez, si est iriez 
2o85o Qu'il ne li membre d'amistiez. 

Aler i vueut, mais en poi d'ore 

Li rest Amers si coruz sore 20840 

Qu'il n'i ose le pié porter. 

Proëce e sen li tout amer 
20855 E hardement e vasselage. 

Moût est destreiz en son corage; 

Il n'est de rien sire de sei, 20845 

Qu'Amors le tient pris en son brei, 

Qu'il ne li lait sa gent aidier, 
20860 Qu'il veit ocire e detrenchier : 

Ço fait li fiz Priant li proz, 

Qui en bataille les veint toz, 2o85o 

Quis desconfist e qui les chace, 

A cui ne pueent tenir place. 
20865 Quant ceste bataille ot duré 

Uit jorz toz les plus Ions d'esté, 

Si vit Agamennon l'ocise 2o855 

E sa gent navrée e maumise, — 

Plus ont perdu que cil dedenz, — 
20870 Moût par en fu sis cuers dolenz. 



20849-50 m, à Ay — 49 {J) ; L deucz, F dolenz; M triez — 
5o CP Qe ; F Qa lui ne m., R Gant li remenbre — 5i J uoll — 
52 AATIJek Li est; n coreuz, C corrue, HJ corue, A^ recorus, 
A acourus, D si coru ; R torne soure — 53 N les piez — 54 MR 
sens, A tans; R toust, A^ tost, J tôt, C toi; A"" li rueue aler, A 
li font muer — 55 y Son h. son a., A'^N Et hardemanz et uase- 
lages — 56 A^'N li suens corages — 5j ADKR riens ; CN sires — 
58 Aek Amours ; HN a — 59 Z) lest, K lais — 61 £ le p. — 62 
R batailles les uens — 63-4 m. à iV — 63 ADF Ques, CM Qui ; 
E Qui les d. et les c. — 64 ^ A qui, i? Ke il ; D nen — 65 
AA^Jy Q. la b. ot {H a) tant d., C Q. este b. ot este— 66 {A") ; 
R Dis, A .XX,, e Vint; MR el p. lonc tens, CK es p. b. iors, 
H des p. ardans ; AJe des p. 1* de laste ; N Par .viij. i. des 
greignors deste — ^-j D uint; Dn agamenon — 68 iî Et la; iV 
et ocise — 69-70 interv. dans F — 69 w. à AT — 70 ^4 en ont 
les cuers. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 323 

Triuës a quises e mandées, 
Mais moût furem cortes donees, 20860 

Sol tant que seient enterré 
Li mort e li champ délivré. 
20875 Ensi l'ont fait : seveli furent 

Solonc lorlei, si corne il durent. 

N'i remest cors a enterrer 2086S 

Ne chans ne place a délivrer. 



DiX-HUITIEME BATAILLE : ACHILLE REPREND LES ARMES. 

Après revint Tuevre cruel, 
20880 La dolorose, la mortel, 

Dont mort furent mil chevaliers 

En sol les quatre jorz premiers. 208'jo 

Le jor de cest assemblement, 

I ot moût grant torneiement : 
2o885 De ceus dedenz i fu la flor 

E li plus riche e li meillor, 



20871 leçon de C\n Triue ; K Trieues ont quises [y. J.)\ F 
o. prises, eLMR a quis, A ont quis; AFky et demandées, R et 
dom.; N a quise et demandée — 72 {CR); L M. f. lors; AFJky 
orent c. durées; N par ot corte durée — 75 /c sepeli — 76 (C); 
A^ Et atorne;y Si con il sorent {E porent) et, A Tout s. ce que; 
Jk S. ice quen [K qua, M que) lor loi lurent {k durent), / S. 
chou kil sorent et d. ; {K Solonc), les autres mss. Sel. — 'j'j M 
remainst — 78 i? camp, Jky champ — 79 -^ Enpres r. oure; L 
lore ; K cruex, F cruiex, G cruax, LMR -els, C mortels; N 
locise entrais, J lor ire tex; Ae Et a. [DE A. si) r, 1. taus, H K. 
uint la dis et wit tax — 80 CNRy et la ; AGJy mortaus (-ax), 
nK -ex, LMR -els, C cruels ; K Molt d. et molt m., A Si doule- 
reus et si m. — 81 N Ou; F Don morirent; iî O il ot maç, Ae 
Ou ot ocis; AF cheualier — 82 ^ Dedenz; AF premier, C en- 
tiers — 2o883-2 1 1 10 sont dans P^ {g^ fragm.) ; mais le début des 
V. 2o883-gi8 et la fin des v. 2og8i-2j j ib ont disparu, coupés 
par le relieur — 83 R dicest, A de cel — 85 £Fces; F i ot. 



324 ROMAN DE TROIE 

Baute haitié. Ço m'est avis, 2o8y5 

Poi dotent mais ior enemis : 

Laidiz les ont e desconfiz 
20890 Par set feiees o par diz. 

Sor les chevaus sont Arabeis, 

Laciez les heaumes Paviëis. 20880 

En dis batailles granz e fieres 

E redotees e plenieres 
20895 Sont desevrez e departiz. 

Moût resclarcist Taciers bruniz 

E li verniz e Fors d'Espaigne. 2o885 

Greu revienent par mi la plaigne 

En vint conreiz fiers e dotez : 
20900 El menor a dou mile armez. 

Lor cheval ne sont pas poutrel, 

Ainz sont corant, fort e isnel. 2 08 go 

Haubers ont blans, durs e serrez 

E forz escuz d'or emboclez. 

20887-90 P^ ne donne que deux fins devers : oisiez-is prisiez, 
qui indiquent une leçon spéciale — 87 {H); A loiant et lie; 
A'NRk ce lor est uis — 88 A'' Que poi d.,EPo dotoient, H Vont 
encontrer — 89-90 m. à AP'^y, sont dans A^CJLP — 90 (^'); M 
P. .iij., L P. .ix.; CJ Por... por; R espartis; FPk Et si les ont 
ml't maubailliz — 91-2 m. à A^ — 91 ^ bons arablois; P"^ [a]rra- 
bIois,j>^ arrabois; j- De sor {E sus) les [H lor) c. arr. — 92 ^ L. 
elmes arrabiois — 98 P' et es fieres — 94 i? Et redotouses — 95 
FRek desseure [F -ee) et départi {M -iz), A desceurees et parti 
— 96 iVf recl.; AR lacier bruni; N M. reluist li aciers b., e Mont 
reluisent a. b., J La r. heaume b., FK M. luisent cil {K li) hiau- 
me b.; P' [b]ranc forbi — 97 F Et li uermoil; N Li u. et li ors; 
AEFM lor; J Et li escu a or — 98 (J); 3/ Et; e Serre uiennent 
{E uindrent), H Ml't reluisoit; R repairent, K uienent (v, /.); F 
cheuauchent por la champaigne; P^ [chjanpaingne — 99 {J)',R 
Auint, F An forz; A En main conroi fier; P"* redoutez — 20900 
(//);FAn chascun ; EF ot; A En en mena; K trei, AFJ w.^ 
e .x.\N doutez (v. /.), P' -rtez — 1-4 m. a AHP'e — i J Li; C 
cheuaus; R pultrel — 2 J Einz ; C destrier — 3 A'^M bons {M 
durs) fors et s. -- 4 (C); N biax, AV bons, R genç; Fk a or 
bandez, A^ a or listez, R dor enbordeç. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 325 

20905 Li heaume e le fin or vermeil 

Resplendissent contrel soleil; 

Li brant sont trenchant d'Alemaigne. 208 g5 

Ne m'est mie a vis que remaigne 

Devant ço que mil chevalier 
20910 En chieent mort de lor destrier. 

Les compaignes s'entraproismierent, 

Que par grant ire se requièrent. 2ogoo 

D'ambedous parz s'entrenvaïrent : 

Dis mile lances i croissirent; 
2091 5 Maint bel escu i ot percié 

E maint blanc hauberc desmaillié 

E mainte enseigne ensanglentee, 2ogo5 

Vert e vermeille, d'or brosdee. 



20905-6 A* Lor helme sunt cler reluisant Contre s. resplendis- 
sant — 5 e m. à H\ {CR le fin or), N li fins ors, K li o. f., AJy 
li escu ; F Li h. et li or sont u., / Es helmes ot ml't or u. — 6 
MN Resplendist cler, CF Resplendist {v. /.), H Reluisoient, / 
Ki molt reluist, R Resplandent; Rk contre le (3/ li), CIJNy 
contre — 7 {CIJ)\ A" Lor b. dacier s., Ay Et li b. t. [A t. b., H 
b. dacier) — 8 FJ pas a; A"^ a uis que pas r. ; M quan, J quil; 
Ay Je ne cuit pas que il {E quainsi) r. — 9 // .xx. c. ; / De 
sci que maint bon, K Oimes que cors de, F Deuant que dis 
.m., N Tant que mil cors de; JMR Mes hui de ci {M desci); M 
qua; ACHKRn cheualiers (P' manqtte); A' Si uerra on maint 
cheualier — 10 K l^e; ACHKP'^Rn destriers; 7 Et hardi le com- 
perront chier; N An cherront, A Ait cheois; AKy mors; C ius 
de d., R sor lor d.; A"" Chau enuers de son d. — 11 N sen- 
traprim., EM sentraprism., J -erent, F sentrepremierent, R 
sentrespasmerent, G sentrepresserent, AHKL sentraprochie- 
rent; A"^ Les .ij. c. saprocierent; P' -chererrt — 12-4* Par ml't 
g. i. ; G saprochierrent — i5 ekF Mainz [M Maint) biax 
(A: buens) escuz; N M. bon; D en fu, Fk i fu, R en sunt p.; 
eFK perciez, M froisies — 16 K h. h.^ R forç h.; eFM 
Et mainz blans (3/ fors) {F maint blanc) haubers (D h. b.) 
desmailliez; P^ -smailliez — 18 ( J) ; R V. et uermoil, K 
Verte uermeille, F Verz et u., A^ Inde et u., A Tainte u.; 
c T. an uermoil et; AA'^KR a or ; k bendee, ADN broudee, 
P" -née. ♦ 



326 ROMAN DE TROIE 

Meut par en est granz li trains ; 
20920 Jonchiez en est toz li chemins, 

Sentier e veies e herbos. 

Li chevalier sont aïros 20g 10 

E defensable e fort e fier : 

Por ço i a des branz d'acier 
20925 Sor les heaumes tel fereiz 

Que mil en i gist d'espasmiz, 

Cui des cors issent les boëles 20g i5 

E cui pareissent les cerveles, 

Qui ne pueent ester sor piez, 
20980 Que toz les cors ont detrenchiez. 
Avenu sont li grant conrei : 

Donc par i ot si grant tornei, 2og20 

Si fort estor e teus meslees, 

Tôt maintenant o les espees, 
20935 Grant merveille est e iert toz dis 



20919 [DJL); P^ Et des morz est g.; A 1 est, E an ert; Fk en 
sont grant ; iî i ot lors g. t. ; A" tragins, FRk train, P^ trahing — 
20 {AA^CDJL)\ E ert; FRk Jonchie en sont [F T. en s. i.) li 
chemin — 21 DF uoie — 23 F defandable, N desf., AA'^e des- 
fensable, k deff. ; Ae et dur — 24 A"" \ ont li brant; A de branz 

— 25 {GL)\ A" So? helmes ot t. f.; F grant f. — 26 F en i a; D 
de paumis; Heni sont espasmis; K Quil i en a .m.; KL espa- 
miz; A'' M. en gisent par les larris, P^ .M. en i gist sanz esperiz 

— 27-8 m. à Ay et sont dans A"" après -34 — 27 [CJ); A"" Ke; 
GKL Qui; R defors, / del cors — 28 KL Et qui, R En cui; 
M paroissent, NR parissent, C aperent, L repèrent, FJ espan- 
dent; G Et que perent la, A"" Et des chies salent, / Cui d. c. 
perent — 29-80 m. à H — 29 (^V); DK Quil — 3o (P' Que), 
AJR Qui, Cek Car, A"" Et; FAinz o. t. les c. d.; eP' piez {E piz) 
et braz; A tuit sont mort e d. — 3i P^ Venu i s., A Or s. u.; F 
tornoi — 32 ^ Dont, F Don, eP* Lors; E i par ot; N Adonc i 
ot ; F si fier esfroi; M Li effors li fier t. ; P^ g. conroi — 33 F Si 
fait e., AM Si fors [M fiers) estors, P' Tel fereiz — 34 [A''GL)\ 
K Quil maintienent; F Qil sont {sic) as chaples des e., P* O les 
trenchanz nues e. — 35 P' Que; DM m. ert; M et est, P' et 
ert; A* iel uos pleuis. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 827 

Com chevaliers en estort vis : 

O Paris josta Menelaus, 2og25 

Que jus chaïrent des cheyaus; 

Polidamas o Ulixès. 
20940 Icele ne fu pas de pais : 

En estrange merel fu faite; 

Mainte bone espee i ot traite, 2og3o 

Oschiee e teinte en sanc vermeil. 

Mainte uevre i ot fait senz conseil. 
20945 Por ç'i pareistra ainz le seir : 

Ne puetanceis mais remaneir. 

Menesteiis, li dus preisiez, 2og35 

Vint par les rens toz eslaissiez. 

Parles enarmes l'escu pris, 
20950 Vers Antenor s'est ademis. , 

Ne failli mie a lui ferir : \ 

Les dous arçons 11 fîst guerpir ; 2og4o 

Al meins i perdi son destrier, 

E si i ot maint chevalier 



20986 D Quant, A Cun; AM cheualier; A"" i estorst, F an 
estoit, A i remest — 87 M Et p. ioste a m. ; DF iouste m. ; i^ P. 
iosta o m., P' A p. iouta menalax — 38 n cheurent, Ae chei- 
reni; K Quil sabatent ius — 39 AFk et vl., E a u.; Z) hul. — 
40 Rk Celé ne fu mie de p. [K près) — 41 (-4 merel); F mes- 
chief, R -ie, Glk marche, CLN -ie ; yP"^ Mont fu en {H a) e. ore 
f., J E. meslee i ot f. — 42 GL M. e. b., F Et m. e., H M. grosse 
lance ; J Et m. b. e. t., C La i ot m. e. t. — 43 (P") ; KNR T. et 
o., A^ T. et noircie, M T. et moillie, F Oschie et fraite ; A 
Tainte refu de -- 44 X i fist len, R i a fait ; H M. ioste f., P^ M. 
ioute i ot, A"^ Maint colp i fiert on s. c, puis ces 2 v. : Maint 
brant i ot frait et oschie Et maint cors aual trebuchie — ^5 A 
Par coi, C Por tant, K Par co; K pareistra, Mn -istra; E i parut 
eincois, L parra ancois, J i parra il einz, DEP"" i p. aincois; A"" 
parti deuant; I Pruec i parrai ainz — 46 {J); G mes a., e a. 
pas, / mie a., FP* autrement, k la chose; A"" Ne pooitmier. — 
47 AEn prisiez — 48 M Vit; R por les camps, F el tornoi — 49 
D escuz; F prist — 5i eFP'^ f. pas — 53 P^ Et si i p. — 54 
F Et se; K i fu, A refist, N furent; f^ ch. bon {sic). 



328 ROMAN DE TROIE 

20955 Feru por son cors remonter. 

Philemenis d'outre la mer, 

Le fort, le vertuôs, le grant, 2og45 

Qui esteit graindre d'un jaiant, 

Cil josta a Agamennon ; 
20960 E se ne fust reis Telamon, 

Ocis l'eûst sempres maneis. 

Cist fait martire de Grezeis : 2og5o 

Devant son coup n'a rien vertu, 

Hauberc, ne heaume ne escu; 
20965 Autresi les detrenche e tue 

Come la fauz fait l'erbe drue. 

Reis Telamon l'a si sorpris 2og55 

Qu'un confanon vermeil e bis 

Li a passé moût près del cors. 
20970 E cil ne li est mie estors 

Qu'il ne li doint itel colee 

Que moût par fu desmesuree. 2og6o 

Voidier li a fait les arçons, 

Mais cil ot vassaus compaignons 
20975 Qui tost le firent remonter ; 

20955 A Ferir, F Fera — 56 n Filem., DERk Filim. — 5-] A 
Li. for, DERkn Li forz; P^ Le fort le merueillex; DJî/^/cn li 
granz, A li grans — 58 iV g. e. ; ^maires, R -e, eAJNP" 
graindres; il/ auques i. ; ADFJR dun (J duns) iaianz, /f-^L 
que i., EN cuns i., / con gayans, C cons iaanz; P^ ioiant, H 
gaians, R ianç; A"" Li preus li sages li uaillans — 59 DFM aga- 
menon — 60 AM roy, P^ roi; ADEKP^Rn thel., G thalamon — 
61 A tantost m., P^ tout demanois, M s. menois — 62 {JR); 
AEKP^n Cil; kn des — 63 ADNP'-k riens; Fnen a u. — 64 
EFM Haubers; DP^ ne lance — 65 Z) Autresint, n Autressi — 

66 {P''R)\ J \ï i.\ A \di f. sus; EKn Con f. la f. lerbe menue — 

67 P^" Roi, M Roy; AKP^Ren thel. — 68 e Con, F Col; eKR 
gonf. — 69 P"* Li passe m. très p. — 70 £" est pas — 71 M Qui; K 
donge,D£; dont, FM done, NR doigne; Rkn tel, P* tele — 72 P' 
m. li fu — 73-4 m. à A — jS Ce Vuidier — 74 P' M. il — 
75-6 interv. dans A — jb ( J) ; Ae Q. ml't t. lont fait r. ; M 
le refirent monter. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 829 

Si ne s'i sot onc si guarder 

Philemenis qu'en treze lieus 2og65 

Ne li fust parissanz li gieus : 

Teus cent colees i a pris, 
20980 De qu'uns autre ne fust pas vis. 
Antilogus fu fiz Nestor : 

La chiere ot brune e le chief sor; 2og'jo 

Dreiz fu e Ions e beaus e granz, 

E chevaliers proz e vaillanz. 
20985 Jovnes esteit de poi d'aage, 

Mais moût par aveit vasselage. 

Son père alot faire socors, ^ogyS 

Mais uns des Bastarz li est sors, 

Qui avoit non Bruns li Gemeaus : 
20990 Chevaliers ert hardiz e beaus. 

En mi les rens se sont ataint, 

Que des chevaus se sont empeint. 2og8o 

Antilogus en estait bien, 

20976 (J"); Af Se, D Cil; AEN ainz, R hanc; K Et si ne se s. 
o. g. — 77 n ¥û., I FilL, MP^ Philim., CJKRy Filim.; EJ 
.xiij., AH .XXX., P* .iiij., n .xv. ; M que en .c. lieuz, / kentre en 
se lius — 78 CDJMR f. parissant, H soit aparanz, A fu pas 
plaisanz ; / Ne père a lui quels est ; C lor g. — 79 [A'^GHIJLR) ; 
N T. .vij., k Deus .c. — 80 iV Dom, AATek Dont; KP^ nus 
autres ; GLR De cuns autres ; A^F autres hom f. ocis ; GR pas 
ne f. u., H f. espasmiz, P'^k neschapast uis; / Deuers ces autres 
fust occis — 81 « Anth., D Anthyl., J Antilocus, 7 Anthyl. ; K 
nestors, L nector \ H \\ fix chastor — 82 {eAKNP"^ le chief), 
M le crin, R les crins, F lo poil — 83 iV blonz ; n genz et b.; 
M et proz 1. et gens — 84 yl ml't auenans — 85-90 m. à D — 
85 (CJ); AEHP'' Il nestoit pas de grant a.; R loures — 86 (C); 
FJ por a., K i a., AE a. grant, H a. ml't; / plains estoit de u. 

— 89-90 interv. dans F — 89 FM brun; kn de, R àSi-, K gimials, 
N -iax, F iumax, M gomas, R gimel {cf. v. 2ogg5 ; les vers 
2oggo-5 manquent à R)-, Ae li iumiaus {D uimeax, sic) — 90 F 
est, N proz; K estoit prouz et b.; P^ Ml't ert c. b {sans doute 
bons : le reste a disparu) — 92 FM Jus; K Des c. se s. lus e. 

— 93 M Anth., D Anthyl., P^ Entil., / Anthyl.; C ista, AP^'e 
estut; J A antilocus auint b. 



33o ROMAN DE TROIE 

Qu'a celé feiz n'i perdi rien, 
20995 Mais féru a Brun le Gemel 

Tôt a dreit coup par le force], 

Si qu'en la place est morz remés. 2og85 

La ot josté dis mile Grès 

E dous itanz de Troïens. 
21000 En poi d'ore e en poi de tens 

En fu la place si jonchiee, 

Mil en sofrirent la haschiee 2oggo 

De mort, non pas d'autre dolor. 

Ici aveit trop pesme estor, 
2 ioo5 Quant Troïlus li proz i vint, 

Mais onques puis Greus ne s'i tint. 

De son frère sot la novele : 20g g5 

Por ço l'en mueille la maissele 

De chaudes lermes. Grant duel fait, 
21 010 Mais o le brant qu'il a nu trait 



20994 FHF" A; P' cete f. ; DFJ ne ; N perdie — 20995-21002 
m. à I — g5 (P^); AA^'n M. feruz (F feniz) fu bruns; J L ot; M 
bru de gomel ; {DEJ le), A^kn de; KN gimele, ATe iumel; A 
li iumiaus — 96 (J); A'^Rkn Trestot a d. (F arme), ^ D. a plain 
colp; KN p. la forcele ; F por lo ceruel ; yl T. a d. par mi les 
forsaus ; P' Très parmi oir.... — 97 3/ mort r., L sont r. — 98 
ELP^Rk La sunt; P' La s. .m. ch... ; L s. ocis; E .vij. "• ; L 
bien .m. des g. — 99 A itiex; Kn Et altretant, EJ Et bien .ij. 
tanz ; JLM des ; P^ Que de griex que — 21 000 P* Que pou deure 
1-2 interv. dans kn — i (//}; FK Si, M Sen ; R Fu la p. tote i., 
N An fu si i. la place — 2 P' .C. en i muer... ; A'^CJ sentirent 
la, D i muèrent a, H i sofrent grant; R De tex ki muèrent has- 
chee, Fk I ot mainte espee sachiee, N Et sanz faire greignor 
menace — 3 kn Des morz; J autre; N color; F qi muèrent a 
d., K et non p. dautre flor ; R Icil soffrirent grant d., / Ml't par 
i auoit grant d. — 4 {CP'')', J la i a., A La par a. ; M trop fiert, 
FK si f., ^' ml't f. — 5 c Mes, P' Que — 6K griu, ADM griex; 
Fse; F O. uns dax p. ne — S R De; EFk li; P' Qui ne li fu 
{sans doute : bone ne bêle) — g A O, G Ou ; / Tanrement 
ploure; P' Grant duel et... — 10 (HIJ); n ot nu t., Ae auoit t.; 
G nu quil a t. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 33 I 

En prent venjance. Ire a e duel ; 

Maint en i fent jusqu'al braiel : 21000 

One chevaliers mais ço ne fist. 

Ja puis uns sous ne s'i tenist, 
210x5 Ne fussent la gent Achillès. 

Mais cil furent dou mile e mais : 

Sor les destriers d'armes guarniz, 2ioo5 

Avenu sont al fereïz. 

Ne sai que plus vos en devis : 
21020 Receii ont lor enemis 

As trenchanz lances acérées. 

La rot tant seles délivrées, 2 10 10 

Dont li seignor sont départi 

E en moût poi d'ore feni ! 
21025 Bien i fièrent Mirmidoneis 

O les trenchanz branz Viëneis : 

Sacheiz que moût ont chier vendue 2 10 1 5 

As Troïens lor avenue. 

S'il estassent tant en la place 

2101 1 K duol ; D ire et a d., A de son d., H por s. d., L i. a 
cruel; / En a prise cruel venianche, F I. a et d. et chier lor uant 

— 12 G Mains; D en porfent, Ken fendi ; eJ tresquau ; (-4Z)FL 
braiel), K -ol, EJ brauel, G braieuel, M brael ; / Bien monstre 
kil en a pesanche, F M. iusquau braier en i fent — i3 R Ane 
keualers puis; /Aine, AMn Ainz, E Einz; FK Ainz [K One) m. 
c. — 14 Z) la plus, JR la mes ; AM .].; K sol, M seul — - i5 
Ae les genz, i? la g. — 16 -4 cens; R dos mille; M esmes — 
17-8 interv. dans F — 17 [ACD]-, Â^ lor d. ; / Es d. corans ade- 
mis — 18 {CD)\ /Cists. u., A Venus furent — 19 iî i d. — 20 k 
Receuz, / Recheus, R Recreu — 21 w Es ; / donne 2 v. : Quant 
les gens furent assamblees Ki dambes pars furent irees — 22 
Fk ot; D mont, ER ml't; K déchirées; A tantes s. uidees; / 
Si ot ml't de s. widies — 23 M mort parti — 24 {ADIJ); F Et 
an si; N An petit dore sont f. — 25 A Dont; R le f., F i firent 

— 26 (J); Ae O les b. dacier; MR h. manois {v. /.), A h. de- 
manois; K O les uerz b. dacier manois; D vianois — 27 AFM 
c. o.; ^ vendues — 28 ^ soruenues — 29 {R) ; A Cil esturent, 
JN Se il fussent, e Mes (F Et) sil f. ; Fk «i [K Tant) les antas- 
scnt ; F a; K chace. 



332 ROMAN DE TROIE 

2io3o Que recovree fust la chace, 

Trop i perdissent cil dedenz ; 

Mais ne recovra pas lor genz : 21020 

Dreit vers les tentes s'en alerent. 

Trop sai que cist i demorerent : 
2io35 Por poi n'en eschapa uns sous ; 

Trop par i furent angoissos. 

One chevalier si ne s'aidierent : 2i025 

N'est merveille s'il i perdierent, 

Quar lor gent ne recovra mie, 
21040 E cil qui de mort les desfie — 

C'est Troïlus, quis en enveie — 

Après les autres les conveie. 2io3o 

Doloros est trop li conveiz : 

Moût en i chiet a mort destreiz. 
21045 Li criz e la noise est levée, 

Nï ot onc puis resne tirée î 

Parmi les tentes les ont mis. 2io35 

Tant en ont morz, navrez e pris 

Que nus n'en set le conte dire. 
2io5o Por la noise e por le martire 

2io3o AFk fu — 32 (C) ; K reusa; M la leur g.; ^ Ne mes 
ne retournast 1. g. — 33 {ACDGIL) ; H Tôt d. as t. en a. — 34 
(/); GJ cil, L sil ; A' Bien s. q. t. i, « Sachoiz qe pas ni; H 
Ainz dusqe la ni aresterent — 35-8 m. à A — 35 IR Por, F A.; H 
A peine en e., A"^ A paines e.; K que neschapa, R ne nescanpa; 
L dels — 36 eM T. i par f. — 3j (C); E7î Ainz, R Ane; M 
ne si a., ^ ne saidierent ; e plus ne souffrirent; J saderent, F 
se desrent — 38 JR perderent, CFek -irent; J Bien ucndent ce 
quil i p. — 39 JMRen genz ; R reconte, J recoure — 41 i^ queus 
en, JSFJquesen, AA"" qui les, M q. I. en, Z) q. les, C les en ; A 
conuoie ; iV T. q . les en anuoie — 42 i^ Enpres, F Auoc ; C le ; 
A enuoie — 43 ^ T. d. est, DEJ T. fu {J est) d. ; D conroiz, F 
tornoiz — 44 FK Maint, N Trop; A! i a, 3/ i ot; F an chient de 
m.; N souant desroiz — 45 F Li c. la — 46 A" Ni ont; R aine. 
En ainz; ADk règne, R régna — 48 Af T. i ot ; ^ T. en i ont 
naure; Ren mort naure; K Et sin i ot il t. de p. — 49 NR Q. 
riens; k ne. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 333 

E por la grant desconfiture, 

Que jusqu'al tref Achillès dure, 21040 

Tel mil s'en passent par devant, 

Qui ne font chiere ne semblant 
2io55 Qu'en eus ait plus defension. 

Grant noise font al paveillon ; 

Sovent s'escriënt : « Achillès, 21045 

« Vostre enemi sont ja si près 

« Que, se ci les volez atendre, 
21060 « Jan i verreiz teus mil descendre, 

« N'i avra cel qui ne vos meisse, 

« Honte e damage nos i creisse. 2io5o 

« Perdu avez hui vostre gent : 

« Detrenchié sont, mort e sanglent. 
2io65 « Al bosoing nos estes failliz, 

« Mais cil vos en rendront merciz 

« Qui o vos n'ont ne pais ne trieve. » 2io55 
Moût li desplaist e moût li grieve 

Ço que il ot e que il veit : 
21070 Angoissos est e si destreit 

Que il n'a sen ne remembrance. 

2iob 1-2 interv. dans R — 53 NT. san p. par dedeuant; /ÎTex; 
F passoient por — 55 F Quantrax; M point, e mes; tous les mss. 
desfensions (deff.) — 56 K N. f. g., R G. n. ot molt, N Granz n. 
sort, Ae Ml't ot g. n.; tous les mss. as paueillons — 5j CDM 
escr. ; F crioient a a. — 59 [J); AK Et ; iv ce si; F les i, N uos 
les — 60 ADMR la en;AEN tel m., ^.m.;FTiel m. en i u. d. 
— 61 ACM cil, A^F nul ; ky Wi a celui; C noisse, ^' hace ; H ne 
uos conoisse — 62 K Tant que ; KR damages ; H ne uos moisse, 
A vous acroisse, A"^ ne uos face, les autres uos i c. — 63 EFK 
Perdue; A nostre — 64 A^ Maint en i a m — 65 ^iV lor e.; J Au 
grant b. e. — 67 AA^FJe a uos;X Q. nont a u., iî Ki a u. nen 
o. ; ^' t. ne p. ; A^R triue— 68 K desplet, J -eit; A"^ Des qua- 
chilles oi tels plais — 69 X et ce quil u. ; /La desconfiture kil 
voit, A"^ Sil li anuie il ot grant droit — 70 FR Trop por( R Si par) 
en a le cuer d., N Angoissos cuer a et d., / Le fait angoissous et 
à.^AA'^Je En angoisse est et en d. {A destrois) — 71 [DJ) ; A^ Kar 
il, A Si quil ; EM Quil na ne s., FK QtÎïI nen a s.; AA^k sens. 



334 ROMAN DE TROIE 

Isnelement, senz demorance, 21060 

Giete son hauberc en son dos : 

Moût a le cuer del ventre gros. 
21075 El chief li ont son heaume asis : 

Ne sai que plus vos en devis, 

Mais montez est el milsoudor, 2io65 

Pris son escu peint a color. 

Une lance grosse e poignal 
21080 O une enseigne de cendal 

Li a baillié uns dameiseaus, 

Puis fait soner dous meieneaus. 210JO 

Ne li membre, tant a iror, 

Adonc d'amie ne d'amor : 
2io85 Ne fait semblant qu'il l'en seit rien. 

Dès or se guardent Troïien; 

Dès or criem moût que li choisiz 2io'j5 

Ne seit pas lor des gieus partiz. 
Tôt autresi com sueut li lous 
21090 Entre les aigneaus fameillos, 

Qui destreiz est de jeûner 

E qui ne[l] puet plus endurer, 21080 

E cui ne chaut qui que le veie, 

Quant il vueut acoillir sa preie ; 



21072 R s. demostrance, F cort a sa lance — 74 F ot; fc el u.; 
F enfle et g. — 76 ^ i d. — 77 An missodor, E misold., DM 
misoudour — 78 /c Prist, ADE Prent ; En point — 80 EKN A — 
82 DN maeniax, E mainiax, R maaneus, F moiniax, A moien- 
niaus — 84 (C); M La donc; Jy De samie ne de samor — 85 
AC que len, DH quil en, k quonc len; CRk fust — 86 (C); HN 
si, F san — 87-8 m. à Ay — 8-j K dot gie ; JR chosiz, C coisiz 
— 88 ^' Ne sera lor; C plus 1. ; A' deus g. — 89 A" Kar; 5 Et 
tôt aussi; D autresint ; A^'tiy corne li 1. ; R saut, M seut, AK 
fet — 90-4 E. les autres, A'^C Qui de longes (C -gués) — gi M 
Trop — 93 ABCJMNRy Qui {R Kil, C Ghe, E Que, B Lor) 
ne 11 c, ^ A qui ne c. ; C qi qi ; /? la u. ; N mes qui lo u.; // 
Et qui ne c. onques quil u., F Et qi ne li c. qi le u. — 94 {J)\ 
yR uet; K acoillierj R la p. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 335 

21095 Tôt autresi fait Achillès : 

Qui quel veie, ne li chaut mais. 

Fel e desvez e d'ire espris, 2io85 

Sailli entre ses enemis. 

D'eus fait ensi com lous d'oëilles : 
21 100 Plus de dous cenz testes vermeilles 

Lor i a fait en petit d'ore ; 

Il est li lous qui tôt dévore. 2iogo 

Es greignors presses se treslance, 

Fiert de l'espee e de la lance. 
21 io5 Moût rest feruz, mais ço que vaut? 

Rien nel prise ne ne l'en chaut. 

Les granz presses part e deseivre, 2iog5 

Son brant d'acier fait sovent beivre 

En cerveles e en corailles ; 
2 II I o Totes remue les batailles. 

Tant fu dotez li suens escuz, 

Dès que il fu reconeiiz, 21100 

Tote a sa gent resvigoree : 

Por lui rest tote el champ entrée, 
21 II 5 Par lui resont tuit esbaudi. 

E Troïen sont resorti : 

21095 F est a.; B accilles — 96 [BJ); AFe Qui le u., C Qe 
quil u.\E len {\i m. à F) — gj K Fais; D enpris — 98 iV San- 
bat; F Saut an contre — 21099-100 m. à B — 99 -R enssi ; K 
Eissil f. delsj ^M doailles, En dooilles, Jdoilles — 21 100 EJn 
uermoilles — 2 D q. tant — 3-6 m. à B — 3 -R En; FM santre- 
lance — 4 N Puis f, d. et de L, A Bien f. d. et miex de 1.; M et 
de I. — 5 FR iest, AD est; K féru m. co que chalt — 6 Ae 
Riens ; AM ne; NU c; K R. ne monte ne riens ne ualt, F Rien 
ne li m. ne li c, J Trop la apris si ne len c. — 7 MN La grant 
presse — S M S. f. son b. dacier b. — 9 MR Es c; JMR et es 
— II ADM siens — 12 jR De ke, ^ Puisque, B Luesque; E Des 
quil i, F Qant il i ; £> recogneuz, E requeneuz — i3 iC T. est ; 
M T. sa g. est r.; F rauig. — 14 ^ est; F T. est por lui; Kn en 
c; k tornee, A trouée, L rentrée, R retornee (v. /".); B Et après 
lui en champ lornee — i5 (J); AJe tout;£F resb.; R sunt tuit 
aresbaudi. 



336 ROMAN DE TROIE 

Sor eus est granz levez li huz ; 21 io5 

Moût i chiet morz des abatuz. 
En l'ester sont Mirmidoneis, 
2 1 1 20 Por lor seignor novel e freis : 

Lor ire vendent e lor perte. 

Des morz est la terre coverte. 211 10 

En poi d'ore e en poi de tens 

I ont moût grevé Troie n s : 
21 125 Loinz as plains chans sont relisez, 

E si i ont perdu assez. 

Trop vent Achillès son sojor : 21 ii5 

Comparé l'ont ja mil des lor 

E comparront. Mais Troilus 
2ii3o Nel pot sofrir n'endurer plus; 

D'ire desvez, prent un espié 

Cler e trenchant e aguisié ; 2// 20 

Par les enarmes l'escu tient^ 

Les menuz sauz as rens en vient. 
21 135 O les Bastarz, qui sont vaillant, — 

Jo di avuec les fiz Priant, — 

O les nobiles chevaliers 2ii25 

S'esteit meslez li aversiers : 

21 117-26 m. à B — 17 F fu, DE rest ; A Je tornez — 18 F 
i chei, DE en i ot, ^ i morut, J i muirent;K mort— 19 AMRc 
A — 21 iV uangent — 24 AM la place — 24 GL I sont; N gregie ; 
/ O m. damagie t., ekFJR O. m. greuez [R grauez, K greue, J 
retrez) les t. — 2b K Loins, N Loig, AMN Loing, R Loign, e 
Hors; AM a; A plain champ; E pleins — 26 F Et se ni; /c i ot 

— 27 -4 T. ont compare ci s. — 28 i? de lor; B tôt li pluisor — 
29 R comparont, Ae -erront; B Quant ce uoit et set t. — 3o 
AKe Ne ; 5 ne durer, e natendre — 32 iiT T. et c, F Gros et quarre 

— 33 Z) taint, B tint, M prent — 34 e es r., ^ el renc, R arriéres, 
L -e; M auient, R sen uicnt; B a lestor uint — 35-6 interv. dans 
BI — 35 (J) ; ALNRk o les uaillanz; D q. s. uaillanz ; BJ Qui 
tant erent preu et u. — 36 iV Ce fu ; £> ouec, EHJN auoec, 
ALk auec, R auoc, F ou uoc; ADNRk prianz ; BI Auoec les 
bastars f. p. — 37 F nobles — 38 {CH); B Estoit; M aducrsicrz, 
J auarsiers, B auresiers, A cheualiers. 



DIX-HUITIÈME BATAILLE 337 

Sempre i eiist merel mestrait, 
2 II 40 Mais Troïlus les sauz li vait. 

Bien le rechoisi Achillès. 

Ne s'entrevindrent pas de près, 21 i3o 

Qui de plus loinz d'une versaine. 

Dure est la terre, egual e plaine, 
21 145 E li cheval fort e corsier; 

Aduré sont li chevalier; 

Moût se heent de mortel guerre : 21 135 

Par grant ire se vont requerre. 

Tost les portent li auferrant ; 
21 1 5o Des lances tornent li trenchant : 

Par mi les escuz se ferirent 

Si que les lances en croissirent. 21140 

As cors lor sont josté li braz. 

Si se hurtent des talevaz 
21 1 55 Qu'il n*i a temple ne s'en dueille, 

Ne nul d'eus dous tant le desvueille 

Que le heaume n'en ait terros. 2114S 

Andui chaîrent en l'erbos ; 

21239 CMNR Sempres [v. /.); A'F Ja, AJy Tost; M merrel, 
J mereau, K merci, R mortel; BI Ja lor auoit assez mal fait — 
40 {CJ)\ F Quant, K Car; H i uet, BI lor uait — 41 K lo re- 
cosist, BI le recoisi, n lor achoisi, K le ra choisi; D rechoisit, 
AEM -ist, H reconut — 42 F dapres — 43-4 m. à Ay — 43 C 
Que, / Mais; M del; BI Que dune arcie (/ archie); J ml't loin 
ce se sachiez bien — 44 F Ml't fu la ; i^ Durre; tous les mss. igaus 
(-als) ; J La t. e. d. plus que rien, BI Chascuns a sa lance (/ 
hanste) baissie — 45-6 interv. dans Ay; 45-5o m. à B — 45 [JR)\ 
IN f. et legier, y furent c. — 47 i^T mortal — 5o {CR)\ y bessent, 
A uinrent; M urtent le, F sont li fer — 5i {CHR) ; AMe Par les 
e. si se f. [AM sentreferirent) — 52 [CH) ; e Tant; R les hanstes, 
Fli escu; BFR i; FR croisirent; A Que le [sic) 1. aus dos c. — 
53-6 m. à B — 53 CM se s. i., N se font ioster — 54 CR les h., 
A h. sus; iî as t., C li t., A les t. — 55 NRk Que; A targe, J 
tremple; kn doille, J duille — 56 DKN nus; eJR des d.; Rkn 
desuoille, J -uille — 57-8 interv. dans B — by K Qui; JR ni 
ait; AJe Que il nen a. lelme t., B Cascuns a son elme t. — 58 
Aen cheirent; B Ambedoi cieent. 

Tome III. a a 



338 ROMAJ? DÉ TROtË 

Sor eus versèrent H cheval : 
21 i6o Assez en fussent par egual, 

Mais Achillès fu moût navrez, 

Por le hauberc, qui fu fausez, 21 i5o 

El gros del braz e par les deiz. 

A grant merveille en fu destreiz : 
2ii65 One puis le jor ne Tendemain, 

Ne reçurent coup de sa main 

Ne chevalier ne home a pie. 2ii55 

De grant manière fu blecié. 

Saisi Faveient li Bastart; 
21 170 Mais hui eust socors a tart, 

Ne fussent si Mirmidoneis. 

Mais cil o les branz Viëneis 21160 

Ont entor lui desfait la presse, 

E Troïlus mie n'i laisse 
21 175 Del bon destrier, anceis Ten meine. 

De tantcom durt mais la semaine, 

Ne se verra il en l'estor. 21 165 



21 160 ABDK furent; B ingal — 61 F Se a. ne fust n. — 62 
tous les mss. Par; JM est f. — 63-8 m. à jB — 63 i? et es dos d. 

— 64 yl A merueilles, E MTt durement; FJ m. fu — 65 iî Ane, 
An Ainz, E Einz; ^ cel i. — 66 fc Ne reçut nus {M nul); Fcox 

— 67 en Ne cheualiers ne hom {D homs) ; M ne om — 68 E 
men., ADN merueille ; R lont, Nen lot — 69 D Se si, F Sensi 

— yo R Mas ; / Hui m. e., B Chi e. il, K II e. ia; M M. il e. 
escosse; KR rescosse; H Qui sont bon cheualier gaillart — 71 
(J); DFSe ne f. {v. f. dans F); BH li m., A/ li sien m. — y2 A 
O les b. dacier; D uianois, R uionois, AJ uiennois ; k o les ucrz 
b. {M les b.) maneis, B les rescorent m., / as b. sarrasinois — 
73-82 m. à ^— 73 {J); AK dentour; e E. 1. o. d., F O. d. e. 1. ; 
D o. rompu — 74 (/) ; ACk neent ni {M nil), N pas ne li, Jy qui 
pas ni {A nel) — y5 eM Le; KR buen; M a. en maine — 76 
{J); K De t. dure mes; AA^e com dura, R c. durent m. (v. /.); 
N Tant c. dura puis, F Ancois que trespast, H De tote entière 

— 77 {IJ); A'' u. mais, N uit onques; A Ne le uit il puis, y 
Ne uint achillès; M a estour, J en e. 



bîX-NEUViÊMË BATAILLE 3^9 

Dès or li ra mestier sojor : 

Mostrer en puet très bien l'essoigne. 
21180 Par mi les mailles de la broigne 21 168 

Esteitbleciez moût durement, 

S'en laissent le torneiement. 

Por lui départi li torneiz : 21 16 g 

N'i ot plus fait a celé feiz. 
21 185 Moût par i ot morz chevaliers. 

Toz les autres sis jorz entiers 

Se combatirent, ço dit Daire, 

E si vos puet om bien retraire 

Que Troilus le pris en ot. 2iij5 



Dix-neuvième bataille ; mort de Troïlus et de Mennon. 

21 190 Mais quant li reis Prianz le sot, 

Que Achillès contre eus esteit, 

Moût Fen pesa, si ot grant dreit. 

Qu'il n'i entent rien de son pro. 

Son sairement fist e son vo 21 180 

21 195 Que ja mais sa fille n'avreit 

N'a bien n'a mal, n'a tort n'a dreit. 

21 178 Ay a m. de s. ; FK li a, A"^ li ont; J Or a m. grant de s. 

— 79 {IL) ; n ml't b. ; // M. b. em puet m. e. ; eJMN lessoine, A 
lenseigne — 80 i? la maille; Jk broine; / Car ml't fu blecies en 
le loigne — 81-2 m. à BCIRkx, sont dans AA'^Jy — 82 A^J Si 
{J Lors) laissent, D Laissie ont, EH Laissierent, A Sen remest 

— 83 CJRe Par; BI A tant; F se parti, R parti — 84 C Ne dura 
plus, B .viij. iors dura ; K ceste — 85-8 m. à B — 85 J M, i ot 
m. de c. — 86 {A'^HIJL); k .vij., n .viij. — 87 [C); A tesmoing 

— 88 iV Mes ce; M nous — 89-90 m. à G — 89 B T. tôt — go B 
Et q. — gi B Quacilles uenus i e., G Quant a. contrex e. ; R 
restoit — 92 BFK et si {B il) ot d.; G Ml't poise priant si ot d. 

— 93 ABy Car, GU; B r. ni at. ; BJ atent; K riens, AG point; 
y il ni entent [E sauoit) pas s. p. — 94 {ADJ); BN fait — 95-6 
B Que nul ior m. ne le querra Ne iamais êa. f. nara. 



340 ROMAN DE TROIE 

Dures paroles en parla 

Avuec la reine Ecuba : 

« Dame, » fait il, « poi saviez, 21 185 

21200 « Quant vos le coilvert créiez, 

« Le desfaé, le reneié, 

a Qui tant nos a hui damagié, 

« Que pais ne triuë nos tenist 

« Ne qu'il Polixenain preïst. 2 11 go 

2i2o5 « Or poëz conoistre e saveir 

« Qu'ensi nos cuidot deceveir, 

« E se j'en creiisse voz diz, 

« Trop laidement fusse honiz ; 

« A toz jorz mais m'en repentisse, 21 ip5 

21 2 10 « Se vostre conseil en creïsse. 

— Sire, » fait ele, « ensi est ore, 

« Mais chierement vousisse encore 

« Que il nos en mostrast semblant. 

« Bien a esté aparissant 21200 

2 1 2 1 5 « Qu'il n'esteit pas as granz meslees : 

« Plus de mil testes a sauvées 

« La parole quin a esté. 

« Cil de la l'ont chier comparé : 

« Par set batailles o par dis 2i2o5 

2 1 220 « En a esté si lor li pis 

21 198 k Àuec, B Auoec, AJen A; E ecc. — 200 A ce c; K si 
CF.; M culuert, les autres cuiuert — 1-26 m. à B — i A: deffae, 
R desfie — 2 [HJR); AM adonmagie, eN endom. ; C nos a d. ; 
K Q. nos par a tant d. — - 3 KR Quil ; A Guidiez que t.; K trieue, 
A trieues, CE triues — 4 /f Et; F qe; DH polyxena, A poliz., 
M'^Ek polix., n polixenain, R polixinera — 5 Ncuidier, M croire 
— à K Que si, D Quainsint ; F cuide, e cuida, N uoloit — j M ie; 
D creisse — 8 F Bien poisse estre h. — 10 ^ Se ie u. c. cr. ; K 
feisse — 11 F issis, D ainsint; For — 12 K onquore, EN an- 
core, F ancor — i3 Fuos — 14 FB. est ancor — i5 e3/es g. — 
17 DEk quen a, i? ki en — 18 -4 O. cil de la c, E Chierement 
lont cil — 19-20 placés dans A"^ après -38 — 19 N s. foiees — 
20 k este sor eulz {K s. els e.) le pris. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE 841 

« Que por poi ne s'en sont aie. 

« Ore a autre conseil trové : 

« Ço peise mei, moût dot e criem ge 

« Quelaiz damages ne nos vienge. 21 210 

21225 « Deus nos en guart, n'en sai el dire, 

« Ensi com mis cuers le désire ! » 
Polixena sot cez noveles : 

Sacheiz ne li furent pas bêles. 21214 

Maintes paroles, mainz conseiz, 
2i23o Mainz parlemenz e mainz segreiz 

Aveit o li tenu sa mère : 21 21 5 

Moût li plaiseit e bel li ère 

Qu'il la deveit prendre a moillier. 

Oi aveit del messagier 
21235 Qu'il esteit moût por li destreiz, 

E bien saveit qu'as granz torneiz 21220 

Ne veneit pas : tant cuidot faire 

Que l'ost se meïst el repaire. 



2 1 22 1 R por poi sen (v. /.) — 22 N ai, /? ia, -K" ra — 23 G Se 
p.; IRkx dolente en sui; D m. doute, H ce doit; E criengne, 
AH criegne, J creinge, C grenge; A^ m. criem et dot — 24 
IRkx Molt(F le) criem {FK dot) quil {F que) ne nos face ennui, 
ACD Que des or mes nous mesauiengne {D -iegne, C -eigne), H 
Mesceance ne uos en uiegne, A^ Que io et uos ne perdons tôt; E 
uiengne, J ueinge— 25 A vous —i^{GHJ)\DL Einsint, ^ Aussi; 
M Ainsi comme mon cuer le d. — 27 L Polixenain, D Polyx., A 
Poliz. ; G scet, R set, B o\\ A^ les, R ses — 28 [B] ; A^ S. que ne li 
f. b. — 29-40 m. àB\ 2g-3o m. à IRkx — 29 (C); J meint; A^H 
secrois, J segroiz — 3o ^ secrois, H consois ; J por maintes foiz ; 
A'^ Si com il est raisons et drois — 3 1-2 m. à G — 3 1 {A^) ; EH a 
li, ^ o lui; J t. a li; C Nauoit t. o li; LRkn Tant en auoit parle 
sa m. — Z2 R Kil ; C beau, L beax ; E lan ; F A ses serors et a 
son frère— 35 {R); A"" Dit li a. par m., A D. li ert p. .i. m.; e 
Bien le sauoit par {E sot p. le) m., HB. s. par le m., J Mande Ù 
ot p. m. — 35 AA^Jy Com il e. ; M lie — 36 {J); Nk Et s. b., 
R Et sachieç b., Ay Ne uenoit pas {A mes); k ques — 37 {J) ; 
y Por soe amour; H quide, A"" quidoit; A Car t. c. et vouloit f. 
— 38 (C//J); N louz, F lor; /^ ah 



^4^ ROMAN DE TROIE 

Essaiez s'i esteit lonc tens : 
21240 Quant ore a pris autre porpens, 

Ço peise li, si deit il faire. 21225 

Dès or porreiz oïr retraire 

La bataille dis e novaine 

E la dolor e la grant peine 
2 1 245 Qu'i avint puis a ceus dedenz. 

Moût par fu Achillès dolenz, 21280 

Moût fu angoissos e iriez : 

Veit que trop par est engeigniez. 

Demorez s'est d'armes porter 
2i25o Por la fille Priant amer ; 

Sofert en a mortel dolor 21235 

Senz bien aveir ne nuit ne jor, 

Senz ço que ja li vaille rien . 

N'en avra mie, ço set bien : 
2 1255 Dès or ne s'i atent il mais ; 

Por quant s'en suefre si grant fais 21240 

Qu'il n'a repos, joie ne bien; 

Destreiz en est sor tote rien. 

Quant l'en remembre, toz s'oblie ; 
21260 Mais mis se rest en la folie. 



21239-42 m. à AJy — A* place ici les v. 2i2jg'2o — 89 
JV Qessaiez, / Asaiez; R sen — 40 TV Q. il; G prins — 41 
B Anuia lui ce dut, C Ce li p. ce puet; K Molt len poise — 
42 [BC) ; A'K poez — 48 A" nueuaine — 45 BR Quen, M Quil; 
Ae Qui i a. a; EF ces — 47 F angoisse; A M. fu dolenz mit 
fu i., e Mont ot le cuer triste et irie — 48 F est andomagiez, 
A mal sest esploitiez, e a m. esploitie — 5i {A''CJR)\ K 
Sofferte; k mortal, / morte; A Trop par souffroit cruel amour, 
Y Mont en auoit au cuer iror — 52 {CJR); Ay Nauoit ioie ; F 
et n. et i., A"" et sanz retor — 53 // Et si uoit bien ne li ualt r. 
— 55 Z) sen a. — b^ R Por ce,^ Neporquant, A Non porq.; M 
Nequedent {v. /.), ACFRk si; M soffrc il,^ sostient, C s. il; AT 
ml't g. f.; E an s. g. f.; C tes f., B gries f. — Sy C Qi; F Qe il 
nen a repox ne b. — 5g A le; M tout; AD si — 60 C sen; F 
a la. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE 343 

Ne sait cornent il s'en retraie. 21245 

Ire e dolor li fait sa plaie ; 

Pense, s'il en esteit guariz, 

Se celui trueve el fereïz, 
21265 Chier le li fera comparer, 

Par mi ses mains l'estuet passer : 21260 

O seit a dreit, o seit a tort, 

Seiirs puet estre de la mort. 

Vers lui a moût le cuer enflé : 
21270 Por ço li sera bien mostré. 

C'iert granz damages, senz mentir, 21255 

Mais ensi ert a avenir. 
Del jor qui fist a redoter 

Vint li termes senz demorer. 
21275 Armé se sont dedenz la vile; 

Plus s'en ist de seisante mile ; 21260 

N'i a cel n'ait cheval corant, 

Fort e legier e mal traiant ; 

N'i a cel n'ait escu e broigne, 



21261-2 interv. dans F — 61 CKse— 62 FI et duel — 63 AC 
se il e. — 64 {B) ; ACDFHJ Etc.,R Si c; DJ truisse — 65-6 m. à 
B — 65 CNR feroit; a: C. li fera trop c. — 66 /: les m. — 69-70 
interv. dans R; 69-72 m. à B — 6g R sa. m. — 70 L Por qant 
si s. il m,; K Par itant s, ; iV si sera compare; A demoustre 
{v. /.) — 71 R Cert; FM grant doraage; A Ce iert donm. — 72 
(CJR); D ainsint, N ensins, E einsins; Dk iert, .4 est; n a 
deuenir — 78 {GL); n Cel, CJe El; H Li iors — 75 NR Arme, 
K Quarme, F Garni; J Rarmerent soi, A"" Armèrent s.; Ae Ar- 
mer salèrent par; B sen s.; n cil de la u. — 76 [H] ; F A. m.; E 
issirent de .xx. m.; J Oissirent sen, C Bien en i ot; A"" Puis sen 
issirent .xxx. m., B Issu sen sont p. de .x. mile — 77-84 
m. à B — 77-80 réduits à 2 v. dans ^' : Ni a celui nait bon 
destrier Helme et escu halberc doblier; 77-8 m. à R — 77 ilP)', 
AM cil, E nul, L un ; J Chascuns auoit; AJy braidif — 78 
(/); AJy F. et courant, n F. et hardi, LP F. et isnel; C bien 
penant, K remuant, F combatant, EJ mal tretif, D m. redif; 
A H non pas restif — 79 (/) ; ADM cil, ^ nul, L n . ; JK broine, 
F lancci 



344 ROMAN DE TROIE 

21280 Heaume e espee de Saissoigne 

O Loherenge o d'Alemaigne. 21265 

Es lances parut mainte enseigne 

E maint penon ovré d'orfreis. 

Trestuit s'en issent demaneis; 
21285 Fors des lices, es plains graviers, 

Ont devisez lor chevaliers. 212^0 

Cil de l'ost vienent encontre eus, 

Prez de bataille, iriez e feus. 

En forz conreiz e en pleniers 
21290 Duit Achillès ses chevaliers 

E endotrine a son voleir : 2i2j5 

« Tant, » fait il, « vos faz a saveir 

« Que n'ailleiz pas al fereïz 

« Tant qu'il aient les noz partiz 
21295 « De champ, de bataille e de place ; 

21280 (L); G ou e. ; iV et antresoigne; C H. lacie deuers 
sainssoigne, F H. et hauberc et conoisance; JjfiT sessoine ; R des- 
sainssoigne — 81-4 m. à Ay — 81 Af boer. ; K loerenche, 
C loerange, J lohereinche; n De loheraine (F lo hor.); M dale- 
gnaigne, R alem. ; A^ Ses ueissies par la champaigne — 82 F" 
paint, J paroit, C a {v. /,); A" Sus es 1. pert; N maint — 83 C 
mains penons; A" m. peignons bordez — 84-4'CV En cui [A"^ Des 
or) sera grans li tornois {J chaplois) — 85 (B); ACJe Hors; A"^ 
les; E De la uile; BH as; EH pleins — 86 M deuise — 87 ^ 
Ceuls; H Et cil de 1. u. contre els, A^BIPRkx Contrax reuie- 
nent [BFG reuindrent, P reuint, L sen issent), (^' Encontrels 
u.) cil de lost — 88 ACJy Prest; AC irie; eJ et airex, H et a 
noiels; GILNRk Serre {GM Sarre, L Soef) le pas, B Serrement, 
A^'FP Le petit pas ; A^BIPRkx ne {IPRk non) mie tost — 89 
A^BIPRkx A. fu [B iert) iriez {K cruex) et fiers; H Es f. — 90 
A'^BIPRkx Qui atorne ses cheualiers ; ^ Duist;^CJA. d. — 

91 {CDHJ); AAK Et {A^ II) les doctrine, B Et atorne; F pooir — 

92 (R); A^F Itant f. il u. f. s., AJy Vuell vous {A V. vueil, C Je 
uoil) f. il faire a s. (^ f. s.), H signor u. uoil f. s., B Et endoc- 
trine et dist por uoir — 93-6 m. à BH — gS K nalliez, les autres 
nailliez — 94 i^ T. ki a., A De ci quaient, e Deuant q., N lus- 
quil a.; K nostres p. — 95 {CR); / v de p.; J de p. et de b., e De 
b. par {D «t p.) grant pooir. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE TROÏLUS 345 

« E si vueil bien que chascuns sace 21280 

« Que jo ne hé nule rien tant 

« Com Troïlus, le fil Priant. 

« Trop m'a laidi e empeirié 
2 1 3oo « E de ma gent trop damagié ; 

« Le sanc m'a fait del cors eissir, 21285 

« Si s'en devreit bien repentir. 

« Si fera il, ne puet rcmaindre : 

« A vos m'en dei clamer e plaindre. 
2i3o5 « Quant les noz en verreiz venir, 

« Si n'i ait rien del plus sofrir : 2i2go 

« Donc chevauchiez estreit serré, 

« E quant vos l'avreiz encontre, 

« Si guardez bien qu'il ne s'en aut. 
2i3io « De nul des autres ne me chaut, 2i2g4 

« Mais que de lui prenez venjance 

« Des plaies que m'a fait sa lance. 

« N'aiez ja mais fiance en mei, 2i2g5 

« S'il s'en rêvait sains del tornei. 
2 1 3 I 5 « Or verrai que vos en fereiz. 

« Jo vos di bien que m'i avreiz 

21296 e uos u. faire a sauoir; k Issi [M Ainsi) uoil que ch. 
lo face, J Ice uos di ie bien sanz faille — 97 -^ Car; N haz, A 
hez, R hac (s longue sur le c)\ B Que il ne het — 98 D li fiuz 
pryant — 2i3oo N mon cors; AN adonm., eF endoum., K molt 
A. — 1-2 m. à B — i R me ï. — 2 â: len d. — 4 i^ doit; B me 
dei ie très bien p. — S {B)\ k les uos; R uers nos len; n partir 

— 6 a: Ni ait naient; H Dont; AD riens; BR p. del, KN de p. 

— 7 FH Don, N Dont, Ae Lors; H sere, Ae serrez — 8 Af les 
a. (v. /.); Ae Et se il {A sil) puet estre encontrez, H Et se u. 
lauiez e. — 9 AT ralt, H ait; AJMRy que il nen aut — 10 -4 
De touz les a. — 11-26 m. à B; \\-2 m. à Rkn — 11 CJy Ne 
mes que men {E me, H em) p. (C quen p. la) u.; CJ prengiez, 
D preigniez, E pregniez, H prendes, A prenez — 13-24 vn. à B 

— 14 C Se; J seins; M renient sain, CH reuait {H -et) uis; Ae 
Se hui sen reuait {A'' reua, D renient) — i5 -R ueraiç; K com 
uos le f.; ^C>- Or i parra {A penra) que "V^ïus [Ce en) f. — 16 ^ 
moi aure«; //Si u. di b. quant uos ires. 



346 ROMAN DE TROIE 

« Al grant mestier e al bosoing : 

« Ne serai mie de vos loing ; 2i3oo 

« Mais jo ne m'os pas travaillier, 
21 320 « Qu'en mes plaies me criem blecier. » 

Ensi devise son afaire, 

Mais jo cuit mieuz l'en venist taire : 

Se cil en aveient la force, 

Guage i metreit de la caboce ; 2i3o6 

21 325 E s'est quil vos sache conter, 

A ço porra il bien torner. 

Cil de l'ost sont tuit a cheval, 2i3oj 

Porpris ont ja le champ mortal : 

En la grant plaigne sablonose 
2i33o Assembla l'uevre perillose. 21810 

Greu chevauchent vers Troïens 

Par granz eschieles e par rens : 

Quant des herberges as plains issent, 

Cent mile heaumes i resclarcissent ; 21814 

2i3i7 /f Au g. fais et; EHK au grant b. — 18 iV/? pas de uos 
trop 1. — 19-20 m. à H — 19 A M. ne mose p. t., K M. gie ne m. 
t., e Ge ne mos mie t.; F tant t.— 20 « Qe, Ae En; AD crieng, 
k dot — 21 D Einsint; C cest, A tout — 22 ^ Mes m. len u. co 
creiz X.,Ay M. len (^ lor) u. cesser et t. {H ariere traire) — 
2 3 H Se il; CJ rauoient; A en pueent auoir f., A"" la f. en 
aueroient, IRkx Que se cil {GL il) la f. en auoient — 24 DJ 
metroit, A metront, EH lerroit; E craboce, H chab. ; C 11 ille- 
roit fust et escorce, A'^IRkx Tôt autrement la torneroient (2 5-6 
manquent) — 25 // Sil est; AE quel, BD qui; C Sest quil u. s. 
raconter — 27 {BGLR); A''- s. bien, H resont, F furent, / s. 
tout; NP C. de troye s. a — 28 F P. orent; ia m. à P ; yJ Et 
ont p.; /le cop — 29-30 m. à ABy — 29 [CIJ); F Et — 3o (7); 
CKR Comenca — 3i {BCJ)\ m. à P; R cheuaucherent abriue, 
BIkn c. tuit (7 tout) a.,; H Domachier uoelent t. — 32 (77); P 
Por grand eschiele, R Per grant batailles; BINRk deuise, F De 
bataille tuit conree; CE J par {J por) grant {E granz) r. — 33-4 
interv. dans CJ, m. à Ay; 33-46 ni. à B — 33 M Que; P Quant 
auberges; J pleins, P plainz, n chans — 34 A' xxx. m. helmes 
r. ; 7 helme, LNR hiaume; GLHP h. r. ; K resclarissent, IR 
resclarcissent, A^x resplendissenti 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE ; MORT DE TROÏLUS 847 

2 1 335 Vint mile enseignes i ventelent, 

Que d'or reluisent e freselent 

Contre la raie del soleil. 2i3i5 

Senz demander autre conseil, 

Se sont requis en tel manière 
21340 Qu'en ensanglenta la poudrière. 

A bandon metent les peitrines 

El brueil de mil lances fraisnines : 2i320 

N'i vaut escu n'auberc doblier 

Que li cler fer trenchant d'acier 
21345 Ne trespercent piz e corailles. 

Avenues sont les batailles 

E li conrei comunaument : 2i325 

Adonc i ot torneiement 

Si doloros e si très fier 
2i35o Que nus ne s'i set conseillier 

Ne n'i cuide aveir guarison. 

Sanglent en sont li confanon. 2i33o 

Li sons est granz e li tambeis, 

Desor les heaumes Paviëis, 
2i355 Des espees d'acier brunies. 2i33i 



2 1335-6 m. à A^BIPRkx, sont dans AA'CJy — 36 A freteilent 
— 3j D roie — Sg F Si — 40 i/ Que sanglante en est li polr., 
NRk Que bien parut a la p., FB. i p. a lor baniere — 41-2 m. à 
/f — 41 F lor petr. — 42 A'^Rkn En contre .m.; /? frusn., J fre- 
sines, F fren., P frar. — 48 AMRny escuz ; F ne hauberz, R 
naubercs ; F dobliers — 44 k t. fer; F Contre les fers tranchant 
daciers — 45 efc Ni; N trespiercent, F -ecent — 46 Rk Assem- 
blées — 47 5 Assemble sont, D Et es conrroiz; BK comulna- 
ment, les autres comunement — 48 A"" Lors i ot grant, e Lores i 
ot — 49 {A) ; e Si très d. et si f., B Si d. si pesme et {M si) f., 
IRkn Si (R De) p. et d. et f. — 5o A'^N riens; 5 se — 51-64 m. à 
B — 5i A"^ Nus, A Nul ; K ne quide ; N Ni cuident — 52 J i s., 
R en font ; KR gonf.; A^J aj. 4 v.\ voy. aux Notes — 53-4 ^' à 
IRkn — 53 A tinbois, D tunbrois, A'^J tiipbrois, H escrois — 54 
H Desoz ; e Souz les uers hiaumes — - 55 /en As, RPi.; A^ Despees 
trenchans et b> 



348 ROMAN DE TROIE 

La ot mil cors getez de vies; 

La ot presse, la ot grant foie : 

Teus s'i embat e teus s'i cole, 

Qui ja n'en tornera ariere, 21 335 

2 1 36o Se l'om ne l'en reporte en bière. 

Par mi la place en i gist maint, 

Qui a la mort baaille e plaint; 

Moût en i ra des deshaitiez, 

Qui ne pueent ester sor piez 21340 

21 365 Ne eus aidier ne autrui nuire: 

Ne puet estre qu'il n'en i muire. 
Tant ot la bataille duré 

Que bien fu ja midi passé. 

A tant i vint, ne tarja plus, 2 1345 

21870 O moût grant force Troïlus : 

Trei mile l'en sivent al dos. 

21 356 Rkn I ront {K ont) maint perdues les u. — b-j A La a 
p.; CE La ot g. p. et g. [E la ot) f. , Rkn La p. fu granz {K 
grant) et la f. — 58 (C); Rkn et muce et c. — 21359-489 m. à M 
{pour ces vers BC sont utilisés); 59-64 m. àB — 5g KRn Qui onc 
{R anc, n ains) puis ne {N nan) torna a., J Q. ne tornera mes a., 
D Q. iames nan uendra a., E Ja mes nan reuandra a. — 60 N 
San ne lan aporta, K'Se Ion ne len p., F Car an ne lan p., R Se 
len a., C Se nen est aportez, A Se on ne len reporte — 61 C E 
mi {sic} ; J Por la bataille; e sen g., A en g., H gisent, C en gis- 
sent; FKR Plosor en gisent {R giss.) el sablon, A'^ P. g. sor le s. 

— 62 {HJ); C Cui la mors angoisse et destraint, KRn Qui naten- 
dent se la mort non — 63 AJRe i a; JK deh., R deschaicieç, 
C -eiciez — 64 F estre ; C en p. — 65 iV Na aus a. na ; -R nautre, 
-4 ne a ceus — 66 R ke il ni, K que nen i ; C qasez nen m., 
puis ces 2 V. : Tant qe dechient les ensaignes Et esclarcisent les 
compaignes — 67 {B); I li grans estours d.; ACe La b. ot ia (C 
ot, AD auoit) t. d. — 68 C ia esloit, e ia orent, A pot estre, Fil 
uirent, KR h. fu uers ; N b. ert ia midis, B b. fu miedi; / Kil 
fu b. m. Y>.\ R mei dépasse — 69 {R); AFK Adonc, E Lores; 
D Lors i auint — 70 ABEKRn A, C Ot; N esfort, F besoig 

— 71 -4 m. à B — 71 e Trois; A .iij. m. len erent, F A t. mil 
le siuent; N T. m. li sont après le d., KR T. m. hialmes 
enpres {R hiaume après) Bon doxi 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE TROÏLUS 049 

Adonc n'i ot Grezeis si os 

Qui sempres ne chanjast estai. 

Lors furent brochié li cheval : 2i35o 

21375 La ot chacié e abatu ; 

La sont li cri, la sont li hu ; 

Tel noise i font li olifant 

Que l'om n'i oïst Deu tonant. 

La ot si fait abateïz 2 1355 

2i38o Que Greu s'en vont toz desconfiz. 

S'est qui fuie, pro est qui chace : 

Sacheiz moût perdent en la place. 

Ja esteient des tentes près, 

Quant sorst la maisniee Achillès : 2i36o 

21 385 Doi mile sont en un conrei, 

Senz ço qu'en seient pas li trei 

Senz fort escu e senz fort broigne. 

Senz demander nule autre essoigne, 

Vont encontre lor enemis, 2i365 

21390 Lances baissiees, escuz pris. 

E cil les ont bien recoilliz 

Enz es pointes des fers bruniz 

21372 e One {E Ainz) puis — 73 i^ chanbiast, A^ guanchist; e 
ni muast — 74 Ae La f., n Li f., K Adonc sont — 75 iV La ont 
— 76 BKR grant et li hu — 77-8 m. à B — 77 AA^CJy La ot 
(A'sunt) sonne, N T. n. f. — 78 F Qi lan; AA'^CDHJ Quen ni 
o. pas (-4^ nis), J Que lan noist p. — 79 -R faiç, A'^BFK grant, 
AD fier — 80 BKRn Troien ont grex [F greu) departiz ; A sen 
sont tuit ; DJ Quil ont grezois {J les grex) toz — 81-2 iriterv. dans 
BKRn — 81 D prez, J trop, C molt, R bien, BKn assez — 82 
A chace; BKRn Fuiant (F Tant qil) ont guerpie la p. — 84 {J); 
ACèn sort, R soist ; AC Lors s.; BN Q. lor s. (B le sot) la gent 
{B genz) a. — 85 F Doi, A Deus, BJe i]., K Treis — 86 C que 
nen sont, FKR quen (F que, R ki) fussent ; B Brocent ceuals a 
grant desroi — 87 FK S. f. {K blanc) hauberc, R S. forç habercs, 
cJ S. f. destrier; E ne; EJK broine,i) broisne — 88 n nul; eJK 
essoine — 89 C U. encontrer, B E. uont — 90-1 m. ^ ^' — 91-6 
m.àB — gi AH Et il, isCIcil— 92 C Et ses, if En ses, FOu les; 
KNR As p. des buens {N bons) f. b., ^'\s p. des espils furbis. 



35ô ËOMAN £)Ë tftOÎË 

Si durement que li chaciers 

Remest de toz les chevaliers : 2i3'jo 

21395 N'orent corage ne talent, 

Go di por veir, d'aler avant. 
Al socors des Mirmidoneis 

Recovrerent sempres Grezeis : 

La rot si faites assemblées, 2i3']5 

21400 Teus ocises e teus meslees, 

Que nus nel vos porreit conter. 

Ne voustrent pas cil obliër 

La preiere de lor seignor : 

Troïlus cerchent par l'estor; 2i38o 

21405 A la soë eschiele s'aponent. 

Donc s'acueillent e donc se douent 

De lances e d'espees nues : 

La ot testes par mi fendues 

E trenchiez poinz e piez e braz; 21 385 

21410 La fu estranges li baraz. 

Troïlus est toz forsenez, 

Quant entor lui veit assemblez 

21393 {.VIU); KRn A tant est remes (« remcis) — 94 C Re- 
mez, AH Remaint; ^' es cor des c. ; KRn Quil {R Ki) ne fu, F 
fust) pas des or legiers — 95 HN puis cure; C corages — 96 AT 
Ico sacheiz, Rn Ce s. bien; E Jel di — gS J Recourirent — 99 
(JB); CF La i ot (v. /.); F fieres —21400 R Tel occison et tel; K 
occisions tex; B Tel ocision des espees — i (BJ); eF riens; AKe 
sauroit c, N nel porroit reconter, A n. sauroit raconter — 2 R 
uolstrent, CEN uostr., F uoistr., K uoldrent, D uoltrent; DJ Ne 
u. cil {D ci) pas, B Cil ne uoldrent p., A Ne porent c. plus — 4 
R Troiulus, C Troillus, FTroylon; n quierent; ^ en 1. — 5 J 
As eeschieles ml't tost s. ; C sapoinent, B sadonent — 6 A Dont, 
eJ lors; J Lors sentredonent; BKNR De maintenant granz cols 
se {B i) d. {R grant se doignent) — 7-10 m. à B — j {A'HJ); F 
Des — 8 {A^HJ); KRti Maintes t. (F targes) i ot f., / iMolt i ot de 
t. perdues — 9-10 m. à AJy — 9 « tranchic; F p. et poinz; N 
maint poing et maint b. — 10 C Si est; R braç — 1 1 C Troil- 
lus; n fu t. ; AT forcenez, A aournez ~ 12 N aunez, HK amasses, 
C aiostez. 



bîX-NElîVlÊMË ÔÀtAÎLLE; MORT DE TROÏlUS 35 1 

Ceus qui por mort le vont querant. 

Trait a le brant d'acier trenchant; 2i3go 

2141 5 Donc les acueut, donc les detrenche : 

N'a nul reguart que toz nés venche. 

En la greignor presse lor vait : 

Gui il ataint, de lui est fait. 

Onques nus hom, ço nos dist Daire, 2i3g5 
21420 Ne vit a cors d'orne ço faire, 

Tel ocise ne tel maisel ; 

De sanc i corent grant ruissel. 

Toz les aveit desbaretez, 

Ocis, detrenchiez e navrez; 21400 

21425 A la veie les aveit mis, 

Quant ses chevaus li fu ocis. 

Feruz esteit de dous espiez, 

Ne poëit mais ester sor piez : 

En mi la place s'estendi, 
21480 E Troïlus sor lui chai. 21406 

N'ot o lui compaignon ne per : 

Ainz qu'il s'en poùst relever, 

21413 E Ces, F Cez, — 14 K lespee bien t. — i5 AC Dont... 
dont, Jy Lors... lors; BKRn Naure les ocit {B ocist) et d. — 16 
iî Ja ; i4 Ni a noient ; /î nel ; C qil ne se u., B que tôt ne uenque ; 
e Sa grant iror ilccques [E ilueques) u., J Son maltalent et son 
duel uenche — 17-22 m. à B — 17 F grant p. ostre {sic)', C Enz 
entre mil estor; KRn san uet — 18 K Qui il, N Quanquil — 19 
{R)\y O. mes h. {H rien), K One crcstiens; CJ ce me, H ce 
lor; D dayre; Kn co truis en d. — 20 KNR un sol h. — 21 
{A C H maisel), D fossel, E floel, J reuel; KRn Tant i a ocis {K 
O. i a t.) de lor g. — 22 Kn Del {K De) s. c. li r. grant {K 
ru sanglant), R Del s. sunt tuit li r. teint — 23 D desbarestez, 
FK -atez — 24 i^ O. et morç et d. — 27 AP reprend; M*e trois c. 
— 28 BFn p. plus; JNe Ne pot p. ester {EJ estre) sor ses p.; ABF 
estre; K sus p., CR en p.; yl estre sus s. p. — 2g E descendi — 
3o F Qant; A sus \.^ E desus — 3 1-2 interv. dans M'^AJy^ m. 
à K— 3i {BIR); G ou, L od ; AP Nauoir ne c, AA^'Jy Ne c. 
auoir, C Ne a. c. — 32 {R); L qe; BGI se; M" Auant, AA^CJy 
Aincois; APAJny poist, G poit; ACJe quil se {E san) p. leuer, 
H que il p. 1., A"" quil p. releuer. 



352 ROMAN DE TROIE 

Fu Achillès sor lui venuz. 2140'j 

Ha! las, tanz cous i ot feruz 
21435 Sor lui d'espees maintenant! 

E Achillès se mist en tant 21410 

Qu'il ot la teste désarmée. 

Grant défense, dure meslee 

Lor a rendu : mais ço que chaut? 
21440 Rien ne li monte ne ne vaut, 

Quar Achillès, le reneié, 2 141 5 

Li a anceis le chief trenchié 

Qu'il puisse aveir socors n'aïe. 

Grant cruëuté, grant felenie 
21445 A fait : bien s'en poûst sofrir; 

Ancor s'en puisse il repentir! 21420 

A la coë de son cheval 

Atache le cors del vassal ; 

Adonc le traîne après sei, 



21433 A sus — 34 / He; C Hai tant coup i auoit f . ; M^ 
Hai tant granz cops; AA'y Ha dex; H quels co\s ; BIKNR a 
receuz, DF i a {.; A"" la ot t. c. f. — 35-6 interv. dans BKNR 

— 35-4 Sus ; F De lor espees ; C despee m., H sempre de m. ; 
BKN Qui {K Quil) a autre chose nantant, R Kautre cose ne 
uent tant, / Et achylles se met auant — 36 {AJ); M^ sest mis, 
BKNR sen met, H se pêne; HKN a tant, F auant; / Ki ne uait 
autre rien querant — Z-j F Qil uit — 38 (C); BIKRn Dur estor 
et d. (/ fiere) m., Ay Ml't g. d. {A G. d.) et fort (D grant) m. — 39 
B et ce; Ae cui, H qui — 40 7? ne li u. ; AC R. ne m. ne rien 
ne u. — 41 C li cruelz li r . , AP le cujuert le t.; y au (// a) cuer 
irie, A qui lor aie ; BKRn Na mie longuement [F longem.) dure — 
42 (C); M"" auant; A Aincois quil ait secours naie, BKRn Que 
cil li a le chief colpe — 43 (C); A L\ a le chief du bu trenchié, 
BKRn Ainz quil poist auoir aie — 44 EKn crualte, APBH -elte, 
D -iaute, A cuiuerte; CK félonie, F fcunie, Af'BDR uilenie; A et 
g. pechie — 45 (C); BKNR En fist; M^Ken poist — 46 (H); K 
Onquor, ABRe Encor; Afe puisse, F poist, AB puist il, C puet 
il — 47 CR choe, D qeuc — 48 -R Esiache, C Ataichie, K Atacha 

— 49 (AC); BKNR Traîne len a a. {K enpres) s.; AT Adoncs, 
DJ Lorcs; FF Puis le traina. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE) MORT DE TROÏLUS 353 

21450 Si quel virent cil del tornei. 

La novele fu tost seûe. 21425 

Quant Troien l'ont entendue, 

Frémissent tuit e se restreignent, 

Braient, crient, plorent e plaignent ; 
21455 En la bataille e en Testor 

En chaïrent pasmé plusor. 21480 

Paris le sot e Eneas, 

Reis Mennon e Polidamas. 

Tel ire e teus deus lor en prent 
21460 Que uns sous d'eus a rien n'entent : 

Or renovele lor pesance, 21 435 

Or amenuise lor poissance; 

Dès ore ont il assez que faire. 

Quant Mennon vit le cors detraire 
21465 Vilment a coës de chevaus, 

Isnelement o ses vassaus 21440 

L'ala rescorre maintenant, 

Mais moût i fu la presse grant. 

Perseis, si home natural, 
21470 Font après lui tel batestal 



2 1450 (.4//); 3fCDueient; Kcels; C de tel t. — 53 (Q; BKRn 
T. f.; eF si sestraignent {D sestrienent), B se refreignent — 
54 (BC); M' B. e c. p. {v. /.), K B. p. c. — 55-62 m. à B — 56 
EF cheirent, C cheurent; N An chieent p. li p. — 58 (C); KRn 
Et; F menon, J mennor; Dpolyd. — 5g (J); A/' Tiel, CGKRny 
Tex; N Tex diax tele i., L Tel doel tel i.; GLR les en p.; P 
tielz duel en prant; M'^CJy e tiel dolor les [CH li) p. — 60 
{ACGJR)\ H Que nus daus mais; L un sol; DK riens; 3/' ne 
tient, P natant — 61-2 interv. dans M^AJLy — 61 M^AA^CJy 
renouelent (H acoillent il) lor pesances — 62 FR amenuisse, N 
apetise; L remaint tote; -K Amenuisiee est; M^'AA'^CJy Getcnt 
escuz e {D or) getent lances — 63 C De; BKRn or; Rn a f., K 
affaire — 64 F menon, E mannon — 65 F choes, D qeues, E 
coe — 67 {B) ; C Le uait; F secore; M"" Lest r. alez — 68 C li 
fu la perte g.; BKRn M. une presse i ot » [K trop) g. — 70 C 
le batistal ; BKRn Vont après {K enpres) lui comme vassal. 

Tome III. 33 



354 ROMAN DE TROIE 

O les espees esmolues 21445 

Que les presses ont derompues. 

Desci qu'ai cors en sont venu : 

La ot maint chief sevré de bu. 
21475 Mennon li dist : « Ça le laireiz, 

« Coilverz; griefment le comparreiz. 21450 

« Cruëus, cornent l'avez pensé, 

« Que feïstes tel cruëuté 

« Que le fil le rei traînastes ? 
21480 « De grant orgueil vos apensastes. 

« Assez avez dès or vescu : 21455 

« Trop avez lonc landon eii. 

« Geste honte seravengiee : 

« Ja n'iert mais guaires respitiee. 
21485 « Trop est granz dueus que vos vivez 



21471 F Qi as — 72 C sont d.; BKRn Ont tost 1. p. d. — 73 
WBCRny De ci, K De s\,'B au c. — 74 BKRn M. c. [B Mais 
cief) i ot; Z) du bu — 75 n Menon, E Mannon; K dit; BH ci, K 
ia — 76 F Culuerz, B -ers, C Cuiluert, EGN Cuiuerz, yPDHL 
-ert; CFKy griement, NP ml't chier; K Fel g. lespeneireiz — 
77-8 m. à FG et sont interv. dans BKNR — 77 5 Culuers, N 
Cuiuerz, K Cuuerz, P -ers; D C. com lex, A" Traitres cum; AT 
auez; C Mar eustes aine en p., / Cuuert com vous vint en pesé — 

- 78 Z) Con, J Cunt, A Qui; BCEHJe crualte, AfM'ii: -elte, 
AD-anie; A'BIKR Trop auez fait grant, M^C De (C A) faire si g., 
LN T. feiz {N faites g. desloiaute — 79-80 interv. dans F — jg 
(Q; AF Quant; Jy Qui; BN al r., DJ dun r. — 80 {BIPR); 
WAA'CDJ De ujl chose, EH De folie, 1 De for o. — 81-92 m. 
a B — 81 [GJLR); F D. or a. uos trop u., K T. a. longement 
u., M'^ACJy Des or {J Des ce) est il assez de uos — 82 / daban- 
don; FG grant; {KR landon), nLP bandon, G brandon; L T. 1. 
b. a. eu, M'^AA^'CJy Venir uos en estuet {A"" coulent) par nos 

— 83 {CR) ; AA^'J Cist {J Cest) hontages,^ Cist doumages; yJ 
uengiez sera; A uengie; /l' uengies, K uenchiee — 84 F la m. 
n.; KN m. longues; R respeitee, P -itee ; JW' la ne sera g- 
targee, ^'C Ne s. m. g. targies (C -iee), A Ni aura m. g. targie, 
yj la mes g. {J Et g. m.) ne tardera — 85 (C); APF quant uos, 
N q. tant, GL que t.; H dolor que uos. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE MENNON 355 

a Ne que vos tant armes portez. 21460 

« Hector e cestui avez mort 

« A grant pechié e a grant tort : 

« One teus damages ne fu faiz. 
21490 « Mais moût en estes loinz de paiz : 

« Icist miens branz vos en desfie. » 2146b 

A haute voiz s'enseigne escrie, 

Le cheval fiert des esporons ; 

Par mi Tescu a dous lions 
21495 E par l'auberc lez la peitrine 

Li fait passer l'anste fraisnine : 214^0 

Sanglent en furent li languel 

E de la lance li coutel ; 

A poi fust la venjance faite. 21 4^1 

2i5oo Reis Mennon a l'espee traite : 

Sor le heaume bruni d'acier 

Li vait la preie chalongier; 

Treis cous i fiert desmesurez, 2i4j5 

Que li cercles en est volez. 
2i5o5 Li sans l'en file contre val. 

Jus l'abati de son cheval 

21486 n Ne quant, iWVL Et que, D Ne dont; EFH uos mes, 
C u. plus; GL u. a. t. p. — 89 M"" Aine, E Einz, Cn Ainz; 3/' tiel 
damage; F fait, M^C mes — 90 FK Des or {K ore); APNe loing ; 
F loig de plait; C M. trop en est 1. de la pais — 91 AT A cist; C 
braz (m. à F) — 92 LA icest mot — 98 {BL)\ n Son ; F point — 
94 [AR) ; M^ABCK as d. — 96 iV fet; M lanse, R lasta, C laste, D 
lante — 97-8 m. à BRkn — 97 {A) ; EH langel, C lenbel, DJ clauel 
— 98 {ACHJ); E costel —99 {AH); A poi m. à M {déchirure), 
C Dun poi, J Par p.; C fu; jfiC u. nen a, LMPRn nen a u.; 
LPRkn prise, B pris — 2i5oo C menon, E mannon, J mennors 
{de même v. 21 5 16, 2i52o, etc.);M''J sespee ; BLPRkn Puis a 
au cler brant (P chier branz) la main {K la m. al buen b.) mise 
(B mis) — 1-2 interv. dans k — i BN liaume {B lelme) reluisant 
d.; L luisant — 2 {BCR)\ N la perte, F troylon, H troilus, eJ 
troyl.; L Li feit les pierres esloignier — 5 kn del chief li f. {FM 
chiet) aual; e en f., AH li f. ; J contraua^ ; / Test a estone le 
vassal — 6 {AA"") ; kni Volsist ou non;; HJ le trebuce de c. 



356 ROMAN DE TROIE 

Tût espasmi : por poi n'est morz. 

Par grant proëce e par esforz 21480 

Fu li cors Troïlus rescos. 
21 5 10 Moût en i ot ainz d'angoissos 

E de navrez e de bleciez 

E d'ocis e de detrenchiez. 21484 

Al cors rescorre ot grant trepei 

E grief meslee e fier tornei. 
2 1 5 1 5 Bien i fu navrez Achillès, 2 1485 

Bien le requist Mennon de près : 21486 

Rescosse li a si sa preie, 

Que tote la place en rogeie. 

Chaeiz fu, mais senz demorer 2 148 y 

2 1 520 L'ont fait si home remonter, 

Qui mainte colee i reçurent : 

Moût i suefrent e i endurent. 2i4go 

De la bataille l'ont fors trait : 



21 507 (-4'); Jespami, D espaumi; Bkn Chei pasmez, ^ Tôt est 
pasmez; M'AJy par p., /en a p. — 8 BFI Por... por — 9 FM 
rescox, N -ors, L requis — 10 {AHI); BLNR Mes ml'l en i ot, 
A' Mrt i ot ancois; L M, m. en i ot des eschis, kG Mes m. i ot 
des a. — 11-2 m. à B— 11 {AA^HJ); IRkx Ki furent naure et 
blecie — 12 [AA'HJ)-, kni Et qui i furent detranchie, GLR Et ki 
f. tuit (L t. f.) d. [GL depecie) -^ i3-4 m. à BIRkx — i3 H A 
lui; AC fier, A" tel, DJ fort ; D repoi — 14 ^ Et fort, H Et grant, 
M^'J Grieue, C Dure; e et grief; A desroi; A"^ Mil en i a mis en 
esfroi — i5 {A); Rk Mol't; NR bleciez, B férus; M^ Naurez i fu 
molt— 16 {AA'J); FIL Ml't; M^CIN lot [R lo, N la) requis, D le 
requiert; B lot m. r. — 17-8 m. à BIRkx — 17 A A'' Bien li a 
r. {A"" rescolse), £" B. a mannon resquex; M"" Escosse; DJ a bien 

— 18 DJ Car; J la p. t.; M^ toz sis hauzbers; E Trestote la p. 

— igFCheuz, a: Chauz, B Ceois, MR Chaciez; /Caois fu mains, 
ON A terre fu, L A. t. ou fu, M'^AA^Jy Mes maintenant — 20 A' 
L. si h. f. comparer— 21-2 m. à5 — 21 (AHJR); Af' Que; A^N 
en ; M"" endurent — 22 F Et m. i s. et e., k M. par i {M M. i) s. 
et e., / M. i s. et e.; N et ml't e.; -4' M. soffrirent et ml't endu- 
rent, AJy Sachiez de {AH por) uoir ml't (-4 mal) i e., AT E 
maint grant coup iluec recurent — 23 M^Me hors. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE MENNON SSj 

Vers les tentes tôt dreit s'en vait. 
21 525 E reis Mennon li est guenchiz : 

Bien o trei mile fervestiz, 

O lui s'est de rechief meslez. 2i4g5 

Puis queli monz fu estorez, 

Ne vit nus hom plus dur estor, 
2i53o Plus senz merci, plus senz amor. 

Grant los en a Mennon li reis : 

Moût le fait bien o ses Perseis ; 2i5oo 

Granz envaïes fait sovent 

A Achillès e a sa gent. 
21 535 E quant il plus ne pot sofrir 

E vit Mennon si contenir 

E la soë gent damagier, 2i5o5 

N'ot plus en lui que corrocier : 

Contre lui torne, en haut s'escrie. 
21 540 Lors i rot fait chevalerie. 

Il e Mennon se sont ataint, 

Qui de neient ne se sont feint. 2i5io 

Moût irieement se requièrent, 

Desmesurez cous s'entrefierent, 
21545 Mais la presse les départi, 

21624 {J)\ Bkn Et il (F cil) u. 1. t. sen u.— 25 F Et li {v.f.); 
B lor; e rest — 26 isT O b., BDM B. a, H Od lui, N O tôt; K 
trei .m. — 27-46 m. à B — 27 Ekn A 1.; H As mimidonois sest 
m. — 29 FM mes h., H n. mais; M"" Ne fu oi ; Fk fier — 3o K 
merciz ; Af ne ; N ualor, K dolcor — 3i M Ml't g. loz ot; Af' 
lous, n lox, H ioie — 35 M'^Fe ne pot [M^ puet) p. s. — 37 APAe 
Et si sa g. {M'' sa g. si) endamagier {A adomm. — 38 {A)\ M" 
Not en 1. p. que airer; EKn Lors {Kn II) not en 1., M Na rien 
en 1. — 39 e et h., AN h. ; F t. si escrie ; R lescrie — 40 Af' 
Doncs, k Donc, A Dont; AFM i ot — 41 A/" Lui — 42 [AR)', 
M"^ Q. tant ne quant; e Quil ne se sont de néant f. — 43 {LR) ; 
A' M. menuement; AD M. sentrassaillent et, EH M. se trauail- 
lent et; JMy M. se tastent molt sentrefierent (J se req.); G reque- 
rirent — 44 [AJLR] : EH De ml't cruex cols ; M" Et par grant 
ire se requjerent — 46 {BGLR); WAA^'QJy les a {J ra) 
partiz. 



358 ROMAN DE TROIE 

Qu'il ne porent plus faire ancui. 

Uit jorz dura li fereïz, 2i5i5 

* Si com reconte li Escriz, 

Que Achillès pas n'i veneit 
2i55o Por ses plaies, dont il giseit. 

Mais anceis qu'en fust triuë prise, 

Si com la Letre nos devise, 2/520 

Refu il ja tant respassez 

Qu'a la bataille vint armez. 
2 1 555 Mennon haï a grant merveille : 

As suens le dit e le conseille, 

Qu'il guardent qu'il seit entrepris 2i525 

Ensi qu'il n'en estorce vis : 

« Laidi m'a, » fait il, « e mal fait, 
2i56o « Le sanc del cors m'a sovent trait ; 

« Mais, se jo puis, il i metra 

« Des plus chiers membres que il a. 2i53o 



21546 i? Ke, Z. Qe; JV ni; BMR enqui, N onqui, KL ici, F 
iqi, G iqui; M^'AA^'CJy Vint {H .vu]., D .v.) iors dura cil (Ci/li) 
fereiz— 47-ROit (L); F Ot, 5G .viij., L Vint; N Par .viij. i. fu 
li; M^AA'CJy Et ceste {AA^J celé. M"" cel) ocise e cist (C cest, 
J c\\, 3/' cel) damages [J aiges) — 48 (L); N raconte, M nus 
conte; BR corne c. ; M^'ACJy Tant que (C Si con) ie truis en 
{H tesmoigne) ceste page (Jices paiges), A"^ Tant si cum dist dai- 
res li sages — 49 BMR Que p. a. ; A"" plus; F ne — 5o A/' Par ; 
^Fles p.; 3/ donc, E don, M^N dom; FF se doloit — 5i (C); 
Ay que t. en f. [H t. f.) ; BRkn M. ainz que f. la t. ; K trieue — 
52 [A)', M conme [v. /.) ; Rkn lestoire; B Si conme lauciors ; 
BRkn me d., L le d. — 53 [A); BRkn Fu il gariz et r. ; F si r. 
— 54 [A) : BNRk Si quen lestor u. toz a., F Si qil u. an 1. a. — 
55 BNk haoit; F de g. — 56 {B) ; F Si lo dit as s. et c, M^ A 
toz les s. dit e c; M siens — Sj M'' Qui — 58 D Ainsint, F 
Einsi; n Si {N Et)- que il nen, B Et quil ne son, K Et qu« pas 
nen ; M Et quil nen e. p. u. ; BEMN estorde, AP -ge — 59-66 
m. àB; 59-60 interv. dans F — 59 F II ma 1. et ml't m. ; 3/ L. 
f. il ma, EH L. ma souent; EJ mesfet — 60 H malement t., 
Jy s. me t. ; kn Nest merueille se men deshait {K deh.) — 62 
D quil aura. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE MENNON 3 69 

(( Jo n'eusse hauberc vesti 

< Jusqu'à un meis tôt acompli, 
21 565 « Se por lui non, qu'ocire vueil. 

« Ensi ira baissant l'orgueil 

a De ceus dedenz poi e petit. » 21 535 

Trestot ensi corne il l'a dit, 

L'ont fait le jor en la bataille, 
215/0 Qu'onques de rien n'i firent faille. 

Mesler s'alerent as Perseis 

Comunaument Mirmidoneis : 21 540 

One teus estors ne fu veiiz, 

N'ou tant eiist des abatuz ; 
21575 Si vos di bien, poi en i chiet 

Qui en estorge ne quin liet. 
Achillès et Mennon josterent, 21 545 

Que des chevaus jus se portèrent; 

Après traistrent les branz moluz, 
2i58o Dont moût granz cous se sont feruz. 

Mirmidoneis s'esvertuërent 



21 563 Nk Car; y Neusse h. en dos [E au d. h.) u. — 64 Af De 
C2l^ y Deuant; H .]. an — 65 (/) ; DF non ocirre uoil; N Fors por 
ce quoccirre lo u. — 66 N Ensis, F Ansi, Hk Et si; A" F abais- 
serons, k abess., TV abaisserai, C abess., H en abatrai ; J Et que 
iabeisse lor o., e Et que iaie abessie lorgoil ; 3/' irant [sic) beis- 
sant lergoill — Gj [J)\ /ces; A p. que p. ; A" Et cex d. grant et 
p., H Se onques puis iusqa p., B Onques cil ne quisent respit 
— 68 £) ainsint, J ensint ; A^ Et tôt alsi ; Dn ad., A^ lor d.; JV/* 
cum il d. — 69 [A'B) ; K Le font; /cm a la — 70 M"" Conques; 
K riens; B ne ; F ni aura, M ni mistrent; eJ Sachiez conques 
ni f. {J nen f, o.) f., A S. quil ni f. onc f. — 71 A Mes lors ale- 
rent; 3/ a p. — 72 M'^Ekn Communément, B -elment — 73-6 m. 
à B — 73 M^ Aine, E Einz, Kn Ainz ; F randuz — 74 Fk Ne 
ou, N Ou; K dabatuz; M"" Molt par i ot, e La ot tant morz — 75 
AP Se, tf Ce ; n Et ce sachoiz {F Et s. que) pou — 76 MN 
estorde, M'^K estorce, J eschap, e eschat; F An lestor qi uis an 
reliet — 78 {AD) ; iV Qui ; BM Jus d. c. ; n Q. ius d. c, Bk 
sentreporterent — 79 ^ Enpres ; BA^ traient; B tos nus — 80 J 
i ot f . ; BFk Lors i ot de (J5 des) g. c, t. -^ 81 M" si aunerent* 



360 ROMAN DE TROIE 

Tant i ferirent e chaplerent 2i55o 

Qu'as Perseis tolent lor seignor. 

Ha ! las, tant i ot duel e plor ! 
21 585 Tôt le detrencha Achillès, 

Mais vos n'orreiz parler ja mais 

De si angoissose escremie. 21 555 

S'eust Mennon un poi d'aïe, 

N'i morist pas, ço cuidons nos : 
2 1 590 Ço fust granz biens, s'il fust rescos, 

Quar onc en cest siegle vivant 

Nen ot chevalier plus vaillant, 2i56o 

Plus franc, plus large, plus hardi 

Ne plus aidant a son ami. 
21595 Quant 11 coilverz, li enemis 

L'ot ensi vencu e ocis, 

Sil detrencha tôt par morseaus : 21 565 

Dès ore a il bien ses aveaus, 

Mais ne por quant en quinze lieus 
21600 Li est aparissanz li gieus. 

Li sans li cort jusqu'al talon 

Par les mailles del haubergeon : 2i5yo 

2t582 eFJ T. firent (F fièrent) et tant se (J i) penerent, A/'B 
T. f. e tant c. — 83 FM Qa, 3/' Que — 84 AFe Ici ot d. et ire 
et p. — 85 F destrancha — 89 M'DF Ne ; BK morust p., 3/=" 
fust p. morz ; F sauons, k trouon — 90 (-4) ; Bkn G. dois est {B 
et) (F Cest g. diax) quil ne fu r. ; M' quil f. — 91-4 m. à B — 
91 A/' reprend; M"" aine, n ainz, E einz; M ce; M^DNk siècle 
— 92 Fek Not un (un m. à M), N Not onc; F si, MN miex — 

93 e P. ï. p. sage ; A/ ne p. h. (v. /.); F Ne p. loial ne p. h. — 

94 F aidast — g5 M'^BEn cuiuerz, K cuuers; M' le cuuert — 96 
{B) ; M'^Ae Lot mort e v. — 97 MB Sel ; B trenca tout lues p. m. ; 
M"^ morsieus — 98 (B); k toz, A/'e molt ; M"" aujeus — 99 B 
Et; D non porq.; B .iiij. 1. — 21600 (^'); FH fu; H MM' apa- 
risant — 1-2 m. à B — i « li uait; -4' li courut al t., eJ li 
défile (F lan fila) au t., Af' len file tresqual pie ; H Que li s. li 
file al t., / La dolour sent dusqual t. — 2 {A^'HJ); A Par la 
maille du h., Nk Par mi 1. (M .c. des) m. del blazon, / Par tous 
ses membres enuiron, 3/' Par mi lauzberc menu maillie. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE; MORT DE MENNON 36 1 

Tant en i pert que moût sovent 

Li faut li cuers e li desment. 
2i6o5 Porté l'en ont, senz plus atendre, 

Plus neir, plus pale que n'est cendre : 

Li un diënt qu'il en morra, 2i5j5 

E li autre que non fera. 

A plaindre a assez veirement, 
21610 Que de son cors, que de sa gent : 

Perdu en a plus de cinc cenz, 

Puis qu'il râlèrent al contenz. 2i58o 

Il n'a en Tost prince ne rei 

Qui tant ait perdu endreit sel. 
2 161 5 Non pas por ço qu'estrangement 

N'aient perdu comunaument, — 

Si corne en l'Estoire trovon, 21 585 

N'i ot mais tel ocision, — 

Mais puis que reis Mennon fu morz, 



2i6o3 (G); L i faut; / T. est blechies, ST. p. del sanc; K 
T. en a perdu que s. — 4 ^ ses cuers — 5-i2 m. à F — b 
{AA'BCGHI); A^L Por ce; L sen ua ; M^ sans uje a. — 6 
{AA'GIJ) ; A"" Porte; H P. p. et p. n. ; AT P. uerz; BC p. pers 
que ne soit c, I que pois ne comme encre — 7-14 m. à B — y H 
en d. quil m. ; A' uiura — 8 {AHIJ); GLN autres ; ON q. nel 
f., AfC quil en uiura, -4" quil garira ; A' an morra ; J Li a. 
dient non f. — 10 GLN por s. c. q. por; k et de sa g. — 11 
GINk Dont (GiV Dom) a p.; N .vij. c, A' Ai], c, M .ij. c, A' 
V. cent; L Dômes a p. bien .v. cens — 12 {A); CDk alerent, GL 
en râla, N en ala ; / del; C contez, A'DN content — i3 C Ne 
not ; KEn lost na ne — 14. K Que — 1 5 -4'' Et ne por ce ; B Dam- 
bes .ij. pars conmunelment — 16 CL comunal ment, les septmss. 
comunement ; B Ont ml't perdu estrangement — 17-8 m. seule- 
ment à M'^BF — 17-86 m. à F et sont réd. dans B à ces 2 v. : 
Entre en sont en la cite Troijen ml't adolose — 17 {LVUPR) ; 
G trouons; AA'A'^CJy Si com la letre le {A"" nos, A' me) deuise 
- 18 {LVUPR)\ AA'A^CJy Ni ot onc {A'C aine, A'E ainz) 
mais {H Aine m. ni ot) si {JM' plus) grant ocise, GN tele, R 
teles; G ocisions — 19 ^ Ne p., L Car p.^JN Des p.; IK P. 
que li r. 



362 



ROMAN DE TROIE 



21620 Qui mainteneit les granz esforz, 

E Troïlus li proz, li sages, 

Si s'esmaia toz li barnages, 2i5go 

Tuit furent mort e acoré, 

Esbaï e désespéré, 
21625 E si durent il estre bien. 

One puis n'i ot fait autre rien, 

Mais de la place haïnose, 2i5g5 

Pesme, mortel e dolorose 

Se partirent com plus tost porent, 
2i63o Tôt sagement, al mieuz qu'il sorent. 

Mais se ne fust Philemenis 

E Polidamas e Paris, 21600 

Quis sostindrent, mal lor alast : 

Ja la meitié n'en eschapast. 
21 63 5 Trop par i sofrirent grant fais : 

Tant com li siegles durra mais, 

Ne soferront chevalier tant. 2i6o5 

Iluec fu bien aparissant 



21622 W Si e. ; / tos li plus sages — 23 iV morne et ; R acorre 
— 24 [R) ; WAJe Et tuit furent d. — 26 HR Aine, LN Ainz ; H 
f. nule r, ; M^'AJe Or {W II) ni ot puis nule [M^'M' nul) a. r. — 
27 A Et; R heneose — 28 {AJ)\M''EM P. e m. ; W mortal, M 
cruel; k perillose — 3o A Ml't s. ; R saiuement, AP bêlement ; 
G saigement si con il sourent — Zi G ¥.1; H ni; M philim., JKy 
fil.,iV'filem., /fin. - 32(GJL);^^Poll.; 7 Et polyd.; G et sols 
p., A"" et dans p., A' sens et p., A seul et p.; IRP Et p. et p., E 
P. li proz p., HV. od lui p. — 33 [correction) ; J Qui les tin- 
drent ; ADy Qui les retindrent m. estast (>/' -at), A'^C Q. conrois 
{A^ -oi) tiendrent m. a., AP Q. de tries furent m. a., GILNRk 
Mauuesement lor esteust (G i estut) — 34 WCJ mitie, EH -\tz^ 
A"" moitiez, AM^ -ie; H repairast; CE ne sen alast; GILNRk 
la uns [M nulz) sols (L sels) eschapez {R escanpeç) nen fust — 
35 {AHIL)\ A"" Ml't par. A/' T. i par, CM T. i; CJNe sostin- 
drent ; J T. i s. cil, G Tant i ont soustenu ; AG grans — 36 -R T. 
cant; Af' cist; M^HKN siècles, JM' -e, M siège, C siegle ; Rk 
dura — "i-j K Nen ; MM' soufrirent — 38 3/ Il qui, R Iki, K 
Ici : / Bien fu illuec. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE 363 

Queus vassaus ert Philemenis, 
21640 Quel li Bastart e queus Paris, 

Queus reis Fion, queus reis Edras. 

Cist défendirent tant le pas 21610 

Que lor gent s'en fu tote entrée. 

Par mi la vile ot grant criée 
21645 E granz esmais e granz dolors. 

Es murs batailliez e es tors 

A mil dames e mil puceles 2i6i5 

Cui Teve cort par les maisseles, 

Que hauz criz crient e hauz braiz : 
2i65o Ja mais teus dueus ne sera faiz. 

Moût se dotent que li Grezeis 

Prengent la vile de maneis. 21620 

Cil qui furent fors des trenchiees 

21639 M^MM' iert, KR fu, J fut; A" Quels bers estoit, E 
Com estoit preuz; M^R filem., / fillem., Jek filim., N fylem., 
A" filom. — 40 (C); M' Quex ; K Et polidamas et p. — 41 M' 
frison, A cison, E fyon ; A^ Q. antenor; iV Q. f. et q. ; A'HK 
et quels esdras, E et r. e. {cf. ôSSj); 3/V Quel hardement rot 
{J ot) heneas {J en.); J aj. : Com le refist polidamas — 42 (C) ; 
AA^M'k Cil ; N desfendierent, H -oient, M deffendent (v./.); A"" 
bien, H tôt, R cun ; J lentree — 43 {A""); A la; AA'^CJNk genz ; 
C i fu ; A^NR fu t. enz e., ^ fu du tout e. •,y Q. t. lor g. fu e., 
J Q. enz sen fut 1. g. e. — 44 m. à J; ^' Par la u. ot dune; C 
ont; INRk fu leuee — 43 NRk La grant {KN granz) noise et 
la granz [M grant) d. ; ÀP O g. e. o ; J Par mi la porte o 
grand dolors — 46 (J) ; AA'Cy As m. ; A'^NR es {A"" as) bailles, 
IM' bateilliez, A -is ; A^CMe as t., A Sl t. — 47 (J); A: De m. d. 
de ; A'H Ot, / Et; R dame et a, A dames a — 48 (CDHJ)\ A 
Cuit, M^ Qui;^^ Dont laigue; M^R Qui deronpent lur crines 
bêles, GLNk [k De, G A) Et maintes riches damoiseles — 49-50 
m. à Dy — 49 G crie ; A"" Ml't sescrient et a h. b. ; ^ getent et 
granz b.; iV Q. haut crièrent a g. b., J Q. h. crient a mit g. 
b. ; /? et auç b., / et grans b. — 5o A"^ Issi grans deois nen iert 
ia mais — 5i [GILR] ; A"" Bien quident totes demanois; H Grant 
paor ont; A Criengnent d., APJe Criement d.; R mas li g. — 
52 ^'£;i^ Preignent, N Praignent, H Prandent, 3/V Pranent;^' 
La u. p. li greiois — 53 [A''); M^Me hors'; K fors f. ; KN as t., 
iî a t., Af es t., L aus t. 



304 ROMAN DE TROIE 

Endurèrent morteus haschiees : 
2i655 Reis Telamon, reis Menelaus, 

Menesteiis e Aïaus, 

Thoas li près e Ulixès, 21625 

E desor toz Diomedès, 

Les enchaucent e les destreignent, 
21660 E les ociënt e mahaignent. 

Par estoveir les ont enz mis, 

Mais moût par i ot des ocis : 2i63o 

Moût ont perdu, c'est la verte. 

Cil s'en sont en la vile entré : 
21 665 Les portes clostrent e serrèrent, 

E cil de l'ost s'en retornerent, 

Quar la nuit esteit ja venue. 21 635 

Estrange perte i ont etie : 

Moût s'en vont plaignant li plusor. 
21670 Qui son ami o son seignor, 

Son frère o son cosin germain, 

O aucun suen parent prochain 21640 

21654 (^V); e I e. granz h., fe I soutfrirent — 55 NRk Car; 
M'^JNRek thel.; Nk et ayax — 56 Af Menecius, J Menescius, e 
Rois miceres ; Nk et menelax — 57-8 m. à A"" — bj M' hul. — 
58 {ILR) ; K desus ; e Et sor {M' sus) ax toz, M"" Et s. trestoz — 
59-60 interv. dans M^H — 59 KR enchacent, A^ ferirent ; MR 
ml't et d., N m. et mahaignent — 60 A'CJ Cil, M" Cist, A Si ; 
H Les o. et les m., AJe Les fièrent toz {E si, J ml't) et les d. (.4 
estr., e detranchent), NRk Fièrent o. et m. (L destreignent, N 
detranchent), AT Molt les f. molt les estreignent, i/ Et a bien 
poi tous les destr., C Cil les f. cil les contr. — 61 M' hors m. 

— 62 C i a; ^ i en ot docis ; NR M. assez en i ot d. — 63 M'' 
uertez ; C cest ueritez,^ par [M' en) uerite, J et endure, NRk 
Lor mautalant lor ont mostre — 64 {R); C C. se s., L Et cil 
s. ; M^CJy En la u. sen (C se) s. e. ; A/'C entrez — 6b H Lor 
p. closent — 66 (J) ; e dehors — 67-86 m. à L' — 67 L Que ; 
M^ENR nuiz — 68 {CJL); A^ perde; Rk ront; Af' ont reccue 

— 69 [A)\ C plorani; Je P. sen u. m. [E tuit), NRk M. u. re- 
gretant — 70 £ Ou s. a. ; LNRk qui s. s. ; A' Q. lor a et lor 
s. ; M' sont a. ou sont — 71 Lf. s. — 72 -4' aucuns ; M sien, M* 
son; M ami p. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE 365 

Veit el champ mort, ne puet muer 

Qu'ai cuer ne l'en deie peser. 
21675 Ainz fu li cieus cler estelé 21641 

Que il se fussent désarmé. 

Assez i ot regretemenz 

E braiz e criz e ploremenz, 

Mais ço lor est moût granz conforz, 21645 
21680 Que Troïlus li proz est morz 

E reis Mennon, le plus vaillant 

Qui seit remés al rei Priant : 

Por ço vos di que moût s'apaient. 

E li mire pas ne s'esmaient 2i65o 

21 685 Qu'Achillès ne guarisse bien : 

Ços conforte sor tote rien. 
Celé nuit sont en la cité 

Morne e pensif e abosmé. 

Nus hom n'i but ne n'i manja, 21 655 

21673-4 m. à NRk — j3 C nel p. — 74 3/' Qua, ^ Au; C le 
d.; H Quil ne len couieigne p. — 76 AfCe clers {e cler) estelez ; 
NRk A. uirent le ciel e. — 76 {JR); e Que nus (Af' nul) dax ; 
M'^Ce desarmez — 77 (J); C regretement, NRk Ml't i ot (AT par 
ont) la nuit regrete — 78 [J] ; C plorement ; NRk Et grant duel fait 
plaint et plore (3/ et ml't p.) — 79 (^); C Car, -4' Que; /l" grans 
desconfors, A'K grant reconforz; M^AA'CJy 1. donc; M^'M' grant 
confort — 80 {AA'A'JR); AP lo prou; L fu m., M' est mort, M" 
ont m. — 81 (C); iV/^ rei ; AA^'Jy li {e le, A' le corr. de li) p, uail- 
lans {J puissanz); NRk Et m. cil de [R del) greignor pris — 82 
(C); J acels dedenz; A"^ Queust od soi li rois prians, e Que deuers 
lui {M' soi) eust prianz ; NRk Qui lor est {k seit, R fust) r. (i? 
remest) el pais — 83-4 L Et li m. forment sen peinent Qui de 
noient ne s'en esmaient — 83 A: Por {M Par) co dient; C Et cil de 
lost ml't sen ap., H Et por ce durement sap., A"" Et en lost dure- 
ment sesmaient — 84 C ne se délaient; A"" Mais li m. bien les 
apaient — 85 CMR garissent — 86 KNR Ces, RM Ce les (v./.); 
L Cest bons confors, M^'A^CJe Ice lor plest, H Mestier en ont — 
21687-836 sont réd. dans B à 36 v.; voy. aux Notes — 88 
[AA^DHJU)', FKM'R M. p.; M' pensis, M -i , R aboisme, M 
-ome — 89-99 ^- à AA'Dy — - 89 {R) ; P buit ; GIL ne ne ; F 
Nus ni b. ne ni nus ni m. [sic], M^A'C kxnc ni ot mangie ne 
bcu, J One ni ot b. ne m. 



366 ROMAN DE TROIE 

21690 Ne nés desvesti ne coucha. 

Por Troïlus sont demi mort — 

Rien ne lor puet doner confort — 

E por Mennon, le rei Persant. 

Si angoissos duel fait Priant, 21660 

21695 Que rien nel veit qui bien ne die 

Que moût par iert corte sa vie : 

Ne parole n'a rien n'entent. 

Ancor vait il plus malement 

A la reine cent itanz : 21 665 

21700 Quand perdu a ses treis enfanz, 

Morir l'estuet, ne vivra plus : 

« Beaus fiz, « fait ele, « Troïlus, 

« Tant par a ci freides noveles ! 

« Por qu'alaitastes mes mameles? 216 jo 

21705 « Por quei nasquistes vos de mei? 

« Quant devant mei ocis vos vei, 

« Beaus sire douz, beaus sire amis, 

« Por quei vif jo, por quei languis? 

« Fu mais mère, que ço sofrist, 2 16 y 5 

21 710 « Que o ses mains ne s'oceïst? 

21690 {correctioyi)\ F Ni d., N Nés d., GL Ne d.; jf ne des- 
chauca; K Ne se d.; IMPR Ne {R Nest) desuestuç (P -iz) ne si 
{M se) c, M"^ Ne sor bon drap la nuit ieu, A^ Nome colchie 
ne desuestu, CJ Ne ni ot home d. (J despoillie) — 91 (-4"); 
Rkn Des que troylus seuent m. — 92 A'EK Riens, n Nus — 
93 {JR)\ Ce roi [AV rois) des persanz; A r. uaillant; J aj. ces 3 
V, : Le prou le noble le puissant Sont abosme et amati Et ml't 
dolent et ml't marri — 94 Rkn Prianz i {n an) f. un d. si grant, 
A F. si g. d. le roy puissant; CJe f. prianz; J aj. ce v. : Et si 
giete soupirs si granz — 96 M^AEn riens, k nul, R nus; F que; 
R nen d. — 96 C m. sera; e est; Rkn Quil {M Qui) ne puet pas 
(R perueit) durer en u. — 97 F Na p.; AT ne — 98 M^Me Encor, 
K Onquor — 99 F plus .c. tanz — 21700 E perduz a, F a p.; AT 
Qui a p. — 3 F Trop p. ai ci, M Tant a ci, JSfe T. a ici — 6 
M^e Q. ie ocis e mort vos vei — 7 MN B. frère d. — 8 EF por 
que 1., .fiC anceis 1. — 9 Af' Fu onc; e ueist — 10 {AC)\ k Que; 
Nek a; iV Qua ses dous m. ; M socist. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE SÔj 

« Trop me peise que jo sui vive. 

« Fu onc mais mère si chaitive ? 

« Lasse! com freide porteùre 

« E com dolorose aventure î 21680 

21715 « Haï! reis Mars, reis Jupiter! 

c( Haï! Pluto, li deus d'enfer! 

(( Quel merveille, quel cruëuté! 

« Tant par m'avez coilli en hé ! 

« Quand il ensi l'estoveit estre, 21 685 

21720 « Por quel me sofristes a naistre? 

« Por quei sofristes que jo fusse 

« Ne que jo onc enfanz eusse ? 

« Por quei mes avez vos toleiz? 

« Ne defendeient il lor dreiz, 2i6go 

21725 « Mei e lor père e lor païs ? 

« Por qu'amez plus nos enemis? 

« Quel parenté ont il vers vos 

« Ne quel vaillance ne que nos ? 

« Si ont, veir : mostré lor avez. 2i6g5 

21730 « A grant tort nos déshéritez. 

« Moût a ici doloros plait : 

21711 FMl't; KM' que tant, CE quant ie — 12 Me onques, 
iV ainz m., M^C aine m.; E plus c. — i3 /f« Ahi (iV Hai) 1. quel 
p.; C cum forte, Ae si froide — 14 N He con, F Com très — i5 
[aH)\ EJk Ahi; C Ha dex m. ha dex i. — 16 M"" Tuit cil des 
ciels cil, AJy Ha rois d. c. [HJ del ciel) ha rois, C Ha dex dcl 
c. ha dex; K li deu, M le dieu — ly En crualte, M -aute, 
M^KM' -elte — \B> M' T. uos, F Com por, E Qui tant, A Que 
si; M auez; K coillie; C in he — 19 J cnsint; F me soufroit 
e.; e Q. einsi e. a e., C Q. insi les teuoit e. ; M lestuet c., {v. f.) 

— 20 (C); J Par; A Pour moi; k feistes; kn uos n.— 21-2 interv. 
dans F — 21 [AC)\ JPar; M"" vousistes; K uos que f. — 22 
EF onques, N ionques, M"" ie aine, A ie ia; M^Mn enfant — 23 
M^ A; CKM' les (C le) mes a. t., M^En les mauez uos t., M les 
a. t. ; M' tolez — 2b K lor amis — 26 e Amez uos p., M~ Que 
uos sunt p.; F lor anemis — 28 ACk plus de [AM' que) nos 

— 29-30 m. à 3/' — 29 /c Sil ont dreit; AGy Si o. [A Sire) m. 
le lor [AEH nos) a. — 3i {HJ); kn M. par (F por) a ci ; e plez. 



368 ROMAN DE TROIE 

« Tant sacrefice vos ai fait, 

« Tant riche temple precios ! 

<( Por ço m'estes si haïnos, 2/700 

21735 « Quos ne me poëz plus gregier, 

« Plus tolir ne plus abaissier. 

« De mortel glaive o ploremenz, 

« De braiz, de criz e d'uUemenz 

« Avez replenie m'entraille, 21^05 

21740 « Mon esperit et ma coraille. 

« Fiz Troilus, por vos viveie, 

« Quant por Hector ne me morale; 

« Por vos m'esteie aseiiree. 

« Pièce a ma vie fust finee, 21J10 

21745 « Mais m'ame en tei se reposot, 

« E mis espirs s'i delitot : 

a Or n'i a mais atendement; 

« Fiz, ço sacheiz veraiement, 

21732 A/' Maint, J Tanz; Je sacrefices; e fez — 33 [HJ]-, 3/' 
Maint; e T. riches temples — 34 Cn Por coi; E miestes; AM' 
Por ice m. h., H Et por que m. h. — 35 {correction) \ C Vos, 
M" Que; A'^Ikn Que (/ Qua, A"" Nient) pi. {M por) ne me p. 
greuer; AJy Ne me p. plus guerroier — 36 (Jy)', A'^kn Ne me 
poez mes rien {IK bien) doncr — 37 ^ De mortal geu, J\P De 
mortiels jues, F De max grauiers; A De m. guerre; A'^ Fors m. 
gl. et uUement; N g. dullemanz ; Hlk od [K de, M et) plore- 
ment, C o porement, F de ploremanz — 38 C O b. o c. o husle- 
ment; k De bret ; K de cri ; IM et duUement, K de u., M^ e 
duslemenz, A o gries tourmens,_>' et de tormenz {H -ent), N de 
ploremanz, A"" de plorement — 39 (J) ; Clkny A. remplies {kn em- 
plies) mes entrailes, yl* A. emplie ma coraille, AT A. bien repleni 
sans faille — 40 {J); ACEH mes coraiiles, M' m. corages; A* 
Trop a ici pesme bataille, K Ici a trop dures batailles, A'^IMn 
T. par a ci [A"" a ici) pesmes {M maies) b. — 41 A^J par ; H toi 
u. ; K lessoie — 42 (^'H) ; ACKM' Que, M'EJ E, M Mes ; M^'M 
que ne m., K ne moceioie — 43 EK Par;_>' estoie — 44 
M^Men Pieca; M finiec — 45 fc M. mentente [K mon pense) se 
deliteit — 46 K espeirs; e Mes esperiz ; M'JKse ; K reposeit — 
47 {ACHJ); M'K ni ai; APF entend. - 48 {ACHJ)\ M' tôt 
uraiemcnt, M'^k certeinement. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE 3 69 

« Que ele s'en ira a vos, •ji'jiS 

21750 « Le cors guerpira doloros. 

« Ja voudreie qu'ele en fust fors. » 

Adonc se pasma sor le cors, 

Si qu'il n'en ist funs ne aleine. 

Porter l'en a fait dame Heleine 21^20 

21755 Dedenz la Chambre que resplent. 

Iluec jut assez longement : 

One de treiz jorz ne resperi 

Ne a rien vivant n'eniendi. 21J24 

Nus ne cuidast qu'elevesquist 
21760 Ne que ia mais les ieuz ovrist. 

Dames, borgeises e puceles 21^28 

E les preisiees dameiseles 

Font si grant duel que rien vivant 

Ne vit onc mais faire si grant : 
21765 Trop Tamoënt, trop ert preisiez 

E douz e frans e enseigniez. 2ij3o 

Ne sai que die de Paris: 

Mieuz vousist estre morz que vis ; 

Cent feiz se pasme de dolor. 
21770 En une nuit e en un jor 



21749 {A); HKn Quele {FM Que il) sen i. après {H auolc) u.; 
C a nos, AJe o uos — 00 {AHIJ); A"" lairai mrt d. ; K perillos 
-5i {C); M'K quele L; F Jeu. qil ;.\r3f hors— 52 Af^Adoncs; 
e Lors chiet pasmee — 53 Nk que; M' fu, M fus — 54 Nk Mes 
p. len a f. h. — 56 M"" A. jut i. 1., A"" Ilueques i. ml'î L — 5/ 
(Ci7); AE Ainz de; A"^ Aine en; Af^ Treis ior fu qui ne; A/M 
sesperi, H semparti; kn Onques de .iij. {M A].) i. nen issi — 58 
K Na r. uiuante ; A"" r. nule; // Ne r. u. ni ent. — 59-60 m. à kn 
— 59 Cy Riens; A'' quida; M'' quel en — 61 EMN prisiees, F 
-ees — 63 Af Firent (v./.), F Fait; M' itel d. ; k qua riens u.; ^ = 
si fait d. demaintenant — 64 kn Noi [N Nei); A/'' aine m., F ainz 
m., iVan m., A/' on onc, EK nus hom, M mes h.; A' Nus ne uit 
aine — 65 E Ml"t... ml't; MM' iert, F est; En prisiez ; M" Mornes 
en sunt e pesancoses — 66 fc D. et f. et b^en e., A/^ Plaignanz 
pales e doleroses — 68 F uousisse. 

Tome III. 34 



3 70 ROMAN DE TROIE 

Nos avreie pas reconté 2iy35 

Le duel qu'il font par la cité. 

Sovent le plaint Polidamas, 

Qu'il ne s'amoënt mie a gas : 
21775 One, ço sacheiz, dui chevalier 

El siegle plus ne s'orent chier. 2iy4o 

Moût esteient andui feeil : 

Por ço ne set de sei conseil. 
Oëz qu'ensi faitierement 2iy4i 

21780 Furent en peine e en torment 

Tote la nuit li Troïien : 

One nus n'i ot repos ne bien. 

N'ont point del cors Mennon le rei : 277^5 

Morz esteit remés al tornei. 

21771 [correction]', AA'IJkxy Ne uos ; F sauroie r., iV a. hui 
aconte, A"^ a. rac, kF a. rec, H a. pas conte, AJe a. on pas c, 
L aroie toute; G auroie nul ior conte; C Ne poroit estre 
rac, M"" Naureit hom mje rec. — 72 [C)\ M"" quin, L qen, A 
qui, k que; GH con fait; Alxy en; — 73 (-4V); Ax se; A"" poil. 
— 74 (G/); LAf Qui, AA'CJy Car; M^A'^H Ne sentramerent, N 
Quil ne samoient, L Qui ne sesmaie, F Icil nel tenoit, C Car il 
ne lamoit ; J pas a g. — 76 IPRkx Ne (L Ce) cuit ke de dos 
[P qainc dui) cheualiers; A""!! Aine, AK Ainz, £" Einz ; iJ/' 
Car onques mes ; C Aine dou c. loinz ne près — 76 L Fust 
onques mes tez doelz si fiers, IPRkn Fust li uns a lautre plus 
chiers, G F. luns a lautre onques p. c, C Tant fort ne sen- 
tramerent mais, A"" Ne se tindrent encor p. chier, M" En cest 
mont ne sorent p. c, A Ne sorent plus ou siècle c. A' Dou dar- 
reen iusqe au premier; H Al, J O; HJM' siècle— 77-8 m. à 
Rkx — -]-] [leçon de A"")-, M'^ Tant se fussent pleuiz par feiz, 
A' Ne santramerent plus de foiz, A Ne tant nestoient mais feois, 
C Ne plus ne furent de grant foi, J Ne plus ne se f. ame, j- MTt 
sentramoient par amor — 78 [leçon de A'^); M" Por tant; APA' 
en est a mort destreiz; C estoit en telle esfroi, J la ml't sa mort 
greue ; e Por ce en [M' cen) ot il au cuer dolor ; H ont el c. tel 
iror — 79 [R)\ K que si; C faiterrement ; A^F O. [A"" Bien sai) 
que e. faitement, APAN Bien [M Or) o. quensi [A que si) f., Jy 
Oi auez con fet. — 82 AP Aine, n Ainz, E Einz; APF ni orent; 
A^ Norent onques, M Onques ni ot — 83 A^e pas; AI le c. — 84 
Me Mort; AT' el t. 



DIX-NEUVIÈME BATAILLE Sjl 

21785 De duel s'en ocit sa maisniee, — 

Trop par en ert desconseilliee, — 

E tuit cil qui a Troie sont 

Comunaument grant duel en ont. 2ij5o 

Dreiz est, quar n'a pas remasu 
21790 Dedenz la vile tel escu, 

Si riche ne si defensable 

Ne si vaillant ne si aidable. 
La nuit passa e vint la die, 21^55 

E quant l'aube fu resclarcie, 
21795 S'a pris Prianz ses messagiers 

Sages, corteis e bons parliers: 

Par le conseil de ses amis, 

Les a Agamennon tramis ; 2iy6o 

De ço le requiert e somont, 
21800 Que triuë prenge e triuë dont. 

A son conseil en a parlé, 

E il li ont testuit loé 

Qu'a trente jorz seit afïee. 2iy65 

21785 M ochist — 86 F MTt por; e estoit, n en est; A/' Qui 
molt estoit — 88 ^ Comunalment, les autres -ement ; N an font; 
e dolent en sont — 89 C nest mie remanus,_>^ quil nest p. rema- 
suz, kn car {M que) ml't i ont (F ot) perdu — 90 « Ja nauront 
mes, k Ja m. nauront; kn si (Autant) bon e.; H En tote troie; 
CHJ tex escuz ; e D . troie si bons escuz — 91-2 m. à y — 91 CJ 
desfensables — 92 CJ aidables — 93 (C); y et uint au di, A et 
u. le di ; A^lkx Li iors uient {A'GIN uint) la n. {A^x nuiz) est 
(G/ fu) fenie, 3fV La n. passent o (J a) grant dolor — 94 .4 Et 
q. li iors se resclarci, y Que le ior uirent esclarci ; A^CFIKL 
esclarcie; A/V Q. el demain (J lend.) ujrent le ior — 95 {A)\ K 
A p.; e P. a pris — 97 n Por; iV a s. a. — 98 il faut p.-ê. lire 
a a Gam. — 99 IM les ; {H somont), les autres sem. — 21800 [A); 
A^CJe triues (Af' treues) p. et triues {M' treues) d., Ikn triues 
{K trieues) Ior otrcit et d., A/" triues se lui plest Ior doint; H 
Triue praingnent et triue dont — i C O — 2 / Et cil; K' Et il 
ont tuit; IKN très bien 1. ; A/My Comunement (y Tuit ensan- 
ble, A^ Tôt e.) li ont 1. (// iure), A Tuit li o. ens. 1., C E. li o. 
deuisse — 3 M^'AGHLk Que; A lont, / flist, CM' la; C deuissee. 



372 ROMAN DE TROIE 

Tôt ensi l'ont acraantee : 
2i8o5 Afïé sont li trente jor. 

Adonc n'i ot point de sojor 

A doner as corssepouture : 

Lor lei lor font e lor dreiture. 2ijjo 

Le cors Mennon ont ajosté, 
21 810 Qu'Achillès aveit découpé : 

N'en fu a dire piez ne braz. 

Autre conte ne vos en faz, 

Mais onques puis ne fu hom nez 2i'jj5 

Dont si faiz dueus fust démenez. 
2 181 5 Plusor, ço sai, de sa maisniee 

En morurent a tel haschiee 

Qu'onc puis lor boche ne manja. 

Li reis Prianz apareilla 21 y 80 

E fist a ses engeigneors 
21820 E a ses plus maistres doctors 

Faire a chascun son monument. 

Or cuit e pierres e argent 

Lor livra tant come il en quistrent : 21^85 

Se diseie come il les mistrent, 

21804 M Tuit; M'^AE fu, M' la; IK acreantee, e agreantee; 
LN E. (L Et il) lont t. a., F Et il li ont tuit creantee — 5-6 
interv. dans M — 6 M^ Adoncs, M' One puis, E Einz p. — 7 Kn 
Ainz douent — Se Bien lor i [M' li) firent 1. d. ; fc Lor leis — 
9 e fu aiostez (A/' rai.), k ont assenble — 10 F Achilles; 3/" ot 
tôt d.; Ae Qui par pièces fu (3/' iert) decopez [A acoustez), C Qe 
por peces ont decope — 11 M'k pie, F chief — 12 M^'AM' A. 
parole ne (3/' or ne) — i3 N nus h. ne fu n. — 14 (C); Af'F si 
granz d.. M' si fet duel, A li fors duel — 16 F An sofrirent 
ml't grant h,; M"" de t. haschee, C a cel achie, AH a grant ha- 
chiee {M hascie) — jy Mn Quainz, 3/' Quainc, E Einz, 3/' One; 
C nen ; FM' parla — 19 3/V« engigneors, K cngingn., M engin 
— 20 3/" p. ses saiucs; ACF sages, M'Nk mestres — 21 ^' F. 
c. ; M^ACe F. et ourer lo (F .j.) m. {AC les monumens); 3/ leur 
moment ; K monement — 22 ^* Fin or ; F Dor c. de p. et d'ar- 
gent; AC argens; Ma p. et a argent (v. /.) — 2 3 n rcquis- 
trent — 24 F Si uos disoie com l. m. ; K le m. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SyS 

21825 En queus sarqueus n'en quel façon, 

Trop vos fereie lonc sermon. 

Mais jo ne cuit pas ne ne crei 

Que amiraut, conte ne rei ^1790 

Geiissent mais si richement, 
2i83o Si bien, si preciosement. 

Quant li osseques fu feniz 

E li mestiers fu acompliz 

Des cors ardeir e enterrer, 2iyg5 

Si se reporent sojorner : 
21 83 5 Si firent il moût volentiers, 

Quar moût lor en ert granz mestiers. 217 g8 

Trop aveient sofert grant peine. 21800 



Achille est tué en trahison par Paris. 

La reïne ne fu pas saine ^^799 

Ne haitiee ne tant ne quant : 21801 

21840 Ne fait de vivre nul semblant. 21802 

Muert sei Ecuba la reine ; 
Ne nuit ne jor sis dueus ne fine; 

21825 M"" sarquels, F -chois, N -cox ; e en, kn de; M^e quels 
faicons — 26 ÀP Ions; AFE sermons, 3/' sarmons, K -on — 27 
A/' ni ne — 28 // Qainc, A/' One; F amirauz, M' -al; E Con- 
ques ç. a., A/^ Que onques a., k Quamiral ne c. — 29 A^ aine 
si haltement; M^'ACJy Gisent (C Geust, AJy Fussent) plus 
(C si) preciosement — 3o -K^ Si biau ; A/MCJy Nenseueli {AEH 
Ne seueli, M^CJ Ne el siegle) plus richement — 3i M^'AJy ob- 
sèques; kx Q. bien les orent seueliz {kGL sep.) — 32 kx 'Et 
li seruises [FGL obsèques) fu feniz — 33-4 interv. dans kx — 
33 kx Els et lor armes atorner [F porter) — 34 e reposer; K Si 
r. donc s. — 35 ii: Co — 36 Af^ iert; M' est; Jkyi ml't [JK il) 
lor {F 1. m.) estoit g. m. — 37-8 interv. dans BRkx [B reprend) 

— 37 J" de p.; BRkx Por le grant doel quele demaine — 38 P 
nen;£ nestoit pas, A"" nert mie — 39 BRkx Ne sapaie (L sapese) 

— 41-2 m. à AA^BHRkx — 41 (CJ) ; M' Qvert - 42 {CJ); M' 
son duel, M^ sis cors. 



374 ROMAN DE TROIE 

Rien ne li puet confort doner. 2i8o3 

Un jor comença a penser 
21845 Corn sereient si fil vengié 

Del traïtor, del reneié 

Qui les li a morz e toleiz. 

Pensé i a par maintes feiz : 

S'ele engigne par traïson 
2i85o Sa mort e sa destrucion, 21810 

Com de lui se puisse vengier, 

Ne s'en deit nus hom merveillier 

N'a mal ne a blasme atorner. 

Paris a fait a sei mander : 
21855 II ert de ço toz coneùz, 2i8i5 

Qu'il ert de covenant menuz. 

A li vint mornes e pensis, 

Qu'en lui nen a joie ne ris. 

Sa mère conforte et sermone. 
21860 Mais poi de haitement li done. 21820 

« Fiz, » fait Ecuba la reine, 

« Tu veiz qu'a grant dolor define 

« La vie que el cors me dure : 

21843 (GP); EN Riens, B Nus; A^ pot, BCFL conseil d., J 
reconforter — 44 ^ plorer — 45 B Et pense con seront u. — 
46 Af' Del traite de r., B Si fil del félon r. — 48 A/* en a ; fc a a 
m. f. — 49 ^ Si e., A/ Ja e., « Sole angigne — 5o M^KNe des- 
truction — 52 J d. len pas; M'^Ke N. h. ne sen — 53 /c Na grant 
m. na b., n Na g. b. na m., A^JM' Na b. na m., E A m. ne a 
b.; Kn torner — 54 e P. son fil a f. m. — 55-6 m. à A^BEGJL-, 
ils sont placés dans N après -g6 — 55 (/); M^'ACMM' iert; M 
tout c, H bien c; F de tôt reconeuz; N Ja ert de tôt ce c. — 56 
M^MM' iert, yi est; ^ Que il ert de conuant issus; APCI coue- 
nanz; {M^ Ik menuz), C eissuz, AHM'n issuz — bj {B); ^' Il i; 
£■ Il u. a li, J Venuz i est ; JV/ lui ; A uient ; AP en v. morne e p.; 
iiJ mornes p. — 58 {BJ); //En; A/Mi; ky nauoit; LN Que en 
lui na; A'^HLkn ne geu {A^ giu, M gieu, H iu, N ious) ne r. 
— 59 F ce li asermone ; k sarm. — 61 iC Hecuba; M^ raine — 
62 M^'BCE que, A quen; E granz dolors; A décline, F deline, 
AP deujne — 63 Ae Lame qui enz ou c. {A en mon c.) me d. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SyB 

(( De si dolorose aventure 
21 865 « N'oï onc mais nus hom parler. 2182S 

« Jo ne puis mais longes durer : 

« Morir m'estuet, tu le veiz bien. 

« Mais por Deu te pri d'une rien : 

« Donc a m'ame confortement 
21870 « E a ton chier père ensement; 2iS3o 

« Done a ma vie sostenance 

« E aliege un poi ma pesance ; 

« Done confort a mon deshait: 

« Saches que malement me vait. 21884 

21875 « Oste de mon cuer la dolor, 

« E toi a mes dous ieuz le plor. 

« En cest lit plaing, plor e sospir : 2iS35 

« Gouchiee m'i sui por morir. 2 1836 

« Mis esperiz me vueut guerpir: 
21880 a Nel puis mais longement tenir. 

« Saches ja mais n'en lèverai 2188^ 

c( Ne de mes ieuz ne te verrai, 

« Se tu n'acomplis mon voleir : 

« Iço saches tu bien de veir. 21840 

21864 (^); M^ Densi, M' Ne si, F Si — 65 EN ainz m., BFM 
onques — 66 EF p. pas ; F longuer, les autres longues — 67 M tu 
uoiz très b., B le le voi b. — 68 /c M. preier te uoil; B vos pri; 
ABCKe une r. — j2 B A. .j. poi ma mesestance — 73-4 interv. dans 
Rkn ; 73-80 m. à B— 73 JK dehet — 74 AP Sachiez — 75-6 m. à 
PRkn— 75 (//); ^C Ostes; J noircor— 76 (^//J) ; 3/' Si t.; C de; 
iW dos — 77-9 m. à // — 77 [A'^CJLR); M^ me plaine; A En ce 
délit p. plour s.; AM' soupir— 78 [A^CJLR); m. à Ay; APCP 
me — 79-80 m. à A'^K et sont, dans 3/', interv. et placés après -82 
— 79 {ILPR); AM' Mon esperit; J uolt, EPn uialt, L uelt — 80 
{R)\ AIN longuem. ; P longues retenir, PM"^ Car ie ne pujs mes 
plus sofrir, ly Saches ie ne p. plus s.; y aj. ce v. : Ne endurer ne 
consentir — 81 CIP Sachies; P ne ; J leuera; L ne te uerrai; 
B S. que par tans me morrai — 82 J uerra; B Ja dels [sic) ne te 
mais verrai ; L mon cuer ne tamerai — 83-4 interv. dans B ^ S3 F 
acomplis,iVne conplis; /4^ Se tu ne fais tôt — 84 {BR); APAA'^CJe 
Ce s» tu de fi (C de fit, iW^desor), // Ice te di io b.;^'// por u. 



376 ROMAN DE TROIE 

21 885 « Guarde que tu m'en respondras, 

« E si me di que tun feras. » 
Pariz respont : « Dame, por quei 

« Avez de ço dote de mei, 

« Seitmaus, seit biens, sens o folie, 21845 
21890 « Que de rien nule vos desdie? 

« Comandez mei, prez sui del faire, 

« A quel que chief j'en deie traire. 

— De ço te rent jo granz merciz. 

a Or entent donc a mei, beaus fiz. 2i85o 

21895 « Veiz, tu ses bien, cist enemis 

« T'a tes frères ensi ocis : 

« Par lui perdons nostre héritage, 

« Par lui perist nostre lignage, 

« Par lui morra le rei Priant, 2 1855 

21900 « Quar, se mi fil fussent vivant, 

« Ja ne fust mais de guerre afliz. 

c( Trop malement nos a bailliz, 



21 885 [HJ); A Mande; R ma, ME'CI me, fc en — 86 {Ay, M^ 
que tu, EH que en; BlM'Rkn Si me di q. tu en f. (/ chou que 
ten f.) — 88 H A. vos d.; ABHM'k vers moi ; E dote nesfroi — 
89-90 m. à Ay — 89 BCK mais ou biens, M mal ou bien, J 
biens s. m.; M"" mais s. prouz bien o f , ; iV ou soit f. — 90 /c 
riens — <^\ M' prest ; // de f. — 92 M en, M^ quen, B que; H 
io em porrai t. — 93 kn Filz fet la mère ; A"^ Bels f. de ce mercis 
te r. — 94(//); AV doncs, M' dont; AMM' biau f.; B donques, 
K un poi; Bk a mes diz ; A"" Por amor deu a moi e. — 95 K 
Vez, BM Voir, F Fiz; FG tu uois b. ; M^'H Tu siez [H uois) b. 
que; M'^A^'CFGJy cil, B cis; L Tu as ueu cel anemi {mauvaise 
rime) — 96 (CBl); A^BJ A; A Qui t. f. a ci o., FGL Qui ta 
t. f, si (F sis) o., N Achilles. a tes frère {sic) o. — 21897-904 m. 
à B — 97 CF Por; A mon ; A/M eritage ; H n. lignage, A'^IJn noz 
héritages (iV er.) — 98 (if); CF Por; .VMjk perdons ; Ay To- 
loit nos a; JW n. barnage, A'^IJn n. lignages — 99 (-4'"); C Por; 
M'A est morz; APAC li reis prianz;_>^ a destruit le roi priant, 
/c« Bien a mort ton père priant — 21900 {^'); Ky si {M' sil) t.; 
M" Car sector mjs fils fust; M^'AC uiuanz — i kn Ja de g. ne f. 
a.; Ar Ja ne fussons — 2 A/" T. laidement nos a, M T. n. a 1. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 877 

« Trop nos a grant damage fait, 

« N'ancor de rien ne s'en retrait. 21860 

21905 « Laidement s'est vers mei mené : 

« Pramis m'aveit e afié 

« Que ta soror prendreit a femme 

« E qu'il delivrereit cest règne 

« De toz noz morteus enemis. 21 865 

21 910 « Moût a esté de li espris ; 

« Amee l'a de grant manière 

« E moût m'en a fait grant preiere; 

« Moût par en a fait son poëir : 

« Ço sai jo bien de fi por veir, 2i8jo 

2 191 5 « Que il nés en puet faire aler. 

« Or le nos fait chier comparer : 

« En pais e en tel atendance — 

« Ne m'en aveit fait desfiance — 

« Mon fil m'a mort, le pro, le sage. 2i8j5 
21920 « Jo li vueil trametre un message, 

« Que il vienge parler a mei 

« Celeement e en requei, 



21903-22264 ont dans G une rédaction abrégée en 66 vers; 
voy. aux Notes — 3 Nk let ; M^ Molt grant d. n. a f. — 4 M 
Nencor, K Nenquor, F Ancor; k riens ; AP Nencore point, Ae 
Ne tant ne quant; K s,q — b K Trop nos a malement, e T. m. 
{E leid.) nos a; FM menez, 5 -es — 6 FM afiez ; B Promis 
estoit et afies — 7 M^ suer a moillier p, ; B Qua f. ta seror p. — 
^ K Et d. nostre r., M"^ E c. r. d., B Et que mais les grius 
naideroit — 9-16 m. à B — 10 M' lui — 11 M"" Molt la a. a g. — 
12 M'n en; M'M prière — i3 kn Et m. en, e Trestot en — 14 
M' en fin, K trestuit, Mn trestot; Fk de u. — i5 F Qil; e Ne 
les an pot pas; AF râler — 16 kn Sil {M Si, N Sel) nos a f. — 17 
F et a; BKN tele; e An lui e fet maie a. — 18 n Ne men a 
faite, B Que f, nen ot, k Quil {K Que) ne men ot f., e Einz quil 
meust f. — 19 en Sa (F Si a, Be Ma) m. m. f. ; BMM' proz — 20 
e T. li u.; M^B t. m. — 21 M'^M'n ueigne, EM uiegne — 22 
{ACJ);B Priueement, EH Tôt bêlement; F a s; M' sQcroi, EH 
segroi . * 



378 ROMAN DE TROIE 

« Par nuit oscure e a celée, 

« Fors de la porte de Timbrée, 21880 

21925 « Dedenz le temple Apollinis. 

« E tu te seies dedenz mis 

c( O tant de gent qu'il ne t'estorce : 

« Guarde que toë en seit la force. 

« Guart que vengié seient li frère 2 i885 

21930 « E fai le desirier ta mère. 

« Jo ne dot pas ne ne me criem ge 

« Que volentiers a mei ne vienge, 

« Dès qu'il orra cest covenant 

« E cest otrei del rei Priant : 2 18 go 

21935 « A la saisine e as otrez 

« Sai qu'ai terme sera toz prez. 

« E tu guarde qu'il seit ocis 2i8gi 

« E que por rien n'en eschap vis : 

« Ensi m'avras réconfortée, 

21923-4 interv. dans BLNk, m. à F — 23 {ACHJL)., B De; 
M* en c. — 24 m. à //; JLMe Hors de, A Dehors, M"" Dauant, 
C Parmi; BCELN tymbree — 25 CFMM' apol., Af' apoul. — 
26 Jf' ne s. — 27 ^ A ; en que il [é quil nen) e. — 29-80 interv. 
dans kn — 29 (A); kn Si que — 3o kn Filz fai le desirrier {M 
desier); M^A desirrer — 3i {J)\ M^ ni ne; M' creinge," AE crien- 
gne; C ne ne mengiegne, BMRn que il remaigne; K Gie ne crei 
que riens le retienge, H Je ne croi pas ne ne mescriegne — 32 
//■Que maintenant; / Kil... nen uaigne; n ueigne, BCMRy 
uiegne — 33-6 m. à B — 33 {A^) ; H Lues, Jf' Puis; A ce, S cist, 
Rkn le; S' lor a en conu, ; R conuinant, PS mandement; J les 
conuenans; C A la semonse et al créant — 34 5 Et cist outroi, 5' 
Ce est lotroi; IPRkn Qe (/ Quel) manderons {M -ont) ie (/iou, 
Pk moi) et p. (/ prians), A'L La uolente del r. p., H Et le respons 
au r. p., C Sai qe sera prochainement — 35-6 m. à CLRSkn; 
pour la rime, cf. 2j3o5-6 — 35 AJe al ; 5' otros {corr. en otres); 
H Et la s. que gi met — 36 M^ Si, S' Sain; JM' qua ; A tout; 
H De me fille que ii pramet — 37 (CHl); A Icil ; BMe gardes ; 
A" Tu g. bien — 38 A/" par ; KNe eschat, M eschapt, B escapt, 
/ escap, R escamp; C nescampe, A neschappe, A"^ ne sen uoist; 
F Qe p. r. nen estorde uis, H Et p. r. ne tan estort u. — 39-40 
m. à B. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 879 

21940 « De mort a vie retornee. » 

Paris respont : « De dous periz 2i8g5 

« M'avez estranges gieus partiz. 

« Morir vos vei : ne sai cornent 

« Jo ne face vostre talent ; 
21945 « N'os desdire vostre plaisir. 

« Bien sai que vos dei obeîr, 2igoo 

« Mais ci a moût grant mespreison : 

« Puis qu'uevre torne a traïson, 

« S'i a honte cil qui la fait. 
21950 « Trop me sera en mal retrait : 

« Baissier en criem e meins valeir. sigoS 

« Ensorquetot n'os desvoleir 

« Nule rien, mère, que vos place : 

« Por ço vos otrei que jol face. 
21955 a A que que tort, prest m'i avreiz : 

« Ja mar por mei le demorreiz. » 21g 10 

Quant ceste uevre fu si emprise, 

Sempres n'i ot autre devise : 



21940 M^ E de m. a u. tornee; n restoree — 41-56 m. à A — 
/^3-^ interv. dans F — 44 iV Se ie ne faz, F Et ie ferai; C 
uetre cornant ; Af" Ne face le comandement — 45 N Nous — 46 
e qua ; F uoi ebeir — 47 e M . ici a g. ; les sept mss. mesprison — 
48 Mn Des; FAÏ qoi {M quor) retorne, K que il t. — 49 -^ le f. 

— 5o 3/ a m. — 5i A/' crieng; n Abeissier c. ; k A. en c. mon u. 

— D2 H Et non porquant ; APFM nous — bZ K riens; F r. née ; 
M"" puis quele u. p . ; Jy Qui [HJ Que) uos soit bel ne [H et) qui 
{HJ que) u. p., C R, qi uos s. b. ne u. p., A^ Ce que u. siet et 
que u. p. — 54 R^ tiel f., A^ uos f., puis ces 2 v. : Voz bons et 
uostre uolente Vez men ci tôt entalente — 55 3/ quel, K qui, n 
qoi ; N p. men, A"^ tôt p. ; e Ice que proie man auez {M' uos p. 
mauez) — 56 Nk Ja p. m. mar; K i d., A'^BCn lo laisseroiz — 
b-] A celé; E chose fu e.; CDM' ot este e., H a e. e., J fut en- 
sient prise, A fu entreprise; A"" eurent enprise; BIRkn Ensi 
{M Ainsi, / Issi, K Si) fu ceste {n celé) chose e. — 58 {CH); 
AJ Onques; A"" Puis ni auoit ; BIRkn Maintenant sans autre 
(/ nule) d. 



38o ROMAN DE TROIE 

Prist la reine un messagier 
21960 Sage, corteis e bon parlier;^ 

Ses paroles e son corage 2igi5 

Li dit e enseigne e encharge. 

E cil a pris de li congié. 

N'esteit ancor pas anuitié : 
21965 Vers les herberges vait grant pas ; 

Quant il i vint, vespres fu bas. 2ig20 

El paveillon soutif ovré, 

D'or et de pierres esmeré, 

Ou li aigles d'or cler resplent, 
21970 Trueve Achillès entre sa gent. 

Li messagiers, corne afaitiez, 2ig25 

Devant lui s'est agenoilliez. 

En un chier lit Turqueis faitiz. 



21959-22090 réd. dans B à 4 v.\ voy. aux Notes — 59 A^ La 
r. p. un message; A r. mesagiers — 60 A"^ Preu et c. et bel et 
sage, A Sages c. et bons parliers; //bel p.; Rkn Qui {R Ke) 
not cure de plus lardier [R cargier) — 61 (C); ADy message; A"^ 
li encharia, Rkn et s. pense, P et sa pensée, / li a moustrees — 
62 C li e. ; A"^ Bien li dist tôt et enseigna, knP Li a et chargie 
{N enchargiee) et mostre (P-ee); i? Li a tôt dit et encargie, / Et 
bien dites et deuisees — 63 FAI lui; A"^ Quant il li ot bien en- 
seignie — 64 A^ De la reine prist congie; k p. onquore [M 
encor) — 65 (A'DHJ); A ua, C uint; M'' Dreit u. 1. tentes; IRkn 
V. lost sen uait (/ ua) g. aleure — 66 [A'^CHJ)\ D ert, M' iert; A 
Q. il uit que u.; INRk Nuit [NR Nuiz) fu q. il i u. (iVfu) oscure, 
F Q. il i fu nuiz fu o., L Q. fu nuit serrée et o. — 67 // Au; 
y qui ert (M' est) soutis [E soltis) ; A/V entre soutis, A ouure 
s.; C paueillons ouurez soliz; k soltil, L sostill, FIRk soutil; 
A" qui ml't est bons — 68 (L) ; M^ACDJy De pailes [HM' paile, 
J pale) bloi et uert {De blois et uerz, J ert u. et bl., A u. et b., 
C u. iaunes, Af verz vermeilz) et bis, A"^ De chiers pailes de 
siglatons; IRk De p, et dor ; n aorne — 69 i? La ont. In La ou, 
/f Et ou; M' li cgle; A"" Ou laigles dor ml't c. r., M^ Li a. dor 
qui c. r. — 70 A/' A. troue; Rk auec — 71 {HJ)\ M^A^e mes- 
sages ; A'^L fu a., IRkn fu ueziez (F mTt u.) — 72 M'^C Sest d. 
1.; 3/'Fdauant; n angen. — 7? C cheilit. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 38 I 

Fait de pierres e d'or massiz, 
21975 S'esteit, n'aveit guaires, couchiez, 

Auques pensis e deshaitiez. 2ig3o 

Cil li reconte son message : 

« Sire, Ecuba », fait il, « la sage, 

« M'enveie a vos, si vos dit bien 
21980 « Que ne laisseiz por nule rien 

« Que ne veigniez o li parler, 2ig35 

« Quar sa fille vos vueut doner. 

« Demain a seir, senz demoree, 

« Ainz que la lune seit levée, 
21985 « Vos mande que a li veigniez 

« E que de fi la trovereiz 2ig4o 

« Dedenz le temple ApoUinis : 

« Polixenain o le cler vis 

« Vos vueut doner en mariage. 
21990 « Li reis Prianz, qu'om tient a sage, 

« Le vueut de bon cuer e désire. 2ig45 

« Entre eus e vos n'avra mais ire : 

« Ço sevent bien, e sin sont iiz, 

« Dès que sereiz de li saisiz, 

21974 il/iV Tout de p., A' De p. t.; F Dov et de p. fu m. — 75 
C auoit g.; ^ G. nauoit questoit c. — 76 A deh. — 77 -^ rac. 

— 78 F S. la reine la s. — 79 M^Fk di; e et dit très b. — 80 
M'^e laissez, M lessiez — 81 A uiengiez, M uiegniez, M'^C ven- 
giez, N ueigniez, F -oiz, Af' ueniez, E -czj Cekn a; M lie, n lui 

— 83 M'^ACE au s.\ F Demainesoir — 85 Kn et dit, M et prie 
{v. /.); k que uos, n qa li; c V. m. qua lui an; A veingniez, 
MM'n ueignoiz, C uegnoiz, E uenoiz, K uengiez, A/^ -eiz — 86 
M^'E por ueir — 87 F apol., K appoU. — 88 Ce Polixena, kn Et 
polixenain {M -an) au c. — 89-90 interv. dans n — 89 /c Donra a 
[M la) uos, n La u. d. — 90 En quan, KAP quen; M"" par bon 
corage — 91 n Sel uiaut; M^A^ buen — 92 F Entre uos .ij.; 
A'^M' Quentre uosdous nen ait (3/' et eus nait) mes i. — 93 Je 
Ce set il b., F Ce sachoiz uos; Fe si an, JMN et sen ; Je est 
f. ; A" B. set li rois tos en est f., A Co s. et de co s. fi — 94 A'^n 
Des que uos an {A^ de li) serez {n -oiz) s., AD. quil uos en auront 
sesi. * 



382 ROMAN DE TROIE 

21995 « Quos porchacereiz puis lor bien 

« E lor honor sor tote rien. 

« De vos Guident bon ami traire, 

« E c'est li mieuz qu'il puissent faire : 2 ig52 

« Esté avez lor plus nuisanz, 
22000 « Or resereiz lor plus aidanz; 

ce En vos restoreront lor fiz. 2ig53 

« Ainz que d'eus seiez departiz, 

« Sereiz tuit un : par sairemenz 

« Sera icist ajostemenz. 
220o5 « Joie pleniere vos atent, 

« Quar, tant com tient le firmament, 

« N'a dous femmes, tant seient bêles, 

« Seient dames, seient puceles, 21 gôo 

« Se lor beauté ert tote en une, 
22010 « Que ne fust neire e pale e brune 

21995 Jky Que (// Ains) p. lors [Je puis), A'P Puis p. uos, Mn 
Q. uos p.; A"^ Li p. bien la pais — 96 A' Et que li sièges iert 
desfais — 97 A'^ De nos quide ; i^PR buen, E bien, F lor, -4' son ; 
A^LNk faire — 98 {CJ); P Et icels est {v. f.), W Ce est; JM'k 
le ; K quen, L que ; P qe ie sai retraire ; A qui ; k quident traire ; 
A" Et a samor uos uelt atraire — 21999-22000 m. à Rkn — 
99 (ACDHJ); A^ ses p. — 22000 A"^ Des or serez ses miels a. ; HJ 
Mais or s., £" Or esteroiz; J 1. bien uoillanz — i {AA'^J) ; CH De 
uos; L recouerront, E resteront (v. /.) ; D fuiz ; PRk restorunt 
{k restorront) lor enfanç ; A"^ aj. 2 v. : Dunt a este si grans 
perilz De ce soies seurs et fis — 2 {A'^) \ EF Einz, R Enç; 
APADMPRy s. dels ; PRk departanz, F partiz •— 3 M'N tôt ; 
/4' Tôt s. un; AC t, a. j. s.; AA^'Rkn serement ; AP Trestot par 
uos deuisemenz, H Seres tôt un parfaitement — 4-5 m. à H ; 4 
m. à ^", qui donne à la place le v. 220o5^ puis ces 2 v.: De la 
très plus bêle meschine Qonques ueist rois ne reine — 4 £ 
asanblemanz; C Quant sera cist a., A Et sauient cest aioustement, 
Rkn Sacheiz par (n por) cest a. — 5 (ACDIJ) ; A'^IRkn Aureiz 
ioie (A' I. a.) et bone auenture — 6 {AC); DJy Cblv en trestot 
le f., A'IRkn Car t. c. li monz t. et dure — 7 C dis f. — 8 A" 
V damoiseles — 9 M'^KNe biautez ; F fust t., M'A'ek estoit 
en; k lune — 10 M^'Ck Qui; e n. p., /c p. lede (AT et 1.), n 
1. p. ; A^ Si seroit ele 1. et b. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 383 

« Envers celi dont la saisine 

« Vos fait sa mère la reine. 

« Bien est qu'o eus vos apaiez, 21 g65 

« Quar trop les avez damagiez. 
2201 5 « Oï avez que jos ai quis 

« Ne por quoi sui a vos tramis : 

« Responez en vostre plaisir, 

« Quar moût m'est tart del revertir. » ^ig-jo 
Un poi s'est teuz Achillès. 
22020 Or a joie, si grant n'ot mais; 

Or ot ço que plus desirot 

E que sis cucrs plus coveitot : 

« Amis, » fait il, « ço puez retraire ^igjS 

« A la reine de bon aire, 
2202 5 « Que jo l'en rent moût granz merciz. 

« D'ore en avant serai sis fiz 

« Leiaus, feeiz e senz boisdie, 

« A toz les jorz mais de ma vie. 2ig8o 

« Par mei, se longement puis vivre, 
22o3o « Sera Troie tote délivre. 



22011 (^'); M^ek celé— 12 F f . madame; A" V. fera demain 
la r. — i3 EN Biens; A'Ekn qua ; K t\\ M acordez, K -iez, 
^' amaisnies — 14^ Que; n ml't ; ^"Forment; K à. les a. — 
i5-6 interv. dans A" — \b {A"" io) ; /en Or a. oi q. lai q. ; £: 
iai ci q. — 16 e/c Et; « P. qoi ge s.; A"" Des or serez lor bons 
amis — 17 A^MM'N Respondez; A ment; C Respondemcz 
uetre p. — 18 ^ de r. — 19 i^ ses iot a. — 21 kn Or ot (F 
a) il {k Oi a) co que p. uoleit; APAC quil; C coueitoit — 22 
{AC); e desirroit — 23 F or poez r. — 24 M^ buen ère — 25 
M'^EM li — 26 Mn Dor; APCe Et que ie s. mes (C s. des or) 

— 27 n L. et fins; A"" L. et feels s. b. — 28 ^' Par moi se 
longes sui en u. — 29-30 m. à y — 29 yl Et se dex longues 
me lest u., J Et se ie p. 1. u., A^ Aura sa terre deluiree, C Por 
moi se 1. sui en uite, kn P. m. sera [k aura) sa {FK la) t. quite 

— 3o A Sa terre li rendrai d., J Tôt son règne ferai d., A'^ Et la 
guerre tote achieuee, C Li remandra son r. quite, kn Naura 
guerre grant ne petite. 



384 ROMAN DE TROIE 

a Ço li afi e jur e vo, 

« Ja ne voudra mais plus mon pro 

« Que autretant le suen ne vueille. 2ig85 

« En tel amor pri que m'acueille 
22o35 « Que ses pertes restort en mei. 

« Go qu'el me mande bien otrei; 

« A li irai demain al seir, — 

« Deus m'en doint joie e bien aveir! — 2iggo 

« Dreit al temple, si come el mande. 
22040 « Ainz que li clers del jor s'espande, 

« Reserai ci, quar ne vueil pas, 

ce A gieus n'a certes ne a guas, 

(( Que ceste chose seit seûe ^^99^ 

« Ne par nul home aparceiie : 
22045 « Ne porreie pas puis si bien 

« Lor pro cerchier por nule rien. 

« Va t'en, e si la me salue. 

« Di a ma dame e a ma drue 22000 

« Que toz sui suens e serai mais : 
22o5o « Par li iert cist règnes en pais. » 

Cil prent congié, si s'en repaire : 

Bien a espleitié son afaire. 

22o3i {AH); A'E lo; M^Kn vou, A'^My ueu — 32 M^AA"" 
le; APA"^ non \ EN uoldre, M' uerra ; Ke m. tant; n son p.; 
M^AA^'KN prou, FMe preu — 33 ÀP Que ie; ^' tôt altant, N 
ie autant — 34 AA^ek A; F tiele, Ae tele, -4' celé, M cel, K 
oure ; AA'^KM'N uoil; EK quel ; E macuelle, les autres macoille 

— 3b K s. enfanz; N restor, 3/' retort — 36 M^K quele m., F 
que me m.; MN lotroi — 37 APFM al s. — 38 M doing, M* 
doinst, M' dont — 39 fc Enz, N Anz, F Ainz ; kn e\; F c. elle m. 

— 40 kn Car {K Quer) a. que laube se resp. {M sesp.) — 42 n 
Na; F iou, A/' jue, M' gieu; Mac. — 43 AP cuidie, A cuidee; 
EH Soit c. c. descouerte — 44 A/' par nuluj ; eA Ne seue ne 
fcte apcrte {A apensee, M' nés sanplcric), H Ne bien s. ne a. — 
45 E ia p., M p. pas ; A/' se b. — 46 (C) ; A L. p. querre, k Q. 
1. p. — 4j K me la, M^ le me — 49 A/ sienz, M' sons — 5o M' 
lui; AC Et p. li {A lui) i. cest (.4 cist) règne, kn Et (F Que) 
par (« por) li {M Par lui) i. fête la pes. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 385 

A la reine vint tôt dreit. 220o5 

Moût li est bel, quant el le veit ; 
22o55 Moût li est tart qu'ele ait oî, 

Saveir se cil vendra a li. 

E cil li dit com faitement 

Il a empris le parlement 22010 

E queinement il s'en fait liez : 
22060 « Pensez », fait il, « e espleitiez 

« Com vos en voudreiz a chief traire, 

« Quar il n'i a mais que del faire. » 
La reïne fu engeignose 22oi5 

E de ceste uevre curiose. 
22o65 A sei a fait venir Paris. 

Ne sai que plus vos en devis : 

Conté li a tôt e retrait 

Com sis messages Taveit fait, 22020 

E come cil joiosement 
22070 Vendra senz faille al parlement : 

« Demain, » fait ele, « t'apareille. 

« A teus t'en porvei e conseille, 



22o53 KN uient, e uet — 64 AP M. fu lee ; K biau ; FK elle — 
55-6 m. à F — 55 {CJR); N li tarde; M'CJ quel — 56 {CJR); 
£ se il; k Se il u. parler o {M a) li — bj n Icil; M'n dist; v4' 
Cil li a dit — 58 M"" Il en a pris, .4' A li a p. — 59 (correction); 
C Et qil ne ment ; ILn Et com il sen (F se) f. (/ en est) bauz et 
1., AJy Con fetement il en est [A sen fait) 1., j\f' E sans mentir 
quil est molt 1., ^' Cum il en est durement 1. — 60 A^PAA^'CJe 
Des or p. ; F com e. ; H Et de son pense e. — 61 (J); 
A A'y Cornent; C u. el u. et.; H ualroit — 62 [H); IMn 
Quil (n Car, / Que) ni a rien m. {IN m. r.), K Ni ait noient 
m.; AC a el que (C mais), Je a ne m. — 63 {ACDJ); FK 
angoissouse — 64 F porcuriouse, APk coueitose — 65 F A li 
— 66 3/M d. — 67 KN dit et r. — 69 (AC); kn Et si com il 
i., M Et c. il ml't i., M'H E come il i. — 72 {CI); F Et tel, 
A^H A tes, L A cels ; n tan poruoi, A'^y conpaignons, k en 
parole; J parole et te c, A te conroi et c, M^ E xe conreie 
e te c. * 

Tome III. a5 



386 ROMAN DE TROIE 

« Qui t'aident al grant bosoing : 22025 

« Icist termes n'est guaires loing. 
22075 « Compaignons prent esliz e taus 

« Qui hardiz seient e vassaus 22028 

« E adurez e defensables 

a E en toz estoveirs metables, 

« Quar cil est si proz e si forz 2202g 

22080 « Qu'a peine iert ja ne pris ne morz. » 

Paris respont : « D'el ne me criem ge, 

« Mais que sol laist que il n'i vienge ; 

<k Quar, se tant est que estre puisse 

« Que dedenz le temple le truisse, 
22085 « El m'i laira que le mantel : 22o35 

« Ço iert del sanc e de la pel. 

22073 {ACDHJ)\A'^ Quiltauient,/^-^ Qui bien talent (/-taiuent, 
X taident) el {>% au) b. (G a ton b.), M"^ Car ce test mestiers e 
besoingz — 74 •/ Icis, H Car cist, A^ Kar li ; kn Li t. nest mais 
(NN. m. li t.);3/Moingz — 75 (C); DM' hardi, ^"^J hardis; A" 
h. et pros, A e. et teus, H bons et itax, Rkx des plus esliz [R 
hailiç) — 76 (C); J Qui eslit s.; Dy Q. les cuers aient ml't u., 
A"^ Ki proece a. sor tos, A Q. s. et h. et preus, Rkx Des [R De) 
plus n. [kn uaillanz) des {R de) plus h. — 77-8 m. à Rkx — 77 
(J); A Et adure, De Et aidanz, H Et bien aidans; A"" Et ki ml't 
soient desfensable — 78 .4 Et a ; -4^ Et en tos besoins socorable — 
79 [AA^CDHJ); L C. il ; AP si uaillanz e f., F si grant et si fort; 
G Car est si p. et est si f. — 80 (L); FGRk poines(iir peines, G 
poignes, M peine) i. ia (G) ne) p. ne [R ni) m. {F mort), AP p. 
sera p. ne m. ; // Qua grant ert ia p. [sic). A Que a p. i. conquis 

— 81 ne m. à 5; AP c. gie, Z)jy crienge, A-- cricignc, ACS crien- 
gne, 5' crien, IRkx dot; A' nan ai cricmc — 82 [leçon de C); A' 
que il 1.; C \e\s,l\ liP M. sol iiant qui il, A M. quil la lest et quil; 
A^DJy Se de ce non; A' ne u., M' i uiegne; A^ q. ca ne u. ; 5' 
M. que ce soit que il ni uien, S M. quil au temple ne uiengne, 
IRkx Mes quil ne [CM Ne m. quil) remaigne del tôt [K de bot) 

— 83 /f ce est; n et estre, AT ne e.; 3i t. qua e. peusse; /Car se 
chou aiuent et puist c. — 84 A"" Et d.; / Que cel tr. dedens nostre 
estre; G aj. 7 vers; voy. aux Notes — 85 vl Plus; A'^HK me; F 
11 i lara, L II mi rendra; M de quel m., FF que del m., / q. bon 
m. — 86 (L) ; / Chou ert, H Jo quit; F a lot la p. ; ^' Le cors en 
aurai od la p. 



( 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SSj 

« Prez en sui d'aler a l'essai 

a Demain: ja plus ne targerai. » 22o38 

Ecuba Ta plorant baisié, 
22090 Après li a doné congié. 

Quant celé nuit fu trespassee 22o3g 

E l'endemain, a l'avespree, 

S'est bien Paris apareilliez : 

Pris a vint chevaliers preisiez, 
22095 Teus dont il esteit bien certains 

Que proz erent e seiirains. 

A Tanuitant se sont tuit mis 22045 

Dedenzle temple Apollinis. 

Crotes e voûtes e chanceaus 
22100 I ot assez riches e beaus : 

Por Hector, qu'i ert seveliz, 

Esteit li lieus fortment cheriz. 22o5o 

En quatre parz se devisèrent ; 



22087 ^^^ Presz, E Prest ; F an; A* al assai — 88 F ne p.; 
EHJLkn tarderai; M ni atendrai, G natenderai; A^ D. mes frères 
uengcrai — 89-90 m. à Rkx — 89 {ACHJ)\ A"" La mère en p. la 
b. — 90 [AA''H)',M^J Enpres, C Et puis — 91 [B reprend); M'N 
nuiz, B nuis — 92 B En lautre ior, EH A landemain, M" En 1.; 
M^'AJM' vers; A^ Et laltre après en; AVA'^M'kn la uespree — gS 
(B); A"" Ez uos p. apareillic — 94 Bn prisiez, A"" -ie — 95 M*E 
dom; F da qoi b. e., A^ que b. en e.,/c d. très b. e.; iV/M'e d. il 
e. b.; M^ certejn — 96 M"" prou; kn Que {M Qui, n Quil) ni {F 
nen) auoit plus, A^ Que chascun estoit; M' proz estoit, E preuz 
sauoit; A^kn segurains ; M^ seuerejn, 3/' souerains — 97 [R); 
M'^E En; APEHkn lanuitant, M' \a.nmt\eT;y ce mest auis, Af' 
que lescurcis ; A Et quant li iours cest obcurcis, A"" Si tost cum 
li iors fu faillis — 98 iVP se sunt mjs; A^'Dy Se (D Ce) sont d. le 
t. mis ; K app., F apolinis — 22099-100 m. à Dy; 22099-102 m. 
à B — 99 A/ Croches ; AP chancieus, A -iaus, K -ials, J -eax, GN 
-iax, F canciax, A"" -els, M chauciauz, R chantiaus — 22100 
{AA^'CIJ) ; M I a; K et genz ; AP bieus — 1 APAP iert, J est; 
DJy enfoiz; kn H. i estoit s. (A: sep.), A^ H. i fu cnsepelis — 2 
{ACJ); Ikn Por ce e. {A ert) {FK cestoit) li 4. plus c.;y ml't sei- 
gnoris. 



388 ROMAN DE TROIE 

Teus entreseinz s'entredonerent : 
22io5 Si tost corne il iert tens e hore, 

Saudront ensemble senz demore. 

Cist ont les repostauz guarniz : 22o55 

Bien puet estre seùrs e fiz 

Danz Achillès, s'il s'i embat, 
221 10 Qu'il l'i enverseront tôt plat. 

En ço a mis si son porpens 

Qu'il n'i cuide ja estre a tens. 22060 

Moût li demore l'avesprer 

E qu'il fust termes de l'aler; 
221 1 5 Moût le désire e moût le vueut. 22061 

Or est espris plus qu'il ne sueut. 

Amors li a le sen toleit : 

Ne set, ne veit ne n'aparceit; 

Ne dote mort, ne l'en sovient. 22o65 

22120 Go fait Amors, qui rien ne crient. 

Tôt autres! com Leandès, 

Cil qui neia en mer Elles, 

22104 {ABCIR); M^A^J T. enseignes, G T. entre sain, L T. en- 
treseignes,^^ Et t. enseignes ; yL se donerent — 5 £" i. tant ; ;i c. i. et 
(Fli) t. et h. — 6 Un Tuit e. li corront [M corent, Fcorrent) sore 

— 'j M' Cil, kn Bien ; 3/ ot ; N est li r,; nM repostax, K -als — 9 
k A. que sil [M se il)— 10 M'k Que il lenu. — 1 1 3/' En cen, E 
En ci;Aea il; kn Et il i (Fli) a ; n tôt s. p., A si grans p. — 12 (C); 
A Que ia ni c. e.; H uenir a t. — i3-4 m. à IRkx; i3-6 m. à B — 
i3 (AC); J M. par desirre, A"" Forment d.; Dy a au. — 14 ^^que, 
Cqen; DJy Que il f. terme; A"" Quel parlement peust a. — i5 
(/); A'^kx d. m. — 16 .4'' Plus le désire, G Cil est am pris; I rest; 
H IL que, C qi — 17 F son san; M^AM sens— 18 (C);3/^ siet, K 
seit, M soit, H sent; kn Quil ne s. r.; ANk ne ap.; 3/MC aperceit 

— 20 M^A amor; APA'^BIKn que; K riens — 21-40 m.à B— 21 
(Q; AA' ensement; [M^AA'CS'R leandes), A'GJLNy leandcr, 
Feleander (y. /".); IPRk Leander {R -es) tist tôt autresi, S Tôt 
autresit corne faudres — 22 (^4'); M' uola, D naia; 3/' en les, 
A herles. M' en 1er, EJ aler, H ester; A"" Ki se n. ens en la 
mer, Gn Qui a {n Qe as) elles n. en mer, L Qamor n. dcdenz la 
m., C Qui n. en la m. de les, 5' C. q. naga dame belles; R en 
la m. en péri, IPk an m. en est (/ alas) p. (3/ csperi, P reperi). 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SSg 

Qui tant ama Ero s'amie 

Que, senz batel e senz navie, 220^0 

22 125 Se mist en mer par nuit oscure, 

Ne redota mésaventure : 

Tôt autresi Achillès fait. 

De rien ne tient conte ne plait; 

Ne crient péril ne encombrier, 220^8 

22i3o Qu'Amors li fait le sen changier, 

Qui home fait sort, cec e mu. 

Si l'asorpris e deceii 

Que nule rien plus ne désire 

Qu'aler al doloros martire 22080 

221 35 E a sa pesme destinée. 

Polixenain mar vit onc née : 

Bien se traî, bien se tua, 

Le jor que il veeir Fala. 

La resplendor de sa semblance 2208S 

iixâ^Qt Le fait ester en tel errance 

Qu'il ne puet onc puis aveir bien. 

Or désire sor tote rien 

Que cist termes seit avenuz. 

Uns chevaliers esteit sis druz : 22ogo 

22145 Antilocus aveit cil non. 



22123 P Car; A hero, P erro — 24 Af Que tout s. (v./.) — 26 
hP Ni — 27 ^ f. a.; 3/' T. einsi a a. f. — 28 iVnan; 3/ ne pies; 
K Ne redote nul félon p. — 2g-3o interv. dans F— 29 ÀP péril! ; 
kn Ne dote {K dota) p. nenc. — 3o Af^ Quamor, n Amors; M" 
qui f.; K font; M^IyPk sens, F sanc — 3i M' Qui amors fet fort 
ceu; ^ s. coi, Ck et sort, J et sor, n et fort — 32 M"" La si, M 
Sil la — 35 M"" la p.; e A sa très pesant, Ar Et a sa p. — 36 FM 
Polixena ; A/' aine, iV ainz ; F mal uos uit; e Mar uit o. [E ainz) 
polixena n. — 40 K Le font; e estre en grant esfreance; k en 
ceste, F en grant— 41 K Que; E pot; AP anc, EN ainz; B Po- 
lixenain cuide a. b. — 43 (J) ; 3/' cil, H cis, kn H; CRkn fust 
— 44 // qui ert ses d. — 43 EHn Anthilogus, A'^APk Antil., 
/ Anthylocus, B Amil.; ^m a n., iV/ n. ♦ 



SgO ROMAN DE TROIE 

Jovnes, senz barbe e senz grenon. 

Al vieil Nestor ert heirs e fiz, 

E si sacheiz qu'il ert hardiz 

E proz e sages e corteis 
22i5o E moût preisiez entre Grezeis. 22ogJ5 

Moût par l'amot danz Achillès : 

Parent esteient auques près. 

A cestui a s'uevre gehie. 22og'j 

O seit saveirs o seit folie, 
22 1 55 Otreie li que o lui aut : 

Trestoz en est prez, ne l'en faut. 22100 

Ja començot a anuitier 

E la lune cler a raier. 

Quant il partirent des herberges, 
22 1 60 Oscurs ert li cieus e tenerges : 

Ne fust ço que raiot la lune, 2210S 

Moût fust la nuit oscure e brune. 

Dreit al temple tienent lor veie : 

22146 E Juenes, iCiV Jones, M'^M' Joune, H Jouenes — 47 A/' 
hector ; MM^ iert; H rois, F sire, R ers, A^ oirs, EN hoirs, CM 
oir, M' hoir; K estoit cil f. — 48 {ACJ) ; H Et bien; MM' iert; 
BIRkn Et s. quil e. molt {/ que m. e.) h., M"" Ml't par estoit 
prouz e h.; ^" ml't ertgentilz — 49-50 interv. dans H, m. à B — 
49 CHR saines; A"" Ml't ert s, et ml't c, M'' De totes riens esteit 
c. — 5o H Et cheualiers biax et adrois — 5 1-2 m. à A^JRkn — 
5i AfM amot; A cilz a.; CJy M. samoit {Je sèment) il et a. — 
52 {ACS)\y assez p.; M" esteit auques de p. — 53 « loure — 54 
AJy Ou fust; ABJky sauoir; AJy ou fust — 55 {A)\ B Otrie ; F 
A troye droit; eC Otroia li quauoec (C qo) lui ait; Bn sen aut, k 
en a.; R quan lui en haut, / quauoec en ait — 56 B près; Ke Toz 
en e. p. pas ne, F Trestoz est qil ne, C II nest p. si ne ; FR li f. 

— 57 {BCHJ); A La, F U — 5g DJ i p.; A' de lortrez; BPRkx 
Q. d. h. se (G sans) p. (BKR départ.), / Achylles et anthygonus 

— 60 {ACD); S Oscure estoit li ciel; M^'M' iert; A' li tans, S li 
airs, HJ li ers, E li ciax; M'S' ténèbres; A'' O. estoit leirs et 
meslez, BPRkx MVt fistoscur petit i uirent, /Vont sent andui ni 
voellent plus — 61-2 m. à B — 61 M' reoit; M'' Se ne luisist si 
cler, /Se ne f. que luisoit — 62 M^EKN nuiz, M lune — G3 N 
Au t. d.; M' tiegnent. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS 89 1 

Rien ne les siut ne nés convcie. 
221 65 N'i ont escu n' aubère doblier, 

Fors solement les branz d'acier. 221 10 

Tant ont erré qu'ai temple vindrent : 

Onques anceis resne ne tindrent. 

Li lieus fu soutis e segreiz : 
22170 Hisdor lor en prist e esfreiz. 

Descendu sont li dui vassal : 221 15 

Chascuns aresne son cheval; 

Li sans lor monte a mont el vis. 

Dedenz le temple ApoUinis 
22175 S'en entrèrent : merveille ont grant 

Qu'il n'i troverent rien vivant. 22/20 

Esbaï sont en lor corage : 

Ja i parra come il sont sage. 

De quatre parz lor sont sailli, 
22180 A une voiz e a un cri, 

Li vint qui erent embuschié. 22128 

Vint darz d'acier lor ont lancié : 

Féru en sont de plus de diz 

22164 ^^ Riens; N nés i s., M noX uirent; A/' sieut, K sielt, 
N suist, AP siet — 65 M Not; KM'n Nont e. (Fescuz) ne aubère 
d. (F hauberz dobliers) —66 K\ov\ C le brant {M' branc dranc) 

— 67 Al' qua, K quel — 68 E eincois, n enc, M entreuiz; k 
règne — 69-70 m. à B — 69 F sostix, M^ soutiz, J solteins; 
LRkn oscurs; AP Le lue trouèrent molt segrei — 70 (//) ; DEF 
Hidors, JM' -eur, ATiV Hisdors, M Hysdeur; ^ est prise; M' es- 
frei; L Et hideuz et de grant e. — 71 APM li bon — 72 M'E 
aresna, k aregne — 78 AP est montez; AP es u., Flo uis; e enmi 
le u.; B Hidors et paors lors es[t] pris — 74 -^ app., M apolinis 

— 75 L En ; B tôt maintenant — y6 B Mais ni ; JM' trouoient ; 
M'FHR Que {AP Qui) il ni (F ne) trouent — 77 {H); J Estre- 
mi, M^ABCLMn Enhardi; A* Hardi s. ml't; 7iB li {B ml't) lor, 
M tuit leur; ^C en s, 1. c; / Esfree se sont de c. — 78 (J) ; B 
Des or p., L Or i p., ^Ma lor p., AP la i parront, M^'k la paris- 
tra — 79 /f s. assailli — 81 m. à M\ E anbunchie — 82 M'^e Maint 
dart; E tranchant; APAl^ i ot I.; Al .x. d. leurs ont d. 1. — 83 
[BIL); M Férus les ont; K De p. de .x.^n s. f. 



392 ROMAN DE TROIE 

Par les costez e par le piz. 
221 85 Escrïé sont e asailli 

E de totes parz envaï. 2 2i3o 

Quant Achillès veit e entent 

Que traîz est tôt pleinement, 

Son braz moût tost e moût isnel 
22190 A bien entors de son mantel; 

S'espee trait, si lor cort sore : 22i35 

Set lor en ocit en poi d'ore. 

Antilocus fort s'i raiuë : 

Mainte colee i ra férue ; 
22195 Par mi le temple les dechace. 

E Paris moût les suens manace : 22140 

« Por quel fuiez, franc chevalier? 

« Ne veez vos treis darz d'acier 

« Qu'il a par mi le cors toz dreiz ? 
22200 « Rasaillons les une autre feiz 

« Comunaument : ja seront mort. » 22145 

A toz done cuer e confort : 

Tuit les rasaillent e refierent 

E tuit vassaument les requièrent. 
222o5 E cil se sont moût défendu, 

Mais de lor armes sont tuit nu : 2 2i5o 



22184 (^-^^); « Por; FR por les, M par les; n uis, ^ bu ; M^ 
ce mest aujs — Sy K set et e. — 88 EK Quil est t. ; N t. simple- 
ment, k t. plain., B plenierement — 89 Af' ignel — 90 w A lues 
— gi Fe Lespee; E trete lor; 3/' se, ^ et — 92 A/' Treis, A' 
Maint; M ochist, e ocist — g3 {B)\ En Anthilogus, M'k Antil.; 
A/* bien se; FM' raue — 94 M'^Ke i a — 95 « desch. — 96 BM 
siens — 97 M"" Ne fujez pas — 99 M tout droit — 22200 k Rass.; 
FK lo ; Â/^ un, C per ; H Râlons asalir a. f. — i {J) ; K Comunal- 
ment, les autres -ement (^de même à peu près partout) ; M'^AJ ias 
{A les) uerreiz morz, Ckn ia lauronz mort [M mors) — 2 {CH)\ 
M^J cuers, A et cuer ; M'^AJ conforz — 3 eA: T. r. [K lass., M 
les ass., E asaillent) et tuit i f., N T. las. (F se leissent) et t. 
lo f . — 4 e Et cil ; Arn le r. — 5-6 m. a // — 5 a: Icil ; yJ Ml't 
par {J Et m.) se s. bien d. — 6 M^A' furent nu. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SqS 

S'eussent les haubers vestiz, 

Mar les eussent asailliz ; 

Ja d'eus nen eschapast uns piez. 
22210 Mais par mainzlieus les ont plaiez : 

Li sans lor ist des corsa fais, 221 55 

Qui trop lor donc granz esmais ; 

N'est merveille s'il afebleient. 

Lor mort sentent e lor mort veient, 
222x5 Mais ne por quant trop chier se vendent, 

Dure bataille e fort lor rendent. 22160 

Des cors ont fait chastel e mur, 

Mais malement sont a seûr : 

Nus nés ataint n'i face plaie ; 
22220 Por le sanc qui del cors lor raie 

Lor faut li cuers e espasmist. 2216 5 

Antilocus premiers s'asist : 

Ne poëit plus ester sor piez, 



22207 ^''HM lur; HM' hauberc; Af' uesti, H -u; A'B Sil e. h. 
uestuz ^8{A)]K Mal; M^CHM' Por fol i fussent asailliz {HM' 
-i, C esuaiz), J Et en lor chief heaumes aiguz, A'B Mar i fust 
onques uns {B nus) uenuz ; H aj. ce v. : Mais darmes furent des- 
garni — 9 if De cels; kn Quar {n Qe) ia dels nen e. p., 3/'B la 
de cels [B dels tos) neschapast u. p. — 10 {AJ); kn M. en; 5 M. 
chascuns est forment p., Af" Par m. lues unt les cors p.; F 
bleciez — 11 ABC Li s. d. {A du) c; AC 1. ist a i., B 1. cort 
aual;jr A fes [H rais) 1. chiet d. c. {H del c, M' du dos) li s.; 
J a rai — 12 {AC) ; ky Q. ml't; FJk grant, y ahans ; J esmai ; B 
Ice lor a fait ml't grant mal — i3 A/' safebleient — 14 FKe La; 
M mors; FKe et la — • ib n ml't c. ; BU., quant nen pueent 
escaper — 16 « Fiere ; K Fort b. et d. ; B Dur estor lor voelent 
liurer — 17-8 interv. dans A/ — 17 A/ Del c. ; G De lor c. o. — 
après -18 B aj. : Acilles cil se desfent si Onques mais hom tant 
ne sofri — 19 e Nus ni; B Nen ateint nul ne — 20 M^'M' Par; 
n P. lo sans, B Mais li sans; M que du, M-Ke qui des; B li 
r. — 21 K Fait lor, B Li sait; Fe espamist — 22 {BJ)\ En 
Anthilogus, M'k Antil. ; n primes, MM' premier, K prinCes — 
2 3 FJe Ne pot p. e. {M' p. estre, J e. p.) s. les Je ses) p. ; K Ne 
p. mes. * 



394 ROMAN DE TROIE 

Qu'en quinze lieus esteit plaiez. 
22223 En plorant dist a Achillès : 

« Beaus douz sire, ne vos puis mais 221^0 

« Aidier : ço poëz bien veeir, 

« Qu'essoine ai grant e estoveir, 

« Quant jo vos fail. Las ! queus damages 
2223o « Que ci perist li vasselages 

« E la grant hautece de vos! 221 y5 

« Iriez en sui e angoissos. 

« Vostre maus sens nos a traïz. » 

A cest mot rest en piez sailliz, 
22235 Qu'Achillàs esteit trébuchiez : 

Paris l'aveit de dous espiez 22180 

Féru en lançant mortelment. 

Del redrecier fust mais neient, 

Quant Antilocus lor cort sore, 
22240 Dous lor en ocit en poi d'ore; 

De sor lui les a relisez. 22i85 

Achillès rest en piez levez; 

L'un des espiez lance a Paris : 



22224 A'e En, AC Par; M les eut p. ; / Kil fu en .xv. lius p.; 
e ert (A/' iert) detranchiez; APJ Naurez esteit de set espiez — 26 
Ke Biais {M' Biau) s. {K sires) d., W B. d. amis ; F B. s. chiers 
ne me p. m,; / iou nen p. m., M '\q ne me (v. /.)p. m. — 27 
M Aider; K itant p. u.; M uoier, APK saueir; / A. en nul sens 
ne mouuoir — 28 e Essoine; Ikn Asis me sui par e. (/estauoir) — 
29 B Las ce vos f. ce grans d.; F a uos; M^ faill ; Kn dex, M 
dieu;A/^ ques d., F.'lf'/c quel domage — Zo M perdons; iC Quant 
p. ci; BFM'k le (Fli) uasselage (Fuassal.), A/' Nostre {sic) bar- 
nages — 3i M^EM nos — 33 Af4 mal s.; e V. amor si — 35 M"" 
resteit — 36 C P. latainst, K Que p. lot; B P. li ot .ij. dars lan- 
cies — 37 a: En 1. f., C Ferille en 1., n F. an la char; B Féru lot 
el cors; E lancent; K mortalment — 38 {ABC) ; J Del releuer 
nauoit ; M' ne f., E ni ot, K i ot, M ni eust, n estoit; H f. male- 
ment — 39 {J)\ BE Mais; En Anthilogus, k Antil. — 40 M'Fe 
ocist, Af ochist: B Qui en o. .ij. —41 {A)) M De soz, KM' De 
sus; 3i' debotez; J Toz arieres les a botez — 42 {AJ)] H M' est; 
M^ E a. sest rcleuez — 43 {AHJ) ; kn Un; n lança p. (F a p.)- 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS SqD 

Feru reiist en mi le vis, 
22245 S'il nel veist vers sei venir ; 

A grant peine li pot guenchir. 221 go 

Antilocus se rest pasmez 

El pavement, qui fu listez. 

E Achillès moût longement 
22230 S'estait sor lui e le defent. 

Pitié en a plus que de sei : 22ig5 

« Amis, » fait il, « ço peise mei, 

« Que de mort vos sui acheison : 

« Se jo dotasse traïson, 
22255 « Il alast or tôt autrement. 

« Deceiiz sui trop malement. 22200 

« Tôt cest plait m'a basti Amors : 

« Sentir m'en fait morteus dolors. 

« Ne somes pas des premerains, 
22260 « Ne ne serons des dererains, 

« Qui en morront ne quin sont mort. 222o5 

« Beaus douz amis, n'i a confort : 



22244 (if); N len a, F len aust; M^'AKM' par mi — 45 iV Se; 
M le u. ; EH F M. lui u. — 46 3/ len, e sen, M"" sq\ N Apoines li 
poist g.; M^ puet tenir; B sen pot garir — 47 [ABCJR)\ kxy 

Antilogus; F san r., TV se fu ; A^ pasme — 48 {IL)\ G Au ; M 
lirez; AM' Desus, A"" Dessor, CEHJ Desor; CEJ les pauemenz 
{J pauement, C -imez) listez, AA^HAV le pauement 1. (-4' liste) ; 
M^ E contre terre jus uersez — 49 ky longuement — 5o GILMN 
Sesta, F Esta, M^ Sestut; K Sor 1. sestait; / et si), L qui le; y 
Sest desfenduz estrangement — 52 K Ami; M fist il — 53 Af'e 
achaison, K -eson, M acoison — 55 i^ a. ia, K ï a. — 56 F an 
sui m. — b-] K Icest, M Tout ce — 58 {A)] APk me, A"" nos; 
Af' mortiel dolor — 59 /{ Ni; AP Ne sui mje ; A mie des pre- 
miers; Rkn li premerain (k prim.); L premeriens, àP premie- 
rejns — 60 M^R Ni; M^ serai; A Nous s. nos; Rkn li dederain 
{R derrairain, N darreain, i*'dereen, M derrein); E darriens, ÂP 
derrejns, J dehariens, A derrainniers — 61 MR Quin (M Qui 
en) morurent ; M^'R ne quin, ^' ne kin, AM et qui, K ne qui, N 
ne qan ; e ancor {M' einsi) a tort, F ce est granz torz — 62 AP 
ci na c. ; ^' lo ni uoi or altre c. * 



396 ROMAN DE TROIE 

« Dejoste vos, o peist o place, 

« M'estuet morir en ceste place. 
22265 « Ne me puis mais guaires aidier : 

« Por quant, o cest mien brant d'acier, 22210 

« Vos vengerai, se fairel puis. 

« Se jo Paris ataing e truis, 

« Ja li rendrai le guerredon 
22270 « De ceste mortel traïson. » 

Li temples ert cler alumé 222 15 

E moût i ert grant la clarté ; 

Mais la veiie li troblot 

Del sanc qui del cors li raiot 22218 

22275 A tel foison, près morz esteit ; 

A grant peine se sosteneit. 

Faite lor a une envaïe 2221g 

O Tespee d'acier forbie : 

Dous en a morz e cinc navrez. 
22280 E Paris li rest sore alez: 

Le braz li trenche e le viaire. 

Lez Antilocon s'en repaire : 

Iluec se rest moût defenduz, 22225 

22263 [A")] Nk Delez uos ou me p. ou p.; F Veez uos ou 
plest ou desplace — 65 ^ gaire — 66 /c Ne porquant a c. b.; 
ekn a c. — 67 M'N faire, E f. el, FK onques ; AT ia se ie p., 
M se ic p. — 68 FM' atain, K ateins — 69 w Ge, K Gie, M Ja ; 
A/" rendra mal g, — 70 K mortal, A/^ -iel — 71 M'^MM' iert, 
R fu; {M^KLNRy cler), FJM clers; A" estoit a., G deuint a.; 
H alume, les autres alumez — 72 3/ i iert, FL estoit, G deuim; 
M^GHJn granz ; y i auoit g. c; // clarté, les autres clartez — 73 
{AL)-j J lor t. ; G si li toubloit — 74 (-4); J lor; MRx issoit, 
A^K coroit — 75-6 m. à Rkx — 75 /f raison; AHJM' que mort 
{A morz) e., E quil san moroit, C p. mort estoient — 76 A'^CJy 
Et qua {H a) p. se s.; C sostenoient — 78 APEkn A; M tren- 
chant f. — 80 .WFK li est; AP sor, F soure — 81 (H); M^A Les 
b.; C Li b. . . . li u. ; AUkn Sil [A^IMN Sel, F Ses) fiert que (^" 
si q.) li b. en uola [A'^n li trancha) — 82 M"" antiiocum, J an- 
thil., / antylocus, F anthilogon, L -gun, A^'EHk -gus, AM'N 
antigonum; A'^kn repaira, / sen râla — 83 AP tant cumbatu. 



ACHILLE EST TUÉ EN TRAHISON PAR PARIS Sgy 

Mais a force fu abatuz. 
22285 A genoillons e en gisant, 

Desci qu'il ne pot en avant, 

Defent son compaignon e sel. 

Paris li dist : « Or vos otrei 22280 

« Que compareiz cez druëries. 
22290 « Mare ont par vos perdu les vies 

« Hector e Troïlus mi frère : 

« Par le comandement ma mère 

« Les vengerai de vostre cors. 22235 

« Trop par vos estiez amors 
22295 « A nos laidir e damagier, 

« Mais or le comparreiz moût chier, 

« Quar ci morreiz; ço iert grant joie 

« A trestote la gent de Troie. » 22240 

Desus le pavement listé 
223oo S'esteient ambedui pasmé : 

N'aveient mais defension. 

Ne trovon pas ne ne lison 

Qu'onc chevalier tant se tenissent 22245 

Ne que lor cors tant défendissent, 
223o5 Qui d'armes fussent desguarniz. 

22284 ^ rest, M' est; Af' Que par f. lunt abatu — 85 (L) ; G A 
geloignons; N giss., M' séant, E estant — 86 M^e De ci, Kn Desi, 
M Dessi; L Tant c\.\\\K que ne; n qe il ne p. a., G Pour ce que 
il pout a. —89 M^ Vos; M'HM' conperreiz (3/' -ez, H -es), EMN 
comparroiz, K-q\z, F -aroiz, C -arois; M"" cesz; n la druerie — 
90 M^F por; n la uie — 91 F Hectors ; Ke mon f., M mes frerez 
— 93 L uencherai; G L. vengera ge de vos c. — 94 ^ T. u. p., 
M T. u.; Fu. i estes — 96 APe comperreiz, H -es, n -aroiz, C 
-arois — 97 WAe Ici ; F or est, M' ce est, H ce er, E si iert ; N 
granz; k a molt g. i. — 299-300 m. à W — 299 [AR) ; HJ \^q- 
sor — 223oo K S. andui (y. /.); B Serent li conte andui p. — i 
« Ni auoient, Aek Ni auoit mes; J desfensions — 1 J lisons — 
3 A Quainc, NPN Que, F Qainz,jr Duijfi .x. homes qui 1.-4 
e qui ; F lo c. — 5-6 / Chou ne fu aine ne ia ne niert Paris 
meismes tant i fiert — 5 C erent ; A^ Q. f. darmes, M' D. erent 
si, A Par quelz d. si, H Cascuns ert d.; \n Que {K Qui) tuit 
estoient desarme. 



SgS ROMAN DE TROIE 

Ço nos reconte li Escriz, 

Paris les a toz detrenchiez : 

Bien a ses dous frères vengiez. 2 2 25o 

Del temple les a fors geté, 
223 lo Ainz que del jor parust clarté. 

E quant il prist a esclarcir, 

Si fist les suens ensevelir : 22254 

Ço vos sai bien dire, de maint 

Furent assez ploré e plaint. 
223 1 5 Riches sarquieuz fist faire a toz, 2 2 255 

Quar moût erent vassaus e proz. 
Geste novele fu seûe : 

Tost fu par mainz lieus espandue. 

Quant Greu le sorent, ço sacheiz, 
22320 Angoissos furent e destreiz : 22260 

One si granz dueus ne fu veiiz 

223o6 AA-'BC Si con rac. (^' rec.) ; kx Sai (L Cei, N Ca, F 
Car} en lescrit (G lescrip) daire {K darres) troue {F ai t.) — 7 
Ikn Que il, AA^BCH Iluec, E Quiluec, M' Quilleuc — 8 (H) ; B 
Si a; kn Issi [M Ainsi, N Iluec, F Illoec) a s. f. u., / S. f. a 
ensi u. — 9-10 les 7 mss. getez : clartez — 9 [H); M^A^ les ont, 
C resont; M^M hors; lekn F. (F Et) del t. les a g. — 10 ^ quil; 
Ik p. {M uenist) d. i.; CFe uenist c, A^ Ancois que u. la c. — 1 1 
{L) ; K esclarzir, M esclairier, G -ir — 12 F Se ; i soens, AGIM 
siens; k ensepelir; ^ L. s. a fet e., GL Paris fait les s. seuclir 
— i3-4 m. à BIRkn — i3 {AC) \ y Ge; I u. puis — 14 {ACHJ); 
E F. le ior naure et p. — i5-6 m. à B — i5 {ADJ) ; H Rice sarqu ; 
C font; IRkx En biax sarcus {k uaissax) et en biau leu [N lou, M 
lieu, R len) (/ molt hautement) — 16 {A); 1 Et ml't très glorieu- 
sement; H m. par ert, DEJ chascuns ert, AV chacun est; CMRx 
uassal, K hardi, I^P -iz, DM' uaillant, EH -anz ; Mn prou, K 
preu, R buen; F aj. 2 v. : Nus ne poist Ior per trouer Mais ci 
Ior couint a finer — 17 {AGJ); EL Celé; H Iceic n. est s.; / est 
tost s. — 18 {ACHJ)', kn T. se fu par tôt c., / Et en pluisours 
lius e. — 19 M"" grie, e grieu, HK griu, M il; M''I bien; M* 
sachez, / -ies — 20 C Cangoissous; J Que ml't par fut chas- 
cuns, _>^ Ml't en orent les (Af' Ior) cuers, kni Ni ot .j. seul {K uns 
seus, /chelui) ne (/ nen) fust; / iries — 21 {A); APH Aine, CEn 
Ainz; H A. m. tels dels; AP ticls duels ne fu mes u. 



FUNÉRAILLES d'aCHILLE SqQ 

Coin fu en Tost de toz renduz. 

Dès or sont il desconseillié : 

Vint mil en plorent de pitié; 
22325 Dès or n'ont il mais nul espeir 22266 

De la cité par force aveir ; 

Dès or s'en voudreient aler, 

N'i a mais rien del plus ester ; 

Dès or sont il taisant e mu, 
2233o Tuit se tienent a confondu. 222'jo 

E se ne fust por celé alee 

Qu'il aveit faite en recelée, 

De qu'il l'ont trop entre eus blasmé, 

Moût Teùssent plus regreté. 



Funérailles d'Achille. 

22335 De sa maisniee que direie, 22275 

Quant reconter ne vos savreie 

Le duel qu'il font de lor seignor? 

Laissié s'en sont morir plusor. 

Aler vuelent querre le cors. 
22340 Ja esieient des tentes fors : 22280 



22 322 [ACJ] ; F en lost de t. fu, / en L ert de t. ; 3/'' par trcs- 
lot 1. meuz; H ueus — 24 kn De duol plorent (F plore) et de 
p. — 2 5 3/' D. ore nont il mes e. ; E nen ont il n. e. — 27-8 
interv. dans F — 27 73/' râler, M laler ; M'^M or u. il, EL or scn 
uoldront il — 28 FKe noiant de, / m, nient de — 3o {ACJ)\ A^ 
Tôt; kni Trai sont tuit {n se sont) et c. — 3i [AA'C) ; A/' E sil; 
K par; Af ce a. — 32 {AA^)\ CMek fait; Af a — 33-4 interv. 
dans y — 33 AP De quil est entrels molt blasmez; AA'IJM De 
coi, H Mes il ; A^'Hk lont molt, AU t. 1. ; C Ne lont t. (v. /.), e 
Mes t. len ont — 34 {IJ) ; A^ Assez 1. r. ; APA Molt fust plus 
plainz e regretez {A plaint et regrete), C Bien lont dole tuit et 
plore — 35 / quen — 36 n Car ; M" recontier ; EM nel ; 3/^V 
porreie ^ Sj K que f. por — 38 FM'k M.\ sen {K se) s. 1. ; ^ si 
s. —40R Des t. e. ia f. ; M^MM' hors. 



400 ROMAN DE TROIE 

Qui ques ocie ne lor chaut ; 

Braient, crient, plorent en haut. 

A eus retorner met grant peine 

Agamennon, quis en rameine : 
22345 Dit lor que sempres maintenant 22285 

Querra le cors al rei Priant. 

E si fist il, ne tarja guaire. 

Mais ore oëz que cuidot faire 

Paris del cors. Il n'aveit cure 
2235o Qu'eust mestier ne sepouture : 222go 

Mangier le voust faire a guadeaus 

E a voutors e a corbeaus. 

Tant par le het, ne vueut sofrir 2i2gi 

Que Greu le puissent sevelir. 



22341-2, placés dans M"^ après 48-4^ m. à B; A'IRkx Quil [M 
Qui, INR Que, A" II) ne l. c. qui les o. Chascuns an [K i, M 
deulz) plore et brait [M p. b., IRn b. et p.) et crie — 41 {AA^'CJ); 
C Q. les o. — 42 £ B. et p. c. h., C B. p. c. en h., A" Tôt en b. 
et c. h., puis les v. 41-2, leçon de IRkx — 43-4 interv. dans M 
— 43 {AIL)\ W Qui dels, k Et al, CH A les ; F atorner a, A^ 
ramener a; M^ est en p. ; G Deux r. ni est g. plainne, B Mes a g. 
p. les retint — 44 (^'); /kis en, A quil en, R quils en, M' ques 
en, Ekx qui les, M"^ les en; ¥ amoine, N anmoine, Z. en meine, 
A/' remene ; B Qui conme sages si contint — 45-6 m. à B — 46 
E les c. — 47-5o réd. à 2 v. dans B : Or mores de paris retraire 
Quil uolt del cors achilles faire — 47 M^ targa, ekn tarda — 48 
F orrez; IK oiez ; F qil, M'Re quen; GI cuida — 49 (C); Jy 
des cors; A^JRkx il (L si, 7 ki) nauoit del c. {i4' onques) c, A 
P. de son c. n. c. — 5o {leçon de M""); A"" honor ne s.; e Que il 
eussent s., GILRk Q. il fust mis {K mes) en s., N Ne uolt quil 
aust s., F 11 nest pas droit qait s. — 5i-2 m. à K — 5i e les ; 
CHM' uolt, M'' uout, xBI uiaut, E uost (s longue), J uelt, M 
ueult; A as; M gadiax, R -iaus, I wadiaus, x porciax,3/M^'Cy 
mastins, J matins — 52 (-4); -4' V a u. v a; GM Et as u., 3/' E 
a choes, CV As auoutors; I woltoirs, H uoutoirs, A uotours, 
BGLN uoltors; CJM' et as; BlMRx corbiax, M^AA^CJy cor- 
bins — 22 353-5oo réd. dans B à 12 v.\ voy. aux Notes — 53 C 
uolt, EF puet, K pot, M^ pou*it [sic) — 54 3/' grie, MM' grieu, K 
griu; e les; Ke facent, F uoillent, C doient, G poisse; k sepelir. 



FUNÉRAILLES D ACHILLE 40I 

22355 Venu i sont tuit cil de Troie; 

Sor le cors demeinent grant joie. 

Quant veient qu'Achillès est morz, 222g5 

Ne cuident mais, par nul esforz, 

Que Greu lor puissent grantment nuire 
2236o Ne lor riche cité destruire : 

Moût sont joios e moût sont lié. 

De toz esteit bien otreié 22800 

Ço que Paris en voleit faire; 

Mais Helenus prist a retraire 
22365 Qu'il n'esteit pas reisons ne dreiz: 

Laissier lor fist a celé feiz. 

Ensi furent li cors rendu. 223o5 

One si faiz dueus oîz ne fu 

Com firent Greu, quant il les virent. 
22370 Moût hautement les sevelirent. 

Mais Nestor est si angoissos, 

Si destreiz e si doloros 22810 

Por son dreit heir Antilocus, 

Qu'il n'aveit fil ne fille plus. 
22375 II l'amot plus assez que sei : 

Al repairier le feïst rei. 

Si home l'ont moût regreté 223i5 

E longement plaint e ploré : 

Moût i eussent bon seignor. 

22356 M"" Qui s. le c. meinent, e Desor (M' Desus) les c. font 
ml't — 58 M^'N c. pas ; N por, F que — 59 M'MM* grieu, A' 
griu; F li p., M' les puisse ; F griement — 60 ^ la noble — 61 
{A) ; Af" xMolt par en s. ioiant e le — 65 M^'F raisons, M -on, N 
raissons, M' reson — 66 F U, N \o \ k fait — 67 {A) ; M"" Por luj 
— 68 iW Aine, En Ainz; k Onques tex, A Ainsi fet ; A oi, N 
ueuz — 6g A Quant; M^MM' grieu, K griu — 70 {A)\ M'k 1. 
sepelirent, E lanseuel. — 72 3/' destroit et si besoigneux — j3 
X Quant il uoit {N uit) mort a. ; Lek antilogus, nG anth. — 74 
F Qe fil ne f. nauoit p.; Af' f. ne fil p. — 75 ^ a. p. — 76 F 
Au reuenir ; e en f. — 78 M'M'Nk longuement, E durement — 
79 iV faussent. ^ 

Tome III. 26 



402 ROMAN DE TROIE 

2338o Nestor se muert de la dolor : 

Tant s'est pasmez qu'a rien n'entent. 

Ne puet mais vivre longement, 22820 

Quar moût est vieuz, si li durra 

Toz les jorz mais que il vivra. 
22385 Trop fu li dueus cruëus e fiers. 

Agamennon prist messagiers, 

E si manda al rei Priant 22825 

Quel vueille e place e qu'il comant 

Qu'Achillès facent sepouture, 
22890 Quar c'est bien reisons e dreiture : 

« Tant a esté vaillanz e proz 

« E sire e maistre desor toz, 22880 

« Tant par i ot bon chevalier 

« Que bien le lor deit otreier ». 
22395 Fait en a son plaisir li reis : 

Triuës lor a donc un meis. 

Dès ore ont il terme e leisir 2 2885 

D'eus enterrer e sevelir. 

Une semaine tôt entière 



2238o Ek por; AT sa — 81 M^ T. est; k que; K riens — 82 N 
pas u. ; F Ne uiura mie 1. ; M'^Nek longuement — 83 M'^Mn se; 
M' lor; ^' Car trop c. uilz si durera — 84 A^Ex Trestoz 1. i. 
que (G mais que) il u. — 85 K Li dels fu t. et granz et f. — 87 
^ Si a mande, M Si manda — 88 (Quel correction) ; IL Que il U 
plaise, E Quil uuelle bien; Fk Quil li plese et que il {FM quil) 
c, G Que li plait et que li c; APACHJM' Quil (C Qi) uoille 
e place {H face), N Quil lor doint triue ; A^ Que terme et triue 
lor d. tant — 89 kn face, C aie, H eust — 90 TV biens; APM'n 
raisons, K res. ; M Que b. est droiz et d.; EK Car r. e. b. {E 
biens) — 92 M Sire ; k Mestres et sires ; F maistres; APM' sor 
els t. — 93 F ont; A/ T. i parut, yJ T. ot eu lui ; M" E si enore, 
A Et si auoient — 94 {A); MN la lor d., F la doiuent, HJM' 
lor (H li) d. on ; a: Q. il lor d. b. o. — 95 M" S. p. en a f. — 96 
M' Trêves, K Trieues; E A], m., puis ces 2 v. : Et ambedos les 
cors randuz Que il auoient reienuz — 97 kn Or ont (A/ ront) 
assez t. (iV tens) et 1. — 98 M^k sep., E anfoir — 99 n lote. 



FUNÉRAILLES D*ACHILLE 4o3 

22400 Tindrcnt andous les cors en bière, 

Enoinz e aromatiziez 

E richement apareilliez. 22840 

Ploré esteient corne rei 

E porchanté solonc lor lei. 
22405 Li soverain engeigneor 

E cil qui sont maistre dotor 

Ont fait, de marbre vert e blé, 22845 

Inde, vermeil, menu goté, 

Une uevre si très merveillose 
22410 E si riche e si preciose 

Que nés uns peintres a peincel 

Ne formast si beste n'oisel 2 235o 

Ne flor ne laz environez 

Com fu li marbres colorez. 
22415 Soz ciel nen a deboisseùre, 

N'uevre que l'om face en peinture, 



22400 K 1. c. a.; ^P Gardèrent les dose— i -W Et oinz; N 
anrom. — 4 FKe la loi — 5 ^" Tôt li meillor e. — 6 3/' Et 11 
saiue ; /m. et d., G m. et signour — 7 [ACHJ)\ A^ et bloi; Ikx 
m. colore — 8 M'^ACJy I. iaune {J et i.) uermoil (3/' menu) g., N 
I. et u. menu g., FGILk Dinde et de uert m. g., A^ Gaune u. 
g. ce croi, puis ces 2 v. : Ml't furent bien encolore I. et u. m. 
g. {cf. 22408 N) — g N ensi t., K issi t., M i (u t. — 10 M 
Ainsi r. ainsi p., F Si r. et si très p., E Si t. r. et si p. — 11 
/ Ke on[kes] paintres a pinciel ; M negus pointre, LM' nis un 
peintre, K nus peinturiers; -4' nus paintors a son pincel, C nuls 
pointeres o p.; M'F poincel, les autres pincel; H Que il nest p. 
a cysel — 12 (C); FL Qi, e Ni; F forma, A/' ourasi; A^ mielz 
b. ; L i. beste; FGJbestes; kx ne o. — i3-4 m. à A^L — i3 
M' Ne 1. Ne f . ; APGIKNy flors; C ne lanz, A ne lys (/'y est 
une correction); ACJM' enuionez, G -onnez, En anu., A/' 
enuironees, X" auironez, 3/ enmolez; H de marbre ne biauies 
— 14 ÀP Cum el marbre sunt colorées, GIKn Mielz que li 
marbres [ri maubres, G -e, / arbres) est {M iert, On fu) 
ourez — i5-6 interv. dans L — i5 APIM nen est, -K" ni a, L 
nest la; G debocheure — 16 M'^k quen (M con) f., G que on 
i.\LMe a p. * 



404 ROMAN DE TROIE 

Qu'il n'i forment si parissanz 2 2355 

Que toz jorz mais seront duranz : 

Par tantes feiz com moilleront, 
22420 Par tantes feiz resclarciront. 

De fort betun e de ciment, 

Que ja desci qu'ai finement 22860 

N'en charra tant com monte uns peis, 

Moût plus en haut qu'uns ars Turqueis 
22425 Ne traireit fu l'uevre levée, 22861 

Que merveilles fu esguardee. 22862 

De la hautor fu fiere chose, 

Ne hom ne rien ester n'i ose. 

N'i ot ne voûtes ne arceaus 
22430 Ne cimaises ne pilereaus, 

Fors une viz faite a eschale, 

Par ont li maistre s'en avale. 

Rien que la veie ne dit mie 22868 

22417 AJy Quen ni formast {A Que ni fourme) {J forment) si 
parisant, Mx Qui {N que) ni fussent (G Que ni furent) apa- 
rissant (L si parissant), C Qi si ni soit aparisanz; KL parissant 
— 18 n Et, k Ca; M^K sera, ^ fussent; JKy durant, LMn 
parant; G iert aparant — 19 A/" A, A/' Au, J Et; ^ T. f, come 
m.; M^ moillereient; M Toutes foiz mes que el m. — 20 M 
resclarchiront, M"^ esclarcireient, K esclariront — 21 (/); A^ fin 
betum; G bethun, LMK béton; F De becon fu — 22 M'A" 
Qui; W très quai ior del f. ; A^ Ki, H Ne; A'CHM' au f.; 
Rkx Qui {R Que) durra {R dura) iusquau h, / Ki duerra al f.— 
23-4 ^' à IRkx — 23 {CDHJ); ^' Ni; ^ t. que — 24 C p. haute; 
A"" Et p. est hais — 25 A'^C si fu hait 1., A fu haute 1., Jy fu en 
h. 1. {y leuez); JRkx Fu loure {k Loure fu) si (FG bien, L tant) 
en h. 1. — 26 F Qe, NRk Qa, AA'CJy A, AP E; AA'CJMny 
merueille — 27-32 m. à IRkx, sont dans M^AA'A'^CDJPy — 27 
M^ haucor, A' biaute — 28 M'' Ne coment r. e. i ose; M^EHJ 
riens — 29 A^ Il ni ot u.; M' uoute, E uoste (s longue); A ar- 
ches ; C Ni ot cimaisses ne archaus — 3o A cym.; A"" capitels, 
y chapitiax, D -ax, J -eax, A pileres — 3i -M'D fet o (D a); A'' 
F. sol un huis — 32 {A^CM' ont), AEHJP ou, M^A' on; 
APAA'A^CEP li mestres, M' le mestrc; J/M' deuale — 33 
AA'A^-CEHJNR Riens, M'T Nus, K Hom; A' le; Ky uoit, M 
uoiee; -4-4' dist, K die, ^ cuide. 



FUNÉRAILLES d'aCHILLE 4o5 

Qu'onques tel uevre fust bastie. 
22435 Une image d'or tresgeterent, 

E sacheiz bien moût s'en penerent 

Qu'a Polixenain fust semblant : 

Ne fu ne mendre ne plus grant. 

Triste la firent e plorose 
22440 E par semblant moût angoissose, 223jo 

Por Achillès qui morz esteit, 

Qui a femme la requereit : 

Formée Tout en tel manière 

Que moût en fait dolente chiere. 
22445 E si fist el : ço sacheiz bien, 223 j5 

Qu'il l'en pesa sor tote rien : 

S'osast, qu'en mal ne fust retrait, 

Merveillos duel en eiist fait. 

Vers sa mère en fu moût iriee, 
22450 Que l'uevre aveit apareilliee. 22880 

Por li est morz, e si Ten peise. 

Mais n'est pas foie ne borgeise ; 

Sage est, si ne vueut faire mie 

Rien qu'om li tort a vilenie. 
22455 Por ço s'en tôt, si fist que sage : 22385 

Grant mal l'en vousist son lignage. 

En son cuer ot puis grant iror 

22434 W Quainc mes; AJM' tele, EH M tex — ZS K treget., 
WRen tresgit. — 36 {R); ATk se — 37 {A"); APMe polixena; 
M fu; EMNR semblanz — 38 F fust; M"" meindre, M main- 
dre; Af' trop; EMNR granz — 40 3/* dolorose — 42 3/ a sa f. 
la queroit; K demandeit — 44 ^ fesoit pesant c. — 46 M'^k Si 
list ele \ F ï. il ; k co uos di b., n ce dit très b. ; A Et si dist elle 
ce dist b., y Et si f. ele [H el) ce sai b. {H s. io b.) — 46 ^ Quil 
en,jK II len, J Ml't len — 48 M Estrange — 5i APAC Par; N 
forment, A/' molt par — 52 M nest uilaine — 53 AT nen — b^ K 
Riens; FK qui; F torne — 55 C Par ce taira; M^M Por tant; 
M^'A'HIn se; AA'k tut, / teut, FH taist; AP se f. — 56 {A): C 
le, M'^ en; N an uolt puis, F an uost a; / Mal gre neust, J 
Blasme en eust, A^'y Haie en fust {H H. f.); A'IJy de s. 1. — Sj 
N en ot, A"" ot ml't, M^H ot plus, e ot fris. 



4o6 ROMAN DE TROIE 

De ço qu'il ert morz por s'amor : 

One puis ne fu ne l'en pesast 
22460 E que sa mère n'en blasmast. 223go 

L'image fu de sa semblance 

Formée o ire e o pesance; 

Entre ses braz tint un vaissel 

D'un robin precios e bel. 
22465 Por ço que li cors ert plaiez 223g5 

E par mainz lieus toz detrenchiez, 

Ne poiist aveir sepouture 

Que ne tornast a porreture : 

Por ço Tarstrent. La cendre ont prise, 
22470 Dedenz le chier vaissel l'ont mise. 22400 

Ja hom l'image n'esguardast, 

Qui o ses dous ieuz ne plorast. 

Bien plaist a toz comunaument : 

Diënt bien est a lor talent. 
22475 Levée l'ont sor l'uevre en haut ; 22405 

Iluec ou ele achieve e faut, 

Asise Pont sor un pomel 

Fait d'un topace chier e bel : 

De Troie fu tôt cler veûe. 
22480 Fiere parole en ont tenue : 12410 

Diënt qu'onques plus richement 

N'ot chevaliers enterrement ; 

22458 F Por; M^MM' iert, A'EF fu — Sg 3/' Aine, N Ainz, E 
Einz, M Onques — 61 F a sa — 63 3/' En les dous majns; K les 
b. — 64 i5: De; KNe rubi, M -is — 65 M^MM' iert, F est, E fu 

— 66 C Et en; CFM' maint 1., M"" morsiaus; N ert d., F csloit 
naurez, A/* toz dépeciez — 67 Fe Ne pooit, K Ni poist — 68 yPC 
Quil; Af' en; F portecure — 69 (C); k lardent, F larsent, 3/' 
lartrent; N Lardierent et la — 70 (C); N Et an ce, F Et antre 

— 71 ^ Ja nus — 72 iV a, e de; A les; M^ Ne li fust ujs quele 
plorast — 73 e plot — 74 M'^N molt e. — 76 /c acheue, M' achie, 
A chieue, F fine; M^ ou la cheuee f. — 77 e sus; E el, 3/' le — 
78 M'M' cler, F fort, KN riche — 79 M^E veu — 80 M'E tenu 

— 81 M"^ quainc mes; k si. 



LE FILS D*ACHILLE MANDÉ A TROIE 407 

Rendu li ont a la destrece 

Grant guerredon de sa proëce. 
22485 Quant la chose fu achevée, 224i5 

Si ont la viz si seelee 

Que rien ne poûst porpenser 

Par ou om i deiist entrer : 

L'estopeiire ne l'entrée 
22490 N'iert mais jusqu'à la fin trovee. 22420 

Bêle fu trop l'uevre defors. 

Son fil a pris li vieuz Nestors, 

Si Ta tramis en son pais : 

La vueut qu'il seit en terre mis, 
22495 E si fu il si richement 22425 

Que nus plus preciosement 

Ne jut el siegle trespassé. 

Longement l'ont plaint et ploré : 

Toz les jorz puis de sa vieillece 
2 2 5oo En fu sis père en grant tristece. 22480 



Le fils d'Achille mandé a Troie. 

En Tost ont grant deshaitement. 
Josté i ont un parlement : 
Conseil pristrent quel la fereient 

22483 E a sa, AV assez — 84 F Ml't grant honor — ^6 Joly cor- 
rige lentree saelee {il avait lu lainz — 88 M' P. ont i ; APEF 
peust; K P. quel leu len i deit e. — 89 F Lastopeuere — 90 h 
Niert ia ; M"" dauant la — 91 Mx fu ml't ; FG por (G par) de d.; 
MWle dehors — 92 M"" fill, MM' filz; GKn ra p. (G prins); G li 
filz n. — 94 A^ que — 96 n molt r. -— 97 M' Ne lot, Ekn Ne uit; 
M^Nek siècle — 98 M'^Nek Longuement [de même jusqu'à la fin, 
sauf avis contraire); M'J aj. 2 v. : Tuit si ami e si parent E si 
sai bien certainement — 99 {R); M'^CJ Que t. 1. i. de — 225oo 
{R) ; y li percs an, AM son père en ; AHM destrece — i KM' 
dehet., B dehait. — 2 3/' maint p. — 3 AT quil la, M que la, 
Af"Fqueil. • 



408 ROMAN DE TROIE 

E cornent il se contendreient. 
225o5 Agamennon lor mostre e dit : 22435 

« Seignor, n'i a grant ne petit 

« Ne deie aveir ire e pesance : 

« Tant par est grant la meschaance 

« Que nus ne la puet restorer. 
225 10 « Se vos en vei desconforter, 22440 

« Sacheiz que point ne m'en merveil. 

« Or en prenez si haut conseil 

« Que a toz nos seit honorables, 

« Dreiz e leiaus e profitables. 
225 1 5 « Josté estes ci tant vaillant 22446 

« E tant riche home e tant poissant, 

« Ja, se Deu plaist, ne fereiz jor 

« Rien que vos tort a deshonor. 

« Ici a granz esguarz mestier. 
22520 « Qui or nos savreit conseillier 22460 

' « Si ne seit pas taisanz ne muz, 

« Bien seit oïz e entenduz. 

« Qui mieuz savra, si i ament, 

« Quar, ço sacheiz certainement, 
2252 5 « Ne somes pas ci tuit a aise : 224S5 

« Poi en i a cui ne desplaise . » 

Teu se sont tuit lî plusor 

E li plus sage e li meillor : 

225o4 3/' Ne — 5-40 m. à B — b F Agamenon — 8 F T. i est; 
APNe granz, M grief; n meschaance — 9 e nul, KN riens, M 
rien; e nelporroit; Fi/ reconter — 10 M^F Si, e Toz; F uoil 
reconforter — 1 1 /c pas — 12 M^Ke Or si — i3 Un Qui ; if o t.; 
F uos; e Que Ion tiegne por honorable — 14 Me Droit; e et 
leal et profitable — 16 M'^F t. et; Fe puis., N puiss. — 17 e 
dieu; K feron — 18 F Chose qui t.; ii: nos — 19 M'^M'k grant 
esgart (Af-ars), F g. regarz — 20 « uos; N saura — 22 « Ainz 
— 23 kn mielz i a.; Af* E q. m. s. si a. — 24 Mn Car bien sachoiz 
(F-iez, 3/saciez), M' ïce sachiez; EN ueraiement, M' tôt uraic- 
ment — 2b N irestuit, K tuit ci ; M' ci toz eaise — 26 fc P. i en 
a, M^ Molt i a p. — 27 EK san s. — 28 Aen riche. 



LE FILS D ACHILLE MANDE A TROIE 409 

Ne vueut chascuns chose loër 
2253o Que mit ne vueillent creanter. 22460 

Cist parlemenz granz e pleniers 

Dura treis jorz trestoz entiers. 

As uns esteit moût a plaisir 

En lor contrées revertir, 
22535 E as autres de traire a chié 22465 

Go qu'il aveient comencié. 

De divers cuers diversement 

Furent treis jorz. One autrement 

Ne porent traire a un acort, 
22540 Tant que li sage e li plus fort 224^0 

E li comuns a esguardé 

E establi e devisé 

Qu'il enveient prendre respons : 

Ço fu toz li briés e li Ions. 
22545 Esleiiz ont ceus qui i aillent, 224^5 

Que il cuident qui plus i vaillent. 

Jo ne truis pas escriz lor nons, 

Mais ço lor distrent li respons 

Que il facent querre e cerchier, 

22629 AP uoust, K uolt; F Mais ne uoloit, A Nen uelt ,j. 
deuls — 3o e Que il; M' uoiile; K Qui bien ne face a; APK 
craanter, A/' greanter — 3 1-2 interv. dans I : Por uoir di que 
t. i. e. Dura li p. pi. — 33-4 ^ Li un uolsissent et loassent 
Quen lor terres se repairaissent — 35 C Et autrez; A"^ a t.; 
{CRny chie), A de, M" chef, A'A^'GJL chief; D t. hachie; 
/ Et li autre cest grant afaire — 36 {AA'CDRkxy Ce quil 
auoient comencié.) AfV Tote loure de chief en chief, A"^ Ce 
quil orent empris si grief, / Reuausissent bien a chief traire — 
37 {A); n diuerse gent — 38 AP aine, AN ainz ; e a cest {E cel) 
content — 2>(j E Nen — 40 AP Des que, n Jusqe — 41 B Li plus 
sage home ont e. — 43 /c Quore ; F an uoissent, N anuoiens, 
e en iront; B querre les Ions — 44 -K^ tôt; FM brief; B Cert tos 
li cors et tos li 1., e As diex ce fu toz lor sermons — 45 AP Esleu 
ont cil; EF cez ; M"^ augent — 46 APe E quil c„ FQi cuiderent; 
Afque; n mialz; AP uaugent — 47 B Ne t. p. lor n. en escrit — 
48 B Mais ce lor ont li r. dit — 49 .W Quif f. q. et encerchier. 



410 ROMAN DE TROIE 

2255o Senz demorer e senz targier, 22480 

Le germe Achillès e son heir; 

« Quar, ço sacheiz de fi por veir, 

M Par lui iert fin de la bataille : 

« A ço ne puet pas aveir faille ; 
22553 « Ensi est en là destinée 22485 

« Que par lui seit Tuevre achevée. » 
Li segreiz fu a toz retrait, 

Si n'i a nul qui ne s'en hait 

E qui n'en seit joios e liez. 
2256o Aïaus est sailliz en piez : 224go 

a Seignor, » fait il, « dès or vait bien. 

« Or lo que façons une rien. 

« Seient tramis nostre message 

« Al rei Licomedès le sage, 
22565 « Quar il fait norrir un vaslet, 224g5 

« Fil de sa fille, auques grandet : 

« Por quant bien puet aveir quinze anz, 

« A chevalier est assez granz. 

« Neptolemus est apelez. 

22550 (B); EGJKN tardier, F -er — 5i Af' ierme, 5 fil — 52 
i*' Car or; G saichiez, kn sachent; KM' enfin, M^F de fin, E 
trestot — 53 M"" ert; tous les mss. fins — 54 N Encois ; AP p. mie 
— 55 M^ Car ensi e. la d. ; e Einsi, N Ensins, F Ans! ; F ert, M 
iert ; -4' Ensi estoit, GK Ainsis {K Issi) en est — 56 A'^e iert; M 
P. 1. iert; B finee, G afinee; G donne ensuite 20 v. spéciaux; voy. 
aux Notes — 57-98 réduits dans B à 4 v.; voy. aux Notes — 57 
n secroiz ; M^N retraiz; A^ Li message lont si r., AJy Le [A Ce) 
segroi {E -e, A -cre) ont a toz r. — 58 [A] ; Mn II, C Se ; X Ni a 
celui, A"" Ni a un sol; >/" E li respons si cum fu faiz — 59 « qe, 
A quil; Fk ne — 60 A'^n Ayaus; A"" sen est leuez en p. — 61 3/' 
Seignors; A'e or ua ml't {e uet il) b., K des ore est b.; Jf ua b. — 
62 iV/'n lou, M' uoil ; n facoiz, K facez; M Or en face len — 63 /r 
uostre — 64 iV lyc. — 65 Ekn uallet — 66 APM' Fiz, k Filz — 
67 {HJ); /sTn si p., AM sil p.; MM"" Il puet ia (^' ml't) b. - 68 
[HJ) ; K A cheualiers, M'E Por adober; A"" Bels est et gens for- 
cils et grans — 69 LN Nepth., APAR Neptolomus; A"" Pyrrus 
par non e., H Pirrus e p. n., J Por n. p. e., E Et si e. pirrus. 



LE FILS d'aCHILLE MANDÉ A TROIE 41 I 

22570 « Cil fu d'Achillès engendrez : 225oo 

« Forme e image e contenance, 

« Senz un sol point de dessemblance, 

« A autel com sis père aveit : 

« Qui onc vit Tun e l'autre veit 
22675 « Ja ne dira que rien vivant 2 25o5 

« Puisse estre a autre si semblant. 

« Cil qui ont lor seignor perdu, 

« Dont teus dueus est, graindre ne fu, 

« Facent de cestui lor chadel, 
22580 « Quar moût est sage e pro e bel. 225io 

« Il est lor heirs : jo lor di bien 

22570 J Et fut — 71-2 interv. dans iV — 71 {A'I); J F. co- 
raige, y F. uisage {e et u.), AC F. et image ; e u. c; n conois- 
sance, M"^ de senblance — 72 {A^J); ACF Fors; H nés un p.; F 
pou ; M sa senblance, K messenblance, F discordance ; N Pari- 
gai erent de sanblance, A/"" Et tôt autre tiel contenance — yS F 
Autretiel; M^AA^CMNy A tel (Ar cist, C tant) {Ny Autel, A" 
Altant) cum sis {H li) pères {AM' son père) a. {M' estoit), J Au- 
tant c. ses père en a. — 74 (J); / Cil ki uit ; E ainz, H aine; K 
Qui onques uit lun 1. u., M'' Q. celui vit e cestuj u., ACMN 
Tant [A Tel) com il uit lun (C luns) lautre u., F T. c. luns uit li 
autre u., A"" Ki lun et laltre esgarderoit — 76 [CHU) ; A" diroit, 
n dirai; A'EGkn riens; A^'En uiuanz — 76 (CHU); M^ Peust e. 
ausi s.; E Soit mes ; -EA/ lautre; G plus s.; En sanblanz; ^4' si 
bien sanblans; G a]. 2 v. : Mais sa mère de lui si {Us. se) doute 
Si {lis. Son) confanon le {lis. li) muce et boute — 77 / lor s. o. 
p. — 78 iV D. domage e., F Onc si grant duel, ACJe D, grans 
d. {AM' grant duel) e., R Dun tels douls e.; A/V« graindres, R 
maires, M mes tel, K onc x..; E et qui mar fu, A que maire fu, 
JM' que mar i {M' mare) fu; Ji Dient luns a lautre mar fu — 
79 A^DFJM' F. de celui, HR De c. {R cestui) f., A' Feront de 
cestui; Nk chadiax, L chasdeax, AA^H cadel, FG chastiaus, M'J 
seignor ; / Refachent de cestui lor maistre — 80 Ak Qui, L Qe ; 
KN sages prouz, A sage preus, M genz et proz, F p. richez ; 
kn et biax ; R Car en luy a sage home et bel, A"" Que on uoit si 
preu et si b., Dy Que il uerront et preu et b., 3/^ Car molt a 
proece e ualor, J C. m. sera de grant hanor, /Ne sai ki le doie 
miels estre — 81 (R); C ses oirs ; J droiz hoirs ce; A^'JN uos 
di; G se lor dis, F il lor dit; / sel facent {sic), ACe et sachent. 



4ï2 ROMAN DE TROIE 

« Qu'il iert hardiz sor tote rien : 

« Son père vengera, ço crei. » 
N'i ot baron, prince ne rei 
22585 Qui bien ne vueille qu'il seit quis. 225iS 

Cest afaire ont posé e mis 

Sor Menelaus, qui volentiers 

En fu querrere e messagiers. 

Il i ala, ço truis lisant ; 
22590 E si sacheiz bien qu'entretant 22520 

Qu'il demora al repairier, 

I ot tornei estrange e fier 

E bataille grant e pleniere, 

Tel dont set cent jurent en bière. 
22595 Que qu'il tarjast, li termes vint 22525 

Que celé triuë plus ne tint. 

Donc i rot fait granz apareiz : 

Dès ore en i avra de freiz. 



22582 Rk Si ert, A^n Quil est; Af' Car h. est, J H. sera — 84 
JT Ni a; F p. b.; ^^ Il ni ot duc b. — 85 A"" Ne u. ml't b.; 3/V 
ne lot que (A/" qui) il — 89 3/ Il li ; G donne ensuite 32 v., où 
l'épisode d'Achille à Scyros est attribué à Néoptolème {v. aux 
Notes), vers précédés de ces 2 v. de transition : Que uos iroie 
plus contant A troye uint et antretant — 90 L Et si uos di, F 
Et s. bien; MTL que entretant — 91 M'^K a r. ; M"" repeir., 
N reper., G repar. — 92 EM estor; E grant et plenier — 93 
E ml't grant et fiere — 94 M' Tiez, K Tex ; M donc, EF don ; 
K SGt .m.; M"" furent — 95 FJ Qi quil, Gy Que que; H tar- 
gast, AJekn tardast; FG li terme auint; y la reuenue — 96 
{AJ)\ AT trieue, M' treue; y Quant c. t. fu rompue — 97 Dy 
Si, F Lors; G i roust. M' i ot ; ^ Dont il rot; CFM faiz; DHM' 
apareuz, E -auz, A'^ -els, R apareiloiç {v. f.)', M'^J Dambedous 
parz se sunt garni — 98 A^ i en; 3/ en ira (v./.) ; C raura;j^ Or 
recomance li orguialz {H -eus, M' -uez), A"^ De dras de soie et 
de cendels, M^J Ensi {J Ansint) cum mortel anemi. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 4l3 



Vingtième bataille ; mort de Paris. 

En juing, quant sont plus lonc li jor, 
22600 Que li soleiz rent grant chalor, 2 253o 

Se ratornerent, ços sai dire, 

Par grant orgueil e par grant ire. 

De Fost partirent les conreiz. 

Vint mile confanons despleiz 
22605 I veîst Tom verz e vermeiz. 22535 

Es armes se fiert li soleiz; 

Del verniz e de l'or d'Espaigne 

Resclarcist tote la champaigne. 

Reis Aiaus vait premerains : 
22610 Tant par est d'estoutie pleins 22540 

Qu'armes ne prent ne qu'il nés baille ; 

Toz nuz vueut estre a la bataille. 

S'il ne s'i guarde, il fait que fous, 

22599 Wî ^* Juli G joing; CAT que ; Fe p. grant, A grei- 
gnor, M p. chaut ; H p. s. 1.; C li p. g. ior; L Q. li iors uint et 
la luor — 22600 M' le soleil, M li solail, M^HJ li soleilz, EKn 
-auz, L -euz, A -eus; L la c. — 1-2 interv. dans E — i R retor- 
nerent cous; M'^AMn ce s.; K Se rassenblerent par grant ire, e 
Se rarmerent li dui enpire, / Satornent tout bien le sai à. — 2 K 
Et p. o. co sai bien dire — 3-4 interv. dans M' — 3 K partissent; 
M'^AA'^CJkny li conrei ; / issirent les maisnies — 4 {corvectioyi) \ 
APAA'^CGHJkxy confanon {EN -ons, KM' gonfanon) desplei, 
/ ensaignes desploies — 5 (C); AJMM' on, n an, kL len; 
/ De cendal bloi ; APA'^CIJkx uert et uermeil, Ay uerz {A uert) 
et uremeuz {EH uermauz) — 6 M' Es conrois; EH solauz; 
M^'AA'^CJkx Contre la raie {A raye, C rage) {A" le raior) del 
soleil — 7-8 interv. dans M^'ACJkx — n H Des armes; WACk 
De cler u. e dor, C Por la u. por Ior, J De dras de soie et dor 
— 8 N Recl., F Rasplandist ; A conpaigne — 9 Af u. tous p., 
K i uint prim.; 3/V premerejns — 11 w ne ne les b., K ne 
nés i b. — 12 K T. n. en uint, B Desarmes uait — i3-i6 m. 
à B — i3 EKse g.; K fist. ^ 



414 ROMAN DM TROIE 

Quar moût li dorra l'om granz cous : 
22615 Fort pel avra, se l'om Tataint, 22545 

Qu'om ne la perst e navre e saint. 

Diomedès vint après cez, 

De combatre guarniz e prez. 

Li dus d'Athènes vint après, 
22620 E Menelaus e Ulixès, 2255o 

E tuit li prince e tuit li rei. 

Agamennon lor tient conrei 

O plus de trente mile armez 

Forz e seurs e adurez. 
22625 Le pas chevauchent vers la vile : 22555 

D'eus i a teus seisante mile, 

Qui avront ainz grant estoveir, 

Iço vos di jo bien por vcir, 

Qu'ui mais seient del champ geté. 
2263o Tuit se rarment par la cité, 2256o 

E quant il n'i ont Troïlus 

Ne Hector ne Deïphebus, 

Moût en sont trist e doloros : 

22614 Ak Que; n i done lan, k i donra {K dourra) len; e de 
granz cos — i5-6 m. à e — i5 CJKR len, TV lan, AM on; F 
sella; n latant — 16 C Qen, J Quen, A^ Qan, F Qil, RKe; K 
Quele ne, M Conme la; Af^ perz, AF pert, N piert, C perce, M 
perc, R part; J trespert — 17-34 réd. à 4 v. dans B; voy. aux 
Notes — 17 3/^ cesz, C cels, M cest ; K enpres cez, F près de c. 
— 18 (C); i^ Del; M^Ke bataille; AP presz, M prest — ig Me 
uient, K enpres — 20 Ken thel., ÀP menelaus — 21 k Tuit; M 
Et tout leur p. et tout leur r. — 22 F Agamenon ; FK tint — 
23 N A; E .XV. "• — 2^ Al segurs; K F. s. et bien a.; y Chascuns 
ert (M' est) cheualiers prouez — 25 // a la — 26 J Del; N Daus 
en i a .Ix. m.; K .1. mile; E Einz an morront, DHAf Ainz en 
morra; Dy plus de .iij. m. — 27-8 m. à Dy — 27 [ACJR); 
Kn Q. ainz a.; 3/' destorber grant — 28 {ACJR)\ A/' Ce uos 
die ie b. que auant — 29 {DJ) ; AFR Que {FR Qi) mes s., K 
Quoi m. s., iV Que huimes s.; M'e Quil s. m.; AHMn de; N 
torne — 3o {DJ) ; AFk Troien sarment, H Tôt sarmercnt — 3i 
EH Et q. ni uoient; R uint troiulus — 32 Ne m. à F\ kn deyph., 
E deif. — 33 M' tristre, M'Ekn triste; Ke angoissox. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 4ID 

Le jor redotent perillos. 
22635 Paris s'en ist l'eaume lacié : 22565 

Moût a le cuer gros e irié 

De ses frères qui sont ocis ; 

L'eve 11 file a val le vis . 

Bien set qu'il en avra bosoing : 
22640 Ne cuit que ço seit guaires loing. 225^0 

Ha ! las, com fiere destinée 

Li ert cel jor déterminée! 

Après lui vint Polidamas, 

Philemenis e reis Edras, 
22645 Danz Eneas e tuit li suen, 225y5 

Qui chevalier erent trop buen. 

Trestuit s'en eissirent li lor : 

Ainz que bien fust prime de jor, 2 25y6 

Furent il prest en mi la plaigne. 
22650 La veïsseiz tante compaigne 

Preste e guarnie e bien armée. 

Tant fer, tante enseigne orfresee, 2258o 

Tant bon cheval baucenc e sor, 

Tant heaume e tant escu a or, 
2205 5 Tante coverture entailliee 

22036 An Ce [n Se) sachoiz bien lo c. i. [F a i.) {A mit tu 
i.); A: el uentre i. — 37 e Por — 38 ^ fille, APe cort — 39 3/' 
siet, k seit — 40 Un quil en s. — 41-72 m. à B — 42 APMM* 
iert [forme constante) — 43 AT Enpres; ek uient — 44 Fek 
Filim., A^ Filom., N Fylem. ; K hesdras, APMen esdras (cf. 
6887) — 45 Fy Et e., N Li cheualicr; AA'CJRkn li lor, H li 
soen — 46-7 m. à AA'CJRkn — 46 DM' t. bon, E ml't buen ; 
H estoient boen — 47 De issirent le ior, H issent a lestor — 
48 {AR)'y H A. que il f., J Nestoit pas bien, E Eincois qu'il f., 
A"" Encor nert pas; k primes; E a lestor — 49 {A)\ APKF. 
tuit; Rn près; C fors par mi; EH an la chanpeingne — 5o CRkn 
La ueist an [CR len, M on); APke mainte, C ml't grant — 5i 
[AR); MM' P. g. — 52 {AR); F dorée, E brosdee, M' brodée — 
53-4 interv. dans e — 53 E Maint; K buen — 5^ E Maint h. et 
maint; F h. t. ; M"" hieume; k Et t. chier {M bon) garnement 
éd. dor — 55 £ Mainte. 



41 6 ROMAN DE TROIE 

De drap de seie entreseigniee, 

Tant brueil de lances de sapin ! 22585 

Ancore esteit assez matin, 

Quant il s'entralerent ferir. 
22660 Sempres maneis a Favenir 

I et si merveilles ester 

Que dis mile targes a flor 225go 

I fendirent e dequasserent 

E mil haubers i esfondrerent. 
22665 Très en mi les ventres s'ataignent, 

Si que les lances i empeignent 

E que lor saut li sans des cors. 2 25g5 

A estrange gieu sont amors : 

Sovent lor en creist li bacins 
22670 O les branz d'acier Peitevins, 

Si qu'il en trébuchent des seles 

E que lor perent les cerveles. 22600 

Paris o la soë compaigne, 

Perde o guaaint, com que l'en preigne, 

22656 (//); k dras; 3/' detrenchee — 67 {CL) ; W Tanz bruiz, 
JGrant bois; E bruelz, 3/' bruis ;^ bruil de lance; n T. bones 
(F Et tantes) 1., A^ T. i ot 1., H Et tante lance; JM^ sapins — 
58 M^M Encor, K Onquore: JhV matins — 62 Af Q. de diz m. 

— 53-72 réà. à 4 V. dans Dy; voy. aux Notes — 63 (AJR) ; A-N 
fendierent; C escass. — 64 {AJR); Fhausberz; M eff., K enf. — 
65 {AJR); P Tresmi ; G uendres ; n satoignent, C se taignent, 5' 
atengnent — 66 (AJR); F ampoignent; G bien si baignent; S' 
Les fors 1. si les empengnent — 67 AKx li s. lor {A li) saut (F 
ist); {M^'AGNR des), FJk del; 5' Que li s. lor raie del dos — 
68 {AGJLR); A^ A ml't félon giu, /A giu estraigne; 5' E. dieu s. 
asmors — 69-70 m. à A'IS' — 69 {ALR); G i c. ; C les b. ; J 
croist en les b. ; N batins — 70 (ACJR) ; FG Et; F li ; K fers 
daciers — 71-2 m. à ^^— 71 M^ sen t.; F trab., Ik trebucent ; 
/Souent se t.; G de celles — 72 {ACRJ); kx Et lor pareissent 
{nL -issent, G perent bien) les boeles {FG ceruelles), 75' A mains 
parurent (5' maint emperent) les b. ; M"" 1. saillent — 73-4 B Et 
ne por quant coi quil en pregne A cels quil a en sa compaigne 

— 73 i/ a, JM' et — 74 if P. g.; MWI gaaing ; ny cornent 
quil; A^CJM qui que (C qi) sen (3/ len) plaigne. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 417 

22675 O ceus de Logres s'est meslez : 

La ot tant fers ensanglentez, 

Tant darz d'acier e tant quarreaus 22605 

Par mi costez e par boeaus, 

Par mi chieres e par mi ieuz, 
22680 N'i a si jovne ne si vieuz 

Qui vivre i puisse une loëe. 

N'i a broigne si dur serrée 22610 

Par ont li sans ne rait a fil. 

El champ en gisent ja tel mil 
22685 Dontli plus sains est refreidiz, 

Qu'en lui n'a vie n'esperiz. 

Diomedès rest avenu. 226 15 

Féru se sont e abatu, 

22675 A'A'EIL A; M"" cesz, F cez, E ces, A' caus; M'^Dy de 
grece, M de lor grez, B de locres, / de logre — 76 {UL) ; C rot, G 
est ; C tans, K tanz, M"" mainz, B mains ; FMR fer, N darz ; A^De 
La ueissoiz {De -iez) escuz troez, //la i ara e. t. — 77 APACJRk 
Tanz ; B Maint dart et maint; N fers, F fer ; M^'ACJKNRe tanz; 
M"" quarreus; A'Dy Traient saietes et carriax — 78 {R)', A Et par 
c. et par; ABJMn boiaus, C boieaus, K boials. M"* bueus; A'Dy 
Par mi homes par mi cheuaus — 79-86 m. à B et sont réd. à 2 v. 
dans A'Dy : Ja mais norroiz tel traieiz Ne si cruel abateiz {DM' 
asenbleiz) — 79 iV Et par mi chies ; M chiere ; C eaus, A/" oilz, 
F auz, N iauz, R euç, K ielz, A eux — 80 J Nus nest; {3/MC 
ioune), JKN iones, F iuenes, R ioure, M -es; M ne fu u. ; iî ueuç, 
n uiauz, A uieux, A/Vfc vielz, C ueaus {cf. 18400 et 20222) — 81 
{AJ)\ M^C Quil; CRkn u. p. {R cuit); Af'W Ijuee, A luiee, FR 
luee — »2 CJ si fort, M'^n si bien ; CK safree ; R si enmailiee ; M' 
maillée, Jclauee; A si aclauelee — 83 {J);M'' on, i? unt, /en ou; 
M"" le sancs; ^C nen — 84 M"" tiels,A; tex — 85 ^ chaus ; AP si 
freidiz, C refroidiez, F refroiz, / ml't destrois;5' li plusor seront 
destroit — 86 M^J Que {J Quil) nen ist funs ne esp. ; A"" Nen i ot 
ne f., Ak Quen {A En) els na ame {M -es, A armes) ; N En aus; n 
na uie; C Qi sont sanz esperiz lessiez, /5' Si (5' Sen) i a ia molt 
de tos frois — 22687-758 sont réd. dans B à 8 v.; voy. aux Notes 
— 87 DLny Dyom. ; ^ e. la uenus, DLky i est {DEL rest) uenuz 
{K uenu); 75' i uint atant; A'J Es (/As) uos d. uenu; F reuenuz 
-— 88 WADLMn abatuz; y O plus de .iiij. m. escuz, IS' En- 
trabatu sont maintenant. * 

Tome III. 27 



41 8 ROMAN DE TROIE 

Entre lui e Philemenis ; 
22690 O les branz nuz se sont requis : 

Dure escremie se rendissent, 

Se lor dous genz nés départissent. 22620 

Ci rot peceieïz de lances 

E derompues conoissances 
22695 E grant retenteïz d'espees 

Très par mi les testes armées; 

Ci desjoignent cercle e nasal; 22625 

Ici trébuchent maint vassal 

Mort e freit de sor lor destrier ; 
22700 Ci fausent li hauberc doblier. 

Pro sont e fort Paflagoneis : 

Grant ocise font de Grezeis. 22680 

Nel pot sofrir Diomedès : 

Quatre archiees o cinc bien près 
22705 Les ont chaciez e remuez, 

Sin ont a cent les chiés coupez. 
Adonc i vint Menesteùs : 22635 

Mil chevaliers otbien e plus, 

N'i a cel n'ait lance planée 
22710 O enseigne d'orfreis bendee. 

Sor les chevaus toz abrivez 



22689 ^ philim., Ke filim., APF filem., N fylim. — 92 A/ leur 
g. ; F ne — 93 F pechoiez, K peceeiz, N pecoieiz, M perceiz, 
E grant peceiz, M' depeceis — 22695-700 réd. à 2 v. dans Dy: 
Haubers fausez et deronpuz Et cheualiers morz abatuz — 95 
{AJ)\ R granç; C retantau des e. — 97 C Si — 98 {ACJ) ; K Et 
ci trébuche; F irabuchent, M trebucent; F cheual — 99 3/ de 
soz ; A de son d. (v. /.) ; C M. et naure ius de d.; JN destriers — 
22700 (.4); n haubers; J fauscrent h.\Jn doblicrs — i AFHK 
Grant ; n P. (FGr.) et f. s. ; F plafagonois, APAEJM pafaglo- 
nois, D -mois, HM' pafagonois — 2 K des — 3 Mn dyom. — 4 
y ou .vj., M ou mes — 5 J Les a, Âr L. ot — 6 // Si nont, K Sin 
ot; Fa maint lo chief — -^-S m. à H — 7 M"" Adoncs auint, e A 
lestor u., J Venuz i rest — 9 3/V un, f/ nul — 10 EFM brosdee, 
N brosdee corrigé en bandée. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 419 

Ont Paflagoneis encontrez. 22640 

Lor enseigne crient en haut, 

Si vos di bien que nus n'i faut : 
22715 L'espesse i est grant e li tas. 

Ici sont desboclé e quas 

Li fort escu peint a color; 22645 

Ci comença si fier estor 

Que hom mortaus ne vit son per 
22720 Ne tant feist a redoter. 

Trenchent sei chiés e braz e piez. 

Menesteiis vint eslaissiez, 22660 

L'escu al col, lance levée : 

Sor la bocle d'or neelee 
22725 A si féru Polidamas 

Que d'ore en autre est fraiz e quas. 

L'auberc li trenche e le samiz; 22655 

Ne l'ataint pas el gros del piz, — 

Sempres fust morz de maintenant, — 
22730 Por quant si fist Tauberc sanglant. 

Polidamas ra lui féru 

Sus en la pêne de l'escu : 22660 

Sa lance froisse e enastele; 

Al parhurter guerpi la sele. 

22712 EM pafagl., M' pafag., n plafag. — i3-6 réd. à 2 v. 
dans Dy : Tant con plus tost porent aler {H La ueissies maint 
colp doner) Ici ueisiez estroer — i^ K Ci, N Ge ; M^ACM nul; 
M^M nen, ACK ne — i5 M La. presse i fu — 16 F Icil — 17 
Dy Maint; EN point — 18 iV comencent, M -e;y Ici par ot ; 
N dur e., F fort e. — 19-20 m. à E — 19 « mortex, M -el ; //3/' 
Conques mes h. ; J ni — 20 M Qui — 21 3/ T. c. ; APe chef, 
H pies; F et puinz, N ianbes — 24 M^'e Soz; e neelee; M* 
répète les v. -23-4 (neelee devient noielee) — 25^ A p. si f. — 
26 M dorle, APKN dor; J Que ses escuz est ; y Que tôt lescu li 
a fendu — 27 M^ uerniz — 28 K lateinst; M' mie — 2g K M. f. 
s. — 3o Kn si [n san) fu — • 3i iV la si, M' ra si — 32 k Desor ; 
He pane, M^ penne; F Por mi la plaigne — 33 E if.; N 
anhast., FM estancelle — 84 M' p. aler; M'^EM guerpist, F 
uoide. A 



420 ROMAN DE TROIE 

22735 L'espee traist Menesteiis : 

De lui fust sempres al desus, 

Maintenant l'eust mort o pris, 22665 

Quant le rescost Philemenis, 

Qui Greus ocit e quis requiert, 
22740 E qui estranges cous i fiert. 

Bien lor mostre qu'il est vassaus ; 

A mainz en trenche les nasaus, 22670 

Les nés, les mentons e les boches : 

Ne joë pas o eus as toches. 
22745 Paris tant dis se combateit, 

O ceus de Logres contendeit : 

O l'arc les berse treis e treis 226^5 

E o Tespee de maneis; 

Moût en ocit, moût en mahaigne, 
22750 Moût en abat en mi la plaigne; 

Par la force des suens les chace. 

Grant perte i a d'eus en la place : 22680 

Se ne fussent Atheniëis, 

Moût par i perdissent Grezeis, 
22755 Mais socoruz les ont senz faille. 

Ici comence tel bataille, 

Dont set cenz chevaliers esliz 22685 

22735 EJNk Sespee; M^'M'n trei — 38 K rescot, E -queust ; 
M philim., K filim., N fylim., M'^FJe filem. — 39-44 réd. à 2 
V. dans Dy : Des mainz li fist mrt tost uoler A maint {EH 
mainz) le fist {E lestut) chier {H li conuint) conparer — 3g 
M'^CJK griex, K grius ; F ocist, M ochist ; M quil, Cn les ; J 
qui es r. — 40 (CJ); M destranges; k les f. — 41 M^CJ monstre 
— 42 F maint; K nasials — 43 F neis, N uis; C boiches — 44 
M^'C ioie, J geue; A/'iV i, mie; Jkn a els ; M'CM a ; C thoiches, 
J torches — 45 [M^'M' tant dis), cf. ij463 — 46 e A; « longres, 
M'^M grece — 47 M^Ne A; K demanois — 48 Ne Et a; M 
sespee; k treis et treis — 49 -^ Maint; J/' ocist, 3/ ochist; K 
maint — 5o KM' Maint; K ocit — 5i kn O; M siens — 53 M' 
ateniois — 54 3/' Trop par; e Durement p. — 56 N tex, F la; 
e Ci par ot si dure b. — 67 APFG Don, 3/ Donc ; k set .c, 
G .V'.; M cheualier uaillant; K uaillanz. 



VINGTIÈME BATAILLE ; MORT DE PARIS 42 1 

Orent sanglenz testes e piz. 
Aïaus vait par la bataille, 
22760 Qui n'a hauberc ne n'a ventaille, 

Heaume lacié n'escu al col : 

Bien se devreit tenir por fol, 226go 

Qu'il en tel lieu s'est embatuz. 

Le piz e les costez a nuz : 
22765 C'est merveille que il tant dure. 

Oëz quel esteit s'aventure. 

Moût par damajot Troïens 226g5 

E moût alot cerchant les rens : 

N'i a chevalier si armé 
22770 Qui plus s'i seit abandoné. 

Sovent i fiert, sovent i maille, 

Sovent tresperce la bataille. 22J00 

Sor un cheval sist merveillos : 

De besanz vaut un mui o dous; 
22775 En Grèce n'ot onc son pareil. 

Tôt l'ot covert d'un drap vermeil. 

Sovent le point, tost le remue ; 22yo5 

Maint en ocit e navre e tue. 
Quant Paris veit le forsené. 



22758 K t. et p. sanglanz, M p. et t. sanglant; AT costez, E 
et cors — 59 iV Ayaus, EF -ax, AP Aiaux, M' Biax; G Pjrrus 
reua - 60 EK Quil, M' Nil; K hiaume; M' nil na u. — 61 .W" 
Heume lance, K Hauberc uestu; F escu; e Fors la lance et 
lescu; APMN a c. — 63-6 m. à B — 64 K toz n., M tout n. — 
65 3/* qui, k com — 66 ^ Oiez; M^Ke quels, n qex — 67 F 
domage — 68 F Ml't; n 1. suens — 69-76 m. à B — 6g k Nest 
cheualiers {M -ier) si bien armez, e Autresi con sil fust a. — 70 
K Que p., M^'M Qui tant; e Sest en lestor; ek abandonez — 71 
e et hurte et m. — 72 e Toute t.— j3 n siet — 74 (C); J/" o mjl; 
KN moi, MTM mil; e Des meillors autres ualoit .ij. — 75 APe 
naueit, M noi onques [v. f.) — y6 K C. lot t.; n Bien; N fu 
couerz — 77 ^poinst; A: tôt; N lo r., APAFJek se — 78 F 
ocist, M ochist; y M. troyen ocit [M' -ist) et t. — 79 (G//); K 
que li desuez, L le forsenez. • 



422 ROMAN DE TROIE 

22780 Qui ensi s'est abandoné, 

Sa gent li veit fortment laidir, 

Ne Fût cure de plus sofrir. 22'j 10 

Une saiete a encochiee 

Reide e trenchant e entoschiee : 
22785 Enteise bien e trait d'air. 

Bien Ta féru e, senz faillir. 

Parmi les dous costez le point, 22j i5 

Si que l'eschine li desjoint. 

Cil a senti le coup mortal : 
22790 Adonques broche le cheval ; 

Fors de son sen, desvez e feus, 

Se fiert parmi la presse d'eus. 22^20 

Fiert e done cous perillos, 

Plus en a mort de vint e dous. 
22795 Paris a quis tant qu'il le trueve, 

Si vos di bien qu'ainz qu'il se mueve, 

S'entredorront de granz fresteaus 2 2^25 

A mont parmi les hatereaus, 

22780 F Qe; K Sest si entrais; KL abandonez, jr Fere si bien 
tôt desarme — 81-2 interv. dans y — ^i y Car ml't li uit {E 
uoit); N souant 1.; fî f. li u. 1. — 82 {HJ); M^A Ne not, F Not 
mes — 83 {A)-, M' seete; M'^ encochee, G ancochie, LN -iee, M 
enochiee, K encoschiee, C entoschie, B -kie, F anchochiee, M' 
descochie — 84 kC R. t,-, K trenchante — 85 GN Antoise, F 
Ancoche; L b. et fiert; j^ et tret {E fiert) de grant air— 86 K F. 
la b.; F fu et — 87-8 m. à B —%-] M'K lenpoint, F lamp., M 
lempaint, N lap. — 89 M^CK sentu; B Aiax sent — go {AC)\ M 
Adonc (v. f.), H Durement, 3/'if' Fièrement; B II point et b.; 
J Puis a brochie le bon c, E Des espérons fiert le c. — 22791- 
800 réd à 2 V. dans Dy : En son poig tint tôt nu le branc Droit 
uers paris en uint poignant {H : Et t. en s. puins le nu brant Tôt 
d. a p. u. corant) — 91 iC Fiers et cruels d. ; JM Hors ; M^M 
sens; J iriez cruels; B fiers — 92 CJ les presses d., B les chcua- 
liers — 93-4 m. à B — 93 CJn merueillex — 94 {CJ); K Morz 
en a p. — 96 F Et si dist b. ; n ainz ; N san ; F muere — 97 J Se 
doneront, n Sentredonent; A fretiaus, C fretaus ; B Se rendront 
il de tels colees — 98 J Desor, APCk Desus; APJ hatiriaus, C 
ateraus, A hasteriaus ; B Qui ml't seront cier comparées. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 423 

Si que les testes lor saignierent. 
22800 Felenessement se requièrent. 
Fait Aïaus : « Sire Paris, 

« Jo cuit qu'ore estes entrepris : 2 2'j3o 

« Se trait avez a mei de loinz, 

« Vers vos me sui serrez e joinz. 
22805 « Ocis m'avez, jol sai e sent : 

« Por quant s'iert ja premièrement 

« Vostre ame en enfer de la meie; 22^35 

« Jo vueil qu'el se mete a la veie. 

« Ja ne traireiz mais d'arc d'aubor. 
22810 « Ici deseivre vostre amor 

« E FEleine, que mar fust née, 

« Que mainte gent ont comparée. 22740 

« Por li morreiz, e jo si faz. » 

Aîaus Ta saisi as braz 
22815 Qu'il aveit plus forz d'un jaiant; 

Granz cous li done maintenant, 

Sa mort li vueut paier e soudre : 22y45 

Ne se pot pas de lui esvoudre. 

Par mi la chiere l'a féru 

22799-800 m. à B— 22800 n Félon. — i N ayaus, F -ax — 2 
k Gespeir, n Espoir, Z) Ce c; F uos e. — 3 -4 Se a m, a. t., iV/* 
Se a. t. a m., n Se uos mauez teru; M^ loingz — 4 -<4F Lez, Ne 
A; 3/' ioingz — b K gel uoi, M' por uoir, E très bien; c le s. — 
6 3/ si iert, K ia i., N sira, F sera, B seres — 7 F U. an aut 
auoc la m.; M'Nk que la m. ; B Ains de moi en enfer sacies — 
8 M^k que; B que uos pas ni faillies — 9 3/* nen — 10 e Ci; JK 
desseure, M' deseuerre; / Chi voel deseurer — 11 {ABIJ)\ C Et 
la dame, N Delaine et uos, A"^ Dame helaine, 3/' De heleyne, E 
De lelejne, F Et de helaine; M^ mal ; A"" fu; M" H Deleine q. m. 
f. aine n. — 12 (/!'); CIJ Cm, y Car ; Fe mainte; Ky lont — • 14 
k le sesist; 3/=^ a b. — i5 M^M' Que (Af' Qui) il a; FQil a p. 
que; k Quil a p. f. que nus iaianz, L Qui est p. f. que .j. i., B 
Que il a. p. f. asses — 16 ^ Molt li d. fiers cols [M coi f.) et 
granz, B Mains mortex cols li a dones — 17-8 m. à BDFy — 17 
CGJLk soldre, A sodre — 18 -4 esuodre, JM -oldre, C desoldrc, 
G et sordre, K estoldre, N estordre. . 



424 ROMAN DE TROIE 

22820 De la pointe del brant molu : 

Sempres maneis l'estut morir 

E de cest siegle départir* 22y5o 

En la place chiet morz Paris : 

L'espee ot dreite par le vis. 
22825 E cil par est si detrenchié 

Qu'il n'a entier ne main ne pié, 

Teste ne piz, costé ne bras. 22^55 

Plus fu vermeiz que nus cendaz : 

Deus ne fist home, s'il le veit, 
2283o Que toz li cuers ne l'en esfreit. 

Vers les tentes l'en ont porté 

Cil qui moût l'ont plaint e ploré : 22j6o 

Ço est sa maisniee demeine. 

A grant travail e a grant peine 
22835 Li est l'ame del cors eissue : 

Por poi qu'as denz ne la manjue. 

Si tost come il orent sachiee 22^65 

La saiete, qu'ert entoschiee, 

22821 Af" Sempre; M menois; B En eslepas; M^FM lestuet — 
22 M'^Nek siècle; M partir; B Ne se pot plus contretenir — 24 
M'^Je Car 1. ot (Af' Lespee ot, J Le cop ot droit) par mi le u. 
— 25 i Gui caut cil rest, e Mes celui ot; M^F detrenchez, INk 
-iez — 26 H entir; M'^Jkn ne mains (M main) ne piez, / Na e. 
mains ne bras ne pies, B Mors ciet ne pot estre sor p. — 27-40 
m. à BI — 27 M piez; AJkn costez; A"" Coste t. ne poins; J ne 
chas — 28 A"" P. est roges, J P. fut roiges; M nul, K un; M 
cendalz; -4* dun taleuas, J cuns uermeiz dras; M'^y Mis lont de- 
sus {H desor) un taleuaz — 3o WEHkn li {F lo, HM le) cors, 
JM' le cuer ; nyJ li e. — 3 1 EH As pauellons, M' Au paueil- 
lon ; N pêne, k mené — 32 F bien lont ; A" q. 1. et p. — 33 ^ 
Ce sont li suen home d. — 35 F larme — 36 A^'JMNy Par, KL 
A; FQe pou que toz; AM' qua d.; M^'AEJn ne les m.; nHLM' 
meniue; A" quil as d. ne m., H que la gent no m.; / Ml't grant 
angoisse i a eue — 37-8 interv. dans A"" — S-j x con en o., / c. 
li o.; A lorent, A'' leurent; J saichie — 38 M' seete; J quere, M 
qui ert, A'N tote; A Li carrel quil iert entouchie, G La seieste 
quil ont fichie. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 426 

Senz sanc, toz freiz, pales e vains, 
22840 Sempres fenist entre lor mains. 
Paris fu morz, le pro, le sage. 

Troïen virent lor damage ; 22^70 

Moût en furent descoragié, 

Desconforté e esmaié ; 
22845 Tel duel en ont qu'onc puis le jor 

Ne tindrent place ne estor. 

Diomedès a fait soner 22'j'j5 

Un cor d'olifant haut e cler ; 

Ses genz restreint e ses batailles. 
2285o Dès or veit om les devinailles 

Que Cassandra aveit pramis. 

Porté en ont le cors Paris 22^80 

En la cité sor son escu. 

E Greu orent levé le hu 
22855 Sor Troiens, si les acueillent; 

22839-40 interv. dans A'GI — 3g [A A")) L Sant sanz, C Se 
sent; N Faut li li cuers, G San faut tos frois — 40 CJ Tantost, 
AIM Si tost; K Fenist tantost; A^ finist, / feni, A uenist, N 
morut, F est morz ; 3/' Est s. mors, E E. m. cheoiz, L Lors 
est cheuz, H Chai tous frois ; G Parmi le uis mors est an m. — 
41-4 répétés dans H après -g 2 — 41 ^' est m.; A'^Gen li biax, 
M^ACHJLk li proz {M" prous, k prouz, etc.); tous les mss. li 
sages — 42 M'^Ky Ce fu as suens trop {H ml't) granz [Af^M' grant) 
damages {K as troiens d.), H Ice fu as siens g. d. {2^ leçon)^ JM 
Quant t. u. lor d., L Dont t. orent domage; x Troyen ; FG 
uoient; E les d., G le damaige — 43 ./ Tuit; L adomachiez;_y 
Car {H Qui) m. en sont desconseillie, B Sor son escu len ont 
porte — 44 -^ Desconfortez et esmaiez, B Li sien plorant en la 
cite — 45 e font; M' con, M^B quainc, Mn quainz, L qeinz, AE 
que — 46 jB Ne porent maintenir lestor — 47-52 m. à B — 47 
en dyom.; e Et d. fist — 49 AT S. rens estreint; M^ retraint, K 
restreit — 5o /sClen, Af il; C croiez les d. — 5i Fcans. — 53 w 
sor un e.; B Ml't sont troijen confondu — 54 (J); iC griu ; e Et 
grezois ont, B Sor els ont griu; A^ Et li griiois lieuent; A'^F lor 
hu — 55 {ACI) ; Kn qui, A^ quant ; e ses uont ferir; H Et si u. 
troyens f.;7 aj. 2 v. : El sanc dels se baignent et mouUent Molt 
le font or miex quil ne seulent. ^ 



426 ROMAN DE TROIE 

Tant en ociënt e esbueillent 

Corne il lor plaist, e neient plus. 22y85 

Sacheiz que li fiz Tydeiis 

En fait a mil les dos torner : 
22860 N'i a neient del plus ester. 
Menesteiis fort s'i raiuë : 

O la trenchant espee nue, 22'jqo 

Entre lui e Diomedès, 

Les font entrer enz si a fais 
22865 Que mil en laissent de forsclos,. 

Qui n'ont entier ne pel ne os. 

Par mi les portes les ont mis : ^^jgS 

Ço lor a fait la mort Paris. 

Li fiz Tydeiis les ensiut, 
22870 Qui les ataint et aconsiut. 

Par mi la vile o eus s'est mis ; 

Quatre archiees o cinc o sis 22800 



22856 (.4); F ocist; C esduellent, A" despoillent; 3/' Dels o. 
et e. (v. /.), / Tant en ocient come il voillent, c Si que du champ 
les font partir, ii Si q. le camp lor f. guerpir ~ 67 M"" Tant 
cum lur p.; y .v. c. en ocistrent et p., / Des or sont il bien el 
desus — 58 7 Bien le fait li f.; M^K tid., Fe thid — b^ M Leur 
f. a milliers trestorner; M^e fist — 60 MN Ni ot n., F Ni ont 
cure, e Ni a mes rien — 61 A/" Menecius, y Li dus dathenes {H 
dataine); M aue, F ahue, M'K aiue, M' raue — 62 {A O), APekn 
A -*- 64 /f« L. enf. e.; HK ades — 65£des; iV en ont laissie de- 
fors; F fors dos, E forclos — 66 {AJ); We cuir; K ox, M oz, 
G doz — 67-72 réd, à 2 v. dans Dy : Par mi le bore o eus sest 
mis Li filz thideus ce mest uis — 67-8 et 71-2 m. à J\ 68-71 m. 
à A — 6-] {ABCGILR); Fk la porte — 69 (JL); M'A^CJk tid., 
BFGIL thid.; A"" Et li f. t. 1. suit; M ensuet, R en seut, B en- 
sieut, CJ ensuit, n ansit, G -ist, K aquielt — 70 {A"^)', A/' Morz 
est cuj a coup a.; Ck les consielt {M -eut), J aconsuit, R acos- 
seut; X Qi les ocit (G -ist) et desconfit (L d. et o.), BI Tost {B 
Bien) est aies cui il consieut (/ -iut); A^ aj. 2 v. : Très parmi la 
porte a grant fais Les metent ens de plain eslais — yi A' Si que 
dedens od els — 72 A"" .V. a. co quit v sis, B Bien eust le dous des 
bras pris. 



VINGTIEME bataille; MORT DE PARIS 427 

Torne del bore en son demeine : 

Ja mais par force ne par peine 
22875 N'en fust sevrez ne derompuz, 

Se des suens fust bien parseiiz. 

Ariere l'en covint torner. 228o5 

Corne musarz i dut entrer, 

Quar li Bastart l'en ont mis fors 
22880 E en set lieus plaie son cors. 

La porte clostrent cil dedenz : 

Lasse e matée est moût lor genz. 22810 

Agamennon — que fereit al? — 

Devant l'entrée del portai 
22885 A fait la nuit Grezeis logier ; 

Dis mile d'eus i fait veillier : 

Bien sont asis li pan des murs. 2281$ 

Dedenz n'a guaires des seûrs 

Ne des haitiez ne des joios, 
22890 Quar duel i a trop angoissos. 



22873-4 m. à B — yS k des hors; F Torne del tôt a; M'^y 
dom.; A'^J Très par mi la rue d. {A'' les maine),_y Grant part 
en torne en son d. — 74 FJe por... por — jb M Ne; APe partiz; 
B la par eus nen fust .j. tenus — j6 N i i., B sont b., ^ f. lors; 
A^ Sil f. d. s. b. perceuz ; A persegus, M parseguz, APM' seco- 
ruz; E f. secorreuz — 77-8 m.à B — jj {J); M Arrier le conuient 
a t.; Kn le conuient {n cou.); e Mes ariere (3/^ -es) lestut t. — 78 
kn Sacheiz por fol, J Grant folie li fist e. — 79 »^ Cuns des bas- 
tarz len a; F lo ront m., K ien mirent; APJMe hors; B Mais li 
b. les metent f. — 80 EK mainz [K maint) leus. M' maint lieu; 
B Qui lor font asurer les dos — 81 M^AE Les portes; M' clo- 
trent, B closent, F ont close — 82 M mate; £ fu 1. g.; -B Lassée 
et m. est 1. g. — 83 F Agamenon ; E quan ; K fera, n feist ; J A. 
les suens conforte — 84 e D. le plus mestre p.; J de la porte — 
85 MM' greiois; Af' A g. la n. f. — 86 (A); M .x. m. deulz en a 
f. u., B A], m. en fait villier; J gueitier ; JVf" Vint mjle dels a 
f., e Plus de .xx." m. an fist, FK D. m. a fet (F an font) la 
nuit — 87 e ont ; Bkn assis, A* garde ; B li plain; F del mur — 
88 M'M de s. — 89 M' de h. ; MM' de i. - 90 M^ car t. 
lad. # 



4^8 ROMAN DE TROIE 

La nuit les ont eschauguaitié 

Mil chevalier riche e preisié. 22820 

Seveliz fu li cors Paris 

Dedenz le temple Junonis 
22895 Si faitement qu'onc fiz de rei 

Ne fu si richement, ço crei, 

Ne n'iert ja mais jusqu'à la fin. 22825 

Tuit li poëte e li devin 

I sont al mestier dire e faire. 
22900 Ne porreie mie retraire 

Le duel — trop est cruëus e granz — 

Que de lui fait li reis Prianz 22880 

E la reine, que s'en muert : 

Sovent se pasme, ses mains tuert, 
22905 Sovent se vueut laissier morir, 

22891-2 m.àB— 91 WAA'Jk se {J si) sunt ; E se font eschal- 
guetier ; M'^ esquergueitie, A'A'M' escherg., N eschargaitie, F 
escharguetiez — 92 (J); A' trestuit p., M' qui sont p., N sage et 
p., F franc et proisiez; AA^N prisie, A^ .x. mile c. p., E Desus 
les murs et bien gaitier; A"^ aj. 2 v. : A grant poor chascuns ses- 
maie Nen i a gaires qui nait plaie — 93-6 m. à H, qui domie à 
la place 22841-4 répétés— 93 A"" Porte en ont, k Sepeliz fu, B 
Seueli ont; G li prous — 94 (BGL); A'e El {M' Ou) riche t.; ^' 
iouenis, F Apolinis, A"^ aj. ces 2 y., Sa gent mainent por lui 
dolor Sepelis fu a grant honor — 96 e richement; EFG con, 
M^A"" quainc, B cainc, Nk que, Af' onc — 9Ô (^VL); G fust; kn 
plus; EN hautement, M' noblement — 22897-900 m. à B — 97 
(//) ; e Ce nert ; M"" tresqua, M' iusque a, E desqua — 99 F II s. 
au mostre;_>^ au grant seruise — 22900 {H); Jn Je ne p. pas, k 
Gie ne uos p. — i EH c. et max, M' cruel et grant ; Mn Le d. 
merueilleuz (n Le m. d.) et [n ne) le grant, B Nus ne pot dire 
le d. grant, JK Les dois les m. (^ d. m. et) les granz — 2 {J)\ 
M Q. dector f. ; B Com en uit faire al roi ; MM' le roi ; MM'n 
priant; E Que font de 1. dames uasax, H De d. et de bons v.; 
EH aj. 2 V. : Et uiel et iuesne et anfanz (H De uiex de iouenes et 
denfans) Et desor toz li rois prianz — 3 B Et a sa mère ; (F que) ; 
M se — 4 {CJ) ; en et ses; A' et se dest.; K Andeus s. m. souent 
destuert, ^* Souentes fois ses poins d., B Ses ceuels tire ses poins 
t. — 5-8 m. à M^BDy, sont dans AA^CJkn ; 5-6 interv. dans K. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 429 

Sovent li vueut li cuers partir, 

Sovent s'escrie, sovent brait : 22835 

Sacheiz de veir que mal li vait. 
Grant duel fait moût Polidamas, 
22910 Grant Antenor, grant Eneas, 

Grant li estrange e li privé. 

Sacheiz qu'onc mais en la cité 22840 

N'ot si grant duel, puis que fu faite : 

Tote rien vivant s'i deshaite. 
22915 Qui veit Heleine bien puet dire 

Que sor toz dueus est la soë ire : 

One rien n'ot mais si grant destrece. 22845 

Sovent regrete sa proëce 

E sa beauté e sa valor : 
22920 « En duel, en lermes e en plor, » 

Fait el, « beaus sire amis, morrai, 

« Quant jo ensi perdu vos ai. 2285o 

« Plus vos amoë que mon cuer : 

a Ço ne puet estre a nés un fuer 
22925 « Que j'après vos remaigne en vie. 

« A Mort pri io qu'ele m'ocie : 

« Ja plus terre ne me sostienge, 2 2855 

« Ne ja mais par femme ne vienge 

22906 m. à M, qui répète le v. précédent; A le cuer; J men- 
tir— 7 AJK et s. b. — 8 a: De u. s.; J li feit, F se f. ; C mal li 
estoit — 9 (J) ; EH an f., -S refait — 10 (J); F Granz a. granz e ; 
My E a. e e. ; EHKn anth. — 1 1 ( J) ; My E li; Af grant li p. 
{v. f.) — 12 (J) ; A/^ quainc, FM quainz, N que; y Einz {H Aine, 
M' One) mes nul ior — 1 3 {H) ; FM Nen ot si g, ; JMe quel — 
14 {J) ; EKN riens; EN uiuanz ; Fe san, ÀP se, M li ; JKM' 
dehete — 16 F t. aus— 17 M^'H Aine, n Ainz, E Einz; K O. m. 
notr.; M r. not si; M'Œkn riens — 21 AF F. elle; C F. ele s. 
ennuit m., H Morres mis amis bien le sai — 23-6 m. à B — 24. 
M^ a nisun, K a negun, E por nul, M a nul — 25 M^AV Q 
après, K Q. enpres ; H remaing — 26 AP gie, F ge, MN ie ; 
K que ele m.; ^e A la m. p. — 27 -K La terre plus ne; 3/' 
sotiegne, E sostiengne, N -eigne, F -aigne, M -iegne — 28 J& 
uiegne, n ueignc ; M nauiegne, K nauienge. 



43o ROMAN DE TROIE 

« Si grant damage corn par mei ! 
22930 « Tant riche duc e tant bon rei 

« E tant riche amiraut preisié 

« En sont ocis e detrenchié! 22860 

« Lasse ! a quel hore fui jo née, 

« Ne por quei oi tel destinée 
22935 « Que li monz fust par mei destruit ? 

« Bien engendra estrange fruit 

« Mis père en mei, quant jo conçui. 22865 

« C'est grant dolor que onques fui : 

« A ma naissance vint sor terre 
22940 « Ire e dolor e mortel guerre ; 

« Del mont chai e joie e pais. 

« Ja tel femme ne naisse mais ! 228^0 

« Li cuers me partireit, mon vuel. 

« Ha! tante dame ai mise en duel, 
22945 « Dont lor seignor e lor ami 

22929 EKN granz [N grant) domages ; M granz dommage 
comme; K que p. m. — 3o kn tant riche roi, M et t. roy — 3i e 
Et t. haut; M'k amiral; AEn prisie — 33-4 m. à B — 33 ^ L. 
en; ANk quele; /l^ oure; G fuis, AJn sui, IK fu; IKn or, A^ 
aine; H De com maie ore io sui n., C Ai lasse a qel o. s. n. ; 
M^'c L. por quei f. onques n. — 34 (C); A'^Len Et; F a qoi, E 
por que; A"^ ai, / iou ; G Aquerrai ie; H Lasse por que, K Por 
quei oi gie — 35-6 m. à B — 35 FN por ; L Qe par moi fust, y 
Que tant fussent ; A^ Qant por moi est li m. d., / Com a par 
moi le mont d. ; AA'^Jkn destruiz, G -uis — 36 (//); G B. en- 
gendrai {dialectal) mes pères puis ; AA^'Jk estranges {JK e) 
fruiz, CLN \e pis des fruiz (C fruis), Fies puis destruiz — 37-8 
B Por quoi nasquis onques de mère Ne por coi mengenra mes 
père, / Et merveillous en moi mes père Por coi nasqni iou de 
ma mère — 37 {AA'^CHJ)\ LM' Mon ; G La mortel uie com ie 
cui — 38 (H) ; M^FJMy C. granz dolors, K G. dolors est, N C. 
domages; CHN Qant ; JL que ie o., M' q. unques; G Quant 
engendrée fui de lui — 39 {AA^BCGUrJ); k O; iV Et qua, 
FG Et quant ; G ie uins onques sus t. — 40 G et duel ; EN mor- 
tex, K -al — 41-60 m. à B — 41 fc D. monde c. {K chacai) i., 
n Auint lo ior a i. a {F et a) p. — 42 kn tex ; e dame ; F nasqui 
— \i M uoil — 44 FM' mis ; iC a d. — 45 M Donc, n Don. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 401 

« Sont ja par mei enseveli ! 

« Por mei n'iert ja fait oreisons ; 2 28'j5 

« Sor mei torront les maudiçons 

« De ceus qui sont e qui seront 
22950 « E qui el siegle mais naistront. 

« Lasse ! por quei serai haïe ! 

« Ço peise mei, que j'oi onc vie. 22880 

« Ja ne vousisse estre engendrée : 

« Go peise mei, que onc fui née. 
22955 « En maudite hore començai, 

« En plus maie definerai. 

« Mil mui de sanc de cors vassaus 22886 

« De chevaliers proz e leiaus 

« Sont espandu par m'acheison : 
22960 « Qui me fera beneïçon ? 

« Go n'iert ja nule rien vivant. 

« Que ne m'ocit le rei Priant, 2 28 go 

« Qui par mei est vis confonduz 

« E que ses fiz li ai toluz? 
22965 « Par mei se veit déshériter : 

22946 3/ ensep. — 47 C Par; Af' ncrt; APACekn fête; E 
orisons, M oroison — 48 C torne la; A Por moi donront ; Af' 
uendront ; APk les maldicons, M li maldicon — 49 M* cesz, E 
ces — 5o M'^k siècle; F uiuront; e Et q. iames nul ior n. — 5i 
e por quan — 52 {A); Jy conques oi {H eu) u.; N uing a u., F 
uig an u., K sui en u. — 53-4 ^- ^ ^^y — ^4 KN quonqnes, 
M^ que aine, L que ie, R q. ionc; Rk fu, F sui; A^ Dolente sui 
quant aine — 55 A k\ L maloite, M'N maldite, F mauueise, 
WF comenca — 56 [A) ; ^ Et en p. m. finere, R En p, maudite 
fanirai ; M'^F definera — 57 {A) ; F Mille ; tous les mss. muis — 
59 M^F machaison, EK -eson, M macoison, M' macesson. — 
61-2 interv. dans 5 — 61 AP m)e nus hom ; AA'CEHKN riens; 
M^AA/CEHJKN uiuanz ; B Par mi a perdu ses enfans — 62 
AAP mocist, F moucist, BIM mochist; M^'AEHJKn li reis 
prianz (F -ant), A le roi prians, M li roy priant — 63-6 m. à B 
— 63 FM por; F estoit, / est tous — 64 CJNk qil; k gie {M li) 
ai s. f. t.; y Car {H Et) s. biax f . ; ^' Et par moi as. f. 
pcrduz. H 



4^2 ROMAN DE TROIE 

« Meut me devreit bien desmembrer, 

« Ecuba, dame, que fereiz? 228g5 

« De mei cornent vos vengereiz ? 

« Toluz vos ai voz beaus enfanz, 
22970 « Les proz, les riches, les vaillanz. 

« Ne fist dame tel porteiire, 

« N'a si dolorose aventure 2 2goo 

« Ja mais jusqu'à la fin del mont 

« De cors de femme tel n'istront. 
22975 « Comandez, dame, en quel manière 

« Ma fin sera plus dure e fiere. 

« Vengiez vos tost, por Deu, de mei : 2 2go5 

« Ne vueil plus vivre ne ne dei. 

« Del cors me traient les mameles 
22980 « Dames, meschines e puceles, 

« Que par mei ont perdu lor joie 

« En la noble cité de Troie. 22gio 

(c Lasse ! mar m'i virent venir. 

« Ja nel deûssent consentir 
22985 « Li deu ne la mer ne li vent; 

« Bien me deust neier torment : 

« Ço fust grant joie e moût granz biens 22g 1 5 

« E granz profiz as Troïiens. 

« Sire Paris, beaus douz amis, 



22966 e II me — 69 A" Toleiz, M Touluz; B Qui uos enfans 
uos ai t. — 70 N L. biax ; F 1. sages, e 1. cortois; B Par moi est 
sis règnes perdus — 71-6 m. à B — 71 {J) ; Ky D. ne f. {H nen 
ot) — 72 A/ Ne, N De; M^AA'CJe Ne fust; H Nen ot si cruel a.; 
A^ ceste pesme a. — 78 M^E desqua, AP tresqua — 74 J5 de 
dame; M"" tiels, M' tiex, K tels — 76 APEn fins, k mort; Ae 
iert p. (e sera) horrible et f., k s. p. pesme et f. — 77 AMN 
Venez uengiez u. t., K V. uos t. uengier, jP Vengiez u. dame t. 
— 81 N Q. o. par moi; EFM por m. — 82 B Et; BM riche — 
83-8 w. àB— 83 F mal; M^ me— 84 (H); M'Fne — 85 (//) ; 
F les; WEFn mers ; n vanz — 86 {H)\ M"" m]\ y Ne les ondes 
ne li; JV naier; n tormanz — 87 M'^KNy granz; EK ioies; 
APFky et g. b. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 433 

22990 « Ne seit vostre esperiz eschis : 

« Al mien vueille sa compaignie. 

« Ja sui jo vostre douce amie, 22^20 

« Celé que por vos se forsene ; 

« Gui rien ne conforte n'asene, 
22995 « Celé que por vos sent la mort, 

« Celé que onc ne vos fist tort 

« Ne que onc jor de vostre vie 2 2g 25 

(( Vers vos ne pensa vilenie, 

« Celé que ne désire rien 
23ooo « N'autre confort ne autre bien 

« Ne mais m'ame o la vostre seit. 

« A la mort pri que s'en espleit, 2 2g3o 

« Si la sivrai ainz qu'il seit loinz : 

« Iço est or toz mis bosoinz, 
23oo5 « Iço sont tuit mi desirier. 

« Ha! chaeles, Mort, ne targier. 



22991 F uoil ge, ^ otroit, B ains ait; A; Del m. u. la c. — 
93-4 m. à Dy; gS-S m. à B — (^Z {J); Kn forsane, M -enne — 
94 A/V Qui, kn Que; M'^JNky riens, F nus; N nasane, J ne 
sene, FK ne sane, M ne senne — 95 ^ s. p. u. — 96 (F que) ; 
M aine; E Qui onques ior, M' Q. onc nul i. — 97 M^ aine, E 
einz ; n Qui (F Qe) onques i . , A: Ne q . o. i. de la (A/ ma) u. — 98 
M"^^ Ne pense; M pensai tricherie — 99 (n que); B Mes cuers ne 
d. autre r. — 23ooo F Se uostre anor et uostre h.\ B Autre c. ; M 
rien — i / M. que; BH marme; BHIN a — 2 (B7); M' prit, / 
proi, M^'Aek quele (Af^ quel) en, C qe ele ; Hx quele sesploit 
(G esploit) — 3-8 m. à 5 — 3 « lo; C Sille ; G Si lan seuroi; M 
sieurai, EJ siure, Af'-a,// suiurai,il/' sieurai,F suirai, iV siurra, 
F siéra. A" siura; AA^FHJK que, C qe il; M' loingz, HIM'N 
loing, F loig — 4^ Ce est or mes graindres {HM' graindre) be- 
soing (F -oinz), / Chou sont or mi grignor b., M'^ACLn Ice 
sunt or tuit [AC s. t.) mi {M^L toz mes) besoingz {n -oing); ^' 
Ce soit ore, J Ice s. or; G Iceste oure est mes — 5-6 interv. dans 
C — b C Car ce s. ; A"" Si aemplis mon d. — 6 (C); A Ha m. 
chaelle; H queles; M^A^Gn morz; M' targiez; Af Ha tele m. ne 
te t., ^ Ha por de m. ne retardier, xA"" Ha m. p. deu [A"" Haste 
toi m.) ne te t. (L tatardier). 

Tome III. 28 



434 ROMAN DE TROIE 

<( Vien plus a hait, e si sivrai 22g35 

« Mon chier ami : trop demorai. 

(( Atendez mei, beaus sire amis, 
23oio « Tant qu'aie baisié vostre vis, 

« Voz ieuz e vostre bêle boche. » 
Autresi tost come ele i toche, 22g4o 

S'espasmi, si que a grant peine 

Eissi de li puis funs n'aleine. 
23oi 5 Reide por morte en est levée. 

En un chier lit en est portée. 

Par maintes feis se resperist, 22g45 

Par maintes feiz se respasmist ; 

Par maintes feiz se fait mener 
2 3o20 Al cors por plaindre e por plorer ; 

Sovent le prent entre ses braz 

E sovent chiet sor lui a quaz. 22g5o 

De li a Tom greignor pitié 

Que de Paris Tune meitié. 
23o25 Mil lermes fist la nuit plorer : 

Ne la poëit nus esguarder, 

28007 (C); Ay Mes [A Que) u. p. tost, L V. p. isnel, ^' V. si 
me pren; M V. p. en haste si; n uerrai; G Or u. p. tost si an 
seurrai — 8 M"^ Mon a. que trop demore ai; GN t. demorrai, A 
tant demourrai, k t. tardie {M -gie) ai, A^ que perdu ai — 9 
AEK b. dolz, n b. chiers — 10 kn que gie bese; B que baisie 
aie uo uis — 1 1 [AB) ; k uoz faces [M -e) u. b., n et la teste et la 
b. — 12 jp elle t. — i3 k Sespasmist, B Se pasme; en Sest 
pasmee (n Se respasmi) si qua g. p. — 14 BK En issi p.; B fus; 
M I. p. de lie; Ken funs {M' feu) ne a. — i5-22 m. à B — ib e 
Toute; AT fu 1. — 16 e len ont p. — 17 e mainte; 3/rep., F res- 
pasmist — 18 e Et p. mainte f. sespasmist (A/' se pamist) ; F res- 
perist — 20 (^); £ et regreter — 21 {AC)\ APjy S. e. s. b. le p. 
— 22 M^'K S. rechiet; A sus; ^'C quas, Kn caz, A tas; A' S. 
se pasme et c. a q.; AP el pauement ;_)^ Et se pasme sor lui {H Et 
s. 1. sep.) souent, / Ire et dolors est ses solas — 23 -W lie; F 
greinor, k graignor, M^BM' plus grant — 24 APn mitie — 
25-8 m. à B — 25 n fait — 26 N poist; APK riens, M nul; e 
escoter. 



ViNGTIÊiME bataille; MORT DE PARIS 435 

Hom ne femme, jovnes ne vieuz, 2 2g55 

Qu'el ne feïst plorer des ieuz. 
Tote la nuit a ço duré. 
23o3o Quant del jor parut la clarté, 

S'a fait Prianz apareillier 

Dedenz un temple riche e chier 22g6o 

Fondé en Tonor de Minerve : 

Al cors vueut que Ton chant e serve, 
23o35 Quar moût par i a grant covent 

E moût par i a sainte gent. 

Li reis aveit en son trésor 22g65 

Un chier sarcueil qui n'ert pas d'or, 

Ainz ert d'un jaspe vert goté : 
23040 One en cest siegle trespassé 

Ne fu veu si chier vaissel. 

Al cors en a l'om fait tombel. 22g'jo 

A son ues l'estoiot li reis : 

Aillors gerra, se li Grezeis 
23045 Pueent aveir de lui saisine. 

Devant l'autel a la devine, . 



28027 ^ Grant ne petit; G3/' ione; M Honme f. ioune — 28 
Gn Que, k Qui; M' face; M^ de, Gn as, L aus; K lermer les ; 
APk ielz — 3o [ACGIL)', A^ uirent; By Et q. d. i. p. {E uirent, 
B vit le, H uint la) c. — 3 1-70 réd. à 4 v. dans B; voy. aux 
Notes — 3i {ACHJ); GKL Si; B fist; E Sont f. un tample; ^' le 
cors — 32 {AHJ)\ F lo t. ; C et cler — 33-4© m. a // — 33 n al 
enor — 34. A Aincois; M'' uolt; k len, n lan, A en; L Del c. velt 
q. en i c. — 35-6 m. à G — 35 iVi a mis— 36 F par i a gist (51c), 
M'k i a de — 37-126 réd. dans G à 21 v.\ voy. aux Notes — 38 
F sarcoz, N -ou, EJ sarqueuz, M^ -el, k -eu; APMM' niert {de 
même partout, iert); n Un s. q. nestoitp. — 39 EJ EÀnz; J fu; 
M"" V. i.; J uergete — 40 M' Onques el; M cel; M^'JM'Nk siè- 
cle ; F el s. ne el reigne — 41-2 interv. dans H — 41 // Onques 
ne ueistes si bel; M'^Fk ueuz; A' Ne uit nus hom, J Not len 
ueu ; WN plus ; e autresi bel ; FM ueissiax — 42 3/V hom. Ne 
len ; F a lan f. j. tombiax, M De celui fu faiz li t., H De marbre .j. 
ml't riche tombel — 43 iV/VN hues, M &n\z, y oes; H lestuioit 
— 44 Ai' Alors; Kny girra — 46 [J) ; Af' Dauant ; F diu. 



1 



436 ROMAN DE TROIE 

A la deuesse, a la puissant, "^^97 5 

Firent quatre lions d'un grant, 

D'or esmerez tresgiteïz, 
23o5o E si ne sont mie petiz : 

Sor cez ont le sarcueil asis, 

Puis i mistrent le cors Paris 2 2g8o 

Bien embasmé e richement. 

Precios fu le monument : 
23o55 One fiz de rei ne jut plus bel. 

Li reis Prianz prist son anel, 

El dei li mist de la main destre, 22g85 

E en l'autre li mist le ceptre ; 

El chief li asiet la corone, 
23o6o Beneïcon a s'ame done : 

Ne vueut que Greus en seit saisiz. 

Iluec ot assez braiz e criz 22ggo 

E ullemenz e pasmeisons. 

23047-8 interv. dans CF — 47 A^ diuesse, CJkn déesse, 1 
dyu.; M'^y Firent {H Furent) duj mestre doriant — 48 (L); ^' 
Fisent, CF Furent; F lion; C darçant; Uy Q. 1. trestoz {H -tôt) 
d'un g. — 49 (CJ), m. à A\ kn esmere ; K treg.; e Du meillor 
or conques nus uit — 5o Ay Si nés fisent; K ne furent pas; e 
petit — bi A Sus ceus, F Soz cel, M Sor eulz, J S. ces, C S. 
ceaus, M'^e Desus, H Desor; N sarcoz, A sarqueus, E -euz, Fk 
-eu, M^M' -el, H -qu — 52 m. à ^ ; F Si i, M' Et si; CNk me- 
tent, M^ mitrent — 53 Fanbaume; e Anbasme lont ml'î r. — 54 
N sont, F est; MN li ; e Tant par a noble (F riche) m., J Dun 
ml'l precios oignement — 55 AfV Aine, n Ainz, F Quainz; MN 
ne uit, Ke nen ot; 3/ si b. — b'j M El main; n en la — 58 m. à 
B ; HM' Et la corone et le cestre, M'Ikn Et sa c. ; « et son chier 
c, M'^M e s. c. {M se), k et s. esceptre, A puis son c, / od sa 
senestre; C Sa cor. et son riche sceptre, A^J Et son chier c. {J 
se.) en la senestre — ^9 y asist, M ass.; J sa; / Li met el c. et 
sel couronne — 60 F lame, // sarmes, Jn sa main; / Et son 
sceptre a tenir li donne — 61-2 m. à Dy — 61 {JR) ; M griex, K 
griu, M"^ grieu; K en fust, M en soient, A/' seicnt — 62 AT La ot 
a. et — 63 (L); M^'R uslemenz, M uslement, n ploremanz; R 
pasmeiçons ; Dy La oissiez granz criesons (// -isons, M' -oisons, 
D croisons). 



VINGTIÈME bataille; iMORT DE PARIS 487 

Ciment fait o sanc de dragons 
23o65 Ont pris li sage e destempré, 

Sin ont le sarcueil seelé 

O une moût riche plataine 22gg5 

De pierre qu'om claime Egetaine, 

Plus preciose e moût plus riche 
23070 Que calcédoine ne qu'oniche. 

Ne sai dire ne reconter 

Le duel qui fu a l'enterrer. 28000 

Tel l'i a dame Heleine fait 

E tant i a crïé e brait 
23075 Que Prianz e sis parentez 

L'en sorent puis merveillos grez : 

Moût en fu puis de toz amee 23oo5 

E moût l'en ont tuit honorée. 

La reïne, ço vos di bien, 
2 3o8o L'en ama puis sor tote rien. 

Corne lor fille la teneient, 

A merveille la cherisseient. 28010 

28064 F C. sont; EJ a, A'^ de, F del, AI en\ F des; k dracons, 
iVdagrons — 65 J li saiue, M^'y li mestre;3/' plus sene ; e des- 
tranpe, n -pre — 66 AP sarquel, FHKM' -qeu, M serqueu, N 
sarcoz, £"7 queuz — 67-70 m. à /f— 67 {AJ)\ /A, KEn-jA^n 
Dune (F Une) mPt très r. ; M^'AEJ t. chiere; F placine — 68 
Kn quen ; F clame; e Dune p. qua non; K egiptaine, M egiteine, 
A egetainne, E getainne, 3/' -ene, Af^ ietejne, iV citaine, C cicet., 
F eratine, J latine — 69 J Mit' p.; M^'FJM'k e p. r. -> 70 F 
carced., 3f' carsid.; J ne que onicle; Ken oniche — 71^ Ne uos 
puis mie r., J Ne uos porroit nus r.; Mn rac. — 72 EJK quil 
font — 73 (J); k Tant i a, M' Si grant la; B Si g. li a helene f., 
E Si g. d. h. le f., //Ne si g. corn h. f. — 74 (J) ; // Qui — 75-6 
interv. dans yB — yb J Q. trestuit cil del parente, B Et li pro- 
cain del parente; y Tuit (// Puis) li baron de la cite — 76 5 
Que ml't len sot prians bon, y Que puis (// tôt) len sorent ml't 
bon ; BJy gre — 77-8 m. à J\ 77-88 m. à B — 77 « de toz enoree 
— 80 n plus amee; M tint puis h. — 81-2 intei^v. datis F — 81 
K sa f. la tenoit — 82 F Ml't durement; KL Et merueilles; K la 
cherisseit, L la chier tenoient; N Et amoient et c.,e Et enoroient 
et seruoient. 



438 ROMAN DE TROIE 

Por ço qu'onc n'aveient veû 

Que ele eiist lor mal velu 
2 3 08 5 Ne fait regret de son pais 

N'amé lepro lor enemis, 

Por ço l'amoënt autretant 2801 5 

Com s'el fust fille al rei Priant. 
Oî avez quos ai conté, 
23090 Qu'asis furent en la cité : 

N*osoënt les portes ovrir 

Ne a bataille fors eissir. 28020 

Cil de Tost ont la vile asise. 

Mais li mur ne sont pas de glise 
23095 Ne de palu ne de terrace : 

De marbre sont plus plain de glace. 

Vert sont e pers, jaune e vermeil, 23o25 

Moût reluisent contre soleil ; 

Haut sont e dreit e bataillié : 
23 1 00 N'i ataindreit lance n'espié ; 

Chargié sont de chaillous cornuz 

E de granz peus fentiz aguz ; 23o3o 

S'a dedenz teus vint mil danzeaus, 

23o83 M"" quainc, n quainz, M que onquez (y. /.); e conques 
norent u. — 85 N regart ; e Ne plus qua ces {M' ceus) de lor p. 

— 86 FMM' Naime, E Neinme — 87 ^ entretant — 88 APFK C. 
se — 89 Lk Cauez oi; APAA^JLNky que iai, R queus ai; C Sj 
a. que ie ai c, F A. oi qan lan c. — go H Assis, C Quensi, L 
Queinsi — 92 (^V); ACkn por {M par, C al) combatre, y por 
b.; ÀTM hors, M' mes — 94 AP de lise, L dardille — 95-6 
interv. dans F — g5 {ABi,; M^'y paliz — 96 // Mais de m. p.; AP 
plein, C blainz, A blanc, L dur, HN froit, F forz ; AJKny que 

— 97-8 m. à B — gj L et jeunes tôt u. — 99 iV bateillie, B -illie 

— 23 100 B Ni ot mestier; e Ne dotent 1. ne e. ~ 1-6 réd. à 2 
vers dans B : Desfendront si sans nule faille Se il trueuent qui 
les assaille— t K Cargie, M^C Chargiez; ^P chaillols, C -os, 
EMn -oz, K -ox, M cailloz — 2 Ay gros ; M'A'^K pels, A pela, 
M pes ; M' piex fetiz ; J fendiz, A"" fentis, EH ferrez ; kn gran- 
dismes p.; C Et de g. palz gros et a. — 3 £ Si a d..iij. »• d.; 
F mille: n tosiax. 



VINGTIÈME bataille; MORT DE PARIS 489 

Qui bien défendront les creneaus 
23io5 Moût volentiers e senz preiere, 
Se il truevent quis i requièrent. 
Mais onc n'i ot donc asaut : 23o35 

Trop sont li mur espés e haut. 
Les tors, li mur e li donjon, 
23iio O moût poi de defension, 

Se tendreient jusqu'à mil anz. 

Li oz des Greus fu fiers e granz. 28040 

Agamennon les fist armer 
E par eschieles deviser : 
23 1 1 5 A ceus dedenz mandent bataille, 
Mais celé feiz lor en font faille. 
Ne vueut Prianz qu'uns sous s'en isse 28045 
A celé feiz, desci qu'il puisse 
Aveir esforz a eus sofrir, 
23 120 Si qu'il les face revertir 

As herberges e as chans plains. 

Oëz de qu'il esteit certains : 23o5o 

D'un socors merveillos e fier, 

D'un grant, d'un riche, d'un plenier, 



23 104^ d. b.; M^ crjniaus, A; kerniax, A/' carn. — 5-6 interv. 
dans M"" — 6 Ce ques i, Mti qui les ~ 7 {J); M'^C aine, En 
ainz; Be liure — 9 e Et 1. t. granz [M' g. t.) et, B L. t. hautes 
et — 10 « A ; Af deffencion — 1 1 M'^EH tresqua — 12 A/' osz, 
M ost, B host; Af" gries, M griex, K grius {formes ordinaires) ; 
B et fiere, n fu forz; e par fu ml't g. — 14 e p. batailles — 16 n 
A; e ceste f. 1. firent f. — 17 F Nan lait, k Ne let; M que .j. 
seul, B que .j- i ^« en i. — 18 AKn de si, M'' dauant, e deuant; 
B tant que il, M iusque il — 19 k a cels — 20 J que ; B puisse; 
BJe resortir — 21 e As paueillons; B pi. cans ; Af' pleins — 22 
M^k Oiez; K dont il, M' de qui; BM coi e. [B il ert) c. — 25-4 
interv. dans Se {H intermédiaire) — 23 {BCLS')',y Dun riche s. 
ml't très f. {e et plenier), HS Dun s. fort riche {S e r.) et pi. — 
24 (5'); nL dun large, A"" dun fort et; B et rice et; H Et ml't 
orgilleus et pi., DJSe Molt orgoillous et molt très fier (1res m. 
à S), I Kil deuoit auoir ml't pi. 



440 ROMAN DE TROIE 

23 125 D'un des plus beaus qui onc fust ait. 
Oëz que l'Estoire en retrait. 



23 125-6 m. à BDSy et sont intervertis dans I — 25 Af* aine, 
A ainz ; J Del p. bel q. o . ; ^ fu, J fut ; 5' Du p. haut q . onques 
fuz fez, / Et dares ki chou conte et fait — 26 M^ACJK Oiez; 
M li liurcs; en m. à /; M^'M retret, S' retres. 





ADDITIONS ET CORRECTIONS 



AU TOME I (2« complément) 



Avant-propos, p.vi: Ajoute^ à la liste des mss. B* = Bruxelles, 
Archives générales du royaume de Belgique (Fragment publié par 
M. Alphonse Bayot en 1906 et qu'il nous a gracieusement com- 
muniqué). 

i» Texte : 

V. 296 estoënt —421 aidèrent [corr. erronée à Verrata du t. 1 1) 

— 458 en fu — 1277 point à la fin — i556 robins — i658. 4027 et 
6142 conseiz — 1854 point à la fin — 2164 merrai — 2289 en 
aut — 2378. 4374 et 7063 soleiz — 2690 merreiz — 4312 mer- 
rions — 4325 pièce a — 4406 ataigneient — 4656 esguardoënt — 
4671 ouvre:{ les guillemets devant ço — 4767 sonc — 4846 et 6496 
resnes — 4846 noeaus — 4899 maisons — 4937 En dementres — 
4993 s'apareit — 5i33 et 555o sorcis — 5 134 soutis — 5140 l'om 

— 5i56 agraables — 5i58 espés — 5i68 et 5228 om — 5209 
eisseit g. guabeis — 5214 fause — 5244 et 533o beaubeot — 53 1 5 
veire — 5379 citeains — 545 1 vertuOs — 5485 Grailes — 5545 
dreite — 5672 très — 5749 mauvais — 5835 Ailles — 5869 l'en- 
veioënt — 5903 aille — 5978 de maneis — 6021 O ço — 6073 tarja 

— 6108 enemi — 6i52 pais — 6246 achatez — 6322 sui — 6378 
benestance — 6408 detrenchiez — 6425 dreit — 653 1 plenteïf — 
6562 E merveilles — 6583 guerreiot — 6584 déshériter — 66o5 
sarcueil — 6680 chascuns — 6719 dous — 6751 satireaus — 6763, 
7414. 7967 et 8236 Turqueis — 6790 mauvaistié — 6823 desso- 
mons — 6839 et 7897 boilliz — 7o38 conreëes — 7064 apareiz — 



I . La plupart de ces corrections et des suivantes ont pour but 
l'uniformisation de la graphie. ^ 



442 ROMAN DE TROIE • 

7083 et 7909 Danesches — 7092 pareist — 7413 Arabeis — 7532 
decepline — 7616 Aufricant — 7623 estait — 7686 point à la fin 
— 7712 maintes — 77^0 quiere — 7790 ços sai — 7896 Li taber- 
nacles, la m. — 7830 si — 7944 pueent — 7980 vile — 8037 ven- 
dreiz — 8o38 pro — 8057 Guart — 81 55 travaillier — 821 3 ami- 
rauz — 8241 bataille— 8258 Pareistra. 

2" Variantes : 

Page 24, /. 16, lis. : 58 M"" Ne; M''R qui en ot le — ;?. 109, 
/. 2, aj. : 54 D menre, les autres menrai (manrai) —p. iib, l. 16, 
aj. : M"" auge —p. i36, /. 7, aj. : (M' ailleiz) —p. 211-220, les 
V. 4129-4288 se trouvent dans le fragment de Bruxelles signalé 
ci-dessus (Avant-propos); en voici les variantes qui ne sont pas 
purement graphiques : 4i3i Lor a trestoz; 4i33. ^idg et 4147, 
leçon de ek; ^.ibi Se en [avec F); 4152 Po poomes; 4154 nus 
{avec kEH); 41 bg et 4164, leçon de ek; 4160 que ne len {cf. K) 
vorent; 4171. xxv. ; 4173-4, leçon de BJky; 4176 Bien en i ot; 
4183 et 4193 leçon de ek; 4194, leçon de ek (sera avec K); 4203 
Si enuoiez arriers; 4208 de fermeté; 4218 E a la lune e as estoi- 
les; 4219-20 manquent {avec Jky)\ 4226 sai a dire; 4229-30 
intervertis {avec ek) et précédés de ces 2 v. : Icil rois une famé 
auoit Qui Helaine nomee estoit; 4229 Nen ot famé de sa biaute; 
423o Onques o siegle; 4236. 4252 et 4257, leçon de ek; 4242 E 
Porus; 4254 Tant n. e t. s. ; 4263 Auoit en lille a icel ior; 4270 
Tuit cil; 4271 et 4.2'j8, leçon de ek; 4279-80, leçon de Bky {H et K 
légères var.); 4284 Ou la gent; 4288 E ot {avec EF), plus riche 
{avec EM) — p. 21 3, /. 10, aj. : DN quant ne len — p. 216, /. 4, 
aj. : F Si fort c. — /. 6, M^'E Des qua — p. 220, /. 8, lis. : 83 {au 
lieu de 38) — p. 223, /. 11, F ardiz et proz — p. 263, ?, 5, au lieu 
de : n âmes, lis. : M'^J armes — p. 246, /. 3, [E li a. son) — 
p. 272, /. 10,3/^ Mais balbeiot; F balbeoit — p. 276, /. 8, aj. : 
5309-75 sont dans jS' {utilisés) — p. 277, /. 12, lis. M'^KR balbeiot 
— p. 363, /. 5, F de semons, les autres dessemons — 24 B'H B. 
a, AM B. ot; Ek .ij. — /. 6, N O tôt, F Ou toz; «3/' .x. m., H 
.iij. m. — p. 379, /. 5, communément — p. 4i3, /. 6, 12 F C. 
auoit; M^'Ae mainte — p. 45o, /. 24, 58 R Paristra hui. 

ADDITIONS ET CORRECTIONS AU TOME II (complément) 

I» Texte: 

V. 8355 pais — 8558 cuin chaille — 8610 estors — 8684 et 9538 
Aragoneis — 8698 aidèrent {corr. erronée à Verrata) — 8707 ar- 
teiz — 8708 vermeiz — 8714 et io6o5 De ça — 8735 m'ot — 8757 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 448 

plain — 8819 cent — 883o jovnes — 8952 Rompuz — 8996 suefre 

— 9034. 9254. 9308. 10800 et 11993 Ore — 9o35 et 9040 efface:{ 
la virgule à la fin — 9o5o point à la fin — 9106 dameisel — 9241. 
12403 et\3\?>(^ loinz — 9292 esperne — gSio dolorose — 9320 cren- 
sist — 9494. 9540. II 202 et 11689 Turqueis — 955 1 traerece — 
9643 crembra — 9689 baucent — 9710 coup — 9714 d'espees — 
9813 efface\ la virg. à la fin — 9821 et 10002 graile — 9861 siegle 

— 9953 ensanglentees — ioo83 Anceis — 10093 samiz — 10426 
et 10495 tieng — 10644 reisons — 10595 esclarcist {avec AM) — 
10607 resemble — 10627-8 esfreiz: despleiz {cf. 22603-4) — 10762 
par egual — 10800 espesse — loggS supprime^ la virg. — 11022 et 
12006 corroços — 1 1062. 1 1266 et i283o conseiz — 1 1073 o jo — 
1 1228 lion — 1 1248 toz — 1 1352 baleie — 1 1442 champ — 1 1469 
Par mi — 1 1498 fel — i i5o8. 12627 ^' i3oi4 ore — 1 1634 Peite- 
vin — ii666soleiz— 1 1682 Trestuit — 11794 Guidez — 11966 
sarcueil — 11987 paveillon — 12016 ceus — 12017 maufaisant — 
12042 Aufricant — 12048 resemblot — 12137 tresperst — 12 181 
et 12906 aille — 12182 et 12906 vaille — 12219 om — 12227 
biens — 12260 coup — 12291 aleiement — 12364 ^^ P^*^ ^'^e — 
1 2390 Toz eslaissiez — 1 2400 chevaliers — 1 2402 de sor — 1 2422 
deus — 12426 virg. à la fin — 12483 tarqueis — 12619 andous 

— 12696 et 12772 E — 12603 emprès— 12604 segrei — 12633 
deshaitiez — 12634 iriez — 12703 S'entrecontrerent — i283i 
del — 12931 pareist — 12948 efface:^ les guillemets au 
commencement -— i3oo4 travaillié — i3o28 assemblées — i3o47 
sarquieuz — i3i5o fis — i3i6o {au lieu de i36o) — 13269 '^^^ 

— 13346 cinc — 13370 teint — 13396 hermines — 13396 
sambelines — 13426 resne — i3438 esguaree — 13489 chiers 

— 13490 pierre — i3628 triz — 13643 receûsseiz — i3668 
leiaus {cf. 20277)-^ 12794 suefre— i38oi qu'a — 13960 cheva- 
liers — 14068 virg. à la fin — 141 29 ensanglentez — 14309 natu- 
rel — 14426 entre els — 14639 robins— 14662 gargatès — 14680 
Qu'angele — 14709 point à la fin — 14730 n'asauz — 14870 
l'aparceveit — 14874 bosoignast — 14891 virg, à la fin — 149 17 
joïse— 14929 cler— 14941 començoe — 14948 Que — i^gbj point 
à la fin. 

2» Variantes : 

Page 12, /. 14, lis. : rest {au lieu de Rest) — /. 16, Mais en lui 
-p. i3, /. 16, {A^BDFGIJKLRy ualades); —p. 16, /. 6, M^ de 
cesz — /. 7, aj. : M^ELMN quen chaille — p. 23, /. 21, lis. : 
WAA'BCIM'k — p. 123,/. ïi.aj.: M"" persiuront —p. 139, 
/. 16, aj. : B parissent, A paroient, H pecoient, C mostroient — 
p. i58, /. 14, aj. : les 7 mss. mestroier (iC-eier) — p. 217, /. 9, 



444 ROMAN DE TROIE 

lis. : 14 n a... a —p. 224, /. 10, 27 {A^} — p. 233 /. 16, M il 
u. {v. /.); — l- 18, 90 BCJen Tuit eslaissie; H Tout; — p. 25 1, 
/. 14., point-virg. avant : «A/' — p. 262, /. 8, /is. : 3 {M'^B'e 
Sentrec), /es autres Sentrenc. — p. 277, /. ij, N assez fait — 
p. 295, /. 14, d[;. : M'^KL teint, 3f tainte, les autres taint — |7. 
322, /. I, ferme:( la parenthèse après : {A' que — p. 324, l. 
i5, aj. : 3/i? Qui (^p-és M^ Que) — p. 362, /. 18-19, lis. : AB'R 
Mes {R Mas) en pou (5'i? poi) d. 'c. o. {ce qui est peut-être la 
bonne leçon), A^BCDJky — p. 376, /. 2, lis. : M'^Men listes —p. 
392, /. 5, éd. -al; / iuise, iV ioisse, erf. justice, les autres mss. 
ioise. 



ADDITIONS ET CORRECTIONS AU TOME JII 

1° Textes : 

V. 14969 deintiez — 14992 somonse — i5oo5 puet — i5o38 jorz 

— i5o68 point à la fin — 16095 sofraitos — i5i3o chevaliers — 
15177. 15643 et 16290 ciclaton — 16237 ^^ i55o2 Ha! las — 
16278 ancor — i53o8 et i53i5 ailleiz — i6388 E les — 16463 
virg. après iriez — 16619 Quart — 16674 entre els — 16679 en- 
fraindre — 16699 solemcnt — 16706 bosoignos — 167 14 trei — 
167 16 virg. après Armez — 16741 l'abati — 16924 tanz — 16971 
barbecanes — 16069 mural — 16096 acueut — 16100 giete — 
161 19 egual — 16161 siegle ■— i6i63 pierres — 16217 voust — 
16232 et 19299 point (l' exclamation à la fin — 16241 E si — 
16272 de maneis — 16293 Cuiderent — i636i reisons — 16294 
vivons — 16390 ore — 16463 vert — 16602 ausi — 16649 ^^ 20424 
de devant — 16664 Eguaus — 16726 Safirs — 16742 cuider — 
16912 Oiant — 16927 n'estiez — 16946 vuelent — 16983 plusor — 
16986 ainz né — 17088 osteus — 17211 et 19987 S'entrecontre- 
rent — 17242 point à la fin — 17436 plenteûrose — 17464 
veiziiez — 17634 consirer — 18099 doint — i8io3 consira — 
18374 assembleison — 18376 mieuz — 18400 jovne ne si vieuz 
{cf. 20222 et 22680) — 18443 Cest [deux points à la fin du vers) 

— 18620 Que — i8586 efface^ la virgule — 18700 guardez — 
18714 estait — 18776 remandra — 18846 criée — 18933 aparceivre 

— 18962 fu — 19022 e les — 19028 Troïien — 19048 aiuô — 
19100 Triste — 19166 areisonez — 19218 conreé — 19247 en ver- 
sent — 19299 point d'exclamation à la fin — 19066 deus pri e 
cri — 19346. 20468 et 21 386 dou mile -- 19476 les passages — 
196 16 reveigneiz — 19870 crembront — 19890 granz — 19937 
veinlreiz — 19938 veez — 20042 Ques — 20696 ensanglentez — 
20723 penitance — 20788 aparceit — 20879 dis e setaine — 21047 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 446 

Par mi — 21426 sis — 21526 estorce — 21667 proz — 21700 et 
21 719 Quant — 21726 noz — 21732 sacrefise — 21734 efface^ la 
virg. 

2° Variantes : 

Page 7, /. 4, aj. : AATN^R daintiez, /-ies, G dantiez— jp. 3, 
/. 10, Us. : 92 K Par. . . par; Af'ABCIky sem. — p. i5, /. 11, aj. : 
EFL cigl. —p. 18, /. 21, //5. : 37 M^K k las — ;?. 3o, /. i5-i6, 
Merci li (C le) c. molt s. (CW prie doucement) — p. 3i, l. 16, 46 
{AIRV) —p. 32, l. 17, V'V qe— p. 36, /. 7, ocirrunt; A: gart, 
les autres gar — /. 12, F' -êtes; — /. 19, LRV'Vn — /. 20, 
/ deigna; MU neis e.;~ p. 38, /. 3, 44 ( F»);... M'CF'We/c — 
/. 4, (EF". . . . seingl.) — /. i3, a;. : nL troble — /. 18, lis. : M^'AR 
vermeilz — /. 21, 3f' que charbons, / de carbons — p. 3g, au lieu 
de : i6565 {marge à gauche) lis. : i5565 — l. j, A fier — /. 2, K 
lip.,y'F' leup.; Anelyon, 3/'/ ne lions; — Z. 3, M^A'A'BCJWky 

— p. 44, /. 3, aj. FHM' cigl. — j?. 44, /. 3, aj. : FHM' cigl; — 
j3. 47, /. 17, /a viir. rfe / se rapporte au v. suivant — p. 48, /. 8, 
aj. : M"^ treis mjle; EH Vinrent a .xxx. "• u. — p. 49, /. 19, lis. : 
[AFL labati), iV labatie — p. 60, /. 3, [KN tanz), /e^ autres tant 

— j?. 62, /. 5, M"" barbequanes, E barbaquanes — p. 67, /. 10, 69 
(7) ; M'ACR murail, A^ palais — p. 68, /. 8, aj. : 3/-elt, 3/M.W' 
-eut— /. 16, lis. : 16 100 (£iV giete), APAIK gete — j?. 74, /. 3, a;. 
F uout — p. 77, /. i3, /i5. : (F Guidèrent), AT quid., les autres 
Cuidierent — p. 80, /. 14, k reson — /. i5, (3/"Cny uiuons), k 
uiuon — p. ICI, /. 9, 26 M^'K Saphirs, M Safir;_>^ Safirs topases 

— p. 102, /. 8,42 M^'M cuidier, Ke espeir — p. iii, /. 10, 12 
(.4''); M Voiant — p. 126, l. dern., 11 les sept mss. sentrenc. ; H 

— p. 128, /. I, iV/" sen — p. 193, /. 19, aj. : {cf. 20222) — p. 
198, titre, lis.'. Resa — p. 210, /. i3,{K estait), M esta — p. 238, 
/, 8, AM Grieu, HK Griu; K et m., M' m. mainte; 3/ G. p. 
par maintes f. — p. 271, /. 12, enbracie; tous les mss. grant... 
AMM' dant — p. 288, /. 3, m. à F; JM'N — p. 289, /. cfer«., ost, 
k oz — p. 297, /. i3, vzVg-. au lieu de point-virg. — /. dern., point 
virg. au lieu de virg. — p. 3\g,l. i3, lis. : FHJLMR. 






TABLE DES MATIERES 



Briseïda encourage l'amour de Diomède i 

Neuvième bataille i6 

Songe d'Andromaque. — Dixième bataille; mort d'Hector 20 

Lamentations sur le corps d'Hector; embaumement 79 

Trêve ; funérailles d'Hector ; son tombeau 93 

Palamedès élu chef des Grecs 109 

Onzième bataille; mort du roi de Perse 118 

Trêve; Agamemnon ravitaille l'armée i33 

Achille amoureux de Polyxène; il défend à ses hommes 

de combattre 142 

Douzième bataille ; mort de Resa, de Sarpedon, de 
Palamedès et de Deïphebus; Agamemnon remplace 

Palamedès 1 98 

Treizième bataille; trêve de deux mois 235 

Ambassade des Grecs à Achille ; il refuse de combattre.. 246 

Quatorzième bataille ; exploits de Troïlus 275 

Quinzième bataille ; Troïlus blesse Diomède et 

Agamemnon ; trêve de six mois 279 

Briseïda donne son amour à Diomède 288 

Seizième bataille; les Mirmidonois y prennent part 295 

Achille en proie à l'amour 3 1 3 

Dix-septième bataille ; courte trêve 32o 

Dix-huitième bataille; Achille reprend les armes 323 

Dix-neuvième bataille; mort de Troïlus et de Mennon.. 339 

Achille est tué en trahison par Paris ' 373 



448 



TABLE DES MATIERES 



Funérailles d'Achille; son tombeau 

Le fils d'Achille mandé à Troie 

Vingtième bataille; mort de Paris et d'Ajax 

Additions et corrections au tome I (2" complément). 
Additions et corrections au tome II (complément)... 
Additions et corrections au tome III 



399 
407 
4i3 
441 
442 
444 




Publications de la Société des Anciens Textes Français 
(En vente à la librairie Firmin-Didot et C*«, 56 , rue 
Jacob f à Paris.) 



Bulletin de la Société des Anciens Textes Français (années 1875 à roo6). 
N'est vendu au'aux membres de la Société au prix de 3 fr. par année, en 
papier de Hollande, et de 6 fr. en papier Whatraan. 

Chansons françaises du xv» siècle publiées d'après le manuscrit de la Biblio- 
thèque nationale de Paris par Gaston Paris, et accompagnées de la musi- 
que transcrite en notation moderne par Auguste Gevaert (iSyS). Epuisé. 

Les plus anciens Monuments de la langue française (ix«. x» siècles) pu- 
bliés par Gaston Paris. Album de neuf planches exécutées par la photo- 
gravure (1875) 3o fr. 

Brun de la Montaigne, roman d'aventure publié pour la première fois, d'a- 
près le manuscrit unique de Paris, par Paul Meyer (1073) 5 fr. 

Miracles de Nostre Dame par personnages publiés d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par Gaston Paris et Ulysse Robert ; texte com- 
plet t. I à VII (1876, 1877, 1878, 1879, 1880, i88'i, i883), le vol. . 10 fr. 

Le t. VIII, dû à M. François Bonnardot, comprend le vocabulaire, la 
table des noms et celle des citations bibliques (1893) |5 fr. 

Guillaume de Palerne publié d'après le manuscrit de la bibliothèque de l'Ar- 
senal à Paris, par Henri Michelant (1876) la fr. 

Deux Rédactions du Roman des Sept Sages de Rome publiées par Gaston 

Paris (1876) (Epuisé sur papier ordinaire). 

L'ouvrage sur papier Wathman 16 fr. 

Aiol, chanson de geste publiée d'après le manuscrit unique de Paris par 

Jacques Normand et Gaston Raynaud (1877). Epuisé sur papier ordinaire. 

L'ouvrage sur papier Whatman 24 fr. 

Le Débat des Hérauts de France et d'Angleterre, suivi de The Debate be- 
tween the Heralds of England and France, tj John Coke, édition commen- 
cée par L. Pannier et achevée par Paul Meyer (1877) 10 fr. 

Œuvres complètes d'Eustache Deschamps publiées d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par le marquis de Queux de Saint-Hilaire, 
t. I à VI, et par Gaston Raynaud, t. VU à XI (1878, 1880, 1882, 1884, 
1887, 1889, 1891, 1893, 1894, 1901, i9o3), ouvrage terminé, le vol. 12 fr. 

Le saint Voyage de Jherusalem du seigneur d'Anglure publié par François 
Bonnardot et Auguste Longnon (1878) ro fr. 

Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468) publiée avec notes et pièces 
diverses par Siméon Luce, t. I et II (1879, ia83), le vol 12 fr. 

Elie de Saint-Gille, chanson de geste publiée avec introduction, glossaire 
et index, par Gaston Raynaitd, accompagnée de la rédaction norrégienne 
traduite par Eugène Koelbing (1879) & fr. 

Daurel et Béton, chanson de geste provençale publiée pour la première fois 
d'après le manuscrit unique appartenant à M. F. Didot par Paul Meyer 
(1880) ;. . . 8 fr. 

La Vie de' saint Gilles, par Guillaume de Bernevij|le, poème du xii» siècle 
publié d'après le manuscrit unique de Florence par Gaston Paris et 
Alphons» Bos (1881) »o fr. 



L'Amant rendu cordelier à l'observance d'amour, poème attribue à Martial 
d'AuvERGNE, publié d'après les mss. et les anciennes éditions par A. de 

MONTAIGLON (1881) 10 ff. 

Raoul de Cambrai, chanson de geste publiée par Paul Meyer et Auguste 
LoNGNON (1882) i5 fr. 

Le Dit de la Panthère d'Amours, par Nicole de Margival, poème du xiii» siè- 
cle publié par Henry A. Todd (i883) 6 fr. 

Les Œuvres poétiques de Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir, publiées par 

H. SucHiER, t. I et II (1884-S5) 25 Ir. 

Le premier volume ne se vend pas séparément ; le second volume seul 1 5 fr. 

La Mort Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par J. Gouraye 
DU Parc (1884) lo fr. 

Trois Versions rimées de l'Évangile de Nicodème publiées par G. Paris et 
A. Bos (i885) -. . . 8 fr. 

Fragments d'une Vie de saint Thomas de Cantorbéry publiés pour la première 
fois d'après les feuillets appartenant à la collection Goethals Vercruysse, 
avec fac-similé en héliogravure de l'original, par Paul Meyer (i885). 10 fr. 

Œuvres poétiques de Christine de Pisan publiées par Maurice Roy, 1. 1, II et 
III {1886, 1891, 1896), le vol 10 fr. 

Merlin, roman en prose du xiii» siècle publié d'après le ms. appartenant à 
M. A. Huth, par G. Paris et J. Ulrich, t. I et II (1886) 20 fr. 

Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par Louis Demaison, t. I et 
II (1887) 20 fr. 

Le Mystère de saint Bernard de Menthon vwxhWé d'après le ms. unique appar- 
tenant à M. le comte de Menthon par A. Lecoy delaMarche(i888). 8 fr. 

Les quatre Ages de l'homme, traité moral de Phiuppe de Navarre, publié 
par Marcel de Fréville (1888) 7 fr. 

Le Couronnement de Louis, chanson de geste publiée par E. Langlois, 

(1888), Epuisé sur papier ordinaire. 

L'ouvrage sur papier Whatman 3o fr. 

Les Contes moralises de Nicole Bozon publiés par Miss L. Toulmin Smith 
et M. Paul Meyer (1889) i5 fr. 

Rondeaux et autres Poésies du XV» siècle publiés d'après le manuscrit de la 
Bibliothèque nationale, par Gaston Raynaud (1889) 8 fr. 

Le Roman de Thèbes, édition critique d'après tous les manuscrits connus, 
par Léopold Constans, t. I et II {1890) 3o fr. 

Ces deux volumes ne se vendent pas séparément. 

Le Chansonnier français de Saint-Germain-des-Prés (Bibl. nat. fr. 20o5o), 
reproduction phototypique avec transcription, par Paul Meyer et Gaston 
Raynaud, t. I (1892) 40 fr. 

Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole publié d'après le manuscrit 
du Vatican par G. Servois (1893) 10 fr. 

LEscoufle, roman d'aventure, publié pour la première fois d'après le manus- 
crit unique de l'Arsenal, par H. Michelant et P. Meyer (1894). . i5 fr. 

Guillaume de la Barre, roman d'aventures, par Arnaut Vidal de Castel- 
naudari, publié par Paul Meyer (1893) 10 fr. 

Meliador, par Jean Froissart, publié par A. Longnon, t. I, II et III 
(1895- 1899), le vol 10 fr. 

La Prise de Cordres et de Sebille, chanson de geste publiée, d'après le 
ms. unique de la Bibliothèque nationale, par Ovide Densusianu 
(1896) 10 fr. 

Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, prieur de Bucy, publiées par 
Arthur Piaget et Emile Picot, t. I et II (1896, 1899), le vo- 
lume 10 fr. 

L'Art de Chevalerie, traduction du De re militari de Végèce par Jean de 
Meun, publié, avec une étude sur cette traduction et sur Li Abrejance de 
l'Ordre de Chevalerie de Jean Priorat, par Ulysse Robert (1897). 10 fr. 



Li Abrejance de l'Ordre de Chevalerie, mise en vers de la traduction de 
Végèce par Jean de Meun, par Jean Priorat de Besançon, publie'e avec 
un glossaire par Ulysse Robert (1897) '. 10 fr. 

La Chirurgie de Maître Henri de Mondeville, traduction contemporaine 
de l'auteur, publiée d'après le ms. unique de la Bibliothèque nationale 
par le Docteur A. Bos, t. I et II (1897, 1898) 20 fr. 

Les Narbonnais, chanson de geste publie'e pour la première fois par Her- 
mann Suchier, t. I et II (1898) 20 fr. 

Orson de Beauvais, chanson de geste du xii" siècle publie'e d'après le ma- 
nuscrit unique de Cheltenham par Gaston Paris. (1899) 10 fr. 

L'Apocalypse en français ait XIII» siècle (Bibl. nat. fr. 4o3), publiée par 

L. Delisle et P. Meyer. Reproduction phototypique (1900) 40 fr. 

— Texte et introduction (1901) i5 fr. 

Les Chansons de Gace Brûlé, publiées par G. Huet (1902) 10 fr. 

Le Roman de Tristan, par Thomas, poème du xii" siècle publié par Joseph 
BÉDIER, t. I et II (1902-1905), le vol 13 tr. 

Recueil général des Sotties, publié par Ém. Picot, t. I et 11(1902, 1904), 
le vol 10 fr. 

Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Lôseth C1903)... 10 fr. 

Le Roman de Tristan, par Béroul et un anonyme, poème du xii» siècle, 
publié par Ernest Muret ( 1 903) 10 fr. 

Maistre Pierre Pathelin hystorié, reproduction en fac-similé de l'édition 
imprimée vers i5oo par Marion de Malaunoy, veuve de Pierre Le Caron 
(1904) 6 fr. 

Le Roman de Troie, par Benoit de Sainte-Maure, publié d'après tous les 
manuscrits connus, par L. Constans, t. I, II et III (1904, '1006, 1907), 
le volume ".... i5 fr. 

Les Vers de la Mort, par Hélinant, moine de Froidmont, publiés d'après tous 
les manuscrits connus, par Fr. Wulff et Em. Walberg (i9o5) 6 fr. 

Les Cent Ballades, poème du xit» siècle, publié avec deux reproductions 
phototypiques, par Gaston Raynaud (igoS) 10 fr. 

Le Moniage Guillaume, chanson de geste du xii» siècle, publiée par W. 
Cloetta, t. 1(1906) i5 fr. 

Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du xiii» siècle, 
publiée par A. Wallenskôld, t. II (1907) 12 fr. 

Le Mistère du Viel Testament, publié avec introduction, notes et glossaire, 
par le baron James de Rothschild, t. I-VI (1878-1891), ouvrage terminé, 
le vol ": . . 10 fr. 

(Ouvrage imprimé aux frais du baron James de Rothschild et offert aux 
membres de la Société.) 

Tous ces ouvrages sont in-8», excepté Les plus anciens Monuments de la 
langue française et la reproduction de l'Apocalypse, qui sont grand in-folio. 

Il a été fait de chaque ouvrage un tirage à petit nombre sur papier What- 
man. Le prix des exemplaires sur ce papier est double de celui des exemplaires 
en papier ordinaire. 

Les membres de la Société ont droit à une remise de 25 p. 100 sur tous 
les prix indiqués ci-dessus. 

La Société des Anciens Textes français a obtenu pour ses pu- 
blications le prix Archon-Despérouse, a l'Académie française, en 
1882, et le prix La Grange, à l'Académie des Inscriptions et 
Belles-Lettres, en iSS3, i8g5 et igoi. 



Le Puy, imp. R. Marchessou. -- Peyriller, Rouchon et Gamon, successeurs. 



PQ Benoît de Sainte-More 

11^23 Le roman de Troie 

Al 

1904 

t.3 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY